Jump to content

Le cas de l'Iran


HP.

Recommended Posts

Rien n'est simple. Alors que le président Ahmadinejad répète qu'il doute de la réalité de l'Holocauste, la télévision iranienne, contrôlée par les conservateurs, diffuse un feuilleton sur le sort des juifs de France durant la Seconde Guerre mondiale. « Altitude zéro » retrace l'histoire vraie d'Abdol Hossein Sardari, diplomate iranien en poste à Paris dans les années 40, qui, par amour pour une jeune juive, délivre des passeports iraniens pour permettre à un millier de juifs français de partir pour la Palestine. Des millions d'Iraniens suivent ainsi les malheurs d'un peuple persécuté en Europe. Une histoire qui contraste avec les déclarations officielles. Certains veulent y voir la critique, par le pouvoir lui-même, des déclarations à l'emporte-pièce d'Ahmadinejad. « Les lundis soir, tous les juifs d'Iran sont devant leur écran pour revivre l'histoire de l'Holocauste », dit Maurice Motamed, député au Parlement islamique et représentant des 25 000 juifs d'Iran. L'histoire d'un « juste » iranien parmi les « justes »
http://www.lepoint.fr/content/monde/article?id=203794
Link to comment
  • 3 weeks later...

Un des plus influents neocons, conseiller de Giuliani pour la politique internationale, demande le bombardement de l'Iran au plus vite.

We must bomb Iran, says US Republican guru

By Toby Harnden in New York

Last Updated: 2:14am BST 27/10/2007

A senior foreign policy adviser to the Republican frontrunner Rudy Giuliani has urged that Iran be bombed using cruise missiles and "bunker busters" to set back Teheran’s nuclear programme by at least five years.

The tough message at a time of crisis between the United States and Iraq was delivered by Norman Podhoretz, one of the founders of neoconservatism, who has also imparted his stark advice personally to a receptive President George W. Bush.

"None of the alternatives to military action - negotiations, sanctions, provoking an internal insurrection - can possibly work," said Mr Podhoretz.

"They’re all ways of evading the terrible choice we have to make which is to either let them get the bomb or to bomb them."

In an interview with The Daily Telegraph, Mr Podhoretz said he was certain that bombing raids could be successful.

"People I’ve talked to have no doubt we could set it back five or 10 years. There are those who believe we can get the underground facilities as well with these highly sophisticated bunker-busting munitions."

Although Mr Podhoretz said he did not speak for Mr Giuliani, the former New York mayor whom he briefs daily appears to have embraced at least the logic of his hard-line views.

During a visit to London last month, Mr Giuliani said Iran should be given "an absolute assurance that, if they get to the point that they are going to become a nuclear power, we will prevent them or we will set them back five or 10 years".

Mr Podhoretz said: "I was very pleased to see him say that. I was even surprised he went that far. I’m sure some of his political people were telling him to go slow … I wouldn’t advise any candidate to come out and say we have to bomb - it’s not a prudent thing to say at this stage of the campaign."

But Mr Podhoretz’s 77 years and his position as a pre-eminent conservative foreign policy intellectual means he can not only think the unthinkable but say the unsayable.

"My role has simply been to say what I think," he said, explaining that he takes part in weekly conference calls and is in daily email contact with the Giuliani campaign.

He is the most eminent of a clutch of uncompromisingly hawkish aides assembled by Mr Giuliani. They include Daniel Pipes, who opposes a Palestinian state and believes America should "inspire fear, not affection", and Michael Rubin, a former Pentagon official who has argued that Condoleezza Rice’s diplomacy is "dangerous" and signals American "weakness" to Teheran.

"Does Rudy agree with me?" Mr Podhoretz asked rhetorically. "I don’t know and I don’t wish to know." But he added that "Rudy’s view of the war is very similar to mine."

Mr Podhoretz’s thesis is that the war on terror is in fact World War Four and that the 42-year-long Cold War should be more properly described as World War Three.

Awarded the Presidential Medal of Freedom, America’s highest honour, by President George W. Bush in 2004, Mr Podhoretz later sought a rare one-on-on audience with the US commander-in-chief. They met in New York’s Waldorf Astoria hotel in the spring.

The author of the recent World War IV: the Long Struggle Against Islamofacsism spent about 35 minutes outlining his case for air strikes against Iran as Mr Bush’s then chief adviser Karl Rove took notes.

