Jump to content

Critique Du Discours Libéral Français Actuel


Ash

Recommended Posts

Je tiens à relayer cette analyse que je trouve intéressante.

Donnez votre avis ici ou sur son blog.

Les faiblesses du discours libéral français

8 juin 2007

Plus de deux siècles après Montesquieu, le libéralisme français est enfin parvenu à une inexistence politique à peu près totale. Peut-être les libéraux français auraient-ils un peu intérêt à se demander comment ce brillant résultat a été atteint et s’il existe un moyen d’inverser ce processus. Voici quelques suggestions.

Le discours libéral français actuel souffre de l’angle essentiellement défensif sous lequel il s’exprime. Sans doute parce que le poids de l’Etat s’est accru de façon à peu près continue depuis le première guerre mondiale, les libéraux ont pris l’habitude de pointer un par un les cas d’intervention excessive et contre-productive de l’Etat en France. Afin de renforcer leur discours, ils utilisent des exemples a contrario de neutralité de l’Etat donnant de bons résultats, mais ces exemples doivent de plus en plus être cherchés à l’étranger.

Par ailleurs, les libéraux connaissent par coeur le propos de Bastiat sur ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas et sont parfaitement conscients de ce qu’il s’agit d’un handicap difficile à surmonter, puisque ce qu’on voit, ce sont les avantages de l’étatisme, et ce qu’on ne voit pas, ce sont les avantages du libéralisme. C’est d’ailleurs pour cela que les libéraux reprennent si souvent le discours de Bastiat : parce qu’il décrit le handicap dont ils souffrent et montre en quoi ce handicap est injuste. Mais même en en démontrant l’injustice, il est toujours là.

En fin de compte, le discours libéral français consiste le plus souvent à montrer, secteur par secteur, en quoi le libéralisme est plus efficace que l’étatisme. Les libéraux cherchent par conséquent à passer pour des pragmatiques ne se sentant tenus par aucun dogme et prêts, le cas échéant, puisqu’ils sont pragmatiques et uniquement soucieux des résultats, à adopter des positions qui peuvent paraître un peu étranges de la part de libéraux. C’est ainsi que des gens comme Sorman, Rioufol ou Michaux sont capables de défendre les politiques de discrimination “positive” qui pourraient pourtant sembler, et qui en fait sont absolument, contraires à tout ce que le libéralisme représente. Le libéralisme, répondront probablement les intéressés, n’est pas une idéologie, et nous sommes des pragmatiques prêts à défendre ce qui marche plutôt que ce qui paraît conforme à notre doctrine. Soit, mais pourquoi dans ce cas se dire libéral ?

Conséquence plus générale de cet état de choses, le discours libéral se concentre généralement sur l’économie, domaine tenu pour distinct de tous les autres et dans lequel certaines choses peuvent être mesurées avec une certaine précision. L’économie se prête à la modélisation plus ou moins mathématique, donc les libéraux y trouvent matière à démontrer de façon assez objective, la justesse de leurs idées. Les controverses existent mais les libéraux peuvent néanmoins, dans ce domaine, défendre leur point de vue sans se référer à de quelconques fondements philosophiques. Le libéralisme économique mérite d’être défendu, disent-ils, parce qu’il marche.

Cette attention particulière portée aux résultats pratiques et à l’examen au cas par cas des domaines de l’action publique est cependant, pour les libéraux, une solution de facilité.

Le libéralisme repose d’abord sur une certaine vision de l’humanité, selon laquelle la liberté est un bien précieux pour des raisons tout à fait distinctes de l’efficacité économique. Même si la liberté n’était pas la meilleure des politiques économiques, elle mériterait sans doute d’être défendue pour un certain nombre de raisons qui ne seront pas détaillées ici mais dont les libéraux devraient se souvenir.

L’économie n’est qu’un domaine de l’activité humaine parmi d’autres, et il est même loin d’être certain qu’on puisse l’isoler comme on le fait généralement. La plupart des gens font huit heures par jour et cinq jours par semaine “de l’économie”. Ils travaillent et gagnent leur vie. Jouir de la liberté pendant cet intervalle n’a pas que des conséquences économiques. En réalité, l’idée libérale s’applique à l’économie comme aux autres domaines, avec les mêmes avantages et les mêmes inconvénients. L’économie se prête simplement mieux à des modélisation appuyées sur des outils mathématiques d’une part, à des observations quantifiées d’autre part, ce qui permet aux libéraux d’espérer imposer leur point de vue par la logique. C’est d’ailleurs en partie ce qui se passe.

