Jump to content

Recommended Posts

Je sais qu'on est arrivé à un tel point de stupidité égalitariste que le simple fait pour un homme de d’émettre une suggestion, un conseil ou pire, un jugement sur la façon de se comporter ou pire de s'habiller d'une femme est de façon systématique et irréfléchie assimilée à de la domination patriarcale rétrograde et potentiellement islamo-barbue ; et je tiens trop à mon image de féministe pour m'y risquer.

Mais sinon, dés qu'il y a un crime il y a quelqu'un pour dire à la victime qu'elle aurait pu être plus prudente. Et c'est normal. Dés qu'un malheur quelconque arrive à un être humain, la première chose qui lui vient à l'esprit s'il est avisé c'est "comment j'aurais pu l'éviter ?". Dés qu'un être humain voit qu'il arrive un malheur à un autre, s'il est avisé, il se dit "je devrais peut-être être prudent pour éviter que ça m'arrive". C'est la base, c'est la capacité à prévoir, c'est en grande partie ce qui fait de l'homme un être intelligent, c'est banal, c'est normal, c'est irréprochable.

Considérer qu'il y a des humains taré et qu'on y eut pas grand chose n'a rien de comparable à une culture du viol, on est en plein terrorisme intellectuel, espèce de nazi pédophile antisémite !

Personne ne veut de femmes qui se defendent et les principales victimes et leur fans ( Phil et Marlenus) sont les moins interesses a discuter de facons d'empecher La supposee CuLtUrE du ViOl, dont ils sont en realite les meilleurs concierges, parce que leur approche de la problematique est de l'ordre du pansement et du lavage de cerveau, et de faire fermer leur gueule a ceux qui osent mentionner l'auto-defense, qui techniquement, est requise dans 100% des cas.

Vous me piquez mon travail.

Mais sinon, epic prediction de Snow en effet.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Juste dit qu'il y a pas si longtemps le viol n'était pas considéré comme quelque chose de grave et que je trouvais bien que l'on fasse passer cela comme une chose grave.

Alors je te rassure : ce n'était absolument pas clair.

Share this post


Link to post
Share on other sites

maheureusement non, la plupart du temps les  violeurs sont des psychos qui attaquent tout ce qui bouge.Et ca reste un faible pourcentage des viols qui sont un truc de famille, de prof ( ;) represent Philib), de superieur en position de force.

Concretement les cas ou la nana est en position de 1.se defendre 2.utiliser une arme  sont aussi rares que les cas ou tu vas parler d'auto-defense dans le cas du viol sans declencher la colere des femisteriques et de leurs leches-bottes.

 

Ce qui fait qu'au final, les vrais cas et les vraies solutions ne sont jamais abordees dans la discussion ( on notera que ni Marlenus ni Phil n'ont donne d'exemples concrets matieres a reflexion, pourtant on en a eu un la semaine derniere...qui s'est regle avec un fusil...dans lequel cas on a lourdement condamne la dame...)

 

Personne ne veut de femmes qui se defendent et les principales victimes et leur fans ( Phil et Marlenus) sont les moins interesses a discuter de facons d'empecher La supposee CuLtUrE du ViOl, dont ils sont en realite les meilleurs concierges, parce que leur approche de la problematique est de l'ordre du pansement et du lavage de cerveau, et de faire fermer leur gueule a ceux qui osent mentionner l'auto-defense, qui techniquement, est requise dans 100% des cas.

 

Tu ignores totalement qui je suis et ce que je fais de ma vie, tu n'as donc aucune idée des raisons pour lesquelles je m'informe, je réfléchis et je réagis à propos du sujet du viol. Si j'invite vivement Snow à rencontrer des victimes de viol ou à se rendre dans un centre d'accueil, ce n'est pas pour le plaisir sadique de le voir éprouver des sentiments comme l'empathie, mais bien parce que j'ai moi même eu l'occasion de le faire (en participant notamment à une association qui vient en aide aux victimes). Je ne crois pas que cela me permet de présenter des arguments d'autorité dans ce genre de discussion, mais j'estime tout de même que c'est essentiel d'avoir un véritable aperçu de ce que vive les victimes de viol ou plus généralement la situation de ce problème, pour pouvoir ensuite apporter des réponses pertinentes.

