Jump to content
vincponcet

Armageddon économique ?

Recommended Posts

Je te parie que la France va subir une crise dans l'immo comme jamais elle n'en a vécu, et ce précisément à cause de ces plans d'urbanismes. Je te parie que les politiciens de droite et de gauche vont faire des pieds et des mains pour relancer le crédit, en tordant le bras de Trichet, en relançant artificiellement la construction, je te parie que tout ceci va foirer lamentablement et je te parie que le chômage va être encore amplifié par les mesures protectionnistes et les mesures étatistes qu'ils vont prendre.

C'est ce que prédit Vincent Bénard ici :

http://www.objectifliberte.fr/2008/10/annonces-logeme.html

Et il va jusqu'à prédire la faillite de l'Etat francais !

J'espère qu'il se trompe … :icon_up::doigt::mrgreen:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Annonces de Nicolas Sarkozy "en faveur" du logement : stupeur et consternation !

Chantier Nicolas Sarkozy est-il devenu fou ? Alors que le plan Boutin, annoncé en juin, et présenté au parlement le 14 octobre, consacre plus encore qu'actuellement le rôle de l'état comme grand timonnier du marché du logement, malgré les résultats catastrophique de cet interventionnisme que seuls les libéraux osent aujourd'hui dénoncer, notre président, fidèle à ses mauvaises habitudes, nous a gratifiés dans un communiqué paru ce mercredi soir d'annonces dont on ne sait si elles sont le fruit d'une impulsivité maladive, ou d'un début de panique à bord de l'esquif gouvernemental.

Plus fort que le marché : l'Etat !

Tout d'abord, le président de la république a annoncé, je cite le Monde mot pour mot, "de faire racheter à un prix décoté plus de 30 000 logements dont les travaux n'ont pas été lancés faute de certitude sur les ventes, afin de soutenir la construction de logements en France, indique un communiqué de la présidence. Selon l'Elysée, "en évitant l'annulation ou le report d'opérations", cette décision "permettra de soutenir la construction de logements en France".

Que ne ferait-on pas pour "soutenir la construction", dans ce pays ! Alors que ces dispositifs, comme le tristement célèbre "Robien", ont surtout contribué à déséquilibrer les marchés en apportant une profusion de logements inadaptés à la demande locale à des endroits où il n'y en avait pas besoin -- Et pour cause, c'était là que le foncier restait à peu près accessible… --, l'état va, avec l'argent qu'il n'a pas, simplifier le dispositif de mal-investissement en vigueur et se passer de l'aide des investisseurs individuels pour construire des logements que les promoteurs ont renoncé à développer parce que la demande est en berne. Mais l'état, ce monstre omniscient, sait mieux que ce "maudit marché" ce dont les demandeurs de logement ont besoin, de quel type de logement, à quel endroit…

Naturellement, les lobbys de la construction qui bénéficieront de ces enveloppes y verront à court terme leur avantage. Mais les constructeurs de "vrais" logements privés, déjà salement secoués par le climat actuel des affaires, verront la concurrence du secteur subventionné s'accroître, et devront plus encore qu'actuellement se recentrer sur l'offre de haut de gamme, la seule qui ne soit pas impactée par l'intrusion de l'état dans la construction. Les familles modestes n'y gagneront rien à moyen terme.

Enfin, la subvention nouvellement créée, si elle passera de la pommade dans le dos des professionnels du bâtiment, ne fera que renforcer la pression fiscale sur tous les français, qui se retrouveront donc à payer plus d'impôts pour subventionner à prix d'or les 30 000 opportunistes qui franchiront les barrières leur permettant d'accéder à ces dispositifs. Et l'argent dépensé par les ménages dans le logement subventionné n'ira pas irriguer d'autres postes de dépense: "soutenir le bâtiment", ou tout autre lobby, comme toute aide sectorielle, ne peut se faire qu'au détriment des secteurs d'activité non "aidés".