"Whether I had any effect on him I truly don’t know but I sure tried my best to persuade him," he said.

"He was very cordial. He was warm. He listened. He occasionally asked a question as I made the case but he was truly poker faced."

Mr Podhoretz left the meeting unshaken in his belief that Mr Bush would attack Iran before he leaves office.

"The spirit of the questions was not to try to refute or contradict what I was saying. I didn’t get any negative vibes."

He said that now "the debate [over Iran] is secretly over and the people who are against military action are now preparing to make the case that we can live with an Iranian bomb".

Neither Mr Bush nor Mr Giuliani, however, would countenance Teheran acquiring a nuclear weapon and either one would authorise military action once they were convinced Iran had passed the point of no return with its uranium enrichment programme.

"Unlike a ground invasion where you’ve got to mass hundreds of thousands of troops, it takes six months and everybody knows you’re mobilising, with air strikes, we’ve got three carriers in the region and a lot of submarines," Mr Podhoretz said.

"I would say it would take five minutes. You’d wake up one morning and the strikes would have been ordered and carried out during the night. All the president has to do is say go."

http://www.telegraph.co.uk/news/main.jhtml…27/wbomb127.xml

:icon_up:

Link to comment
  • 1 month later...
The Office of the Director of National Intelligence today released unclassified findings of the National Intelligence Estimate (NIE) on Iran’s nuclear program. The key findings, which you can read here, don't need much explaining:

We judge with high confidence that in fall 2003, Tehran halted its nuclear weapons program; we also assess with moderate-to-high confidence that Tehran at a minimum is keeping open the option to develop nuclear weapons. We judge with high confidence that the halt, and Tehran’s announcement of its decision to suspend its declared uranium enrichment program and sign an Additional Protocol to its Nuclear Non-Proliferation Treaty Safeguards Agreement, was directed primarily in response to increasing international scrutiny and pressure resulting from exposure of Iran’s previously undeclared nuclear work.

The New York Times has the administration's answer to this finding, which also, quite frankly, speaks for itself.

UPDATE: Take that, Dick Cheney. There's been talk in the intelligence community of keeping reports like this secret. But not this one. And here's why. "In a separate statement accompanying the N.I.E., Deputy Director of National Intelligence Donald M. Kerr said that given the new conclusions, it was important to release the report publicly ' to ensure that an accurate presentation is available.'

Link to comment

Moi ce qui me fait flipper est que quand on constate l'efficacité des services de renseignements américains ces derniers temps, on peut craindre le pire s'ils concluent qu'il n'y a pas de soucis avec l'Iran :icon_up:

D'ailleurs dans mon équipe on a une Iranienne et elle est dégoutée que du coup on ne prenne plus son pays au sérieux :doigt:

Link to comment
Moi ce qui me fait flipper est que quand on constate l'efficacité des services de renseignements américains ces derniers temps, on peut craindre le pire s'ils concluent qu'il n'y a pas de soucis avec l'Iran :doigt:

Je me suis fait la même réflexion. :icon_up:

Link to comment
Le rapport américain sur l'Iran suscite des réactions diverses

Par Zahra Hosseinian Reuters - Mardi 4 décembre, 15h29TEHERAN (Reuters) - L'Iran s'est félicité mardi des conclusions du rapport des services de renseignement américains contredisant l'administration Bush sur les objectifs de son programme nucléaire, mais Israël affiche son scepticisme tandis que la France et la Grande-Bretagne jugent nécessaire de maintenir la pression sur l'Iran.

(publicité)

Le National Intelligence Estimate (NIE), document de synthèse des seize agences américaines du renseignement, estime que l'Iran a gelé en 2003 son programme d'armement nucléaire tout en croyant que la République islamique poursuit la mise au point de capacités susceptibles d'être utilisées pour fabriquer des armes nucléaires.

Après des années de propos virulents de Washington accusant l'Iran de poursuivre secrètement sa course à l'arme nucléaire, ce rapport a surpris aussi bien amis qu'adversaires des Etats-Unis.

Des analystes soulignent qu'il risque de saper les efforts de Washington en vue de faire adopter de nouvelles sanctions contre Téhéran par le Conseil de sécurité des Nations unies.

A Vienne, l'Agence internationale de l'Energie atomique a noté que le document corroborait les constatations faites ces dernières années par les inspecteurs de l'AIEA.

