Jump to content

Recommended Posts

Que répondre à un collègue réchauffiste qui dénigre Courtillot parce qu'il n'est pas reconnu des autres scientifiques et qu'il ne fait pas de publication?

J'apprécie beaucoup le travail de ce professeur, mais a t-il des travaux validés à mettre à l'appui lorsqu'on évoque ses théories?

Link to comment

En fait je me rends compte que les réchauffistes n'écoutent même pas les contre courants réfutant la FARCE car pour eux il n'y a rien de "concret", rien de publier, et systématiquement chaque scientifique est perçu comme un guignol ! C'est infernal l'étroitesse d'esprit à ce niveau là.

Par contre le Giec et ses scientifiques sont des dieux vivants !

Link to comment

Ce n'est pas une masse de scientifiques de grande classe, c'est une petite équipe qui a construit un cas autour d'une poignée de vieux troncs d'arbres sélectionnés avec un soin, disons, poussé, (bristlecones en Californie, et les fameux 12 arbres de Yamal) et voila tout.

Link to comment

Concernant les aérosols qui contrecarrent l'effet CO2, vous imaginez voilà 600M d'années, lorsqu'il y avait 3 fois plus de CO2 qu'actuellement et que les dinosaures peuplaient la Terre, le nombre de volcans qu'il fallait en éruption constante afin de contrecarrer des températures très très élevées je présume puisque le CO2 y était 3x plus abondant qu'actuellement…..

Par contre, niveau flux cosmique influençant la formation des nuages, vous avez lu ce dernier article de Bélouve ?

http://blog.turgot.org/index.php?post%2FB%C3%A9louve-CERN2

Le commentaire 15/ est de moi-même…. fallait que je réagisse à Warm notamment…..

Link to comment

L'iMonde sur les volcans :

«L'étude montre que, depuis une dizaine d'années, la densité des aérosols s'est accrue de 7 % par an», explique Jean-Paul Vernier, l'un des auteurs, chercheur à la Nasa. «Il y a toujours une hausse de la température, mais elle est masquée par le refroidissement que provoque nt les aérosols»

Donc si je comprends bien, il y a un réchauffement d'origine anthropique, mais il est masqué par un refroidissement d'origine anthropique ?

Mis en parallèle avec ce que disent les ultra-malthusiens du net, ça fait limite froid dans le dos.

Link to comment

Que répondre à un collègue réchauffiste qui dénigre Courtillot parce qu'il n'est pas reconnu des autres scientifiques et qu'il ne fait pas de publication?

J'apprécie beaucoup le travail de ce professeur, mais a t-il des travaux validés à mettre à l'appui lorsqu'on évoque ses théories?

Attaquer Courtillot sur son curriculum vitae plutôt que sur ses arguments est un argument d'autorité. un coup en dessous de la ceinture qui n'a évidement aucune valeur, puisque lorsqu'on est scientifique - un vrai - on combat une idée - ou une thèse -, pas la personne qui la porte. Courtillot est un scientifique reconnu dans son domaine, aucun doute qu'il est rigoureux dans son travail. Si c'est pas le cas, qu'ils le démontrent.

En fait je me rends compte que les réchauffistes n'écoutent même pas les contre courants réfutant la FARCE car pour eux il n'y a rien de "concret", rien de publier, et systématiquement chaque scientifique est perçu comme un guignol ! C'est infernal l'étroitesse d'esprit à ce niveau là.

Par contre le Giec et ses scientifiques sont des dieux vivants !

Oui, tellement des dieux vivants que plusieurs chercheurs ont quittés l'organisation devant le manque de sérieux du GIEC (voir les noms sur Pensée-unique.fr).

Donc si je comprends bien, il y a un réchauffement d'origine anthropique, mais il est masqué par un refroidissement d'origine anthropique ?

Mis en parallèle avec ce que disent les ultra-malthusiens du net, ça fait limite froid dans le dos.