Fannie et Freddie traversent l'Atlantique

Mais cette mesure n'est rien à côté de l'autre annonce du soir. Toujours selon les termes du Monde, repris du communiqué de l'Elysée, "Le chef de l'Etat a par ailleurs décidé de relever le plafond de ressources ouvrant droit à la garantie que l'Etat apporte aux crédits immobiliers des ménages via les "prêts d'accession sociale". Ainsi, 60 % des ménages contactant un crédit immobilier deviendront éligibles à cette garantie contre seulement 20 % aujourd'hui". Le communiqué ajoute même que "pour les banques, cette mesure permettra d’augmenter le volume des actifs de qualité éligibles à un refinancement à coûts bas".

Alors que le système bancaire américain est en déroute à cause de la prolifération de prêts plus qu'imprudents permise par une garantie tacite de l'état sur Fannie Mae et Freddie mac, les deux acteurs majeurs du refinancement du crédit, alors que rien n'indique que le système bancaire français ne soit à l'abri d'une contagion, tout décideur sensé penserait d'abord à promouvoir des actions susceptibles de renforcer la solidité financière des banques.

Mais Nicolas Sarkozy, qui n'a visiblement pas la même analyse de la situation, envisage au contraire une vaste opération de déresponsabilisation des organismes de crédit en ouvrant à 60% des emprunteurs la possibilité de bénéficier d'une garantie publique de leur engagement, reproduisant dans le principe le même système que celui qui a précipité la chute de Fannie Mae et Freddie Mac.

Prêtez, prêtez, si le débiteur est en défaut, l'état vous sauvera ! Tel est en substance le message du chef de l'Etat. Mais l'Etat Français, en cas de faillite d'une grande banque prêteuse, ou d'un refinanceur -- La caisse des dépôts, déjà mise à toutes les sauces ? --, n'a plus les fonds propres suffisants pour assurer un sauvetage de grande ampleur. En outre, il est plus que probable que dans un contexte de crédit raréfié, il ne pourra acheter la confiance d'éventuels créanciers au même prix qu'aujourd'hui.

Vers le coup de ciseau fatal ?

Une telle garantie de l'état sur des créances dont la qualité baissera quasi-mécaniquement, risque d'amener les agences de notation, qui seront tenues de faire du zèle afin d'échapper aux accusations (justifiées) de laxisme qui leur sont actuellement adressées, à dégrader à court ou moyen terme la note accordée à la signature de l'état Français. Notre charge d'intérêts de la dette ne peut qu'augmenter dans d'inquiétantes proportions. Et ce n'est là que le moindre des facteurs d'inquiétude que l'ineptie gouvernementale suscite.

Les annonces quasi quotidiennes de dépenses nouvelles -- dont celles de ce soir ne sont qu'un point d'orgue provisoire, en attendant la suivante -- et la multiplication de dispositifs de garanties étatiques sur les faillites privées, dont les conseillers du président devraient savoir qu'elles ne sont que promesses de gascon, risquent d'entraîner plus rapidement que je ne l'aurai cru vers la pente savonneuse qu'à expérimentée la Suède en 1993: le "coup de ciseau" sur les finances publiques, suivi de la banqueroute de l'état.

L'effet "ciseau" est la conjugaison d'une baisse des recettes fiscales avec une hausse non maîtrisée des dépenses publiques. Alors qu'un ralentissement économique se manifeste d'ores et déjà, qu'une récession paraît probable, l'état et les collectivités locales doivent s'attendre à de sévères baisses de recettes, extrêmement mal anticipées. En contrepartie, la multiplication des pains, pardon, des dispositifs d'assistance, dont le nombre de bénéficiaires ne fera que croitre du fait du contexte économique ravagé, entraîneront une hausse rapidement incontrôlable des engagements de dépense. Si les annonces du président se traduisent en textes de loi, je puis déjà annoncer que l'objectif de contenir le déficit public en dessous de 3% non seulement ne sera pas tenu, mais qu'il sera enfoncé ! Rappelons qu'en Suède, entre 1990 et 1993, ce déficit annuel, sous l'effet de ce fameux coup de ciseau, est passé de 3% à… 12% du PIB, vous avez bien lu: douze pour cent. Rigoureusement insoutenable.

La Faillite, nous voilà !

