Jump to content

Vers la faillite des États (et au-delà)


Recommended Posts

J'ai une question qui me tarabiscotte les neuronnes depuis un moment deja et j'avoue que lire 80 pages de post pour chercher l'info m'a un peu decourager. Donc désolé si ca a deja été repondu…

Quand une personne est en faillite individuelle, un huissier se charge de revendre les biens du particulier afin de combler les creances et un plan et mis en place pour combler les differences. Quand on parle de faillite d'une entreprise, on nomme un administrateur pour liquider les actifs en vue de payer les creances en cours; les ex employés eux vont sur le marché du travail.

Concretement, quand un etat est en faillite, a part ne pas pouvoir payer les pensions et les salaires de ses fonctionnaires, comment cela se passe??? on liquide les actifs en les vendants au secteur privé? les fonctionnaires que deviennent-ils? la poste continue -t-elle de tourner? l'electricité d'etre acheminée?

Concretement j'ai du mal a visualiser et comprendre ce scenario catastrophe, ca ressemble a une sorte de bug de l'an 2000 pour le monde des finances…ou plutot une sorte de 21 decembre 2012.

L'état n'ayant plus d'argent ne peut payer ses fonctionnaires et ses fournisseurs. Donc faillites en cascade par effet domino. Pas mal de gens peuvent se retrouver à la rue. Je crois que c'était ce qui était arrivé en Argentine.

Il y a encore quelques jours les journaux titraient que les soldats US avaient peur de ne pas toucher leur solde … jusqu'à l'accord signé de justesse pour augmenter l'autorisation d'augmenter encore la dette

Link to post
Share on other sites

Il s'agit de dette souveraines. L'état qui fait défaut décide qu'il ne rembourse pas tout de suite, ou pas en entier. Juridiquement c'est tout. Simple et brutal. Problème immédiat : les investisseurs fuient ; au minimum ils refusent d'acheter à nouveau de la dette à l'état mauvais payeur ; l'état se trouve donc soudain en situation de budget à 0 déficit. Problème à plus long terme : faire la nique à des fonds qui ont le bras long de plusieurs milliards, c'est aller au devant de plein d'emmerdes de toutes sortes. Au pire cela engendre une guerre entre puissances régaliennes déstabilisées par les défauts les unes des autres. Entre gens civilisés cela s'anticipe pour amortir les antagonisme. C'est pour cela que mon pronostic n°1 c'est : une inflation à 2 chiffres durant 5 ou 10 ans. Ca revient un peu au même mais c'est plus poli, c'est progressif, les gens voient venir, ils n'ont pas complètement le bec dans l'eau, tout le monde met au pot.

Link to post
Share on other sites
Guest rogermila

Problème immédiat : les investisseurs fuient

Ah bon où ça ?

. Simple et brutal. Problème immédiat

Le discours de Baudoin Prot de BNP-Paribas calme un peu le jeu.

Il faut arrêter 5 minutes avec les scénarios irrationnels qui se répandent dans les "petites têtes".

422ef92c-bd29-11e0-908b-fc0383403053.jpg

"Il faut arrêter le stress à court terme permanent sur la zone euro."

Baudouin Prot, directeur général de BNP Paribas

http://www.lefigaro….a-zone-euro.php

Link to post
Share on other sites
C'est pour cela que mon pronostic n°1 c'est : une inflation à 2 chiffres durant 5 ou 10 ans.

5 à 10 ans, tu es bien optimiste. L'inflation, c'est comme le dentifrice : facile de la faire sortir du tube, mais très, très difficile de l'y remettre.

Il faut arrêter 5 minutes avec les scénarios irrationnels qui se répandent dans les "petites têtes".

Les scénarios genre "Les Etats vont se sauver du merdier dans lequel ils se sont mis tous seuls, par le volontarisme politique et l'Epson Stylus à billets." ?

Link to post
Share on other sites
5 à 10 ans, tu es bien optimiste. L'inflation, c'est comme le dentifrice : facile de la faire sortir du tube, mais très, très difficile de l'y remettre.

Non, 5 a 10 ans, pour du >10%, ça me semble meme un peu pessimiste.

Link to post
Share on other sites
Non, 5 a 10 ans, pour du >10%, ça me semble meme un peu pessimiste.

Pessimiste si l'euro survit. Mais très optimiste si d'ici là France et Allemagne ne partagent plus la même monnaie, peu importe celle des deux qui quitte l'euro.