Je voulais souligner le fait que l'étude du Figaro fait le rapport entre les aérosols (émis par les éruptions volcanique) et un raffraichissement, et le fait que l'expérience CLOUD montre elle un lien entre les aérosols (ceux de la couverture nuageuse qui influe sur les températures) et le rayonnement cosmique.

Comme l'étude du Figaro ne fait à aucun moment allusion à une augmentation chiffrée du nombre d'éruption volcanique (ou de la quantité d'aérosols projeté dans l'atmosphère), je me dit que cette hausse des aérosols vient peut-être des rayons cosmiques. Peut-être que je fais fausse route, aussi..

Link to comment

Attaquer Courtillot sur son curriculum vitae plutôt que sur ses arguments est un argument d'autorité. un coup en dessous de la ceinture qui n'a évidement aucune valeur, puisque lorsqu'on est scientifique - un vrai - on combat une idée - ou une thèse -, pas la personne qui la porte.

Dans ce cas, quand c'est contre la personne et non contre ses idées, c'est l'argument ad hominem et non l'argument d'autorité (ad verecundiam):

http://charlatans.in…shtml#adhominem

mais bon, ça ne change rien au fait que c'est pas cool d'attaquer Courtillot sur son CV..

exemple d'attaque ad hominem contre Nafissatou Diallo:

" Vous avez déjà menti dans le passé, donc votre point de vue de vaut rien et ne peut être pris en considération sérieusement '''

Link to comment

Dans ce cas, quand c'est contre la personne et non contre ses idées, c'est l'argument ad hominem et non l'argument d'autorité (ad verecundiam):

Du coup, c'est plutôt ad personam qu'ad hominem, si on veut couper les cheveux en 4.

Link to comment

C'est une percée majeure qui vient d'être effectuée, signée Roy Spencer, un des piliers du scepticisme face au catastrophisme réchauffiste.

Les medias mainstream diffusent l'information sans la bouder, signe de l'évolution décisive qu'elle représente.

http://news.yahoo.com/nasa-data-blow-gaping-hold-global-warming-alarmism-192334971.html

"The new NASA Terra satellite data are consistent with long-term NOAA and NASA data indicating atmospheric humidity and cirrus clouds are not increasing in the manner predicted by alarmist computer models. The Terra satellite data also support data collected by NASA's ERBS satellite showing far more longwave radiation (and thus, heat) escaped into space between 1985 and 1999 than alarmist computer models had predicted. Together, the NASA ERBS and Terra satellite data show that for 25 years and counting, carbon dioxide emissions have directly and indirectly trapped far less heat than alarmist computer models have predicted."

Les observations du satellite Terra (ainsi que celle d’ ERBS ) confortent de façon décisive la théorie selon laquelle les rétroactions atmosphérique sont négatives et non positives ce qui est au cœur du débat climatique puisque seule une forte amplification de l'influence des gaz à effet de serre justifiait l'alarmisme des hérauts du GIEC.

En outre les observations du Satellite Terra (ainsi que celle d’ ERBS ) semblent aller qualitativement dans le même sens que l'expérience CLOUD (menée au CERN) qui confirme la théorie de Henry Svensmark portant sur la formation de nuages sous l'influence de certains des rayonnements cosmiques. Reste à établir dans quelle mesure les quantités estimées par l'un contribuent il aux quantités estimés par l'autre aussi mais on a désormais une chaine cohérente micro + macro avec en outre l'élimination de la plupart des théories réchauffistes grâce à la finesse des résultats apportés par Terra.

Il faudra sans doute plusieurs années pour que le réchauffisme doive baisser pavillon mais étant donné les observations de Terra portant sur l'évacuation de chaleur par voie d'ondes longues (infra rouge) la plupart des théories à base d'aérosols brandies par les réchaufistes en cache sexe de l'actuelle absence de montée des températures se trouvent de fait maginalisées (au sens de la faible importance quantitative qu'elles justifient dans l'équation thermique planétaire).

