Jump to content

Caillassages et petits problèmes


Recommended Posts

Je ne comprends pas pourquoi quand des lycéens sont violents et impunis ca serait dans l’ordre des choses et sans gravité et pourquoi quand une bavure policière arrive (l’affaire Oussekine était une bavure, pas un usage légal de la force publique) et que les policiers sont condamnés en proportion, c’est une catastrophe politique.

Franchement, si lors de la répression d’une émeute, il y a un mort, c’est bien entendu tragique, si ce mort est une victime innocente c’est scandaleux et il faut au minimum une enquête pour homicide involontaire, mais ce n’est pas une raison pour ne pas réprimer les émeutes.

Non, je ne pense pas franchement que Sarkozy serait politiquement menacé en cas de mort d’un émeutier dans une situation nette de rébellion violente, et dans le cas d’une véritable bavure, a condition que les coupables soient livrés a la justice sans protection corporatiste, je doute que Sarkozy en sorte particulièrement meurtri politiquement, nettement moins je le pense que de passer pour un pleutre alors qu’il a fait campagne sur l’insécurité et le Karcher…

J'ai des amis qui sont très très loin d'être des fascistes, qui sont plutôt sociologiquement des bobos qui ‘soutiennent le mouvement contre la réforme des retraites’ et qui sont outrés par l'absence de réaction aux émeutes.

Tout dépend en fait de l'état de l'opinion publique. Un nouveau Malik Oussékine pourrait provoquer, encore actuellement, une émotion de l'opinion publique face à la "police fachiste" et un recul en rase campagne de l'autorité publique. A vrai dire, on est un peu au milieu du gué. Du point de vue du gouvernement, l'opinion publique n'est peut-être pas encore prête pour accepter des réponses musclées avec tous les dommages collatéraux que cela implique. Il faut que la peur monte encore d'un cran du côté des 'braves gens' pour pouvoir rétablir l'ordre sans opposition de l'opinion publique.

Nous sommes tombés tellement bas que nous pouvons désormais affirmer que demain sera pire qu'aujourd'hui.

Vous noterez d'ailleurs qu'il y a déjà eu un manifestant qui a perdu un oeil lors d'un tir de flash-ball, mais bon apparemment c'était un Guillaume des beaux quartiers, donc ça compte pas …

Link to post
Share on other sites
Ttu es sans doute trop jeune pour te rappeler l'acharnement médiatique que la mort de Malik Oussekine souleva. J'étais étudiant à l'époque. Devant le tollé médiatique, la réforme Devaquet a dû être retirée en catastrophe et la carrière de Devaquet, qui n'y était pourtant strictement pour rien, a été brisée net. Malik Oussekine était un des manifestants et son insuffisance rénale a été une des causes de sa mort (la police ne l'avait pas battu plus que d'autres manifestants).

C'est surtout qu'il était dans une cage d'escalier avec deux autres personnes, l'une militante RPR de l'époque, l'autre fonctionnaire au ministère de l'Intérieur. Bizarrement, ces deux personnes ont échappé à l'attention des pelotons voltigeurs motorisés, ils ont pu s'éclipser discrètement des lieux sans être tabassés.

Par la suite, le frère de Malik Oussekine, coupable d'ouverture de gueule intempestive (c'est vrai quoi, l'Etat bute son frère, trois fois rien, pas la peine d'emmerder le monde avec ça) a eu un contrôle fiscal de son entreprise signée de la main du ministre de l'Economie de l'époque, Edouard Balladur (entreprise de même pas 10 personnes soit dit en passant).

Ça, c'était pour rappeler ce qu'était l'Etat, celui qui est prévisible, qui ne fait que prendre de l'argent discrètement et c'est tout.

Link to post
Share on other sites
Je note que l'article posté plus haut du Figaro, dangereux repaire de réactionnaires et d'anarchistes de droite, parle aussi de "guérilla urbaine".

Je l'ai noté aussi, ce qui se passe à Lyon, place Bellecour depuis ce matin a bien des airs de guérillas.

