Jump to content

Liberté d'expression


Recommended Posts

En fait, je ne vois pas quel appel au crime pourrait vraiment me déranger. C'est pour ça que je dis : "il faut voir"…

Un appel au crime serait de désigner un individu ou un groupe d'individu comme cibles explicites de violence.

Link to comment
Je ne serais pas solidaire avec toi là dessus, ce que je déteste par dessus tout, c'est la "conspuation", la pression de groupes sur un ou des individus. (un peu le principe de la démocratie d'ailleurs) Il y a bien des gens qui pensent autrement ici, contrairement à ce que tu dis, et c'est leur droit.

Déjà, je te dirais que ce que tu prônes est une liberté absolue, sans contrôle social, de l'expression : c'est celle qu'on les gamins de 8 ans. Ceux qui par exemple disent "oh, regarde la grosse dame comme elle est moche" ou bien "ah non, pas de bisous à tata, elle sent mauvais de la bouche".

Sache que ce que tu écris me laisse coi : dire par exemple "je n'aime pas les riches" ne relève pas pour moi d'une "pensée".

Bref, je sais pas d'où tu sors, mais ce que tu racontes, la liberté d'expression absolue sans aucune prise en compte du contexte social est une idée absolument puérile. Mais, après tout, tu as le droit de le "penser". :icon_up:

Link to comment
Déjà, je te dirais que ce que tu prônes est une liberté absolue, sans contrôle social, de l'expression : c'est celle qu'on les gamins de 8 ans. Ceux qui par exemple disent "oh, regarde la grosse dame comme elle est moche" ou bien "ah non, pas de bisous à tata, elle sent mauvais de la bouche".

C'est vrai, j'avoue que je ne regrette pas spécialement qu'il y ai de loi contre l'expression des mineurs qui stigmatisent les tatas et les personne de surcharge pondérale.

Sache que ce que tu écris me laisse coi : dire par exemple "je n'aime pas les riches" ne relève pas pour moi d'une "pensée".

Qui doit définir ce qui relève d'une pensée et ce qui ne relève pas d'une pensée ?

"Es kann der Frömmste nicht in Frieden leben, wenn es dem Nachbarn nicht gefällt." (Schiller)

Bref, je sais pas d'où tu sors, mais ce que tu racontes, la liberté d'expression absolue sans aucune prise en compte du contexte social est une idée absolument puérile. Mais, après tout, tu as le droit de le "penser". :icon_up:

Pour moi c'est le "contrôle social de l'expression" qui est une idée, non pas puéril, mais stupide.

Link to comment
C'est vrai, j'avoue que je ne regrette pas spécialement qu'il y de loi contre l'expression des mineurs qui stigmatisent les tatas et les personne de surcharge pondérale.

Pourquoi tu me parles de loi? Ai-je parlé de loi? Ai-je parlé de tribunaux?

Pour moi c'est le "contrôle social de l'expression" qui est une idée, non pas puéril, mais stupide.

:icon_up:

Link to comment
Pour moi c'est le "contrôle social de l'expression" qui est une idée, non pas puéril, mais stupide.

Je ne suis pas sûr de comprendre, tu ne peux pas nier que factuellement ce contrôle social existe et qu'il s'observe dans tout type de société humaine ?

Link to comment
Tant mieux ou tant pis. N'y a t-il pas des gens qui voudraient interdire la gay pride ou le port de la burqa?

Ce sont deux choses différentes. La gay pride est une atteinte au droit de propriété (qui est le garant de la liberté d'expression). La burqa est un esclavagisme soft. La propriété ça se défend vigoureusement, l'esclavage ce n'est pas notre problème.

Link to comment
Ce sont deux choses différentes. La gay pride est une atteinte au droit de propriété (qui est le garant de la liberté d'expression). La burqa est un esclavagisme soft. La propriété ça se défend vigoureusement, l'esclavage ce n'est pas notre problème.

Euu, non pour les deux, la marche des fiertés est potentiellement un trouble a l'ordre public (comme la plupart des manifs…), le voile intégral est parfois un esclavagisme pas si soft que ça, et parfois un choix individuel.

