Jump to content

Les routes privées .


Recommended Posts

Je ne vois pas en quoi je devrais partir ? , je n'ai rien fait qui ne respecte pas la charte , les fautes d'orthographe , tout ceux qui ne sont pas de copier/coller en font , vous avez utilisé le mot con vous même , et comme ce n'est pas une insulte je l'ai utilisé aussi .

Je peux te citer plein de contre-exemples ici de membres où pour trouver une poignée de fautes dans leurs milliers de posts il faudra se lever de bonne heure.

Effectivement les clients payent pour utiliser le service mais les routes sont déjà construite et payé par l'impôt pourquoi privatiser les routes mèttrent un péage pour que les clients payent , le client paiera donc 2 fois la route ???

Et il faut les entretenir…

Link to comment

Salut tout le monde.

Est il possible d'avoir des routes privées?

Bien entendu, c'est totalement possible. Elles reposent tout simplement sur les contrats que les utilisateurs passent entres eux.

Je m'explique:

Imaginons une vingtaine de personne décidant de s'installer sur un grand terrain vierge en dehors de la ville et n'y étant pas relié.

Ces 20 personnes se partagent le terrain selon le contrat quels ont passé avec le propriétaire.

Elles peuvent décider afin de faciliter le transport, la circulation de construire une route, rien ne le leur empêche si ce n'est la volonté des différents individus de coopérer .

En clair les différents protagonistes passent un contrat entres eux afin de construire la route et de l'entrenir.

Si un non résident décide d'emprunter la route privée ils peuvent laisser l'accès libre avec péage ou non afin de contribuer à l'entretient de la route et ce fair des bénéfices aussi.

S'ils veulent relier leur cité à la ville, ils n'ont qu'à passer un contrat avec la ville où les 2 parties selon les termes du contrat construisent et entretienent la route.

Link to comment
Salut tout le monde.

Est il possible d'avoir des routes privées?

Bien entendu, c'est totalement possible. Elles reposent tout simplement sur les contrats que les utilisateurs passent entres eux.

Je m'explique:

Imaginons une vingtaine de personne décidant de s'installer sur un grand terrain vierge en dehors de la ville et n'y étant pas relié.

Ces 20 personnes se partagent le terrain selon le contrat quels ont passé avec le propriétaire.

Elles peuvent décider afin de faciliter le transport, la circulation de construire une route, rien ne le leur empêche si ce n'est la volonté des différents individus de coopérer .

En clair les différents protagonistes passent un contrat entres eux afin de construire la route et de l'entrenir.

Si un non résident décide d'emprunter la route privée ils peuvent laisser l'accès libre avec péage ou non afin de contribuer à l'entretient de la route et ce fair des bénéfices aussi.

S'ils veulent relier leur cité à la ville, ils n'ont qu'à passer un contrat avec la ville où les 2 parties selon les termes du contrat construisent et entretienent la route.

A partir d'un terrain vierge, c'est en effet bien plus facile à concevoir. Les problèmes surviennent quand on bascule d'une organisation du terroitoire collectiviste à une organisation privée. Les constructions et le développement territorial issus du développement que vous proposer n'aboutisse pas à la même répartition spatiale que si l'on suppose que l'Etat possède l'espace publique et s'occupe de construire les voies de communications sous prétexte d'un bien être collectif supérieur en collectant de force l'argent pour le faire auprès de tous les administrés.

Celà revient à dire que l'émergence d'une organisation libérale ne pourra pas s'effectuer sans quelques grincements de dents sur les cendres d'un état collectiviste (sur les cendres n'étant hélas pas qu'une façon de parler :icon_up: )

Link to comment
  • 1 year later...

Comment gérer les routes en suivant une philosophie libertaire, je me posais la question et je suis tombé sur ce fil de 2008, preuve que le sujet n'est pas abordé si souvent que ça.

Je vois qu'il n'y a pas de réponse très satisfaisante, j'en viens à la conclusion qu'un mode de gestion de ce type serait un beau bazar.