"Cette nouvelle évaluation américaine devrait contribuer à désamorcer la crise actuelle", a déclaré le directeur général de l'AIEA, Mohamed ElBaradeï."A ce stade, il devrait inciter l'Iran à travailler activement avec l'AIEA pour clarifier des aspects spécifiques de son programme nucléaire passé et présent (…)"

L'Iran, de son côté, a vu dans le document, publié lundi, la reconnaissance du "caractère pacifique" de ses activités nucléaires qui devient ainsi "clair aux yeux du monde".

MAINTIEN DE LA PRESSION

Cependant, la France et la Grande-Bretagne, membres permanents du Conseil de sécurité, ont annoncé leur intention de maintenir la pression sur l'Iran.

"Depuis 2003, la communauté internationale fonde son action sur des faits, et en particulier les faits tels qu'ils sont rapportés par l'AIEA, et non sur une appréciation des intentions de l'Iran", a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Pascale Andréani.

"Nous allons poursuivre l'élaboration de mesures contraignantes dans le cadre de l'Organisation des nations unies", a-t-elle ajouté.

Pour la Grande-Bretagne, les conclusions du rapport "justifient les mesures déjà prises par la communauté internationale pour montrer l'étendue du programme nucléaire iranien, tenter de le limiter et accentuer la pression sur le régime afin qu'il arrête l'enrichissement (de l'uranium) et les activités de retraitement", a déclaré un porte-parole du Premier ministre Gordon Brown.

"Cela montre que le programme de sanctions et les pressions internationales donnent un résultat dans la mesure où ils semblent avoir abandonné le volet armement."

Le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, est allé plus loin encore en estimant que l'Iran avait probablement relancé un programme d'armement nucléaire. "Il semble que l'Iran, en 2003, a arrêté pendant un certain temps son programme nucléaire militaire, mais à notre connaissance, il l'a probablement relancé depuis", a-t-il déclaré à la radio.

RAPPROCHEMENT USA-EUROPE

A Berlin, un porte-parole a déclaré que le ministre des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, discuterait du rapport ce mardi avec son homologue américaine Condoleezza Rice.

La Chine a fait savoir que sa position était inchangée: il faut chercher une solution par le dialogue. Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a formulé l'espoir que l'Iran respecterait ses obligations imposées par la résolution de l'Onu et coopèrerait avec l'AIEA.

Selon un responsable européen proche du dossier iranien, l'infléchissement américain est bienvenu et devrait contribuer à saper la position des "faucons" américains. "Les agences américaines se sont, sur le fond, rapprochées de la position des Européens", a dit ce responsable.

"Je pense qu'un processus politique (dans les rapports avec l'Iran) est davantage une option" que celle envisagée par "les faucons aux Etats-Unis, le positionnement pour une attaque militaire de l'Iran, etc…", a-t-il poursuivi.

Le responsable a souligné qu'il n'y avait "aucune preuve définitive, dans un sens comme dans l'autre" de l'arrêt du programme d'armement nucléaire de l'Iran en 2003 et que l'on continue d'assister à des tentatives de l'Iran de se procurer en Europe du matériel en rapport avec la prolifération.

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité et l'Allemagne se sont réunis samedi à Paris pour discuter de nouvelles sanctions contre l'Iran en raison de son refus de cesser de produire de l'uranium enrichi, utilisable à des fins aussi bien civiles que militaires.

Deux trains de sanctions ont déjà été adoptés contre Téhéran mais la Russie renâcle à durcir ce régime, faisant valoir que rien ne prouve que l'Iran cherche à se doter de l'arme nucléaire.

Link to comment
Moi ce qui me fait flipper est que quand on constate l'efficacité des services de renseignements américains ces derniers temps, on peut craindre le pire s'ils concluent qu'il n'y a pas de soucis avec l'Iran :icon_up:

D'ailleurs dans mon équipe on a une Iranienne et elle est dégoutée que du coup on ne prenne plus son pays au sérieux :doigt:

Non, il semble que les services de renseignement US soient plus responsables et ne cherchent plus à grossir les menaces. L'Iran est un pays autoritaire, corrompu, mené par des théocrates rétrogrades, et en plus ruiné. C'est pas vraiment le meilleur cadre pour un programme nucléaire efficace…

Link to comment
Apparemment c'est suite au ratage complet sur l'enquête des services de renseignements américains au sujet des armes de destruction massive supposées possédées par l'Etat irakien que ceux-ci ont été réorganisés en profondeur.