Le problème de la loi 'burqa' c'est qu'elle enferme chez elles les femmes pour lesquelles porter le voile n'était pas un choix, et opprime les autres.

Link to comment
Ce sont deux choses différentes. La gay pride est une atteinte au droit de propriété (qui est le garant de la liberté d'expression). La burqa est un esclavagisme soft. La propriété ça se défend vigoureusement, l'esclavage ce n'est pas notre problème.

Ce qui est une atteinte au droit de propriété, c'est que l'Etat ait préempté les rues et trottoirs de France. Peu importe ce qui, après se passe dessus. Dans les règles du jeu actuelles, toute personne ou groupe a le droit, moyennant une demande à la Préfecture, d'organiser toute manifestation que ce soit. Absolument toute.

Ensuite, si tu as des informations concernant l'asservissement de personnes en France, portant une burqa, je crois que tu es tenu de le signaler à la police, sinon tu peux te retrouver sous le coup d'une inculpation pour non-dénonciation de crime (en effet, l'esclavage est interdit en France, et puni par la loi).

Link to comment
Ce qui est une atteinte au droit de propriété, c'est que l'Etat ait préempté les rues et trottoirs de France. Peu importe ce qui, après se passe dessus. Dans les règles du jeu actuelles, toute personne ou groupe a le droit, moyennant une demande à la Préfecture, d'organiser toute manifestation que ce soit. Absolument toute.

C'est approximatif, le fait est que certaines communautés ont plus de facilité a l'obtenir que d'autres, mais sur le fond tu a raison, le problème c'est l'appropriation étatique de la voie publique.

Cela dit, ça reste relativement décentralisé, c'est donc moins grave qu'un grand nombre d'autres appropriations, la concurrence locale existe encore dans ce domaine (tant que la HALDE ne s'en mêle pas)

Link to comment
Ce qui est une atteinte au droit de propriété, c'est que l'Etat ait préempté les rues et trottoirs de France. Peu importe ce qui, après se passe dessus. Dans les règles du jeu actuelles, toute personne ou groupe a le droit, moyennant une demande à la Préfecture, d'organiser toute manifestation que ce soit. Absolument toute.

C'est totalement faux. L'apéro saucisson-pinard est interdit, lui. Pas la gay pride. Il n'y a aucune égalité devant la Loi, tout est une affaire de groupes de pressions.

Ensuite, si tu as des informations concernant l'asservissement de personnes en France, portant une burqa, je crois que tu es tenu de le signaler à la police, sinon tu peux te retrouver sous le coup d'une inculpation pour non-dénonciation de crime (en effet, l'esclavage est interdit en France, et puni par la loi).

Le 1er article de la Constitution Française n'est pas respecté. Il faut prévenir qui ?

« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée. »

:doigt:

:icon_up:

Faut savoir ! Lorsque vous dites qu'interdire la burqa c'est le Mal absolu, vous affirmez qu'il faut laisser les dames se faire imposer le port du voile. Mais accepter l'esclavage de son voisin sous pretexte de tolérance, puis s'insurger lorsqu'on vous rappel l'immoralité de votre position intellectuelle ; ce n'est pas correct.

Link to comment
Faut savoir ! Lorsque vous dites qu'interdire la burqa c'est le Mal absolu, vous affirmez qu'il faut laisser les dames se faire imposer le port du voile. Mais accepter l'esclavage de son voisin sous pretexte de tolérance, puis s'insurger lorsqu'on vous rappel l'immoralité de votre position intellectuelle ; ce n'est pas correct.

Et sinon, tu bats toujours ta femme ?

Link to comment
C'est totalement faux. L'apéro saucisson-pinard est interdit, lui. Pas la gay pride. Il n'y a aucune égalité devant la Loi, tout est une affaire de groupes de pressions.

Faux. UN apéro a été interdit, pour des raisons très locales*; par exemple, plus tard qu'il y a 15 jours, j'étais à Lyon et justement il y en avait un Place Bellecour, qui est la principale place de Lyon.

