Jump to content

Le fil des séries (dont beaucoup trop se bousémotivent)


Brock

Recommended Posts

il y a 24 minutes, PABerryer a dit :

La fin de GOT n'est pas aussi mauvaise que la trilogie Disney.

"L'amputation des parties génitales n'est pas aussi grave que l'énucléation bilatérale"

  • Yea 1
  • Haha 2
Link to comment
Il y a 2 heures, Airgead a dit :

 

Je dirais Lost, où les mecs ont fait les scénarios les plus dingues que j'ai vu, où il y avait tellement à dire, et ils ont fini comme des merdes avec l'explication "ah ah déso en fait ils étaient juste mort c'était un rêve".

J'étais furax sur le moment, j'ai bien dû bloquer quelques minutes en me disant que c'était pas possible qu'ils osent conclure comme ça.

 


Lost, on le sentait arriver gros comme un camion, aussi. C'était trop ambitieux, d'une certaine manière. Mais il en reste à la limite plus quelque chose que GoT.

  • Yea 1
Link to comment

J'observe tout de même un effondrement de la créativité à Hollywood.

Je ne sais pas si c'est moi qui suis blasé ou les mecs qui n'ont plus rien à donner à cause d'une offre trop abondante mais 9 fois sur 10 ils n'arrivent plus à se transcender.

 

Link to comment

Je pense surtout que la planète s'est enflammée sur Lost pour rien. J'ai pas tenu deux saisons , c'était d'une lenteur à se pendre. Et quand je lis GoT avait une aura *10000000 , c'est vraiment pas se rappeler du cirque de l'époque.

 

Link to comment
il y a 10 minutes, Prouic a dit :

Je pense surtout que la planète s'est enflammée sur Lost pour rien. J'ai pas tenu deux saisons , c'était d'une lenteur à se pendre.

 

 

Je pense que c'est la série qui m'a le plus marqué avec The Leftovers.

 

J'ai vraiment du mal à lui trouver des défauts. J'étais tout petit, mais je me souviens comme si c'était hier de l'ambiance qui régnait (extraordinairement mystérieuse).

Link to comment

Je cautionne rien de JJ Abrams. Comme de Shyamalan d'ailleurs. Y a un moment faut arrêter le foutage de gueule scénaristique.

 

"je vois des gens qui sont morts"  non seulement on le sait depuis 1 HEURE, mais en plus ton copain débile nous l'a déjà faite. On dirait une méta blague scénaristique pour débiles.

 

Au fait palpatine il était pas mort ?

  • Yea 1
Link to comment
il y a 1 minute, Prouic a dit :

Au fait palpatine il était pas mort ?

Il a ressuscité, à présent il se fait appeler "pain au palpat".

  • Love 1
Link to comment
Il y a 3 heures, Airgead a dit :

Je dirais Lost, où les mecs ont fait les scénarios les plus dingues que j'ai vu, où il y avait tellement à dire, et ils ont fini comme des merdes avec l'explication "ah ah déso en fait ils étaient juste mort c'était un rêve".

J'étais furax sur le moment, j'ai bien dû bloquer quelques minutes en me disant que c'était pas possible qu'ils osent conclure comme ça.

Tu n'as pas bien compris la fin on dirait. Elle était insatisfaisante, mais pas à ce point. Les personnages étaient bien vivants sur l'île.

  • Yea 1
Link to comment

Si tu veux savoir comment on fait une fin satisfaisante en 3 secondes et avec  un plan qui coute 5$, tout en se demandant s'ils sont mort ou pas mort, il y a les soprano.
 

  • Love 1
Link to comment
il y a 4 minutes, Lugaxker a dit :

Tu n'as pas bien compris la fin on dirait. Elle était insatisfaisante, mais pas à ce point. Les personnages étaient bien vivants sur l'île.

 

N'est-ce pas le propre du fantastique, ne pas savoir si les choses se sont vraiment passées?

  • Yea 1
Link to comment
à l’instant, Prouic a dit :

Si tu veux savoir comment on fait une fin satisfaisante [...] il y a les soprano.

LoL.