 

En ce qui concerne les solutions, j'ai déjà eu l'occasion de les aborder ici et elles concernent différents domaines. Il y a notamment tout un travail à faire sur le volet judiciaire / juridique, dès la déposition de la plainte jusqu'au jugement. Par exemple, voici les revendications du CFCV. Je ne suis pas nécessairement d'accord avec toutes ces demandes, mais je crois que certaines sont plus qu'urgentes.

 

J'ai déjà donné mon avis sur l'auto-défense des victimes : je pense qu'elle est légitime, qu'elle peut s'avérer efficace et utile mais faut-il encore qu'elle soit tolérée et acceptée par la justice. Il y a différents exemples de femmes agressées qui se sont défendues et se sont vu punir pour cela, mais là on est dans une question plus globale qui dépasse le sujet du viol (je n'apprends rien à personne). De la même manière je soutiens l'intervention de personnes externes, que ce soit lors des agressions et des crimes qui prennent place dans des lieux publics mais aussi de la part des confidents des victimes qui se doivent de protéger ces dernières. Là encore, ça ne va pas sans certaines dispositions juridiques.

 

J'ajoute par contre que ce n'est pas suffisant que d'apporter comme seule solution l'auto-défense contre le viol (et cela ne veut pas dire que je rejette cette solution ou que je veux faire taire ceux qui la défendent). Il ne faut pas que cela se transforme en une injonction faite aux victimes, car toutes ne sont pas capables / en position de se défendre, je pense notamment aux handicapés ainsi qu'aux mineures. Mais cela vaut aussi pour les autres ! Aujourd'hui, on reproche déjà aux victimes une certaine responsabilité dans le crime qu'elles ont subi à cause de leur comportement ou de leurs vêtements, il n'est pas question que demain on en vienne à expliquer aux victimes "qu'elles n'avaient qu'à se défendre elles mêmes, si elles souhaitent protéger leur intégrité".

 

en regard de cela, le discours de Philib qui appuie l'existence d'une supposee culture du viol, est completement triso.Donc concretement on a une personne bien placee pour agir, qui connait les vrais aspects du probleme...qui defend une these dysfonctionnelle aupres de futures victimes.

Bien joue gros guignol.

C'est donc pire que ça, je ne suis pas seulement bien placé pour agir mais j'agis (un truc probablement dingue pour certains ici !). Par contre, je veux bien que l'on conteste l'idée selon laquelle il existe une culture du viol (je n'ai pas lancé le terme sans raison), qu'il s'agisse d'une thèse dysfonctionnelle, etc... Mais j'aimerai également des arguments.

 

Au contraire, je crois que l'on a déjà exposé ici plusieurs éléments qui trahissent assez bien cette perception du viol, que ce soit les mythes qui la construise, le traitement réservé aux victimes, les conseils donnés aux femmes pour ne pas attirer les violeurs, etc... De plus, comment peut on expliquer le retentissement du "procès du viol" de 1974 (puisqu'on en a parlé), les réactions et les discours des défenseurs des violeurs, ou le silence qui existait alors autour du viol ? Vu l'ampleur du phénomène est-ce que là aussi la culture du viol n'est qu'une supposition ? Pourtant, il y a tout : refus de considérer leur viol comme un véritable crime, accusation contre les victimes, stigmatisation de leur comportement... et il ne s'agissait évidemment pas d'un cas exceptionnel mais d'une mécanique récurrente.

Share this post


Link to post
Share on other sites

par exemple on peut considerer que Librekom est un violeur de la langue francaise

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Tu ignores totalement qui je suis et ce qcrimes qui prennent place dans des lieux pubuvoir ensuite apporter des réponses pertinentes.