La gay pride, à l'inverse, a pignon sur rue depuis des années : alors tu peux aimer ou pas les pédés, mais elle est plus légitime que les apéros machin. Les hétéros ne sont pas interdits de fait à la Gay Pride, même un mec comme toi peut y aller sans aucun souci. Les sous-merdes qui organisent l'apéro machin, eux, excluent sciemment ceux qui ne boivent pas d'alcool ni ne mangent de porc, on aura tous bien compris de qui il s'agit.

Le 1er article de la Constitution Française n'est pas respecté. Il faut prévenir qui ?

« La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est décentralisée. »

:icon_up:

Quel rapport entre le port de la burqa et l'article 1 de la constitution? T'es pas un peu en train de tout mélanger?

* : cet apéro était en fait, contrairement à tous les autres en France qui ont d'ailleurs eu lieu normalement, une provocation évidente.

Link to comment
Faut savoir ! Lorsque vous dites qu'interdire la burqa c'est le Mal absolu, vous affirmez qu'il faut laisser les dames se faire imposer le port du voile. Mais accepter l'esclavage de son voisin sous pretexte de tolérance, puis s'insurger lorsqu'on vous rappel l'immoralité de votre position intellectuelle ; ce n'est pas correct.

Je te mets au défi de trouver quiconque ici, et surtout pas jabial, qui a écrit qu'il faut laisser les dames se faire imposer le port du voile.

Je vas te réexpliquer : normalement, en droit, obliger quelqu'un a faire quelquechose, sauf cas très particulier, est prohibé. Par exemple, obliger sa femme à jouer du banjo. Ou à manger un éclair au chocolat.

Alors, je sais que pour toi il existe une différence entre obliger sa femme à porter une burqa, ou l'obliger s'habiller comme Mme de Fontenay (puisque dans le premier cas, il s'agit plus ou moins de l'islam, dans le second non), mais sache que pour moi, et pour beaucoup ici cela ne fait aucune différence.

Le mot-clé, ici, est "obliger".

Donc : ton commentaire ci-dessus tombe à plat.

Link to comment
Faux. UN apéro a été interdit, pour des raisons très locales*; par exemple, plus tard qu'il y a 15 jours, j'étais à Lyon et justement il y en avait un Place Bellecour, qui est la principale place de Lyon.

La gay pride, à l'inverse, a pignon sur rue depuis des années : alors tu peux aimer ou pas les pédés, mais elle est plus légitime que les apéros machin. Les hétéros ne sont pas interdits de fait à la Gay Pride, même un mec comme toi peut y aller sans aucun souci. Les sous-merdes qui organisent l'apéro machin, eux, excluent sciemment ceux qui ne boivent pas d'alcool ni ne mangent de porc, on aura tous bien compris de qui il s'agit.

C'est bien ce que je dis. La rue sert les intérêts des groupes les mieux organisés. Tu démontres bien que les festivus festivus attardés ont plus de pouvoir de nuisance (et d'influence) que les rares "résistants" à l'immigration de peuplement (que tu idéalises comme étant des grands méchants Nazis, on te pardonnera ton enthousiasme à te prendre pour un résistant à l'Ordre Fasciste Sarko-mondialiste).

Alors, je sais que pour toi il existe une différence entre obliger sa femme à porter une burqa, ou l'obliger s'habiller comme Mme de Fontenay (puisque dans le premier cas, il s'agit plus ou moins de l'islam, dans le second non), mais sache que pour moi, et pour beaucoup ici cela ne fait aucune différence.

Le mot-clé, ici, est "obliger".

Penses-tu qu'une obligation (tacite*, puis déclarée) de porter le voile même pour les non-musulmanes pourrait voir le jour d'ici une trentaine d'année dans certains territoires de la République ? Même question pour les grands chapeaux de Mme de Fontenay ?

Voici en quoi ces deux accoutrements diffèrent selon moi. L'un est un vecteur de socialisme médiatisé par le religieux. L'autre est un folklore local - comme la kippa.

Pour ma part, j'ai l'impression que l'actualité et les données démographiques donnent tous les jours un peu plus raison aux plus pessimistes des "nationalistes". Et je ne m'en réjouis pas.

* : ceci existe déjà, en plein Paris. Une femme non-voilée est synonyme de fille facile, elle est dévisagée etc. La pression sociale est bien plus insupportable que celle qui s'exerce sur une fille voilée dans un quartier banal.