Tout dépend en fait de l'état de l'opinion publique. Un nouveau Malik Oussékine pourrait provoquer, encore actuellement, une émotion de l'opinion publique face à la "police fachiste" et un recul en rase campagne de l'autorité publique. A vrai dire, on est un peu au milieu du gué. Du point de vue du gouvernement, l'opinion publique n'est peut-être pas encore prête pour accepter des réponses musclées avec tous les dommages collatéraux que cela implique. Il faut que la peur monte encore d'un cran du côté des 'braves gens' pour pouvoir rétablir l'ordre sans opposition de l'opinion publique.

Nous sommes tombés tellement bas que nous pouvons désormais affirmer que demain sera pire qu'aujourd'hui.

Je parierais bien sur le fait que l'opinion est déjà prête, en tout cas je suis d'accord avec neuneu2k, dans mon entourage il n'y a point de lepénistes et tout le monde aimerait bien un peu plus de sévérité, chose qui n'était pas évidente il y a à peine 10 ans.

Link to post
Share on other sites
N'importe quoi, de la guerilla… Les mecs, va falloir voyager un peu.

Tu auras remarqué que personne ne reprends ce terme ici et que nous parlons d'émeutes, ce qui est déjà bien assez grave et bien éloigné de l’euphémisme d’incivilités dont on nous abreuve le reste de l’année, donc caricaturer la position opposée en parlant de guerre civile et de guérilla pour éviter d’admettre que oui, ce sont bien des émeutes et qu’on n’est pas du tout dans le fantasme d’insécurité c’est un peu facile :icon_up:

Link to post
Share on other sites
Tu auras remarqué que personne ne reprends ce terme ici et que nous parlons d'émeutes, ce qui est déjà bien assez grave et bien éloigné de l’euphémisme d’incivilités dont on nous abreuve le reste de l’année, donc caricaturer la position opposée en parlant de guerre civile et de guérilla pour éviter d’admettre que oui, ce sont bien des émeutes et qu’on n’est pas du tout dans le fantasme d’insécurité c’est un peu facile :icon_up:

Qui emploie le terme d'incivilités concernant les casses autour des manifestations? Qui? Quand? Où? Depuis que je suis tout petit ces types sont appelés des "casseurs". Tu voudrais qu'on les appelle comment?

Link to post
Share on other sites
N'importe quoi, de la guerilla… Les mecs, va falloir voyager un peu.

Tu as raison c'est peut-être excessif, je soulignais juste que ça en prenait des airs, pas que c'en était une.

Link to post
Share on other sites
Ca continue et ça monte d'un cran

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/20…multiplient.php

…le proviseur, selon qui des élèves extérieurs au lycée ont «menacé par SMS de faire des dégâts» sur l'établissement

Quelle est cette nouvelle catégorie d'élèves?

Link to post
Share on other sites
Tu as raison. S'il y avait un mort, de préférence membre d'une minorité, les appels à la démission de Sarko se multiplieraient et je ne donnerais pas cher de sa peau en 2012. C'est à mon sens par un calcul cynique de ce genre que la gauche encourage les jeunes à manifester.

Je plussoie tristement.

Link to post
Share on other sites
C'est surtout qu'il était dans une cage d'escalier avec deux autres personnes, l'une militante RPR de l'époque, l'autre fonctionnaire au ministère de l'Intérieur. Bizarrement, ces deux personnes ont échappé à l'attention des pelotons voltigeurs motorisés, ils ont pu s'éclipser discrètement des lieux sans être tabassés.

Par la suite, le frère de Malik Oussekine, coupable d'ouverture de gueule intempestive (c'est vrai quoi, l'Etat bute son frère, trois fois rien, pas la peine d'emmerder le monde avec ça) a eu un contrôle fiscal de son entreprise signée de la main du ministre de l'Economie de l'époque, Edouard Balladur (entreprise de même pas 10 personnes soit dit en passant).

Ça, c'était pour rappeler ce qu'était l'Etat, celui qui est prévisible, qui ne fait que prendre de l'argent discrètement et c'est tout.

Des gens qui perdent un proche suite à une "mauvaise rencontre", c'est toutes les semaines.

Link to post
Share on other sites
Ça, c'était pour rappeler ce qu'était l'Etat, celui qui est prévisible, qui ne fait que prendre de l'argent discrètement et c'est tout.

