Jump to content
vincponcet

Armageddon économique ?

Recommended Posts

Si votre BC baisse les taux si bas, c'est qu'il y a des cadavres dans les placards… voir que les placards sont les seuls endroit ou il n'y a pas de cadavres …

J'en suis le premier désolé mais la bulle de crédit suisse à peut être eu lieu ailleurs qu'en Suisse.

Peut-être ici.

http://www.mondialisation.ca/index.php?con…a&aid=12615

Les banques européennes auront à faire face, dans les mois qui viennent, à une déferlante de pertes totalement inédite dont, à ce jour, il n’a été tenu compte dans aucun plan d’aide gouvernementale. Contrairement aux pertes des banques américaines qui trouvent leur origine dans leur exposition au phénomène des prêts hypothécaires de mauvaise qualité dans l’immobilier et autres prêts titrisés, le problème des banques d’Europe occidentale, en particulier, en Autriche, Suède et peut-être
Suisse
, est issu du volume massif de prêts consentis dans les années 2002-2007, période durant laquelle les taux d’intérêts internationaux étaient extrêmement bas, en particulier pour la clientèle des pays de l’Europe de l’Est.

[…]

Les montants des prêts à risques concernent essentiellement des banques italiennes, autrichiennes,
suisses
, suédoises et pense-t-on, allemandes. Quand les pays de l’ex Union Soviétique et du pacte de Varsovie ont déclaré leur indépendance au début des années 90, les banques d’Europe occidentale se sont précipitées pour acheter à bas prix les principales banques des principaux pays de l’Est nouvellement indépendants. Au moment où la baisse des taux d’intérêt américains après la crise boursière de 2002 poussait les taux d’intérêt mondiaux vers de nouvelles baisses, les facilités de crédit favorisaient, au-delà des frontières, les prêts à hauts risques en devises étrangères. Dans des pays comme la Hongrie, les
banques suisses
et autrichiennes promouvaient des prêts hypothécaires exprimés en francs
suisses
avec des taux d’intérêts significativement plus bas. Le seul risque à l’époque : que la devise hongroise soit dévaluée, forçant les propriétaires en Hongrie à rembourser parfois le double de leurs mensualités en
francs suisses
. C’est exactement ce qui s’est passé durant les derniers 18 mois au moment où les banques et les fonds occidentaux ont radicalement réduit leurs investissements spéculatifs dans les pays de l’Est, pour rapatrier le capital vers les sièges centraux des banques, mis en sérieuse difficulté par la catastrophe bancaire américaine.

[…]

En Pologne, 60% des prêts hypothécaires sont en
francs suisses
. Le zloty polonais vient de perdre la moitié de sa valeur contre le franc
suisse
. La Hongrie, les Balkans, les pays Baltiques et l’Ukraine souffrent tous des variantes de la même histoire. Comme dans un acte de folie collective – des prêteurs comme des emprunteurs - ils suivent la débâcle américaine. Cette crise, pour les banques européennes, vient s’ajouter à leurs pertes dans la crise des valeurs américaines de l’immobilier. Voilà ce qui induit la prochaine déferlante de la crise qui va frapper. Presque toutes les dettes du bloc de l’Est sont entre les mains de l’Europe de l’Ouest, particulièrement les banques autrichiennes,
suisses
, grecques, italiennes et belges. Les européens représentent un étonnant 74% du portefeuille d’emprunts de 4.9 mille milliards de dollars des marchés émergents. Ils sont cinq fois plus exposés à cette crise que les banques américaines ou japonaises et l’effet de levier peut être de 50% d’après le FMI.

etc…

D'ailleur ma banque est trés exposée aussi à l'Est je pense que je ne vais pas y laisser grand chose à par mon versement de salaire.

