Jump to content

Armageddon économique ?


vincponcet

Recommended Posts

Non ça doit être ça. Mais ils avaient 200 jours fériés et 104 jours en moins, tu es sûr ? car ce sont eux qui ont rajouté juillet (Jupiter) et août (August).

J'ai visite Orange il y a 3 ou 4 ans, donc ma memoire a eu le temps de s'emousser. Mais en meme temps, vu que c'est eux qui ont rajouté les 2 mois, ils ont du se retrouver avec le bon nombre de jours une fois les calendriers corrigés.

Et c'est Jules, pas Jupiter ;)

Link to comment

Oh, je ne pense pas que ce soit ce nombre de jours non-travaillés qui fasse la différence. On peut avoir des vacances ET un système économique en ordre de marche, comme bien d'autres pays évolués. Le problème c'est plutôt de l'imposer, la bureaucratie, la centralisation/imposition… Enfin, comme d'hab quoi. Il y avait d'ailleurs eu un article amusant sur Contrepoints sur cette comparaison avec l'Empire Romain.

Link to comment

En parlant de centralisation, de bureaucratie et d'imposition, j'ai eu droit a un petit lol en visitant les ruines de Mycènes il y a 10 jours pendant les vacances.

D'apres wikipedia:

La disparition de cette civilisation n'est pas expliquée précisément. Les causes sont à la fois externes (tremblements de terre à l'origine du déplacement de sources d'eau, raids de nouvelles populations) et internes (administration trop centralisée et trop rigide, incapable de surmonter de nouvelles crises). L'hypothèse de la cause interne est renforcée par le fait que, dans les tablettes mycéniennes, le nom du magistrat chargé de l'administration des villages est une forme ancienne dont aurait pu dériver le titre d'archonte (roi-prêtre de la Grèce archaïque). Ce qui signifierait que l'administration mycénienne se désintégra au point que les citoyens ne reconnurent plus que les magistrats locaux comme autorité suprême. Selon la théorie de Jared Diamond, l'exploitation sans vergogne des ressources naturelles aurait pu être à l’origine de la chute de la Grèce mycénienne15.

Link to comment
On attends le Grand Jour, brutal, surprenant, de la fin de la civilisation, mais en fait, c'est une apocalypse lente, un calvaire au ralenti, qui n'en finit pas d'empirer tout doucement, lentement, mais très surement. ça va peut être encore durer des décennies dans un biais de normalité.

C'était la conclusion de h16 il y a 100 ou 200 pages. Et la mienne au début de ce fil.

Link to comment

Quand on me dit que finalement la grande crise tant attendue n'aura pas lieu et qu'on se fait des films pour rien, je me rappelle des paroles d'Olivier Delamarche : "mais qu'est-ce qui a été résolu depuis la dernière fois ? Les dettes ont été remboursées ? Les déficits ont-ils seulement été réduits ? Les réformes importantes ont été engagées ? La Grèce a quitté l'euro ? Non, absolument rien ne s'est arrangé, au contraire."

Link to comment

Quand on me dit que finalement la grande crise tant attendue n'aura pas lieu et qu'on se fait des films pour rien, je me rappelle des paroles d'Olivier Delamarche : "mais qu'est-ce qui a été résolu depuis la dernière fois ? Les dettes ont été remboursées ? Les déficits ont-ils seulement été réduits ? Les réformes importantes ont été engagées ? La Grèce a quitté l'euro ? Non, absolument rien ne s'est arrangé, au contraire."

+1000 pour toutes ces excellentes questions.

Je ne prétends pas que l'effondrement est pour demain, mais je ne vois pas comment l'actuel système financier gangréné jusqu'à la moëlle pourrait subsister plus de quelques années. Des sommités comme le professeur Antal Fekete estimaient en 2010 qu'il faudrait de deux à dix ans pour que le système monétaire soit totalement détruit et l'économie réduite à un champ de ruines.

Quant à la remontée des principaux indices boursiers depuis le début de l'été, elle n'est due qu'à l'espoir des marchés de voir les fous furieux qui dirigent la FED et la BCE faire fonctionner une énième fois leurs maudites planches à billets. Mais rien ne dit que l'automne ne donnera pas raison aux soi-disant Cassandre comme Olivier Delamarche.