Statistiquement, je crains nettement moins l'erreur judiciaire ou la bavure policière que l'interaction avec des jeunes déçus, et pourtant, il y a probablement bien plus de policiers en France que de racailles.

Plus important, un point qui semble t'échapper, c'est que si je n'ai pas franchement de raisons d'avoir une peur personnelle de la racaille, j'ai des très bonnes raisons d'avoir peur pour mes proches et pour ma femme en particulier, l'état peut détruire ma famille, mais il n'a pas tendance a le faire du jour au lendemain sans le moindre signe avant coureur, j’ai un canari dans la mine pour ça, il s’en prendra aux arabes avant :icon_up:

Link to post
Share on other sites
Plus important, un point qui semble t'échapper, c'est que si je n'ai pas franchement de raisons d'avoir une peur personnelle de la racaille, j'ai des très bonnes raisons d'avoir peur pour mes proches et pour ma femme en particulier, l'état peut détruire ma famille, mais il n'a pas tendance a le faire du jour au lendemain sans le moindre signe avant coureur, j’ai un canari dans la mine pour ça, il s’en prendra aux arabes avant :icon_up:

La peur est très mauvaise conseillére. Les tuiles, ça peut arriver. Et tes gosses, c'est peut-être pas une racaille qui va leur faire du mal, mais un éducateur de colonie de vacances si tu vois ce que je veux dire. Ta femme, c'est peut-être pas une racaille du 9-3 qui lui fera du mal, mais tout simplement un automobiliste complètement bourré qui la renversera.

Bref : ces fantasmes sur ces nouveaux barbares, aux portes de nos cités, ne concernent que de la délinquance mineure, très mineure. Les vrais crimes sont bien ailleurs.

Et au fait, je répète ma question : qui a qualifié les casses et dégradations autour des manifestations d'incivilités? Tu as "oublié" de répondre.

Link to post
Share on other sites
C'est là, il me semble, un des gros points faibles de l'analyse de ce genre de situation d'un point de vue libéral. Beaucoup de libéraux semblent penser qu'il faut punir les gens à la proportion des dommages qu'ils ont individuellement commis, je suis bien sûr d'accord avec ce principe mais comment faire face à un groupe, face aux mouvements holistes en général ? Il est bien évident que rentre dans l'équation le 'coût' en temps*argent d'une identification des responsabilités de chacun dans un mouvement de type émeute, foule etc. et que personne n'a ces moyens à sa disposition.

Un autre point sur lequel les libéraux sont en difficultés, et la justice aussi, sont sur les questions de 'harcèlement'. Il est bien évident que la police pète les plombs parce qu'ils sont en situation de harcèlement dans certains quartiers, dès lors le stress qu'ils accumulent est sans rapport avec la dernière petite vexation qui leur a été infligée par une racaille qui les attaquent planqués depuis sa bande, de façon anonyme.

C'est pour ça que je ne suis pas très optimiste.

Tient je m'etais fait la meme reflexion presque exactement en ces termes.

La peur est très mauvaise conseillére. Les tuiles, ça peut arriver. Et tes gosses, c'est peut-être pas une racaille qui va leur faire du mal, mais un éducateur de colonie de vacances si tu vois ce que je veux dire. Ta femme, c'est peut-être pas une racaille du 9-3 qui lui fera du mal, mais tout simplement un automobiliste complètement bourré qui la renversera.

As tu deja vecu dans un endroit ou personne ne t'agresse jamais ?

Et bien c'est un vrai bonheur, ca change la vie.

Link to post
Share on other sites
As tu deja vecu dans un endroit ou personne ne t'agresse jamais ?

Et bien c'est un vrai bonheur, ca change la vie.