(badurl) http://www.socgen.com/sg/socgen/pid/174/nodoctype/0/context/SC/LANG/fr/object/documentIG/id/264/rubid/181.htm (badurl)

(badurl) http://careers.socgen.com/groupe/fr/decouvrir/une-presence-internationale/pologne-1/societe-generale-en-pologne.html (badurl)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Si votre BC baisse les taux si bas, c'est qu'il y a des cadavres dans les placards… voir que les placards sont les seuls endroit ou il n'y a pas de cadavres …

J'en suis le premier désolé mais la bulle de crédit suisse à peut être eu lieu ailleurs qu'en Suisse.

Peut-être ici.

http://www.mondialisation.ca/index.php?con…a&aid=12615

Les banques européennes auront à faire face, dans les mois qui viennent, à une déferlante de pertes totalement inédite dont, à ce jour, il n’a été tenu compte dans aucun plan d’aide gouvernementale. Contrairement aux pertes des banques américaines qui trouvent leur origine dans leur exposition au phénomène des prêts hypothécaires de mauvaise qualité dans l’immobilier et autres prêts titrisés, le problème des banques d’Europe occidentale, en particulier, en Autriche, Suède et peut-être
Suisse
, est issu du volume massif de prêts consentis dans les années 2002-2007, période durant laquelle les taux d’intérêts internationaux étaient extrêmement bas, en particulier pour la clientèle des pays de l’Europe de l’Est.

[…]

Les montants des prêts à risques concernent essentiellement des banques italiennes, autrichiennes,
suisses
, suédoises et pense-t-on, allemandes. Quand les pays de l’ex Union Soviétique et du pacte de Varsovie ont déclaré leur indépendance au début des années 90, les banques d’Europe occidentale se sont précipitées pour acheter à bas prix les principales banques des principaux pays de l’Est nouvellement indépendants. Au moment où la baisse des taux d’intérêt américains après la crise boursière de 2002 poussait les taux d’intérêt mondiaux vers de nouvelles baisses, les facilités de crédit favorisaient, au-delà des frontières, les prêts à hauts risques en devises étrangères. Dans des pays comme la Hongrie, les
banques suisses
et autrichiennes promouvaient des prêts hypothécaires exprimés en francs
suisses
avec des taux d’intérêts significativement plus bas. Le seul risque à l’époque : que la devise hongroise soit dévaluée, forçant les propriétaires en Hongrie à rembourser parfois le double de leurs mensualités en
francs suisses
. C’est exactement ce qui s’est passé durant les derniers 18 mois au moment où les banques et les fonds occidentaux ont radicalement réduit leurs investissements spéculatifs dans les pays de l’Est, pour rapatrier le capital vers les sièges centraux des banques, mis en sérieuse difficulté par la catastrophe bancaire américaine.

[…]

En Pologne, 60% des prêts hypothécaires sont en
francs suisses
. Le zloty polonais vient de perdre la moitié de sa valeur contre le franc
suisse
. La Hongrie, les Balkans, les pays Baltiques et l’Ukraine souffrent tous des variantes de la même histoire. Comme dans un acte de folie collective – des prêteurs comme des emprunteurs - ils suivent la débâcle américaine. Cette crise, pour les banques européennes, vient s’ajouter à leurs pertes dans la crise des valeurs américaines de l’immobilier. Voilà ce qui induit la prochaine déferlante de la crise qui va frapper. Presque toutes les dettes du bloc de l’Est sont entre les mains de l’Europe de l’Ouest, particulièrement les banques autrichiennes,
suisses
, grecques, italiennes et belges. Les européens représentent un étonnant 74% du portefeuille d’emprunts de 4.9 mille milliards de dollars des marchés émergents. Ils sont cinq fois plus exposés à cette crise que les banques américaines ou japonaises et l’effet de levier peut être de 50% d’après le FMI.

etc…

D'ailleur ma banque est trés exposée aussi à l'Est je pense que je ne vais pas y laisser grand chose à par mon versement de salaire.