 

En ce qui concerne les solutions, j'ai déjà eu l'occasion de les aborder ice d'accueil, ce n'est pas pour le plaisir sadique de le voir éprouver des sentiments comme l'empathie, mais bien parce que j'ai moi même eu l'occasion de le faire (en participant notamm

 

J'ai déjà donné mon avis sur l'auto-défense des victimeion qui vient en aide aux victimes). Je ne crois pas que cela me permet de présenter des arguments d'autorité dans ce genre de discussion, mais j'estime tout de même que c'est essentiel d'avoir un véritable aperçu de ce que vive les victimes de viol ou plus généralement la situation de ce problème, pour pouvoir ensuite apporter des réponses pertinentes.

 rsonnes externes, que ce soit lors des agressions et des ent à une associat

En ce qui concerne les solutions, j'ai déjà eu l'occasion de les aborder ici et elles concernent différents domaines. Il y a notamment tout un travail à faire sur le volet judiciaire / juridique, dès la déposition de la plainte jusqu'au jugement. Par exemple, voici les revendications du CFCV. Je ne suis pas nécessairement d'accord avec toutes ces demandes, mais je crois que certaines sont plus qu'urgentes.

 

J'ai déjà donné mon avis sur l'auto-défense dais aussi de la part des confidents des victimes qui se doivent de protéger ces dernières. Là encore, ça ne va pas sans certaines dispoolution l'auto-défense contre le viol (et cela ne veut pas dire que je rejette cette solution ou que je veux faire taire ceux qui la défendent).rennent place dans des lieux pubuvoir ensuite apporter des réponses pertinentes. Il ne faut pas que cela se transforme en une injonction faite aux victimes, car toutes ne sont pas capables / en position de se défendre, je pense notamment aux handicapés ainsi qu de ce que vive les victimes de viol ou plus généralement la situation de ce problème, pour pouvoir ensuite apporter des réponses pertinentes.

 rsonnes externes, que ce soit lors des agressions et des crimes qui prennent place dans des lieux publics mu'aux mineures. Mais cela vaut aussi pour les autres ! Aujourd'hui, on reproche déjà aux victimes une certaine responsabilité dans le crime qu'elles ont subi à cause de leur comportement ou de leurs vêtements, il n'est pas question que demain on en vienne à expcrimes qui p

 omme seule solution l'auto-défense contre le viol (et cela ne veut pas dire que je rejette cette solution ou que je veux faire taire ceux qui la défendent). Il ne faut pas que cela se transforme en une injonction faite aux victimes, car toutes ne sont pas capables / en position de se défendre, je pense notamment aux handicapés ainsi qu'aux mineures. Mais cela vaut aussi pour les autres ! Aujourd'hui, on reproche déjà aux victimes une certaine responsabilité dans le crime qu'elles ont subi à cause de leur comportement ou de leurs vêtements, il n'est pas question que demain on en vienne à expcrimes qui prennent place dans des lieux pubuvoir ensuite apporter des réponses pertinentes.

 

En ce qui concerne les solutions, j'ai déjà eu l'occasion de les aborder ice d'accueil, ce n'est pas pour le plaisir sadique de le voir éprouver des sentiments comme l'empathie, mais bien parce que j'ai moi même eu l'occasion de le faire (en participant notammliquer aux victimes "qu'elles n'avaient qu'à se défendre elles mêmes, si elles souhaitent protéger leur intégrité".

t pas question que demain on en vienne à expcrimes qui prennent place dans des lieux pubuvoir ensuite apporter des réponses pertinentes.

 

En ce qui concerne les solutions, j'ai déjà eu l'occasion de les aborder ice d'accueil, ce n'est pussi la culture du viol n'est qu'une supposition ? Pourtant, il y a tout : refus de considérer leur viol comme un véritable crime, accusation contre les victimes, stigmatisation de leur comportement... et il ne s'agissait évidemment pas d'un cas exceptionnel mais d'une mécanique récurrente.

 

Deep-Mud-Bog.jpg?g2_GALLERYSID=TMP_SESSI

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 Il ne faut pas que cela se transforme en une injonction faite aux victimes

 

Si la pratique d'une méthode d'autodéfense était une injonction sociale faite aux femmes, au même titre que l'épilation des aisselles, tu sauverais des milliers de gonz' chaque année.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si la pratique d'une méthode d'autodéfense était une injonction sociale faite aux femmes, au même titre que l'épilation des aiselles, tu sauverais des milliers de gonz' chaque année.

