Jump to content

Recommended Posts

On ‎12‎/‎10‎/‎2018 at 2:45 PM, Rincevent said:

Excellente question. Faut reprendre ledit papier pour voir comment il a trafiqué ses chiffres. ;)

Sur les fondamentaux il y a un consensus très largement partagé, très bien étayé, théoriquement et validé par l'experience. Les Judith Curry, Pielke père & fils, Spencer, Kristy, Lindzen pour ne citer que des sceptiques de premier ordre partagent le meme paradigme que les Mann, Hansen, Schmit. Alors quand on critique le consensus il faut faire bien attention sur ce que l'on critique - parce que sur ces aspects il n'y a que très très peu de débat, et les quelques scientifiques qui proposent des théories alternatives ont toute une montagne a grimper. 

Néanmoins, a mesure que l'on rentre dans les analyses fines, c-a-d sur le sur le combien et son evolution, le consensus s'effrite. Je n'ai pas lu le rapport du GIEC en en entier, mais Pielke Jr en autre, exhorte a le lire, car sur bien des aspects il est apparemment excellent, et ne supporte que très peu les conclusions pour décideurs.

 

Finalement toute la perversion reside, dans le concubinage avec un autre consensus, idéologique celui-la, religieux meme, dont la lutte contre le réchauffement climatique n'est qu'une figure de proue, et qui impose de passer du coq a l'âne, en s'appuyant sur ces généralités triviales, oui l'homme impacte le climat, sous prétexte d une culpabilité de principe de nos sociétés modernes. 

 

Voila pour mes deux cents.

 

  • Yea 3
Link to post
Share on other sites
il y a 42 minutes, Stan Selene a dit :

Sur les fondamentaux il y a un consensus très largement partagé, très bien étayé, théoriquement et validé par l'experience. Les Judith Curry, Pielke père & fils, Spencer, Kristy, Lindzen pour ne citer que des sceptiques de premier ordre partagent le meme paradigme que les Mann, Hansen, Schmit. Alors quand on critique le consensus il faut faire bien attention sur ce que l'on critique - parce que sur ces aspects il n'y a que très très peu de débat, et les quelques scientifiques qui proposent des théories alternatives ont toute une montagne a grimper. 

Néanmoins, a mesure que l'on rentre dans les analyses fines, c-a-d sur le sur le combien et son evolution, le consensus s'effrite. Je n'ai pas lu le rapport du GIEC en en entier, mais Pielke Jr en autre, exhorte a le lire, car sur bien des aspects il est apparemment excellent, et ne supporte que très peu les conclusions pour décideurs.

 

Finalement toute la perversion reside, dans le concubinage avec un autre consensus, idéologique celui-la, religieux meme, dont la lutte contre le réchauffement climatique n'est qu'une figure de proue, et qui impose de passer du coq a l'âne, en s'appuyant sur ces généralités triviales, oui l'homme impacte le climat, sous prétexte d une culpabilité de principe de nos sociétés modernes. 

 

Voila pour mes deux cents.

 

Voilà, il y a un monde entre le réchauffement anthropique probable de 2 à 4° et les catastrophes naturelles (dont les tsunami) qui ont bon dos.

 

On a même les éléments de langages des sectes millénaristes; Macron qui va sauver le monde.

 

PS la pollution, en particulier est réelle, en Chine en particulier, la déforestation des forets tropicales un pb a prendre en compte.

 
Link to post
Share on other sites

Finalement je viens de voir la video. Il a un peu changé son discours sur la saturation (ou rendu plus explicite) et du coup je n'ai plus trop d'objections.

Elle est très bien cette video, mais sans grands changement par rapport a celles antérieures.

 

3 hours ago, GilliB said:

Voilà, il y a un monde entre le réchauffement anthropique probable de 2 à 4° et les catastrophes naturelles (dont les tsunami) qui ont bon dos.

 

On a même les éléments de langages des sectes millénaristes; Macron qui va sauver le monde.

 

PS la pollution, en particulier est réelle, en Chine en particulier, la déforestation des forets tropicales un pb a prendre en compte.

 

Pour tout ce qui est évènements extremes Pielke Jr en parle en long en large et en travers, il cite a l'appui le rapport du GIEC, qui confirme, plutôt, aucune tendance et meme certains évènements carrément en baisse.

 

 

Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Lugaxker a dit :

Encore une petite vidéo à tendance climato-fasciste

 

 

Méchant État qui ne restreint pas encore assez la liberté de ses citoyens.

 

Trop de gauchistes, ça me donne des palpitations.

Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Restless a dit :

(Le nom de la chaîne est pas trop mal.)

