Jump to content

Prix du pétrole : du puit à la pompe


Recommended Posts

il y a 41 minutes, Riffraff a dit :

 

Je suis d'accord avec ce principe, bien sûr, mais vu qu'on laisse une dette à nos enfants on peut aussi leur laisser des ressources, d'un point de vue inter-générationel cela peut être estimé équitable. C'est mon côté pragmatique qui ressort.

 

Et c'est le marché le mieux à même de déterminer quelle quantité il faut laisser.

Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Tramp a dit :

 

Et c'est le marché le mieux à même de déterminer quelle quantité il faut laisser.

 

Je parle dans le cas de la France, je n'imagine pas une seconde que les conditions soient remplies pour le début, ni d'une étude sérieuse, ni même d'une exploitation, sur le schiste.

Donc au bout du compte peut-être qu'une fois les esprits changés, le prix sera peut-être supérieur dans 30/40 ans, pas sûr du tout j'admets volontiers !

Quand on voit les essais sur les hydrates de méthane, le prix de l'avenir est clairement incertain.

Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, Riffraff a dit :

... on peut aussi leur laisser des ressources

L'humanité n'a pas consommé tout son stock de silex, ni de charbon, etc, etc.

Et tout indique que ce sera pareil pour le stock de pétrole, gaz de schiste.

Alors, quel intérêt de garder pour plus tard (ie à un moment moins approprié) et de se priver de ressources utiles au moment présent ?

C'est juste encore une de ces innombrables conneries qui additionnées qui nous coulent quotidiennement.

Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, Tramp a dit :

 

Et c'est le marché le mieux à même de déterminer quelle quantité il faut laisser.

Je me demande comment peut on parler de << marché >> à propos du business pétrolier. 

Pour moi le <<marché >> ce n'est pas simplement les prix des denrées à la bourse mais aussi tout un ensemble de pratiques et de normes .

On fait la guerre pour le pétrole et même le basic " pollueur payeur"  est un voeux pieux, les prix dans ces conditions ne sont pas du tout ceux d'un << marché! >> qui aujourd'hui est une fiction, le <<marché >> quelle blague.

 

 

Link to post
Share on other sites

Sophisme de la concurrence pure et parfaite. 

 

Même si ces critiques sont vraies, ça ne rend pas les hommes politiques mieux à même de le savoir. 

Link to post
Share on other sites

Mais justement ce que tu nommes sans cesse <<marché >> n'est pas la résultante de la coopération humaine mais plutôt le résultat de l'action de ces politiques que tu dénonces, je ne vous pas comment tu gardes une cohérence ainsi.

 

Link to post
Share on other sites
Mais justement ce que tu nommes sans cesse > n'est pas la résultante de la coopération humaine mais plutôt le résultat de l'action de ces politiques que tu dénonces, je ne vous pas comment tu gardes une cohérence ainsi.

Le marché c'est la rencontre de l'offre et de la demande, point final. 

Il se trouve que, dans le secteur pétrolier, l'offre et la demande sont sous forte influence de déterminants politiques, mais ça ne change rien à l'efficience du marché dans ce contexte.

 

L'ancitipation des phénomènes géopolitiques fait partie intégrante des anticipations par les agents de l'offre et la demande pour le pricing des futures.

Link to post
Share on other sites

Pour moi quand il y a une forte influence de déterminants politiques ce n'est pas un marché. 

 

Tiens du coup mon positionnement serait de presever au maximum les ressources dans l'attente de l'avènement d'un monde a peu près civilisé. 

Link to post
Share on other sites
il y a 39 minutes, frigo a dit :

Pour moi quand il y a une forte influence de déterminants politiques ce n'est pas un marché. 

 

Tiens du coup mon positionnement serait de presever au maximum les ressources dans l'attente de l'avènement d'un monde a peu près civilisé. 

 

Du coup on devrait se laisser tous crever de faim parce que l'agriculture est un marché avec une forte influence politique. Allez, tu commences.

