Jump to content
vincponcet

Armageddon économique ?

Recommended Posts

Nouveau record de l'once d'or. Je parie sur 2000$ l'once avant la fin de l'année.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca pue de plus en plus : http://www.20minutes…hniques-bourses

Comme dab quand la bourse est suspendue lors d'une baisse: "c'est un problème technique suite à une forte activité du marché qu'on vous dit".

Bizarrement quand le CAC prend 5% y a jamais de problème technique ni de forte activité du marché.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nouveau record de l'once d'or. Je parie sur 2000$ l'once avant la fin de l'année.

Le canal haussier va tout claquer. Je pense à 1850 avant fin septembre…sauf emballement et dans ce cas, on arrivera vite à des sommets.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nouveau record de l'once d'or. Je parie sur 2000$ l'once avant la fin de l'année.

Rogermila beg to differ.

Lol.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le canal haussier va tout claquer. Je pense à 1850 avant fin septembre…sauf emballement et dans ce cas, on arrivera vite à des sommets.

Si l'or devient volatil il perd sa fonction de valeur refuge, partant il se pourrait que la hausse ne soit pas aussi importante que ce que l'on peut imaginer aujourd'hui.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans la situation actuelle, l'inflation serait très largement préférable. On ferait comme les Islandais : un gros coup d'inflation de 20 %, une recession de 10 % et grosso modo la situation serait assainie. Mais pour qu'elle arrive (l'inflation) il faut d'abord que l'euro casse. Et ca, ca nous rajoute une couche de recession ;

C'est bien connu, une fois le génie de l'inflation sortie de sa lampe, on le fait rentrer comme on veut… On va vers l'inconnu, et il y a bien peu de raisons d'être optimistes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est bien connu, une fois le génie de l'inflation sortie de sa lampe, on le fait rentrer comme on veut… On va vers l'inconnu, et il y a bien peu de raisons d'être optimistes.

Tiens, à propos d'optimisme :

http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=645d5e8178f56f33501ae2d521485a2c

Espagne : le Trésor annule son émission obligataire du 18 août

C'est parce qu'ils ont tout l'argent qu'ils veulent, en fait.

Voilà.

Tu vois, l'optimisme, c'est simple, finalement.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tiens, à propos d'optimisme :

http://www.boursoram…01ae2d521485a2c

Espagne : le Trésor annule son émission obligataire du 18 août

C'est parce qu'ils ont tout l'argent qu'ils veulent, en fait.

Voilà.

Tu vois, l'optimisme, c'est simple, finalement.

Ahhhh j'étais à 2 doigts de poster ce lien.

Le gouvernement Espagnol fait le pari d'emprunter à moindre coût après août…c'est couillu.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca pue de plus en plus : http://www.20minutes…hniques-bourses

Ca fait plusieurs semaines que NYSE Euronext a des problèmes lors de la clôture sur les indices. Je pense qu'il y a en effet des problèmes techniques liés à des évolutions logiciel, le tout exacerbé par la nervosité sur les marchés.

Sur l'émission espagnole, l'année dernière également les émissions avaient été annulées en août.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ca fait plusieurs semaines que NYSE Euronext a des problèmes lors de la clôture sur les indices. Je pense qu'il y a en effet des problèmes techniques liés à des évolutions logiciel, le tout exacerbé par la nervosité sur les marchés.

Bizarre que ces pb techniques n'interviennent que très rarement à la hausse. La nervosité moins grande, je suppose :)

Sur l'émission espagnole, l'année dernière également les émissions avaient été annulées en août.

Ah bah alors tout va bien, c'est la routine !

Share this post


Link to post
Share on other sites

En tout cas, la BCE a démontré qu'il n'était plus interdit de violer les traités en toute tranquilité en rachetant des obligations irlandaises et portugaises, foutant un joli bordel sur les marchés. Qui a dit que la BCE et l'euro nous protégeaient des emmerdes? On voit en tout cas qu'il y a une érosion de la confiance envers la zone euro et sa gestion.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bizarre que ces pb techniques n'interviennent que très rarement à la hausse. La nervosité moins grande, je suppose :)

N'est-ce pas, faire une addition de 40 valeurs, c'est vachement plus chaud quand la dérivée est négative, on ne t'a pas appris ca en terminale ?

