Jump to content

Gorki Aguila, le punk qui défie Castro


Sekonda

Recommended Posts

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/ame…tro_586107.html

Par Axel Gyldén, mis à jour le 13/10/2008 11:31:26 - publié le 09/10/2008 10:49

Un chanteur rebelle, Gorki Aguila, conspue le régime et son "Coma ambulant". Interdit de concert mais popularisé par Internet, il est, pour La Havane, le symbole gênant d'une génération qui ne croit plus à la politique. No future!

A l'image des Sex Pistols, qui, à Londres, dans les années 1970, ridiculisaient l'hymne national, God Save the Queen, et le régime "fasciste" de cette "connasse" d'Elisabeth II, le chanteur cubain Gorki Aguila, 39 ans, ne respecte rien. Ni la révolution "de merde". Ni Fidel Castro, ce "tyran croulant" qu'il surnomme "el Coma andante" (le Coma ambulant) (voir le clip et la traduction ici). Et encore moins son frère Raul, qui lui a succédé à la présidence, "général alcoolique pistonné, incapable de prononcer un discours digne de ce nom".

C'est que Gorki, comme les Sex Pistols avant lui, est un punk. Un punk cubain qui appartient à ce courant de pensée qui prône la liberté maximale de l'individu et dénonce, souvent avec humour, l'ordre établi.

[…]

"Ce qui me définit, c'est que je hais la politique parce que celle-ci vient quotidiennement me faire chier dans ma vie privée avec ses mots d'ordre de mobilisation générale révolutionnaire, explique Gorki Aguila au téléphone. Comme tout citoyen libre, je ne m'interdis pas de parler de politique dans mes chansons, bien au contraire. Mais, pour autant, cela ne fait pas de moi un

homme politique."

[…]

Link to comment

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

×
×
  • Create New...