Mais ce qui est vrai en économie l’est également, et de façon très logique, dans les autres domaines de l’activité humaine. L’idée que la satisfaction des désirs et des besoins individuels n’est pas contradictoire avec celle des besoins collectifs est vraie ou fausse mais n’a aucune raison de se limiter aux activités visant à la création de richesses matérielles. Si la concurrence entre producteurs et marchands apporte des bénéfices au consommateurs, pourquoi ne serait-il pas également vrai que la concurrence entre les idées apporte des bénéfices au citoyen ?

Enfin, le point le plus important parmi ceux que les libéraux ont malheureusement oubliés est le fait que le libéralisme est avant tout une théorie de l’Etat. Les libéraux français se contentent généralement d’énumérer ce que l’Etat ne doit pas faire, et ils le font souvent très bien. Des gens comme Revel ou Manière, ou plus récemment Laine, ont ces dernières années plaidé de façon très convaincante en faveur du désengagement de l’Etat, mais expliquer où l’Etat ne doit pas être est insuffisant. Il faut aussi expliquer où il doit être, et les deux réflexions sont non seulement aussi importantes l’une que l’autre, mais surtout complètement indissociables. Le désengagement de l’Etat ne doit pas être une sorte de route sans fin comme l’est la progressivité de l’impôt à gauche : apparemment, l’impôt n’est jamais suffisamment progressif et on ne peut jamais trop redistribuer les revenus. Telle est l’impression donnée par le discours de gauche sur la redistribution. Le discours libéral sur le désengagement de l’Etat ne doit pas en être une image inversée. L’Etat n’a besoin de se désengager que parce qu’il est, aujourd’hui, trop engagé. Il pourrait très bien ne pas l’être suffisamment, ce qui est d’ailleurs le cas dans un certain nombre de domaines.

Le désengagement de l’Etat repose sur l’idée que l’Etat fait certaines choses mieux que d’autres, et surtout fait certaines choses plus légitimement que d’autres. En gros, si l’on dit que la mission de l’Etat consiste à assurer la sécurité des biens et des personnes, son désengagement d’autres domaines d’activité doit avoir lieu dans la perspective d’une rationnalisation des ses missions en faveur de ses tâches fondamentales. C’est là que se trouve la réponse des libéraux aux objections selon lesquelles ils veulent faire disparaître l’Etat et laisser le désordre s’installer. La question n’est pas la “quantité” d’Etat mais ce que l’Etat doit faire et ne pas faire.

Or, l’Etat remplit au moins une fonction particulièrement importante du point de vue d’un libéral : la défense de la liberté. Celle-ci peut être indirrecte, au sens où l’Etat, en assurant la sécurité, protège les individus des menaces autres qu’étatiques contre leur liberté ; ou plus directe dans la mesure où une constitution bien faite limite les pouvoirs de l’Etat, et où l’équilibre des pouvoirs, un principe d’une incroyable complexité quand on veut qu’il s’applique correctement, doit conduire l’Etat à se restreindre lui-même. Rares sont les endroits où ce principe est correctement compris et mis en pratique, et la France n’en fait pas partie. Les libéraux devraient logiquement chercher à faire en sorte que “par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir”. Tel devrait être leur premier objectif, et telle n’est pas leur activité principale. Laisser dire, comme les politiciens le font régulièrement, que ces questions n’intéressent pas les Français et que ces derniers veulent avant tout voir leur niveau de vie augmenter, c’est manquer une occasion de replacer le libéralisme au centre même du débat politique français, et c’est aussi accepter que soit tenu un discours méprisant, à la limite de l’insulte, vis-à-vis des Français.

Le libéralisme s’appuie sur une vision à la fois optimiste et pessimiste de l’être humain. Optimiste parce que l’individu est considéré comme capable de bien faire quand on le laisse faire, pessimsite parce que les individus sont considérés comme susceptible d’essayer d’imposer leur volonté les uns aux autres. Le libéralisme n’est abslument pas une doctrine proclamant l’inutilité de toute contrainte étatique, c’est un ensemble de principes visant à fixer des limites aussi peu contraignantes que possible à la liberté.

On peut supposer que la raison principale pour laquelle le libéralisme est impopulaire en France et dans d’autres pays est que les gens se méfient les uns des autres. C’est ce qui est dit de façon très claire dans le domaine économique et social : si on laisse les patrons faire ce qu’ils veulent, dit-on, ils exploiteront les travaileurs. Le même argument est employé dans d’autres domaines, comme la possession d’armes à feu par les individus.

