Jump to content

Quelle stratégie d'action envisagez-vous ?


Nicolas Azor

Stratégie d'action pour instaurer le libéralisme  

27 members have voted

  1. 1. Comment pensez-vous que le libéralisme pourrait s'imposer ?

    • Par l'action politique: il faut tout faire pour placer des élus à tous les postes possibles, de tel sorte qu'in fine le pouvoir devienne libéral
      1
    • Par le débat public: il faut promouvoir les idées libérales et ainsi gagner de l'espace intellectuel dans les esprits, afin qu'in fine les idées libérales s'imposent d'elles même dans la population, et donc au pouvoir.
      9
    • Par l'individualisme: chaque individu doit s'efforcer, dans le respect de la loi, à appliquer les principes libéraux de façon individuelle. Le libéralisme émergera alors de la somme de tels comportements.
      1
    • Par la résistance individuelle à l'état: chaque individu doit tout faire pour échapper à l'emprise de l'état, par exemple en fraudant le fisc, en utilisant la technologie pour dissimuler ses activités économiques, etc.
      3
    • Par la résistance organisée: les individus doivent chercher à former des phyles capables de s'opposer à l'intrusion de l'état dans leurs activités économiques et sociales.
      3
    • Par la force organisée en groupe: les individus doivent accumuler les moyens de résistance personnelle (armes, argent, foncier, …), afin de constistuer une force capable de s'opposer frontalement à l'état.
      0
    • Ne fais rien et tout sera fait.
      10


Recommended Posts

Il te manque une proposition : laisser le système aller dans le mur, et être sur les dents pour tout de suite appliquer les solutions libérales après la faillite, plutôt qu'une dictature collectiviste (c'est arrivé à d'autres pays, on peut rêver !)

Link to comment

Il n' y a qu'un seul moyen de faire plier l'état: grêves + manifs. Les syndicats l'ont très bien compris et avec cette stratégie ils ont pu obtenir des privilèges exhorbitants. Mener des actions dans l'illégalité (fraudage du fisc, détention d'arme…) n'a qu'un impact très limité car à ce jeu là c'est toujours l'état qui gagne avec son monopôle de la violence légitime il a des moyens d'action illimités. La voie politique reste possible bien sûr mais c'est beaucoup plus compliqué: si on ne change pas les règles du scrutin présidentiel un parti libéral indépendant n'aura jamais aucune chance d'arriver au pouvoir, la seule solution pour l'instant est de se rattacher à un gros parti pour essayer de l'influencer.

Link to comment

Si le système tombe, croyez-vous vraiment que les solutions libérales seront mises en oeuvre ? Le pouvoir sera toujours exercé par ceux qui connaissent les rouages de l'action politique, les citoyens continueront à leur déléguer des pouvoirs étendus. Et ceux qui voudront se mettre en travers de la recomposition politique seront tout simplement balayés au nom de l'urgence.

Link to comment

Je pense que nous avons le monde que nous méritons, que nous avons choisit librement, dans la mesure où à tout individu qui fait un effort minimum pour s'éduquer est apte à savoir si le régime auquel il consent est le plus juste. Je ne suis personne pour vouloir imposer mes idées libérales aux autres, ce qui à titre individuel ne m'empêche pas de cultiver mes propres valeurs. Les valeurs du libéralisme triompherons le jour où les individus de ce pays désireront réellement la liberté. Je suis sceptique quand à la validité de l'action politique tant celle-ci est soumise aux compromis. Quant aux actions de résistances organisés et à la lutte contre le système, il ne faut pas être dupe: Seule la voie décidé par les plus forts émerge de l'effondrement du système et comme à toutes les révolutions les premiers perdants seront les libéraux.

Link to comment
On peut pas voter pour 2 propositions, dommage.

Ouaip.

Pour moi, toutes ces solutions peuvent être valables selon la situation.

N'étant pas adepte de l'agorisme (mais si la situation moisit encore un peu plus je pourrais y venir…), je retiens la cinquième (essayer de créer des communautés libérales indépendantes) mais pour le moment ce n'est pas possible (on verra ce que donneront le seasteading et la colonisation spatiale…), les deux premières (action politique et associative légale) pour lesquelles des choses commencent tranquillement à se mettre en place et la troisième que je pratique et qui est équivalente à la dernière :mrgreen:

Link to comment

Je pense qu'il faut avant tout penser à sa gueule. Si la France devient invivable pour vous, si la liberté prime sur vos attaches pour votre pays d'origine, alors cassez-vous dans un pays plus libéral. Cela créera une concentration d'individus plutôt libéraux et donc un exemple à suivre, ou pas, pour d'autres pays. En ce sens, le Free State project me semble peut-être l'initiative la plus pertitente en faveur du libéralisme car il y a une possibilité de voir un résultat de son vivant. Ce qui n'est absolument pas le cas en France.

