Jump to content

Traductions pour Contrepoints, Wikiberal et autres


Recommended Posts

  • 2 weeks later...
  • 3 weeks later...
  • 4 weeks later...
2 hours ago, Nick de Cusa said:

Et si nous payions notre nourriture comme nous le faisons pour les soins de sante ? 

 

https://fee.org/articles/imagine-if-we-paid-for-food-like-we-do-healthcare/

ou republier ce chef d'œuvre:

https://www.objectifliberte.fr/2007/02/si-la-restaurat.html

 

  • Yea 1
Link to comment
  • 1 month later...
  • 1 month later...
  • 1 month later...

Est-ce que ceci ne mériterait pas une traduction pour CP ?

Il s'agit d'un commentaire sur la méta étude de Johns Hopkins publiée la semaine dernière sur les effets négatifs des confinements et autres coercitions anti-Covid :

 

At High Cost, COVID-19 Lockdowns Saved Few Lives

https://reason.com/2022/02/04/at-high-cost-covid-19-lockdowns-saved-few-lives/

 

(Je ne propose pas de le faire, je n'aurai pas le temps.)

  • Yea 1
Link to comment
il y a 35 minutes, Nathalie MP a dit :

Est-ce que ceci ne mériterait pas une traduction pour CP ?

Il s'agit d'un commentaire sur la méta étude de Johns Hopkins publiée la semaine dernière sur les effets négatifs des confinements et autres coercitions anti-Covid :

 

At High Cost, COVID-19 Lockdowns Saved Few Lives

https://reason.com/2022/02/04/at-high-cost-covid-19-lockdowns-saved-few-lives/

 

(Je ne propose pas de le faire, je n'aurai pas le temps.)

@F. mas @Zagor Si cela intéresse la rédaction, je peux le faire.

  • Yea 3
Link to comment
  • 3 months later...
Le 23/05/2022 à 12:00, Nick de Cusa a dit :

41 verites qui derangent sur les energies nouvelles

 

https://fee.org/articles/41-inconvenient-truths-on-the-new-energy-economy/

Je ne sais pas si quelqu'un l'a déjà fait mais je poste ma traduction :

Révélation

41 vérités dérangeantes sur la transition énergétique/économie des nouvelles énergies :

 

Bill Gattes affirme que la compréhension des réalités énergétiques nécessite des outils mathématiques. A raison/Il a raison :

 

Pas une semaine ne passe sans qu’un maire, gouverneur (remplacé par député dans notre cas?) , décideur politique ou un expert ne rejoigne la meute (médiatique?) pour réclamer ou prédire une future énergie entièrement basée sur le solaire ou l’éolien et les batteries, libérée du ‘fardeau’ des hydrocarbures qui alimentent nos sociétés depuis des siècles. Sans considération pour ces opinions sur le climat, ou sur les raisons de cet appel pour une « transformation » énergétique, la physique et l’économie de l’énergie combinées aux réalités d’échelle rendent impossible tout semblant d’une « nouvelle économie de l’énergie » radicale dans le futur proche.

 

Bill Gattes affirme que la compréhension des réalités énergétiques nécessite des outils mathématiques. A raison/Il a raison. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait dans mon récent rapport à l’Institut de Montréal, intitulé « La nouvelle économie de l’énergie : Un exercice de pensée magique ». Voici donc, un résumé des réalités concrètes des mathématiques sousjacentes (à ce problème).

 

Réalités de l’ampleur/l’échelle de la demande d’énergie :

 

1) Les hydrocarbures fournissent 80 % de la demande mondiale d’énergie. Si elles se faisaient sous la forme de pétrole, les barils formeraient une ligne continue de Washington, D.C à Los Angeles (3.692,16 km ? Pour comparaison Madrid-Moscou 3.440,23 km), et cette ligne s’élargirait/s’agrandirait de la longueur du Washington Monument chaque semaine.

 

2) La maigre diminution de 2 % de la part des hydrocarbures dans l’utilisation mondiale d’énergie a entraîné/impliqué plus de 2 milliards de dépenses globales sur les énergies alternatives en cumulé sur cette période ; l’éolien et le solaire fournissent moins de 2 % de l’énergie globale.

 

3) Quand les 4 milliards de pauvres augmenteront leur usage/consommation d’énergie juste au tiers du niveau européen par habitant, la demande globale croîtra d’un niveau/quantité égale au double de la consommation totale américaine.

 

4) Un croissance centuplée/par un facteur 100 du nombre de véhicules électriques pour atteindre 400 millions en circulation en 2040 modifierait 5 % de la demande globale de pétrole

 

5) Les énergies renouvelables devront croître d’un facteur 90 pour remplacer les hydrocarbures d’ici 20 ans. La production totale de pétrole a pris 50 ans pour ‘seulement’ être décuplée.

 

6) Remplacer la production d’électricité américaine basée sur les hydrocarbures dans les 30 prochaines années nécessiterait un programme de construction d’un réseau à une vitesse 14 fois plus grande que tout ce qui s’est connu par le passé/que les délais historiques.

