Jump to content

Vers la faillite des États (et au-delà)


Recommended Posts

Certes, sur le papier des entreprises qui font du CSR (Corporate Social Responsability), il y en a légion. Ce qui change concretement dans les faits par contre… Et d'ailleurs certains pensent que le CSR est une stratégie de plus d'advertising et de politiques RH attractives pour augmenter ses profits. Je ne sais pas s'ils sont raison.

Je pense, comme Friedman ici, que la seule responsabilité sociale d'une entreprise qui ait un intérêt, c'est d'augmenter ses profits. Mais dans le système juridique qui convient, le DN.

Pour moi le concept de "responsabilité sociale" est … socialiste (et par ailleurs il ne sert à rien).

Oui, tu me prends le cas d'une coopérative effectivement, ce n'est pas une entreprise de type capitaliste mais mutualiste.

Migros est juste la plus grosse entreprise de distribution Suisse … la Suisse bien connue pour être un pays non-capitaliste :icon_up:

( http://fr.wikipedia.org/wiki/Migros )

Link to comment
Ce (néo)libéralisme là

Ce n'est donc pas du libéralisme. Je ne connais pas.

Alors rien dans la vie ne peut expliquer les pertes des banques en 2007/08. Le leverage est devenu démesuré et cela a entraîné des pertes abyssales en même temps qu'il incitait les acteurs à faire toujours plus.

Essaie d'interdire le leverage, ils t'inventeront une nouvelle technique de financement à la place encore plus risquée et ainsi de suite. Ce n'est pas ça que l'on veut, faisons une pause deux secondes, reset sur toutes les régulations, et les gens prendront moins de risques sur des montages compliqués.

Les libéraux ne peuvent plus se contenter d'expliquer que ce sont des activités banales, c'était devenu hors-propos dans un système très largement pervers. On en est plus à défendre le libéralisme et le capitalisme car le communisme sonnait à nos portes. C'est fini depuis 89 au moins et ça n'impressionnera plus grand monde.

Avant 89 on défendait la liberté mais on introduisait du socialisme pour calmer les ardeurs et empêcher le communisme de s'étendre à l'ouest.

C'est expliqué en long et en large dans la presse…

J'avais pas remarqué, c'est bien ça le problème.

Cette histoire de correction voulue par les marchés relève de la fable.

Tu ne dois pas travailler en entreprises ou pas dans la même, parce que depuis le début de la crise, les corrections au niveau de la gestion il y en a et pas qu'un peu, rien que dans la mienne (baisse des dépenses superflues, licenciements, changements de stratégie produits, rationnalisation des processus informatiques, nouvelles organisations, fermetures de délégations, changement de clients et de fournisseurs, baisse des coûts de production etc…) , on ne peut pas en dire autant des Etats en faillite. Et ce n'est pas de la fable, c'est bien un phénomène observé depuis la naissance du capitalisme au 18ème siècle, les acteurs sur le marché sont dynamiques et s'adaptent avec du temps à la donne.

Les indemnités ou les bonus sont effectivement des gouttes d'eau par rapport à la somme d'argent qui transite.

Les actionnaires en paient les conséquences ? Ca se passe vraiment comme cela ? L'économie est devenue casino obligatoire et on voit bien qui perd toujours au final.

Qu'est-ce que tu veux dire? Que des banques ont payé des bonus aux patrons avec l'argent du contribuable pendant la crise? C'est vrai, et donc?

Preuve que la sélection naturelle ne marche pas, Darwin aussi s’est planté sur toute la ligne : trop de con(nerie)s se reproduisent tous les jours.

Je vais écrire ma propre Encyclopédie, il y a pas mal de choses a revoir.

Dardanus pourrait te filer un coup de main, en tant que prof, l'histoire officielle il sait ce que cela veut dire.

Link to comment
Une fois de plus sous couvert de vouloir le bien, une entreprise n'est pas meilleure qu'une autre qui se fait de l'argent pour se faire de l'argent.

Et Friedman raisonne dans un systeme juridique issu du DN, pas une merde regulée n'importe comment par d'avides acteurs qui se drapent sous l'intéret général. Mais fallait lire le texte pour le comprendre, pas seulement le titre provocateur, dur.

Sans régulation : tu perds tes thunes, c'est pour ta gueule, tu gagnes des thunes, c'est pour ta gueule.