Link to comment

Le précédent message, signé charlyisidore n'a rien à faire dans le résumé. La modération peut-elle le transférer avec le présent post dans le fil consacré au débat ?

charlyisidore : tes questions sont formulées de façon quasiment insultantes, véhiculant densément des procès d'intention nous concernant. Pas besoin d'un tel ton pour lancer le débat. Reviens à un peu plus de courtoisie sinon tu va te faire nonosser (expulser).

Link to comment

Je me suis trompé de topic tout à l'heure, alors je l'ai déplacé ici. J'y ai supprimé les phrases qui auraient pu être "insultantes" aux regards de certains (même si je n'avais aucune intention d'attaquer personnellement. que dois-je penser de ceux qui éliminent toute possibilité de débat en me collant l'étiquette "bobo" ou "bien pensant" lorsque je leur parle d'énergies renouvelables ?

Certains des arguments tenus par h16 sont fiables et sûrs, notamment sur l'influence du Soleil sur le climat, et cela est quasi-totalement non-contredit par les scientifiques (demandez-leur ce qui se passe si le Soleil s'éteint !).

En revanche d'autres sont complètement bidons, comme la pétition réunissant soit-disant 17.000 scientifiques qui comporte des faux noms, et de plus le seul critère pour y adhérer est d'être diplômé (donc autant dire n'importe qui peut s'inscrire). Ce qui m'encourage à enrichir le débat pour effacer les mauvais arguments.

Certains des arguments ci-dessous ont peut-être des faiblesses, il serait alors utile de les lire comme j'ai lu les vôtres car ils représentent des contre-arguments à ce topic.

Pour être honnête, je n'ai pas encore fini de tout lire (beaucoup d'anglais et long), mais étant donné que ces documents contredisent la globalité de ce topic, j'ai pensé que ça serait bénéfique pour vous dans tous les cas.

1. Le consensus au sujet du RCG n'existe pas

http://tigger.uic.edu/~pdoran/012009_Doran_final.pdf

http://www.skepticalscience.com/global-warming-scientific-consensus-intermediate.htm

17 000 scientifiques remmettent en cause le RCG :

http://community.seattletimes.nwsource.com/archive/?date=19980501&slug=2748308

http://www.greenoptions.com/wiki/global-warming-skepticism

http://www.ecogeek.org/content/view/1654/73/

http://www.skepticalscience.com/global-warming-scientific-consensus-intermediate.htm

En quoi les îlots de chaleur urbains (ICU) faussent-ils les mesures de température servant à appuyer la thèse du RCG :

http://www.skepticalscience.com/surface-temperature-measurements-intermediate.htm

2. Si les GES sont la cause du RCG, comment expliquer le refroidissement 1998-2004?

http://www.skepticalscience.com/global-warming-stopped-in-1998-intermediate.htm

Les rayons cosmiques, une explication crédible au RCG :

est un facteur du réchauffement et ceci est contredit que par les écolo-fanatiques, mais pas par les climatologues.

Le CO2 n'affecte le climat que de façon marginale

http://www.skepticalscience.com/solar-activity-sunspots-global-warming.htm

5. Les bienfaits du RCG, La lutte contre le changement climatique menace les pauvres :

http://www.skepticalscience.com/co2-limits-poor-poverty.htm

http://www.skepticalscience.com/co2-limits-economy.htm

http://www.skepticalscience.com/global-warming-positives-negatives-intermediate.htm

6. Les modèles ne sont pas fiables :

http://www.skepticalscience.com/surface-temperature-measurements-intermediate.htm

Plus proche de nous, Al Gore tente la manipulation médiatique avec son film idéologique, qui ne résiste pas aux analyses :

http://www.skepticalscience.com/al-gore-inconvenient-truth-errors-intermediate.htm

Link to comment

Pour être honnête, je n'ai pas encore fini de tout lire (beaucoup d'anglais et long)….

Salut charlyeasydoor,

Plus de 71% des liens que tu cites redirigent vers skepticalscience, or j'attire ton attention sur le fait que skepticalscience traduit ses contenus en pas mal de langues si l'anglais te pèse.