Link to comment

Un mélange des deux premières propositions me parait très bon, il faut des médias libéraux mais aussi un parti permettant de faire rentrer dans l'arène les propositions libérales. Mais personnellement, ceux qui veulent se barrer dans un pays plus libéral je trouve cela tout à fait normal et respectable, la fuite des cerveaux peut aussi faire prendre conscience dans une certaine mesure.

Link to comment

Si le système tombe, croyez-vous vraiment que les solutions libérales seront mises en oeuvre ? Le pouvoir sera toujours exercé par ceux qui connaissent les rouages de l'action politique, les citoyens continueront à leur déléguer des pouvoirs étendus. Et ceux qui voudront se mettre en travers de la recomposition politique seront tout simplement balayés au nom de l'urgence.

+1

Link to comment

Je voterai pour ne rien faire et débattre publiquement!

Rien faire car à terme l'étatisme tombera sous son propre poids.

Débattre publiquement car il n'y aura bientôt plus le filtre des médias main stream…

Link to comment

Oui, mais cela peut être long. Très long.

Et une société libérale n'en émergera pas naturellement.

Possible, mais il ne faut pas oublier que les horreurs dictatoriales sont encore assez présentes dans les esprits…

Link to comment

"Par la résistance individuelle à l'état: chaque individu doit tout faire pour échapper à l'emprise de l'état, par exemple en fraudant le fisc, en utilisant la technologie pour dissimuler ses activités économiques".

Là franchement, ceux qui ont répondu cela, je serais très intéressé par leurs tuyaux "invisibles" au fisc. Quand je reçois mon avis d'imposition, je pense souvent à la fraude. Ceci dit, j'ai bien trop peur de me faire "baiser" (désolé de ma vulgarité). Je crains de me faire envoyer au bagne pour creuser des trous.

Je voterai pour ne rien faire et débattre publiquement!

Rien faire car à terme l'étatisme tombera sous son propre poids.

Je suis du même avis que toi. La politique, je n'y crois plus depuis un bon moment, j'ai dû voté 2 fois depuis mes 18 ans (par curiosité en fait, je voulais voir ce qu'était un isoloir). En gros, cela fait plus de 30 ans que rien ne change. Chaque politique retourne sa veste, cède aux compromis et je pense qu'il en sera de même pour un parti libéral (désolé mais c'est ce que je pense : 2 Millions de manifestants dans la rue et hop ! Un pas en avant, 2 pas en arrière !).

Je pense qu'il y a de nombreux libéraux qui s'ignorent ou qui refusent de l'être par pression de la bien-pensance et de la pensée unique (j'en ai été jusqu'à mon coming out grâce au blog de H16 et plus tard à ce forum) et qu'en débattant publiquement et en promouvant les idées libérales, ceux-ci se libèrent et assument à un moment donné leur libéralisme jusqu'ici refoulé.

Petit bémol néanmoins : quand ce système implosera et il implosera, je crains une récupération de l'extrême gauche et là, ça peut mal tourner….

Link to comment

Je ne sais pas pour l'extrême gauche : il y a les horreurs de l'ex URSS, en Chine, les Khmers ROUGES… Nous aurons beaucoup d'exemples pour montrer que l'extrême-gauche ce n'est pas ça!

Petit bémol néanmoins : quand ce système implosera et il implosera, je crains une récupération de l'extrême gauche et là, ça peut mal tourner….

Je tente de convaincre des collègues que le libéralisme c'est bien mais pas évident!

Link to comment

La stratégie du sûtra du lotus…

Quoi d'autre?

en toutes circonstances, je n’emploie désormais plus qu'elle, et remporte toutes mes victoires!

Banzaï, Banzaï, Banzaï,

"Ceux qui se joignent à la bataille sont tous en première ligne"…. Un lâche ne verra aucune de ses prières se réaliser….
Ceux qui se joignent à la bataille
est parfois traduit par
Ceux qui prient
ou par
Ceux qui ont une détermination forte ( de remporter la victoire)
Link to comment

Je privilégie la discussion et j'essaie d'instiller le libéralisme partout, Il faut être très fin, j'ai quelques beau succès mais au début je me suis pas mal planté par manque de finesse justement.

