Jump to content

Les articles que vous voulez faire buzzer


Nick de Cusa

Recommended Posts

Il y a 2 heures, Vilfredo Pareto a dit :

La meilleure analyse épistémologique et politique des confinements?

Par Matthew Crawford dans Unherd. Lisez-le, partagez-le, c'est vraiment excellent.

Oui, et tous les articles qu'il publie là-bas me semblent frappés au coin du bon sens et profondément éclairants.

 

@F. mas, on n'a pas encore d'accords avec Unherd ? Les quatre (jusqu'ici) articles de l'auteur mériteraient traduction.

Link to post
Il y a 1 heure, Rincevent a dit :

Oui, et tous les articles qu'il publie là-bas me semblent frappés au coin du bon sens et profondément éclairants.

Moui je suis un peu moins fan de celui sur l'identity politics par exemple.

Citation

The social order is corrupt, then. The labour movement once had an alternative order to offer in its stead, drawing on the socialist tradition. It was one that included African-Americans – not as African-Americans but as workers. And this movement was fairly successful. The pressures that organised labour brought to bear on business and the state helped to secure America’s brief period of shared prosperity, lasting roughly from the end of WWII to the 1970s.

La solution à l’ID politics c’est les bons vieux syndicats a l’ancienne qui faisaient pas de distinctions sur la race de la couleur de la peau et qui ont apporté la paix et la prospérité 🙄

 

Sinon John Gray écrit la aussi mais j’ai pas lu. Je suis en train de découvrir son Anatomy c’est pas mal.

Link to post
Il y a 9 heures, Vilfredo Pareto a dit :

La solution à l’ID politics c’est les bons vieux syndicats a l’ancienne qui faisaient pas de distinctions sur la race de la couleur de la peau et qui ont apporté la paix et la prospérité 🙄

Un peu comme le nationalisme impérial et colonialiste qui entendait élever le Noir d'Afrique au niveau du Blanc Européen. ;) (C'est facile de peindre le passé aux couleurs du rêve ; ça n'empêche pas que malgré ses nombreux défauts, il avait aussi quelques qualités).

 

Edit : ayant enfin lu l'article (ouais, je les enchaîne), le paragraphe ne certes fait pas honneur au reste du texte ; toutefois, il ne présente pas vraiment le syndicalisme comme une solution, mais comme une forme de "c'était mieux avant". Je maintiens donc ma position d'ensemble, à part cette remarque égarée, l'article est très profond et vise juste.

Link to post
10 hours ago, Vilfredo Pareto said:

La meilleure analyse épistémologique et politique des confinements?

Par Matthew Crawford dans Unherd. Lisez-le, partagez-le, c'est vraiment excellent.

 

Je renvoie à mon post qui n'avait pas eu de réponse. C'et qui Unherd ?

 

 

Link to post
Citation

Par exemple, c’est ainsi dans le droit naturel depuis l’antiquité ; dans le siècle des Lumières, qui a exigé, sur le plan politique, des droits de l’homme universels s’appliquant de la même manière à tous les êtres humains et qui a conduit, entre autres, à l’abolition de l’esclavage ; chez Kant, dont l’impératif catégorique exige que les personnes soient toujours traitées comme des fins en soi et jamais comme de simples moyens pour atteindre une fin ; au XXe siècle, entre autres, aussi dans l’éthique du discours de Karl-Otto Apel ou la théorie de la justice de John Rawls. L’État est un État de droit qui protège ces droits ; il ne dirige pas la société, mais laisse les gens libres de façonner leurs relations sociales.

t1wKRsY.jpgWTF did I just read

Le DN classique, le DN moderne, la raison pratique de Kant et la soupe de Rawls c'est pas tout à fait la même limonade quand même rogntudju. Rawls jette par la fenêtre spécifiquement la conception kantienne de la personne pour lui substituer ses fameux "mois désencombrés" (disencumbered selves).

 

La raison pratique, précise Kant, vaudrait pour des êtres raisonnables même extérieurs à notre monde, ce qui rend caduque l’interprétation rawlsienne faisant dépendre l’interprétation kantienne des droits d’une nature humaine. La perspective de Rawls n’a presque rien à voir avec celle de Kant: dans Kant, le souverain bien est un postulat de l’accord entre vertu et bonheur ; aucun bien n’est "désiré" en vertu de l’impératif catégorique (v. Théorie et pratique, I); dans Rawls, des avantages matériels font partie des "biens premiers" désirés (second principe de justice): Rawls est coincé entre le rejet de l’utilitarisme et l’ajout d’éléments empiriques au libéralisme déontologique kantien, dont il aime en même temps pas la métaphysique. Il explique même à un moment qu'il voit pas très bien comment la raison peut produire une obéissance parce que comme c'est ta raison, tu fais un peu ce que tu veux avec. Il considère la raison comme une faculté, et à titre de faculté, elle ne peut nous commander, car ce serait jouer deux rôles à la fois. Tout ça pour dire qu'il y a quasiment 0 continuité.