Pour t'en rendre compte, il suffit que tu jettes un oeil en haut à droite des pages de skepticalscience: tu y verras de petits drapeaux, assez petits, certes, mais suffisamment nombreux quand même pour qu'un esprit alerte les remarque.

Attention ! Chaque petit drapeau ne représente pas un équipe de foot, des recettes de cuisines des pays mis en avant ou des destinations touristiques, non non, pas du tout, rien de tout ça: c'est en fait les langues dans lesquelles skepticalscience est traduit.

Warm regards.

Link to comment

Salut charlyeasydoor,

Plus de 71% des liens que tu cites redirigent vers skepticalscience, or j'attire ton attention sur le fait que skepticalscience traduit ses contenus en pas mal de langues si l'anglais te pèse.

Pour t'en rendre compte, il suffit que tu jettes un oeil en haut à droite des pages de skepticalscience: tu y verras de petits drapeaux, assez petits, certes, mais suffisamment nombreux quand même pour qu'un esprit alerte les remarque.

Attention ! Chaque petit drapeau ne représente pas un équipe de foot, des recettes de cuisines des pays mis en avant ou des destinations touristiques, non non, pas du tout, rien de tout ça: c'est en fait les langues dans lesquelles skepticalscience est traduit.

Warm regards.

Useless comment.

Link to comment

Cet argument s'appuie sur un sondage Demaerd.

Le sondage pose deux questions:

1/ Les températures ont-elles remonté sur le globe depuis la période pré-1800: tout le monde répond oui… car là il y a consensus. Sauf que cette question seule n'a aucune pertinence: les sceptiques sérieux n'ont jamais contesté cela.

2/ Pensez-vous que l'activité humaine est est un facteur contributif significatif (significant contributing factor) du changement des températures moyennes ? Ici le "grand public" ne répond oui qu'à 58% (kilémalinformémondieu) quand la communauté scientifique - spécialistes qui publient sur le sujet - tape dans les 90%.

Mais ici tout est dans l'usage subtil du mot "significant". C'est costaud de bâtir un consensus autour de ce mot, car on peut y regrouper ceux qui pensent que l'activité humaine impacte les températures moyennes de 0.3°C / siècle, et ceux qui pensent qu'on va taper dans les 6°C / siècle.

Ce qui devrait compter avant tout dans cette controverse c'est la qualité des arguments respectifs et la capacité du camp adverse à les mettre réellement à bas.

Link to comment

@Coldstar : http://fr.wiktionary.org/wiki/significant

@Nick : Les énergies renouvelables sont les plus aptes (et l'une des rares) à répondre convenablement à la phrase : « N'attendre de l'État que deux choses : liberté, sécurité ».

Ceci dit, il est également fort probable que le Toshiba 4S puisse être suffisamment peu risqué.

@Kuing Yamang et Stan : Inutile de vous chamailler, et rassurez vous je ne suis pas du tout vexé.

Link to comment

@Nick : Les énergies renouvelables sont les plus aptes (et l'une des rares) à répondre convenablement à la phrase : « N'attendre de l'État que deux choses : liberté, sécurité ».

Pardon mais je crois que personne ici ne voit en quoi. Il va falloir t'expliquer.

Link to comment

<–<

L’avenir de la planète est en danger. La sauver est l’affaire de tous. Diminuer les émissions de gaz carbonique est une priorité absolue. Malheureusement, force est de constater que les propositions du Grenelle de l’environnement, trop frileuses, ne vont pas assez loin. Il existe, en effet, une source importante de ce terrible polluant dont l’aréopage réuni par Monsieur Sarkozy ne semble pas se soucier : la respiration.