Comme une bonne partie de la population fait du libéralisme comme Jourdain faisait de la prose il faut jouer la dessus avant de dévoiler (ou pas) le nom du "produit miracle." Au pire ça fait réviser quelques idées reçues mais amorce certainement une évolution de la pensée, une fois le vaccin instillé il fait son chemin.

-Toute mention d'un mot clé connoté amène un échec et mat immédiat. ("socialisme collectiviste"=game over)

-Utiliser la force de l'adversaire : on est aussi contre le renflouement des banques etc. etc.

-Démontrer petit à petit la complexité des choses et les effets pervers des mesures altruistes en apparence.

-Ne jamais mentionner une diminution de l'état mais taper sur ceux qui "s'engraissent sur le petit peuple" comme les CE.

-Y aller doucement, ne pas vouloir démontrer que taxer les riches est une mauvaises idée, ça c'est en fin de match.

-Taper sur tout le monde sauf l'idole du client, ça c'est aussi en fin de match, il fera éventuellement le boulot tout seul. (Tiens ? mais le mien aussi il…!???)

En plus les gens sont perdu en ce moment, ils sont enragés contre "le système" mais ceux qui ont le cerveau allumé sentent bien qu'on leurs vend la même tambouille faisandée.

J'ai bien analysé mon évolution depuis la gauche jusqu'au libéralisme, je n'ai jamais écouté aucun argument qui venait du "mauvais camp" mais je ne gobais plus aucune tambouille, ce sont les démonstrations sans étiquettes qui m'ont beaucoup fait réfléchir jusqu'au jour ou j'étais mur pour lire contrepoint et apprendre après quelques heures seulement que c'était du libéralisme. (pas rapide sur le coup :) )

Link to comment

Tout ça m'inspire.

Il faudrait faire une sorte de dating sim dont le but serait d'interagir avec des personnages variés (le syndicaliste, le prof, l'étudiant, le politicien, le journaliste, la famille… avec à chaque fois différentes variantes idéologiques imaginables) en essayant de monter leur score de libéralisme.

Si c'est bien foutu ça pourrait être assez jouissif à jouer (et un moyen subtil de propagande).

Link to comment

Je ne sais pas pour l'extrême gauche : il y a les horreurs de l'ex URSS, en Chine, les Khmers ROUGES… Nous aurons beaucoup d'exemples pour montrer que l'extrême-gauche ce n'est pas ça!

Tout à fait d'accord. Néanmoins, j'ai trouvé ce texte dans les archives de ce forum qui illustre bien mes craintes : une conférence à la Fnac de Lille sur "la place des intellectuels dans la Cité" en 2004 racontée par Nicolas Periel. Compte-rendu révélateur et symptomatique de notre pays, et toujours d'actualité. J'aurais adoré connaître ce petit Monsieur.

Si tu as 5 minutes pour le lire : http://www.liberaux.org/topic/24717-article-de-nicolas-periel-sur-liberte-cherie/

Link to comment

Je privilégie la discussion et j'essaie d'instiller le libéralisme partout, Il faut être très fin, j'ai quelques beau succès mais au début je me suis pas mal planté par manque de finesse justement.

Comme une bonne partie de la population fait du libéralisme comme Jourdain faisait de la prose il faut jouer la dessus avant de dévoiler (ou pas) le nom du "produit miracle." Au pire ça fait réviser quelques idées reçues mais amorce certainement une évolution de la pensée, une fois le vaccin instillé il fait son chemin.

-Toute mention d'un mot clé connoté amène un échec et mat immédiat. ("socialisme collectiviste"=game over)

-Utiliser la force de l'adversaire : on est aussi contre le renflouement des banques etc. etc.

-Démontrer petit à petit la complexité des choses et les effets pervers des mesures altruistes en apparence.

-Ne jamais mentionner une diminution de l'état mais taper sur ceux qui "s'engraissent sur le petit peuple" comme les CE.

-Y aller doucement, ne pas vouloir démontrer que taxer les riches est une mauvaises idée, ça c'est en fin de match.

-Taper sur tout le monde sauf l'idole du client, ça c'est aussi en fin de match, il fera éventuellement le boulot tout seul. (Tiens ? mais le mien aussi il…!???)