 

Ensuite je vais pas rajouter un autre meme John Gray/Michel Villey selon qui est le plus mignon des deux mais les droits de l'homme qui conduisent à l'abolition de l'esclavage, c'est vraiment très progressiste comme vision de l'histoire. Comme je l'expliquais ailleurs, ça a davantage à voir avec des questions de rentabilité, de pression internationale etc. Et puis les droits de l'homme s'accommodent très bien du travail forcé pour civiliser les sous-hommes et en faire de "vrais" humains donc bon. Ça manque aussi de perspective historique dans la mesure où on reconnaît des droits aux gens avant la Constituante: la Magna Carta c'est pas pour les caniches (mais ce sont des droits pour les Anglais, pas pour les humains). Pour moi, le glissement "totalitaire" (pas très fan d'employer ce terme à tort et à travers) des sociétés "libérales" rappelle plutôt que les droits abstraits ne protègent pas des balles. En ce sens, 2020 m'a déniaisé. Il y a un problème avec la façon dont le langage des droits est perverti par les confinistes (droit à la santé vs liberté de circulation) mais le libéralisme politique qui se transforme en légalisme anti-politique, bof.

 

Citation

Empiriquement, à partir de l’histoire ainsi que de l’expérience que nous sommes en train de refaire, il est également bien établi (si l’on veut seulement se donner la peine de regarder) que lorsqu’on quitte cette base, un grand préjudice est toujours causé à la grande majorité des gens et les bénéfices éventuels reviennent uniquement à l’élite de ceux qui profitent des conditions qui régulent l’accès à la société fermée. Cet argument empirique complète l’argument transcendantal.

Bah c'est sûr que si on lit l'histoire rétrospectivement depuis la Révolution française et la DDHC on trouve tout ce qu'on veut, mais je préfère être juif sous le Grand Turc qu'homosexuel sous Poutine (qui reconnaît officiellement the droits de l'homme).

 

Je crois que l'article manque un point aussi sur le mécanisme par lequel le contrôle "totalitaire" de la santé des gens est possible, i.e. par l'Etat providence. Ma santé regarde tout le monde puisque tout le monde paye. La redistribution permet l'éclatement de toute séparation entre vie privée et vie publique. C'est renforcé dans le cas du covid avec la peur de la mort, qui a toujours été le prétexte au renforcement de l'Etat et au mensonge pour calmer les esprits faibles. J'avais déjà mis sur le forum les pensées de Janet Daley à ce sujet, ama quite spot on.

 

Je retiens tout de même l'idée que la charge de la preuve est inversée sur la question des externalités négatives, idée qui est dans Popper d'ailleurs (approche par falsification et pas par vérification). En fait c'est pas mal comme article mais je suis toujours frappé par la discepancy entre moi qui lis Popper (en hochant la tête) et moi qui lis les gens qui lisent Popper (cf. Leo Strauss meme).

  • Yea 3
Link to post
Il y a 4 heures, Dardanus a dit :

Ma contribution au bicentenaire napoléonien

 

https://www.contrepoints.org/2021/05/05/396752-napoleon-le-janus-francais

vraiment excellent ! merci

Le 01/05/2021 à 10:19, Vilfredo Pareto a dit :

La meilleure analyse épistémologique et politique des confinements?

Par Matthew Crawford dans Unherd. Lisez-le, partagez-le, c'est vraiment excellent.

 

lisez surtout son "éloge du carburateur" qui est sans doute un des bouquins qui m'a le plus marqué 

Link to post
il y a 9 minutes, poney a dit :

lisez surtout son "éloge du carburateur" qui est sans doute un des bouquins qui m'a le plus marqué 

C'est prévu. Mais on en sent bien l'écho dans l'article en question. :)

Link to post
il y a 2 minutes, Rincevent a dit :

C'est prévu. Mais on en sent bien l'écho dans l'article en question. :)

 

le seul livre que j'ai acheté 3x, parce que je l'ai donné 2x.

 

(les autres livres achetés en double l'ont été par erreur "ah, je veux lire ça" et en le rangeant "ah, je l'ai déjà en fait...").

Link to post
il y a 16 minutes, poney a dit :

bouquins qui m'a le plus marqué 

Ça mériterait un sujet (ou un post dans mes lectures du moment) methinks

Je l’ai acheté sur les conseils de ma prof de terminale, je le lirai dès que possible :) 

Link to post

boh, je n'ai rien de plus à dire que ce qu'on peut, j'imagine vu le succès, trouver sur le net.

Ce que je peux dire de très personnel c'est que ça a mis des mots sur mon malaise en tant qu'académique qui ne vouliat pas devenir comme tous ces quadras déprimés en poste dans les universités, qui a toujours aimé bricoler et faire plusieurs activités et qui a toujours un peu méprisé la "raison pure" des philosophes (pardon) et des (mauvais) sociologues qui pontifient et qui a toujours pensé que la plus value de l'anthropologie était le terrain et non la théorie.

Et depuis peu et de manière très personnelle, j'y repense beaucoup parce que c'est clairement le livre qui me fait penser actuellement que je dois faire un fuck you world et aller moi aussi réparer mes propres motos.

 

(j'ai d'ailleurs encore une Kreidler en pièces détachées chez mes parents mais c'est un autre sujet)

  • Yea 1
Link to post
à l’instant, Vilfredo Pareto a dit :

Ah oui je voulais dire un post sur les bouquins qui t’ont le plus marqué mais c’est un heureux malentendu 

 

ah, oui ok ! je pourrais le faire une fois ; il faudrait que j'y réfléchisse sérieusement, il y a probablement des choses très incongrues comme les 3 caisses de bananes de "Fleuve Noir - espionnage" que j'ai acheté jeune adolescent en brocante, en particulier le personnage de Coplan...

Link to post

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...