Ouf, je suis rassuré alors.

Link to comment
Ouf, je suis rassuré alors.

Tu as raison de l'être. Le coeur de cette réorganisation est la création du département PowerPoint, spécialisé dans la mise au point de nouvelles techniques pour rendre plus convaincantes les présentations de résultats aux hommes politiques.

Link to comment
Tu as raison de l'être. Le coeur de cette réorganisation est la création du département PowerPoint, spécialisé dans la mise au point de nouvelles techniques pour rendre plus convaincantes les présentations de résultats aux hommes politiques.

:icon_up:

Link to comment
  • 1 month later...
Iranians Tell U.S. Navy: 'I Am Coming At You' (Updated)

By Sharon Weinberger

Iran U.S. military officials are saying that five boats operated by the Iranian Revolutionary Guard swarmed three U.S. naval ships in the Strait of Hormuz. The incident, which took place Sunday, occurred in international waters, the U.S. officials said.

According to CNN, the Iranians made some very specific threats:

In one radio transmission, the Iranians told the U.S. Navy: "I am coming at you. You will explode in a couple of minutes," the U.S. military officials told CNN.

When the U.S. ships heard that radio transmission, they took up their gun positions and officers were "in the process" of giving the order to fire when the Iranians abruptly turned away, the U.S. officials said.

After the radio transmission, one of the Iranian ships dropped white boxes into the water in front of the U.S. ships, the officials told CNN. It was not clear what was in the boxes, the officials said.

In March of last year, Iran seized 15 British sailors and marines, claiming they had strayed into Iran's territorial waters.

Update:

Reuters reports that the Iranian government has confirmed the incident, but is saying it's not big deal. Foreign Ministry spokesman Mohammad Ali Hosseini told Iran's official news agency: "This is an ordinary issue that happens for the two sides every once in a while and after the identification of the two sides the issue is resolved."

Link to comment
  • 6 months later...

:icon_up:

Les dernières déclarations de McCain font évoluer les cotes concernant une éventuelle intervention US en Iran après sa probable élection (on notera que Sarko est en odeur de sainteté chez le vendeur de frites) :

source : http://www.necn.com/Boston/Politics/McCain…1215631105.html

CG: Senator, the Iranians this morning fired nine medium long-range missiles. Your reaction to what the Iranians are up to?

McCain: It's alarming - it's part of the overall effort on the part of the Iranians to acquire nuclear weapons and the means to deliver them - I think it's a part of a long term trend. I strongly feel we must enact meaningful and powerful sanctions joined by our European allies and others. I think that diplomatic, economic trade, other sanctions can have effect. But it's a very disturbing trend, but not surprising given their own announcements.

CG: But with all due respect - that's what the president has been calling for some time in reaction to the Iranians and it hasn't gotten us anywhere.

McCain: Well we haven't done it, Charlie. I was glad that President Sarkoszy in particular but also Prime Minister brown, Chancellor Merkel and others, have shown this same concern and now i hope that this will be a catalyst to actually come together and impose these sanctions on the Iranians at the end of the day also we cannot afford to have a second Holocaust.

CG: But the Iranians are having no problem in Europe getting credit or around the world - they seem to act with immunity in all of this, they saber rattle with tests like this - and it doesn't - we've done nothing to be deter them.

McCain: We certainly have not done enough. I hope again that the Europeans and Sarkoszy has spoken very strongly on this, as have other European leaders that - as you say, right now, are extending lines of credit and other assistance to Iranians who have a very poor economy because they have a lousy government. I hope that this will move us to quickly impose those sanctions. I also hope that the Russians and the Chinese will be more cooperative in the un security council. I don't hold out strong hopes for that but i certainly have great optimism that our European friends and other countries around the globe will join us in imposing sanctions on Iran.

CG: The Israelis at the end of last month sent warplanes over the eastern Mediterranean that a lot of people read as a rehearsal for a possible attack on Iran. Israel is now within range of these missiles; Israel is worried about a nuclear Iran. Would a strike by Israel be justified? And what would you say to the Israelis?

McCain: I can't know whether a strike would be justified b/c i don't know the progress or the nature or the significance of the threat. I know that a- the threat is growing b/c the Iranian continued development of nuclear weapons. I would say it's time that all nations that worry about Iran that has dedicated to the extinction of its neighbor to take actions which would deter that course of action and that means to try to modify and change their behavior as far as nuclear weapons and the means to deliver them. We cannot allow a second holocaust as I said but I do believe that there's many options - the ones I just outlined - that could modify Iranian behavior and could prevent what could be an eruption not just Iran vs. Israel, but the entire middle east. This is a very dangerous situation.