Je remarque que celle des humains émet autant de gaz carbonique que toutes les automobiles de la planète réunies. En effet, chacun d’entre nous expire en moyenne 900 grammes de gaz carbonique par 24 heures. Soit pour l’ensemble de la population mondiale qui est de 6,7 milliards d’individus un total de 2,2 109 tonnes par an ! Comme il circule de par le monde quelques 600 millions véhicules équipés de moteurs à combustion interne ceux-ci produisent à peu près la même quantité de gaz carbonique (en admettant qu’ils émettent en moyenne 0,2 kg de gaz carbonique par kilomètre en roulant 20.000 km par an) que l’ensemble de la population humaine. CQFD. Alors pourquoi prendre des mesures pour réduire la production de CO2 des voitures et ne rien faire pour réduire celle des humains. Après tout une molécule de gaz carbonique est une molécule de gaz carbonique quelle que soit son origine !

Que faire ? L’idéal serait évidemment que nous consommions moins d’air en sautant par exemple une inspiration sur cinq. Nous atteindrions ainsi l’objectif du nouveau Grenelle qui impose une diminution de 20% de la production de gaz carbonique à l’horizon 2020. Hélas, les spécialistes me disent que cela est impossible. D’accord. Mais il est tout à fait possible de faire en sorte qu’au moins les émissions excessives soient éliminées. En effet, les 900 grammes de production quotidienne par tête ne représentent qu’une moyenne. Des efforts physiques, par exemple, entraînent une plus forte production d’énergie avec transformation d’oxygène en gaz carbonique. Ce sont donc de tels efforts qu’il faudrait réguler. Pour commencer il conviendrait d’interdire les sports à tous les niveaux (professionnel et amateur). Comme il est à craindre qu’ils soient pratiqués subrepticement nous devrions aller jusqu’à réglementer la vitesse de déplacement des piétons (le jogging pouvant être sanctionné par des peines sévères).

Les émissions de dioxyde de carbone provenant des personnes en surcharge pondérale sont, à l’évidence, également excessives. Comme les français plébiscitent à 61% l’imposition d’écopastilles sur les voitures polluantes pourquoi ne pas les faire porter aussi par les obèses (qui devraient se coudre une pastille jaune sur la poitrine, par exemple). Dans le même esprit citoyen les anorexiques bénéficieraient de primes.

Ce n’est pas tout. Je me dois d’aborder ici un sujet délicat. Celui de nos excréments. Comme ils se décomposent en lâchant du gaz carbonique (représentant environ 5% de celui résultant de notre respiration) il conviendrait de ne plus les évacuer par les égouts. Chaque individu devrait disposer des siens dans des sacs en papier recyclé paraffiné qui seraient scellés et collectés par les mairies afin d’être enfouis au fond de mines désaffectées et recouverts chaque jour d’une couche de ciment. Quoique cela puisse choquer nombre de mes lecteurs, nos cadavres, en se décomposant, dégagent aussi du gaz carbonique et devaient subir le même traitement (mais pourraient être enfouis dans des mines différentes).

Malheureusement l’homme n’est pas le seul animal qui pollue par le simple fait d’exister. Prenons les bovins ; ils sont 1,5 milliards sur notre planète. Une vache produit à peu près autant de gaz carbonique qu’une voiture (plus même en comptant la décomposition de ses déjections mais je ne reviendrai pas sur ce sujet scabreux). Je note donc que les vaches dans leur ensemble produisent plus de gaz carbonique que les hommes et leurs voitures réunis ! Et en plus, en ruminant, elles dégagent du méthane, autre gaz à fort effet de serre. Un contrôle social adéquat devrait donc également s’exercer sur ces bestiaux. Surtout sur les vaches suisses dont le lait va dans le chocolat (qui fait grossir, donc produire du CO2 en excès) et semblent nous narguer du haut de leurs alpages. Une taxe à l’importation des biens helvétiques (et en particulier du chocolat) devrait apprendre à nos voisins à mieux respecter l’environnement. Il en va de même des porcins. La Chine qui en élève un grand nombre devrait être punie fiscalement à l’instar de la Suisse. En revanche, les pays musulmans (et Israël) qui, religion oblige, ne mangent pas ces animaux et donc ne les élèvent pas, pourraient bénéficier d’aides écologiques idoines. Et il n’y a pas de raison que les ovins, les chevaux et tous les autres animaux domestiques ne soient également l’objet de réglementations citoyennes.