Link to comment
* : ceci existe déjà, en plein Paris. Une femme non-voilée est synonyme de fille facile, elle est dévisagée etc. La pression sociale est bien plus insupportable que celle qui s'exerce sur une fille voilée dans un quartier banal.

Il est ou ton quartier de Paris non banal ou la majorité des femmes sont voilées ? ça m'intéresse !

De plus, si la pression dans certains quartiers pousse probablement a porter le hijab (mais je n'appellerai pas 'pression sociale' la menace d'être violée, j'appelle ça de la barbarie), je doute qu'il y ai une seule personne en France qui porte le voile intégral pour cette raison.

Celles qui portent le voile intégral se séparent en deux populations, celles qui y sont obligés par la force par leur mari/famille, et dans ce cas, la loi préexistante suffit pour les en libérer et la nouvelle loi a pour seul effet de les enfermer chez elles.

Et celles qui le portent pour raisons religieuses, et dans ce cas la, la nouvelle loi existe pour les opprimer.

Link to comment
C'est bien ce que je dis. La rue sert les intérêts des groupes les mieux organisés. Tu démontres bien que les festivus festivus attardés ont plus de pouvoir de nuisance (et d'influence) que les rares "résistants" à l'immigration de peuplement (que tu idéalises comme étant des grands méchants Nazis, on te pardonnera ton enthousiasme à te prendre pour un résistant à l'Ordre Fasciste Sarko-mondialiste).

Tu n'as pas compris : tu as un pris UN cas isolé, où une bande de "résistants" comme tu dis, a décidé d'aller faire un apport saucisson-pinard dans une rue où se trouve une mosquée, et où accessoirement des prières dans la rue sont faites : tentative de trouble à l'ordre public évident. Aussi évident que lorsque des militants gays sont allés faire leurs sottises devant le parvis de Notre-Dame de Paris.

Dans TOUS les autres cas, hors du monde imaginaire dans lequel tu vis, les apéros chers à ton coeur, qui te semblent être l'avant-garde de la liberté pour une raison que j'ignore, ont absolument été, très normalement, autorisés.

Penses-tu qu'une obligation (tacite*, puis déclarée) de porter le voile même pour les non-musulmanes pourrait voir le jour d'ici une trentaine d'année dans certains territoires de la République ?

Dans la vie réelle, probablement pas; dans le monde imaginaire où tu vis, il suffira qu'un "imam" complètement taré, marginal, disent "le voile est une obligation" pour que tu t'écris "VOILA, JE VOUS L'AVAIS BIEN DIT!!!"

Et cela n'a rien à voir avec l'esclavage, soit dit en passant. Et si cela à voir avec une quelconque coercition, comme celle qui consisterait à obliger une femme à porter une coiffe bretonne, l'affaire devra, bien entendu, être portée devant les tribunaux et les responsables punis.

Link to comment
C'est totalement faux. L'apéro saucisson-pinard est interdit

De même que la distribution de soupe de cochon a été interdite dans plusieurs villes du pays.

Les hétéros ne sont pas interdits de fait à la Gay Pride

Sauf s'ils sont encartés à l'UMP. :icon_up:

Et celles qui le portent pour raisons religieuses, et dans ce cas la, la nouvelle loi existe pour les opprimer.

Celles qui veulent la porter pour être dispensées d'aller chercher un emploi en seront pour leurs frais. :doigt:

Link to comment
Tout à fait, la conspuation reviens à éviter le débat dans la société civile (ou ailleurs) puisque l'individu est sommé de se taire face à la "sagesse du groupe" (l'imbécilité de la masse solidaire) qui "partage" la même opinion (le "sens commun" ou le "bon sens") et qui s'impose à tout à chacun.

Pourquoi raisonner en termes de groupe et de masse ? :icon_up:

Tu abolis l'individualité des membres de ce groupe et leur volonté à chacun de partager certaines opinions.