Il faudrait que chacun (entreprise ou particulier) entretienne "sa" route :icon_up:

Link to comment
Comment gérer les routes en suivant une philosophie libertaire, je me posais la question et je suis tombé sur ce fil de 2008, preuve que le sujet n'est pas abordé si souvent que ça.

Je vois qu'il n'y a pas de réponse très satisfaisante, j'en viens à la conclusion qu'un mode de gestion de ce type serait un beau bazar.

Il faudrait que chacun (entreprise ou particulier) entretienne "sa" route :icon_up:

Comment gère-t-on les parties communes dans une copropriété aujourd'hui?

Il faut que chacun paye pour l'entretien des parties communes conformément au contrat liant les copropriétaires.

Link to comment
Comment gère-t-on les parties communes dans une copropriété aujourd'hui?

Il faut que chacun paye pour l'entretien des parties communes conformément au contrat liant les copropriétaires.

Intéressant, mais à quelle échelle pourrait se faire cette organisation ? rue, commune, région, ou plus large ?

Ca ferait un sacré contrat, avec des milliers de contractant même au niveau d'une ville ou d'une commune…

Link to comment

De nos jours, on a même des GPS dans les voitures. On peut très bien savoir qui est passé par quelle route à quelle vitesse pour lui envoyer la facture. Et le réseau routier étant déjà achevé à 99%, il n'y a plus qu'à l'entretenir, ce qui n'est pas toujours bien fait d'ailleurs actuellement.

Link to comment

J'ai bosse quelques temps a Toronto et je devais faire bcp de route chaque jour. Dans le nord de la ville, il y a une autoroute privee. Il y a un telepeage ou l'on paie automatiquement, sans meme devoir ralentir, grace a un boitier achete prealablement dans le commerce ou sur internet. Elle est parfaitement entretenue, le traffic y est plus fluide que sur les autoroutes publiques, la publicite extremement rare voire inexistante.

En Australie, la plus longue et moderne voie de chemin de fer a ete construite recemment, entierement par le prive. Elle traverse l'ile-continent d'ouest en est.

Aux US, les deux chmins de fer transcontinentaux dont la construction a ete encouragee puis totalement assumee par l'Etat ont provoques des gachis immenses, de la corruption a tout va et ont fait faillite in fine. Seul le chemin de fer construit par un prive, en rachetant toutes les terres pour construire les voies, du Centre du pays a la cote Pacifique Nord, a ete mene a son terme, a ete profitable pour l'entrepreneur et pour les regions traversees.

Beaucoup de chemins de fer francais (sans parler des routes !) ont etes construits au XIX entierement par le prive, sans aucune aide de l'Etat. Exemple, les chemins de fer construits par Seguin dans le Sud-Ouest, 100% prive, en rachetant toutes les terres des paysans sur le passage, volontairement.

Voila.

Link to comment

Je parlais de routes, pas de voies de chemin de fer, ou autres transport en commun.

Les seules exemples de routes payantes sont les autoroutes.

Les autoroutes représentent moins de 1% du réseau routier français.

Aujourd'hui ce sont les collectivités territoriales (départements et communes) qui gèrent l'entretien de 98% du réseau routier.

Autoroutes non concédées (1 100 km) 0,1%

Autoroutes à péage (6 300 km) 0,7%

Routes nationales (11 800 km) 1,3%

Routes départementales (377 000 km) 39,8%

Voirie communale (550 000 km) 58,1%

(Source : André Guillerme, Chemins, routes et autoroutes, Cahiers de médiologie, 2, 1996 et décret du 5 décembre 2005)

http://wapedia.mobi/fr/R%C3%A9seau_routier_fran%C3%A7ais

Est-ce que ce serait vraiment plus intéressant financièrement qu'une grosse société gère toutes les routes plutot que l'état ?

