Jump to content

Chavez invité en France par Sarkozy


Recommended Posts

http://www.rtlinfo.be/news/article/37296/-…nce+par+Sarkozy

Chavez annonce avoir été invité en France par Sarkozy

Le président vénézuélien Hugo Chavez a annoncé dimanche avoir accepté de se rendre en France à l'invitation de son homologue français Nicolas Sarkozy, sans préciser de date.

M. Chavez, qui mène une médiation internationale en faveur de la libération des otages en Colombie, dont la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt, a fait cette annonce au cours de son programme télévisé dominical "Alo Presidente". L'invitation de Paris a été confirmée au vice-président vénézuélien Jorge Rodriguez lors de sa visite à Paris samedi, a précisé M. Chavez qui a lui-même déjà eu deux entretiens téléphoniques avec M. Sarkozy, le 29 août et le 11 septembre, à propos du dossier des otages. "Sarkozy, avec lequel j'ai déjà parlé deux fois au téléphone m'a dit : "je vous attend à Paris, et je vais à Paris", a déclaré M. Chavez, sans plus de précision. Le président socialiste du Venezuela a ajouté que l'ancien président Jacques Chirac "était classé comme un homme de droite", mais que les relations avec la France avaient toujours été "franche sur le plan personnel, politique et économique". "A présent, pour ce que je constate, (les liens) vont continuer à se renforcer avec Sarkozy", s'est-il félicité, tout en critiquant sans les nommer des gouvernements de gauche européens qui, selon lui, disent : "Attention à Chavez". Le dirigeant vénézuélien a été mandaté par le gouvernement colombien pour ouvrir des négociations avec la guérilla des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie) qui réclament la libération de 500 des leurs emprisonnés contre un groupe de 45 otages. (CAT) ./. ()

Link to comment

Sarko devient de plus en plus répugnant avec sa diplomatie télémédiatique. Le voilà prêt à faire un enfant dans le dos à Uribe (un des très rares dirigeants latino-américains potables) avec ce gorille rouge de Chávez, rien que pour pouvoir faire un jour la photo à côté de cette pouf de Betancourt.

Link to comment
Sarko devient de plus en plus répugnant avec sa diplomatie télémédiatique. Le voilà prêt à faire un enfant dans le dos à Uribe (un des très rares dirigeants latino-américains potables) avec ce gorille rouge de Chávez, rien que pour pouvoir faire un jour la photo à côté de cette pouf de Betancourt.

Pourquoi "pouf" ?

Link to comment
Quoi, il proposerait à Chavez d'aller faire un gros caca ensemble ?

:icon_up:

The Economist semble considérer que l'utilisation de Chavez comme médiateur est une opération win-win. Ca le forcerait notamment à se calmer un peu. L'idée est en tout cas intéressante.

Le Point disait la même chose dans un article la semaine dernière.

Link to comment
C'te spice di counasse, si tu préfères.

De façon constructive, ça donne quoi?

La dame, otage des FARC dont il ne faut jamais oublier que le C fait référence à "communiste" a toujours bénéficié -pour cette raison même- de ma sympathie (pour ce que ça lui vaut…)

Donc, ma question est de savoir en quoi cette sympathie serait imméritée au point que le qualificatif de "pouf" ou autre terme dégradant soit utilisé pour la décrire.

Link to comment
…en quoi cette sympathie serait imméritée au point que le qualificatif de "pouf" ou autre terme dégradant soit utilisé pour la décrire.

Cette idiote, pour des motifs de pure démagogie électoraliste (notament en mettant sur même pied Uribe et les FARC), c'est mise volontairement - contre l'avis d'une foultitude de gens - en danger. Son enlèvement, ella l'aura provoqué ; et maintenant, on veut nous faire croire que sa libération est la chose la plus importante au monde et doit se réaliser à n'importe quel prix, surtout celui de bafouer un président légitimement élu haut la main, par deux fois, et de saboter sa politique. Et ici, le rôle de la diplomatie française et des plus néfastes pour forcer la main à Uribe (petit exemple : blocage de la France au niveau européen pour lever certains obstacles aux imporations colombiennes en Europe).

Link to comment

Je rejoins Lucilio. Si Sarko s'intéresse autant à Betancourt, c'est pour arracher des mains de la gauche un symbole, demain je suis pratiquement sûr qu'il parlera de Mummia Abu Jamal et demandera sa libération ainsi qu'un moratoire sur la peine de mort aux USA.

C'est de la politique politicienne, qu'est-ce qu'on peut en avoir à faire de cette affaire intérieure Colombienne?