Malheureusement, cette règle est ignorée de la majorité des opérateurs, ce qui fait qu'ils se calculent tous en interne un indice faux, bande d'incapables :-)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Nous sommes sauvés!!! Une petite conférence de presse, 2 ou 3 petites conf call, et ça repartira.

Au programme de cette journée : une déclaration vers 12H20 à Bruxelles du commissaire européen aux Affaires économiques Olli Rehn, qui a interrompu ses vacances face à l'ampleur de la crise.

Objectif : "rassurer" et "inviter au calme" alors que les fondamentaux économiques n'ont pas changé, a indiqué une porte-parole de la Commission; ainsi que clarifier les propos du président de la Commission José Manuel Barroso.

[…]

Autre temps fort attendu : une conférence téléphonique doit avoir lieu entre le président français Nicolas Sarkozy, la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre espagnol José Luis Zapatero, qui a déjà repoussé ses vacances cet été pour suivre de près l'évolution de la situation.

http://www.boursoram…5168e631604ef31

Bah voui, les fondamentaux sont les mêmes…ça ne leur viendrait pas à l'idée de penser que c'est justement ces mêmes fondamentaux qui sont attaqués de toute part.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest rogermila

Facile à faire buzzer alors que les bourses se cassent la figure :

Oui mais pas pour très longtemps, car les chiffres de l'emploi US sont bons et le rebond des bourses s'annonce plus que violent.

Trop tard pour ceux qui n'ont pas acheté hier ou qui ont vendu dans la panique !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui mais pas pour très longtemps, car les chiffres de l'emploi US sont bons et le rebond des bourses s'annonce plus que violent.

Oui, tu as tout à fait raison : les bons chiffres américains s'accumulent. C'est le retour de la croissance. :soleil:

Et il n'y aura pas d'inflation à long terme.

Et l'or va descendre.

Mon pauvre ami, c'est pas là- dedans qu'il faut investir, c'est bien trop tard.

1 mois après: +10% :mrgreen:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans la situation actuelle, l'inflation serait très largement préférable. On ferait comme les Islandais : un gros coup d'inflation de 20 %, une recession de 10 % et grosso modo la situation serait assainie. Mais pour qu'elle arrive (l'inflation) il faut d'abord que l'euro casse. Et ca, ca nous rajoute une couche de recession ;

Tu peux préciser le fond de ta pensé ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
le rebond des bourses s'annonce plus que violent.

ça doit faire super mal :crying:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui mais pas pour très longtemps, car les chiffres de l'emploi US sont bons et le rebond des bourses s'annonce plus que violent.

Trop tard pour ceux qui n'ont pas acheté hier ou qui ont vendu dans la panique !

Après une ouverture en légère hausse, le DJ, le NASDAQ et le S&P continuent de se ramasser, en entrainant les places boursières européennes, fébriles jusqu'alors. Quel visionnaire tu fais Roger, tu avais vu tout juste.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu peux préciser le fond de ta pensé ?

Bien sûr, ma conviction, c'est que la très forte chute de la bourse, ce n'est pas la petite faiblesse de l'économie américaine qui en est la cause. Ni même la probable dégradation de la dette US (il parrait que SP doit l'annoncer ce soir). C'est le problème de la zone euro.

Avec le SME - pour les vieux qui s'en souviennent - on avait tout les deux ou trois ans - une crise gravissimes qui se soldait par la dévaluation d'une monnaie (le plus souvent la lire et la pesatas, assez souvent le franc) et / ou une ré-évaluation du mark. Ce système marchait cahin caha, mais il permettait aux économies européennes de s'ajuster régulièrement.

Il enrichissait aussi régulièrement les spéculateurs : ils leur suffisaient de jouer sur la chute inévitable de la devise et - quand les banques centrales n'avaient plus de cash, c'était jackpot. Cela a fait la fortune de Soros.

A chaque dévaluation, il y avait une crise politique dans les pays européens qui devait dévaluer et le système paraissait de plus en plus délicat à chaque gouvernement.