Citation

Yes, people will be talking about the show tomorrow and tomorrow and tomorrow, but they probably won’t be talking about Tony Soprano or any of the work the very fine cast of actors and writers has done over the years. They’ll be talking about how frustrating the blank screen was.

https://www.latimes.com/archives/la-xpm-2007-jun-11-et-sopranosreview11-story.html

 

Link to comment

La fin de Lost n'apportait pas de conclusion satisfaisante aux nombreuses trames scénaristiques qui nous tenaient en haleine, mais respectait les personnages. Or, il s'agit d'une œuvre chorale dans laquelle la galerie de personnages contribuait au moins autant que les intrigues et les mystères à l'intérêt des spectateurs. En cela, la fin de la série restait assez émouvante. En ce qui me concerne, dans le cas de Lost, je peux ressortir au premier degré le cliché "ce n'est pas la destination qui compte, mais le voyage et les gens rencontrés sur la route".

 

Alors que la fin de GoT ne respecte pas les personnages. C'est pour cela qu'elle ternit rétrospectivement toute la série bien plus que celle de Lost.

  • Yea 5
Link to comment
il y a 40 minutes, Prouic a dit :

Je pense surtout que la planète s'est enflammée sur Lost pour rien. J'ai pas tenu deux saisons , c'était d'une lenteur à se pendre. Et quand je lis GoT avait une aura *10000000 , c'est vraiment pas se rappeler du cirque de l'époque.

 

 

Non, je ne suis pas d'accord. Je ne sais pas exactement ce qu'il y avait de spécial dans cette série, mais l'histoire personnelle de chaque personnage avant son arrivée dans l'île était racontée d'une manière qui était extrêmement prenante. C'est vraiment la vie dans l'île couplée à cette narration faite de flashback qui faisait la magie de cette série (et les acteurs jouaient bien). 

Le principe de l'histoire des naufragés sur une île perdue, c'est : mettez des gens normaux sur une île déserte et observez les effets. Conclusion éculée (et fausse) : l'homme est un loup pour l'homme.

 Lost a eu l'idée brillante de travestir cette idée en : mettez les pires fuckups de la Terre sur une île complètement folle et observez les effets. Grâce à cela, on a pu être témoin de très beaux moments.

Link to comment

Lost j'ai regardé la première saison à l'époque et c'était cool, mais on sentait la couille arriver quand même. Je pense que (sans le faire consciemment) j'ai maximisé ma satisfaction en m'arrêtant là.

Ma meilleure leçon au fil des années en tant que consommateur c'est que tu n'es jamais captif d'une franchise. Si un truc te fait chier alors tu peux juste arrêter d'en bouffer et continuer ta vie. Ça n'empêche pas d'être déçu mais ça évite de bouffer de la merde pour le principe.

  • Yea 1
Link to comment
il y a 11 minutes, Lancelot a dit :

Lost j'ai regardé la première saison à l'époque et c'était cool, mais on sentait la couille arriver quand même. Je pense que (sans le faire consciemment) j'ai maximisé ma satisfaction en m'arrêtant là.

Ma meilleure leçon au fil des années en tant que consommateur c'est que tu n'es jamais captif d'une franchise. Si un truc te fait chier alors tu peux juste arrêter d'en bouffer et continuer ta vie. Ça n'empêche pas d'être déçu mais ça évite de bouffer de la merde pour le principe.

 

Je suis d'accord. J'ai découvert ce principe avec Walking Dead, je pense.

Au pire, tu auras toujours autour de toi des acharnés qui te le diront si ça redevient bien. :D

  • Yea 2
Link to comment
Il y a 3 heures, Wayto a dit :

Ah, si la majorité des téléspectateurs se focalise uniquement sur cet élément final de 5 secondes, tant pis pour elle. (Pour le reste, d'accord avec @Prouic, la fin est satisfaisante dans le sens où elle me laisse, en tant que téléspectateur, le choix de la destinée de Tony, destinée qui me semble d'ailleurs, au final, secondaire après 6 saisons : tout a été dit).

Link to comment
Il y a 3 heures, Wayto a dit :

Tu confonds la lune et le doigt. 
C'est frustrant de pas avoir de réponse, c'est satisfaisant d'avoir une fin intelligente:

 

Révélation

C'est simplement noir car après la mort il y a rien. Le type filme pas un ending ouvert, il filme le RIEN car y a rien à filmer. Perfect ending, c'est juste pas pour les niais.
Ca marche aussi avec la forme. Le scenario s'arrête, l'arc narratif finit finit comme il commence, dans un tranche de vie quelconque, il n'y a donc plus rien à en dire. Le fait de vouloir faire une spéculation appartient au spectateur, ce n'est pas un non choix, c'est juste la fin. 