Ah, je ne suis pas le seul à avoir remarqué. ;)

Link to post
Share on other sites

Les Parasites ce sont ceux qui filment les thinkerview je crois

 

Ça fait pas la troisième ou quatrième vidéo avec le même format et un pitit site web concu spécialement pour l'occasion ? A croire que les trois précédents ont fait flop et qu'ils crient au secours dans leur petite bulle d'internet fermée

Link to post
Share on other sites

Dernier article de Lomborg sur le sujet : https://www.project-syndicate.org/commentary/climate-change-self-defeating-alarmism-by-bjorn-lomborg-2018-12

 

Quote

Truth is the First Casualty of Global Warming

The truth about climate change is nuanced: it is real, and in the long term it will be a problem, but its impact is less than we might believe. And yet we are too eager to believe the problem is far worse than science shows, and – conversely – that our solutions are far easier than reality dictates.

 

Link to post
Share on other sites

C'est assez ce que je pense.

On propose des solutions qui sont pire que le problème, pas toujours par mauvaise foi d'ailleurs, mais parce que théoriquement les gens pensent que quand il y a un problème il faut supprimer sa cause, sans faire un calcul de cout global.

C'est assez typique en ingénierie, souvent on ne peut pas supprimer la cause d'un problème, par contre on peut atténuer ses conséquences d'une manière suffisante (et avant tout beaucoup moins cher).

Dans le cadre du réchauffement, on a le double problème de surestimation des couts causés par le problème et sous-estimation des couts engendrés par la solution.

Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Fagotto a dit :

C'est assez ce que je pense.

On propose des solutions qui sont pire que le problème, pas toujours par mauvaise foi d'ailleurs, mais parce que théoriquement les gens pensent que quand il y a un problème il faut supprimer sa cause, sans faire un calcul de cout global.

C'est assez typique en ingénierie, souvent on ne peut pas supprimer la cause d'un problème, par contre on peut atténuer ses conséquences d'une manière suffisante (et avant tout beaucoup moins cher).

Dans le cadre du réchauffement, on a le double problème de surestimation des couts causés par le problème et sous-estimation des couts engendrés par la solution.

Et surtout, tout les effets bénéfiques du réchauffement sont passés sous silence.. Moins de chauffage, plus de croissance agricole, plus de tourisme, voie maritime du Nord, steppes gelés qui vont devenir exploitable etc..

Ce n'est pas pour rien que les historiens ont dénommé l'optimum médiéval, romain et minoen.

Link to post
Share on other sites

 

Pour faire le lien avec l'article que j'ai pas encore lu, je suis en train de me faire ça, un entretien entre Peterson et Lomborg, où ce dernier explique la méthode coût/bénéfice que son équipe et lui ont mis en place.

 

 

Link to post
Share on other sites
10 hours ago, Restless said:

 

Pour faire le lien avec l'article que j'ai pas encore lu, je suis en train de me faire ça, un entretien entre Peterson et Lomborg, où ce dernier explique la méthode coût/bénéfice que son équipe et lui ont mis en place.

 

 

oui, ça remonte au consensus de Copenhague, dont The Economist était un partenaire, ils étaient très enthousiastes à publier le progrès de cette initiative, ils avaient publié le 1er classement des actions à mener en priorité, ça fait longtemps maintenant (c'était principalement contre des maladies et contre la mortalité infantile)

 

Suite à quoi, Matt Ridley s'est fait virer de The Economist, qui est passé réchauffiste enragé comme tout le monde ; ce fut un tournant tragique de cette affaire

 

(enfin, je pense qu'il s'est fait virer, je lui demandé de but en blanc par email, il m'a répondu qu'il ne pouvait pas parler de cette affaire)

Sur un tout autre sujet, où se situe 2018 ?

 

2018-6th-warmest-LT-1.jpg

Link to post
Share on other sites

à force d'en faire trop, ils arrivent à ce que Tim Noakes, une star du domaine de la nutrition, retweete des messages sur le sujet climat, qui n'était pas son combat

des coalitions plus solides vont de bâtir contre eux

 

  • Love 1
Link to post
Share on other sites
3 hours ago, Nick de Cusa said:

Why should we worry about methane, a gas which concentration in the atmosphere is measured in parts per BILLION?

 

 

Et ?

OSEF de la concentration seule. Ce qui importe c'est le forçage radiatif qui est d'environ 0,6 W/m2 depuis 1750, soit 1/3 de celui dû au CO2.

Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, Nick de Cusa a dit :

à force d'en faire trop, ils arrivent à ce que Tim Noakes, une star du domaine de la nutrition, retweete des messages sur le sujet climat, qui n'était pas son combat

des coalitions plus solides vont de bâtir contre eux

 

En route vers la convergence des (dures) luttes !

