Jump to content

Recommended Posts

Les activités humaines, causes du réchauffement des pôles

Le réchauffement climatique aux pôles peut être attribué "directement" aux activités de l'Homme, révèle une nouvelle étude à paraître en ligne ce jeudi sur le site de la revue américaine Nature Géoscience. "La hausse des températures au cours des récentes décennies, en Arctique comme en Antarctique, peut être directement attribuée aux activités humaines", a conclu une équipe internationale en s'appuyant sur des données recueillies sur place de 1900 à 2008, et des modélisations.

Les scientifiques, sous la direction de Nathan Gillett, de l'Université de East Anglia à Norwich (Angleterre), ont collationné les températures de l'air dans les régions polaires depuis 1900. Ils ont ensuite effectué des simulations numériques avec et sans émissions dues aux activités de l'Homme. Ils ont ainsi prouvé que seuls les modèles incorporant des émissions humaines (gaz carbonique, chlorofluorocarbones) permettent de retrouver les tendances observées sur place et ont conclu que les activités de l'Homme causent ce réchauffement aux deux pôles.

"Dans l'ensemble, écrivent-ils, (…) nous constatons que le réchauffement induit par l'Homme est détectable dans ces deux régions très vulnérables au changement climatique". Les processus de réchauffement à l'oeuvre en Antarctique sont beaucoup moins clairs qu'en Arctique, mais les auteurs ont toutefois pu montrer que "la température monte dans les régions où des données sont disponibles, et que cette augmentation est causée par des émissions de gaz à effet de serre et d'autres polluants d'origine humaine".

Dans un commentaire accompagnant cette étude, Andrew Monaghan, du Centre national pour la recherche atmosphérique (NCAR) à Boulder (Colorado), rappelle que "les écrits sur cette question montrent de plus en plus souvent que les changements du climat en Arctique et en Antarctique sont cohérents avec le réchauffement provoqué par l'Homme sur l'ensemble de la planète".

Ces derniers travaux, selon lui, "démontrent de manière convaincante ce que les études précédentes avaient suggéré, à savoir que l'Homme a vraiment contribué au réchauffement des régions arctiques comme antarctiques", car ils se sont seulement concentrés sur les points où les données de température existent, et non pas sur l'ensemble des zones polaires. "Connaître les causes des variations du climat polaire est essentiel pour comprendre comment les couvertures de glace vont évoluer au cours du XXIe siècle", conclut-il. (afp)

30/10/08 20h55

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1742/Rechauffem…des-poles.dhtml

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a eu plusieurs articles parus dans Science et Nature qui ont remis en cause récemment l'idée que le réchauffement des régions polaires pouvait être attribué à l'émission de GES :

http://www.pensee-unique.fr/oceans.html ( voir l'ajout du 4 octobre 2008).

C'est peut-être une forme de réponse à ces articles.

Ensuite, le réchauffement de l'antarctique ne me parait pas évident ( tout dépend probablement de la période de référence). On montre souvent l'évolution des volumes de glace, mais plus rarement celle des températures en arctique.

Voici un lien vers skyfal à ce sujet concernant l'arctique : ( le lien montre en effet une hausse. L'arctique se réchauffait lentement quand la terre se réchauffait vite. Il a accéléré son réchauffement alors que la terre ne se réchauffe plus. Le réchauffement des trente dernière années est comprable à celui de 1915 - 1945)

http://skyfal.free.fr/?p=275

Enfin, sur la dernière décennie, la planète dans son ensemble ne s'est pas réchauffée. Ce résultat global contredis partiellement l'idée que les GES puissent réchauffer le climat et leur rôle dans les régions polaire en particulier.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Voici un lien vers skyfal à ce sujet concernant l'arctique : ( le lien montre en effet une hausse. L'arctique se réchauffait lentement quand la terre se réchauffait vite. Il a accéléré son réchauffement alors que la terre ne se réchauffe plus. Le réchauffement des trente dernière années est comprable à celui de 1915 - 1945)

http://skyfal.free.fr/?p=275

nhshgl.gif

Pas compris comment skyfall, partant de ces données, a pu en aboutir à cette conclusion : vous avez une idée ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
nhshgl.gif

Pas compris comment skyfall, partant de ces données, a pu en aboutir à cette conclusion : vous avez une idée ?

Pour éviter toute confusion : vos liens concernent l'hémisphère sud et nord et non les pôles spécifiquement.