(badurl) http://www.socgen.com/sg/socgen/pid/174/nodoctype/0/context/SC/LANG/fr/object/documentIG/id/264/rubid/181.htm (badurl)

(badurl) http://careers.socgen.com/groupe/fr/decouvrir/une-presence-internationale/pologne-1/societe-generale-en-pologne.html (badurl)

Ah oui, dans pas mal de pvds européens (grèce, pays de l'est non-euro), les gens et les entreprises ont bcp empruntés en francs suisse, pour une raison de différentiel de taux. Et aujourd'hui, ces pays là coulent. Parce que leur monnaie s'effondre, et donc leurs dettes en monnaie étrangère grimpe.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce qui me fait dire que l'introduction de la concurence monétaire avec des fiat monnaie est dangereux.

La concurence avec une monnaie marchandise (or/argent) est bien plus souhaitable même si le cours est volatile, les grandes variations prennent du temps.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ce qui me fait dire que l'introduction de la concurence monétaire avec des fiat monnaie est dangereux.

La concurence avec une monnaie marchandise (or/argent) est bien plus souhaitable même si le cours est volatile, les grandes variations prennent du temps.

Il faut noter qu'il y a bcp de mouvements de capitaux qui ne sont que la conséquence d'arbitrage entre taux de différentes banques centrales, on appelle cela le carry trade. Je pense que cela contribue à des déséquilibres globaux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Chine commence a en avoir marre:http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=206…&refer=home

The U.S. sought to ease Chinese Premier Wen Jiabao’s concern about the security of his country’s investments in U.S. government debt, reiterating pledges to cut the budget deficit in half in four years. “There’s no safer investment in the world than in the United States,” White House Press Secretary Robert Gibbs said yesterday at a briefing in Washington.

Gibbs was responding to comments from Wen that China, the U.S. government’s largest creditor, is “worried” about its holdings of Treasuries and wants assurances that the investment is safe. “I request the U.S. to maintain its good credit, to honor its promises and to guarantee the safety of China’s assets,” Wen said at a press briefing in Beijing.

President Barack Obama is relying on China to sustain buying of Treasuries amid record amounts of U.S. debt sales to fund a $787 billion stimulus package and a deficit this year forecast to reach $1.5 trillion. Investors abroad own almost half of all U.S. debt outstanding, and China last year overtook Japan as the biggest foreign buyer.

Wen’s comments contributed to a decline in Treasuries yesterday. Yields on benchmark 10-year notes rose as high as 2.96 percent, from 2.85 percent a day earlier, and closed at 2.89 percent.

White House National Economic Council Director Lawrence Summers, asked yesterday about Wen’s remarks, said overseas “confidence” in Treasuries would be hurt without the administration’s steps to end the economy’s decline.

“Of course we are concerned about the safety of our assets,” Wen said after an annual meeting of the legislature. “To be honest, I am a little bit worried.”

[…]

China should seek to “fend off risks” as it diversifies its $1.95 trillion in foreign-exchange reserves, Wen said. Yu Yongding, a former adviser to the central bank, said in an interview on Feb. 10 that the nation should seek guarantees that its Treasury holdings won’t be eroded by “reckless policies.”

Share this post


Link to post
Share on other sites
Si les chinois abandonnent les bons du trésor américain, ou placeront ils l'épargne ?

Sur la BCE, çà ne semble pas être bien plus sur, non?

chez eux ! ailleurs !

ya le choix

Share this post


Link to post
Share on other sites
Si les chinois abandonnent les bons du trésor américain, ou placeront ils l'épargne ?

Sur la BCE, çà ne semble pas être bien plus sur, non?

"épargne", déjà, il faut voir de quoi on parle.

L'essentiel du placement chinois en bon du trésor est par la banque centrale, qui accumule des dollars du fait de sa politique interventionniste sur le change yuan/dollar.

Alors, appeler cela "épargne", c'est très limite.