 

7) Éliminer les hydrocarbures pour produire de l’électricité (impossible à court terme, irréaliste/infaisable pour des décennies) laissera intacte 70 % des utilisations d’hydrocarbures aux États Unis (les USA consomment 16 % de l’énergie mondiale).

 

8)L’efficacité augmente la demande d’énergie en réduisant les coûts de production des produits et services : Depuis 1990, l’efficacité énergétique globale s’est améliorée de 33 %, l’économie s’est accrue de 80 % et l’usage d’énergie a augmenté de 40 %.

 

9) L’efficacité augmente la demande d’énergie (encore?) Depuis 1995, la consommation de carburants des avions par passager et kilomètre parcouru est en baisse de 70 % : le trafic aérien a plus que décuplé tandis que la consommation globale de carburants par les compagnie aériennes a augmenté de plus de 50%

 

10) L’efficacité augmente la demande d’énergie (x3?) Depuis 1995, l’énergie consommé par bits a été divisée par 10000 mais le trafic/réseau global de données a été multiplié par 1 million, la quantité d’énergie consommé par le numérique/l’informatique a grimpé en flèche.

 

11)Depuis 1995, la consommation d’énergie mondiale a augmenté de 50 %  ce qui équivaut à ajouter la consommation de deux État-Unis

 

12) Par sécurité et fiabilité, une quantité de deux mois de demande nationale moyenne d’hydrocarbures sont stockées à tout instant. Aujourd’hui, à peine deux heures de demande nationale d’électricité peuvent être stockées dans toutes les batteries à échelle industrielle (utility-scale?) plus toutes les batteries d’un million de voitures électriques aux États-Unis.

 

13) Les batteries produites annuellement par la giga-usine/gigafactory de Tesla (la plus grande fabrique de batteries au monde) peuvent stockées l’équivalent de trois minutes de la demande annuelle d’électricité des États Unis.

 

14) Fabriquer le nombre de batteries nécessaires au stockage de l’équivalent de 2 jours de demande d’électricité américaine requerrait 1000 années de production par la Giga usine de Tesla

 

15) 1 milliard investi dans la production d’avions implique 5 milliards de consommation de carburants sur 20 ans pour leur faire décoller. La dépense globale sur les nouveaux appareils (jets?) est de plus de 50 milliards par an, et elle est en augmentation.

 

16) 1 milliard investi dans des centre de données amène 7 milliards de consommation d’électricité, répartis sur 20 ans. La dépense globale sur les centres de données est de plus de 100 milliards par an, et elle est en croissance.

 

Réalités sur l’économie de l’énergie :

 

17) Sur une période de 30 ans, 1 milliard investi dans le solaire ou d’éolien à l’échelle industrielle produit respectivement 40 et 55 millions de KwH. Ce même milliard investi dans un puits de schiste(le gaz de schiste?) génère 300 millions de Kwh.

 

18) Un puits de schiste a un coût de production similaire à 2 éoliennes, ces dernières produisent l’équivalent de 0.7 barils de pétrole par heure, le schiste produit en moyenne 10 barils de pétrole à l’heure.

 

19) Le coût de stockage d’un baril de pétrole, ou de son équivalent en gaz naturel, coûte moins de 0.5$ , stocker la même quantité d’énergie dans des batteries revient à 200$

 

20) Les coûts théoriques de l’éolien et du solaire conjecturent un facteur de charge de respectivement 41 et 29% (wiki :le rapport entre l'énergie électrique effectivement produite sur une période donnée et l'énergie qu'elle aurait produite si elle avait fonctionné à sa puissance nominale durant la même période.) (représente leur fréquence de production d’électricité) . Les facteurs de charge basés sur les données réelles sont dépréciés jusqu’à 10 % pour ces deux sources d’énergie. Cela se traduit par une production moindre (un manque à produire?) de 3 milliards$ sur un horizon de 20 ans (durée de vie d’une éolienne de 2MW à 3 millions $)

 

21) Afin de compenser l’intermittence des productions d’énergie éolienne ou solaire, les compagnies américaines utilisent des moteurs à combustion et explosion (reciprocating engines) consommant du pétrole ou du gaz (comme les gros diesels des navires de croisière?) ; trois fois plus de ces moteurs furent ajoutés au réseau depuis 2000 que durant les 50 années précédentes.

 

22) Les facteurs de charge des fermes à éolienne se sont améliorés d’environ 0.7 % par an, gain modeste résultant principalement de la réduction du nombre de turbines/d’éoliennes par acre, et nécessitant une augmentation de 50 % de l’espace utilisé pour produire un Kwh.

 

23) Plus de 90 % de l’électricité américaine et 99 % de l’énergie utilisé dans le transport, provient de sources qui peuvent facilement fournir de l’énergie aux acteurs économiques quant le marché en ressent le besoin

 

24) Les éoliennes et panneaux solaires produisent de l’énergie pendant 25 à 30 % du temps en moyenne, seulement quand les conditions naturelles le permettent. Les centrales d’énergies conventionnels/classiques opèrent quasiment en continu et sont disponibles en cas de besoin

 

25) La révolution (américaine) du gaz de schiste a fait s’effondrer les prix du gaz naturel et du charbon, qui représentent à eux deux 70 % de la production d’énergie américaine. Néanmoins, les prix de l’électricité n’ont pas diminué pour autant, car les subventions directes et indirectes aux énergies solaires et éoliennes ont consommées/absorbées ces économies.