Avec régulation : tu gagnes des thunes, la moitié pour toi, l'autre moitie pour le regulateur et les avides du coin qui ne sont pas capables de creer un dollar de profit. Tu perds tes thunes, le régulateur allonge la monnaie des contribuables.

Et l'avidité dans un marché libre, fait moins de degats. CQFD

Bravo, une belle preuve que l'avidité c'est le mal dans un systeme néolibéral comme vous dites, ou néosocial, comme on veut. De toute facon ces mots puent. La realité me donne raison, mais on ne me croit pas, car mes intentions ne sont pas l'intéret général, il y a marqué Randroide sur mon front. Alors regardez bien la réalité autour de vous, et votre systeme bancaire et votre économie tomber un peu plus en ruine chaque jour qui passe. Et ne cherchez plus a comprendre, c'est le faute aux gens qui se font de l'argent. Je vous cite : "Et j'ai déjà très bien expliqué comment on se faisait de l'argent sur ça."

Et Rand casse habilement votre code morale et votre absence de logique en 1 000 pages tl;dr chrono.

Un jour quelqu'un IRL au milieu des décombres de votre systeme, va me sortir : "c'est le faute aux égoistes" et je vais lui mettre une néomandale.

Attention, on parle de deux choses différentes.

Quand je parle d'incitations, je parle avant tout de celles créées par la banque centrale (qui sont assimilables à des privilèges). Le reste de la régulation est d'une importance secondaire, et tente de contenir les effets pervers de ces privilèges (et créent ainsi d'autres problèmes, on est bien d'accord).

Link to comment
Migros est juste la plus grosse entreprise de distribution Suisse … la Suisse bien connue pour être un pays non-capitaliste :icon_up:

( http://fr.wikipedia.org/wiki/Migros )

Et donc? Toutes les entreprises du CAC40 devraient faire comme Migros?

Migros n'est pas une entreprise de type capitaliste, en Suisse ou ailleurs ce n'est pas son statut. C'est une coopérative mutualiste.

Link to comment
Ca dépends des propriétaires, non ?

exactement :icon_up:

Et donc? Toutes les entreprises du CAC40 devraient faire comme Migros?

Migros n'est pas une entreprise de type capitaliste, en Suisse ou ailleurs ce n'est pas son statut. C'est une coopérative mutualiste.

Parce que "capitaliste" c'est un statut maintenant ?!

Link to comment
Ce n'est pas mal, c'est faux. Le profit financier (qui d'ailleurs n'est mesurable qu'avec une monnaie valable), n'est qu'un paramètre parmis d'autres pour celui qui entreprend. Toute les activités à but non lucratif en sont une preuve évidente.

Ca c'est le discours politiquement correct qu'on vend en école de commerce dans les cours d'éthiques du management pour se donner bonne conscience, la vérité est que l'entrepreneur lambda il lance bien sa boîte pour avoir du résultat net et pas seulement pour s'occuper. Et si c'est une association ou un projet à but non-lucratif c'est entendu, mais ce n'est plus une entreprise.

Link to comment
Preuve que la sélection naturelle ne marche pas, Darwin aussi s’est planté sur toute la ligne : trop de con(nerie)s se reproduisent tous les jours.

Je vais écrire ma propre Encyclopédie, il y a pas mal de choses a revoir.

Le Monde Selon Sanksion, ce sera au moins drôle, ce qui n'est pas si mal par les temps qui courent.

Link to comment
Parce que "capitaliste" c'est un statut maintenant ?!

ts ts , ne joue pas sur les mots, je me suis mal exprimé, j'ai pas prétendu qu'une entreprise de type capitaliste était un statut.

Ceci étant, je vois sur leur fiche que leur résultat net était de 846 millions de francs suisses en 2009, soit un plus de 600 millions d'euros…c'est pas lucratif effectivement.

Link to comment
Ca c'est le discours politiquement correct qu'on vend en école de commerce dans les cours d'éthiques du management pour se donner bonne conscience, la vérité est que l'entrepreneur lambda il lance bien sa boîte pour avoir du résultat net et pas seulement pour s'occuper. Et si c'est une association ou un projet à but non-lucratif c'est entendu, mais ce n'est plus une entreprise.