Link to post
Share on other sites
Pour moi quand il y a une forte influence de déterminants politiques ce n'est pas un marché.

Tu ne peux pas refaire les définitions à ta convenance...
bef4ef152bb3fee194b2c2d2d8cdaefd.jpg

Tiens du coup mon positionnement serait de presever au maximum les ressources dans l'attente de l'avènement d'un monde a peu près civilisé. 

9f9.jpg
Link to post
Share on other sites
On 6/24/2017 at 0:28 AM, Riffraff said:

 

Je suis d'accord avec ce principe, bien sûr, mais vu qu'on laisse une dette à nos enfants on peut aussi leur laisser des ressources, d'un point de vue inter-générationel cela peut être estimé équitable. C'est mon côté pragmatique qui ressort.

c'est les sous-estimer. En réalité ils trouveront et créeront plus de ressources que nous 

 

Nous sommes déjà en train d'en créer beaucoup plus qu'avant, c'est ce que prouve l'invalidation de la notion de pic d'huile 

  • Yea 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, frigo a dit :

Quand même il y a des choses sont ils vont hériter, l'air, l'eau, les terres arables, la biodiversité tout cela , et j'en oublie, ils ne vont pas l'inventer. 

L'air ou l'eau ne sont pas vraiment un problème de long terme et global, c'est surtout un problème dans des endroits bien spécifiques. Mais l'air n'est pas un souci dans la majeure partie du monde.

 

Les terres arables ont a déjà quelque chose de plus consistant mais visiblement le monde moderne occidental s'en préoccupe de plus en plus et donc je ne m'inquiéter ai pas trop pour ça.

Link to post
Share on other sites

Les terres arables ? C'est tellement un problème que la forêt avance parce qu'on arrête de s'en servir.

Link to post
Share on other sites
il y a une heure, FabriceM a dit :

source ?

C'est par exemple le cas sur mon ban communal (4500 hectares).

Avec des dizaines d'hectares exploités dans le passé, désormais boisés.

Et les paysans du coin qui, chaque année, reprennent (heureusement) ce qui est possible (~5 ha/an)

 

Phénomène absolument pas pris en compte par le PLU,

et certainement pas uniquement propre à ma commune.

Link to post
Share on other sites
il y a 43 minutes, Nick de Cusa a dit :
il y a 12 minutes, Vincent Andrès a dit :

C'est par exemple le cas sur mon ban communal (4500 hectares).

Avec des dizaines d'hectares exploités dans le passé, désormais boisés.

Et les paysans du coin qui, chaque année, reprennent (heureusement) ce qui est possible (~5 ha/an)

 

Phénomène absolument pas pris en compte par le PLU,

et certainement pas uniquement propre à ma commune.

 

Merci. Après, effectivement, sur l'Europe, ça me semble assez consensuel que la surface forestière grandit ou, au moins, reste stable, même si on peut pinailler avec les plantations.

 

Mais à côté on a des pays comme le Nigeria qui perdent 5% de leur surface forestière (410 000 hectares) par an.

http://www.fao.org/3/a-i4793e.pdf (page 17)

 

Sur le même rapport, on nous indique qu'a l'échelle du globe, on perd 6.5 millions d'hectare de forêt "naturelle"* par an. Soit 0.25% en pourcentage de la surface existante. L'équivalent, en gros, de la superficie de l'Irlande.

 

voir http://www.fao.org/docrep/017/ap862e/ap862e00.pdf

- PRIMARY FOREST

- NATURALLY REGENERATED FOREST

- OTHER NATURALLY REGENERATED FOREST

Spoiler

OTHER NATURALLY REGENERATED FOREST
Naturally regenerated forest where there are clearly visible indications of human activities.
Explanatory notes
1. Includes selectively logged-over areas, areas regenerating following agricultural land
use, areas recovering from human-induced fires, etc.
2. Includes forests where it is not possible to distinguish whether planted or naturally
regenerated.
3. Includes forests with a mix of naturally regenerated trees and planted/seeded trees, and
where the naturally regenerated trees are are expected to constitute more than 50 percent of
the growing stock at stand maturity.