Les libéraux devraient prendre au sérieux ces arguments. Cela ne sert à rien de soutenir que les individus sont plus responsables qu’ils ne le sont. Mettre l’individu et la liberté individuelle au centre d’une doctrine politique est parfaitement légitime et justifié, mais la liberté individuelle suppose un certain sens des responsabilité qui est ou n’est pas acquis, et s’il ne l’est pas, alors il faut faire en sorte qu’il le soit. Ce devrait être l’un des objectifs du libéralisme, et c’est l’une de ses difficultés. Si c’est l’Etat qui doit préparer les individus à être de plus en plus libres, cela signifie que l’on confie à l’Etat la mission d’assurer son propre rétrécissement, et rares sont les bureaucraties qui remplissent avec zèle ce type de missions. C’est un problème complexe, mais c’est le problème des libéraux. Ce sont eux qui veulent faire reculer l’Etat, et seul l’Etat peut faire reculer l’Etat. La tâche est loin d’être aisée et le politicien qui saura la mettre en oeuvre sera très habile. Cet apparent paradoxe ne fait pas du libéralisme une utopie, et les libéraux devraient également se demander pour quelle raison un tel contresens est aussi fréquent. L’une des raisons peut être justement le fait que le libéralisme fait partie des doctrines qui deviendraient efficaces si une majorité suffisamment importante des citoyens l’approuvaient, ce que l’on aurait aussi bien pu dire, pourrait-on entendre, du communisme. Ergo, le libéralisme est un nouveau totalitarisme, une “perversion de l’esprit humain” et une utopie dangereuse. C’est aux libéraux de trouver la réponse appropriée à cet argumentaire étonamment agressif mais entendu régulièrement, et la réponse pourrait être que le libéralisme ne vise qu’à l’exercice de la liberté individuelle et qu’il ne peut pas, par conséquent, devenir une tyrannie puisqu’il cesserait instantanément d’être ce qu’il est. On ne pouvait pas en dire autant du communisme, dont le caractère tyrannique ne contredisait pas fondamentalement les objectifs. On peut supposer que l’évolution vers le libéralisme occidental du XIXe siècle s’est inscrite dans l’émergence de l’Etat moderne, conçu avant tout comme un instrument de protection des individus à la fois contre les périls extérieurs et contre eux-mêmes. L’évolution ultérieure de l’Etat est peut-être le produit de la Première guerre mondiale, c’est-à-dire d’un retour en force de ces dangers ayant entraîné la construction d’économies de guerre qui auront évolué en temps de paix vers les économies administrées encore très présentes en France. Peut-être les longues périodes de paix sont-elles propices à un recul relativement spontané de l’Etat. Peut-être les tensions internes à la société françaises sont-elles plus fortes qu’on ne le croit habituellement. Tout cela est possible et mérite d’être examiné et discuté, car c’est en définissant les finalités de l’Etat que l’on peut fixer ses limites, et c’est en réfléchissant aux limites de la doctrine libérale qu’on peut la rendre effectivement applicable.

D’une certaine manière, l’instauration du libéralisme présente des points communs avec les processus de paix dans les pays en guerre civile. Il faut essayer avec beaucoup de patience de faire en sorte que les gens se méfient de moins en moins les uns des autres. Il est sans doute nécessaire de forcer la marche des choses à certains moments, et la grande bataille contre les syndicats à laquelle les libéraux s’attendent plus ou moins aura peut-être lieu, mais le plus important est sans doute de démêler l’ensemble assez complexe de tensions et de méfiance mutuelle qui existe dans la société française. C’est une tâche complexe et très difficile, mais quel intérêt y a-t-il à ne pas admettre l’existence de difficultés ? Si le discours libéral se contente de montrer en quoi le libéralisme est le meilleur des systèmes imaginables en s’appuyant sur des exemples économiques, plutôt que d’essayer de comprendre pourquoi pratiquement personne n’a l’air convaincu, les choses ne sont pas près d’avancer.

http://www.peres-fondateurs.com/~saynomore/?p=116

Link to comment

Globalement d'accord, il y a des tas d'arguments moraux qui sont plus efficaces auprès des non-libéraux, que les arguments utilitaristes.

si on laisse les patrons faire ce qu’ils veulent, dit-on, ils exploiteront les travaileurs

Si on laisse les employés exiger tout ce qu'ils veulent, ils ruineront les entreprises :icon_up:

Le même argument est employé dans d’autres domaines, comme la possession d’armes à feu par les individus.

