Jump to content

État et surveillance


Recommended Posts

Les dataclouds et la synchronisation de tous les services entre eux est un putain de cancer en plus de poser un risque systémique sur la vie internautique de tous le monde. Tout ça parce que les jean lambdas sont infoutus d'apprendre à utiliser une clef USB

  • Yea 2
Link to comment
Il y a 3 heures, NoName a dit :

clef USB

Considéré comme un gros risque de sûreté et donc bloquées par l'immense majorité des organisations.

La dernière fois que mon boss m'a demandé de lui amener une prez sur clé USB j'ai du faire déplacer le sysadmin. Ça a pris 20mn, mon boss pensait que je me foutais de sa gueule.

 

Mon rêve c'est de faire tourner tous les systèmes de l'entreprise sur un gros mainframe redondant planqué loin, avec accès instantané à ta VM perso depuis n'importe quel terminal et sans aucun stockage local. Genre un moniteur et clavier-souris connectés directement au mainframe en thunderbolt.

Link to comment
il y a 30 minutes, Neomatix a dit :

Mon rêve c'est de faire tourner tous les systèmes de l'entreprise sur un gros mainframe redondant planqué loin, avec accès instantané à ta VM perso depuis n'importe quel terminal et sans aucun stockage local. Genre un moniteur et clavier-souris connectés directement au mainframe en thunderbolt.

IBM did nothing wrong.

Link to comment
4 hours ago, Neomatix said:

Considéré comme un gros risque de sûreté et donc bloquées par l'immense majorité des organisations.

La dernière fois que mon boss m'a demandé de lui amener une prez sur clé USB j'ai du faire déplacer le sysadmin. Ça a pris 20mn, mon boss pensait que je me foutais de sa gueule.

 

Mon rêve c'est de faire tourner tous les systèmes de l'entreprise sur un gros mainframe redondant planqué loin, avec accès instantané à ta VM perso depuis n'importe quel terminal et sans aucun stockage local. Genre un moniteur et clavier-souris connectés directement au mainframe en thunderbolt.

j'ai échoué à partager une grosse présentation avec une des grandes sociétés de pétrole. USB bien sûr non, apps de partage style wetransfer non, Egnyte non. J'ai abandonné

Link to comment
16 hours ago, NoName said:

Les dataclouds et la synchronisation de tous les services entre eux est un putain de cancer en plus de poser un risque systémique sur la vie internautique de tous le monde. Tout ça parce que les jean lambdas sont infoutus d'apprendre à utiliser une clef USB

 

Et les Jean-iPhone n'ont de toute façon pas besoin de clés USB

Link to comment
16 hours ago, Neomatix said:

Considéré comme un gros risque de sûreté et donc bloquées par l'immense majorité des organisations.

La dernière fois que mon boss m'a demandé de lui amener une prez sur clé USB j'ai du faire déplacer le sysadmin. Ça a pris 20mn, mon boss pensait que je me foutais de sa gueule.

 

Mon rêve c'est de faire tourner tous les systèmes de l'entreprise sur un gros mainframe redondant planqué loin, avec accès instantané à ta VM perso depuis n'importe quel terminal et sans aucun stockage local. Genre un moniteur et clavier-souris connectés directement au mainframe en thunderbolt.

Bah... Ca s'appelle un outil de virtualisation de poste de travail et ça marche très bien (chez des personnes sérieuses en tout cas) depuis une petite dizaine d'années.

Link to comment
  • 3 months later...
Il y a 16 heures, Bisounours a dit :

Ah tiens, ça me fait penser que c'est l'heure de ma Leffe !

 

Si tu est dans ce genre de sensibilité, je te recommande vivement la Kwak, une pure merveille.

 

104-51454-w786-h540-transparent.png

Link to comment

Vous trouvez que la question de savoir pourquoi les gouvernements, toute idéologies et tous régimes confondus, investissent dans la surveillance de masse a un intérêt, ou ça relève à votre avis de l'évidence? J'essaie de trouver des travaux à ce sujet et j'en vois pas tellement.

 

Si je me limite à ce qu'on voit facilement dans la communication gouvernementale et les opinions du public et des intellectuels, j'ai l'impression que les explications relèvent :

- soit de la justification officielle de type : sécurité, anti-terrorisme, santé. Ce sont peut-être de véritables incitations, dans la perspective des incitations individuelles des décideurs, elles peuvent sembler de second ordre, n'étant pas directement politique. Il manque donc à mon avis la partie proximale de l'explication.