 

La Physique de l’énergie (Thermodynamique?) Réalités inconvenantes/qui dérangent

26) Politiciens et experts se plaisent à invoquer le langage de la course à l’espace (moonshot langage). Mais transformer notre modèle économique de l’énergie ne revient pas à envoyer quelques personnes sur la Lune en un nombre restreint d’occasions. Cela reviendrait à envoyer toute l’humanité sur la Lune, pour l’éternité / pour y rester en permanence.

 

27)Un cliché commun : une avancée technologie dans le domaine de l’énergie fera écho à une avancée technologique dans le domaine de l’informatique//digital/numérique. Mais produire de l’information et produire de l’énergie relèvent de deux réalités  (physics) différentes. Ce cliché est plus ridicule que de comparer des pommes aux boules de bowling (?)

 

28) Si l’énergie solaire se dimensionnait (scaled ) comme une technologie informatique.

(Proposition alternative : Si l’énergie solaire subissait les mêmes lois d’agrandissement/d’évolution/mises à l’échelle qu’une technologie informatique. )

Un simple panneau solaire de la taille d’un timbre poste suffirait à alimenter l’Empire State building. Cela n’arrive que dans les romans de science fiction (comic books)

 

29) Si les batteries avait les mêmes économies/gains d’échelle (scaled) que les technologies numériques , la batterie de la taille d’un livre coûterait 3 cents et pourrait entretenir le vol avion à réaction (jetliner) en Asie. Cela n’arrive que dans les romans de science fiction (comic books)

 

30) Si les moteurs à combustion observait les mêmes gains (scaled ) que les ordinateurs, un moteur de voiture rétrécirait à la taille d’une fourmi et produirait 12 000 fois plus de chevaux-vapeur, les moteurs d’une taille de fourmi produisent en réalité 100 000 fois moins.

 

31) Contrairement au solaire, il n’y pas de gains décuplés en technologie solaire. Des limites physiques (Limite de Shockley-Queisser) contraignentles /imposent aux panneaux solaires à une efficacité de conversion solaire (photons transformés en électrons) maximale de 33.7%, les panneaux commercialisés actuellement ont un taux de 26 %

32) ll n’y pas de gains décuplés en technologie éolienne : Des limites physiques (Limite de Betz ) bornent la puissance théorique à un taux maximal de 60 % de la puissance incidente du vent traversant l'éolienne. Les éoliennes actuelles parviennent à un des taux de conversion de 45 %.

 

33)ll n’y pas de gains décuplés pour les batteries : l’énergie théorique maximale d’un Pied-livre (pound) de pétrole est 1500 % fois (15?) plus élevé que l’énergie théorique maximale du Pied-livre des meilleures batteries chimiques.

 

34) Environ 60 pied-livres de batteries sont requises pour stocker l’équivalent d’un pied-livre d’hydrocarbures

 

35) Environ 100 pied-livres de matériaux sont minés, transportés, et transformés pour chaque pied-livre stockés dans une batterie (for every pound of battery fabricated?)

 

36) Le stockage de l’équivalent en énergie d’un baril de pétrole, pesant 300 livres, nécessite 20000 livres de batteries Tesla (valant 200 000$)

 

37) Transporter l’équivalent-energie du carburant consommé par un avion de ligne allant en Asie nécessite 60 millions de $ de batteries Tesla , pesant 5 fois plus que l’avion.

 

38)L’énergie consommée pour produire la quantité de batteries nécessaires au stockage de l’équivalent-énergie d’un baril de pétrole, équivaut à 100 barils

 

39) Un réseau centré sur les batteries et un transport centré sur la voiture signifie miner des gigatonnes en plus de terre pour accéder aux terres rares, lithium, cuivre, nickel, graphite, cobalt etc et consommer des millions de tonnes de pétrole et de gaz pour fabriquer les métaux et du béton (concrete)

 

40) La Chine domine la production globale de batteries avec son réseau alimenté à 70 % par le charbon. Les véhicules électriques avec des batteries chinoises créeront plus de C02 qu’elles n’en économiseront (en remplaçant les voitures à combustibles fossiles)

 

41) On n’utiliserait pas plus un hélicoptère pour effectuer des trajets transatlantiques (faisable avec une logistique sophistiquée et coûteuse) qu’on n’emploierait un réacteur nucléaire pour faire fonctionner un train ou des panneaux photovoltaïques pour alimenter un pays (a nation)

 

Mon avis est que les tournures de phrases sont très répétitives (langage technique), redondantes, et de qualité inégale (en plus d'un fort parti pris pour les hydrocarbures?)

  • Love 2
Link to comment

Il faut éviter de traduire spontanément des articles : toujours demander avant à la rédaction pour éviter bien des efforts inutiles. 

Il faut donc aussi éviter de poster des propositions d'articles à traduire sans s'être assuré qu'ils soient bien publiables par CP. 

  • Yea 1
Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...