Merci d'illustrer aussi clairement mon propos (par ailleurs, dois-je comprendre que l'éthique ne mérite plus d'être étudiée par les gens qui font du commerce ?).

Link to comment
Merci d'illustrer aussi clairement mon propos (par ailleurs, dois-je comprendre que l'éthique ne mérite plus d'être étudiée par les gens qui font du commerce ?).

Si, tout autant, ie ni plus ni moins, que par les éboueurs, les profs de yoga, les ingénieurs réseaux et les avaleurs de sabre.

Link to comment
Merci d'illustrer aussi clairement mon propos (par ailleurs, dois-je comprendre que l'éthique ne mérite plus d'être étudiée par les gens qui font du commerce ?).

Ça dépend de quelle éthique on parle, si c'est l'éthique telle que l'on me l'a enseigné non merci: faire vivre l'entreprise en harmonie avec l'environnement ou ne pas licencier parce que c'est pas social.

Par ailleurs: dois-je comprendre que c'est pas éthique de lancer son commerce pour faire du résultat?

Link to comment
Ça dépend de quelle éthique on parle, si c'est l'éthique telle que l'on me l'a enseigné non merci: faire vivre l'entreprise en harmonie avec l'environnement ou ne pas licencier parce que c'est pas social.

Par ailleurs: dois-je comprendre que c'est pas éthique de lancer son commerce pour faire du résultat?

Que les cours d'éthiques soient mauvais c'est une chose (pas surprenante du reste, puisque les écoles de commerce forment des cadres du système social-démocrate dont la banque centrale est clef de voute). L'éthique n'en est pas moins indispensable pour faire tourner une entreprise.

Le profit financier est une métrique (une métrique parmi d'autres d'ailleurs). C'est un élément parmi d'autres pour évaluer la richesse créée par une entreprise (il ne faut pas oublier qu'une part importante de la richesse produite n'est pas quantifiable de façon monétaire).

Sinon, lancer un commerce avec un objectif de faire du profit, non ce n'est pas mal.

Link to comment
Migros n'est pas une entreprise de type capitaliste, en Suisse ou ailleurs ce n'est pas son statut. C'est une coopérative mutualiste.

Un kibboutz ou un kolkhoze, une coopérative ou je ne sais quoi encore, c'est tout à fait liberhallal si ce n'est pas obligatoire.

Et d'ailleurs, une stat : dans le commerce de détail, les entreprises qui marchent le mieux sont précisément celle de type coopérative ou mutualiste. Typiquement, un réseau de franchisés dont les acteurs sont co-propriétaires de la centrale d'achat de gros.

Link to comment
Que les cours d'éthiques soient mauvais c'est une chose (pas surprenante du reste, puisque les écoles de commerce forment des cadres du système social-démocrate dont la banque centrale est clef de voute). L'éthique n'en est pas moins indispensable pour faire tourner une entreprise.

Le profit financier est une métrique (une métrique parmi d'autres d'ailleurs). C'est un élément parmi d'autres pour évaluer la richesse créée par une entreprise (il ne faut pas oublier qu'une part importante de la richesse produite n'est pas quantifiable de façon monétaire).

:icon_up:

sabatier_foucault.jpg

Les tics c'est bien, mais faut pas oublier la dentologie non plus !

Link to comment
Ça dépend de quelle éthique on parle, si c'est l'éthique telle que l'on me l'a enseigné non merci: faire vivre l'entreprise en harmonie avec l'environnement ou ne pas licencier parce que c'est pas social.

Il se trouve que l'éthique des entrepreneurs est précisément celle-ci : lorsqu'ils licencient quelqu'un, ils vivent cela comme un déchirement, un échec. Le fait d'être mal considéré par leurs pairs leur est insupportable, comme le fait de contribuer négativement à leur environnement. C'est en tout cas leur ethique naturelle.

:icon_up:

Ne ris pas, il a raison. Pas parce que les entrepreneurs se disent "je dois agir avec éthique", mais parce que majoritairement ils agissent naturellement comme cela.

Link to comment
ts ts , ne joue pas sur les mots, je me suis mal exprimé, j'ai pas prétendu qu'une entreprise de type capitaliste était un statut.

Ceci étant, je vois sur leur fiche que leur résultat net était de 846 millions de francs suisses en 2009, soit un plus de 600 millions d'euros…c'est pas lucratif effectivement.