Aussi, comme les exportations chinoises sont en chute libre, la BC va accumuler de moins en moins de nouveaux dollars, et donc aussi acheter de moins en moins de nouvelles obligations du trésor.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les Chinois pourraient reporter leur épargne sur leurs investissements africains, non ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les Chinois pourraient reporter leur épargne sur leurs investissements africains, non ?

Oui, sans doute. D'ailleurs, là au moins, ça serait de l'investissement productif, parce que financer le déficit de l'Etat US, ça n'apporte pas grand chose à l'Humanité.

Mais encore une fois, il ne faut pas confondre investissements privés et placements de réserve d'une banque centrale.

Sinon à ce propos, j'ai du mal à comprendre ce qui se passe sur les investissements de chinois en Afrique.

Il me semble qu'il y a au dela des investissements industriels, des achats de terre arable pour faire de production agricole pour alimenter les chinois en Chine.

Or, la Chine a des surfaces de terres arables immenses. Donc c'est assez étrange.

On dit que le pays va vers le capitalisme, c'est vrai dans les zones urbaines et sur les secteurs industriels, mais pas du côté rural/agricole.

Ce qui pose un pb, parce qu'avec un niveau de vie qui monte dans les villes, les habitudes d'alimentation évoluent, notamment, vers plus de viande (sachant que l'élevage animal a des conséquence sur la consommation végétale, car l'élevage animal est très consommateur de végétaux, il faut X kilos de végétaux pour faire 1 kg de viande), or si le monde rural/agricole ne suit pas, cela fait des tensions sur les prix des produits alimentaires.

Se pourrait-il le mouvement d'investissement chinois en Afrique soit la conséquence du fait que tout le milieu rural est encore en régime communiste/féodal et donc avec des productivités faibles et donc que des entrepreneurs chinois ont vu l'opportunité d'aller faire de l'agriculture ailleurs pour alimenter le pays ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Oui, sans doute. D'ailleurs, là au moins, ça serait de l'investissement productif, parce que financer le déficit de l'Etat US, ça n'apporte pas grand chose à l'Humanité.

Voilà un début de réponse à ma question remontant à quelques mois :

Les chinois vont-ils continuer longtemps à porter le dollar?
Sinon à ce propos, j'ai du mal à comprendre ce qui se passe sur les investissements de chinois en Afrique.

Quelques éléments intéressants sur la stratégie africaine de la RPPC :

[dailymotion]x47vzf[/dailymotion]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Voilà un début de réponse à ma question remontant à quelques mois :

Quelques éléments intéressants sur la stratégie africaine de la RPPC :

[dailymotion]x47vzf[/dailymotion]

Thx, édifiant !

Share this post


Link to post
Share on other sites
[dailymotion]x47vzf[/dailymotion]

Mouais, l'analyse économique des effets négatifs à la fin est un peu vaseuse.

Il reproche l'absence de réciprocité dans les accords commerciaux et l'augmentation du déficit commercial du continent africain.

Encore un qui a pas lu Bastiat quoi …

Share this post


Link to post
Share on other sites

Deuxième surprise en peu de temps sur l'inflation aux US… pour moi c'est parti!

USA : hausse supérieure aux attentes des prix à la consommation

(AOF) - L'indice des prix à la consommation aux Etats-Unis a progressé de 0,4% en février, alors que les économistes visaient en moyenne une hausse de 0,3%. Hors les éléments volatils que sont l'énergie et l'alimentaire, l'indice des prix a enregistré une hausse de 0,2%. Les économistes tablaient sur une progression de 0,1%.

http://www.boursorama.com/international/de…299eee075ac1e75

Share this post


Link to post
Share on other sites
Deuxième surprise en peu de temps sur l'inflation aux US… pour moi c'est parti!

Je ne sais pas encore, mais c'est vrai que ça sent mauvais.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je ne sais pas encore, mais c'est vrai que ça sent mauvais.

Bof…

Le taux d’inflation annuel de la zone euro a été de 1,2% en février 2009, contre 1,1% en janvier 2009. Un an auparavant, il était de 3,3%. Le taux d’inflation mensuel a été de 0,4% en février 2009.

