Jump to content

Question(s) autour de l'homosexualité


Recommended Posts

La réalité c'est que des gens ont des procès pour des fellations librement consenties.

Dans le privé de leur chambre à coucher, j'en doute fort.

La réalité est que je dois quasi tous les jours annuler des poursuites frivoles de policiers un peu trop zélés et qui veulent préserver la moralité publique.

Ils surveillent les chambres à coucher des gens les flics dans ton coin ?

Link to comment

Oh mon cher ami si tu savais à quel point les voisins bigots sont une plaie….

Il y a quelques années il y a eu une histoire surréaliste où une bonne femme a appelé la police parce que son voisin se masturbait dans son sous-sol à 2h du matin avec la fenêtre entrouverte

Elle a donc été chercher des jumelles et un télescope, a tenté de filmer le gus et a été chercher sa fille. Elle a ensuite appelé les policers qui ont arrêté le bonhomme sur le champ. Il a été reconnu coupable de grossière indécence et l'affaire a dû aller en Cour Suprême pour que la raison prenne le dessus.

Link to comment

Et puis des tabous sexuels qui ne sont pas compatibles, stricto sensu, avec les principes de bases du libéralisme, c'est facile d'en trouver.

J'hésite à parler de l'exhibitionnisme par exemple car c'est assez limite, mais prenons par exemple la masturbation en public, déjà mentionnée. Que dire par exemple de quelqu'un qui se masturbe en public, sans bien sûr montrer la chose explicitement (sans quoi en se ramène à l'exhibitionnisme), mais en gardant sa main et ce qu'elle ensère sous ses vêtements, de telle sorte qu'on ne voit rien mais qu'on devine tout ?

Il ne nuit à personne, n'aggresse personne, blah, blah…

PS. je réalise à l'instant que Méphisto vient juste d'aborder à la fois l'exhibitionnisme et la masturbation. Vraie coïncidence.

Link to comment
Il y a quelques années il y a eu une histoire surréaliste où une bonne femme a appelé la police parce que son voisin se masturbait dans son sous-sol à 2h du matin avec la fenêtre entrouverte

Elle a donc été chercher des jumelles et une télescope, a tenté de filmer le gus et a été cherché sa fille. Elle a ensuite appelé les policera qui ont arrêté le bonhomme sur le champ. Il a été reconnu coupable de grossière indécence et l'affaire a dû aller en Cour Suprême pour que la raison prenne le dessus.

Lol, en effet, ils sont bien cons dans ton coin, et elle a pas été poursuivie pour violation manifeste de l'intimité de son voisin ?

Edit: les musulmans, qui ne sont pas particulierement connus pour leur vocation émancipatrice et progressiste, ont un hadith super adapté:

"Celui qui regarde dans la maison des gens sans leur consentement, il est permis de l’énucléer"

Link to comment

Non.

Elle trouvait dégoutant qu'il puisse se toucher et voulait que l'état intervienne. Dans son bon droit quoi.

Et puis si on s'en tenait à une lecture stricte de l'article de loi, il était effectivement en position d’illégalité. La Cour a dû faire preuve de… disons… imagination.

Link to comment
Et puis si on s'en tenait à une lecture stricte de l'article de loi, il était effectivement en position d’illégalité.

Voila a quoi mène l'interprétation littéraliste stricte de la loi…

Link to comment

Dans certaines états américains, tu serais surpris de savoir à quel point le sexe est réglementé.

Je désapprouve toute prohibition, mais ce n'est rien par rapport au code de la famille, à toutes les dispositions réglementant en Europe les comportements par des textes visant à corriger les discriminations et à contrôler les orientations sexuelles, par exemple avec la planification familiale, l'encouragement à la contraception, etc.

Ce que nos amis progressistes refusent de voir, car ils voudraient un monde débarrassé de toute entrave à la libération des moeurs, c'est que la prohibition locale de certaines pratiques est le pendant de l'absence de légicentrisme et de prise en charge de ces questions par le gouvernement. Finalement, sur le plan du moindre mal, la subsidiarité et concurrence législative sont sans nul doute moins nuisibles que la gouvernance des comportements sexuels et des identités de genre par des commissaires européens. Il n'est guère difficile pour les gays américains de voter avec leurs pieds en Californie.