Migros n'a jamais dit qu'elle ne comptait pas faire de profit financier. Migros est une entreprise capitaliste qui fait du profit financier, simplement son objet n'est pas "faire du profit financier".

Il se trouve que l'éthique des entrepreneurs est précisément celle-ci : lorsqu'ils licencient quelqu'un, ils vivent cela comme un déchirement, un échec. Le fait d'être mal considéré par leurs pairs leur est insupportable, comme le fait de contribuer négativement à leur environnement. C'est en tout cas leur ethique naturelle.

Ne ris pas, il a raison. Pas parce que les entrepreneurs se disent "je dois agir avec éthique", mais parce que majoritairement ils agissent naturellement comme cela.

Choses qui, évidemment, ne sont pas enseignées dans la plupart des écoles de commerce de nos jours …

Link to comment
Migros n'a jamais dit qu'elle ne comptait pas faire de profit financier. Migros est une entreprise capitaliste qui fait du profit financier, simplement son objet n'est pas de faire du profit financier.

Je cite un grand penseur du XXIème siècle :

On voit donc clairement que la maximisation du profit ne peut raisonnablement être une hypothèse à adopter pour l'analyse du comportement des firmes; bien souvent les tenants de telles théories ont une vision simpliste et obsolète de l'entreprise. Les objectifs poursuivis par celle-ci ne peuvent être réductibles à un seul quel qu'il soit, tant les buts des stakeholders d'une firme sont divers.
Link to comment
Il se trouve que l'éthique des entrepreneurs est précisément celle-ci : lorsqu'ils licencient quelqu'un, ils vivent cela comme un déchirement, un échec. Le fait d'être mal considéré par leurs pairs leur est insupportable, comme le fait de contribuer négativement à leur environnement. C'est en tout cas leur ethique naturelle.

Ne ris pas, il a raison. Pas parce que les entrepreneurs se disent "je dois agir avec éthique", mais parce que majoritairement ils agissent naturellement comme cela.

:icon_up:

D'ailleurs les dirigeants, les administrateurs et les principaux actionnaires d'Union Carbide sont tous morts de chagrin après le désastre de Bhopal.

Link to comment
Le Monde Selon Sanksion, ce sera au moins drôle, ce qui n'est pas si mal par les temps qui courent.

Merci pour l'idée de titre. :icon_up:

Si jamais je le fais, je vous enverrai une copie. Je vais refaire le monde. Mais il faut que je me dépêche, en effet, avec tout ses socialistes pour taper a coup de régulations crasses et de pseudo morales sur tout ce qui bouge et se fais de l'argent, ca risque d'être dur de trouver un éditeur.

Chitah n’a pas tort, vous avez déjà vu le site oueb d’une entreprise avec comme objectifs et présentation : Notre but est de nous en mettre plein les fouilles, d’exploiter des enfants au fin fond du monde, de déverser nos déchets dans le fleuve de ces connards de pauvres, tout en vendant a nos couillons de clients des trucs pourris qui ne servent a rien. Sans oublier de demander aux régulateurs plein de pognon des contribuables pour compenser nos pertes potentielles sur tous les gens qui n’ont pas acheter nos daubes. Et on cherche le plus possible a ne pas payer nos fournisseurs, a frauder le fisc, et on ne donnera pas un centime a une quelconque association philantropique. On se lance gaiement dans l'abus de bien sociaux et on vire nos employés qui tombent malade. On n'engage pas de noirs, ni de femmes non plus.

Non, c’est bien que le CSR c’est du vent.

Un article de plus pour Le monde de Sanksion.

Link to comment
:icon_up:

D'ailleurs les dirigeants, les administrateurs et les principaux actionnaires d'Union Carbide sont tous morts de chagrin après le désastre de Bhopal.

OK, on va faire jouer l'argument d'autorité. A combien d'entrepreneurs as-tu parlé dans ta vie, de leur business, de leurs plans, de leurs valeurs.

Moi je ne sais pas précisément, mais c'est quelquechose entre 3000 et 4000 environ. Et toi?

Link to comment
Il se trouve que l'éthique des entrepreneurs est précisément celle-ci : lorsqu'ils licencient quelqu'un, ils vivent cela comme un déchirement, un échec. Le fait d'être mal considéré par leurs pairs leur est insupportable, comme le fait de contribuer négativement à leur environnement. C'est en tout cas leur ethique naturelle.