Je n’ai fait ici qu’esquisser quelques modestes propositions qui ne couvrent pas, loin s’en faut, tout l’immense problème de la production de gaz carbonique d’origine respiratoire. Les mesures à prendre devraient en fait s’étendre à toute la biosphère. Me sentant dépassé par l’énormité de la tâche je compte sur vous lecteurs. Envoyez-moi vos propositions et sauvons ensemble la planète (du ridicule).

Florin Aftalion

http://www.libres.org/francais/annonces/une_2007/103107_aftalion_propositions.htm

arretons-de-respirer.jpg

Link to comment

Ton lien porte sur les mesures de temperatures, pas sur les modèles.

Concernant la non hausse des températures on approche des 15 ans, durée arbitraire fixée par les climatologues pour daigner observer que leurs prévisions usines à gazesques sont totalement dans les choux à un point tellement énorme que c'en est risible. Leurs modèles alarmistes sont à la suite de chaque GIEC totalement partis dans les choux. Mais ils en inventent sans cesse, toujours alarmistes mais ré-alignés sur les données réelles récentes, grâce à de nouveaux ingrédients ou des modifications traficotés comme ci ou comme ça. Mais à chaque fois la réalité des mesures montre des élévations de températures bien moindres que les prévisions de ces nouveaux modèles alarmistes du GIEC. Gag : avant de constater leur échec ils demandent 15 ans mais ils produisent en permanence de nouveaux modèles qui réinitialisent ce délai.

Puisqu'on parle de ces modèles, sache aussi que d'après des scientifiques respectables les résultats globaux de ces immenses usines à gaz dotées de milliers de paramètres dont les calculs nécessitant la mobilisation de super calculateurs massivement parallèles durant des semaines sont à plus de 99% modélisables par un simple modèle auto régressif linéaire avec si je me souviens bien 4 paramètres ajustables. En d'autres termes ces usines à gaz servent tout au plus à étudier la ventilation régionale ou faire des campagnes de tests avec des perturbations aléatoires pour voir si régionnalement il y a des effets de bascules de régimes de fonctionnement à supposer que ces modèles sachent faire cela sérieusement ce dont je doute. Au plan politique ils servent surtout à empêcher la concurrence d'être prise en considération. Seuls ont voix au chapitre ces usines à gaz coutant des millions d'euros pièce, incluant de nombreux de modules diaboliques de complexité dont la coordination se trouve entre les mains d'un très petit nombre de personnes, tels Le Treu dont l'alarmisme spécieux le dispute à l'idéologie régressionniste. J'en suis resté bouche bée devant les biais abscons de Le Treu en réponse aux questions médiatiques. Ça m'a rappelé les techniques de désinformations des marxistes staliniens des réseaux de la guerre froide. Par exemple il va faire croire que le CO2 augmente encore plus que prévu. Évidemment c'est de la production industrielle dont il parle, alors qu'il était interrogé sur le stock atmosphérique. Manque de bol la nature absorbe plus que prévu pour une raison inconnue et dans l'affaire la hausse du CO2 est plus modérée que prévue. Mais qu'importe, Le Treu a fait passer l'alarmisme aux dépens de la rigueur et de l'honnêteté. Le Treu est l'éminence grise de Jancovici (consultant qui vit de l'alarmisme au point de propager le hockey stick plusieurs trimestres après son rejet par le comité d'audit statistique issu de l'académie des sciences US pour le compte d'une commission parlementaire) qui est l'éminence grise de Hulot. C'est le laboratoire LMS de Le Treu qui gouverne l'usine à gaz (et ses prévisions foireuses) estampillées IPSL proposée au GIEC.