Ce serait plus pratique que plusieurs sociétés, pas besoin d'avoir 50 péages sur un trajet comme vers Biarritz… Par contre ce serait un monopole, donc les prix pourraient être à peu près aussi élevés que la société le souhaite (peut-être bien finalement du point de vue écologique).

Et quelle serait la politique d'entretien d'une telle société sur les routes de campagnes, je n'ose pas l'imaginer.

Link to comment
Je parlais de routes, pas de voies de chemin de fer, ou autres transport en commun.

Oui, mais les couts doivent etre sensiblement les memes. Donc c'est comparable.

Les seules exemples de routes payantes sont les autoroutes.

Non. Les routes situees dans les lotissements appartiennent au proprietaire du lotissement, pas a l'Etat ou a une personne tierce. Il existe des rues privees, meme a Paris et a Bruxelles. Il existe de tres tres nombreuses routes privees dans des grandes proprietes (notamment industrielles), construites, entretenues et utilisees par des prives mais elles ne sont pas comptabilisees dans les stats officielles.

Est-ce que ce serait vraiment plus intéressant financièrement qu'une grosse société gère toutes les routes plutot que l'état ?

Ce serait plus pratique que plusieurs sociétés, pas besoin d'avoir 50 péages sur un trajet comme vers Biarritz…

Exemple de Toronto donne plus haut. Autoroute a peage en concurrence avec d'autres, prix faible, pas besoin de ralentir quand on change d'autoroute car on a un boitier qui enregistre ton passage d'une route a l'autre.

Et quelle serait la politique d'entretien d'une telle société sur les routes de campagnes, je n'ose pas l'imaginer.

Autoroutes privees parfaitement entretenues. Routes dans les lotissement parfaitement entretenues. Je ne vois pas le probleme. Quand un truc t'appartient et que tu peux gagner de l'argent avec, tu ne tues pas la poule aux oeufs d'or. Ou si tu le fais, tu fais faillite et tu es rachete par un meilleur gestionnaire qui entretiendra la route.

Link to comment
Guest rogermila
Les seules exemples de routes payantes sont les autoroutes.

Les autoroutes gérées par des sociétés privées sont seulement en concession, car c'est l'Etat qui est toujours propriétaire du foncier.

J'ai dans ma commune un exemple de privatisation (assez ancienne) et à petite échelle d'un espace urbain.

L'ensemble (environ une cinquantaine de maisons ) comprend trois ou quatre rues dont les proriétaires ont obtenu, il y a quelques mois, la fermeture par des plots retractables qui se ne baissent que sur présentation d'un badge.

L'accès aux rues est toutefois possible pour les piètons.

Les nouveaux propriétaires sont obligés d'adhérer à l'association des propriétaires et tenus de respecter la Charte de l'association (les récalcitrants ou les inciviques se retrouvent assignés en justice très vite, parait-il).

Les propriétaires ont par exemple interdits par leur charte, la construction d'immeubles collectifs et la commune ne peut s'y opposer.

Le stationnement des véhicules le long des trottoirs y est interdit. Chacun doit rentrer sa voiture chez lui et faire de même s'il a des visiteurs extérieurs invités.

C'est un habitat réservé à des gens extrèmement friqués car les prix y sont supérieurs de 50% au prix du marché, dans le reste de la ville.

Je sais que les conseillers municipaux de gauche voudraient mettre fin à cette situation et dénoncent sans arrêt des abus (comme le nettoyage municipal trop fréquent, aux frais de tous les autres habitants)

Link to comment
Je sais que les conseillers municipaux de gauche voudraient mettre fin à cette situation et dénoncent sans arrêt des abus (comme le nettoyage municipal trop fréquent, aux frais de tous les autres habitants)

Et ils ont bien raison (pour la dénonciation)… Là ces collocataire veulent un peu le beurre et l'argent du beurre… Il faudrait qu'ils choisissent et qu'ils aillent au bout de leur raisonnement, et entretiennent eux même leur propriété.

Mais l'expérience a l'air intéressante. Mais cette voie est elle réellement privée?