Evidemment un entrepreneur ne vire pas plaisir, merci de le rappeler

Ne ris pas, il a raison. Pas parce que les entrepreneurs se disent "je dois agir avec éthique", mais parce que majoritairement ils agissent naturellement comme cela.

Si c'est naturel, ça sert à quoi de l'enseigner à part démontrer aux socialistes que les capitalistes sont pas si méchants que ça?

Link to comment

Et concernant Bhopal, il est curieux que tu fasses autant étalage de ton ignorance :

Dans la semaine qui suit la catastrophe, puis à nouveau en février et mai 1985, UCC envoie à Bhopal des médecins, dont certains sont des sommités internationales en pneumologie et ophtalmologie, ainsi que du matériel médical. Le 10 décembre 1984, UCC offre un million de dollars au fonds d'intervention du Premier ministre indien[réf. nécessaire]. Pendant le premier semestre 1985, les employés américains d'UCC, tout comme les retraités ou des anciens de la compagnie collectent et envoient 120 000 dollars aux différentes organisations de secours à Bhopal. Au fur et à mesure de la prise de conscience de l'ampleur des dégâts, UCC renforce ces mesures. Le 18 avril 1985, elle offre cinq millions de dollars au titre de l'aide humanitaire.
Si c'est naturel, ça sert à quoi de l'enseigner à part démontrer aux socialistes que les capitalistes sont pas si méchants que ça?

La force de gravité est un phénomène naturel, que même un trisomique sait appréhender naturellement, pourtant on en apprend les tenants et aboutissants lorsqu'on fait des études secondaires.

Link to comment
La force de gravité est un phénomène naturel, que même un trisomique sait appréhender naturellement, pourtant on en apprend les tenants et aboutissants lorsqu'on fait des études secondaires.

Très drôle, tu crois que des cours vont apprendre à des futurs entrepreneurs qu'il faut sentir de la compassion au moment de lourder quelqu'un?

Migros n'a jamais dit qu'elle ne comptait pas faire de profit financier. Migros est une entreprise capitaliste qui fait du profit financier…

CQFD, le reste c'est de la communication interne et externe.

OK, je suis mauvaise langue. Simplement, la majorité des entreprises sont des sociétés anonymes, et si, une société anonyme a pour but le profit pour satisfaire ses actionnaires. Si ce n'est plus qu'une coopérative ou une association, alors ok, mais sache qu'une coopérative fait des profits et qu'elle en a même plutôt besoin et qu'une association a intérêt à avoir des comptes bien tenus.

Link to comment
Très drôle, tu crois que des cours vont apprendre à des futurs entrepreneurs qu'il faut sentir de la compassion au moment de lourder quelqu'un?

Apparemment tu n'as jamais suivi de cours d'enseignement supérieur, et spécifiquement de cours de gestion, je mets cette arrogance sur le compte d'une ignorance totale du sujet dont tu parles. Pour t'initier aux sujets dont ton parle : http://fr.wikipedia.org/wiki/Éthique_des_affaires

OK, je suis mauvaise langue. Simplement, la majorité des entreprises sont des sociétés anonymes, et si, une société anonyme a pour but le profit pour satisfaire ses actionnaires. Si ce n'est plus qu'une coopérative ou une association, alors ok, mais sache qu'une coopérative fait des profits et qu'elle en a même plutôt besoin et qu'une association a intérêt à avoir des comptes bien tenus.

Tu écris cela par ignorance pure et simple, il ne s'agit pas d'opinion, je re-cite un grand penseur du XXIème siècle :

Le profit est souvent présenté par les anti-capitalistes de tout poil comme l'alpha et l'omega de l'entrepreunariat. A la suite de travaux majeurs à partir des années 1950, notamment de l'école évolutionniste, les multiples acteurs de l'entreprise, les stakeholders, et leurs motivations respectives ont été considérés avec de plus en plus de précision : salariés, fournisseurs, dirigeants, propriétaires, etc. Plusieurs auteurs ont successivement proposé durant les 50 dernières années un ou plusieurs objectifs que l'on pourrait par hypothèse affecter à l'entreprise (liste non exhaustive) :

- Berle et Means, 1933 : maximisation des intérêts de l'équipe dirigeante

- William J. Baumol, 1959 : maximisation des ventes de la firme, puis du taux de croissance de celle-ci

- Marris, 1964 : maximisation du taux de croissance annuel, par le chiffre d'affaires, le nombre d'employés, la capitalisation boursière, etc.