  • Haha 1
Link to post
Share on other sites
On 12/30/2018 at 4:49 AM, Nick de Cusa said:

à force d'en faire trop, ils arrivent à ce que Tim Noakes, une star du domaine de la nutrition, retweete des messages sur le sujet climat, qui n'était pas son combat

des coalitions plus solides vont de bâtir contre eux

 

Quel charlatan ce PhNeD

 

 

Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Bézoukhov a dit :

Si la paléoclimatologie n'était pas polluée par le catastrophisme ambiant, ça serait une belle science : http://www.lefigaro.fr/sciences/2019/01/04/01008-20190104ARTFIG00228-une-bombe-climatique-a-retardement-se-cacherait-dans-le-pacifique.php

 

 

Citation

Nous ne sommes pas en mesure de dire si l'impact de ce refroidissement du Pacifique peut avoir des conséquences sur les prévisons du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur les changements climatiques)», analyse Geoffrey Gebbie.

 

Quand on en arrive à se demander si les découvertes dans la nature peuvent avoir un effet sur les modèles :lol:

Link to post
Share on other sites

J'ai découvert aujourd'hui avec grand intérêt François Gervais, mentionné un peu plus haut dans ce fil. Dans la foulée je viens juste d'acheter son dernier bouquin. Agacé depuis pas mal de temps déjà par le discours millénariste ambiant très peu scientifique (c'est peu dire), par cette sorte de mauvaise foi qui attribue quantité d'effets négatifs au CO2 et minimise systématiquement les effets positifs (verdissement de la terre par exemple), je suis en train de devenir climatosceptique. Là où j'ai encore du mal, et pourtant ce n'est qu'argument de quantité et d'autorité, c'est le côté vertigineux de la chose: comment tous ces gens (je ne parle pas de Cotillard & Co bien sûr, mais plutôt du calibre d'Aurélien Barrau qui a fait parler de lui récemment sur le sujet) avec les connaissances scientifiques accumulées et l'expérience de l'histoire, pourraient-ils à ce point se fourvoyer ?

Link to post
Share on other sites

Beh, y a des gens brillants qui ont cru au marxisme. D'autres gens brillants qui ont donné dans le racisme scientifique. C'est pas parce qu'on a un PhD qu'on a toujours raison ; même sur des sujets scientifiques.

  • Yea 2
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By Vilfredo Pareto
      Je crée un sujet pour arrêter de polluer le fil des images pas fun mais cool. Un excellent article de Shellenberger dans Forbes résume un peu le gouffre entre les faits et l'hystérie médiatique : https://www.forbes.com/sites/michaelshellenberger/2019/08/26/why-everything-they-say-about-the-amazon-including-that-its-the-lungs-of-the-world-is-wrong.
      Ce passage est noteworthy :
      Outre ce qu'on sait déjà (ces feux sont pour l'instant dans la moyenne des 15 dernières années, ne sont pas tous criminels (en fait "people forget that there are legitimate reasons for small farmers to use controlled burns to knock back insects and pests." selon Nepstad, cité par Shellenberger), n'ont pas seulement lieu en Amazonie et ne sont pas nécessairement liés à la déforestation, par ailleurs en net recul depuis le début des années 2000), je propose également que nous discutions sur ce fil des causes plausibles de ces feux (la sous-productivité de l'agriculture brésilienne par exemple*) et de leur lien avec la climate variability de l'Amazonie (v. lien frontiersin.org ci-dessous) @Philiber Té je crois que c'est ce dont tu voulais discuter. C'est l'occasion pour chacun de participer à la collecte d'articles au fur et à mesure que la situation évolue (Bolsonaro a envoyé l'armée) et à ceux qui parmi nous sont le plus au fait des débats scientifiques sur le réchauffement de discuter/partager leurs analyses de cet événement précis.
       
      * food for thought : https://www.icv.org.br/novo-campo-program-2/
      https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/feart.2018.00228/full
      https://globalforestatlas.yale.edu/amazon/land-use/cattle-ranching
      et surtout https://www.mdpi.com/2071-1050/10/4/1301/htm
    • By FabriceM
      L'Australie fait face à une énorme vague de chaleur.
      La demande en électricité explose, notamment pour faire tourner les climatiseurs.
      Problème, la production ne suit pas et des coupures tournantes sont en place et ont déjà touché 90 000 habitants*.
       
      *1 http://www.adelaidenow.com.au/news/south-australia/sa-power-crisis-will-there-be-more-blackouts/news-story/82f848efbc42455b9d7c4e1487b04fa5?nk=ea7883841d0b2ba93781d572d98b9fae-1486676862
      *2  http://www.9news.com.au/national/2017/02/08/20/12/blackout-leaves-at-least-40000-people-without-power-in-south-australia
       
      A l'origine de tout ça, la dépendance à l'énergie éolienne que s'est infligée le sud de l’Australie. Avec une production réelle égale à 7% de la production nominale, ce "trou" dans la production est, je cite, "au cœur du problème".
×
×
  • Create New...