Bref, un monochrome de whiteman :D
 



 

  • Love 1
Link to comment

Je n'ai pas encore vu le sixième épisode de Fondation, qui vient de sortir. Je vais probablement me le procurer et le visionner, poussé par la même curiosité malsaine qui m'avait fait tenir pendant la série Watchmen. Essayer de comprendre le processus qui a mené à cette chose. Il y a un fantastique matériau de base, des moyens, au moins quelques acteurs compétents, et même des idées originales et stimulantes qui méritent d'être développées. Considérant l'aridité des premiers tomes de l’œuvre d'Asimov en matière de caractérisation et de développement des personnages, j'étais prêt à accepter que la série télé prenne de considérables libertés pour enrichir le scénario de base. Mais les créateurs de cette série réussissent à nous présenter des personnages qui ont encore moins d'épaisseur et de charisme que ceux d'Asimov.

Link to comment

J’en avais lu trois tomes au lycée sur l’insistance d’un ami, il ne m’en est rien resté comme souvenir, du coup je découvre la série d’un œil totalement neuf avec à peine une vague idée du sujet. Il y a des passages à vide mais ça se laisse regarder...

Link to comment
il y a 20 minutes, Jesrad a dit :

J’en avais lu trois tomes au lycée sur l’insistance d’un ami, il ne m’en est rien resté comme souvenir, du coup je découvre la série d’un œil totalement neuf avec à peine une vague idée du sujet. Il y a des passages à vide mais ça se laisse regarder...


Amusant, il m'est arrivé la même chose. J'ai lu les résumés Wikipédia récemment et je ne me rappelais rien à part du début et des robots. :D
 

Link to comment
Il y a 2 heures, Cortalus a dit :

Je n'ai pas encore vu le sixième épisode de Fondation, qui vient de sortir. Je vais probablement me le procurer et le visionner, poussé par la même curiosité malsaine qui m'avait fait tenir pendant la série Watchmen. Essayer de comprendre le processus qui a mené à cette chose. Il y a un fantastique matériau de base, des moyens, au moins quelques acteurs compétents, et même des idées originales et stimulantes qui méritent d'être développées. Considérant l'aridité des premiers tomes de l’œuvre d'Asimov en matière de caractérisation et de développement des personnages, j'étais prêt à accepter que la série télé prenne de considérables libertés pour enrichir le scénario de base. Mais les créateurs de cette série réussissent à nous présenter des personnages qui ont encore moins d'épaisseur et de charisme que ceux d'Asimov.

Une nouvelle destruction culturelle de la part des FAGMAN du coup :(

 

Il y a 1 heure, Jesrad a dit :

il ne m’en est rien resté comme souvenir

Pas même le Mulet ?

Link to comment

En vrai fondation c'est chiant comme la pluie il faut pas se leurrer. Le tome 3 est pas trop mal parce que justement ça part en sucette. 

 

Sinon dans le genre fin frustrante/fin très bonne celle de The Shield est vraiment forte. Hyper frustrante et en même temps hyper réussie. A telle point que la "fin" ressemble plus à un épilogue qu'autre chose.

Link to comment
41 minutes ago, Lugaxker said:

Pas même le Mulet ?

Non, vaguement qu’il y avait une second fondation cachée à l’autre bout de la galaxie pour surveiller la première. Je viens de survoler la section wikipedia “plot” pour Foundation et il n’y a rien qui me semble familier.

  • Yea 1
Link to comment

Les premiers tomes de Fondation passent mieux quand on les prend pour ce qu'ils sont : des recueils de fables politiques. Quand le Mulet arrive puis la Seconde Fondation, le cycle prend bien sûr une toute autre dimension. Mais si ces éléments perturbateurs ont un tel impact narratif, c'est bien parce que les premières nouvelles posent très bien les bases de l'univers. On n'écrit plus comme ça de nos jours, car il faut happer le lecteur immédiatement. Et à certains égards, je trouve cela dommage. Parfois, à force de vouloir démarrer in media res, le world building perd en profondeur. Alors bien sûr, le lecteur moderne pourra trouver que dans le genre, des space operas comme Dune (paru quand même une quinzaine d'années plus tard), ou Hyperion pour une référence encore plus récente, sont beaucoup plus efficaces dans leur démarrage. Mais je trouve assez injuste de juger à cette aune une œuvre séminale parue au tout début des années 50, dans un contexte littéraire, éditorial et politique très différent.

  • Yea 2
Link to comment

C'est un classique, et pas par hasard. N'écoutez pas les SJW infiltrés sur le forum qui cherchent à déconstruire cette grande œuvre. No pasaran !

  • Haha 2
Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...