Les investisseurs du monde entier, lorsqu'une tranche d'obligations composant notre abyssale dette arrive à échéance, prêtent jusqu'ici sans rechigner à la France à des taux raisonnables de quoi la rembourser, donnant l'illusion que "la France ne rembourse jamais sa dette" à certains politiciens incultes . Face à la multiplication de signaux avant-coureurs d'une catastrophe, il se pourrait qu'ils décident que le risque lié à la signature française ne vaut plus la peine d'être courru, surtout au prix actuel. Les taux demandés monteront alors, et pourraient rapidement devenir insupportables. En 1993, face à une crise de défiance massive des prêteurs habituels, la banque de suède a dû augmenter ses taux d'émission obligataires, et dût même pendant quelques minutes émettre des tranches au taux de… 500%, sans parvenir à les placer ! Le gouverneur de la banque de Suède a alors jeté l'éponge et le gouvernement a annoncé une dévaluation du tiers de la valeur de change de sa devise, façon comme une autre d'exproprier les créanciers d'un tiers de leurs créances. La France n'a même pas cette possibilité, Euro oblige. Elle devrait alors prononcer une banqueroute, dont les conséquences seraient absolument dramatiques.

Sommes nous condamnés à vivre un tel scénario noir ? Je ne voudrais pas jouer les catastrophistes de salon, mais si notre gouvernement met à exécution ses projets de manipuler le crédit immobilier au seul prétexte de "soutenir le bâtiment", nous allons tout droit dans le mur. La question ne sera alors plus de savoir si cela va arriver, mais quand.

Un besoin urgent de liberté !

Ni le logement, ni aucun autre secteur de l'économie, n'ont besoin de plus d'intervention de l'état qu'ils n'en subissent déjà. Et l'état, aujourd'hui plus que jamais, ne peut se permettre d'accroître le risque financier lié à ses activités. Il est urgent que le logement soit libéré des carcans étatiques qui l'étouffent !

Si l'état veut vraiment aider les français à se loger à des coûts abordables, il doit au contraire d'une part promouvoir une grande loi de libération foncière permettant aux prix du logement de rester raisonnables même lorsque la demande est forte, d'autre part, il doit revoir à la fois les pressions législatives s'exerçant au détriment des propriétaires bailleurs, et alléger la fiscalité de l'épargne, et non la renforcer. Enfin, il doit cesser de socialiser le parc français de logements plus qu'il ne l'est déjà , ce qui gaspille des ressources considérables, et ne profite qu'imparfaitement aux publics qu'une politique sociale est censée toucher, la compétition pour occuper ces logements subventionnés profitant rarement aux plus faibles.

Enfin, il doit abandonner toute mesure de distorsion du crédit, tant les incitations fiscales que les garanties publiques, dont la faillite américaine devrait pourtant avoir prouvé l'incroyable nocivité.

Toutes les forces politiques un tant soit peu responsables de ce pays doivent réagir rapidement aux annonces plus qu'imprudentes de M. Sarkozy, pour qu'elles ne deviennent pas la loi de la république.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu remarqueras Vincent que certains participants jugent tes analyses supérieures à celles de Salin. La grande classe :icon_up:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Moi aussi, j'espère me tromper.

Et pourtant c'est quasi-mathematique. Au trop plein de liquidite des premieres annees 2000 ayant cree la bulle immobiliere va maintenant suivre un manque de liquidite du fait de la gestion etatique de l'octroi de credits.

C'est plus ou moins un crash type 1929 qui se prepare, c'est le moment de securiser son emploi parceque se faire virer en ce moment et devoir vendre ses actifs dans un marche qui s'effondre c'est le pire qui puisse arriver a quelqu'un.

Pour ce qui est de la faillite de l'etat je doute tout de meme, le peuple est parfaitement conditionne a ne pas voir la verite et est globalement persuade que l'etat est ici le sauveur alors qu'il est le premier responsable de cette crise. Ce qui se voit…, comme disait Bastiat.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Moi aussi, j'espère me tromper.

Je vous informe que à compter de ce soir à 22 : 05, vous êtes autenthifié libéral :icon_up:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je vous informe que à compter de ce soir à 22 : 05, vous êtes autenthifié libéral :icon_up:

Oui, sois le bienvenu chez les dingues.

