Jump to content

Armageddon économique ?


vincponcet

Recommended Posts

ça sent pas bon du tout.

Ce n'est plus qu'une question de jours avant que l'Espagne n'officialise sa demande d'aide.

La demande formelle de Madrid interviendra d'ici à vendredi prochain, jour de présentation du budget espagnol.

Les négociations s'accélèrent en coulisses entre Madrid et Bruxelles, rapporte le Financial Times

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/09/21/20002-20120921ARTFIG00472-espagne-appel-a-l-aide-dans-les-prochains-jours.php

Link to comment

Pourriez vous me donner quelques sources afin d'approfondir mes connaissances sur le nouveau plan de Draghi avec son nouveau programme de rachat de dettes des Etats de la zone euro ? (autre que sur contrepoints, j'ai déjà lu l'article de Georges Kaplan)

* Achat d'obligations souveraines PIIGS sur le marché secondaire ;

* Conditionné à l'adhésion des pays concernés à un programme EFSF ;

* Essentiellement le segment 1-3 ans ;

* Montant et durée sans limite apriori ;

* Opérations stérilisées comme pour le SMP.

La stérilisation (i.e. la BCE offre des comptes à terme sur une semaine aux banques pour repomper les liquidités injectées) est une farce : un jour ou l'autre ce fric repassera dans les réserves des banques - dont, dans la masse monétaire - et pourra donc servir à accorder du crédit : inflation.

Le bilan de la BCE va gonfler et la qualité de ses actifs va se dégrader - en cas de gros défauts, c'est la planche à billets : inflation.

Le vrai sujet est là.

A ceux que ça amuse, je suis en train de préparer un petit blog spécialisé dans le suivi des expériences monétaires en cours :

http://etmoneyfuit.blogspot.fr/

Si vous connaissez un peu le sujet, toute aide et la bienvenue.

Link to comment

Le Crédit Agricole cède sa filiale grecque Emporiki pour 1 € symbolique…. à d'autres banques de Grèce.

Ou la naiveté crasse, en matière d'investissement international, des banquiers franchouilles. :paris:

L'établissement aurait reçu en août trois offres de rachat pour sa filiale grecque, Emporiki Bank, venant de banque grecques (Eurobank Ergasias, National Bank of Greece et Alpha Bank). Les propositions seraient similaires : les banques auraient proposées un euro symbolique, selon des informations du Wall Street Journal. Au final, la cession de cette filiale devrait coûter à la banque française 600 à 700 millions d'euros de plus que prévu, ajoute le quotidien financier.

http://www.lefigaro....-emporiki-1.php

Link to comment

* Achat d'obligations souveraines PIIGS sur le marché secondaire ;

* Conditionné à l'adhésion des pays concernés à un programme EFSF ;

* Essentiellement le segment 1-3 ans ;

* Montant et durée sans limite apriori ;

* Opérations stérilisées comme pour le SMP.

La stérilisation (i.e. la BCE offre des comptes à terme sur une semaine aux banques pour repomper les liquidités injectées) est une farce : un jour ou l'autre ce fric repassera dans les réserves des banques - dont, dans la masse monétaire - et pourra donc servir à accorder du crédit : inflation.

Le bilan de la BCE va gonfler et la qualité de ses actifs va se dégrader - en cas de gros défauts, c'est la planche à billets : inflation.

Le vrai sujet est là.

A ceux que ça amuse, je suis en train de préparer un petit blog spécialisé dans le suivi des expériences monétaires en cours :

http://etmoneyfuit.blogspot.fr/

Si vous connaissez un peu le sujet, toute aide et la bienvenue.

Si j'ai bien compris toute l'histoire la BCE va agir sur la partie courte de la courbe des taux et les états européens encore solvable sur la partie longue via les mécanismes de stabilité. La BCE a décidé d'agir car elle pense que c'est le seul moyen "d'impulser" sa politique monétaire.