Link to post
Share on other sites

Pessimiste si l'euro survit. Mais très optimiste si d'ici là France et Allemagne ne partagent plus la même monnaie, peu importe celle des deux qui quitte l'euro.

En effet.

Link to post
Share on other sites

Il s'agit de dette souveraines. L'état qui fait défaut décide qu'il ne rembourse pas tout de suite, ou pas en entier. Juridiquement c'est tout. Simple et brutal. Problème immédiat : les investisseurs fuient ; au minimum ils refusent d'acheter à nouveau de la dette à l'état mauvais payeur ; l'état se trouve donc soudain en situation de budget à 0 déficit. Problème à plus long terme : faire la nique à des fonds qui ont le bras long de plusieurs milliards, c'est aller au devant de plein d'emmerdes de toutes sortes. Au pire cela engendre une guerre entre puissances régaliennes déstabilisées par les défauts les unes des autres. Entre gens civilisés cela s'anticipe pour amortir les antagonisme. C'est pour cela que mon pronostic n°1 c'est : une inflation à 2 chiffres durant 5 ou 10 ans. Ca revient un peu au même mais c'est plus poli, c'est progressif, les gens voient venir, ils n'ont pas complètement le bec dans l'eau, tout le monde met au pot.

On verra bien quel scénario l'emportera. On peut aussi voir une intervention des Etats ayant accumulé des réserves de change (Chine, Russie, pays producteurs de pétrole…) pour acheter de la dette souveraine sous conditions. Ce n'est pas dans leur intérêt que les pays européens plongent, ce sont leurs exportations qui sont en jeu.

Plus fondamentalement, on brise le mythe de "l'infaillibilité des Etats". Certains avaient émis l'hypothèse qu'une créance émise par un Etat était la meilleure signature possible. Sauf qu'en y réfléchissant il n'y a pas de collateral (comme sur un crédit hypothécaire. Si ça tourne mal, la banque vend le bien acheé) ou de covenants (comme ceux imposés aux entreprises lorsqu'une banque leur prête du cash). On ajoutera que les réglementations type Bâle 2 et Solvency 2 ont renforcé le mythe et poussé les établissements financiers à acheter des titres de dettes souveraines). Je vous invite à lire cet article pour plus de précision.

On est en train d'assister à une réévaluation du risque et à la fin d'un mythe. Et on pourrait même voir apparaître des covenants sur les emprunts d'Etat (du type : interdiction de générer un deficit primaire des finances publiques, limitation du deficit à 1% du PIB…).

Link to post
Share on other sites

dégradation des Etats-Unis par S&P

L'agence d'évaluation financière Standard and Poor's a abaissé vendredi la note attribuée à la dette publique des Etats-Unis, privés de leur "AAA" pour la première fois de leur histoire, citant les "risques politiques" face aux enjeux du déficit budgétaire.

S&P a annoncé dans un communiqué avoir abaissé d'un cran cette note, la meilleure possible, pour la porter à "AA+". Elle a par ailleurs abaissé la perspective à "négative", ce qui signifie que Standard and Poor's pense que la prochaine fois que cette note changera, ce sera pour être abaissée de nouveau.

Elle a justifié sa décision par "des risques politiques" de voir le pays prendre des mesures insuffisantes contre son déficit budgétaire. Pour elle, le débat politique sur ces questions n'est pas à la hauteur des problèmes causés par une dette publique de plus de 14.500 milliards de dollars.

"Le plan de rééquilibrage du budget sur lequel le Congrès et l'exécutif se sont récemment mis d'accord est insuffisant par rapport à ce qui, de notre point de vue, serait nécessaire pour stabiliser la dynamique à moyen terme de la dette publique", a expliqué l'agence, invoquant la loi dite de "contrôle du budget" votée mardi.

Les Etats-Unis étaient notés "AAA" par Standard and Poor's depuis la création de cette agence en 1941. Ils le restent chez les deux autres grandes agences, la doyenne Moody's (depuis 1917) et Fitch Ratings.

Link to post
Share on other sites
Guest rogermila

dégradation des Etats-Unis par S&P

L'agence d'évaluation financière Standard and Poor's a abaissé vendredi la note attribuée à la dette publique des Etats-Unis, privés de leur "AAA" pour la première fois de leur histoire, citant les "risques politiques" face aux enjeux du déficit budgétaire.

S&P a annoncé dans un communiqué avoir abaissé d'un cran cette note, la meilleure possible, pour la porter à "AA+". Elle a par ailleurs abaissé la perspective à "négative", ce qui signifie que Standard and Poor's pense que la prochaine fois que cette note changera, ce sera pour être abaissée de nouveau.