Je ne pense pas que mon cas personnel intéresse grand monde, mais j'ai vécu dans des endroits tout à fait différents, de la banlieue rouge infestée de racailles aux beaux quartiers. Il se trouve que je me suis fait agressé deux fois (dont une fois un type avec un couteau), et les deux fois c'était dans les beaux quartiers, c'est marrant non? Les deux fois, il s'agissait visiblement de français de souche d'ailleurs, c'est une précision extrêmement importante. :icon_up:

Link to post
Share on other sites
Je ne pense pas que mon cas personnel intéresse grand monde, mais j'ai vécu dans des endroits tout à fait différents, de la banlieue rouge infestée de racailles aux beaux quartiers. Il se trouve que je me suis fait agressé deux fois (dont une fois un type avec un couteau), et les deux fois c'était dans les beaux quartiers, c'est marrant non? Les deux fois, il s'agissait visiblement de français de souche d'ailleurs, c'est une précision extrêmement importante. :icon_up:

Voila tu n'as pas vecu dans un endroit paisible et sur, donc tu ne te rends pas compte a quel point c'est mieux.

Link to post
Share on other sites
Voila tu n'as pas vecu dans un endroit paisible et sur, donc tu ne te rend pas compte a quel point c'est mieux.

:icon_up: Bien sûr que si! Je dis le contraire, je ne me suis fait embêté que deux fois en 34 ans de vie, c'est quand même quedalle!

Je me sens plutôt en sécurité où je vis (Paris), donc pas de souci! :doigt:

Link to post
Share on other sites

Voyagez, qu'il disait… Une évaluation intéressante dans le contexte de vandalisme actuel, qui devrait encore alourdir la facture.

Vandalisme - Un mal français qui coûte plus de 5 milliards d’euros par an !

Juliette Demey 18/10/10 à 07h10

La comparaison n’est pas anecdotique. A elle seule, elle a valeur de symbole : à Londres, en un mois, seuls 3 vélos en libre-service ont été volés, alors qu’à Paris, pendant la même période… 500 Vélib’ ont été dérobés.

Visiblement, les Français n’ont pas la même notion du bien public que les Anglais. Ce qui fait dire au maire de Londres, Boris Johnson, que nous sommes des « chapardeurs », alors que ces concitoyens ont le « respect pour les propriétés publiques ». Alors, la France serait-elle championne de l’incivilité et du vandalisme ? La question se pose, au regard de la litanie de ces actes de vandalisme, anodins ou graves, si quotidiens qu’on ne les relève plus. Des sièges lacérés dans les transports en commun, des Abribus déglingués, des voitures incendiées, des cages d’escaliers saccagées, des salles de classe abîmées, des espaces publics détériorés… Sans parler des vélos en libre-service désossés ou volés ! Autant d’actes qui coûtent très cher à la collectivité, et qui pourraient être investis plus utilement : les seuls actes de vandalisme dans les transports coûtent l’équivalent de 4.400 emplois. Deux économistes, Yann Algan et Pierre Cahuc, ont théorisé les causes de ce mal hexagonal dans un essai à succès (*).

La perte des valeurs morales

Ils y établissent un lien entre le manque de civisme des Français et la faiblesse du niveau de confiance mutuel : « Ici plus qu’ailleurs, on se méfie de ses concitoyens, des pouvoirs publics et du marché. Cette défiance allant de pair avec un incivisme plus fréquent… Or la défiance et l’incivisme, loin d’être des traits culturels immuables, sont alimentés par le corporatisme et l’étatisme du modèle social français », écrivent-ils. Parmi les causes des incivilités, d’autres avancent l’absence d’éducation civique, la crise économique, la perte des valeurs morales, le manque de perspective d’avenir, le jeune âge de leurs auteurs… Pourtant le vandalisme n’est pas toujours l’apanage des délinquants ! En 2009, une série d’incendies de voitures a mis en émoi le XVe arrondissement de Paris : « Après enquête, on s’est aperçu que le pyromane était une grand-mère qui n’avait plus toute sa tête », s’amuse une source policière. Peu d’études se sont penchées sur le coût de ce vandalisme pour la collectivité. Selon l’économiste Jacques Bichot, il s’élèverait à près de 5,6 milliards par an (lire ci-contre). De quoi jeter les bases du débat, en ces temps de rigueur budgétaire.