Link to comment
[…] It's alarming […] nuclear weapons and the means to deliver them […] who have a very poor economy because they have a lousy government. […] saber rattle […] possible attack […] now within range of these missiles […] the threat is growing […] This is a very dangerous situation.

Pot calling the kettle black.

Link to comment

Au fait les mecs, c'étaient Nick de Cusa et le Sous-Commandant Marco ou bien d'autres qui avaient parié qu'Israel allait bombarder l'Iran avant le printemps 2008 ?

Ce serait sympa que le perdant s'humilie publiquement. (Il n'y avait pas des ronds à la clé ?)

Link to comment
Au fait les mecs, c'étaient Nick de Cusa et le Sous-Commandant Marco ou bien d'autres qui avaient parié qu'Israel allait bombarder l'Iran avant le printemps 2008 ?

Ce serait sympa que le perdant s'humilie publiquement. (Il n'y avait pas des ronds à la clé ?)

C'étaient Apollon et moi. Le perdant (connu pour ses penchants pour les théories du complot et sa prévision d'un second tour Le Pen - Besancenot) a réglé sa dette (soit l'équivalent en chèque d'un papier rectangulaire à dominante bleue) dans l'honneur et la dignité et s'est promis d'être plus prudent dans ses prédictions.

Link to comment
C'étaient Apollon et moi. Le perdant (connu pour ses penchants pour les théories du complot et sa prévision d'un second tour Le Pen - Besancenot) a réglé sa dette (soit l'équivalent en chèque d'un papier rectangulaire à dominante bleue) dans l'honneur et la dignité et s'est promis d'être plus prudent dans ses prédictions.

Et sans que j'ai rien besoin de demander en plus :icon_up: Le gagnant a ensuite un peu forcé sa bonne fortune contre Obama.

Link to comment
Je ne crois pas une seconde à l'efficacité des missiles iraniens.

Tu n'es pas le seul :

IRAN MISSILE TEST BLUFF: OLD ROCKETS, BOGUS VIDEO

Fri Jul 11 2008 15:18:02 ET

Many of Iran's claims related to missile tests during "Great Prophet III" war games -- appear to be smoke and mirrors!

The missiles tested DID NOT not have 2,000-kilometer range, the NEW YORK TIMES is planning to report on Saturday.

Iran DID NOT launch a Shahab-3 missile, able to reach Israel.

It was an older missile that was out of production, newsroom sources tell DRUDGE.

And a video showing what appeared to be many missiles being fired -- is actually one missile, filmed from different angles!

NYT's Bill Broad is planning to quote military insiders.

Developing…

http://www.drudgereport.com/flashim.htm

Quelques autres montages photographiques :

1usdi.jpg

iranmissiles.jpg

iranmissileclones.jpg

1lolcatzmissile.jpg

coyote.jpg

http://blog.wired.com/defense/2008/07/attack-of-the-p.html

Link to comment
C'étaient Apollon et moi. Le perdant (connu pour ses penchants pour les théories du complot et sa prévision d'un second tour Le Pen - Besancenot) a réglé sa dette (soit l'équivalent en chèque d'un papier rectangulaire à dominante bleue) dans l'honneur et la dignité et s'est promis d'être plus prudent dans ses prédictions.

Non non, il y avait moi avec un autre. J'ai gagné mais je ne suis pas comme ça.

Link to comment

http://blog.wired.com/defense/2008/07/iran-missile-ph.html

0709ledeiran.jpg

Yesterday, bloggers like Gateway Pundit, Kamangir, Suitably Flip, and Little Green Footballs noticed something fishy about the picture Iran released of its mega missile launch. Some portions of the picture looked to be retreads from earlier images. Plus, the pic showed four missiles -- which turned out to be one too many. Agence France-Presse, which spread the photo to the West, eventually retracted the pic for being “apparently digitally altered,” the Lede notes. But it was too late for The Los Angeles Times and The Chicago Tribune, which had already ran the image on page one. Ditto "BBC News, MSNBC, Yahoo! News, NYTimes.com and many other major news Web sites."

Bravo l'AFP !