 

Je préfère être méfiant ! Une victime qui cesse de se débattre pendant son viol et on explique qu'elle a finalement consenti au rapport sexuel. Une victime qui ne quitte pas le domicile conjugal après un viol et on explique qu'elle est consentante sinon elle aurait déjà fui. Une victime qui dénonce son agresseur après plus d'un an et on explique qu'elle a finalement changé d'avis et qu'il ne s'agissait pas d'un viol au départ. J'espère juste que l'on ne reprochera pas demain à une victime de ne pas avoir porté de coup mortel à son mari ou bien de ne pas avoir une arme sur elle lorsqu'elle sort dans la rue. Quand on est assez stupide pour tenir des raisonnements comme ceux que j'ai cité au dessus, je crois que l'on est capable également d'émettre celui-ci.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les propositions du CFCV tendent toutes à la même chose : contraindre des gens neutres (la police, la justice) à prendre obligatoirement un certain nombre de mesures qu'ils peuvent déjà prendre s'ils le souhaitent et qu'ils ne jugent pas utiles. Autrement dit, traiter un accusé comme s'il était déjà reconnu coupable du seul fait de la parole de son accusateur. C'est digne de l'IPJ.

Mis à part l'examen médical en unité spécialisée pour la conservation des preuves (qui devrait inclure une CPG pour retrouver des traces de drogues de violeurs), des mesures administratives de bon sens qui pourraient être appliquées à d'autres affaires (horaires décalées etc) et le rappel des droits du plaignant (de ne pas répondre à une question HS, d'être assisté) ces mesures sont du grand n'importe quoi.

La pire serait l'éloignement automatique et la modification du délit de dénonciation calomnieuse. Cela revient à dire qu'on exercerait une contrainte sur un accusé, foutant potentiellement sa vie en l'air, sur la base d'une simple accusation, sans examen d'une personne neutre. C'est juste la fin de la civilisation et le retour de l'arbitraire. Que des crimes soient horribles (viol, terrorisme, pédophilie, crimes racistes divers) ne justifie pas de retourner à l'âge de pierre et d'oublier un des piliers des droits humains : la présomption d'innocence.

Je passe sur les conneries sur le travail sexuel. #rightsnotrescue

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai une question simple, c'est quoi la culture du viol ? Ça se manifeste comment ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je préfère être méfiant ! Une victime qui cesse de se débattre pendant son viol et on explique qu'elle a finalement consenti au rapport sexuel. Une victime qui ne quitte pas le domicile conjugal après un viol et on explique qu'elle est consentante sinon elle aurait déjà fui. Une victime qui dénonce son agresseur après plus d'un an et on explique qu'elle a finalement changé d'avis et qu'il ne s'agissait pas d'un viol au départ. 

 

Qui est "on" ? 

Share this post


Link to post
Share on other sites

le plus bizarre c'est qu'elles vont au gym sans rechigner

 

 

Plus d'un post "intelligent" c'était surement trop demandé. :icon_rolleyes:

 

 

genre je vais repondre a ton wall of text, juste parce que tu sautes sur les mines que Snow pose.Tout le monde s'en fout.

Jabial a super bien repondu.nuff said.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si la pratique d'une méthode d'autodéfense était une injonction sociale faite aux femmes, au même titre que l'épilation des aisselles, tu sauverais des milliers de gonz' chaque année.

Mais tout l'intérêt du marxisme culturel c'est d'avoir des victimes. C'est tellement gratifiant de les défendre. Ce serait dommage qu'il y en ait moins. Au contraire, on va étendre le plus possible la définition du viol et essayer de faire en sorte que toutes les femmes se considèrent comme des victimes. Le paradis quoi.

 

Une victime qui cesse de se débattre pendant son viol et on explique qu'elle a finalement consenti au rapport sexuel. Une victime qui ne quitte pas le domicile conjugal après un viol et on explique qu'elle est consentante sinon elle aurait déjà fui. Une victime qui dénonce son agresseur après plus d'un an et on explique qu'elle a finalement changé d'avis et qu'il ne s'agissait pas d'un viol au départ.

Ici on part du présupposé qu'il y a eu viol, donc objectivement toutes les objections à ce présupposé sont fausses. Le problème c'est que dans la réalité les gens ne sont pas omniscients et donc ils ont raison d'exercer leur esprit critique, de douter, de ne pas faire une confiance aveugle à une partie juste parce qu'on a lancé le mot magique "viol".