Link to comment

En quoi les îlots de chaleur urbains (ICU) faussent-ils les mesures de température servant à appuyer la thèse du RCG :

http://www.skepticalscience.com/surface-temperature-measurements-intermediate.htm

La page de ton sissite Skeptical Science portant sur les ilots de chaleur urbain n'est pas celle là, mais la page en question est pointée dans l'un de ses cartouches.

http://www.skepticalscience.com/urban-heat-island-effect.htm

Elle ne contient pas de véritables arguments. C'est une sorte de pétition de principe du genre "on a fait attention" enrichie de "s'il y avait des ilots de chaleurs urbains ce serait dans les grandes villes".

Nan.

Un barbecue qui s'installe à coté d'un capteur dans un village de campagne, c'est un ilot de chaleur urbain qui progresse. Une ville de taille moyenne qui double de taille, venant nouvellement jouxter l'aéroport où se trouve le capteur c'est un îlot de chaleur urbain qui progresse. Le thermomètre du parc Montsouris à Paris, lui, se trouve dans un contexte comparable depuis des décennies. Ce qui a fortement changé dans l'agglomération depuis 1980 se situe à 5 km au sud ou 15 km au nord … sauf avec le tramway récemment. A 5 ou 15 km ça influe mais moins qu'un barbecue à 10 m.

Cependant on dispose d'études régionales qui montrent la corrélation entre la population d'une région et la hausse des températures alléguée par la climatologie.

Ce qu'il faut voir c'est que le réseau de thermomètres a été initialement conçu pour faire de la météo. La préoccupation climatologique est venue dans les années 1990. Le réseau des stations de mesures thermométriques n'était pas conçu pour y répondre fiablement. En outre les télémesures sont une techno récente et avant les relevés se faisaient uniquement à la main ce qui incitait fortement à une proximité urbaine avec ses avatars, pas forcément très graves pour la météo mais rédhibitoires pour la climatologie. Il me semble d'ailleurs que c'est dans cette émission de Canal Académie datant de 2009 que Pierre Morel évoquait "le faible ratio signal sur bruit" qui selon lui rendait quasiment inutilisables les mesures thermométriques au sol.

Ensuite les post traitements statistiques pour éviter les dérives sont passablement buggés. Sur de nombreux exemple on a des truc totalement hilarants sur lesquels j'ai véritablement pleuré à chaudes larmes à force de rire. Le pire c'est qu'on sait corriger avec une relative fiabilité un changement soudain de site comme le déplacement d'un capteur d'un centre ville vers un aéroport dans les années 1960. Par contre on sait très mal neutraliser la lente montée de l'influence urbaine qui se développe lentement autour de l'aéroport, voire tout simplement dans l'aéroport , jadis herbeux mais aujourd'hui asphalté. Pour cela on est obligé de comparer des capteurs divers mais cela ne résout pas tout, et dans certaines cas, rien.

D'ailleurs les zones de forte progression de la température sont situées en Russie et en Chine du moins dans les données publiées dans les années 1990. Nombre de stations russes ont été fermées et les stations restantes ont été choisies par soucis d'économie autour de la période où l'URSS s'est effondrée. Elles auraient été fort logiquement choisies dans des zones faciles d'accès … pas très loin des zones urbaines. Quelques années après, elles sont rattrapées par l'urbanisation. En Chine il y a eu un scandale. Les fautes techniques en relations avec le CRU sont si fortes que certains se sont demandés s'il n'y a pas en réalité une affaire déontologique grave.

Il y a un rapport russe exhaustif datant de l'époque du Climategate qui fait état de graves dérives dans les mesures à usage climatique et récemment un rapport chinois avec des résultats aussi accablants. A cela s'ajoute des bugs hilarants et importants trouvés en Nouvelle Zélande et/ou Australie. Sans compter les réajustements Y2K (indépendants des ilots de chaleurs urbains) à l'issue desquels l'année la plus chaude du 20ème siècle aux USA est 1934. Précisons que le réseau US est de loin le plus fiable et ce depuis un siècle. Or les gags graves dans le réseau US sont légions, si ce n'est la norme. Certains se sont essayé à faire un bilan planétaire des erreurs thermométriques.