Ps: Désolé pour la pollution du fil avec ce message d'ordre personnel.

Tu verras qu'ici on ne rigole pas avec la discipline.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Moi aussi, j'espère me tromper.

Bienvenue. :icon_up:

Share this post


Link to post
Share on other sites
J'espère qu'il se trompe … :icon_up::doigt::mrgreen:
Moi aussi, j'espère me tromper.

En fait, espérer se tromper, c'est espérer que, encore une fois, ceux qui se sont comportés comme des gorets s'en sortent, i.e. que l'Etat crée encore plus de dettes, ou que ceux qui ont de façon irresponsable considéré que l'immo ne peut jamais chuter finalement réussissent à retrouver de la crédibilité, ou ceux qui ont alimenté le système avec les méthodes traditionnelles (subventions, incitations fiscales ou légales, etc…) arrivent finalement à leurs fins, alors que dès le départ, le système est pourri.

ps : bienvenue à Vincent Bénard.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bah oui, tant qu'on y est, autant tout mettre dedans.

J'espère que les Représentants ne vont pas se faire abuser par les sucrettes ajoutées à la dernière minute pour adoucir la pilule et qu'ils vont envoyer Paulson & Co se faire foutre quelque chose de mignon.

Share this post


Link to post
Share on other sites
The House is debating the bailout now and a few members are declaring their switch from "no" votes to "yes" votes. So far:

Jesse Jackson, Jr. (D-IL) [actually made this public yesterday]

John Lewis (D-GA)

Bill Pascrell (D-NJ)

Howard Coble (R-NC)

Gresham Barrett (R-SC)

Zach Wamp (R-TN)

So as of now it still fails 222-211. But we're getting closer.

UPDATE: Elijah Cummings (D-MD) switches. 221-212.

Rep. Ileana Ros-Lehtinen (R-FL) too. 220-213. (And bookmark the Politico's Crypt blog.)

Rep. Judy Biggert (R-IL) switches. 219-214.

Rep. David Scott (D-GA) switches, so it's 218-215. And that's four black caucus members so far who've switched because Barack Obama told them to.

Rep. Donna Edwards (D-MD) switches: We're at 217-216. There's no chance that this will fail.

http://www.reason.com/blog/show/129254.html

Sinon pour entendre les "débats" en direct :

http://www.c-span.org/Listen/C-SPAN-Radio_wm.aspx

EDIT: Ron Paul a déjà parlé si jamais.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les résultats définitifs, en direct de CNN :

Pour : 263

Contre : 171

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bon. Maintenant, c'est la foire du slip.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les résultats définitifs, en direct de CNN :

Pour : 263

Contre : 171

Pour le coup, c'est sans appel.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et merdre.

J'avais pris de l'or au cas où, ça m'a coûté 50 euros. Tant pis.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Excellent, à part la confusion entre corporatisme et capitalisme.

Share this post


Link to post
Share on other sites
A votre bon coeur m'sieurs dames, aidons nos frères banquiers dans la tourmente

BANKTHON

C'est dommage on ne peut faire un don à l'association caritative BCE qui elle seule saura comment au mieux aider tous les banquiers nécessiteux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Remarquez que le marche a reagit negativement au vote…. alors qu'il etait en hausse dans la journee, il a substantiellement chute apres. Ils attendaient quoi au juste ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien, rendez-vous dans 6 mois pour le crash immobilier. Jesrad, tu peux garder ton or…

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les 56% de subprimes dans le portefeuille des GSEs, tu as des sources ?

ça me semble pas vraiment crédible.

Au départ, "prime", ça veux dire "qui est accepté par les GSEs".

Alors, certes, FNM/FRE ont acceptés des non-prime (subprime, alt-a), mais de là à ce que ça fasse 56% de son bilan, je veux voir des chiffres.

Aussi, tout le débat sur la titrisation / tranching & co (CDO) n'avait semble-t-il de sens que pour des papiers que les gens ne voulaient pas en l'état.

Des MBS (mortgage based securities, des obligations adossées à des crédits immobiliers), ça existe depuis 30 ans, mais sur des "prime" à ce que j'en ai compris.