Sinon, quel est l'intérêt des Machiavelli* iraniens dans cette histoire ? Laisser penser qu'ils sont dans un tel état de dénuement qu'ils en sont réduits à des montages aussi grossiers ?

* spéciale dédicace Skirt

Link to comment
  • 2 weeks later...

Je ne sais plus où on avait parlé SCM et moi de Kissinger donc je poste ici. Un article du monde qui expose bien que si Kissinger n'est certainement pas un néoconservateur puisqu'il est un réaliste, en revanche il y a bien un rapprochement entre lui et Bush :

La nouvelle conversion de George Bush, par Daniel Vernet

LE MONDE | 29.07.08 | 13h15 • Mis à jour le 29.07.08 | 13h15

es amis néoconservateurs de George Bush sont furieux. Leur champion se serait laissé convertir au réalisme diplomatique. Le prétexte de leur courroux est la participation, la semaine dernière, du sous-secrétaire d'Etat William Burns à la rencontre avec le négociateur iranien sur le nucléaire. Le Weekly Standard, qui est leur véhicule d'expression favori, a beau jeu de rappeler les nombreuses déclarations péremptoires du président lui-même et de ses collaborateurs hostiles à toute négociation aussi longtemps que Téhéran n'aura pas suspendu son programme d'enrichissement de l'uranium. M. Bush n'aurait donc pas tenu son engagement. Ce qui inquiète les néoconservateurs, c'est que le président serait un récidiviste. Il y a quelques mois, il posait des conditions drastiques à des négociations avec la Corée du Nord, toujours à propos du nucléaire, et il les aurait abandonnées sans véritable contrepartie.

Les quelques émules que ce groupe, en sérieuse perte de vitesse à Washington, a encore au département d'Etat partageraient l'avis du Weekly Standard, si on en croit un haut fonctionnaire cité par l'hebdomadaire : ce n'est plus la guerre préventive, mais "la capitulation préventive", aurait déclaré ce diplomate anonyme. George Bush, qui se présente en chrétien "born again" (né à la nouvelle vie), aurait-il accompli une nouvelle conversion ? Telle est en effet la question que pose la présence de William Burns à Genève avec le représentant iranien. La réponse n'est pas claire.

M. Bush a commencé en politique étrangère dans le camp des "réalistes", qui reprochaient à son prédécesseur, le démocrate Bill Clinton, d'avoir lancé les Etats-Unis dans des opérations militaires inconsidérées. Notamment des missions visant à imposer la paix dans les Balkans. "Les marines n'ont pas été formés pour aider les enfants des écoles à traverser la rue", disait en 2000 Condoleezza Rice, qui avait été placée, avec quelques autres, auprès du candidat républicain pour lui apprendre les rudiments de la politique étrangère. Les attentats du 11 septembre 2001 ont provoqué la conversion du président aux thèses des néoconservateurs. Comme quoi George Bush pourrait dire, comme l'ancien premier ministre britannique Harold Macmillan interrogé sur ce qui avait déterminé sa politique, "events, boys, events" ("les événements, les enfants, les événements").

Mme Rice, qui est devenue ensuite chef du Conseil national de sécurité puis secrétaire d'Etat, est considérée par ses détracteurs comme la principale responsable du virage "réaliste" du président, si virage il y a. Pendant la présidence de Bush père, elle a été à l'école de Brent Scowcroft, un proche d'Henry Kissinger, connu pour son allergie au romantisme internationaliste des promoteurs autoproclamés de la démocratie.

La nouvelle conversion de George Bush peut cependant faire long feu. D'autant que l'évidente absence de bonne volonté de la part des Iraniens, lors du dernier round de pourparlers, ne devrait inciter ni les Occidentaux, ni les Russes, ni peut-être même les Chinois, à abandonner le chemin des sanctions contre Téhéran.

On peut d'ailleurs se demander si, en faisant une entorse à ses principes, le président américain n'a pas cherché à souligner la naïveté des partisans d'une approche diplomatique du problème iranien. Ayant fait cette démonstration, il aurait les mains libres pour envisager d'autres moyens, sans encourir le reproche de ne pas avoir tout tenté par la voie pacifique. M. Bush aimerait sans doute ne pas léguer à son successeur la question iranienne dans son état actuel. Mais rien ne dit par quelles méthodes il entend la régler.

Courriel : chroniqueinternationale@lemonde.fr.

Daniel Vernet

Article paru dans l'édition du 30.07.08.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...