Donc maintenant je regarde les données satellites de la basse atmosphère mais pas les données au sol qui sont trop pourries. Le seul problème c'est que les satellites fournissent des données depuis les années 1980 seulement. On a des mesures par ballons sondes qui suggèrent que l'augmentation des températures au 20ème siècle a été bien moindre que celle affichées par les douteux thermomètre au sol. Cela suggère que la majeure partie des hausses de températures se serait produite entre 1850 et 1930, ce que confirment plein de proxis (dont les courbes de reconstitution des températures ont été avant publication tronquées par l'équipe de hockey stick au son de "hide the decline !").

Les données satellites montrent qu'il n'y a pas de réchauffement tendanciel de la basse atmosphère depuis la fin des années 1990.

Link to comment

… pour le reste je passe le relais aux autres car je ne veux pas passer des heures à répondre aux questions de chaque endoctriné réchauffiste de passage qui se contente de balancer la liste des URL d'un sissite asez peu argumenté.

Link to comment

charlyisidore que dirais tu d'aller faire un tour sur le site Pensée Unique qui est animé par un pysicien, ancien directeur de recherche du CNRS, aujourd'hui retraité ? A priori tu devrais trouver la réponse à tes questions. S'il t'en reste à la suite de sa lecture reviens nous voir…

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By Vilfredo Pareto
      Je crée un sujet pour arrêter de polluer le fil des images pas fun mais cool. Un excellent article de Shellenberger dans Forbes résume un peu le gouffre entre les faits et l'hystérie médiatique : https://www.forbes.com/sites/michaelshellenberger/2019/08/26/why-everything-they-say-about-the-amazon-including-that-its-the-lungs-of-the-world-is-wrong.
      Ce passage est noteworthy :
      Outre ce qu'on sait déjà (ces feux sont pour l'instant dans la moyenne des 15 dernières années, ne sont pas tous criminels (en fait "people forget that there are legitimate reasons for small farmers to use controlled burns to knock back insects and pests." selon Nepstad, cité par Shellenberger), n'ont pas seulement lieu en Amazonie et ne sont pas nécessairement liés à la déforestation, par ailleurs en net recul depuis le début des années 2000), je propose également que nous discutions sur ce fil des causes plausibles de ces feux (la sous-productivité de l'agriculture brésilienne par exemple*) et de leur lien avec la climate variability de l'Amazonie (v. lien frontiersin.org ci-dessous) @Philiber Té je crois que c'est ce dont tu voulais discuter. C'est l'occasion pour chacun de participer à la collecte d'articles au fur et à mesure que la situation évolue (Bolsonaro a envoyé l'armée) et à ceux qui parmi nous sont le plus au fait des débats scientifiques sur le réchauffement de discuter/partager leurs analyses de cet événement précis.
       
      * food for thought : https://www.icv.org.br/novo-campo-program-2/
      https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/feart.2018.00228/full
      https://globalforestatlas.yale.edu/amazon/land-use/cattle-ranching
      et surtout https://www.mdpi.com/2071-1050/10/4/1301/htm
    • By FabriceM
      L'Australie fait face à une énorme vague de chaleur.
      La demande en électricité explose, notamment pour faire tourner les climatiseurs.
      Problème, la production ne suit pas et des coupures tournantes sont en place et ont déjà touché 90 000 habitants*.
       
      *1 http://www.adelaidenow.com.au/news/south-australia/sa-power-crisis-will-there-be-more-blackouts/news-story/82f848efbc42455b9d7c4e1487b04fa5?nk=ea7883841d0b2ba93781d572d98b9fae-1486676862
      *2  http://www.9news.com.au/national/2017/02/08/20/12/blackout-leaves-at-least-40000-people-without-power-in-south-australia
       
      A l'origine de tout ça, la dépendance à l'énergie éolienne que s'est infligée le sud de l’Australie. Avec une production réelle égale à 7% de la production nominale, ce "trou" dans la production est, je cite, "au cœur du problème".
×
×
  • Create New...