Link to comment
Autoroutes privees parfaitement entretenues. Routes dans les lotissement parfaitement entretenues. Je ne vois pas le probleme. Quand un truc t'appartient et que tu peux gagner de l'argent avec, tu ne tues pas la poule aux oeufs d'or. Ou si tu le fais, tu fais faillite et tu es rachete par un meilleur gestionnaire qui entretiendra la route.

Le problème que je voulais soulever, c'est qu'en campagne par définition il y a beaucoup moins d'habitants qu'en ville, et donc la route peut difficilement y être entretenue par des moyens financiers des habitants uniquement.

De plus ce ne sont pas des routes de passages intense, il n'est donc pas question de faire payer un droit de passage…

tout ça me rapelle les taxes de passage du moyen age :icon_up:

Link to comment
Guest rogermila
Mais cette voie est elle réellement privée?

Oui totalement. L'ensemble du quartier est privé.

Normalement, les rues desservant les habitations ont été construites et payées uniquement par les co-propriétaires .

Reste à savoir si ils ont réellement TOUT payé ?

Les plots rétractable, ce serait pas le retour des remparts et des ponts-levis ?

Un exemple de propriété privée "collective" qui forme une communauté fermée…

Oui, ces gens qui vivent dans un cocon et qui ont payé très cher pour cela, attisent beaucoup de jalousie et d'animosité dans la commune car ils sont socialement inaccessibles aux autres.

Link to comment
Les autoroutes gérées par des sociétés privées sont seulement en concession, car c'est l'Etat qui est toujours propriétaire du foncier.

J'ai dans ma commune un exemple de privatisation (assez ancienne) et à petite échelle d'un espace urbain.

L'ensemble (environ une cinquantaine de maisons ) comprend trois ou quatre rues dont les proriétaires ont obtenu, il y a quelques mois, la fermeture par des plots retractables qui se ne baissent que sur présentation d'un badge.

L'accès aux rues est toutefois possible pour les piètons.

Les nouveaux propriétaires sont obligés d'adhérer à l'association des propriétaires et tenus de respecter la Charte de l'association (les récalcitrants ou les inciviques se retrouvent assignés en justice très vite, parait-il).

Les propriétaires ont par exemple interdits par leur charte, la construction d'immeubles collectifs et la commune ne peut s'y opposer.

Le stationnement des véhicules le long des trottoirs y est interdit. Chacun doit rentrer sa voiture chez lui et faire de même s'il a des visiteurs extérieurs invités.

C'est un habitat réservé à des gens extrèmement friqués car les prix y sont supérieurs de 50% au prix du marché, dans le reste de la ville.

Je sais que les conseillers municipaux de gauche voudraient mettre fin à cette situation et dénoncent sans arrêt des abus (comme le nettoyage municipal trop fréquent, aux frais de tous les autres habitants)

Les plots rétractable, ce serait pas le retour des remparts et des ponts-levis ?

Un exemple de propriété privée "collective" qui forme une communauté fermée…

J'ai vu ça aussi dans des reportages à la Télé, je ne sais plus si c'était aux états-unis ou au canada.

Link to comment
Le problème que je voulais soulever, c'est qu'en campagne par définition il y a beaucoup moins d'habitants qu'en ville, et donc la route peut difficilement y être entretenue par des moyens financiers des habitants uniquement.

Non. Construire et entretenir une route est moins onereux qu'une autoroute car precisement, il y a moins de passage.

De plus ce ne sont pas des routes de passages intense, il n'est donc pas question de faire payer un droit de passage…

Pourquoi ? Trois poteaux en fer, un recepteur sur la barre horizontale et un emeteur dans le vehicule. Encore une fois, ca existe deja. Ca fonctionne. Donc c'est classé, on en parle plus. A moins que tu nies la realité.

tout ça me rapelle les taxes de passage du moyen age :icon_up:

N'importe quoi. Et acheter du pain, du consideres que c'est de l'esclavage aussi ? Et une cloture, tu consideres que c'est le mur de Berlin ? Tu melanges tout mon gars.