 

en opposition à

Citation

 

PLANTED FOREST
Forest predominantly composed of trees established through planting and/or deliberate seeding.
Explanatory notes
1. In this context, predominantly means that the planted/seeded trees are expected to
constitute more than 50 percent of the growing stock at maturity.
2. Includes coppice from trees that were originally planted or seeded.
3. Includes rubberwood, cork oak and Christmas tree plantations.
4. Excludes self-sown trees of introduced species.

 

 

par ailleurs

Citation

areas with tree cover that has been temporarily removed as part of a forest management scheme or temporarily lost through natural disturbances are still considered forest according to the FAO definition

(premier lien, page 19)

 

Donc même en voyant large, comme la FAO, on voit une diminution de la surface de foret "naturelle" à l'échelle du globe, particulièrement en Afrique et Amérique du Sud mais aussi en Asie (même si l'Asie voit un accroissement nette de la surface forestière via les plantations)

 

Et par ailleurs, encore, d'après la FAO, et contrairement à ce que suggérait @Tramp , la surface de terres arables utiliséesà l'échelle du globe a plutôt significativement cru partout en dehors des pays dits industrialisés, au moins jusqu'aux années 2000 (pas de chiffres après)

voir table 4.7 : http://www.fao.org/docrep/005/y4252e/y4252e06.htm

Tiré de World agriculture: towards 2015/2030, AN FAO PERSPECTIVE,publié en 2003

Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, Tramp a dit :

Les terres arables ? C'est tellement un problème que la forêt avance parce qu'on arrête de s'en servir.

Ça s'étend dans les pays sous développés d'une part. 

D'autre part je pensais moins à leur ratification qu'aux problèmes auxiliaires avec le lessivage des sols arables ou l'érosion. 

Link to post
Share on other sites

Je vous laisse admirer un extrait du sujet de sciences physiques (DNB 2017), j'ai sélectionné la pire partie (l'ensemble du sujet est très mauvais, mais là c'est le pompon).

 

 

20170630_090855.jpg

  • Yea 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 5 heures, NoName a dit :

Ça s'étend dans les pays sous développés d'une part. 

D'autre part je pensais moins à leur ratification qu'aux problèmes auxiliaires avec le lessivage des sols arables ou l'érosion. 

 

Ce n'est donc pas un problème d'industrialisation mais le même problème que l'humanité a depuis qu'elle fait de l'agriculture jusqu'à l'époque moderne :

L'agriculture traditionnelle épuise les sols.

Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, Tramp a dit :

 

Ce n'est donc pas un problème d'industrialisation mais le même problème que l'humanité a depuis qu'elle fait de l'agriculture jusqu'à l'époque moderne :

L'agriculture traditionnelle épuise les sols.

L'agriculture à l'époque industrialisée épuise énormément les sols et ça c'est un problème auxquelles on apporte encore que des solutions bancales. M'enfin je me fais pas de soucis comme je le disais. 

Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Boz a dit :

Je vous laisse admirer un extrait du sujet de sciences physiques (DNB 2017), j'ai sélectionné la pire partie (l'ensemble du sujet est très mauvais, mais là c'est le pompon).

 

Consternant.

Link to post
Share on other sites

Ah mais là je suis en vacances. Désolé. Bien tenté.

 

(mais bon c'est vrai qu'il est consternant ce sujet, merde - si jamais je ne peux pas aller me baigner les prochains jours, je saurai quoi faire)

  • Yea 1
Link to post
Share on other sites
1 hour ago, h16 said:

Ah mais là je suis en vacances. Désolé. Bien tenté.

 

(mais bon c'est vrai qu'il est consternant ce sujet, merde - si jamais je ne peux pas aller me baigner les prochains jours, je saurai quoi faire)

 

Par curiosité, ça demande combien de temps la rédaction d'un billet ?

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...