La montée du chômage en Europe et aux Etats-Unis (si on prend les vrais chiffres et pas les données officielles bidon), la récession qui frappe ou s'apprête à frapper la plupart des grands pays industrialisés (dès le prochain trimestre pour la France par exemple, probablement un peu plus tard aux Etats-Unis car monsieur Bernanke est prêt à dépenser sans compter pour faire gagner le très socialiste Obama), les problèmes de plus en plus insolubles de la Grèce et de l'Espagne qui sera contrainte de solliciter une aide de l'Europe, mais le Portugal et l'Italie ne sont guère plus vaillants, l'endettement abyssal du Japon, forment autant d'éléments dont la combinaison pourrait constituer un cocktail assez explosif :ninja: .

Link to comment

Et vlan, comme on s'y attendait, on se prend, en pleine gueule, cette nouvelle (confirmée par le Ministre), dès les premierss jours de septembre.

Le ministre du Travail, Michel Sapin, a affirmé aujourd'hui, que le seuil symbolique des 3 millions de demandeurs d'emploi sans activité était désormais franchi

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/09/02/97002-20120902FILWWW00085-seuil-des-3-m-de-chomeurs-depasse-sapin.php

Et autre "bonne nouvelle", pour ce qui concerne la baisse des dépenses publiques dans la fonction publique.

Le ministère de la Fonction publique a annoncé hier que le décret sur «la réorientation professionnelle des fonctionnaires» serait abrogé lors de la réunion du Conseil supérieur de la fonction publique d'État.

Ce texte concernait les trois fonctions publiques (État, hôpitaux et collectivités territoriales). Il prévoyait qu'un agent dont le poste était supprimé pourrait être mis en disponibilité s'il refusait trois offres d'emploi en remplacement, puis qu'il courrait le risque d'être licencié, ou mis à la retraite d'office, s'il en rejetait trois autres.

Par cette abrogation annoncée, Marylise Lebranchu, la ministre en charge de ce portefeuille sensible, veut envoyer «un signal» aux agents plutôt mécontents des premières annonces du gouvernement.

http://www.lefigaro.fr/emploi/2012/08/24/09005-20120824ARTFIG00514-les-fonctionnaires-ne-pourront-plus-etre-licencies.php

Link to comment

Est-ce que quelqu'un aurait vu hier sur ARTE le thema consacré à la banque Goldman Sachs ?

J'ai entendu les réalisateurs à la radio hier soir. C'était douloureux tellement c'était caricatural et l'émission aurait pu être totalement intégrée en taverne dans "ces phrases qui vous ont mis les boules".

Si tu es maso elle doit être dn podcast sur le site d'europe1 c'était entre 19 et 20.

Link to comment

Est-ce que quelqu'un aurait vu hier sur ARTE le thema consacré à la banque Goldman Sachs ?

Non, mais j'imagine le truc, selon les habitudes artéennes : Reportage fait par on ne sait qui, interviewe on ne sait qui, coupures au montage pour faire passer les méchants pour des méchants, fait invérifiables racontés, dénonce un ennemi intangible qui est la source de tous les maux sur terre…

Est-ce cela ?

Link to comment

J'ai vu le Thema sur Goldman Sachs.

Sur les faits, je crois qu'il n'y a rien à contester. Mais bien sûr le documentaire n'est pas exempt de grosses critiques et de biais idéologiques :

1) Ils ne remontent pas assez en amont dans les causes de la crise des subprimes : ils ne parlent ni des incitations d'Etat, ni de la politique de la FED. Ils passent très vite sur le processus de titrisation des prêts, sur un ton "les capitalistes assoiffés du sang des travailleurs ont fait ceci et cela pour s'en mettre plein les poches sur le dos des honnêtes gens".

2) Sur les conclusions, au lieu de pointer du doigt que c'est la puissance de l’État (et son bras droit la Banque Centrale) qui attire les vautours et leur donne du pouvoir, ils condamnent de manière implicite le "capitalisme". D'ailleurs la présentatrice a commencé par cette suggestion en lançant le documentaire.

C'est utile de le regarder pour connaître l'état d'esprit de la plupart des gens. Quant aux faits relatés, c'est une belle illustration du capitalisme de copinage.