Le taux d’inflation annuel de l’UE a été de 1,7% en février 2009, contre 1,8% en janvier 2009. Un an auparavant, il était de 3,5%. Le taux d’inflation mensuel a été de 0,4% en février 2009.

http://epp.eurostat.ec.europa.eu/pls/porta…32009-FR-AP.PDF

Share this post


Link to post
Share on other sites

On parle US, tu parles Europe. Il y a 6 mois de décalage entre les deux, je dirais à vue de nez.

Maintenant, c'est vrai qu'il faut voir la tendance sur l'année pour juger. Je ne pense pas qu'on arrive en décembre 2009 avec un +10%.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 6 mois de décalage entre les deux, je dirais à vue de nez.

Pourquoi donc ?

Par contre, si je regarde les chiffres de la Belgique - qui est le pays qui indique la tendance économique de l'Union européenne trois mois à l'avance, du fait de sa structure économique de fournisseurs de bien intermédiaires - j'observe que l'IPC annuel en février 2009 est de 1,93%.

http://www.statbel.fgov.be/indicators/cpi/cpi_fr.asp

Share this post


Link to post
Share on other sites
Pourquoi donc ?

Le pif, le tarin, le doigt mouillé.

Par contre, si je regarde les chiffres de la Belgique - qui est le pays qui indique la tendance économique de l'Union européenne trois mois à l'avance, du fait de sa structure économique de fournisseurs de bien intermédiaires - j'observe que l'IPC annuel en février 2009 est de 1,93%.

http://www.statbel.fgov.be/indicators/cpi/cpi_fr.asp

Donc 2% grosso modo sur l'Europe pour 2009. Mouai. C'est pas vraiment une déflation, ça.

Conclusion : ou bien les chiffres sont pipeautés (à la hausse pour camoufler une déflation) ou à la baisse (pour cacher une inflation galopante). Ou bien ils sont exacts et en contradiction avec les injections massives de liquidités.

Il y a un problème de cohérence, je trouve. A moins qu'on puisse me fournir une autre piste de réflexion, bien sûr …

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a un problème de cohérence, je trouve. A moins qu'on puisse me fournir une autre piste de réflexion, bien sûr …

Disons que l'inflation provoquée par la planche à billet pourrait être compensée par la déflation provoquée par la baisse des prix de l'énergie, des "commodities", de l'immobilier, etc.

Et aussi, le fait que les masses de pognon injectées ne sont pas arrivées dans la poche des consommateurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais ces masses n'ont pas disparu pour autant. Soit il va y avoir un retour d'élastique, soit la déflation va plus que compenser pour le mouvement actuel.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Mais ces masses n'ont pas disparu pour autant.

Effectivement, elles sont dans les banques. Si elles y demeurent assez longtemps avant de s'écouler peu à peu dans la poche des consommateurs, on peut espérer une inflation stable et modérée.

Soit il va y avoir un retour d'élastique, soit la déflation va plus que compenser pour le mouvement actuel.

De fait, ça va se jouer sur le fil du rasoir.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le pif, le tarin, le doigt mouillé.

Donc 2% grosso modo sur l'Europe pour 2009. Mouai. C'est pas vraiment une déflation, ça.

Conclusion : ou bien les chiffres sont pipeautés (à la hausse pour camoufler une déflation) ou à la baisse (pour cacher une inflation galopante). Ou bien ils sont exacts et en contradiction avec les injections massives de liquidités.

Il y a un problème de cohérence, je trouve. A moins qu'on puisse me fournir une autre piste de réflexion, bien sûr …

Les injections servent à compenser les pertes des banques pour éviter qu'elles coulent.

càd que la nouvelle monnaie ne repart pas vers de nouveaux crédits.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Les injections servent à compenser les pertes des banques pour éviter qu'elles coulent.

Seulement pour (petite) partie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Arrêtez de faire pipi dans votre culotte bande de flipettes.