Elle a justifié sa décision par "des risques politiques" de voir le pays prendre des mesures insuffisantes contre son déficit budgétaire. Pour elle, le débat politique sur ces questions n'est pas à la hauteur des problèmes causés par une dette publique de plus de 14.500 milliards de dollars.

cCe n'est pas aussi limpide que ça.

Le Trésor américain a contesté la decision de S&P, lui reprochant d'avoir commis une erreur dans les calculs de reserves monétaires, et d'avoir trop precipitamment abaissé la note d'evaluation.

S&P a l'air aussi de s'emméler les crayon,s en pretextant que l'accord du Congrés est arrivé un peu tard et n'a pas pu être pris en compte !

Totut ça pour dire que la note ne risque pas d'être davantage abaissée.

D'autant plus que Pékin commet une grossière erreur diplomatique, en s'appuyanbt sur S&P et en demandant un "droit de regard" sur le budget des USA .

Link to post
Share on other sites

On verra bien quel scénario l'emportera. On peut aussi voir une intervention des Etats ayant accumulé des réserves de change (Chine, Russie, pays producteurs de pétrole…) pour acheter de la dette souveraine sous conditions. Ce n'est pas dans leur intérêt que les pays européens plongent, ce sont leurs exportations qui sont en jeu.

Ils sont donc nos esclaves :devil:

Link to post
Share on other sites

cCe n'est pas aussi limpide que ça.

Le Trésor américain a contesté la decision de S&P, lui reprochant d'avoir commis une erreur dans les calculs de reserves monétaires, et d'avoir trop precipitamment abaissé la note d'evaluation.

S&P a l'air aussi de s'emméler les crayon,s en pretextant que l'accord du Congrés est arrivé un peu tard et n'a pas pu être pris en compte !

Totut ça pour dire que la note ne risque pas d'être davantage abaissée.

D'autant plus que Pékin commet une grossière erreur diplomatique, en s'appuyanbt sur S&P et en demandant un "droit de regard" sur le budget des USA .

Rogermila Rating (RR Limited) toujours infaillible :sorcerer:

Link to post
Share on other sites

Ils sont donc nos esclaves :devil:

Non mais ils doivent être bien emmerdés. D'où la réaction de Pekin. Ils ont des centaines voire des milliers de milliards de bonds du trésors, il ne peuvent imaginer perdre leur mise et ne peuvent se permettre un plongeon de l'économie de leurs principaux clients.

Ca va être sport. On notera par ailleurs que les politiques américains sont de nouveau totalement largués. Au lieu de se remettre au boulot et trouver de nouvelles économies/rentrées fiscales, ils se renvoient la responsabilité de la crise. C'est pathétique.

Ces crises de la dette auront également eu un mérite : montrer la nullité du personnel politique des deux côtés de l'Atlantique.

Link to post
Share on other sites
Guest rogermila

Disons "aussi infaillible que son clavier" …

Oui, d'ailleurs à ce propos, quand est-ce que je pourrai récupérer la fonction "edition" du forum . ?

Link to post
Share on other sites

Oui, d'ailleurs à ce propos, quand est-ce que je pourrai récupérer la fonction "edition" du forum . ?

Quand tu arrêteras de prêter allégeance aux socialistes, et que ton esprit, un peu éclairci, commencera à comprendre à quel point les dirigeants du pays, socialauds de droite et de gauche, t'ont baladé. Bref, quand tu ne seras plus un nonosse.

Tout espoir n'est pas perdu.

Link to post
Share on other sites

Ah bon où ça ?

N'importe où. Chez eux par exemple. A l'extrême limite mieux vaut planquer de l'or sous son matelas que de confier des capitaux à un état insolvable.

Le discours de Baudoin Prot de BNP-Paribas calme un peu le jeu.

Il faut arrêter 5 minutes avec les scénarios irrationnels qui se répandent dans les "petites têtes".

Marant ta remarque. Quelques heures après:

1- les USA sont décoté à AA+

2- l'Italie est dans la panade et l'Allemange lui dit niet (ou plutôt : nein !).