Link to comment

Donc non, dire d'une personne qu'elle homophobe ou XXX-phobe ne veut absolument pas dire qu'il s'agit d'interner cette personne et de la soigner. En revanche, les homophobes et les XXX-phobe présentent très souvent ce qu'ils abhorrent (homosexualité, islam, etc.) comme une maladie. De même qu'il n'y a que les menteurs qui ne croient pas les autres, les XXX-phobes qui craignent d'être internés craignent seulement que ceux d'en face soient aussi malfaisants qu'eux-mêmes.

Je constate que ce post n'a pas été très commenté par ceux qui affirmaient beaucoup de choses avec certitude.

Pari : d'ici quelques temps, le même passage de Murray sera cité pour parler de ces malfaisantes personnes qui traitent tout le monde d'homophobe (comprendre, pour les interner dans un goulag sibérien).

:lol:

Link to comment

Je désapprouve toute prohibition.

Merci.

Tout le reste est juste du remplissage, puisque évidemment personne ne te contredira ici là-dessus. Les progressistes sont des cons; mais ce n'est pas une raison pour excuser les autres cons.

Si on arrêtait d'investir des ressources considérables -énormes même- dans les opérations anti-prostitution, impliquant des dizaines d'agents et de procureurs pour les placer dans la lutte contre la corruption, on serait vraiment intelligent.

Link to comment

[…]

Que dire par exemple de quelqu'un qui se masturbe en public, sans bien sûr montrer la chose explicitement (sans quoi en se ramène à l'exhibitionnisme), mais en gardant sa main et ce qu'elle ensère sous ses vêtements, de telle sorte qu'on ne voit rien mais qu'on devine tout ?

[…]

C'est très chaud, comme description. En fait, Nicolas Azor est lecteur d'Harlequin inavoué :dents: .

Link to comment

J'hésite à parler de l'exhibitionnisme par exemple car c'est assez limite, mais prenons par exemple la masturbation en public, déjà mentionnée. Que dire par exemple de quelqu'un qui se masturbe en public, sans bien sûr montrer la chose explicitement (sans quoi en se ramène à l'exhibitionnisme), mais en gardant sa main et ce qu'elle ensère sous ses vêtements, de telle sorte qu'on ne voit rien mais qu'on devine tout ?

Il ne nuit à personne, n'aggresse personne, blah, blah…

Je rappelle qu'on a eu un fil récent sur liborg, où une tripotée de pervers trouvaient que le nudisme est un droit naturel normal et que ne pas laisser les gens se ballader à poil dans les rues, c'est soit du "constructivisme", soit une violation de leur droit naturel en tant qu'adultes consentants qui n'agressent personne …

http://www.liberaux.org/topic/50149-liberalisme-et-nudisme/page__st__140

Link to comment

Comme je suis de bonne foi, je vais apporter de l'eau à ton moulin:

Des bigotes progressistes font actuellement une énorme campagne de lobbying pour que les commerçants soient obligés d’accepter les mères qui allaitent leur nourrisson chez eux, comme ça, parce qu'«elles ont le droit».

évidemment ce n'est pas à l'état de dire au commerçants ce qui est acceptable ou non chez eux.

Link to comment

Qu'est-ce que je disais :

"Moi je suis normal, toi en face tu ne l'es donc pas" est un appel direct et explicite à emmener le débat sur le terrain du trouble psychiatrique (c'est-à-dire de l'écart à la normalité mentale).

Si ça peut te faire plaisir, je peux retirer toutes les fois où j'ai parlé d'homophobie et remplacer ce mot par "aversion à l'homosexualité". Ca fait plus de mots à écrire, mais je veux bien faire cet effort pour éviter de me faire mal comprendre.

Concrètement, si à une petite soirée parisienne avec des potes, ils te montrent un film porno gay, ça t'excite? Voyons ta réaction. Tu te lèves en montrant ta désapprobation pour aller fumer une clope, ou tu continues à regarder pour ne pas paraître "homophobe"?

Link to comment
Il y a quelques années il y a eu une histoire surréaliste où une bonne femme a appelé la police parce que son voisin se masturbait dans son sous-sol à 2h du matin avec la fenêtre entrouverte.

Elle a donc été chercher des jumelles et un télescope, a tenté de filmer le gus et a été chercher sa fille. Elle a ensuite appelé les policers qui ont arrêté le bonhomme sur le champ. Il a été reconnu coupable de grossière indécence et l'affaire a dû aller en Cour Suprême pour que la raison prenne le dessus.

uynkL.png

La transition est frappante d'une bigoterie à l'autre.

on a bien fini par importer leurs gender studies

:icon_beurk:

Link to comment
Je prends ta déclaration comme une grave insulte.