Link to comment
Je rejoins Lucilio. Si Sarko s'intéresse autant à Betancourt, c'est pour arracher des mains de la gauche un symbole, demain je suis pratiquement sûr qu'il parlera de Mummia Abu Jamal et demandera sa libération ainsi qu'un moratoire sur la peine de mort aux USA.

C'est de la politique politicienne, qu'est-ce qu'on peut en avoir à faire de cette affaire intérieure Colombienne?

Les media et politiques français s'intéressent à elle parce qu'elle a un nom français, parle français, a des enfants qui parlent français etc.

Si elle s'appelait Uriba Alvarez, on en entendrait beaucoup moins parler en France.

Link to comment

Prochaine étape : Castro. Pourquoi ne pas unifier nos universités de médecine pour faire un coup médiatique ? D'après Moore, ce sont les 2 meilleurs systèmes au monde, et puis cela créérait encore davantage de confusion à la gauche de la gauche française.

Et puis pour 2010, un grand pacte avec la Corée du Nord pour qu'Areva leur vende quelques centrales. C'est plein d'emplois, ça !

Link to comment
Sarko devient de plus en plus répugnant avec sa diplomatie télémédiatique. Le voilà prêt à faire un enfant dans le dos à Uribe (un des très rares dirigeants latino-américains potables) avec ce gorille rouge de Chávez, rien que pour pouvoir faire un jour la photo à côté de cette pouf de Betancourt.

Entièrement d'accord.

Sarko est une véritable catastrophe en politique étrangère. De quoi préférer Chirac !

Link to comment
Sarko devient de plus en plus répugnant avec sa diplomatie télémédiatique. Le voilà prêt à faire un enfant dans le dos à Uribe (un des très rares dirigeants latino-américains potables) avec ce gorille rouge de Chávez, rien que pour pouvoir faire un jour la photo à côté de cette pouf de Betancourt.

Sauf erreur, pouffiasse s'abrège en pouffe ; un pouf sert à s'asseoir. Pour le reste, :icon_up:

Pour le coup, je trouvais The Economist très angélique. Et d'un autre côté, Uribe faisait état de lourdes pressions françaises.

Tout à fait.

Cette idiote, pour des motifs de pure démagogie électoraliste (notament en mettant sur même pied Uribe et les FARC), c'est mise volontairement - contre l'avis d'une foultitude de gens - en danger. Son enlèvement, ella l'aura provoqué ; et maintenant, on veut nous faire croire que sa libération est la chose la plus importante au monde et doit se réaliser à n'importe quel prix, surtout celui de bafouer un président légitimement élu haut la main, par deux fois, et de saboter sa politique. Et ici, le rôle de la diplomatie française et des plus néfastes pour forcer la main à Uribe (petit exemple : blocage de la France au niveau européen pour lever certains obstacles aux imporations colombiennes en Europe).

Et re :doigt:

Link to comment
Pour le coup, je trouvais The Economist très angélique. Et d'un autre côté, Uribe faisait état de lourdes pressions françaises.
Sarkozy, go home *

Rarement tribune aura été aussi difficile à écrire. D'une part, il faut éviter que l'indignation après l'assassinat des onze députés [ces membres de l'Assemblée régionale du Valle, otages des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie) depuis cinq ans, sont morts le 18 juin, selon la guérilla "au cours de tirs croisés avec un groupe militaire non identifié" alors que l'armée colombienne nie avoir effectué toute opération pour les sauver] ne vienne nuire à l'esprit critique. D'autre part, il faut respecter la douleur des familles [des députés], une douleur qui, on peut le comprendre, les pousse à exagérer la responsabilité du gouvernement dans cette saga affligeante.

Une chose est sûre, la perception de ce qui s'est produit, surtout dans la communauté internationale, aura un coût très élevé pour notre pays, car tout se passe comme si la Colombie était livrée à l'anarchie.

Au-delà des divergences internes sur la gestion de cette crise, au-delà aussi de la controverse sur un éventuel accord humanitaire [la guérilla réclame depuis longtemps un "échange humanitaire" : l'échange dans des conditions très précises de 56 otages politiques qu'elle détient contre des guérilleros incarcérés], c'est l'une des situations dans lesquelles il faut être du côté du gouvernement, sans pour autant donner dans un patriotisme outrancier ni dans une rhétorique enflammée.