Demande à ton interlocuteur si, lui, il se servirait d'une arme à mauvaise escient. Il répond non, tu lui dis "alors pourquoi tu n'en aurais pas une, d'arme ?"

Link to comment
Il n'écrit nul part qu'il s'agit de modéliser la vie des gens. Ensuite ce n'est pas une défense, ni même une critique, juste une contastation.

Tu peux aussi suivre le fil sur PF :

http://www.peres-fondateurs.com/forum/view…=246685#p246685

"L’économie se prête à la modélisation plus ou moins mathématique, donc les libéraux y trouvent matière à démontrer de façon assez objective, la justesse de leurs idées"

c'est quoi ce libéralisme qui peut correspondre à cette phrase ?

Link to comment
c'est quoi ce libéralisme qui peut correspondre à cette phrase ?

Il s'agit des libéraux qui admettent partiellement ou intégralement le paradigme néo-classique lorsqu'ils défendent des positions libérales dans le domaine économique, pour établir l'efficience de leurs principes.

Link to comment

Je ne suis pas d'accord avec le constat de départ, le libéralisme actuel se renforce après un XXe siècle calamiteux, de guerre puis de dirigisme, jusqu'à Thatcher et Reagan. Par le passé, le libéralisme n'a jamais été puissant de façon autonome : s'il a pu apparaitre puissant au XIXe c'est d'abord parce qu'il se confondait avec le mouvement progressiste.

Aujourd'hui la France reste un Etat fortement étatisé mais l'élection de Sarkozy, auquel on prête plus de libéralisme qu'il n'en démontre, mais diabolisé en libéral, témoigne de l'avènement d'une droite plus libérale. A gauche le libéralisme est perçu comme une fatalité. Dans les deux camps, le libéralisme est donc accepté comme une nécessité. A l'étranger le tiermondisme est mort, le capitalisme s'étend -pour le plus grand bien de l'humanité-, de même la démocratie et l'instruction.

Donc je suis optimiste pour l'avenir.

Le texte propose aux libéraux de se monter un programme et c'est vrai qu'il n'y en a pas de précis. La comparaison avec le marxisme doit être rejetée avec plus de facilité que ne le pense l'auteur. S'il est vrai qu'on retrouve dans la bouche de marxistes cette critique d'un "libéralisme totalitaire", c'est parce que ceux-ci ont vu leur idéologie échouer et veulent entrainer dans leur chute tout ce qui ressemble à une idéologie (comme l'expliquerait sans doute Ronnie) afin de nous resservir leur cuisine sous un nouveau nom plus in comme l'altermondialisme. En tant que libéral, je ne prone nullement la disparition de l'Etat ni même nécessairement un Etat faible mais je veux qu'il cesse d'investir la vie de ceux qui ne souhaitent pas sa présence. Ainsi je ne souhaite pas qu'il y ait une politique culturelle ce qui concrètement signifie qu'elle pourrait exister mais sans mes deniers.

A partir du moment où une fonction de l'Etat n'est pas régalienne, l'individu ne devrait pas être contraint de la financer : non à la culture d'état, à la sécurité sociale monopolistique etc. Un tel programme n'a rien de totalitaire, qui permet à l'individu de ne pas obéir à la majorité ou à l'Etat.

En fait il n'y a pas de programme libéral car ce que prescrit le libéralisme est essentiellement négatif, de même que la liberté se définit essentiellement par la négative. Et puis qu'est-ce que c'est un programme politique positif ? Celui-ci suinte souvent le scientisme (ex : baisser la durée de travail pour diminuer le chômage).

Sur la question du pouvoir, je suis à nouveau en désaccord. Le problème pour un libéral ce n'est pas le pouvoir mais son abus, contrairement aux anarchistes et aux enfants mal élevés (mais c'est la même chose) qui sont contre toute autorité en tant que telle. Aujourd'hui le pouvoir a force de "s'arrêter lui-même" a généré des formes perverses et incontrolables de pouvoir : le pouvoir politique, démocratique et responsable (j'entends : devant les électeurs), a été insidieusement remplacé par la bureaucratie. Mais cette bureaucratie n'a pas vraiment de volonté politique, tout juste produit-elle mécaniquement du collectivisme et de l'irresponsabilité. Et là je n'ai pas de solution miracle : faire maigrir l'Etat. Comment ? Par la volonté politique un peu, par la mondialisation beaucoup : aujourd'hui j'ai poirotté 15 minutes à la poste… mais aujourd'hui j'ai aussi appris que ma boulangerie servait de relai pour déposer des objets achetés sur internet, le monopole de la poste démantelé petit à petit sans qu'on s'en rende compte. Je suis très optimiste.

