Jump to content

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

Tremendo

Le plan de Cameron pour alléger l'Etat

Recommended Posts

De simples associations locales pourront gérer certains services publics.

En gros l'Etat veut sous-traiter certaines activités qui lui incombaient, en gros du déjà vu, le projet est brouillon et n'indique pas clairement comment l'Etat va économiser s'il devra aider le milieu associatif déjà subventionné jusqu'à la moëlle.

Ce projet de big society est une contruction tellement brouillonne, typiquement 3ème voie et dangereuse, une manière d'exclure la privatisation des services publics sans se brouiller avec l'électorat conservateur.

http://www.lefigaro.fr/international/2010/…eger-l-etat.php

David Cameron a lancé lundi un grand programme qui vise à réduire l'importance de l'État en transférant de nombreux pouvoirs à des acteurs de la société civile. C'est son projet de «Big Society», une initiative de «grande société» qui doit mettre fin à treize années de «big government», sous le précédent pouvoir travailliste. Des associations locales pourront par exemple gérer des bureaux de poste, des bibliothèques ou même des transports en commun.

«Pendant des années, l'idée de base était que pour améliorer les choses dans notre société, il fallait tout gérer depuis le centre, depuis Westminster. Mais ça ne marche pas, a expliqué le premier ministre avec passion lors d'un discours à Liverpool. Nous avons le plus grand déficit public de tout le G20 et, depuis une décennie, nos plus gros problèmes sociaux se sont aggravés. Nous avons besoin de quelque chose de différent.»

Les quatre zones pilotes présentées lundi par David Cameron, deux régions rurales, la ville de Liverpool et une banlieue du sud de Londres, vont travailler avec le gouvernement pour essayer de mettre en place des initiatives locales innovantes. Pour commencer, ces projets sont variés et modestes, mais «ce n'est qu'un point de départ», a expliqué Cameron.

Une des associations pilotes veut racheter un pub dans un village pour y redynamiser l'activité, une autre veut utiliser des bénévoles pour étendre les heures d'ouverture d'un musée, des habitants de la campagne veulent trouver un moyen pour accélérer le débit d'accès à Internet, et des habitants de Sutton dans le sud-ouest de Londres veulent avoir plus de contrôle sur les dépenses de leur municipalité. Pour les quatre premiers projets pilotes, des fonctionnaires seront chargés d'aider les associations à monter leur projet et à identifier les réglementations qui devront être modifiées.

Derrière les grandes idées généreuses de Cameron qui veut donner plus de pouvoir aux citoyens, se cache aussi un moyen de réduire le nombre de fonctionnaires dans les collectivités locales et de faire des économies. «Le gouvernement Cameron essaie de justifier son programme de coupes budgétaires en parlant de stimuler la société civile pour déguiser l'abandon de services publics», a dénoncé Ed Miliband, l'un des candidats en lice pour succéder à Gordon Brown à la tête du Labour. Le syndicat de fonctionnaires Unison s'oppose au projet et rappelle que les services publics ne devraient pas dépendre de la présence incertaine de volontaires. Mais en attendant de faire des économies, chaque projet nécessitera des investissements.

Pour les financer, le gouvernement a créé une fondation financée par l'argent qui dort dans des comptes en banque oubliés depuis au moins quinze ans, avec un fond de départ de 60 millions de livres (71 millions d'euros). Ben Kernighan, du conseil national des organisations bénévoles, s'inquiète de la baisse des financements publics versés aux associations dans le contexte actuel de réduction des dépenses publiques et se demande comment les ONG «vont pouvoir jouer un rôle encore plus important dans la société si elles ont moins de ressources pour le faire».

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Berti
De simples associations locales pourront gérer certains services publics.

En gros l'Etat veut sous-traiter certaines activités qui lui incombaient, en gros du déjà vu, le projet est brouillon et n'indique pas clairement comment l'Etat va économiser s'il devra aider le milieu associatif déjà subventionné jusqu'à la moëlle.

Ce projet de big society est une contruction tellement brouillonne, typiquement 3ème voie et dangereuse, une manière d'exclure la privatisation des services publics sans se brouiller avec l'électorat conservateur.