Ce n'était pas une insulte, au contraire. C'est que, quand tu as eu cette réaction, je me suis vraiment demandé pourquoi quelqu'un qui a la tête sur les épaules n'a pas réagi ne serait-ce qu'à peine aussi violemment sur d'autres sujets. Je veux dire, on peut mépriser les opinions de Nicolas Azor (et nous ne sommes pas les seuls à avoir cette opinion de lui) ; en revanche, faire montre d'une telle violence sur ce sujet et ne rien dire sur d'autres probablement plus graves, et bien j'ai du mal à comprendre.

Link to comment

Concrètement, si à une petite soirée parisienne avec des potes, ils te montrent un film porno gay, ça t'excite? Voyons ta réaction. Tu te lèves en montrant ta désapprobation pour aller fumer une clope, ou tu continues à regarder pour ne pas paraître "homophobe"?

Si je ne suis pas chez moi, je me lève en disant que ce film me mets mal à l'aise, je n'ai aucune désapprobation particulière. De même si il s'agit d'un film X hétéro d'ailleurs. Et si tu veux penser que c'est un embryon d'attitude homophobe, pourquoi pas, cela ne me gène pas du tout. Même si je penserais alors que c'est exagéré.

Je me demande si ce que tu me poses comme question ne correspond pas dans ton esprit à une anecdote que j'ai vécu et que je t'ai raconté : je suis tombé un jour par hasard dans une soirée où il n'y avait que des gays (la maîtresse de maison que je courtisais alors l'était, je l'appris en arrivant chez elle). Certains ont commencé à chatter sur un site web qui s'appelle Gayvox (ou s'appelait, je ne sais pas si il existe encore). D'autres ont envisagé de regarder quelques vidéos sur leur ordi portable qu'ils avaient sur leur genou. Tout cela m'a saoulé, je me suis levé et me suis cassé en expliquant avec le maximum de courtoisie possible que tout cela n'était pas du tout ma came.

Donc : jamais, au grand jamais, je n'ai senti que quiconque voulait m'interner au motif que je serais homophobe, je pense même que cela n'a traversé l'esprit de personne, ni de près, ni de loin.

Link to comment

Philippe Murray est excellent, mais il succombe ici à la pensée zéro, celle consistant à jouer sur les mots.

Moi par exemple j'ai la phobie des chiens (comme d'autres ont la phobie des rongeurs, des insectes, etc.). Cela ne veut absolument pas dire que :

- je suis un malade mental, que je dois être interné dans une ambiance festive et joyeuse, pour être médicalisé etc.

- j'ai peur des chiens. J'ai peur quand on me met un flingue sur la tempe par exemple, ou qu'on me poursuit armé d'un couteau.

La phobie, dans le terme "homophobe" n'est ni une maladie mentale, ni une peur. C'est juste un rejet irrationnel. C'est tout. Ce n'est pas grave.

Personne n'a jamais demandé à ce qu'un homophobe soit interné, martyrisé.

En revanche, côté homophobes, nombreux sont ceux qui parlent de l'homosexualité comme d'une maladie mentale, j'ai récemment vu d'ailleurs une vidéo d'un membre de l'UDC suisse, complètement homophobe, qui parlait de trouble psychiatrique à soigner. Freysinger lui-même disait de ce monsieur qu'il était encore plus infréquentable que lui, c'est dire si on parle bien de quelqu'un de hardcore. En revanche encore, des gens comme Ann Coulter, islamophobe patentée, a déclaré qu'il fallait envahir les pays musulmans pour convertir les fidèles de cette religion au christianisme, comprendre les guérir d'une terrible maladie.

Donc non, dire d'une personne qu'elle homophobe ou XXX-phobe ne veut absolument pas dire qu'il s'agit d'interner cette personne et de la soigner. En revanche, les homophobes et les XXX-phobe présentent très souvent ce qu'ils abhorrent (homosexualité, islam, etc.) comme une maladie. De même qu'il n'y a que les menteurs qui ne croient pas les autres, les XXX-phobes qui craignent d'être internés craignent seulement que ceux d'en face soient aussi malfaisants qu'eux-mêmes.

Tu vas juste ne pas oublier de répondre à cela free jazz n'est-ce pas?

Ce n'était pas une insulte, au contraire. C'est que, quand tu as eu cette réaction, je me suis vraiment demandé pourquoi quelqu'un qui a la tête sur les épaules n'a pas réagi ne serait-ce qu'à peine aussi violemment sur d'autres sujets. Je veux dire, on peut mépriser les opinions de Nicolas Azor (et nous ne sommes pas les seuls à avoir cette opinion de lui) ; en revanche, faire montre d'une telle violence sur ce sujet et ne rien dire sur d'autres probablement plus graves, et bien j'ai du mal à comprendre.