Link to comment
Les plots rétractable, ce serait pas le retour des remparts et des ponts-levis ?

Un exemple de propriété privée "collective" qui forme une communauté fermée…

J'ai vu ça aussi dans des reportages à la Télé, je ne sais plus si c'était aux états-unis ou au canada.

Park Labrea à Los Angeles - pas spécialement friqué, mais correct et sûr. Parfait pour les familles avec enfants.

Les 4 Sunset Islands à Miami, notamment - fantastiques, absolument magnifiques ==> très populaires, tout le monde les aime.

Link to comment
Non. Construire et entretenir une route est moins onereux qu'une autoroute car precisement, il y a moins de passage.

Pourquoi ? Trois poteaux en fer, un recepteur sur la barre horizontale et un emeteur dans le vehicule. Encore une fois, ca existe deja. Ca fonctionne. Donc c'est classé, on en parle plus. A moins que tu nies la realité.

N'importe quoi. Et acheter du pain, du consideres que c'est de l'esclavage aussi ? Et une cloture, tu consideres que c'est le mur de Berlin ? Tu melanges tout mon gars.

Admettons pour le péage automatique, alors où positionne-t-on ces capteurs, tous les x mètres ? aux entrées/sorties d'une commune, d'un département ? Est-ce que ce système ne risque pas de revenir très cher à mettre en place ?

Si on oublie son émetteur (volontairement ou non), comment fait-on ? :icon_up:

Les routes, comment est-ce qu'on les attribue à tel ou tel personne ?

Faut-il les payer pour en devenir propriétaire, ou d'autres critère déterminent-ils la propriété ?

Qui déterminerait le prix à payer pour passer ?

Concernant le pain, je paie le travail réalisé par le boulanger, le meunier, l'agriculteur, le fabricant d'engrais et de pesticides, le constructeur de matériel agricole, l'ascierie, le fabricant de sel, le service d'eau, j'allais oublier le plus important l'industrie de l'énergie qui nous donne l'électricité, le pétrole pour le transport de tous ces ingrédients et éventuellement du produit final pour l'emmener à mon village (la nature nous donne généreusement le blé, l'eau, le sel, les minerais).

La cloture ça m'évoque la séparation, la protection et l'appropriation.

Rémunérer le service que rendent les personnes qui entretiennent les routes, et de ceux qui fournissent et transportent les matières nécessaires me parait évident, après la manière d'organiser la collecte des fonds qui permettent de le faire c'est autre chose.

Link to comment
Oui totalement. L'ensemble du quartier est privé.

Normalement, les rues desservant les habitations ont été construites et payées uniquement par les co-propriétaires .

Reste à savoir si ils ont réellement TOUT payé ?

Oui, ces gens qui vivent dans un cocon et qui ont payé très cher pour cela, attisent beaucoup de jalousie et d'animosité dans la commune car ils sont socialement inaccessibles aux autres.

Un ghetto de riches en somme.

Link to comment

La cloture ça m'évoque la séparation, la protection et l'appropriation.

Et…c'est mal ?

Non ce n'est pas mal.

Dans l'idéal je préfèrerais un monde sans barrières où on puisse se faire confiance, mais en réalité il y aura toujours besoin de marquer des limites ici ou là.

Ces limites physiques ne sont que des constructions humaines destinées à des humains, elles sont extrèmement éphémères.

Link to comment
Admettons pour le péage automatique, alors où positionne-t-on ces capteurs, tous les x mètres ? aux entrées/sorties d'une commune, d'un département ? Est-ce que ce système ne risque pas de revenir très cher à mettre en place ?

Les gestionnaires des routes détermineront au mieux le maillage de leur tronçon de route, en fonction des facteurs économiques.

Si on oublie son émetteur (volontairement ou non), comment fait-on ? :icon_up:

On est flaché, et la facture est envoyée au propriétaire de la voiture.