- soit d'un trope orwello-foucaldien selon lequel tout gouvernement aurait une aspiration de nature totalitaire (soit idéologique pour le orwello, soit économique pour le foucaldien) au contrôle des comportements individuels. J'ai tendance à penser que ce genre de perspective n'explique rien et relève d'une conception trop générale du contrôle, où de plus dans le second cas les intérêts d'acteurs privés sont supposés mêlés à ceux d'acteurs étatiques (coucou le "néolibéralisme").

 

Entre les deux, on peut imaginer un éventail d'incitations s'appliquant spécifiquement aux acteurs étatiques :

- maximisation des revenus de la répression des fraudes ? (on pense à la reconnaissance faciale et la réception l'amende par sms)

- la connaissance de l'électorat (s'appliquerait surtout aux acteurs étatiques gouvernementaux élus).

- encadrement de l'opposition politique - fliquer spécifiquement ou alourdir le dossier de journalistes et cadres de mouvements politiques (s'applique autant aux élus qu'aux non élus).

- on ferait aussi bien de ne pas négliger la simple inertie des services de sécurité et de renseignement qui ont souvent, pour leur propre bien, une conception maximaliste de leur domaine d'activité.

 

Ce qui se rapproche le plus d'une conception du contrôle de type orwello-foucaldien serait le crédit social à la chinoise. Mais dans les faits, ce système de contrôle ne sert-il pas plus précisément à plomber les opposants politiques potentiels et maximiser le revenu de la répression des fraudes? Que ce soit pour la sécurité ou pour la répression de l'opposition politique, est-il établi qu'il est utile de surveiller chaque individu? Est-il, contrairement à ce que je dis qu'il me semble, possible que la surveillance de masse vise un effet comportemental du fait de se savoir surveillé?

 

Pour les privés, les incitations semblent être principalement :

- l'attribution de crédit ou d'assurance

- la connaissance et l'orientation de la demande

Est-il envisageable qu'un gouvernement ait intérêt à investir pour l'usage d'acteur privés dans des infrastructures de surveillance?

 

Bref, avant que je parte dans tous les sens ... discutez ! Pourquoi tout gouvernement voudrait-il surveiller tout le monde? et si vous avez des liens vers des travaux sur ces questions, ça m'intéresse.

 

 

 

Link to comment
Il y a 9 heures, Anton_K a dit :

Pourquoi tout gouvernement voudrait-il surveiller tout le monde?

Il y a ama plusieurs aspects,

il faut appeler un chat un chat : vouloir surveiller tout le monde est dingue.
Pourquoi ces gens font ce truc dingue (et d'autres) ... et bien tout simplement

car ces gens sont cliniquement dingues, et malsains.

 

Une autre raison, pratique et historique, est d'espérer gauler des infos sur les adversaires.

En élargissant le filet, on espère gauler plus.

 

Si ça se trouve, quand ils se seront eux-mêmes bien brûlés et leurs proches,

peut-être qu'ils se calmeront ?

Link to comment

Avoir de l’information donne une impression de contrôle. La surveillance de masse en est une part, l’autre part c’est la production massive de statistiques. 

Link to comment
Il y a 2 heures, Rübezahl a dit :

il faut appeler un chat un chat : vouloir surveiller tout le monde est dingue.
Pourquoi ces gens font ce truc dingue (et d'autres) ... et bien tout simplement

car ces gens sont cliniquement dingues, et malsains.

 

Je suis pas certain que ça constitue une explication. Ou alors il faudrait être plus précis sur la pathologie.

 

Citation

Une autre raison, pratique et historique, est d'espérer gauler des infos sur les adversaires.

En élargissant le filet, on espère gauler plus.

 

Ce qu'il faudrait montrer c'est que même quand on a un adversaire identifié, on a au moins autant de chances d'acquérir de bonnes informations sur lui en surveillant tout le monde, qu'en surveillant de manière ciblée. Je ne sais pas si c'est une évidence si on prend en compte le coût du stockage et du traitement de l'info. Maintenant, peut-être que le genre de contrainte technique qui faisait qu'on pouvait s'assoir sans le savoir sur des infos utiles jusqu'à leur suppression n'est plus d'actualité, ou que les coûts mentionnés sont amenés à devenir négligeables. Ensuite il faut peut-être distinguer les technologies consistant à enregistrer les communications de tous, avec celles qui utilisent des backdoors installées chez tous les utilisateurs pour supprimer toute entrave à la surveillance ciblée.