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ici on part du présupposé qu'il y a eu viol, donc objectivement toutes les objections à ce présupposé sont fausses. Le problème c'est que dans la réalité les gens ne sont pas omniscients et donc ils ont raison d'exercer leur esprit critique, de douter, de ne pas faire une confiance aveugle à une partie juste parce qu'on a lancé le mot magique "viol".

Et c'est d'autant plus nécessaire que si il y a un procès la fille devra prouver qu'il y a eu viol, sans cela elle n'aura aucune chance au tribunal ce qui pourrait être encore plus traumatisant.

Les policiers sont non seulement neutres, mais en plus ils ont aussi l'expérience des accusation fallacieuses lancées dans le seul but de nuire. Donc s'ils soumettent la version de la victime à autant de question c'est aussi pour s'assurer que sa version tiendra devant un tribunal. 

Malgré toute la compassion qu'on peut éprouver pour celles qui se sont faites attaquées et même si à titre individuel on peut les croire et mener une vengeance héroïque pour parler comme neuneu2k, la justice doit refuser de condamner.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ici on part du présupposé qu'il y a eu viol

 

 

c'est donc hors sujet quand on aborde l'auto-defense et les armes.

Phil a l'air super chaud sur ;aide aux victimes, mais pour la prevention on fait quoi? si j'ai bien compris la prevention c'est l'apopologie du viviviol @ troporibl

Share this post


Link to post
Share on other sites

par exemple on peut considerer que Librekom est un violeur de la langue francaise

Oui mais c’est un artiste du viol linguistique. Un artiste de haute volée, même :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'est scandaleux mais, il y a un fond de vérité, c'est qu'il ne faut pas tendre le bâton pour se faire battre. Avant de me faire insulter je précise que la culpabilité et la reponsabilité juridique autant que morale sera toujours du côté de l'agresseur, il faut juste prendre en compte que nous vivons pas dans un monde de bisounours

 

 

citation initiale de Atika qui pose le contexte.Phil peut aller directement aux chiottes avec ses viols conjuguaux et autres soutiens aux victimes.

La fille qui se fait violer par son pere, c'est parce qu'elle etait en tenue de soiree completement bourree dans la rue? non, bon alors.

 

Des trucs de prevention anti-viol vachement bien penses, j'en ai entendu plein: au dojo.Jamais dans aucun discours d'aucune assoce de victimes.

C'est clair que dans le contexte francais aller jusqu'au au pistolet est un poil reveur, mais un simple coude fait l'affaire....SAUF quand on est raide bourree.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis geek un peu gamer, l'image qui me vient quand on parle de viol et de violeur dans la culture contemporaine, c'est le loser ultime, le prédateur sans courage, le type beauf à souhait et qu'on évite parce qu'il pue et qu'il est super-lourd. Dupont-Lajoie, quoi. Donc "culture du viol" c'est un mystère pour moi.

Les victimes de viol avec qui j'ai eu des occasions de discuter (contexte de kink-aware therapy) étaient toujours en situation de vulnérabilité hors de leur contrôle (trop jeune, ou situation très encadrée/contrôlée par quelqu'un qui s'est avéré malveillant), et là parler d'autodéfense c'est hors-sujet, désolé Jim. Y a que la prévention qui marche pour cela mais organisée en amont, les histoires de "pas se beurrer la gueule avec des inconnus" ou "éviter les tenues provocantes" ou "yes means yes" c'est tout aussi hors-sujet. Ça concerne une micro-minorité de cas flous qui de toute façon se règlent ou s'évitent mieux autrement. C'est selon moi la responsabilité du patron des lieux quand ils sont privés, de la police quand ils sont publics, d'organiser ça. Je pense que les campagnes de "sensibilisation" se gourrent de cibles.

Mais tout l'intérêt du marxisme culturel c'est d'avoir des victimes. C'est tellement gratifiant de les défendre. Ce serait dommage qu'il y en ait moins. Au contraire, on va étendre le plus possible la définition du viol et essayer de faire en sorte que toutes les femmes se considèrent comme des victimes. Le paradis quoi.