Les routes, comment est-ce qu'on les attribue à tel ou tel personne ?Faut-il les payer pour en devenir propriétaire, ou d'autres critère déterminent-ils la propriété ?

Ca s'achète.

Qui déterminerait le prix à payer pour passer ?

Le prix est déterminé par les entrepreneurs des sociétés routières.

Link to comment
Un ghetto de riches en somme.

J'ai envie de dire: et alors? Où est le problème? Il y a bien des ghettos de pauvres (e.g.: villes communistes), des ghettos d'étudiants (quartiers proches des universités, résidences universitaires), des ghettos de personnes agées (maisons de retraite).

Link to comment
Les gestionnaires des routes détermineront au mieux le maillage de leur tronçon de route, en fonction des facteurs économiques.

On est flaché, et la facture est envoyée au propriétaire de la voiture.

Ca s'achète.

Le prix est déterminé par les entrepreneurs des sociétés routières.

Pourquoi pas… Ce serait un monde qui ne me fait pas spécialement envie

Nous serions complètement captif des sociétés détenant les routes !

Link to comment
Pourquoi pas… Ce serait un monde qui ne me fait pas spécialement envie

Nous serions complètement captif des sociétés détenant les routes !

Ah, c'est sûr, mieux vaut être complètement captif d'un Etat obèse et boulimique… :icon_up:

Link to comment
Pourquoi pas… Ce serait un monde qui ne me fait pas spécialement envie

Nous serions complètement captif des sociétés détenant les routes !

Et quand tu vas chercher ton pain, tu es captif du boulanger?

Link to comment
Pourquoi pas… Ce serait un monde qui ne me fait pas spécialement envie

Nous serions complètement captif des sociétés détenant les routes !

Et être captif de La Poste, ça t'effraie ? :icon_up:

Link to comment

Sur la privatisation/liberalisation des routes, des rues et du reste, il y a Wikiberal, qui, comme d'habitude, introduit bien le sujet :

http://www.wikiberal.org/wiki/Privatisatio…sation_des_rues

Si tu veux aller plus loin, tu peux acheter et lire Privatization of Roads and Highways, de Walter Block:

http://mises.org/store/Privatization-of-Ro…hways-P581.aspx

The Mises Institute is pleased to introduce Walter Block's remarkable new treatise on private roads, a 494-page book that will cause you to rethink the whole of the way modern transportation networks operate. It is bold, innovative, radical, compelling, and shows how free-market economic theory is the clarifying lens through which to see the failures of the state and see the alternative that is consistent with human liberty.

He shows that even the worst, off-the-cuff scenario of life under private ownership of roads would be fantastic by comparison to the existing reality of government-ownership of roads, which is awful in ways we don't entirely realize until Block fully explains it (think: highway deaths).

But that is only the beginning of what Professor Block has done. He has made a lengthy, detailed, and positive case that the privatization of roads would be socially optimal in every way. It would save lives, curtail pollution, save us (as individuals!) money, save us massive time, introduce accountability, and make transportation a pleasure instead of a huge pain in the neck.

Because this is the first-ever complete book on this topic, the length and detail are absolutely necessary. He shows that this is not some libertarian pipe-dream but the most practical application of free-market logic. Block is dealing with something that confronts us everyday. And in so doing, he illustrates the power of economic theory to take an existing set of facts and help you see them in a completely different way.

What's also nice is that the prose has great passion about it, despite the great scholarly detail. He loves answering the objections (aren't roads public goods? Aren't roads too expensive to build privately?) and making the case, fully aware that he has to overcome a deep and persistent bias in favor of public ownership. The writer burns with a moral passion on the subjects of highway deaths and pollution issues. His "Open Letter to Mothers Against Drunk Driving" is a thrill to read!

People have known that Block had been working on this book for many years, and some chapters have been seen in journals here and there. But there is something thrilling about seeing it all put together in one place. It comes together as a battle plan against government roads and a complete roadmap for a future of private transportation.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...