Alors, tout les hommes politiques se sont réunis - ont profité que l'allemagne avait de gros soucis avec la ré-unification (gros soucis lié déjà à une manipulation monétaire (parité des amrk de RDA avec RFA)) pour négocier l'euro. Avec l'euro, plus de dévaluation…

Plus de dévaluation, donc plus de crises politiques ; Sauf que les écarts des économies européennes ont continués à se creuser. C'est un peu comme si on avait construit une digue pour remplacer un barrage flottant sur un fleuve qu'on doit reconstruire à chaque crue. La digue a arrêter le fleuve, mais la quantité d'eau stocké est telle qu'il commence a y avoir des fissures et le barrage va rompre.

Voilà, on va devoir gérer la sortie de l'euro et sans doute dès 2012 ; J'étais persuadé que cela prendrait quelques années de plus.

Edit : les futurs sont à 3230 !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien sûr, ma conviction, c'est que la très forte chute de la bourse, ce n'est pas la petite faiblesse de l'économie américaine qui en est la cause. Ni même la probable dégradation de la dette US (il parrait que SP doit l'annoncer ce soir). C'est le problème de la zone euro.

Avec le SME - pour les vieux qui s'en souviennent - on avait tout les deux ou trois ans - une crise gravissimes qui se soldait par la dévaluation d'une monnaie (le plus souvent la lire et la pesatas, assez souvent le franc) et / ou une ré-évaluation du mark. Ce système marchait cahin caha, mais il permettait aux économies européennes de s'ajuster régulièrement.

Il enrichissait aussi régulièrement les spéculateurs : ils leur suffisaient de jouer sur la chute inévitable de la devise et - quand les banques centrales n'avaient plus de cash, c'était jackpot. Cela a fait la fortune de Soros.

A chaque dévaluation, il y avait une crise politique dans les pays européens qui devait dévaluer et le système paraissait de plus en plus délicat à chaque gouvernement.

Alors, tout les hommes politiques se sont réunis - ont profité que l'allemagne avait de gros soucis avec la ré-unification (gros soucis lié déjà à une manipulation monétaire (parité des amrk de RDA avec RFA)) pour négocier l'euro. Avec l'euro, plus de dévaluation…

Plus de dévaluation, donc plus de crises politiques ; Sauf que les écarts des économies européennes ont continués à se creuser. C'est un peu comme si on avait construit une digue pour remplacer un barrage flottant sur un fleuve qu'on doit reconstruire à chaque crue. La digue a arrêter le fleuve, mais la quantité d'eau stocké est telle qu'il commence a y avoir des fissures et le barrage va rompre.

Voilà, on va devoir gérer la sortie de l'euro et sans doute dès 2012 ; J'étais persuadé que cela prendrait quelques années de plus.

Edit : les futurs sont à 3230 !

+1

ce que dit Henri Parisien n'est pas très original (on l'entend souvent sur BFM), mais ça fait toujours plaisir à lire car c'est la meilleure analyse possible de la situation européenne amha.

Share this post


Link to post
Share on other sites

+1

ce que dit Henri Parisien n'est pas très original (on l'entend souvent sur BFM), mais ça fait toujours plaisir à lire car c'est la meilleure analyse possible de la situation européenne amha.

Ce qu'il faut rajouter dans mon schéma, et qui colle assez mal, c'est la faiblesse du $ ; SI les anticipations de fin de l'euro étaient partagées, le $ devrait être à parité au minimum avec € ; on en est loin…

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qu'il faut rajouter dans mon schéma, et qui colle assez mal, c'est la faiblesse du $ ; SI les anticipations de fin de l'euro étaient partagées, le $ devrait être à parité au minimum avec € ; on en est loin…

Ben c'est juste que le dollar aussi il a ses casseroles.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qu'il faut rajouter dans mon schéma, et qui colle assez mal, c'est la faiblesse du $ ; SI les anticipations de fin de l'euro étaient partagées, le $ devrait être à parité au minimum avec € ; on en est loin…

Il faut regarder du côté des autres monnaies : CAD, JPY, CHF par exemple.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien sûr, ma conviction, c'est que la très forte chute de la bourse, ce n'est pas la petite faiblesse de l'économie américaine qui en est la cause. Ni même la probable dégradation de la dette US (il parrait que SP doit l'annoncer ce soir). C'est le problème de la zone euro.