 

Dans le cas du stockage d'information, l'ignorance des besoins futurs peut amener à l'accumulation sans distinction. Je crois que c'est Snowden qui disait que la NSA stockait les infos de télécommunications le plus longtemps possible "juste au cas où elles s'avèreraient utiles". Maintenant, que la NSA, dont la vocation est de s'informer, déploie ce genre de dispositifs n'est pas très étonnant. C'est sur le lien entre leur incitation à les déployer et l'incitation des gouvernements à les financer que je m'interroge, parce qu'à mon avis c'est ça qui détermine le risque que la surveillance fait peser sur le citoyen lambda.

 

Je m'explique : je n'arrive pas vraiment à établir en quoi la mission spécifique des agences de renseignement détermine l'usage des technologies de surveillance et les cibles potentielles, au delà des missions officielles de police et de sécurité. Vous me direz que ces missions officielles justifient à elles seules de chercher à obtenir le maximum d'information sur n'importe qui. Après tout n'importe qui peut se retrouver cité dans une affaire criminelle, et pour une agence gouvernementale qui cherche à renouveler son financement et à étendre son champ de compétence apparent, cette justification officielle vaut largement incitation. C'est le côté gouvernemental de l'incitation qui me manque. Une piste serait que la préexistence du pouvoir des agences sur celui des administrations successives fait que, quand une agence présente le problème sécuritaire à une nouvelle administration, les moyens déjà déployés pour adresser ce problème et les perspectives, l'administration est moins en position de faire valoir son propre intérêt que de simplement valider ou repousser le financement des méthodes de surveillance préconisées. Ensuite, c'est a posteriori, c'est-à-dire ces méthodes ayant déjà été approuvées, que le gouvernement peut y voir une opportunité d'exercer un pouvoir abusif. A mon avis cette explication pourrait suffire pour le cas américain. Est-ce que dans les cas chinois et européens ça fonctionne de la même manière, je ne sais pas.

Link to comment
Il y a 2 heures, Anton_K a dit :

 

Ce que j'ai lu N fois : c'est que les pros préconisent quasi tout le temps, de la surveillance ciblée,

plein de vrais terros ont été de facto loupés

la surveillance tous azimuts bouffe énormément de personnel, au détriment du ciblé.

Mais bien sûr, c'est plus pépère d'écouter depuis le 3° sous-sol d'un truc blindé que de faire de la surveillance rapprochée.

 

ama, c'est surtout un désir de politiques.

  • Yea 1
Link to comment
Il y a 3 heures, Anton_K a dit :

Je suis pas certain que ça constitue une explication. Ou alors il faudrait être plus précis sur la pathologie.

C'est une vraie question ama.

Le fait que cette pathologie n'ait pas de nom évident est intéressant.

Il y a un truc proche, donner son avis sur tout sans rien y connaître, mais le nom m'échappe.

Link to comment
il y a 1 minute, Rincevent a dit :

Ultracrepidarianism en anglais, qu'il faudrait plutôt traduire en français par supracrépidarisme.

oui, c'est ça, merci.

 

On a l'excellent mot d'Heinlein :

Le genre humain se divise politiquement entre ceux qui veulent contrôler la vie des autres, et ceux qui n'éprouvent pas ce besoin. » - Robert Heinlein

 

contrôler la vie des autres, pour moi, à part certains cas précis, ça relève de la psychiatrie.

Et les traitements à base de plomb me semblent appropriés.

  • Yea 1
Link to comment

Tous les agents ne font que leur travail. Ils travaillent à perdurer dans leur être.

 

D’un côté on a :

 

L’administration réclame les moyens nécessaires à accomplir sa mission. 
 

- Les politiques ont un agenda et/ou ne veulent pas être vus comme ceux refusant ces moyens à l’administration. 