(*) La Société de défiance. Comment le modèle social français s’autodétruit, éd. Rue d’Ulm, 2007.

http://www.francesoir.fr/societe/vandalism…euros-par.39840

Incivilité - Les 5 points noirs

Marie Conquy et Juliette Demey 18/10/10

Tour d'horizon des cinq secteurs sensibles où le vandalisme fait des dégâtsTransports

Sièges maculés, vitres brisées, tags… Dans les transports publics, « le coût total du vandalisme atteint aujourd’hui son plus haut niveau depuis treize ans, se répercutant fortement sur le coût pour les collectivités locales et les entreprises », estime l’Union des transports publics et ferroviaires (UTP). Ces actes malveillants ont coûté 14,5 millions d’euros en 2009 (+ 6,2 % par rapport à 2008). Sur les treize dernières années, le montant atteint 168,2 millions d’euros, « ce qui aurait permis de financer plus de 4.400 emplois », déplore l’UTP.

http://www.francesoir.fr/societe-vie-quoti…nts-noirs.39850

Bref : ces fantasmes sur ces nouveaux barbares, aux portes de nos cités, ne concernent que de la délinquance mineure, très mineure. Les vrais crimes sont bien ailleurs.

Ah la fameuse délinquance financière en col blanc, le reste n'est que fantasme en effet.

Link to post
Share on other sites
Il va falloir que tu te rendes compte un jour neuneu2K (et tu es loin d'être le seul dans ce cas) que tu parles de ces petits délinquants comme si ils n'appartenaient pas à la même espèce que toi.

Un type qui se comporte comme ces racailles perd à mes yeux toute dignité, il vaut moins qu'un chien.

Il la récupère quand il redevient correcte.

Etre humain, ce n'est pas un statut comme homo-sapiens, ça se mérite par son comportement.

De fait. Pris isolément ce sont des individus délinquants rationnels, mais en bande ils se comportent comme un seul groupe organique, soudé de façon totalement mimétique et désihnibée, livrés à leurs pulsions prédatrices les plus primitives. Si bien qu'en effet ils n'appartiennent plus à l'espèce des gens civilisés.

Voilà.

Link to post
Share on other sites
Et au fait, je répète ma question : qui a qualifié les casses et dégradations autour des manifestations d'incivilités? Tu as "oublié" de répondre.

Google "incivilités" et tu verras par toi même combien de fois c'est utilisé comme terme pour les gens qui brulent des poubelles, des voitures et des vitrines.

Link to post
Share on other sites
:icon_up: Bien sûr que si! Je dis le contraire, je ne me suis fait embêté que deux fois en 34 ans de vie, c'est quand même quedalle!

Je me sens plutôt en sécurité où je vis (Paris), donc pas de souci! :doigt:

Mais est-ce que tu comptes tous ceux qui t'ont envoyé des menaces de mort ou qui te cherchent? :mrgreen:

Tu réponds à tes amis imaginaires du MRAP? Où ai-je parlé de délinquance financière? Quand? A quel sujet?

J'essaye de me mettre à ton niveau d'argumentation, c'est pas mal. :mrgreen:

Link to post
Share on other sites
Je ne pense pas que mon cas personnel intéresse grand monde, mais j'ai vécu dans des endroits tout à fait différents, de la banlieue rouge infestée de racailles aux beaux quartiers. Il se trouve que je me suis fait agressé deux fois (dont une fois un type avec un couteau), et les deux fois c'était dans les beaux quartiers, c'est marrant non? Les deux fois, il s'agissait visiblement de français de souche d'ailleurs, c'est une précision extrêmement importante. :icon_up:

QUand j'avais 18 ans, je me suis fait agresser par trois gamins de 16-17 ans sur un quay de la gare RER de Nanterre, il s'agissait d'1 black et de 2 francais de souches (en apparence)

Link to post
Share on other sites
Voyagez, qu'il disait… Une évaluation intéressante dans le contexte de vandalisme actuel, qui devrait encore alourdir la facture.

C'est justement depuis que j'ai voyage que l'insecurite en france m'est apparue. Avant elle faisait juste partie du paysage normal, je ne la voyais pas.

Link to post
Share on other sites
C'est justement depuis que j'ai voyage que l'insecurite en france m'est apparue. Avant elle faisait juste partie du paysage normal, je ne la voyais pas.

