Jump to content

Caillassages et petits problèmes


Recommended Posts

mais non ! vous n'avez rien compris ! En fait, c'est une habile tactique afin de faire croire aux racailles que les flics ont des fiotes comme patrons, alors les racailles se croiront en sécurité, et là paf ! Il ne se passera strictement rien. Les racailles commenceront à se poser des questions, à se demander ce qui se passe, un sentiment d'insécurité croissant commencera à sourdre, leur gâchant le plaisir entre un viol collectif et le meurtre d'un type qui a refusé une cigarette. C'est de la guerre psychologique.

Link to post
Share on other sites

donc, on a des gitans qui vengent l'un des leurs. Inutile de rappeler les circonstances. Voici la réaction de Libé:

Gens du voyage : quand Sarkozy bafouait la loi

Par TONINO SERAFINI

Brice Hortefeux, qui «ne veu[t] stigmatiser personne», a défendu bec et ongles, hier matin sur RTL, les mesures répressives décidées à l’Elysée à l’encontre des gens du voyage et des Roms. A propos des communes coupables de ne pas réaliser les aires d’accueil prévues par la loi de

http://www.liberation.fr/politiques/010164…bafouait-la-loi

Brice Hortefeux et plusieurs responsables de l'UMP s'insurgent contre les «énormes voitures tirant d'énormes caravanes». La gauche dénonce un amalgame stigmatisant les gens du voyage.

Roms: un «festival de clichés éculés» qui indignent opposition et ONG

Les annonces de mesures répressives concernant les Roms provoquent de vives réactions.

http://www.liberation.fr/societe/010164960…s-pas-bruxelles

les habitants du village qui a été saccagé apprécieront.

sérieux, ils vivent sur quelle planète, les bobos ?!?

Link to post
Share on other sites
les habitants du village qui a été saccagé apprécieront.

sérieux, ils vivent sur quelle planète, les bobos ?!?

Enfin la c'est la reaction de Libe au demantelement des camps, pas au village saccage. Brice veut montrer qu'il fait quelque chose, alors il fait n'importe quoi.

Je fait parti des bobos qui trouve tout ca pitoyable, y compris la remarque de Brice sur les enormes voitures.

Et puis faut arreter avec le terme "bobo": personne ne se reconnait dans ce terme et il est utilise par tout le monde, de l'extreme droite a l'extreme gauche, pour designer les "cons d'en face".

On est presque tous ici le bobo de quelqu'un d'autre.

Sinon bien sur qu'une bonne partie des roms sont des voleurs, mais pas tous. Rien ne justifie d'aller emmerder des familles au hasard, pourquoi ne pas se concentrer sur l'emprisonnement des delinquants plutot ?

Link to post
Share on other sites

Tout ceci n'est qu'une mascarade, des gitans occupent des campements qui ne leur appartiennent pas de manière illégale, Sarkozy ne fait qu'appliquer la loi, et tout le monde crie au scandale, au racisme etc etc…Ce pays est en train de se tiers-mondiser, si on n'expulse pas ceux qui occupent illégalement, où se trouve l'Etat de Droit?! Lorsque des blancs sont expulsés personne ne crie au racisme. Si les intellectuels et les journalistes vont dans la surenchère collectiviste, je suis très pessimiste pour la suite.

Je dirais même que Sarkozy manque de poigne à nouveau en voulant attaquer les municipalités qui ne respecte pas la loi concernant l'aménagement de campements de roms, il aurait fallu abroger cette loi indigne qui permet à des parasites de profiter de l'argent de ceux qui triment pour se trouver un terrain de campement.

Link to post
Share on other sites

Bobo n'est pas un terme générique.

Bobo désigner quelqu'un qui :

- est un "bourgeois", c'est-à-dire, au hasard, a au moins deux fois le salaire médian

- est "bohème", ce qui recouvre des valeurs qui sont d'extrême-gauche, sans pour autant que la personne soit effectivement communiste ; c'est une vision du monde, une façon d'envisager le problème, pas un certain type de solution, même si bien sûr le paradigme socialiste conduit généralement au socialisme.

Le bobo :

1. Il pense que les délinquants et criminels de droit commun (= crimes et délits reconnus au XVIIIème siècle) sont victimes de quelque chose ou de quelqu'un. Ça ne veut pas dire qu'il ne les considère pas comme coupables aussi, mais ça veut dire que pour lui la responsabilité des crimes et des délits repose plus sur "l'atmosphère", "l'environnement", "la société" que sur les personnes individuelles.

