Jump to content

Armageddon économique ?


vincponcet

Recommended Posts

De mémoire les Allemands, Français, Anglais ont des trucs différents.

 

Puis même en France, entre le gradient de Paris et de Lyon t'as déjà deux situations fort différentes il me semble.

Link to comment

Nan mais les gars, je parlais d'un critère de "géographie humaine" mesurable, pas d'un critère administratif modifiable sur décret. 

  • Yea 1
Link to comment
11 minutes ago, Rincevent said:

Nan mais les gars, je parlais d'un critère de "géographie humaine" mesurable, pas d'un critère administratif modifiable sur décret. 

Pas évident d'avoir la densité locale autour de chaque foyer.

Link to comment
il y a 20 minutes, Mathieu_D a dit :

Pas évident d'avoir la densité locale autour de chaque foyer.

Je sais bien. Pour les USA je me base sur les chiffres par county. Peut-être faudrait-il les chiffres par commune en France, peut-être à rapporter à la surface constructible plutôt qu'à la surface totale.

Link to comment
Il y a 4 heures, Airgead a dit :

lIs ne font qu'adresser de manière pragmatique ce que révèlent les études de marché de la restauration dont j'ai en tête 2 éléments :

Etudes de marchés américaines. Oui il faut s'adapter aux attentes de ses clients. Non ces attentes ne sont pas les même en France qu'aux US (et entre 2 classes sociales) etc.

Le problème de la restauration en France c'est pas les temps d'attente (on est le pays des repas de 3H après tout), c'est la qualité des plats très loin devant tout le reste.

  • Yea 2
Link to comment
Il y a 8 heures, poney a dit :

on se moque des bobos mais combien cochent les cases ? :D 

 

J'ai arrêté les bières belges pour la corona.

 

___

 

Sur les métiers manuels et les reconversions, il y a un truc qu'on oublie avec notre culture française. On en avait un peu parlait au moment où @poney se posait des questions. C'est que la clef de la réussite pro, c'est de réussir à vendre quelque chose (ce quelque chose pouvant être soi). Et c'est plus facile de vendre quelque chose qui nous intéresse.

Un plombier qui réussit, c'est un plombier qui vend des chantiers. Un consultant qui réussit, c'est un consultant qui vend des missions.

On croit que la vente c'est sale dans notre culture ; mais en fait, vendre, c'est juste rendre un service qui est valorisé. C'est être vraiment utile à la société, comme dirait Jean-Communiste.

 

Si tu crois que parce que tu as été embauché à 23 ans, tu graviras tous les échelons passivement en attendant que le métronome passe et en cochant méticuleusement les cases des formulaires excel qu'on t'envoie, ben tu te fourres le doigt dans l’œil. Et il y a des millions de jeunes qui ne s'en rendent compte qu'à 35 ans.

  • Yea 2
Link to comment

Vendre c'est chaud vraiment. Je fais mon premier essai samedi prochain je sais déjà que les 3 nuits qui vont précéder je ne vais pas en dormir.

 

Link to comment
il y a 23 minutes, Bézoukhov a dit :

 

J'ai arrêté les bières belges pour la corona.

 

___

 

Sur les métiers manuels et les reconversions, il y a un truc qu'on oublie avec notre culture française. On en avait un peu parlait au moment où @poney se posait des questions. C'est que la clef de la réussite pro, c'est de réussir à vendre quelque chose (ce quelque chose pouvant être soi). Et c'est plus facile de vendre quelque chose qui nous intéresse.

Un plombier qui réussit, c'est un plombier qui vend des chantiers. Un consultant qui réussit, c'est un consultant qui vend des missions.

On croit que la vente c'est sale dans notre culture ; mais en fait, vendre, c'est juste rendre un service qui est valorisé. C'est être vraiment utile à la société, comme dirait Jean-Communiste.

 

Si tu crois que parce que tu as été embauché à 23 ans, tu graviras tous les échelons passivement en attendant que le métronome passe et en cochant méticuleusement les cases des formulaires excel qu'on t'envoie, ben tu te fourres le doigt dans l’œil. Et il y a des millions de jeunes qui ne s'en rendent compte qu'à 35 ans.

Oh ben y a pire, c 'est quand tu vends depuis 10 ans et que tes bosses sont pas au courant que c'est utile, parce que well... always communism

Link to comment
10 hours ago, Bézoukhov said:

la clef de la réussite pro, c'est de réussir à vendre quelque chose (ce quelque chose pouvant être soi).