Concernant sky fall : on ne peut attribuer une conclusion à l'article dont le titre se contente de poser une question ( même si la réponse peut sembler implicite). C

Concernant les blogueurs, leur réponse est clairement non. Et je suis de leur avis : le réchauffement actuel n'est pas plus rapide que celui des années 20 ou 30. En revanche, il est vrai que l'arctique n'a jamais été aussi chaud depuis qu'on en mesure la température. Ca dépend donc de ce qu'on entend par réchauffement sans précédent.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Concernant les blogueurs, leur réponse est clairement non. Et je suis de leur avis.
Ouf, vous avez trouvé la réponse que vous attendiez…

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ouf, vous avez trouvé la réponse que vous attendiez…

Et toi l'ami c'est quoi ta reponse?

Que tu ne connais pas la difference entre une temperature moyenne globale et celle de l'arctique ou alors que tu as essaye de nous entuber avec tes graphes?

TZonal_HadCRUT3v72.5.png

Voici celui que l'on trouve en allant sur le lien de Domi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Plus de glaciers au Chili ? Bah. Ils mangeront des milk-shakes.

Ce serait vraiment vraiment grave si c'était en Italie. C'est là que sont les vrais glaciers :icon_up:.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cet article de merde chiffre les emplois qui vont être créés mais pas ceux qui vont être détruits.

En net, un tel coût entrainera une baisse de l'emploi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

voici un lien vers un article de Richard Lindzen :

http://www.pensee-unique.fr/LindzenVF1.pdf

Lindzen est probablement le climatologue sceptique le plus renommé. Il aurait notamment convaincu Claude Allègre.

Dans cet article de 34 pages Linzden énonce les problèmes auxquels sont confrontés les sciences climatiques actuellement.

Son article se subdivise en 5 parties :

1. Dans la première partie Lindzen montre que le financement des sciences est devenu une question de plus en plus importante.

Le financement des sciences est en outre basé davantage sur des peurs que sur un sentiment de gratitude à l'égard des scientifiques.

2. Cette deuxième partie décrit les stratégies d'entrisme de la part de certains "Khmers verts" dans les organismes scientifiques.

Lindzen cite de nombreux exemples de personnalités bien placés dans les grandes organisations scientifiques, capables d'influencer leur communication sans que leur poste puisse se justifier par les progrès qu'ils auraient fait accomplir aux sciences climatiques.

Lindzen cite :

- Anthony soccy principal porte-parole de la société de météorologie américaine et ancien employé d'Al gore,

- Firor, directeur administratif du centre national américain de recherche sur l'atmosphère, ancien président de l'association environnemental defense de 75 à 80.

- Robert Napier, président du conseil d’administration de l'office météorologique britannique, qui était auparavant le directeur exécutif de la section britannique du WWF

- Bill Hare, un avocat et directeur de campagne pour Greenpeace, s’exprime fréquemment en tant que représentant « scientifique » de l’institut Potsdam, le plus important centre de recherche allemand sur le réchauffement climatique

- john holdren, lui aussi président d'une association environnementaliste a été le porte-parole de l'admninistration Clinton-Gore sur le réchauffement climatique,

- Oppenheimer un autre environnementaliste, a été auteur principal du Giec et professeur à Princeton, malgré une faible contribution aux sciences du climat.

Pour dire que ces personnes avaient des compétences limitées en matière climatique, nous n'avons après tout que l'opinion de Lindzen. Après tout ne peut-on être un trés grand scientifique et engagé dans les questions de société ? Le problème est qu'ici les responsabilités dans les mouvements environnementaux précédent aussi régulièrement les postes à la hiérarchie des organisations scientifiques. Un peu comme si des présidents d'association ou de partis libéraux devenaient fréquemment professeurs d'économie dans les meilleures universités. Dans le sens inverse, ce serait moins choquant.

Lindzen évoque enfin l'académie de sciences américaines où figurent des activistes écologistes recrutés par une procédure particulière :

- Ralph cicérone, président de l'académie des sciences américaines,

- susan salomon, James hansen ( sans doute le plus célèbre des alarmistes qui travaille pour la nasa),

- John Holdren déjà cité plus haut,

- Paul Ehrlich, , stephan schneider, originaires de l'université de Stanford en californie, ( tout comme Kennedy ancien directeur de la revue science)

Concernant les deux derniers cités, il est intéressant de noter les prédictions qu'ils faisaient concernant le refroidissement climatique dans les années 70 ainsi que michel oppenheimer que j'ai cité précedemment.