Bond des mises en chantier aux Etats-Unis, l'inflation décélère

Les mises en chantier de logements et les permis de construire ont rebondi très fortement aux Etats-Unis en février, une hausse inattendue après sept mois de baisse.

Selon les chiffres publiés mardi par le département du Commerce, les mises en chantier ont augmenté de 22,2%, à 583.000 unités en données annualisées corrigées des variations saisonnières, après 477.000 unités en janvier.

Il s'agit de la plus forte progression de cet indicateur en pourcentage depuis janvier 1990. C'est aussi la première fois qu'il signe une hausse depuis avril dernier.

"C'est un signe encourageant pour l'économie américaine. C'est bon signe", a commenté Matt Esteve, trader de Tempus Consulting, à Washington.

Les permis de construire, qui donnent une indication sur la tendance à venir du marché, ont augmenté de 3,0% à 547.000 unités, contre 531.000 unités en janvier. La aussi, c'est la première hausse depuis avril 2008.

Le Département du Travail a de son côté publié les chiffres des prix à la production pour le mois de février, qui ont nettement décéléré.

L'augmentation a été moins forte que prévu sous l'effet d'une décélération de l'inflation des prix de l'énergie, qui n'ont progressé que de 1,3% après 3,7% en janvier, et d'une baisse de 1,6% des prix des denrées alimentaires.

Hors énergie et alimentation, la hausse a en revanche été légèrement plus forte qu'attendu.

En données CVS, l'indice des prix à la production a augmenté de 0,1%, après une hausse de 0,8% en janvier. Hors éléments volatils, l'indice a augmenté de 0,2% après une hausse de 0,4%.

"Ces deux statistiques (immobilier et prix producteurs) seront un soulagement pour tout le monde et permettront un peu d'optimisme. Mais la Fed restera prudente car des chiffres sur un mois ne font pas une tendance", a déclaré Kurt Karl, économiste de Swiss Re à New York.

http://www.lepoint.fr/actualites-economie/…re/916/0/326440

Et après Roche/Genentech, Pfizer/Wyeth et Merck/Schering-Plough, c'est au tour d'IBM d'avaler Sun.

http://online.wsj.com/article/SB123735970806267921.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a en général 6 mois de décalage entre la conjoncture US et UE.

On parle US, tu parles Europe. Il y a 6 mois de décalage entre les deux, je dirais à vue de nez.

dsl

Les injections servent à compenser les pertes des banques pour éviter qu'elles coulent.

càd que la nouvelle monnaie ne repart pas vers de nouveaux crédits.

Aussi, Bernanke a clairement dit qu'il savait qu'il y a gros risque d'inflation, et qu'il compte diminuer la masse monétaire asap.

C'est dégueu, mais il joue avec nos préférences temporelle comme avec une playstation.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a en général 6 mois de décalage entre la conjoncture US et UE.

Très discutable comme assertion.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Arrêtez de faire pipi dans votre culotte bande de flipettes.

:icon_up:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Arrêtez de faire pipi dans votre culotte bande de flipettes.

Comme disait Fiorantino, c'est reparti la fête du crédit.

Tout le monde sur la table, fausse monnaie à GOGO.

Très discutable comme assertion.

Ouep pour la baisse de l'immobilier ça faisait plutot 1 an et demi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

  • Similar Content

    • By Alchimi
      http://www.lefigaro.fr/medias/2018/05/24/20004-20180524ARTFIG00294-netflix-pese-desormais-plus-lourd-que-disney.php
       
      L'article:
       