Ca m'a fait le même effet, j'avais fini par considérer comme normal certains actes d'incivilité, en voyageant j'ai découvert que ces actes de vandalisme quotidiens de même que les comportements de gens mal-éduqués étaient bien une spécificité française et n'avaient franchement pas grand chose de rassurant, sans renier que cela existe ailleurs.

Link to post
Share on other sites
Ca m'a fait le même effet, j'avais fini par considérer comme normal certains actes d'incivilité, en voyageant j'ai découvert que ces actes de vandalisme quotidiens de même que les comportements de gens mal-éduqués étaient bien une spécificité française et n'avaient franchement pas grand chose de rassurant, sans renier que cela existe ailleurs.

+1

Link to post
Share on other sites
Aux portes de Paris, "scènes de guérilla urbaine"

De Pauline TALAGRAND et Marc BASTIAN (AFP)

http://www.google.com/hostednews/afp/artic…6431d0655d4.2a1

La violence est encore montée d'un cran mardi à Lyon, où des scènes de guérilla urbaine se sont déroulées en marge des manifestations lycéennes puis du défilé syndical contre la réforme des retraites. (Reuters/Robert Pratta)

http://www.lexpress.fr/actualites/2/les-in…ees_929184.html

N'importe quoi, de la guerilla… Les mecs, va falloir voyager un peu.

Après les vandales français vus par les anglais, continuons à voyager un peu avec la presse étrangère.

La presse étrangère s'inquiète d'un possible "chaos" en France

Les médias étrangers brossent peu ou prou le même tableau : celui d'un pays paralysé par un bras de fer qui va en durcissant, avec d'un côté un président qui martèle qu'il ne cédera pas, et de l'autre un mouvement qui se radicalise

De nombreux médias étrangers font leur Une, mardi 19 octobre, sur la mobilisation en France contre la réforme des retraites. Tous brossent peu ou prou le même tableau : celui d'un pays paralysé par un bras de fer qui va en durcissant, avec d'un côté un président qui martèle qu'il ne cédera pas, et de l'autre une mouvement de contestation qui se radicalise. Cette situation pourrait-elle mener au chaos ? Certains médias s'en inquiètent, mais d'aucun ne s'aventure pour autant à prédire l'issue de ce conflit.

D'emblée, le titre du Times donne le ton, sur son site internet : il ne parle pas de manifestations mais de "guérilla" qui "paralyse la France". Mais en dépit de l'emploi de ce mot, il est l'un des rares journaux à entrevoir pour Sarkozy une lueur d'espoir dans le bras de fer qui s'est engagé : "Les divisions au sein des forces syndicales entre radicaux et orthodoxes donnent à Sarkozy un peu de soulagement", écrit le quotidien britannique.

Une guérilla : c'est aussi ce que retient la BBC. Si le site de la radio britannique titre simplement "Les opposants français aux retraites se préparent à un nouveau jour de grève", la vidéo qu'elle a choisie pour illustrer son état des lieux de la mobilisation montre des scènes de guérilla urbaine entre jeunes et forces de l'ordre.

"Situation explosive", titre également le Financial Times au dessus de la photo d'une voiture incendiée à Nanterre, près de Paris.

"La révolte de la France qui fait le siège de Sarkozy", titre de son côté le quotidien italien La Repubblica (gauche), seul des grands journaux italiens à évoquer en Une la grogne sociale en France. "Des millions de citoyens dans les rues contre la réforme des retraites. Des travailleurs qui risquent leur emploi mais aussi des étudiants qui craignent pour leur avenir. Les grèves dans les transports et le carburant sur le point de finir. C'est l'automne chaud du président, assiégé par ceux qui l'avaient élu et jamais aussi bas dans les sondages", résume le quotidien.

"La France bloquée, Sarkozy ne fait pas marche arrière", écrit pour sa part le grand quotidien centriste de la botte, le Corriere della Sera (centre).

The Guardian, qui propose un suivi heure par heure de la situation sur son site, brosse également un tableau alarmiste et parie même sur une intensification de la contestation : "La contestation de la réforme des retraites du président Nicolas Sarkozy est partie pour s'intensifier alors que s'y ajoutent une généralisation des perturbations dans les transports, les inquiétudes au sujet de l'approvisionnement en carburant et le blocage des lycées".

