Jump to content

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

Guest Arn0

"Casse-toi pauvre con"

Recommended Posts

Il manque "vous n'avez pas le monopole du coeur" ou "la France veut être gouvernée au centre".

… "Au centre des préoccupations des gens" diraient certains demi-habiles particratiques de Belgique.

Share this post


Link to post
Share on other sites
François Hollande juge Nicolas Sarkozy affaibli

Reuters - il y a 2 heures 46 minutesPARIS (Reuters) - François Hollande estime que le président Nicolas Sarkozy est affaibli, sur la défensive et va "de transgressions en dérives".

(publicité)

Ainsi en est-il de la laïcité, juge le premier secrétaire du Parti socialiste dans un entretien que Le Parisien publie mercredi.

S'agissant de la rétention de sûreté pour laquelle le chef de l'Etat souhaite une rétroactivité de la loi publiée mardi au Journal officiel, François Hollande note que "la non-rétroactivité de la loi pénale est un principe intangible du droit français".

Il juge que le président de la République "qui devrait être le garant de nos institutions en est aujourd'hui le déviant".

Sur la hausse des prix et le thème du pouvoir d'achat, que Nicolas Sarkozy avait placé au coeur de sa campagne électorale l'an dernier, le responsable du PS estime qu'il y a eu "de la légèreté, voire de l'indifférence, à ne pas prendre en compte depuis plusieurs mois ce mouvement de hausse des prix et à ne pas chercher à le compenser ou à le freiner".

Interrogé sur l'interview que Nicolas Sarkozy a accordée au même Parisien et que le journal a publiée mardi, François Hollande déclare qu'on y a vu "un président qui est sur la défensive, qui a du mal à reconnaître ses erreurs".

"C'est un président affaibli qui s'exprime", ajoute-t-il, "il le fait avec sa méthode habituelle : 'parlez-moi de moi, il n'y a que cela qui m'intéresse'".

François Hollande note par ailleurs que l'altercation verbale survenue avec un visiteur du Salon de l'agriculture samedi dernier est "un incident révélateur".

"S'il s'était produit dans un contexte où Nicolas Sarkozy dirigeait le pays avec efficacité, réserve et sang-froid, nul n'aurait relevé sa perte de sang-froid face à un individu malpoli".

"C'est parce que cet écart de langage intervient après une suite de désinvoltures, de légèretés et de provocations que la polémique se porte sur l'incarnation de la fonction présidentielle", ajoute-t-il.

"Le président doit être celui qui rassemble autour des valeurs de la République. :icon_up: Or, ces derniers mois, il n'a cessé d'aller de transgressions en dérives" :doigt::mrgreen:, dit encore François Hollande.

Gilles Trequesser

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'est qui ce François Hollande ?

Un visiteur du salon de l'agriculture qui refuse de serrer la main du président de la république.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Arn0

Je me rends compte que Tocqueville avait prévu Sarkozy :

Je pense que les ambitieux des démocraties se préoccupent moins que tous les autres des intérêts et des jugements de l'avenir: le moment actuel les occupe seul et les absorbe. Ils achèvent rapidement beaucoup d'entreprises, plutôt qu'ils n'élèvent quelques monuments très durables; ils aiment le succès bien plus que la gloire. Ce qu'ils demandent surtout des hommes, c'est l'obéissance. Ce qu'ils veulent avant tout, c’est l'empire. Leurs mœurs sont presque toujours restées moins hautes que leur condition ; ce qui fait qu'ils transportent très souvent dans une fortune extraor­di­naire des goûts très vulgaires, et qu'ils semblent ne s'être élevés au souverain pouvoir que pour se procurer plus aisément de petits et grossiers plai­sirs.

:icon_up:

Share this post


Link to post
Share on other sites
…qui refuse de serrer la main du président de la république.

Saine mesure prophylactique.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je me rends compte que Tocqueville avait prévu Sarkozy :

Je pense que les ambitieux des démocraties se préoccupent moins que tous les autres des intérêts et des jugements de l'avenir: le moment actuel les occupe seul et les absorbe. Ils achèvent rapidement beaucoup d'entreprises, plutôt qu'ils n'élèvent quelques monuments très durables; ils aiment le succès bien plus que la gloire. Ce qu'ils demandent surtout des hommes, c'est l'obéissance. Ce qu'ils veulent avant tout, c’est l'empire. Leurs mœurs sont presque toujours restées moins hautes que leur condition ; ce qui fait qu'ils transportent très souvent dans une fortune extraor­di­naire des goûts très vulgaires, et qu'ils semblent ne s'être élevés au souverain pouvoir que pour se procurer plus aisément de petits et grossiers plai­sirs.

:icon_up:

Eh oui. Ca le résume bien.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout le monde ne peut pas avoir la sérénité de Monsieur Bush qui continue a lire la fable des 3 petits cochons quand on vient lui dire que ses tours on été percutées à NYC… :icon_up:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tout le monde ne peut pas avoir la sérénité de Monsieur Bush qui continue a lire la fable des 3 petits cochons quand on vient lui dire que ses tours on été percutées à NYC…

Il était vraiment en train de lire cette fable ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest jabial
Note pour la modération: merci de bien vouloir prendre note que casse toi pauv' con est désormais considéré comme une réponse civilisée.

Note pour les utilisateurs : merci de bien vouloir prendre note que les cenSSeurs couperont quand même :icon_up:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il était vraiment en train de lire cette fable ?

Euh non en effet, c'était "My Pet Goat" :icon_up:

c'est une des qualités du film de Moore en tout cas: le chronométreage du temps de réaction de Bush après qu'on vienne lui parler de la catastrophe à l'oreille… puis, sa reprise de la lecture

Michael Moore: As the attack took place, Mr. Bush was on his way to an elementary school in Florida. When informed of the first plane hitting the world trade center, where terrorists had struck just eight years prior, Mr. Bush decided to go ahead with his photo opportunity.

[Bush enters the classroom]

Michael Moore: When the second plane hit the tower, his chief of staff entered the classroom and told Mr. Bush the nation is under attack.

[Bush picks up a children's book]

Michael Moore: Not knowing what to do, with no one telling him what to do, and with no secret service rushing in to take him to safety, Mr. Bush just sat there, and continued to read "My Pet Goat" with the children.

[the time is measured on a clock in the corner of the screen]

Michael Moore: Nearly seven minutes passed with nobody doing anything.

Share this post


Link to post
Share on other sites
J'adore le "nobody doing anything", je vois pas ce qu'il y a à faire [d'urgent].

Moore n'est pas un spécialiste des états d'urgence.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Moore n'est pas un spécialiste des états d'urgence.

Mentallement, pourtant, il constitue un état d'urgence…

Share this post


Link to post
Share on other sites
J'adore le "nobody doing anything", je vois pas ce qu'il y a à faire [d'urgent].

Probablement de sortir en criant devant toute une classe d'enfant.

Share this post


Link to post
Share on other sites

×
×
  • Create New...