+1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Apparemment il commence sérieusement. Pourvu que ça dure.

http://www.independent.org/newsroom/article.asp?id=2843

Vargas Llosa Lauds Britain's Budget Cuts

British Prime Minister David Cameron is attempting to roll back the state. How significant are his efforts? Very. Cameron has "unleashed the boldest assault on public spending and centralized bureaucracy anywhere today--and not a moment too soon," writes Independent Institute Senior Fellow Alvaro Vargas Llosa.

Cameron proposes to close Britain's 90 billion pound deficit with a mix of 80 percent in public spending cuts, including cuts to defense and education, and 20 percent in tax hikes. On average, various government departments will sustain a 15 percent reduction in their budgets, but some agencies will face a 25 percent cut.

"Even the sacred National Health Services, the jewel of Britain's postwar welfare state, will be shaken up under a plan to bring choice and decentralization," Vargas Llosa continues. "It is early to say whether Cameron will deliver, and one cannot make too many assumptions about the unlikely coalition that sustains him. But the prime minister's opening shots mark an inspiring contrast with the platitudes and bromides we have become accustomed to hearing at G-20 meetings."

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une analyse intéressante de ce qui se produit en ce moment au Royaume Uni.

En 1980. Margaret Thatcher affirme : « La société n'existe pas, il n'existe que des individus. » 2010. David Cameron, son successeur, lui aussi conservateur, lance un vaste programme intitulé : « The Big Society ». L'argument est à peu près le suivant : il y a en Grande-Bretagne trop d'individus et pas assez de société. L'Etat, par son omniprésence, a détruit la société. Il lui appartient désormais de la reconstruire, d'encourager les individus à s'associer, s'organiser pour prendre leurs affaires en mains, et pour cela de soutenir financièrement les bonnes initiatives.
Comment expliquer qu'on en soit arrivé là ? Aujourd'hui, dans les sociétés occidentales, l'étatisation résulte du développement de l'Etat providence. Progressivement, ce dernier est devenu le gestionnaire direct de vastes services publics qui visent à organiser le bien-être (« welfare ») des individus. Ils achètent leurs nouveaux « droits » par l'acceptation de nouveaux prélèvements sociaux et fiscaux. Ainsi est-on passé en matière de bien-être d'un système de devoirs à un système de droits : la santé n'est plus seulement l'ensemble des exigences de comportement pour se maintenir en forme, mais une créance qu'on a sur l'Etat ; la retraite n'est plus corrélative d'un choix d'activité de comportements d'épargne, mais un droit à vivre rentier. Et nous sommes peut-être en train d'inventer le droit à l'autonomie pour les personnes dépendantes.
La vision conservatrice britannique vise à sortir de cette difficulté (imposition mal perçue+dette social) d'une manière singulière. Il ne s'agit pas exactement d'un désengagement de l'Etat ; il ne s'agit pas non plus d'un report des risques et des charges sur l'individu. Il s'agit d'une politique publique qui cherche à ce que de nouveaux agents, regroupés en communautés, mutualisés, s'organisent pour prendre leurs affaires en mains. Et l'Etat s'engage à financer ou à contribuer au financement des projets portés par ces nouveaux agents.

http://www.lesechos.fr/journal20100921/lec…-providence.htm

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest rogermila

Comment ça va se passer pour la suppression des 490.000 postes annoncée dans la fonction publique ?

Non remplacement suite à départs en retraite, licenciements secs, incitations fiscales pour démissionner ?

ou

Privatisation de services complets avec maintien de la plupart des emplois mais …… à condition de signer un nouveau contrat de travail relevant du droit privé ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest rogermila

L'augmentation forte des droits d'inscription universitaire n'est-elle pas un moyen de lutter contre ceux qui en endossant le statut d'étudiant, mais sans réellement faire preuve d'assiduité dans les études, peuvent beneficier de tas d'avantages sociaux pendant toute cette période ?

Les députés britanniques ont décidé de porter d'ici 2012 le plafond des droits universitaires en Angleterre de 3.290 livres (3.915 euros ou 5.180 dollars) par an à 6.000 livres, et dans des "circonstances exceptionnelles" à 9.000 livres.

Le projet de loi -qui doit encore passer devant la chambre des Lords, ce qui devrait être une simple formalité.

Le projet a aussi provoqué la colère des étudiants, qui sont descendus en masse dans les rues de Londres jeudi, pour la quatrième fois en un mois. Des violents affrontements ont opposé manifestants et étudiants. Huit policiers et six manifestants ont été blessés, et neuf personnes interpellées, selon un dernier bilan de la police.