" It Just Went From Bad To Far, Far Worse As Germany Says Italy Is Too Big For EFSF To Save, Refuses To Carry Euro Bailout Burden "

http://www.zerohedge.com/news/it-just-went-bad-far-far-worse-germany-says-italy-too-big-efsf-save-refuses-carry-euro-bailout-

Les scénario irrationnels dans les "petites têtes"… c'étaient ceux de Baudoin Prot ? ^^

Link to post
Share on other sites

-> Et voilà un résumé de 30 ans de socdem qui foire :

En pratique, ce que cette suite d’événements montre est la persistance acharnée des imbéciles et des thuriféraires du tout-état à vouloir absolument mettre leurs doigts dans des mécanismes qui les dépassent.

La constance dans l’erreur des politiciens sur tous ces sujets a quelque chose de terrifiant : il semble que, par construction, la démocratie telle qu’on la connaît actuellement, ne permet d’amener à des postes importants qu’une bande d’incapables à la soif quasi-annale de pouvoir et de contrôle.

rt :

punu : http://h16free.com/2011/08/07/9412-la-constance-dans-lerreur

wikio : (badurl) http://www.wikio.fr/vote?url=http://h16free.com/2011/08/07/9412-la-constance-dans-lerreur (badurl)

Link to post
Share on other sites
Guest rogermila

Les scénario irrationnels dans les "petites têtes"… c'étaient ceux de Baudoin Prot ? ^^

En France, ça fait partie des mentalités de vouloir taper sur les élites.

Link to post
Share on other sites

…une bande d’incapables à la soif quasi-annale de pouvoir et de contrôle.

qui ne dure qu'un an ?

Link to post
Share on other sites
Guest rogermila

Sunday, bloody sunday ?

Le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) tiendra une réunion extraordinaire dimanche 7/ 8 vers 18 heures, sur la crise de la dette et la dégradation de la dette des Etats-Unis selon des sources proches du dossier citées à Rome par l'agence Dow Jones Newswires.

Link to post
Share on other sites
En France, ça fait partie des mentalités de vouloir taper sur les élites.

Non. En France, on déteste toujours beaucoup moins le trône qui celui qui est assis.

Link to post
Share on other sites

Un florilège des déclarations récentes de nos politocards sur la crise. Edifiant.

rt : http://twitter.com/#…462603809193984

punu : http://h16free.com/2…des-politocards

wikio : http://www.wikio.fr/…des-politocards">(badurl) http://www.wikio.fr/…des-politocards (badurl)

+1 . Génial ce blog de H16 :sorcerer:

Link to post
Share on other sites

cCe n'est pas aussi limpide que ça.

Le Trésor américain a contesté la decision de S&P, lui reprochant d'avoir commis une erreur dans les calculs de reserves monétaires, et d'avoir trop precipitamment abaissé la note d'evaluation.

S&P a l'air aussi de s'emméler les crayon,s en pretextant que l'accord du Congrés est arrivé un peu tard et n'a pas pu être pris en compte !

Totut ça pour dire que la note ne risque pas d'être davantage abaissée.

D'autant plus que Pékin commet une grossière erreur diplomatique, en s'appuyanbt sur S&P et en demandant un "droit de regard" sur le budget des USA .

Les types de l'administration Obama ne sont même pas capables de faire des prévisions de croissance et d'ajuster leurs dépenses en fonction, et ça fait trois ans que ça dure, pour atteindre un niveau de déficit et d'endettement jamais atteint dans l'histoire des Etats-Unis, et les types viennent donner des leçons de calcul et de comptabilité…quelle farce!

En 2008, Bush (pourtant très mauvais gestionnaire socialiste) avait laissé un déficit de 250 milliards de dollars, trois ans plus tard Obama en est à plus de 1200 milliards, extraordinaire! La thèse du déclin de l'Amérique n'est pas tant un fantasme que cela, ça fait longtemps que des pseudo-intellectuels en parlent sans l'ombre d'un indice satisfaisant , mais cette fois-ci -avec une élite politique quasi aussi pitoyable que chez nous et un président qui les représente très bien au niveau de la stupidité et de l'incompétence- on y est si aucune réaction n'a lieu d'ici peu.

En tout cas S&P persiste et signe (et fait bien), après avoir trop longtemps surévaluer la note américiane, elle menace de redégrader la note US si aucune décision additionnelle sérieuse n'est prise au-delà du pétard mouillé de la semaine dernière.

J'ai l'impression qu'avec les agences de notation ça marche comme ça: elles refusent pendant très longtemps de dégrader une note, puis elles hésitent jusqu'au jour où elles dégradent et enchainent derrière avec plusieurs dégradations de suite, comme si le fait d'avoir commencé à larguer le caca les détendait pour le reste.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...