(1)  Et c'est plus facile de vendre quelque chose qui nous intéresse.

(2) en fait, vendre, c'est juste rendre un service qui est valorisé. C'est être vraiment utile à la société, comme dirait Jean-Communiste.

 

C'est vrai pour le (1), mais le (2) est nettement plus important. Pour réussir, il faut sincèrement avoir envie d'être utile pour autrui, donc s'intéresser aux besoins/attentes de l'autre et chercher à les comprendre, puis avoir sincèrement envie de lui rendre service.

Je vois plein de collègues autour de moi intellectuellement brillants et passionnés par leur matière, mais piètres enseignants parce qu'il n'ont rien à foutre de la progression de leurs étudiants.

J'ai suivi plusieurs startupers, brillants ingénieurs, ayant inventé et développé un ingénieux produit dont ils sont particulièrement fiers car techniquement abouti, n'avoir aucun débouché ; ils avaient juste oublié un petit détail : est-ce que le produit répond à un besoin ?

En management de projet, l'erreur numéro 1 que j'observe chez les étudiants comme chez les professionnels est de partir tête baissé dans la planification du projet ou l'élaboration de prototypes, pressés de passer à l'action parce que c'est ce qui leur plait, avant même d'avoir clairement cerné la demande du client (quel problème cherche-t-il à résoudre ? en quoi puis-je lui être utile ? qui va se servir des livrables et pour quelle finalité ? etc.). Le pire étant de développer une solution sans jamais rencontrer et questionner les utilisateurs finaux de cette solution...

  • Yea 7
Link to comment
il y a 39 minutes, Largo Winch a dit :

 

C'est vrai pour le (1), mais le (2) est nettement plus important. Pour réussir, il faut sincèrement avoir envie d'être utile pour autrui, donc s'intéresser aux besoins/attentes de l'autre et chercher à les comprendre, puis avoir sincèrement envie de lui rendre service.

Je vois plein de collègues autour de moi intellectuellement brillants et passionnés par leur matière, mais piètres enseignants parce qu'il n'ont rien à foutre de la progression de leurs étudiants.

J'ai suivi plusieurs startupers, brillants ingénieurs, ayant inventé et développé un ingénieux produit dont ils sont particulièrement fiers car techniquement abouti, n'avoir aucun débouché ; ils avaient juste oublié un petit détail : est-ce que le produit répond à un besoin ?

En management de projet, l'erreur numéro 1 que j'observe chez les étudiants comme chez les professionnels est de partir tête baissé dans la planification du projet ou l'élaboration de prototypes, pressés de passer à l'action parce que c'est ce qui leur plait, avant même d'avoir clairement cerné la demande du client (quel problème cherche-t-il à résoudre ? en quoi puis-je lui être utile ? qui va se servir des livrables et pour quelle finalité ? etc.). Le pire étant de développer une solution sans jamais rencontrer et questionner les utilisateurs finaux de cette solution...

 

Tu as tout dit.

 

Le bon schéma c'est d'abord vendre son truc, et après seulement le développer.

 

Ca fait bugger pas mal de gens, surtout les ingénieurs/techos, d'oser vendre quelque chose qui n'existe pas encore, et c'est pourtant la clé.

 

 

Et après toutes ces start-up "agiles" vont "pivoter" et "pivoter" encore et encore.

Elles se sont juste craquées sur leur étude de marché et la plupart du temps le temps qu'elles réagissent elles ont déjà bouffé leurs maigres ressources et finissent mortes-nées.

 

Dans le même genre, t'as tous les mecs qui se lancent dans le Web et qui mettent 40k dans leur site web avant même d'avoir validé le business model. Ceux-là me rendent fou.

  • Yea 1
Link to comment
il y a 18 minutes, Airgead a dit :

 

avant même d'avoir validé le business model


En me poitant à l'accelérateur de ma boite, c'est le seul truc utile que j'ai retiré en 8H: on ne confond pas le business model et le business plan.
Une autre formation m'avait alerté sur je ne sais plus quelle voiture d'ingénieur à la peine dans les ventes alors que la polo a été interstellaire, la première qualité d'un produit, c'est pas de bien marcher, c'est de se vendre.