Attention, quiconque parle de société criminogène n'est pas un bobo : le bobo se reconnaît à ce qu'il ne voit pas cette société criminogène comme une simple somme des individus délinquants et criminels, mais comme un tout holiste qui ne peut se combattre efficacement que par des mesures non individualisées, comme l'éducation et l'aide sociale. Pour un bobo, la répression est contre-productive et la majorité des criminels peuvent être réhabilités.

Pour le bobo le fait que 80% des détenus soient issus d'une des ethnies présentes en France depuis seulement un petit siècle est la preuve que le système est raciste. Le bobo extrémiste dira que les juges et le policiers sont racistes ; le bobo modéré dira que c'est à cause de la colonisation qu'ils sont ici, qu'il subissent du racisme de l'école primaire jusqu'à l'entretien d'embauche et donc pas de travail, et qu'ils en sont donc réduits à la délinquance pour vivre dignement. Je passe sur la dignité du statut de délinquant. Personne n'évoquera seulement la possibilité que l'extrême-gauche les ait convaincus d'être des descendants d'esclaves à qui les descendants de leurs maîtres doivent réparation.

2. Il pense qu'on exagère l'insécurité et que le vrai danger qui pèse sur nous, c'est [insérez un danger holiste ici]. Les dangers holistes sont : le réchauffement climatique, la crise économique finale du capitalisme sauvage, le retour du fascisme/nazisme, un complot quelconque,

3. Le bobo pense qu'il existe des "acquis sociaux". Les "acquis sociaux" sont la propriété inaliénable de tous les opprimés officiels dans leur ensemble. Le fait de les supprimer n'est pas permis aux politiciens démocratiquement élus, ni même au peuple par référendum. Ce sont des droits et c'est tout. Dire le contraire est du populisme. Pour un bobo, le fait de réprimer cent milles personnes qui descendent dans la rue pour demander de l'argent en échange du droit de circuler à nouveau librement est fasciste. Pour un bobo, la volonté du peuple ne se mesure pas au résultat des élections libres au vote secret, ou d'un référendum ; la volonté du peuple se mesure à l'aune de la doctrine de ses défenseurs officiels d'extrême gauche. Si le peuple semble réclamer des mesures "populistes" c'est qu'il a été trompé, et il faut le protéger contre lui-même le temps qu'il change de nouveau d'avis, ce qui ne manquera pas d'arriver.

J'en oublie bien sûr, mais non, "bobo" n'est pas synonyme de con, ça a bien un sens.

Link to post
Share on other sites
Je dirais même que Sarkozy manque de poigne à nouveau en voulant attaquer les municipalités qui ne respecte pas la loi concernant l'aménagement de campements de roms

Tu dis d'abord que Sarkozy ne fait qu'appliquer la loi sur les campements illegaux, et ensuite tu lui reproche de demander au municipalites de respecter la loi. Sarkozy lui est coherent au moins.

Je suis exactement a l'oppose de Sarkozy: il n'y a aucune raison de forcer les municipalites a amenager des terrains pour les roms, et il n'y a aucune raison d'interdire leurs campements.

Par definition les gens du voyage n'ont pas d'habitation fixe, il faut bien qu'ils campent quelque part. Tant que ce n'est pas sur une propriete privee et qu'ils ne derangent personne, je ne vois pas le probleme. Pourquoi faudrait il une autorisation pour camper dans la nature ?

On a le droit de ne pas aimer les roms, de s'interroger sur leur source de revenu et de dire que c'est des voleurs, mais on doit laisser ceux qui ne sont pas des delinquants (ca existe, j'en ai connu personnellement) vivrent leur vie comme ca leur chante.

Et puis il faut se calmer un peu, les roms c'est pas non plus la horde de barbare que les evenements recents pourraient laisser penser.

Link to post
Share on other sites
Tu dis d'abord que Sarkozy ne fait qu'appliquer la loi sur les campements illegaux, et ensuite tu lui reproche de demander au municipalites de respecter la loi. Sarkozy lui est coherent au moins.

Je suis exactement a l'oppose de Sarkozy: il n'y a aucune raison de forcer les municipalites a amenager des terrains pour les roms, et il n'y a aucune raison d'interdire leurs campements.

Par definition les gens du voyage n'ont pas d'habitation fixe, il faut bien qu'ils campent quelque part. Tant que ce n'est pas sur une propriete privee et qu'ils ne derangent personne, je ne vois pas le probleme. Pourquoi faudrait il une autorisation pour camper dans la nature ?