Voir ici : http://www.pensee-unique.fr/betisier.html

On voit donc que des scientifiques qui ont pu dire absolument n'importe quoi dans le passé comme Ehrlich sont maintenant membres de l'académie des sciences américaines où ils peuvent exercer leur influence.

lindzen cite aussi d'autres méthodes utilisées par les médias ou les associations écologistes pour influencer les scientifiques.

3. Troisième partie : la science au service de la politique.

Comment les connaissances où les faits doivent évoluer pour soutenir la thèse du réchauffement global :

- climat de l'éocène, il y a 50 millions d'année,

- climat du dernier maximum glaciaire, il y a 18,000 ans,

- climat des 1000 dernières années, ( courbe en forme de crosse de Hockey),

- climat des années 40/70 et suppression de l'épisode de refroidissement global ( qui avait fait craindre à certains une nouvelle ère glaciaire.)

- signature du réchauffement dans l'atmosphère, ( changement de méthode de mesure pour les températures )

- la mesure du consensus.

4. quatrième partie : elle concerne les pressions exercées contre les scientifiques réfractaires et les méthodes utilisées pour qu'ils ne puissent s'exprimer.

5 cinquième partie : les dangers pour la science et la société.

-

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tiens, je tombe sur une carte intéressante.

Rappelez-vous : le réchauffement climatique, c'est quand il fait partout plus froid que la moyenne. Si si.

01_10_2008_DvTempRank_pg.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'article de Lindzen est effrayant, notamment par la collusion entre milieux d'affaires mafieux (Enron, Lehman) et fonctionnaires. On peut même se demander si le dérèglement climatique supposé n'est pas de nature plus financier que naturel.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tiens, je tombe sur une carte intéressante.

Rappelez-vous : le réchauffement climatique, c'est quand il fait partout plus froid que la moyenne. Si si.

01_10_2008_DvTempRank_pg.gif

Allez, courage : vous allez prendre votre plume, votre meilleur anglais, et faire une petite lettre à l'éditeur en chef de la revue Nature en disant que leur revue c'est du bla-bla-bla, et que vous, sur libéraux.org, détenez la vérité vraie sur le climat. Que vraiment s'intéresser aux températures des glaciers c'est vulgaire, alors qu'un bon thermomètre sur un balcon suffit.

Vous promettez, histoire que nous rigolions un peu, que vous nous posterez ici même la réponse ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Vous promettez, histoire que nous rigolions un peu, que vous nous posterez ici même la réponse ?

En fait, moi, je vous propose que vous nous sortiez un argument solide pour ouvrir le débat, sur cette carte ou sur le précédent post de Domi. Vos petits jeux de jambes pour noyer le poisson dans une montée cataclysmique des eaux qui ne vient pas n'aboutit finalement qu'à vous tremper le pantalon.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Allez, courage : vous allez prendre votre plume, votre meilleur anglais, et faire une petite lettre à l'éditeur en chef de la revue Nature en disant que leur revue c'est du bla-bla-bla, et que vous, sur libéraux.org, détenez la vérité vraie sur le climat. Que vraiment s'intéresser aux températures des glaciers c'est vulgaire, alors qu'un bon thermomètre sur un balcon suffit.

Je doute fort que vous ayez lu Nature.

http://www.nature.com/climate/index.html

Share this post


Link to post
Share on other sites
Allez, courage : vous allez prendre votre plume, votre meilleur anglais, et faire une petite lettre à l'éditeur en chef de la revue Nature en disant que leur revue c'est du bla-bla-bla, et que vous, sur libéraux.org, détenez la vérité vraie sur le climat. Que vraiment s'intéresser aux températures des glaciers c'est vulgaire, alors qu'un bon thermomètre sur un balcon suffit.

Vous promettez, histoire que nous rigolions un peu, que vous nous posterez ici même la réponse ?

Argument d'autorité classique.

Contestez-vous la carte donnée par h16, qui indique que les températures de 2008 sont très basses aux Etats-Unis? L'article de l'éditeur en chef de la revue Nature ne contient aucun argument sérieux pour le faire: il ne s'agit que de prédictions sur les effets de l'absorption de gaz à effets de serre par les océans, le tout pour proposer de fixer des quotas de pêche le plus bas possible. Rien à voir.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Contestez-vous la carte donnée par h16, qui indique que les températures de 2008 sont très basses aux Etats-Unis?