Avec le SME - pour les vieux qui s'en souviennent - on avait tout les deux ou trois ans - une crise gravissimes qui se soldait par la dévaluation d'une monnaie (le plus souvent la lire et la pesatas, assez souvent le franc) et / ou une ré-évaluation du mark. Ce système marchait cahin caha, mais il permettait aux économies européennes de s'ajuster régulièrement.

Il enrichissait aussi régulièrement les spéculateurs : ils leur suffisaient de jouer sur la chute inévitable de la devise et - quand les banques centrales n'avaient plus de cash, c'était jackpot. Cela a fait la fortune de Soros.

A chaque dévaluation, il y avait une crise politique dans les pays européens qui devait dévaluer et le système paraissait de plus en plus délicat à chaque gouvernement.

Alors, tout les hommes politiques se sont réunis - ont profité que l'allemagne avait de gros soucis avec la ré-unification (gros soucis lié déjà à une manipulation monétaire (parité des amrk de RDA avec RFA)) pour négocier l'euro. Avec l'euro, plus de dévaluation…

Plus de dévaluation, donc plus de crises politiques ; Sauf que les écarts des économies européennes ont continués à se creuser. C'est un peu comme si on avait construit une digue pour remplacer un barrage flottant sur un fleuve qu'on doit reconstruire à chaque crue. La digue a arrêter le fleuve, mais la quantité d'eau stocké est telle qu'il commence a y avoir des fissures et le barrage va rompre.

Voilà, on va devoir gérer la sortie de l'euro et sans doute dès 2012 ; J'étais persuadé que cela prendrait quelques années de plus.

Edit : les futurs sont à 3230 !

Si je comprend bien ton raisonnement, tu estimes qu'une forte inflation ne peut voir le jour qu'avec une monnaie nationale, après dévaluation par la banque centrale émettrice, comme ce fut le cas pendant le SME.

Pour ce qui est de l'Euro, la BCE a elle aussi ce pouvoir de dévaluation. Pourquoi ne le ferait-elle pas pour créer de l'inflation et éponger les dettes ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si je comprend bien ton raisonnement, tu estimes qu'une forte inflation ne peut voir le jour qu'avec une monnaie nationale, après dévaluation par la banque centrale émettrice, comme ce fut le cas pendant le SME.

Pour ce qui est de l'Euro, la BCE a elle aussi ce pouvoir de dévaluation. Pourquoi ne le ferait-elle pas pour créer de l'inflation et éponger les dettes ?

La BCE rachète dèja de la dette des pays européens mais ne veut pas franchement d'une dévaluation de l'euro (sous la pression des allemands qui ont plus que tout peur de l'hyperinflation)

Mais l'étape préliminaire à l'hyperinfation est peut-être la mise en place d'un organisme européen émetteur de dette européenne, dette éventuellement rachetée par la BCE elle-même (situation alors similaire des US avec trésor et FED)

Quand cette étape aura été franchie, on pourra alors attendre fermement une inflation forte. Et cette étape, les allemands seront vraisemblablement forcés d'y consentir, l'essentiel de leurs clients étant européens.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme ça, c'est fait!

L'agence d'évaluation financière Standard and Poor's a abaissé vendredi la note attribuée à la dette publique des Etats-Unis pour la première fois de leur histoire. Leur note "AAA", la meilleure possible, a été abaissée d'un cran à "AA+", a annoncé dans un communiqué S&P, la première agence à prendre cette initiative.

La perspective a été maintenue à "négative", ce qui signifie que Standard and Poor's pense que la prochaine fois que cette note changera, ce sera pour être abaissée de nouveau.

http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=fb2e9a42f391f3899e0255dd10030c0a

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

  • Similar Content

    • By Alchimi
      http://www.lefigaro.fr/medias/2018/05/24/20004-20180524ARTFIG00294-netflix-pese-desormais-plus-lourd-que-disney.php
       
      L'article:
       