 

Link to comment

Conclusion du jour : Jerome continue à arroser les marqués, inflation temporaire selon lui, la bulle sur les actifs peut continuer

index.jpg

 

Les marchés apprécient et continuent à monter, en particulier sur le Nasdaq

  • Yea 2
Link to comment
Le 26/08/2021 à 13:39, Adrian a dit :

Aucun travailleur manuel sur liborg qui s'imagine bien le cul posé sur une chaise derrière un bureau ?

Je travaille dans le bâtiment. Couverture de toit. Bac -2.

La paperasse est la partie de mon métier que j'aime le moins, ce n'est pas le domaine qui me motive le plus.

 

Je ne fais pas preuve de grande compétence en matière de vente parce que ce que je veux avant tout, surtout si le chantier m'intéresse, c'est de l'avoir. Ca n'est pas du tout pour être le moins disant et décrocher le chantier mais ça peut arriver rapidement de perdre un chantier pour une petite somme parce que le client il ne veut pas d'une chose ou une autre. Pour beaucoup ce qui compte c'est le chiffre en bas à droite (en connaissance du travail fourni bien sûr) .

 

Mais c'est vrai qu'une bonne compétence en vente permet d'augmenter le travail et le gain obtenu. J'ai quelques exemples de terrasse que j'ai pu couvrir et où les gens ne vont jamais (parce que le cliché du petit déjeuner en terrasse se prend la réalité de la température et du taux d'humidité, du vent et du côté pas pratique d'amener tout l'attirail, surtout à l'étage, pour 30 minutes de petit dèj') .

 

L'architecte que l'a vendu a bien vendu son coup de crayon, mais je ne suis pas certain qu'il ait tellement répondu au besoin de la personne plutôt que de l'avoir convaincu que cela lui était nécessaire ou au moins intéressant.

 

Le pire ce sont les clients qui ne savent pas ce qu'ils veulent et qui me demandent ce que je ferai si c'était ma maison, et qui discute de tout pour n'importe quelle proposition. De l'expérience que j'ai ça va des personnes chez qui ça pisse dans la baraque et comme ils vivent au rez de chaussée, il n'y a pas tellement de gouttes à passer le plancher, au client qui veut tout refaire alors que la toiture peut tenir tranquillement 40 ou 50 ans encore. Les indécis sont difficiles à saisir.

  • Yea 1
Link to comment
29 minutes ago, Fitz said:

 

 

L'architecte que l'a vendu a bien vendu son coup de crayon, mais je ne suis pas certain qu'il ait tellement répondu au besoin de la personne plutôt que de l'avoir convaincu que cela lui était nécessaire ou au moins intéressant.

 

 

Bien vendre n'est pas forcément vendre ce qui correspond au besoin du client, en tout cas au besoin utilitaire.

C'est vendre ce dont rêve le client, imo en tout cas.

 

Donc si la personne a envie de rêver de son petit-déjeuner en terrasse même si il ne va pas l'utiliser, finalement c'est bien vendu.

 

Surtout que 90% du bonus du petit déjeuner en terrasse c'est de faire rêver les amis sur le fait que toi tu peux le faire.

 

 

 

  • Yea 1
Link to comment

Tout à fait. C'est bien vendu. Ca fait rêver.

 

C'est quelque chose que je ne sais pas faire parce que je suis plutôt du genre à argumenter dans les deux sens pour que la personne saisisse au mieux le bénéfice/contrainte du projet et qu'elle prenne sa décision avec sa certitude du moment.

 

Quelle drôle d'idée que de vouloir faire rêver ses amis.

  • Yea 2
Link to comment
6 minutes ago, Fitz said:

Quelle drôle d'idée que de vouloir faire rêver ses amis.

 C’est pourtant parfaitement expliqué dans l’album d’Asterix « Obelix et cie »

 

@Marlenus est juste trop poli pour dire « rendre jaloux leurs voisin.e.s »

Link to comment
Il y a 4 heures, Lexington a dit :

Conclusion du jour : Ben continue à arroser les marqués, inflation temporaire selon lui, la bulle sur les actifs peut continuer

index.jpg

 

Les marchés apprécient et continuent à monter, en particulier sur le Nasdaq

 

On a donc un peu de mou pour lever de la dette.

 

Merci Powell. 

Link to comment
Il y a 12 heures, Loi a dit :

 

On a donc un peu de mou pour lever de la dette.

 

Merci Powell. 

 

Je suppose que tout le monde a noté le "Bitcoin helped tank El Salvador Bond" 🙂

  • Haha 1
Link to comment

Je n'arrive pas à retrouver un article passé sur le forum qui montre l'impact du COVID et des mesures publiques sur la croissance (PIB 2021 ou 2022 vs 2019). Quelqu'un voit de quoi je parle / a le lien ou l'image ?