Nullement.

Je conteste simplement que prendre la température aux états-Unis et pas ailleurs est stupide et/ou frauduleux.

Tant qu'à faire, prenons les même sources, c'est à dire les mesures de la NASA.

le mois d'octobre 2008 par rapport à la moyenne 1950_1980 :

http://data.giss.nasa.gov/cgi-bin/gistemp/…200&pol=reg

Allez h16, un petit zoom sur le sud de l'Alaska ?

Argument d'autorité classique.

Et oui, un billet dans un blog républicain et un article dans Nature ne se valent, scientifiquement parlant, pas.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nullement.

Je conteste simplement que prendre la température aux états-Unis et pas ailleurs est stupide et/ou frauduleux. […]

Mais citer un article de Nature qui n'a rien à voir n'est certainement pas un argument valide pour cela. Pas plus que prendre les données d'un seul mois pour confimer une tendance lourde, supposée durer jusqu'en 2100.

Et oui, un billet dans un blog républicain et un article dans Nature ne se valent, scientifiquement parlant, pas.

Vous êtes manifestement bouché à l'émeri. Un article de Nature qui n'a rien à voir avec le sujet dont il est question (la température aux Etats-Unis) n'a aucune valeur dans ce débat.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Allez h16, un petit zoom sur le sud de l'Alaska ?

Allez, Barbapapa, un petit argument solide visant à prouver de façon - enfin claire - que les gens du GIEC ne sont pas des escrocs ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Allez, Barbapapa, un petit argument solide visant à prouver de façon - enfin claire - que les gens du GIEC ne sont pas des escrocs ?
Et sur votre tentative de manipulation d'opinion ? Pas de commentaires ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Et sur votre tentative de manipulation d'opinion ? Pas de commentaires ?

PardoOon ? :icon_up: Je, moi, unique, tout seul dans mon coin, manipule l'opinion avec la force des médias que je contrôle et qui sont tous inféodés à la doxa libérale antiréchauffiste, comme chacun peut le constater ?

Vous avez bu, ce midi ?

Et à part ces accusations consternantes, vous dites quoi, exactement ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pas plus que prendre les données d'un seul mois pour confimer une tendance lourde, supposée durer jusqu'en 2100.

Exact : d'ailleurs voici les données sur la période Nov 2007-Oct 2008, complétant l'astucieux zoom de h16 sur l'Amérique du Nord :

GHCN_GISS_1200km_Anom1112_2008_2008_1951_1980.gif

C'est vrai que prendre les données du seul octobre 2008 est une grossière erreur, alors que prendre le zoom sur l'Amérique du Nord, ça c'est du solide-scientifique-béton…..

Et à part ces accusations consternantes, vous dites quoi, exactement ?
Je dis que faire un zoom sur une partie d'une carte dans le but de faire passer un message est frauduleux.
Allez, Barbapapa, un petit argument solide visant à prouver de façon - enfin claire - que les gens du GIEC ne sont pas des escrocs ?
Et la NASA ce ne sont que des communistes aussi : ils colorent leurs cartes en rouge.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nullement.

Je conteste simplement que prendre la température aux états-Unis et pas ailleurs est stupide et/ou frauduleux.

Tant qu'à faire, prenons les même sources, c'est à dire les mesures de la NASA.

le mois d'octobre 2008 par rapport à la moyenne 1950_1980 :

http://data.giss.nasa.gov/cgi-bin/gistemp/…200&pol=reg

Allez h16, un petit zoom sur le sud de l'Alaska ?

Et oui, un billet dans un blog républicain et un article dans Nature ne se valent, scientifiquement parlant, pas.

Personne ne conteste le réchauffement actuel de la planète, mais ce réchauffement est provisoire et lié à l'activité solaire et certainement pas à l'activité humaine, beaucoup de scientifiques sérieux estiment que d'ailleurs nous sommes à l'aube d'un nouveau refroidissement de la planète.

D'autre part, le graphique avec la température sur la planète est facilement exploitable à des fins malhonnêtes. Si je regarde le graphique, l'Antarctique a vu la température moyenne baisser, c'est-à-dire que pendant que la calotte glaciaire au pole nord s'effrite, elle se renforce au pôle sud. D'autre part, l'absence navrante de prises de température sur les zones en gris, c'est-a-dire les océans, ce qui représentent les deux tiers du globe, fait donc de cette étude une analyse totalement incomplète et encore une fois orientée.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et vous quand on vous prends la main dans le sac, quand vous confondez temperature moyenne globale et temperature moyenne de l'arctique, vous n'avez rien a dire?