L'accord humanitaire est une option prévue dans le cadre du droit international. Il ne faut pas l'écarter. Mais on ne saurait parvenir à un tel accord dans les circonstances actuelles. Après le massacre des députés, il ne serait pas normal que nous exigions immédiatement un échange dans les conditions fixées par les FARC [notamment la démilitarisation d'une zone]. Compte tenu de l'angoisse des familles de ceux qui sont encore retenus en otages, la société ne peut pas accepter cet échange à genoux. Elle ne peut pas non plus se laisser aller à un syndrome de Stockholm collectif, ce qui reviendrait à oublier que les FARC sont les seules responsables de ce qui s'est passé.

L'autre réalité, c'est que notre conflit a pris une dimension internationale qui n'est pas toujours dans l'intérêt de notre pays. Après le geste que Nicolas Sarkozy a demandé à Alvaro Uribe [dès son élection, Nicolas Sarkozy, qui a promis de faire libérer Ingrid Betancourt, citoyenne franco-colombienne enlevée par les FARC il y a plus de cinq ans, avait demandé à son homologue colombien de libérer Rodrigo Granda, considéré comme le ministre des Affaires étrangères des FARC dans le but évident de négocier un échange], le ministère des Affaires étrangères français a émis un communiqué inacceptable, totalement déplacé. Celui-ci condamnait tout sauvetage militaire [Le gouvernement d'Alvaro Uribe prône quant à lui une "main de fer" pour récupérer les otages des FARC] sans avoir cherché à connaître la position du gouvernement colombien et en donnant immédiatement du crédit au communiqué d'une fraction de la guérilla. Nous apprécions l'intérêt des pays amis, mais avec des amis comme ça…

D'ailleurs, il n'y a toujours pas d'explication à l'attitude de M. Sarkozy. Il appartient à la droite française, celle-là même qui a fait preuve d'une dureté extrême avec les immigrés, et pourtant il décide de tendre une main généreuse à un groupe terroriste et de faire libérer Granda. Il y a là une contradiction évidente qu'on ne peut expliquer que par le désir proverbial qu'ont de nombreux Européens de laver leur mauvaise conscience en adoptant des positions de gauche à l'extérieur, tout en poursuivant à l'intérieur une politique de droite sans concessions.

Si le président Sarkozy voulait bien s'effacer, cela nous ferait le plus grand bien et nous permettrait de retrouver l'autonomie nécessaire pour gérer nos affaires intérieures.

Humberto de la Calle

El Espectador sábado, 30 de junio de 2007

http://prolib.net/chroniques/201.070630colombiezarko.htm

Bon, je sais, la source n'est pas terrible mais pour une fois qu'on y trouve un texte potable…

Link to comment

Je ne vois pas pourquoi Sarko aurait tort de mouiller Chavez dans cette histoire. Vraiment pas. Maintenant que ça déplaise aux Colombiens, je le conçois aisément.

A ce propos, l'affaire Betancourt a quand même cet intérêt que ce sont des cocos qui jouent les mauvais, c'est suffisamment rare pour pouvoir être relevé.

Link to comment
Je ne vois pas pourquoi Sarko aurait tort de mouiller Chavez dans cette histoire.

Ce que fait Sarko, c'est appuyer et Chávez et les FARC.

…l'affaire Betancourt a quand même cet intérêt que ce sont des cocos qui jouent les mauvais…

Justement non, l'affaire, telle qu'est nous est présenté de ce côté-ci de l'Atlantique, donne un aussi mauvais rôle à Uribe qu'aux FARC, le tout enrobé d'une puante équidistance politiquement correcte. Ainsi, on ne fait pas trop de remous par ici au sujet des otages assassinés par les FARC l'été dernier.

Link to comment
Ce que fait Sarko, c'est appuyer et Chávez et les FARC.

Justement non, l'affaire, telle qu'est nous est présenté de ce côté-ci de l'Atlantique, donne un aussi mauvais rôle à Uribe qu'aux FARC, le tout enrobé d'une puante équidistance politiquement correcte. Ainsi, on ne fait pas trop de remous par ici au sujet des otages assassinés par les FARC l'été dernier.

Tout à fait.

Link to comment
Sarko devient de plus en plus répugnant avec sa diplomatie télémédiatique. Le voilà prêt à faire un enfant dans le dos à Uribe (un des très rares dirigeants latino-américains potables) avec ce gorille rouge de Chávez, rien que pour pouvoir faire un jour la photo à côté de cette pouf de Betancourt.

Chavez est peut être insupportable, il est en tout cas nettement plus potable que les dirigeants maghrébins, Hariri, Saddam, Poutine et autres amis traditionnels de la diplomatie française :icon_up:

Link to comment

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

×
×
  • Create New...