Link to comment
: ils ne parlent ni des incitations d'Etat, ni de la politique de la FED.

EN fait ils les présentent comme soumis. Par exemple Draghi qui vient de Goldmans, c'est la preuve que Goldman controle la BCE. Ils montrent les liens, mais les présentent systématiquement à sens unique avec les méchants capitalistes contre les pauvres Etats en victimes. C'est un classique étatiste pour accepter la présence de la corruption en l'utilisant pour justifier de donner encore plus de pouvoirs à l'Etat (faut bien qu'il se défende contre les méchants)…

Link to comment

Non, mais j'imagine le truc, selon les habitudes artéennes : Reportage fait par on ne sait qui, interviewe on ne sait qui, coupures au montage pour faire passer les méchants pour des méchants, fait invérifiables racontés, dénonce un ennemi intangible qui est la source de tous les maux sur terre…

Est-ce cela ?

Ah j'oubliais aussi : la musique inquiétante pour montrer qu'ils sont méchants.

Après 2 minutes de visionnage : je m'arrête là.

Link to comment

Fitoussi sur libé.fr à propos du risque inflationniste de la nouvelle politique de la BCE :

Ce risque est imaginaire. Le risque réel, c’est la déflation généralisée. Il existe un pays en dépression, la Grèce, dont le PIB a reculé de 17% depuis 2008. L’Italie et l’Espagne sont en récession. Les pays qui s’en sortent mieux, c’est l’Allemagne ou la France. Mais le premier affiche une croissance de 0,2%, et le second fait du surplace à 0%. Et comme l’action de toute banque centrale est symétrique, comme la monnaie créée à un moment peut être détruite à un autre, le danger d’inflation devient encore plus imaginaire. Si la BCE agit, c’est parce qu’elle est en charge de l’intérêt général, car c’est la seule institution fédérale européenne.

Je ne sais pas ce qu'il fume, mais ça doit être de la bonne.

Link to comment

C'est incroyable à quel point ces gens ne comprennent rien aux principes de base monétaires. Ou bien ils comprennent et sont criminellement hypocrites. Ou bien ils ne comprennent pas et sont criminellement cons.

Maintenant, il est clair qu'on se dirige plus vers une déflation qu'une inflation sur le court terme. Sur le moyen & long, je ne parierai pas dessus.

Link to comment

Si jamais je vois le prix de l'essence, ma facture d'électricité ou le prix de mes pâtes baisser, ou encore si mes packs de 6 redeviennent des 33cl au lieu de 25cl au même prix, je vous tiens au courant. :lol:

Link to comment

Les départements français ont du mal à boucler leur budget.

http://www.lesechos....dget-359561.php

C'est bien. Tout se déroule comme prévu. Prochaine étape, les départements et régions vont couper les vivres aux associations et les subventions vont baisser. On va bientôt entendre les premières pleureuses et voir le debut de la fin du clientelisme à l'échelle locale.

Link to comment

C'est bien. Tout se déroule comme prévu. Prochaine étape, les départements et régions vont couper les vivres aux associations et les subventions vont baisser. On va bientôt […] voir le debut de la fin du clientelisme à l'échelle locale.

Euh, c'est beau l'espoir. On va surtout voir les impôts locaux augmenter et les banques publiques leur prêter à tour de bras.

Link to comment

Euh, c'est beau l'espoir. On va surtout voir les impôts locaux augmenter et les banques publiques leur prêter à tour de bras.

Je ne crois pas. Laffer est là. Si les impôts augmentent encore, les recettes fiscales vont baisser et le problème va s'aggraver.

Si les banques prêtent "à fonds perdus" aux régions et départements, cela ne durera qu'un temps, le temps que l'état finisse par laisser tomber ces banques voyant encore son propre déficit s'aggraver et ses créanciers moins nombreux. L'état pourra encore poursuivre quelques temps en comptant sur une inflation forte et la distribution de monnaie de singe.

Au bout du compte, c'est "game over " pour la social-démocratie.

Mais c'est vrai que je suis particulièrement optimiste quant à l'avenir libéral après quelques années bien pourries. La seule façon de voir les choses quand on n'a plus de pognon, c'est la vision libérale. Le reste, c'est trop cher, c'est pour les riches socialistes qui n'ont jamais été riches que de l'argent des autres.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...