On a le droit de ne pas aimer les roms, de s'interroger sur leur source de revenu et de dire que c'est des voleurs, mais on doit laisser ceux qui ne sont pas des delinquants (ca existe, j'en ai connu personnellement) vivrent leur vie comme ca leur chante.

Et puis il faut se calmer un peu, les roms c'est pas non plus la horde de barbare que les evenements recents pourraient laisser penser.

Je suis d'accord avec vous deux en fait.

Je pense que NS est trop politiquement correct et devrait plutôt propose d'abroger cette loi qui consacre un droit-créance.

Mais je pense aussi que les gitans devraient pouvoir camper où ils veulent… Du moment que ce n'est pas sur une propriété privée et qu'ils nettoient derrière eux.

Link to post
Share on other sites
J'en oublie bien sûr, mais non, "bobo" n'est pas synonyme de con, ça a bien un sens.

Un sens qui varie en fonction de celui qui l'emploi, un coco ne serait pas d'accord avec ta definition par exemple. Tout le monde emploie ce mot contre tout le monde.

Mais je suis d'accord que dans un contexte precis, celui de ce forum par exemple, il y a un sens plus ou moins fixe.

Sinon tu connais beaucoup de gens qui se disent etre des bobo ?

Link to post
Share on other sites
Un sens qui varie en fonction de celui qui l'emploi, un coco ne serait pas d'accord avec ta definition par exemple.

Ça désigne toujours exactement le même type de population, qui a une vision du monde d'extrême gauche mais qui ne va pas jusqu'à prôner la révolution, crime impardonable pour les cocos.

Mais je suis d'accord que dans un contexte precis, celui de ce forum par exemple, il y a un sens plus ou moins fixe.

Sinon tu connais beaucoup de gens qui se disent etre des bobo ?

Bien sûr que non : bobo est une accusation d'incohérence en soi, personne ne se présente comme incohérent.

Link to post
Share on other sites
Bobo n'est pas un terme générique.

Bobo désigner quelqu'un qui : […]

Excellente définition. Il faut également noter que le bobo est un écolo (la lute contre le réchauffement climatique se substituant de plus en plus à la lute contre le fascisme) : j'ai vu un copain bobo refuser un emploi parce que le lieu de travail n'était accessible qu'en voiture et il culpabilisait de devoir polluer, tandis que faire plusieurs trajets en avion pour ses études à l'étranger ne l'a jamais dérangé. De même, j'ai vu une copine pleurer de culpabilité (sic !) pour avoir pris sa voiture plutôt que son vélo un jour de pluie fine pour aller à une soirée chez des amis. Cette même copine prend aussi régulièrement l'avion, pour ses vacances. Et j'ai encore d'autres exemples. Un bobo s'évertue aussi à manger bio, même si les consommateurs de bio uniquement son rares.

Comme tu le dis, Jabial, un bobo est nécessairement un individu qui se contredit, puisque ses beaux principes ne servent finalement qu'à justifier a posteriori un mode de vie reposant sur une conception fantasmée de la nature et des théories scientifiques fumeuses. Ainsi le bobo s'oppose souvent à l'usage de la climatisation, arguant que c'est une dépense d'énergie superflue et néfaste pour la planète. En revanche, je n'ai que rarement vu un bobo se passer de chauffage l'hiver… L'argument de l'économie est donc fallacieux puisqu'il s'agit simplement de justifier une préférence personnelle de la chaleur par rapport au froid.

Par definition les gens du voyage n'ont pas d'habitation fixe, il faut bien qu'ils campent quelque part. Tant que ce n'est pas sur une propriete privee et qu'ils ne derangent personne, je ne vois pas le probleme. Pourquoi faudrait il une autorisation pour camper dans la nature ?

C'est bien le problème : des terrains sans propriétaires ça n'existe presque pas, en tous cas aux abords des grandes villes. Et quand bien même, ces gens n'ont pas pour habitude de laisser le terrain en bon état quand ils lèvent le camp…

Link to post
Share on other sites
C'est bien le problème : des terrains sans propriétaires ça n'existe presque pas, en tous cas aux abords des grandes villes.

Ce n'est pas un probleme, ca voudrait juste dire qu'ils ne peuvent pas camper aux abords des grandes villes.

Mais je pense qu'ils pourraient quand meme se debrouiller pour trouver des terrains disponible pas trop loin, quitte a les louer. Tient ils pourraient louer les terrains municipaux existants.