En plus les gens sont perdu en ce moment, ils sont enragés contre "le système" mais ceux qui ont le cerveau allumé sentent bien qu'on leurs vend la même tambouille faisandée.

J'ai bien analysé mon évolution depuis la gauche jusqu'au libéralisme, je n'ai jamais écouté aucun argument qui venait du "mauvais camp" mais je ne gobais plus aucune tambouille, ce sont les démonstrations sans étiquettes qui m'ont beaucoup fait réfléchir jusqu'au jour ou j'étais mur pour lire contrepoint et apprendre après quelques heures seulement que c'était du libéralisme. (pas rapide sur le coup :) )

J'aurais besoin de coaching sur ce sujet…. Mais en tt cas la démarche paraît intéressante.

Link to comment

Je pense qu'il faut avant tout penser à sa gueule. Si la France devient invivable pour vous, si la liberté prime sur vos attaches pour votre pays d'origine, alors cassez-vous dans un pays plus libéral. Cela créera une concentration d'individus plutôt libéraux et donc un exemple à suivre, ou pas, pour d'autres pays. En ce sens, le Free State project me semble peut-être l'initiative la plus pertitente en faveur du libéralisme car il y a une possibilité de voir un résultat de son vivant. Ce qui n'est absolument pas le cas en France.

Très dur à faire, quand on est chef d'une petite famille…. Et puis il faut bien une résistance intérieure!

Link to comment

"Par la résistance individuelle à l'état: chaque individu doit tout faire pour échapper à l'emprise de l'état, par exemple en fraudant le fisc, en utilisant la technologie pour dissimuler ses activités économiques".

Là franchement, ceux qui ont répondu cela, je serais très intéressé par leurs tuyaux "invisibles" au fisc. Quand je reçois mon avis d'imposition, je pense souvent à la fraude. Ceci dit, j'ai bien trop peur de me faire "baiser" (désolé de ma vulgarité). Je crains de me faire envoyer au bagne pour creuser des trous.

Pour en revenir à la gruge pour le fisc, je paie une majorité de petites courses en espèces dans de petits commerces… Toujours autant de petits ruisseaux qui peuvent faire de grandes rivières… après, j'évacue une partie de mes impôts vers des associations comme contribuables associées, le PLD, et une association caritative qui me tient à coeur… Je sais c'est pas grand chose, mais c'est légal!

Tout à fait d'accord. Néanmoins, j'ai trouvé ce texte dans les archives de ce forum qui illustre bien mes craintes : une conférence à la Fnac de Lille sur "la place des intellectuels dans la Cité" en 2004 racontée par Nicolas Periel. Compte-rendu révélateur et symptomatique de notre pays, et toujours d'actualité. J'aurais adoré connaître ce petit Monsieur.

Si tu as 5 minutes pour le lire : http://www.liberaux….liberte-cherie/

Ah oui un lien très intéressant!

Link to comment

J'ai voté pour le troisième choix, par l'individualisme légale. Mais beaucoup de ces propositions sont bonnes et il faudrait une combinaison de celles-ci.

J'ai déjà pensé à la résistance organisée, mais je voit pas comment trouver les gens pour le faire puisque le libéralisme n'est pas une idée très répandue. Et bien entendu liberaux.org ne peut pas se permettre de faire quelque chose d'illégal…

En revanche, la force organisée n'est pas un bon moyen. La révolution est un moyen efficace si on est communiste, mais pas pour le libéralisme.

Sinon on peut toujours essayer de convaincre les politiques et les intellectuels qu'ils ont tort avec un discourt rationnel. En tout cas si ça s'éffondre ils ne pourront pas dire qu'ils n'ont pas été prévenus…

Je tente de convaincre des collègues que le libéralisme c'est bien mais pas évident!

J'ai toujours trouvé cette méthode inefficace. Si quelqu'un s'intéresse suffisamment à la politique ça peut être intéressant d'avoir un débat et d'expliquer simplement les choses. Mais la majorité des gens s'intéresse que superficiellement à la politique et les harceler n'apporte que des problèmes…

Je ne critique pas la méthode, mais personnellement j'ai toujours fait l'inverse. Dès le début je dis qu'il faudrait plus de capitalisme. Je suis clair et direct en expliquant les conséquences, même (surtout) si cela va à l'encontre des valeurs et principes de la pensée dominante.