Si Machin fait savoir tous azimuts qu'il pense que les femmes sont des salopes (sauf sa mère), il trouvera peut-être des individus sympathisant avec ses opinions et d'autres qui ne voudront plus lui parler / le recevoir / l'embaucher. Il n'y a pas d'intelligence chez les premiers et de réflexe grégaire imbécile chez les seconds. Il y a des choix individuels de protester par la parole et les actes. Ca n'empêche pas Machin par ailleurs d'ouvrir un journal pour expliquer que ceux qui lui tournent le dos sont tous des ahuris menés par l'imbécillité grégaire et que ses partisans sont merveilleux, si ça lui chante.

La liberté d'expression s'accompagne de la responsabilité face aux conséquences, sauf pour ceux qui vivent sur une île déserte. Le risque que l'interlocuteur ou l'auditeur ou le lecteur ne soit pas d'accord et le fasse savoir.

Link to comment
  • 2 weeks later...
Mais si un député ne représente pas l'opinion de son électorat, alors que représente-il ?

Un bulletin de vote n'est pas un mandat, et n'est pas un mandat de représentation. Il s'ensuit que le député ne représente juridiquement aucun électeur. Le Code Électoral ne prétend pas qu'un élu représenterait des électeurs. Le Code Électoral explique comment l'État définit la procédure de vote, définit la fonction de chaque élu, la rémunération de chaque élu. Chaque élu est ainsi un fonctionnaire représentant l'État et dont la nomination par l'État procède d'un vote.

L'État représente une bande de politiciens qui n'ont aucun pouvoir légitime. Ils ont rédigé un morceau de papier, qu'ils ont désigné par "constitution". Ils l'ont signé. Cela ne concernent que cette bande de politiciens. Nul autre n'est concerné par la constitution. Mais, ils ont eu l'audace de prétendre que cet État ainsi constitué "représenterait le peuple français". C'est contestable.

De plus, un referendum "oui" ou "non" ne signifie nullement une acceptation de la constitution. Celui qui vote "oui" pense que son vote "oui" aura des conséquences moins mauvaises qu'un vote "non". mais un tel vote "oui" ne signifie aucun mandat donné aux politiciens.

Link to comment
  • 2 weeks later...
Je conseille d'ailleurs, au passage, l'excellent The Invention of Lying avec Ricky Gervais. Franchement très très drôle.

J'irais voir. Mais moi je ne dis pas qu'il faut mentir ou dire « la vérité », la seule chose que je dis c'est que les gens font ce qu'ils veulent. Si ils ont envie de dire « la vérité », qu'ils la disent, s'ils ont envie de mentir, qu'ils mentent. Je ne me permettrais pas de dire ce qu'il faut qu'ils disent dans l'absolu.

Pour reprendre, ton exemple, si j'étais avec un enfant de 8 ans (un fils, un neveu…) qui dirait : « Oh regarde la dame elle est grosse ! », je ne lui empêcherai pas de le faire, ça me regarde pas, si il a envie de le dire il peut le dire. Je pense même que ça me ferai rire. Il pourrait même la traiter de grosse vache si ça lui chante. Par contre je ne prendrais pas forcément sa défense si la dame en question lui répond. Si c'est à moi qu'elle vient me reprocher de ne pas l'empêcher de dire ce qu'il dit, je lui dirais de se mêler de ce qui la regarde. Autrement dit : l'enfant et elle, pas moi.

Si tu me dis: un gosse de cet âge n'est pas responsable etc…alors c'est ton exemple qui était mauvais à la base.

Je ne suis pas sûr de comprendre, tu ne peux pas nier que factuellement ce contrôle social existe et qu'il s'observe dans tout type de société humaine ?

Tout-à fait. La stupidité est la chose la mieux « partagée » au monde. On aime pas soi-même être contrôlé socialement, mais on aime bien essayer de contrôler les autres.

Ce sont deux choses différentes. La gay pride est une atteinte au droit de propriété

Quelle propriété ?

La burqa est un esclavagisme soft. La propriété ça se défend vigoureusement, l'esclavage ce n'est pas notre problème.

Excuse moi, je ne vois pas le rapport entre burqa et esclavage. (Ou alors travailler dans une entreprise est tout aussi bien de l'esclavage, comme disent les gens d'extrême gauche) Par contre je vois assez nettement l'atteinte à la liberté de se vêtir comme l’on souhaite. (Je ne parle même pas de l'atteinte à la liberté de culte, ainsi que l'atteinte à la laïcité.)