Link to post
Share on other sites
Je reconnais être bobo. Pas bobo crétin qui croit au réchauffement, bien sûr, tout de même, mais bobo.

Je suis bobo, mi bourge, mi rebelz, et remi bourge derriere.

Link to post
Share on other sites
Je suis d'accord avec vous deux en fait.

Je pense que NS est trop politiquement correct et devrait plutôt propose d'abroger cette loi qui consacre un droit-créance.

Mais je pense aussi que les gitans devraient pouvoir camper où ils veulent… Du moment que ce n'est pas sur une propriété privée et qu'ils nettoient derrière eux.

Non, les gitans ne peuvent camper où ils veulent, par exemple sous ta fenêtre dans la rue tu conviendras que ça fout le boxon et que ce n'est pas l'idéal pour l'ordre public.

En revanche, dans un espace vide qui n'appartient à personne, je serais d'accord que les gitans décident de se l'approprier et de s'y installer, en respectant le voisinage, en évitant les bruits et les odeurs intempestives.

La position de Sarko concernant l'expulsion des roms, si elle concerne l'expulsion de champs d'agriculteurs occupés par la force, des parkings ou des places publiques en centre ville elle est tout à fait valable, pour le reste on peut discuter.

Link to post
Share on other sites
On a le droit de ne pas aimer les roms, de s'interroger sur leur source de revenu et de dire que c'est des voleurs, mais on doit laisser ceux qui ne sont pas des delinquants (ca existe, j'en ai connu personnellement) vivrent leur vie comme ca leur chante.

Et puis il faut se calmer un peu, les roms c'est pas non plus la horde de barbare que les evenements recents pourraient laisser penser.

Bientôt tu vas dire que je stigmatise :icon_up:

Chacun a le droit de vivre sa vie comme il l'entend, mais personne n'a le droit d'exiger des terrains pour pouvoir vivre sa vie, et ce , au frais du contribuable. Si les roms veulent vivre leur vie comme ça leur chante, qu'ils le fassent sur un terrain qu'ils auront acheté en commun, ou un terrain désert sans propriétaire et sans utilité ou certains espaces honteusement municipaux qui ne troublent pas l'ordre public et qui pourraient être privatisés sans problème. Mais qu'ensuite ils l'entretiennent eux-mêmes comme tout propriétaire digne de ce nom.

Excellente définition. Il faut également noter que le bobo est un écolo (la lute contre le réchauffement climatique se substituant de plus en plus à la lute contre le fascisme) : j'ai vu un copain bobo refuser un emploi parce que le lieu de travail n'était accessible qu'en voiture et il culpabilisait de devoir polluer, tandis que faire plusieurs trajets en avion pour ses études à l'étranger ne l'a jamais dérangé. De même, j'ai vu une copine pleurer de culpabilité (sic !) pour avoir pris sa voiture plutôt que son vélo un jour de pluie fine pour aller à une soirée chez des amis. Cette même copine prend aussi régulièrement l'avion, pour ses vacances. Et j'ai encore d'autres exemples. Un bobo s'évertue aussi à manger bio, même si les consommateurs de bio uniquement son rares.

Sympas tes amis dis-moi.

Link to post
Share on other sites
Ce n'est pas un probleme, ca voudrait juste dire qu'ils ne peuvent pas camper aux abords des grandes villes.

Mais je pense qu'ils pourraient quand meme se debrouiller pour trouver des terrains disponible pas trop loin, quitte a les louer. Tient ils pourraient louer les terrains municipaux existants.

Oui, beaucoup préfèrent d'ailleurs la campagne pour son grand air

et la présence d'éleveurs ou personnes âgées à soulager de quelques poules ou lapins

. Il n'en reste pas moins que les terrains "libres" sont rares : la plupart des terrains non clôturés appartiennent à des particuliers ou des collectivités. Et vu ce qu'impose la présence de ces gens, pour ce que j'ai pu en voir personnellement en milieu urbain et rural, je comprend que personne n'en veuille chez soi : sans parler de leur comportement foncièrement antipathique (crachats, vacarme, insultes, mendicité, …), ils sont un véritable fléau pour l'environnement (champs de terre défoncés, ordures à l'abandon, …).