J'ai toujours l'air d'un taré après, mais cela évite les malentendus.

Link to comment
Je ne critique pas la méthode, mais personnellement j'ai toujours fait l'inverse. Dès le début je dis qu'il faudrait plus de capitalisme. Je suis clair et direct en expliquant les conséquences, même (surtout) si cela va à l'encontre des valeurs et principes de la pensée dominante.

J'ai toujours l'air d'un taré après, mais cela évite les malentendus.

Mais est-ce que tu convaincs ton interlocuteur comme ça?

Link to comment

J'ai toujours trouvé cette méthode inefficace. Si quelqu'un s'intéresse suffisamment à la politique ça peut être intéressant d'avoir un débat et d'expliquer simplement les choses. Mais la majorité des gens s'intéresse que superficiellement à la politique et les harceler n'apporte que des problèmes…

:icon_ange: moi je suis angélique je n'harcèle jamais… Ce n'est que lorsque ça parle économie ou politique que j'interviens…

Link to comment

Mais est-ce que tu convaincs ton interlocuteurs comme ça?

Certes non, mais de toute manière les gens le sauront bien un jour les idées que l'on defend. Ou alors cela demande une subtilité que je n'ai pas. Dans ce cas je préfère que ce soit clair dès le début et argumenter après. Et puis si après ils ont encore des questions sur le libéralisme ils savent à qui s'adresser…

Link to comment

J'aurais besoin de coaching sur ce sujet…. Mais en tt cas la démarche paraît intéressante.

Par jeux (et test) je suis en train de "retourner" un hyper-syndicaliste du genre à voir "la main bourgeoise" et la lutte des classes dans son croissant du matin,

la méthode est simple: on parle au type avec ses propres mots et on pousse simplement sur les vérités qu'il sent intuitivement même si il

raconte des monceaux de conneries.

Alors que le type déchiquète à vue tout ce qui est vaguement moins rouge qu'Arthaud, j'ai réussi à lui faire admettre que "les élites bourgeoises

avaient mis en panne l'ascenseur social. Dans l'enfer fiscal et législatif créé par ces élites, tout est fait pour que seul le capital aie une

chance d'utiliser cet outil pour créer des richesses à son seul profit laissant les ouvriers esclaves de leurs conditions".

En très gros (vais pas recopier)

Le language est à chier mais ce sont ses propres mots et les notions qui ne sont fausses que dans les intentions passent très bien, ce type

retourne sa haine contre la fiscalité et la législation "bourgeoise" et prend conscience de la violence étatique faite aux entrepreneurs.

C'est déjà un énorme pas pour un décérébré comme lui.

Au pire il va prendre conscience d'une réalité nouvelle qui va le mettre en porte à faux avec ses collègues …dans deux ans il ce présente ici. :)

Je vais encore le travailler sur cette notion pour l'affiner.

Par contre il ne faut sourcer qu'avec du "hallal", donc oublier tout ce qui est à droite de libération. (Mais même chez les gens de gauche on trouve

de bon articles)

Je ne critique pas la méthode, mais personnellement j'ai toujours fait l'inverse. Dès le début je dis qu'il faudrait plus de capitalisme. Je suis clair et direct

en expliquant les conséquences, même (surtout) si cela va à l'encontre des valeurs et principes de la pensée dominante. J'ai toujours l'air d'un taré après,

mais cela évite les malentendus.

Ça évite les malentendus et Ça défoule mais c'est l'assurance de ne jamais pouvoir faire passer une idée chez les non-libéraux. Question de diplomatie et

de rhétorique il vaut mieux dire à sa femme que sa blanquette serait parfaite avec "des saveurs primaires mieux mises en valeur avec moins d'assaisonnement"

plutôt que lui parler des "louches de sel qui rendent sa bouffe immangeable". (même si c'est rigoureusement la vérité :) )

L'énorme succès du discours socialiste c'est qu'il est simple et parle à l'égo de l'individu ("la faute des autres") plutôt que de le renvoyer à sa médiocrité.

Pour admettre le bien fondé du discours libéral il faut prendre un recul intellectuel qui n'est pas évident et quasi impossible si le tact n'y est pas.

Les libéraux… combien de divisions en France ?

Pour Ça contrepoint qui tape sur tout le monde est pas mal du tout, c'est mur les gens ont marre de toute cette clique et ils cherchent des mentors.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...