Vu que tu me connais, la seule et unique raison qui aurait dû te paraître plausible est que je n'ai pas lu toute la production du sinistre Azor (Dieu m'en préserve par ailleurs).

Link to comment
Vu que tu me connais, la seule et unique raison qui aurait dû te paraître plausible est que je n'ai pas lu toute la production du sinistre Azor (Dieu m'en préserve par ailleurs).

Et bien je croyais naïvement que tu parcourais tout le forum, vu ta production postesque pour le moins abondante.

Dont acte.

Link to comment

tiens, voilà qui devrait plaire à Nazor :

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/1468783/2012/07/12/La-gendarmerie-italienne-confond-homosexualite-et-inceste.dhtml

La gendarmerie italienne confond homosexualité et inceste

Un manuel pour les carabiniers, qui assimilait homosexualité à zoophilie et inceste, a créé la polémique dans la presse italienne, avant d'être corrigé à la hâte par des carabiniers embarrassés.

L'homosexualité, au même rang que la zoophilie, l'inceste ou la nécrophilie, était considérée comme un comportement "déviant" dans un manuel destiné à la préparation d'un concours interne pour les carabiniers désirant devenir adjudant-maréchal.

"Les principales déviances sexuelles sont l'homosexualité, l'exhibitionisme, le fétichisme, le sadisme, l'inceste, la bestialité (ou zoophilie)", peut-on lire dans ce manuel de 585 pages, révélé par le Corriere della Sera.

Il s'agit d'un "malheureux malentendu", a indiqué le commandant général des carabiniers Leonardo Gallitelli.

"La référence à l'homosexualité résulte d'une grossière erreur au moment de la réécriture du texte, qui a été faite à partir d'un formulaire obsolète", a-t-il précisé dans un communiqué. Le passage a été "immédiatement abrogé".

Après avoir exprimé son indignation face à cette "histoire incroyable", l'association de défense des droits des homosexuels Arcigay s'est réjouie de la "correction immédiate" de l'extrait.

"Je suis agréablement surpris par la réaction rapide" du commandant général des carabiniers et "pour son respect envers les gays et les lesbiennes", a déclaré dans un communiqué le président d'Arcigay Paolo Patanè.

Avant la rectification des carabiniers, la parlementaire Paola Concia (Parti démocrate, centre-gauche) avait vivement critiqué ce passage "honteux" du manuel destiné aux représentants de l'Etat.

"J'essaie de contenir ma colère mais je vous jure que c'est difficile", s'était insurgée la seule élue homosexuelle déclarée du Parlement.

Link to comment

Celui qui a été à l'origine de cette boulette devrait recevoir un avertissement voire une mise à pied.

Si personne n'est capable de dire qui a fait la boulette, alors c'est que la boite est mal gérée et qu'il faut lourder l'Etat-major.

Imaginons un instant qu'un carabinieri arrête un homosexuel sur la base du manuel que sa hierarchie lui a remis. On imagine le cataclysme juridique et institutionnel.

Link to comment

Certes.

Ceci dit, qu'on considère l'homosexualité comme déviance ne me choque pas tellement. Elle l'est, au même titre que l’échangisme hétérosexuel.

Mais je comprends que le terme choque, vu le côté péjoratif qu'on y a attache aujourd'hui. La déviance n'est plus «ce qui ressort de la norme» mais «ce qui ressort de la norme et qui me choque».

Dommage.

Link to comment

La tolérance ne requiert que la tolérance, pas l'aprobation, encore moins l'admiration, juste la tolérance.

Une petite précision:

La tolérance impose une notion de seuil impérieuse au-delà duquel telle ou telle chose n'est plus tolérable.

Je tolère la musique de mon voisin tant qu'elle reste tolérable. Passé un niveau, elle est intolérable. Refuser d'exprimer cette gêne, ce n'est plus de la tolérance. C'est de la faiblesse, de la soumission, du "laisser-fairisme".

Link to comment

En autant que ce seuil soit basé sur des critères raisonnables.

Ce qui ne semble pas du tout être ton cas pour les homosexuels, puisque jusqu'à preuve du contraire, je ne vois pas tellement le tort qu'ils te causent.

Alors qu'une musique assourdissante qui réveille tout le quartier, déjà, c'est plus limpide.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...