Dans le village où j'ai grandi, j'ai pu observer une forte corrélation entre le vol de petits animaux et la présence de gitans (il n'y a pas de causalité, naturellement). Certains terrains agricoles juste semés se sont vus envahir par les camping-cars et par conséquents saccagés. Les terrains fermés par des blocs de pierre ne sont pas épargnés, puisque certains gitans déplacent les blocs et les laissaient sur la route. Le seul moyen de garantir un champ contre ce fléau est de le labourer dès qu'on les appreçoit dans les parages, mais ça ne peut pas être fait n'importe quand. J'ai déjà vu le maire accompagné de trois gendarmes se faire foncer dessus par une voiture en venant demander à des caravanes qui occupaient le parvis de l'église de partir.

A Grenoble (décidément), il y a un petit bois en bordure de la ville, le long de la rivière. Un des chemins qui s'y enfonce et qui constituait il y a quelques années une promenade très sympathique est maintenant squatté par des gitans ; le début du chemin est barré par des branches, des écriteaux "danjé de mor", "térin militère", "daifanse d'antré" sont posés un peu partout autour et un oiseau mort pendu à une ficelle au dessus du chemin donne le ton.

Sympas tes amis dis-moi.

Ce sont des gens très sympathiques, hein ! :icon_up: Certaines soirées avec eux ont été l'occasion de joutes verbales inoubliables !

Link to post
Share on other sites
Dans le village où j'ai grandi, j'ai pu observer une forte corrélation entre le vol de petits animaux et la présence de gitans (il n'y a pas de causalité, naturellement).

Ouai ouai, c'est surtout le bon moment d'aller voler ses voisins, tout le monde pensera aux gitans.

Ceux qui s'installent de temps en temps pres de ma maison de campagne ne sont pas antipathiques, ils ne derangent personne, ne font pas de bruits. On peut meme leur apporter des chaises, des paniers, plein de trucs, et ils le reparent pour pas dix balles. Bref, ca depend de la famille.

Link to post
Share on other sites
Ouai ouai, c'est surtout le bon moment d'aller voler ses voisins, tout le monde pensera aux gitans.

Il y a sans doute de ça aussi pour ce cas précis.

Bref, ca depend de la famille.

Oui. Comme je le disais : j'ai observé une corrélation mais il n'y a pas de causalité. C'est juste moi qui n'ai pas eu de chance…

Link to post
Share on other sites
Guest rogermila
il n'y a aucune raison de forcer les municipalites a amenager des terrains pour les roms.

La loi Besson qui oblige les communes de plus de x habitants (donc les contribuables) à aménager des terrains de camping et caravaning pour les "gens de voyage" est parti d'un "faux dialogue" de sourds (du temps des socialistes) entre les élus politiques et les communautés de gens du voyage ; ces derniers justifiant leurs comportement de violation de la propriété privée et le recours aux occupations illégales de terrains, par le refus, presque systématique, des gérants de terrains à vocation touristique, de les accepter.

Une nouvelle fois, c'est une solution globale et étatique qui a été adoptée avec le vote de cette loi Besson, sans savoir si les frais engagés pour s'y conformer, contribuerait à véritablement résoudre le problème.

Or, après de nombreuses années de mise en pratique cette loi Besson est un fiasco absolu.

- certaines communes ne veulent pas investir dans des terrains d'accueil et subir les nuisances qui en découlent.

- celles qui ont, malgré tout, réalisé ces terrains, n'arrivent presque pas à y attirer les gens du voyage car ils refusent souvent de payer le minimum exigé pour y aller et choisissent de s'installer ailleurs en restant dans l'illégalité .

C'est donc un gachis d'investissement que cette loi.

Link to post
Share on other sites
La loi Besson qui oblige les communes de plus de x habitants (donc les contribuables) à aménager des terrains de camping et caravaning pour les "gens de voyage" est parti d'un "faux dialogue" de sourds (du temps des socialistes) entre les élus politiques et les communautés de gens du voyage ; ces derniers justifiant leurs comportement de violation de la propriété privée et le recours aux occupations illégales de terrains, par le refus, presque systématique, des gérants de terrains à vocation touristique, de les accepter.

Une nouvelle fois, c'est une solution globale et étatique qui a été adoptée avec le vote de cette loi Besson, sans savoir si les frais engagés pour s'y conformer, contribuerait à véritablement résoudre le problème.

Solution étatique d'autant plus foireuse qu'elle a amplifié le problème avec l'entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l'espace Schengen, via le double appel d'air que constituent la loi Besson et les aides sociales diverses.

Pour autant je suis d'avis de rester très prudent sur les Roms, ils ne doivent pas devenir le cache-misère publicitaire de l'échec cuisant du gouvernement dans le domaine de la criminalité. S'il s'attaque avec force moulinages de bras musclés aux problèmes posés par cette communauté c'est surtout parce qu'elle est le maillon faible dans le tissu criminogène.