- et enfin Herbert A. Simon, 1959, puis Armen Alchian et Ruben Kessel, 1962 : « la firme poursuit des objectifs pécuniaires (profit, trésorerie, chiffre d'affaires, etc..) et non pécuniaires (prestige des dirigeants, carrière des salariés, etc.) et effectue pour cela des arbitrages visant à "satisfaire" tout ou partie de ces intérêts ».

On voit donc clairement que la maximisation du profit ne peut raisonnablement être une hypothèse à adopter pour l'analyse du comportement des firmes; bien souvent les tenants de telles théories ont une vision simpliste et obsolète de l'entreprise. Les objectifs poursuivis par celle-ci ne peuvent être réductibles à un seul quel qu'il soit, tant les buts des stakeholders d'une firme sont divers.

Ton arrogance est ton ignorance t'empêche de voir que, dire que le but (sic) d'une entreprise est de faire du profit, est tout à fait équivalent à dire que le but d'un être humain est de respirer et de manger.

Le profit, comme l'air ou la nourriture pour un humain, est l'oxygène de l'entreprise, et ne représente pas du tout un but, sauf si on prend en compte des considérations théoriques et des connaissances datant du XVIIème siècle. Comme on est au XXIème siècle, cela te fait au bas mot 4 siècles de retard sur la question.

Link to comment
Apparemment tu n'as jamais suivi de cours d'enseignement supérieur, et spécifiquement de cours de gestion, je mets cette arrogance sur le compte d'une ignorance totale du sujet dont tu parles. Pour t'initier aux sujets dont ton parle : http://fr.wikipedia.org/wiki/Éthique_des_affaires

Quel culot! Bien sûr que j'en ai fait, et un paquet, ce n'est pas parce que je ne partage pas ton opinion que tu dois me traiter d'ignorant. La plupart m'ont franchement déplu car au mieux ils rappellent des lieux communs, au pire ils s'embarquent dans de l'idéologie. C'est bien de parler d'éthique des affaires pour les PDG, j'attends qu'il y ait une éthique de machin pour les salariés en entreprise et on en reparlera.

Link to comment
Migros n'a jamais dit qu'elle ne comptait pas faire de profit financier. Migros est une entreprise capitaliste qui fait du profit financier, simplement son objet n'est pas "faire du profit financier".

Non, ce n'est pas une entreprise capitaliste stricto sensu, puisque le "capital migros" n'a pas de propriétaire. Le capitalisme c'est la propriété privée des moyens de production. Sans propriétaire, pas de société capitaliste…

Autre exemple de statut de coopérative, les banques Raiffeisen Suisse (3e banques Suisse, donc du assez lourd :icon_up: ).

http://www.raiffeisen.ch/raiffeisen/INTERN…tuten-RCH_f.pdf

X. Dissolution et liquidation de Raiffeisen Suisse

Art. 56

Dans le cas d’une dissolution de Raiffeisen Suisse, la liquidation est opérée par le conseil d’administration, […]

La fortune sociale de Raiffeisen Suisse restant après le paiement de toutes les dettes et le remboursement des parts sociales ne peut être répartie; les fonds sont placés à intérêt et administrés à titre fiduciaire par la Banque nationale suisse, jusqu’à la constitution d’une nouvelle entreprise

On constate là aussi la volonté de refuser à tout "propriétaire" le droit de toucher au capital de l'entreprise, même en cas de dissolution: de fait c'est l'entreprise qui "possède" l'appareil de production.

Entre parenthèse, Raiffeisen est également un exemple "bizarre" de responsabilité partagée, puisque ses sociétaires ne retirent qu'un avantage minime de leur statut (taux d'intérêts préférentiel), tout en acceptant de débourser jusqu'à 5000 euros en cas de faillite de la banque. Celà n'empêche pas Raiffeisen de compter 1.7millions de sociétaires. Décidément, y'a des gens qui ne pensent pas qu'au profit, même en Suisse ! :doigt:

Link to comment
Ton arrogance est ton ignorance t'empêche de voir que, dire que le but (sic) d'une entreprise est de faire du profit, est tout à fait équivalent à dire que le but d'un être humain est de respirer et de manger.