Si l'esclavage, c'est quand on est plus propriétaire de son corps, que ce dernier appartient à quelqu'un d'autre, sans notre consentement, alors l'esclavage me semble au contraire être un problème fondamental de libéraux, et le port de la burqa, en soi, n'est pas de l'esclavage. (Sauf à penser qu'on peut éradiquer le négationnisme avec la loi Gayssot, je ne vois aucune raison de l'interdire)

Je ne dis pas qu'il faut les laisser se faire imposer ceci ou cela, je dis que c'est à elle de se débrouiller avec ce problème. Et éventuellement aux gens qui ont envie de se sentir concerné. Si elles sont martyrisées par leur mari, par leur famille, qu'elles s'en aillent. Qu'elles aillent se plaindre à qui de droit.

Ce n'est pas mon problème, c'est le leur, autrement dit je n'veux pas qu'au nom d'une prétendue morale, je n’ai pas le droit demain de m'habiller en burqa si l'envie me prend. Ou que celles qui en ait volontairement envie ne puissent pas.

Je sais que j’ai l’esprit mal tourné, mais je soupçonne la plupart des « interdiseurs » de dissimuler leurs intentions. Au nom d’une prétendue lutte contre l’oppression des femmes ou un truc dans ce goût là, de lutter en réalité pour…un modèle de société. J’appelle cela du socialisme.

L'apéro saucisson-pinard est interdit, lui. Pas la gay pride. Il n'y a aucune égalité devant la Loi, tout est une affaire de groupes de pressions.

Pas faux. Crois tu que la meilleure manière d'autoriser l'apéro saucisson-pinard serait d'interdire la gay-pride ?

Quand tout sera bien interdit, bien régulé, on sera bien tous « égaux devant la loi ».

Tu raisonnes de la même manière que celle des lobbys communautaires : Ils veulent des subventions, eux aussi, au nom de l’ « égalité devant la loi ».

Or, tu sais bien, que l'égalité devant la loi, ce n'est pas ça, on ne fait qu'empirer le problème avec les régulations pour faire une « bonne » société.

Penses-tu qu'une obligation (tacite *, puis déclarée) de porter le voile même pour les non-musulmanes pourrait voir le jour d'ici une trentaine d'année dans certains territoires de la République ? Même question pour les grands chapeaux de Mme de Fontenay ?

:icon_up: (Pardon, la question ne s'adresse pas à moi, mais c'est tellement ridicule…)

Première question : non

Deuxième question : non

Voici en quoi ces deux accoutrements diffèrent selon moi. L'un est un vecteur de socialisme médiatisé par le religieux. L'autre est un folklore local - comme la kippa.

Quel que soit le statut que l'on donne aux choses, ça ne change absolument rien, car ce n'est ni à moi ni à toi de juger de l'importance que ça a, puisque que ça ne concerne qu'eux.

Tu abolis l'individualité des membres de ce groupe et leur volonté à chacun de partager certaines opinions.

Ils l'abolissent eux-même par leur esprit de groupe, qui réduit tout au nombre commun le plus petit.

Si Machin fait savoir tous azimuts qu'il pense que les femmes sont des salopes (sauf sa mère), il trouvera peut-être des individus sympathisant avec ses opinions et d'autres qui ne voudront plus lui parler / le recevoir / l'embaucher. Il n'y a pas d'intelligence chez les premiers et de réflexe grégaire imbécile chez les seconds. Il y a des choix individuels de protester par la parole et les actes. Ca n'empêche pas Machin par ailleurs d'ouvrir un journal pour expliquer que ceux qui lui tournent le dos sont tous des ahuris menés par l'imbécillité grégaire et que ses partisans sont merveilleux, si ça lui chante.

La liberté d'expression s'accompagne de la responsabilité face aux conséquences, sauf pour ceux qui vivent sur une île déserte. Le risque que l'interlocuteur ou l'auditeur ou le lecteur ne soit pas d'accord et le fasse savoir.