      +2300% le titre netflix entre 2012 et 2017. Pas moche. Je crois que je vais aller leur proposer mon scénario de court-métrage de SF.
    • By POE
      Dans ce sujet, je souhaite aborder les différentes manières de considérer le sujet de l'emploi.
      Il y a par exemple, les aspects légaux : les types de contrats, leur formalisme, la réglementation sur le temps de travail, sur les horaires, les pauses, les dimanches, les vacances, les RTT, les représentants syndicaux, les licenciements...bref, c'est bien ennuyeux, et le libéralisme n'a pas forcément vocation à nous donner une manière de gérer ces problèmes autre que de dire que c'est le contrat de travail qui doit le faire, et qu'il ne regarde que les contractants. 
      L'autre aspect ce sont les charges qui pèsent sur les salaires, là encore, le libéralisme n'a pas vocation à se prononcer sur un bon niveau de charges, mais plutôt à laisser entreprises et individus s'organiser pour gérer les aspects sociaux liés au travail.
      Une autre aspect c'est celui de la formation.
      Un autre aspect c'est celui du chômage, du retour à l'emploi.
      Un dernier aspect c'est le dynamisme de l'économie, les freins qui pèsent sur l'économie.
      Bon, on peut considérer que les libéraux n'ont rien à dire sur ces sujets que de laisser faire les individus pour s'organiser eux mêmes.
      On peut aussi réfléchir sur chacun des domaines à ce qui pose vraiment problème, ce qui ne gêne pas trop, ce qui est utile...mais aussi. à ce qu'attendent les individus du système en place, ce qu'ils espèrent, et de l'autre, ce qui les entravent et les gênent.
      A partir de cette réflexion, nous pourrions faire émerger des solutions innovantes qui puissent à la fois satisfaire les attentes, et l'utilité, en se rapprochant de l'idéal libéral c'est à dire la liberté, l'autonomie des individus.
       
    • By Axpoulpe
      Nous y sommes, la solution de mise à l'échelle imaginée par l'équipe de Bitcoin Core est lancée pour de bon, même si c'est encore en phase de test mais déjà sur le main net. @h16 a qualifié cette solution de vaste blague, ou un truc du genre. Moi-même je n'ai pas les connaissances techniques pour juger son jugement, mais pour la première fois j'ai pu entendre des explications plus détaillées que les courtes vidéos, et des réponses aux objections courantes, dans ce podcast. Tout ça m'a semblé plutôt convaincant, mais je suis conscient de mon biais de jugement chaque fois que c'est Antonopoulos qui s'exprime. Globalement j'ai quand même du mal à croire que l'équipe de développement de la plus grosse capitalisation dans le monde des cryptos aurait foiré au point de suicider sa monnaie. Les sommes en jeu sont trop grandes. Et puis du côté de Bitcoin Cash il me semble que l'augmentation de la taille des blocs ne peut pas être une solution à long terme en cas d'adoption, non ?
       
      Bref, je suis intéressé par vos commentaires sur la question !
       
       
    • By Adrian
      Kenneth Arrow, economist, 1921-2017Nobel Prize winner who influenced thinking on welfare and social choice
       
      Sur wikiberal
       
      Je me suis avoir écrit la "preuve" de son théorème d’impossibilité.Il ne reste plus beaucoup d'économiste néo-classique post WW2 ...
       
    • By Demandred
      Un peu n'importe quoi cette vidéo. Keynes n'est ni pour le protectionnisme, ni pour le contrôle les capitaux et encore moins pour la planification. L'intervention de l'état pour Keynes est là uniquement pour sortir d'un équilibre de sous-emploi pour aider l'économie à atteindre un équilibre de plein emploi. D'ailleurs la vidéo sur Keynes montre bien que tu ne maitrises pas vraiment la théorie Keynésienne. La raison pour laquelle la demande de monnaie est plate à un certain moment vient de l'arbitrage que font les agents entre monnaie et titres. A partir d'un certain niveau de taux d’intérêt les agents anticipent une remontée futur des taux et échangent leurs titres contre de la monnaie. Comme ils détiennent tous leurs actifs sous forme monétaire, le taux d’intérêt ne peux pas baisser plus bas.
      Keynes n'est certainement pas libéral socialiste, c'est assez ridicule de dire ça. Il est libéral keynésien c'est tout.
×
×
  • Create New...