Le profit, comme l'air ou la nourriture pour un humain, est l'oxygène de l'entreprise, et ne représente pas du tout un but, sauf si on prend en compte des considérations théoriques et des connaissances datant du XVIIème siècle. Comme on est au XXIème siècle, cela te fait au bas mot 4 siècles de retard sur la question.

Tes considérations philosophiques de derrière les fagots sont mal venues, tu peux toujours aller au congrès du NPA raconter ton Histoire tunée de l'entreprise. Effectivement, au lieu de parler de but des entreprises qui n'a pas de sens, on ferait mieux de parler de but de ses actionnaires. Mais quel est le but des actionnaires qui investissent dans une entreprise dans le Capital de Chitah?

Link to comment
Quel culot! Bien sûr que j'en ai fait, et un paquet, ce n'est pas parce que je ne partage pas ton opinion que tu dois me traiter d'ignorant. La plupart m'ont franchement déplu car au mieux ils rappellent des lieux communs, au pire ils s'embarquent dans de l'idéologie. C'est bien de parler d'éthique des affaires pour les PDG, j'attends qu'il y ait une éthique de machin pour les salariés en entreprise et on en reparlera.

1 - Tu as écrit que si, le but d'une entreprise (sic) est de faire du profit. Déjà, parler de but d'une entreprise c'est cocasse, c'est comme parler de but d'une planète ou d'un caillou, mais en plus, même métaphoriquement c'est faux. Mais alors faux de chez faux. Et ce n'est pas moi qui le dit, c'est la science, le savoir, les faits. Et c'est un contresens absolument énorme, une chose fausse équivalent à dire qu'en maths on peut diviser par zéro.

2 - Tu parles d'éthique des affaires, sans même savoir de quoi tu parles. J'ai rebondi sur l'exemple de Bhopal, cité par un autre intervenant, qui justement tombait très mal et déblaterait sur le contraire de ce que la réalité du monde réel a montré.

3 - J'ai posé une question simple à tous les gens qui pérorent sur le business, les entreprises : combien avez-vous rencontré d'entrepreneurs dans votre vie? Moi, j'ai répondu : entre 3000 et 4000 (je dis bien entre trois mille et quatre mille). Donc en terme de crédibilité sur le sujet, y'a pas photo.

Link to comment

On ne peut pas résumer ni faire la liste exhaustive des motivations de l'action de chacun, par contre on peut raisonnablement dire que faire faillite n'est le but de personne, a quelques avocats de la régulation près. Donc a priori faire du profit est par défaut la bottom line d'une longue liste de lignes.

Dans l'art d'avoir toujours raison, il vaut mieux donc pas commencer a essayer de dresser le profil d'un actionnaire type.

Link to comment
1 - Tu as écrit que si, le but d'une entreprise (sic) est de faire du profit. Déjà, parler de but d'une entreprise c'est cocasse, c'est comme parler de but d'une planète ou d'un caillou, mais en plus, même métaphoriquement c'est faux. Mais alors faux de chez faux. Et ce n'est pas moi qui le dit, c'est la science, le savoir, les faits. Et c'est un contresens absolument énorme, une chose fausse équivalent à dire qu'en maths on peut diviser par zéro.

Je le dis dans ma réponse juste avant toi donc nous sommes d'accord ça n'a pas de sens.

2 - Tu parles d'éthique des affaires, sans même savoir de quoi tu parles. J'ai rebondi sur l'exemple de Bhopal, cité par un autre intervenant, qui justement tombait très mal et déblaterait sur le contraire de ce que la réalité du monde réel a montré.

3 - J'ai posé une question simple à tous les gens qui pérorent sur le business, les entreprises : combien avez-vous rencontré d'entrepreneurs dans votre vie? Moi, j'ai répondu : entre 3000 et 4000 (je dis bien entre trois mille et quatre mille). Donc en terme de crédibilité sur le sujet, y'a pas photo.

Argument d'autorité, tu n'es pas le seul à avoir parlé avec des entrepreneurs. Et qu'est-ce qu'ils t'ont raconté ces entrepreneurs?

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...