 

De l’autre on a :

 

- L’administration n’est pas monolithique, les ministères sont en concurrence et les politiques arbitrent

 

- la société civile organisée free ride le tout en servant de faire-valoir social au système en up-framant le débat avec des valeurs (typiquement la « santé publique », la « justice sociale »), en s’attribuant le mérite d’un arbitrage favorable et en trouvant une justification d’exister dans le cas d’un arbitrage défavorable 

 

Et enfin on a :


- Les intérêts économiques organisés ont, en fonction des différents dossiers, soit déjà capturé le pouvoir et ont une rente qu’ils cultivent, soit ne peuvent pas stopper net une loi défavorable mais vont jouer une branche de l’administration contre l’autre pour que cette nouvelle loi défavorable soit repoussée ou voit ses contours redessinés à la marge pour qu’elle frappe plus durement leurs concurrents 

 

- l’opinion publique veut tout et son contraire 

 

 

  • Yea 2
Link to comment
16 hours ago, Anton_K said:

on ferait aussi bien de ne pas négliger la simple inertie des services de sécurité et de renseignement qui ont souvent, pour leur propre bien, une conception maximaliste de leur domaine d'activité.

C'est le plus gros facteur à mon avis, et il a l'avantage de ne pas avoir besoin de postuler de volonté centrale particulière. Toute bureaucratie a tendance à grossir autant que possible, avec n'importe quel prétexte. Dans ce cas en particulier, la réponse à "pourquoi surveille-t-on autant ?" est sans aussi simple que "parce que c'est possible". Ça donne du travail à des fonctionnaires, ça justifie les budgets, ça produit de jolies statistiques pour la hiérarchie puis le public...

  • Yea 3
Link to comment

Concernant le profil psychologique des "surveillants", si on les interrogeait on trouverait sans doute une poignée d'idéologues fanatiques ou de voyeurs pervers, mais dans leur vaste majorité je parie qu'on aurait plutôt des gens qui font juste leur travail, et peut-être que ce n'est pas le plus glamour mais il faut bien que quelqu'un le fasse, puis d'abord qu'est-ce que tu y connais, toi, pour juger de l'utilité du travail des autres ? Essaie donc de bosser une semaine à ma place pour voir.

  • Yea 1
Link to comment
Le 05/05/2020 à 10:45, Waren a dit :

 

Si tu est dans ce genre de sensibilité, je te recommande vivement la Kwak, une pure merveille.

 

 

 

La nouvelle bouteille me fait toujours bizarre.

 

Je préférais l'ancienne avec le mec qui ressemble à Bastiat dessus.

Link to comment
Il y a 2 heures, Rübezahl a dit :

 

On a l'excellent mot d'Heinlein :

Le genre humain se divise politiquement entre ceux qui veulent contrôler la vie des autres, et ceux qui n'éprouvent pas ce besoin. » - Robert Heinlein

Je ne connaissais pas cet excellent et très juste mot d'Heinlein. Merci.

Link to comment
Il y a 3 heures, Alchimi a dit :

Je ne connaissais pas cet excellent et très juste mot d'Heinlein. Merci.

Je l'ai piqué sur liborg bien sûr. 🙂

Mais je trouve aussi qu'il est très juste.

C'est un vrai découpage de la société.

Il y a des gens qui veulent pouvoir regarder dans ton calbut et décider des trucs à ta place. C'est fou, mais c'est réel.

Il faut soigner ces gens.

Link to comment
Citation

 

Je suis pas certain que ça constitue une explication. Ou alors il faudrait être plus précis sur la pathologie.


Ils fuient leur vide d'eux meme dans l'accumulation de pouvoir et de statut social (et de putes voir de petits enfants).

J'expliques cela sur ma chaine.
Pour avoir croisé quelques uns d'entres eux, leur profil psychologique m'est plus qu'évident à présent.

C'est une forme moderne d'Hubris.
Rien de nouveau sous le soleil...Si ce n'est les moyens technologiques (et le mouduglantisme des masses qui, autrefois, étaient maintenus un peu plus revêches par la sélection Darwinienne)

  • Yea 2
Link to comment
  • 1 month later...

C’est reparti pour un tour :

 

Le Monde - Des députés plaident pour une prolongation et une extension des « boîtes noires » du renseignement
 
Un rapport parlementaire fait pour la première fois le bilan des algorithmes à disposition des services de renseignement français, des dispositifs de surveillance controversés créés en 2015.

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/06/12/des-deputes-plaident-pour-une-prolongation-et-une-extension-des-boites-noires-du-renseignement_6042688_4408996.html

 

« Est-ce que ces algorithmes ont d’ores et déjà produit des résultats dans la lutte contre le terrorisme ? », se demandent ainsi les députés. « La mission comprend de ses échanges avec les services de renseignement que la réponse à cette question n’est pas négative », écrivent les auteurs du rapport, non sans avoir fait mention, plus tôt dans leur rapport, de « résultats intéressants ».

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...