Peu après l'annonce de l'adoption du projet de loi, des manifestants s'en sont pris au ministère des Finances dont ils ont cassé des vitres.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/12/…ausse-votee.php

london01.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Des chéquiers offrant des réductions sur certains produits alimentaires, clubs de gymnastique et piscines, sponsorisés par de grandes marques agro-alimentaires, vont être distribués aux familles britanniques avec la bénédiction du ministère de la Santé.

Le programme, baptisé "grand swapathon", prévoit que la chaîne de supermarchés Asda, le tabloïd News of the World et d'autres magasins vont distribuer des chéquiers d'une valeur de 50 livres (58 euros) à partir du week-end prochain. Les chèques sponsorisés par de grandes marques comme Nestlé, Unilever, et Kellogg's proposent des réductions sur certains produits supposés plus sains, comme du pain complet, du riz, des corn flakes et de la bière sans alcool.

L'initiative est critiquée par le Forum anti-obésité (National Obesity Forum), qui regroupe des professionnels de santé. "L'industrie a sauté sur l'occasion pour apparaître comme les "gentils" et obtenir l'approbation du gouvernement sans faire grand chose pour promouvoir une nourriture saine en échange", a réagi Tam Fry, membre du Forum, dans le Sunday Times.

Pour le ministre de la Santé, Andrew Lansley, c'est "une initiative enthousiasmante" et "un bel exemple de la façon dont le gouvernement, les médias, l'industrie et les distributeurs peuvent travailler ensemble pour aider les familles à mieux prendre soin de leur santé".

Le News of the World, qui va distribuer 3 millions de chéquiers dans son édition du prochain week-end, précise que les bons offriront aussi bien des réductions sur des pommes, clémentines, raisins, pommes de terre, crevettes que sur du porc et du boeuf.

Les choses changent, dans ce pays où il faut toujours obtenir une autorisation du ministère de la Santé pour innover.

La réplique des "professionnels de la santé" (qui n'ont jamais commercialisé un seul produit de leur vie) est à la fois prévisible et pathétique.

Lorsque l'Etat promeut la santé, c'est bien. Lorsque les multinationales le font, c'est forcément suspect.

Vous imaginez la même initiative en France : "Paris-Match et Marie-Claire vous offrent des bons santé à l'achat d'une Tourtel NA" ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai l'impression que ce Cameron veut étendre encore plus le rôle de l'État par l'extension des subventions.

Dans le même temps, il veut alléget l'État.

Il y a là une contradiction qui ne durera certainement pas très longtemps.

Share this post


Link to post
Share on other sites
J'ai l'impression que ce Cameron veut étendre encore plus le rôle de l'État par l'extension des subventions.

Dans le même temps, il veut alléget l'État.

Il y a là une contradiction qui ne durera certainement pas très longtemps.

A mon avis, il veut surtout réduire le déficit à au moins 0 par tous les moyens et le plus rapidement possible, et il a raison.

A ce moment là seulement il pourra réformer le monde bancaire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest rogermila

Douche glacée pour les "subventionnés culturels" .

Mercredi 30 mars, dès 7 h 30, tout ce que l'Angleterre compte de directeurs d'opéra, chefs de troupes de théâtre et de danse, et galeristes attendait dans l'angoisse le coup de fil d'un représentant de l'Arts Council England (ACE), l'organisme public qui finance des organisations culturelles du pays.

En fin de matinée, le couperet est tombé : sur les 1 330 lieux qui ont sollicité une aide à l'ACE pour 2012-2015, seuls 695 ont obtenu quelque chose.

source: Le Monde

Share this post


Link to post
Share on other sites
Douche glacée pour les "subventionnés culturels" .

Il faudrait avoir les chiffres des années précédentes pour comparer.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Douche glacée pour les "subventionnés culturels" .

ça fait toujours 1330 - 695 = 435 établissements qui vont se mettre à faire des spectacles qui intéressent le public …

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il faudrait avoir les chiffres des années précédentes pour comparer.

Et voir si seule l'ACE peut donner des subventions.

Share this post


Link to post
Share on other sites
ça fait toujours 1330 - 695 = 435 établissements qui vont se mettre à faire des spectacles qui intéressent le public …

On peut être libéral sans être mathématicien

:icon_up:

Share this post


Link to post
Share on other sites

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...