      +2300% le titre netflix entre 2012 et 2017. Pas moche. Je crois que je vais aller leur proposer mon scénario de court-métrage de SF.
    • By POE
      Dans ce sujet, je souhaite aborder les différentes manières de considérer le sujet de l'emploi.
      Il y a par exemple, les aspects légaux : les types de contrats, leur formalisme, la réglementation sur le temps de travail, sur les horaires, les pauses, les dimanches, les vacances, les RTT, les représentants syndicaux, les licenciements...bref, c'est bien ennuyeux, et le libéralisme n'a pas forcément vocation à nous donner une manière de gérer ces problèmes autre que de dire que c'est le contrat de travail qui doit le faire, et qu'il ne regarde que les contractants. 
      L'autre aspect ce sont les charges qui pèsent sur les salaires, là encore, le libéralisme n'a pas vocation à se prononcer sur un bon niveau de charges, mais plutôt à laisser entreprises et individus s'organiser pour gérer les aspects sociaux liés au travail.
      Une autre aspect c'est celui de la formation.
      Un autre aspect c'est celui du chômage, du retour à l'emploi.
      Un dernier aspect c'est le dynamisme de l'économie, les freins qui pèsent sur l'économie.
      Bon, on peut considérer que les libéraux n'ont rien à dire sur ces sujets que de laisser faire les individus pour s'organiser eux mêmes.
      On peut aussi réfléchir sur chacun des domaines à ce qui pose vraiment problème, ce qui ne gêne pas trop, ce qui est utile...mais aussi. à ce qu'attendent les individus du système en place, ce qu'ils espèrent, et de l'autre, ce qui les entravent et les gênent.
      A partir de cette réflexion, nous pourrions faire émerger des solutions innovantes qui puissent à la fois satisfaire les attentes, et l'utilité, en se rapprochant de l'idéal libéral c'est à dire la liberté, l'autonomie des individus.
       
    • By Axpoulpe
      Nous y sommes, la solution de mise à l'échelle imaginée par l'équipe de Bitcoin Core est lancée pour de bon, même si c'est encore en phase de test mais déjà sur le main net. @h16 a qualifié cette solution de vaste blague, ou un truc du genre. Moi-même je n'ai pas les connaissances techniques pour juger son jugement, mais pour la première fois j'ai pu entendre des explications plus détaillées que les courtes vidéos, et des réponses aux objections courantes, dans ce podcast. Tout ça m'a semblé plutôt convaincant, mais je suis conscient de mon biais de jugement chaque fois que c'est Antonopoulos qui s'exprime. Globalement j'ai quand même du mal à croire que l'équipe de développement de la plus grosse capitalisation dans le monde des cryptos aurait foiré au point de suicider sa monnaie. Les sommes en jeu sont trop grandes. Et puis du côté de Bitcoin Cash il me semble que l'augmentation de la taille des blocs ne peut pas être une solution à long terme en cas d'adoption, non ?
       
      Bref, je suis intéressé par vos commentaires sur la question !
       
       
    • By Adrian
      Kenneth Arrow, economist, 1921-2017Nobel Prize winner who influenced thinking on welfare and social choice
       
      Sur wikiberal
       
      Je me suis avoir écrit la "preuve" de son théorème d’impossibilité.Il ne reste plus beaucoup d'économiste néo-classique post WW2 ...
       
    • By Demandred
      Un peu n'importe quoi cette vidéo. Keynes n'est ni pour le protectionnisme, ni pour le contrôle les capitaux et encore moins pour la planification. L'intervention de l'état pour Keynes est là uniquement pour sortir d'un équilibre de sous-emploi pour aider l'économie à atteindre un équilibre de plein emploi. D'ailleurs la vidéo sur Keynes montre bien que tu ne maitrises pas vraiment la théorie Keynésienne. La raison pour laquelle la demande de monnaie est plate à un certain moment vient de l'arbitrage que font les agents entre monnaie et titres. A partir d'un certain niveau de taux d’intérêt les agents anticipent une remontée futur des taux et échangent leurs titres contre de la monnaie. Comme ils détiennent tous leurs actifs sous forme monétaire, le taux d’intérêt ne peux pas baisser plus bas.
      Keynes n'est certainement pas libéral socialiste, c'est assez ridicule de dire ça. Il est libéral keynésien c'est tout.
×
×
  • Create New...