Je suis d'accord en ce qui concerne les conséquences. Ce que je ne supporte pas (Mais c'est personnel, comme certains ne supportent pas les choux-fleurs) ce n'est pas l'exemple que tu donnes, personne n'est obligé de parler à machin, ni de le recevoir, ni de l'embaucher, nous sommes tout à fait d'accord. Mais je ne parle pas de ça du tout, ce n'est pas le sujet. Je parle de situation où Machin se trouve en présence d'une assemblée de gens en désaccords avec lui qui veulent simplement tous l'obliger à reconnaître qu'il a tort, lui imposer leur opinion majoritaire et collective, au nom du sens commun par exemple, en s'appuyant les uns les autres, pour faire pression sur Machin. C'est presque l'esprit du procès stalinien.

Par exemple le fait que chitah, neuneu2k, jabial et moi soyons peut-être « majoritaires » contre ernest sur la question de la burqa et de la gay-pride dans cette situation précise ne nous donne pas raison, cela dit juste que nous sommes dominants dans une situation et un moment donnée, un contexte précis.

On peut être en désaccord et débattre, de façon très virulente même, mais je ne me permettrais pas d'utiliser les autres ou le nombre pour forcer ernest à reconnaître qu’il aurait tort, ou lui imposer mon opinion. Il a tout à fait le droit de penser autre chose que moi. Même si il était seul au monde à penser ce qu'il pense et même si il était communiste d'ailleurs. (ce qui est loin d'être le cas, j'en suis sûr.) Je m'intéresse même probablement plus aux gens qui pensent différemment de moi.

Pour moi, c'est une question de respect de l'individu.

Le « bon sens », le « sens commun » n'est que la folie du plus grand nombre.

Quand je vois des gens subir ce genre de chose, ça m'énerve, mais je ne peux pas empêcher les autres (ceux qui font subir cette pression) de le faire, je ne pourrais guère que les critiquer sur ce fait, à titre personnel. On ne peut pas empêcher les autres d'être stupides.

Link to comment
Faut savoir ! Lorsque vous dites qu'interdire la burqa c'est le Mal absolu, vous affirmez qu'il faut laisser les dames se faire imposer le port du voile. Mais accepter l'esclavage de son voisin sous pretexte de tolérance, puis s'insurger lorsqu'on vous rappel l'immoralité de votre position intellectuelle ; ce n'est pas correct.

Alors si on dit qu'interdire les rapports sexuels c'est mal, on affirme qu'il faut laisser les dames se faire violer.

N'importe quoi.

Link to comment
Amazon distribue un "guide du pédophile"

Amazon a affronté un déluge de critiques pour avoir mis en vente dans sa librairie numérique Kindle un livre intitulé Le guide du pédophile de l'amour et du plaisir (The Pedophile's Guide to Love and Pleasure).

Les avis des lecteurs sur ce livre signé Phillip R. Greaves, publié à compte d'auteur, se résumaient à de virulentes critiques contre Amazon et des demandes pour qu'il soit retiré de la vente. "C'est une plaisanterie, n'est-ce pas ? Quelle entreprise honorable pourrait même envisager de permettre la vente de ce livre sur son site", interrogeait par exemple un internaute signant du pseudonyme "Emerald Storm". "Honte à Amazon pour permettre que de telles ordures soient vendues sur son site", renchérissait un autre identifié comme "thirty something." Au total, sur 547 avis de lecteurs, 532 n'accordaient à ce livre qu'une étoile, soit la note la plus basse possible. Les autres ne lui accordaient une autre note que pour disposer d'une meilleure tribune pour critiquer Amazon.

Dans un communiqué transmis à plusieurs blogs spécialisés, Amazon s'est retranché derrière le refus de la censure. "Nous pensons que de ne pas vendre un libre simplement parce que nous croyons, nous ou d'autres, que leur message est discutable revient à de la censure", a fait valoir un porte-parole.

"Amazon ne soutient ni ne fait la promotion d'actes criminels ou d'actes de haine, mais nous soutenons le droit de tout individu à décider lui-même ce qu'il achète", a ajouté le groupe de Seattle.

http://www.surlering.com/article/article.p…e-du-pedophile-

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...