Link to comment
  • 1 month later...

Je ne sais pas si cela concerne toutes les entreprises mais cette semaine j'ai reçu un échéancier de l'URSSAF pour la régularisation de 2020.

 

Une vague de faillites va peut être démarrer.

Link to comment
  • 4 weeks later...

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By Lugaxker
      On y est je pense.
       
      Baril de Brent : - 20 % aujourd'hui
      CAC 40 : - 6 % à l'ouverture
      Le S&P 500 va probablement aussi plonger cet après-midi.
       
      Indépendamment du contexte (le coronavirus qui a déclenché le mouvement), ça sent la nouvelle récession.
       
      Vous en pensez quoi ?
    • By Alchimi
      http://www.lefigaro.fr/medias/2018/05/24/20004-20180524ARTFIG00294-netflix-pese-desormais-plus-lourd-que-disney.php
       
      L'article:
       
      +2300% le titre netflix entre 2012 et 2017. Pas moche. Je crois que je vais aller leur proposer mon scénario de court-métrage de SF.
    • By POE
      Dans ce sujet, je souhaite aborder les différentes manières de considérer le sujet de l'emploi.
      Il y a par exemple, les aspects légaux : les types de contrats, leur formalisme, la réglementation sur le temps de travail, sur les horaires, les pauses, les dimanches, les vacances, les RTT, les représentants syndicaux, les licenciements...bref, c'est bien ennuyeux, et le libéralisme n'a pas forcément vocation à nous donner une manière de gérer ces problèmes autre que de dire que c'est le contrat de travail qui doit le faire, et qu'il ne regarde que les contractants. 
      L'autre aspect ce sont les charges qui pèsent sur les salaires, là encore, le libéralisme n'a pas vocation à se prononcer sur un bon niveau de charges, mais plutôt à laisser entreprises et individus s'organiser pour gérer les aspects sociaux liés au travail.
      Une autre aspect c'est celui de la formation.
      Un autre aspect c'est celui du chômage, du retour à l'emploi.
      Un dernier aspect c'est le dynamisme de l'économie, les freins qui pèsent sur l'économie.
      Bon, on peut considérer que les libéraux n'ont rien à dire sur ces sujets que de laisser faire les individus pour s'organiser eux mêmes.
      On peut aussi réfléchir sur chacun des domaines à ce qui pose vraiment problème, ce qui ne gêne pas trop, ce qui est utile...mais aussi. à ce qu'attendent les individus du système en place, ce qu'ils espèrent, et de l'autre, ce qui les entravent et les gênent.
      A partir de cette réflexion, nous pourrions faire émerger des solutions innovantes qui puissent à la fois satisfaire les attentes, et l'utilité, en se rapprochant de l'idéal libéral c'est à dire la liberté, l'autonomie des individus.
       
    • By AX-poulpe
      Nous y sommes, la solution de mise à l'échelle imaginée par l'équipe de Bitcoin Core est lancée pour de bon, même si c'est encore en phase de test mais déjà sur le main net. @h16 a qualifié cette solution de vaste blague, ou un truc du genre. Moi-même je n'ai pas les connaissances techniques pour juger son jugement, mais pour la première fois j'ai pu entendre des explications plus détaillées que les courtes vidéos, et des réponses aux objections courantes, dans ce podcast. Tout ça m'a semblé plutôt convaincant, mais je suis conscient de mon biais de jugement chaque fois que c'est Antonopoulos qui s'exprime. Globalement j'ai quand même du mal à croire que l'équipe de développement de la plus grosse capitalisation dans le monde des cryptos aurait foiré au point de suicider sa monnaie. Les sommes en jeu sont trop grandes. Et puis du côté de Bitcoin Cash il me semble que l'augmentation de la taille des blocs ne peut pas être une solution à long terme en cas d'adoption, non ?
       
      Bref, je suis intéressé par vos commentaires sur la question !
       
       
    • By Adrian
      Kenneth Arrow, economist, 1921-2017Nobel Prize winner who influenced thinking on welfare and social choice
       
      Sur wikiberal
       
      Je me suis avoir écrit la "preuve" de son théorème d’impossibilité.Il ne reste plus beaucoup d'économiste néo-classique post WW2 ...
       
×
×
  • Create New...