Le tranching a d'autant plus d'intérêt si le taux de défaut attendu est important, voire inconnu.

Bref, je doute que FNM/FRE avaient 56% de subprime.

http://www.fanniemae.com/media/pdf/newsrel…tor_Summary.pdf

page 30, exposition : 48 milliards aux subprime, 340 aux alt-A, total 2.6 trillions

donc même si on compte les alt-a dans les "subprime", ça ne fait pas 56%

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tout cela est très théorique, et toute théorie repose sur des axiomes. Lorsque ces axiomes ne sont pas explicités, la théorie repose sur du vent.

Sur les explications à la crise actuelle, il me semble trop facile d'incriminer les états comme seuls responsables de la crise, de même qu'il est trop simple d'incriminer le monde de la finance en général.

De toute évidence, un grand nombre d'acteurs sont responsables, et ceci de façon individuelle avant tout. Personne n'a été forcé par la loi ou sous la contrainte d'acheter ou de vendre. Pour le moment, je ne trouve pas d'explication systémique satisfaisante.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tout cela est très théorique, et toute théorie repose sur des axiomes. Lorsque ces axiomes ne sont pas explicités, la théorie repose sur du vent.

Sur les explications à la crise actuelle, il me semble trop facile d'incriminer les états comme seuls responsables de la crise, de même qu'il est trop simple d'incriminer le monde de la finance en général.

De toute évidence, un grand nombre d'acteurs sont responsables, et ceci de façon individuelle avant tout. Personne n'a été forcé par la loi ou sous la contrainte d'acheter ou de vendre. Pour le moment, je ne trouve pas d'explication systémique satisfaisante.

L'objet d'une BC est d'abaisser artificiellement les taux d'intérêt. Cela génère des booms et des krachs.

Un jour c'est dans l'internet, le suivant dans l'immo, un autre sur la bourse. Le domaine dans lequel cela arrive est anecdotique.

Le coeur du pb, c'est le mécanisme de boom/krach créé par la déformation des taux d'intérêt.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Tout cela est très théorique, et toute théorie repose sur des axiomes. Lorsque ces axiomes ne sont pas explicités, la théorie repose sur du vent.

Sur les explications à la crise actuelle, il me semble trop facile d'incriminer les états comme seuls responsables de la crise, de même qu'il est trop simple d'incriminer le monde de la finance en général.

De toute évidence, un grand nombre d'acteurs sont responsables, et ceci de façon individuelle avant tout. Personne n'a été forcé par la loi ou sous la contrainte d'acheter ou de vendre. Pour le moment, je ne trouve pas d'explication systémique satisfaisante.

Ah tiens, quelqu'un qui pense comme moi, je me sentais un peu seul !

Share this post


Link to post
Share on other sites
L'objet d'une BC est d'abaisser artificiellement les taux d'intérêt. Cela génère des booms et des krachs.

Un jour c'est dans l'internet, le suivant dans l'immo, un autre sur la bourse. Le domaine dans lequel cela arrive est anecdotique.

Le coeur du pb, c'est le mécanisme de boom/krach créé par la déformation des taux d'intérêt.

La déformation des taux d'intérêt joue certainement un rôle, mais il ne s'agit pas de la seule explication. Qui peut dire ce que seraient les taux d'intérêt dans un marché complètement libre, sans intervention des états ? Le phénomène des bulles ne disparaitrait probablement pas.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By Lugaxker
      On y est je pense.
       
      Baril de Brent : - 20 % aujourd'hui
      CAC 40 : - 6 % à l'ouverture
      Le S&P 500 va probablement aussi plonger cet après-midi.
       
      Indépendamment du contexte (le coronavirus qui a déclenché le mouvement), ça sent la nouvelle récession.
       
      Vous en pensez quoi ?
    • By Alchimi
      http://www.lefigaro.fr/medias/2018/05/24/20004-20180524ARTFIG00294-netflix-pese-desormais-plus-lourd-que-disney.php
       
      L'article:
       
      +2300% le titre netflix entre 2012 et 2017. Pas moche. Je crois que je vais aller leur proposer mon scénario de court-métrage de SF.
×
×
  • Create New...