Et puis vous etes rigolo avec vos cartes, oui depuis 100 ans la temperature moyenne est montee de 0.7C, la belle affaire puisqu'elle redescent depuis 2003.

Share this post


Link to post
Share on other sites
D'autre part, le graphique avec la température sur la planète est facilement exploitable à des fins malhonnêtes.
Et le fait de faire un zoom sur l'Amérique du nord de la carte précédente : vous en pensez quoi ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Exact : d'ailleurs voici les données sur la période Nov 2007-Oct 2008, complétant l'astucieux zoom de h16 sur l'Amérique du Nord :

GHCN_GISS_1200km_Anom1112_2008_2008_1951_1980.gif

C'est vrai que prendre les données du seul octobre 2008 est une grossière erreur, alors que prendre le zoom sur l'Amérique du Nord, ça c'est du solide-scientifique-béton….. […]

Si vous n'êtes pas capable de faire mieux que nous et que vous nous prenez des imbéciles, permettez que nous pensions la même chose à votre sujet.

Tiens, par curiosité, j'ai tracé la même carte pour 2006-2007:

post-253-1226407928_thumb.png

Il est évident que 2008 sera plus froide que 2007. Par conséquent, d'autres hypothèses, comme l'activité solaire (qui a atteint son minimum en 2008), doivent peut-être être prises en compte.

EDIT: j'ai fait aussi 2005-2006 et la tendance se confirme:

post-253-1226408162_thumb.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By Vilfredo Pareto
      Je crée un sujet pour arrêter de polluer le fil des images pas fun mais cool. Un excellent article de Shellenberger dans Forbes résume un peu le gouffre entre les faits et l'hystérie médiatique : https://www.forbes.com/sites/michaelshellenberger/2019/08/26/why-everything-they-say-about-the-amazon-including-that-its-the-lungs-of-the-world-is-wrong.
      Ce passage est noteworthy :
      Outre ce qu'on sait déjà (ces feux sont pour l'instant dans la moyenne des 15 dernières années, ne sont pas tous criminels (en fait "people forget that there are legitimate reasons for small farmers to use controlled burns to knock back insects and pests." selon Nepstad, cité par Shellenberger), n'ont pas seulement lieu en Amazonie et ne sont pas nécessairement liés à la déforestation, par ailleurs en net recul depuis le début des années 2000), je propose également que nous discutions sur ce fil des causes plausibles de ces feux (la sous-productivité de l'agriculture brésilienne par exemple*) et de leur lien avec la climate variability de l'Amazonie (v. lien frontiersin.org ci-dessous) @Philiber Té je crois que c'est ce dont tu voulais discuter. C'est l'occasion pour chacun de participer à la collecte d'articles au fur et à mesure que la situation évolue (Bolsonaro a envoyé l'armée) et à ceux qui parmi nous sont le plus au fait des débats scientifiques sur le réchauffement de discuter/partager leurs analyses de cet événement précis.
       
      * food for thought : https://www.icv.org.br/novo-campo-program-2/
      https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/feart.2018.00228/full
      https://globalforestatlas.yale.edu/amazon/land-use/cattle-ranching
      et surtout https://www.mdpi.com/2071-1050/10/4/1301/htm
    • By FabriceM
      L'Australie fait face à une énorme vague de chaleur.
      La demande en électricité explose, notamment pour faire tourner les climatiseurs.
      Problème, la production ne suit pas et des coupures tournantes sont en place et ont déjà touché 90 000 habitants*.
       
      *1 http://www.adelaidenow.com.au/news/south-australia/sa-power-crisis-will-there-be-more-blackouts/news-story/82f848efbc42455b9d7c4e1487b04fa5?nk=ea7883841d0b2ba93781d572d98b9fae-1486676862
      *2  http://www.9news.com.au/national/2017/02/08/20/12/blackout-leaves-at-least-40000-people-without-power-in-south-australia
       
      A l'origine de tout ça, la dépendance à l'énergie éolienne que s'est infligée le sud de l’Australie. Avec une production réelle égale à 7% de la production nominale, ce "trou" dans la production est, je cite, "au cœur du problème".
×
×
  • Create New...