Je ne suis pas loin de partager l'opinion de Rioufol, qui pour une fois ne dit pas que des conneries :

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2010/07/le…oivent-pas.html

Link to post
Share on other sites
Non, les gitans ne peuvent camper où ils veulent, par exemple sous ta fenêtre dans la rue tu conviendras que ça fout le boxon et que ce n'est pas l'idéal pour l'ordre public.

La rue devant chez toi n'appartient pas à personne.

Ce qui n'appartient à personne, c'est la nature. Les trottoirs ne poussent pas sur les arbres.

Link to post
Share on other sites
Je ne suis pas loin de partager l'opinion de Rioufol, qui pour une fois ne dit pas que des conneries :

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2010/07/le…oivent-pas.html

Il aurait raison si à la place de « musulmane », il parlait de « nord-africaine » et/ou « africaine ».

Et encore, dans une bande de racailles ‘mixte’, c’est black, blanc, beur, ce ne sont que les bandes noires qui sont clairement identifiables comme exogènes et ou le parallèle avec les gitans serait réellement pertinent.

Link to post
Share on other sites
Bobo n'est pas un terme générique.

Bobo désigner quelqu'un qui :

- est un "bourgeois", c'est-à-dire, au hasard, a au moins deux fois le salaire médian

- est "bohème", ce qui recouvre des valeurs qui sont d'extrême-gauche, sans pour autant que la personne soit effectivement communiste ; c'est une vision du monde, une façon d'envisager le problème, pas un certain type de solution, même si bien sûr le paradigme socialiste conduit généralement au socialisme.

[…]

J'en oublie bien sûr, mais non, "bobo" n'est pas synonyme de con, ça a bien un sens.

Il faudrait rajouter un mode de vie qui se veut moins faste que leurs revenus ne leur permettent, et la volonté de vivre parmi les classes populaires.

Link to post
Share on other sites
Il faudrait rajouter un mode de vie qui se veut moins faste que leurs revenus ne leur permettent, et la volonté de vivre parmi les classes populaires.

Pas les bobos que je connais, non. Vraiment, vraiment pas. Mais je suppose que ça doit exister aussi. La plupart des types que je connais qui vivent sous leur niveau de revenu sont des conservateurs.

Link to post
Share on other sites
Pas les bobos que je connais, non. Vraiment, vraiment pas.

C'est ce que je dis, la perception de ce qu'est un bobo varie d'une personne a l'autre, meme parmis les liberaux !

Autre exemple: Nick de cusa, qui se reconnait comme bobo, ne se reconnait probablement pas dans ta definition. Idem pour moi, qui suis pourtant un bobo selon le sens original.

Car le sens du mot a aussi evolue dans le temps, au tout depart ce n'etait pas forcement pejoratif. On y attachait pas autant de chose, maintenant on y attache tout et son contraire.

Link to post
Share on other sites
Bobo n'est pas un terme générique.

Bobo désigner quelqu'un qui :

- est un "bourgeois", c'est-à-dire, au hasard, a au moins deux fois le salaire médian

- est "bohème", ce qui recouvre des valeurs qui sont d'extrême-gauche, sans pour autant que la personne soit effectivement communiste ; c'est une vision du monde, une façon d'envisager le problème, pas un certain type de solution, même si bien sûr le paradigme socialiste conduit généralement au socialisme.

Mmmmhhh, je n'aime pas pinailler mais je pense que tu fais erreur. Au départ, bobo décrit un mode de vie plutôt qu'un mode de pensée. Alors que le bourgeois traditionnel a une vie bien rangée, le bobo vit dans le désordre familial (par exemple : il a des enfants de conjoints multiples, au sein d'une famille recomposée), intellectuel (il lit des romans de gare, des grands philosophes, des auteurs bien-pensants gauchistes mais ne dédaigne pas les Echos quand il s'agit de gérer son portefeuille) et personnel (il aime voyager, il habite à plusieurs endroits, etc.). Ainsi, on peut être bobo et de droite : ça me paraît être le cas d'une bonne partie de l'intelligentsia de droite aujourd'hui.

Link to post
Share on other sites
Guest rogermila
Mmmmhhh, je n'aime pas pinailler mais je pense que tu fais erreur. Au départ, bobo décrit un mode de vie plutôt qu'un mode de pensée.

Le bobo est-il, en général, sans religion ?

Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
×
×
  • Create New...