Peut-être que c'est ça, alors, la vraie culture du viol ? Violiculture... avec des assos de soutien aux victimes pleines d'aliénés de la repentance. Des violiculteurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le sifflet c'est bien. En plus c'est légal. Toute personne avisée devrait avoir un sifflet sur soi. Surtout les femmes.

Ça existe même en version électronique. D’ailleurs ça me fait penser qu’un système de défense olfactif serait potentiellement assez efficace : c’est assez difficile de violer quelqu’un tout en retenant sa respiration.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Encore hors-sujet.

En passant, l'excitation sexuelle inhibe le dégoût, dont le fait de réagir aux odeurs nauséabondes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça n'est pas parce que les viols commis par des inconnus sont minoritaires par rapport aux viols totaux qu'ils sont négligeables, tout comme ce n'est pas parce que les viols sont minoritaires par rapport aux crimes totaux qu'ils sont négligeables.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En passant, l'excitation sexuelle inhibe le dégoût, dont le fait de réagir aux odeurs nauséabondes.

Tu peux toujours essayer avec les azanes si ça t’amuse, mais il va te falloir un sacré rut pour esquiver ce genre d’odeur. Et là c’est juste un échantillon gratuit de ce que la chimie est capable de produire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

desole Jesrad mais c'est toi qui es hors sujet puisque le sujet c'est l'auto-defense.Peu importe que ce soit le cas minoritaire.

Que je sache, si j'ai envie de parler des gens qui rattrapent leur crash a moto en faisant un salto avant sur le toit de la voiture, je peux, puisqu'il existe un cas documente.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu peux toujours essayer avec les azanes si ça t’amuse, mais il va te falloir un sacré rut pour esquiver ce genre d’odeur. Et là c’est juste un échantillon gratuit de ce que la chimie est capable de produire.

 

ca s'appellerait Portaskunk

 

skunk-smell-300.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

 

Petit retour d'un lecteur…

Salut, je regarde pas mal tes vidéos et ton blog.

A un moment tu as parlé d' EDC pour ta femme. Tu as parlé du sifflet. J'en ai mis un sur le porte clef de ma femme. Elle s'en est servit hier soir...

Pour faire bref, il faisait nuit, il y a deux mecs chiants et bourrés qui commence à la faire chier et elle leurs dit:

-"Barrez vous ou je rameute tout le quartier!"

-"Comment tu vas faire? lol"

Ni une ni deux elle a soufflé comme une dingue dans son sifflet et quelques secondes après les lumières des appartements s'allument u peu partout. Ils ont arrêté et sont parti.

Ils vaut mieux crier AU FEU que AU SECOURS. Il vaut mieux SIFFLER que CRIER... les gens sont curieux... du genre "c'est quoi ce sifflet dehors?".

Bye. Merci. Stay safe...

 

 

 

je m'insurge contre ce sifflet qui legitimise la culture du viol

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi j'ai crié au viol quand la bac m'a embarqué, personne n'est venu.

 

True story.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On fait tout le temps de petits arbitrages entre liberté et sécurité. On peut se dire à chaque fois qu'on adopte un comportement préventif, que c'est la menace qu'on veut éviter qui a gagné, mais tant que ça reste des comportements émergents, je vois ça comme le feedback normal entre les contraintes de la réalité et notre idéal dans l'absolu. Après on n'est pas obligé non plus de rouler à 0km/h avec sa voiture pour éviter les accidents : on tâtonne collectivement pour trouver le moment où se croisent la courbe du risque qu'on prend et celle du sacrifice qu'on consent pour l'éviter (et l'imprudence commence à parti d'un certain écart favorable au risque par rapport au consensus social).

Pour le viol, le problème est ailleurs je crois. Personne n'imagine que la victime d'un cambriolage est consentante, tandis que le viol, sa nature sexuelle fait que c'est un crime symbolique centré sur la question de consentement. Pour reprendre sa vie, la victime semble avoir besoin d'un sentiment absolu d'"innocence" et la simple évocation d'une imprudence fissure le mur très fragilisé de sa propre valeur, de son honneur. On marche sur des œufs, bref, on peut vite être très blessant. Avec ma fille, je pense que j'essaierai d'avoir une approche comportementale plus générale que spécifiquement centrée sur la question du viol.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...