Link to comment
"L’économie se prête à la modélisation plus ou moins mathématique, donc les libéraux y trouvent matière à démontrer de façon assez objective, la justesse de leurs idées"

c'est quoi ce libéralisme qui peut correspondre à cette phrase ?

Un libéralisme rançi.

Link to comment
Aujourd'hui la France reste un Etat fortement étatisé mais l'élection de Sarkozy, auquel on prête plus de libéralisme qu'il n'en démontre, mais diabolisé en libéral, témoigne de l'avènement d'une droite plus libérale. A gauche le libéralisme est perçu comme une fatalité. Dans les deux camps, le libéralisme est donc accepté comme une nécessité.
A l'étranger le tiermondisme est mort, le capitalisme s'étend -pour le plus grand bien de l'humanité-, de même la démocratie et l'instruction.

Donc je suis optimiste pour l'avenir.

Moi aussi. De plus en plus de pays en Afrique et en Asie changent, lentement certes, mais sûrement, et se développent en rejetant le socialisme pour privilégier une démocratie libérale, capitaliste. La mondialisation a l'immense avantage de contraindre les autres pays à se concurrencer les uns les autres, et donc à devenir plus compétitifs, rentables ( j'ose le mot ) et donc à ressembler à terme à des agences privées ( bien qu'elles ne le soient que de nom ).

Link to comment

Je n'aurais jamais cru que j'approuverais sans réserves un texte de SNM - vous êtes bien certains qu'il s'agit du même ?

Les critiques d'Apollon démontrent par ailleurs qu'il n'a pas compris ce qu'écrit SNM et que, paradoxalement, il raisonne dans un cadre trop étroitement libertarien. Si on consent à regarder autour de soi, la réflexion de SNM sur le pouvoir me semble "spot on" et la comparaison avec ce qu'est l'impôt progressif pour la gauche tout à fait éclairante (même si pour ma part je ne trouve pas que ce maximalisme soit nécessairement une mauvaise idée). Idem pour le programme si on veut bien reconnaître qu'existe une chose appelée "politique politicienne".

Link to comment
Je n'aurais jamais cru que j'approuverais sans réserves un texte de SNM - vous êtes bien certains qu'il s'agit du même ?

Les critiques d'Apollon démontrent par ailleurs qu'il n'a pas compris ce qu'écrit SNM et que, paradoxalement, il raisonne dans un cadre trop étroitement libertarien. Si on consent à regarder autour de soi, la réflexion de SNM sur le pouvoir me semble "spot on" et la comparaison avec ce qu'est l'impôt progressif pour la gauche tout à fait éclairante (même si pour ma part je ne trouve pas que ce maximalisme soit nécessairement une mauvaise idée). Idem pour le programme si on veut bien reconnaître qu'existe une chose appelée "politique politicienne".

:icon_up: Soit.

Link to comment

J'approuve l'analyse, oui, tout à fait. Il se place dans un cadre libéral plutôt qu'anarcap, et si on ajuste les lunettes pour en tenir compte ce qu'il écrit est particulièrement bien observé. Il ne plaide d'ailleurs pas réellement pour "plus d'état" mais pour un autre discours au sujet de l'état, un discours positif consistant à dire ce qu'on croit que l'état doit faire plutôt qu'un discours seulement critique. Même si SNM n'est pas mon pote (oh merveilleux euphémisme…) et qu'il me considère d'ailleurs semble-t-il comme un crétin fini (auquel cas mon approbation doit lui faire un plaisir fou :icon_up:) je subodore que ce qu'il trouve nécessaire fait toujours moins d'état que ce que nous avons actuellement.

Sinon, je sais que ce n'est pas ton but, mais gaffe avec ce genre de remarques, Lafronde va prendre ça pour un rappel à l'ordre et nous pondre un de ses petits billets rigolos dont il a le secret sur son blog.

Link to comment
Tu approuves sans réserve un texte qui explique qu'il faut plus d'Etat dans certains domaines?

Pas plus d'Etat mais mieux d'Etat dans certains domaines, ce qui peut tout autant impliquer moins d'Etat dans d'autres domaines.. :icon_up:

Link to comment

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

×
×
  • Create New...