El Pais insiste lui aussi, dans un article sur son site, sur la conjonction entre les mouvements de routiers, de lycéens, les transports aériens et ferroviaires perturbés, les stations-service à sec… Le quotidien espagnol conclut son tour d'horizon en donnant la parole à un cégétiste. Ce dernier rejette la responsabilité du blocage du pays sur le gouvernement français, qui "ne se rend pas compte que derrière les manifestations, il y a un problème plus profond que les retraites".

Du côté allemand, l'inquiétude point dans l'article du Zeit publié sur le site du journal et titré "La France submergée par les manifestants". Le quotidien souligne que même si Nicolas Sarkozy reste droit dans ses bottes, il n'est pas dit que le vote au Sénat mette fin à la contestation. Et alors, écrit l'auteur de l'article, "la situation pourrait s'aggraver". Avant de conclure sur un petit rappel : les syndicats français ont déjà deux fois - en 1995 et 2006 – fait plier des gouvernements

Une piqûre de rappel qui figure aussi dans les colonnes de The Economist, qui souligne que contrairement aux habituelles grèves françaises, un nouveau paramètre a été introduit : la pression sur l'économie du pays via le risque d'une pénurie d'essence. Or le journal britannique voit dans ce "signe inquiétant", la possibilité que les manifestations "tournent au chaos", si l'exaspération populaire "échappe à tout contrôle". Ce qui remettrait à plus tard le remaniement annoncé par Nicolas Sarkozy, de l'avis du journal.

Pour l'espagnol ABC (conservateur), qui loue le "courage" de Nicolas Sarkozy, "les graves incidents en France (…) sont plus qu'une manifestation de rue contre une mesure concrète : c'est l'avenir de l'Etat providence qui est en question parce que la crise économique a déclenché toutes les alarmes sur un système (…) maintenant incapable de répondre aux attentes qu'il a suscitées".

Pour le New York Times, ce qui se joue en ce moment en France pourrait effectivement avoir des répercussions à bien plus long terme, mais d'une autre teneur que celles que souligne ABC. Le quotidien américain en ligne, qui titre "En France, les grèves des salariés s'acheminent vers une épreuve de force", estime que même avec la perspective d'une adoption du texte au Sénat, "Sarkozy se retrouve face à la possibilité que la victoire ne lui offre pas pour autant un gain politique". Car, souligne-t-il, avec 71% de Français qui soutiennent la mobilisation, le président français prend le risque de finir son mandat noyé dans l'impopularité…

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/s…-en-france.html

Link to post
Share on other sites
Je plussoie tristement.

Je ne suis pas sur que la répression violente d'émeutiers et de casseurs par les forces de l'ordre pouvant aller jusqu'à la mort de certains ne soit pas de nature à rassurer l'électorat sarkozyste, et ce malgré le traitement que la presse réservera à ces faits.

La mort d'un passant sera à mon avis beaucoup plus préjudiciable pour sarkozy que la mort d'un délinquant ou d'un émeutier.

Maintenant reste à savoir si dans la situation actuelle, le calme (pas l'ordre) peut revenir sans morts, malheureusement rien n'est moins sur.

Link to post
Share on other sites
+1

+2

C'est une remarque récurrente de la part des Français expatriés. Il faut s'éloigner de la France pour réaliser à quel point l'ambiance en France est à la morosité et à l'agressivité en général.

Link to post
Share on other sites

Un éclairage sur le terme "guerrilla urbaine" concernant le cas de Lyon aujourd'hui :

Mardi, quelque "1.300 casseurs" ont été dénombrés en marge de la manifestation contre la réforme des retraites. 21 véhicules ont été retournés, huit commerces dégradés, six abris-bus détruits et 9 commerces pillés, selon un dernier bilan de la préfecture.

Il faut donc 65 casseurs pour retourner une voiture, 230 pour casser un abribus, 150 pour dégrader un magasin ou le piller. :icon_up:

Franchement, si ça c'est de la guerilla urbaine…

Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
×
×
  • Create New...