Je me demande combien de temps les marchés vont attendre avant de tester la parole de la BCE sur le marché ? Jouer contre une banque centrale est un jeu très risqué mais parfois très lucratif.

Pour le moment, la BCE n'est toujours pas intervenu et la seule parole de son imprimeur en chef a suffit. De plus, il crée un aléa morale qui fait qu'il ne sera peut-être même pas obliger d'intervenir. Car si les investisseurs pensent que la BCE achètera des obligations périphériques si les taux à court terme deviennent prohibitif pour un pays => 0 risque pour les investisseurs….

Au final, je n'ai pas l'impression que cela change grand chose car soit les pays du nord payent pour les pays du sud soit les pays du sud acceptent une vraie austérité et un ajustement réel mais cela me semble très compliqué. Lorsque l'on n'est pas maître de sa monnaie, on ne maîtrise pas les 2 prix de sa monnaie à savoir le taux d'intérêt et le taux change => le seul ajustement possible est la baisse des dépenses publiques pour les pays en grande difficulté.

Au final, la BCE va peut-être distribué un peu de morphine pour les drogués à la dépense publique pour lisser un peu dans le temps mais soit ils font un ajustement structurel soit le nord paye pour le sud. La dernière option étant l'explosion de la zone mais pour le moment je ne sais pas trop quoi en penser en terme de coût de sortie.

Link to comment

Pour moi, et de ce que je comprends du mécanisme de stérilisation, il y a un effet pervers sur l'émission de dette pourrie par les Etats.

Si la BCE rachète auprès des banques de second rang les bons du trésor des PIIGS, celle-ci auront nettoyées leurs comptes. Or si la législation (Bâle ou autre) leur impose d'avoir un certain montant de titres AAA dans le bilan en rapport du montant total des titres, je suppose qu'avec l'argent frais elles vont devoir acheter des titres allemands et français. Cela permettrait à la France de continuer à profiter de taux négatifs sur les taux à courts terme, non ?

Link to comment

Celle là je l'avais senti venir (vu que c'est un système que j'ai utilisé pour contourner ces conneries d'interdictions du $ etc.). C'est fou comme en quelques années sous l'impulsion de la fringante Cristina l'Argentine se cristallise en un système de plus en plus autoritaire mais en douce, un peu à la manière de la marmite et de la grenouille.

Il y a trois ans de ça on pouvait choisir de retirer du peso ou du dollars dans les distributeurs automatiques à Buenos Aires…

Au Japon aussi, on n'a plus le droit d'échanger de l'argent entre particuliers par paypal. La parade, c'est de considérer les échanges comme commerciaux (mais les frais sont plus élevés…).

Ma femme m'expliquait qu'il y a une taxe pour les "cadeaux". Tout don d'argent au delà de 10,000 euros fait l'objet d'une "gift tax" (sauf pour les couples mariés depuis plus de 20 ans, pour qui la limite monte jusqu'à 200,000 euros).

Link to comment

Ce qui signifierait que toute reprise économique sera laminée par l'inflation…

Pas terrible comme perspective d'avenir. De crises en crises. Et pour toujours.

Quelqu'un a une corde?

Non. Il n'y aura pas de reprise tant qu'il n'y aura pas liquidation. En attendant, les mauvais investisseurs continueront à être secourus par la BCE, et l'économie réelle sera détruite par le sous-investissement dans les secteurs stratégiques. A un moment, ça veut dire non seulement inflation mais pénurie (ça commence avec le cochon !). Et ça, ça ne donne pas envie de se pendre, car on est des hommes -bordel de merde- mais de jouer au survivaliste.

Link to comment

Non, suffit d'avoir une carte Metro pour aller chez Metro (mais c'est pour les entreprises par contre). Tu peux acheter de l'alimentaire ou du non alimentaire.

Tu peux avoir une carte Metro pour une association également. Quand j'étais en France, je pouvais utiliser celle de mon assoc étudiante ou en emprunter une à mes parents (toujours via associations).

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...