Jump to content

Monnaie pourrite


Lancelot

Recommended Posts

Pas mal, ils viennent d'inventer la monnaie.

Et pas n'importe quelle monnaie. Une monnaie pourie :

> Le fonctionnement :

Cette monnaie complémentaire a ceci de particulier :

- Elle est basée sur le temps, 1 unité valant toujours 1 minute. Il n'y a donc pas de hiérarchie entre les différentes compétences.

- Le nombre d'unités détenues est bornée. On ne pas évidemment pas descendre sous 0, mais on ne peux pas non plus monter au dessus de 600 (10 heures). Cela permet d'éviter l'accumulation, et de rééquilibrer les comptes pour réduire les inégalités.

- D'autres mécanismes de soutien permettent de réduire davantage les inégalités et de rééquilibrer de façon permanente.

Link to comment
Et pas n'importe quelle monnaie. Une monnaie pourie :

Pas pourrie…Différente et avec un cahier des charges différent lui aussi de la monnaie actuelle.

- Elle est basée sur le temps, 1 unité valant toujours 1 minute. Il n'y a donc pas de hiérarchie entre les différentes compétences.

L'idée étant d'éviter que la rareté d'une compétence s'oppose au fait de reconnaitre l'autre comme ayant intrinsèquement la meme valeur que soi…On me répondras à juste titre que dans une transaction on s'en tape de la valeur de la personne, c'est la prestation que l'on évalue…

Et bien c'est UN des paradigmes possible mais pas LE paradigme.Ne serait ce que parce que le paradigme actuel méconnait complétement le facteur humain et que cela compte…Aussi.

Link to comment
Pas pourrie… Différente et avec un cahier des charges différent lui aussi de la monnaie actuelle.

La monnaie "classique" n'a pas de cahier des charges du tout, elle n'est pas née d'une réflexion consciente.

Et bien c'est UN des paradigmes possible mais pas LE paradigme.

Il existe différents (potentiellement une infinité de) paradigmes, d'accord. Aucun paradigme n'est parfait, d'accord. Pour autant, tous les paradigmes ne se valent pas.

Ne serait ce que parce que le paradigme actuel méconnait complétement le facteur humain

Pourtant, nous sommes prêts à débourser plus d'argent pour un vendeur ou une marque qui nous est sympathique. Si c'est pas du facteur humain…

Link to comment

En 6000 ans d'Histoire, si ce genre de monnaies avait eu un intérêt flagrant, il se serait développé. Ce n'est pas le cas. Conclusion ?

Conclusion, prédire l'utilité d'une chose en se basant sur le fait qu'elle ne soit pas apparue par le passé est du bullshit en barre…A ce niveau la rien de ce qui a été crée en ce début de siècle n'avait émergé depuis 6000 ans…C'est le principe même de la nouveauté…Les êtres humains primitifs avaient des problèmes (se chauffer, manger…)Ils mettent au point des stratégies (faire du feu…élever du bétail…) qui génèrent de nouveaux problèmes (entretien du feu…gestion des externalités du bétail…)le tout dans une spirale évolutive sans fin…

Aujourd'hui on en est à ce que des mecs gagnent leur vie en gérant l-E-réputation des gens…Bon.

Pareil avec la monnaie…

Au départ on avait les coquillages…Cette monnaie étais porteuse d’inconvénients et on est passé aux métaux précieux…puis (je la fait courte) les lettres de créances, les billets, l'argent virtuel…Ca c'est la suite…

Chacun des systèmes émergeant ne faisant pas disparaitre complétement le précédent (on se paie encore en coquillage…qqpart sur le globe…Mais ca touche quoi…1000 personnes?)

snapback.pnghamtaro, le 26 mars 2012 - 04:34, dit :

Pas pourrie… Différente et avec un cahier des charges différent lui aussi de la monnaie actuelle.

La monnaie "classique" n'a pas de cahier des charges du tout, elle n'est pas née d'une réflexion consciente.

Pas de cahier des charges du tout?

Chacun peut en faire alors?

Ha non j'oubliais…Seul certaines officines sont habilités à le faire…

Elles peuvent le faire avec n'importe quel métal?

Ha non,j'oubliais, le poids,la taille, la forme, les motifs et le reste sont clairement établis.

On peut démultiplier l'argent?

Ha non…Un euro est toujours un euro sauf dans le coffre des banque avec leur réserve prévisionnelle.qui reste légiférée par certains textes.

Bref…Un cahier des charges.

Citation

Et bien c'est UN des paradigmes possible mais pas LE paradigme.

Il existe différents (potentiellement une infinité de) paradigmes, d'accord. Aucun paradigme n'est parfait, d'accord. Pour autant, tous les paradigmes ne se valent pas.

En effet, tous les paradigmes ne se valent clairement pas.

Mais il y a une différence entre hiérarchiser sur une échelle en une dimension (pourrie=> bien) et reconnaitre que tous les paradigmes ne sont pas équivalents.

En employant le terme pourrie

sans préciser le référentiel, tu perd de l'information et transforme un discours réfléchit en propagande idéologique.

Tu pourra me dire que tes trois exemples peuvent etre des référentiels…Certes.

Mais en en mettant 3 en exergue au détriments de tous les autres, tu biaises la encore ton analyse en orientant le choix des outils de mesures…

Bref : Oui, tu as raison, tout ne se vaut pas…Une fraise ne vaut pas une cerise ou un melon…Mais sous entendre que "cerise" est intrinsèquement supérieur à "melon" sans préciser clairement dans quel référentiel cela est exact et inversement me semble relever de l’expression de la simple croyance voir du préjugé.

Citation

Ne serait ce que parce que le paradigme actuel méconnait complétement le facteur humain

Pourtant, nous sommes prêts à débourser plus d'argent pour un vendeur ou une marque qui nous est sympathique. Si c'est pas du facteur humain…

Ca n'est pas ce que j'entendais par la;

Par facteur humain j'entendais voir l'autre tel qu'il est, indépendamment de ses apports…Chose inexistant dans le système monétaire actuel (et dans les paradigmes qui l'ont précédés) : raison "pour"(si j'ose dire) laquelle ces systèmes émergent : ils répondent à un besoin grandissant de sens via la rencontre humaine (ce qui est différent d'un besoin de sens via une idéologie promettant je ne sait quoi plus tard si on est un bon soldat décérébré…La la rencontre se fait au présent,dans la vraie vie…).

Voila donc une des (nombreuses) raisons de l’émergence de cette monnaie et des comportements liés.

C'est d'ailleurs un phénomène qui va prendre de plus en plus d’ampleur dans les années/décennies à venir.

Link to comment

Conclusion, prédire l'utilité d'une chose en se basant sur le fait qu'elle ne soit pas apparue par le passé est du bullshit en barre…A ce niveau la rien de ce qui a été crée en ce début de siècle n'avait émergé depuis 6000 ans…C'est le principe même de la nouveauté…Les êtres humains primitifs avaient des problèmes (se chauffer, manger…)Ils mettent au point des stratégies (faire du feu…élever du bétail…) qui génèrent de nouveaux problèmes (entretien du feu…gestion des externalités du bétail…)le tout dans une spirale évolutive sans fin…

Aujourd'hui on en est à ce que des mecs gagnent leur vie en gérant l-E-réputation des gens…Bon.

Pareil avec la monnaie…

Au départ on avait les coquillages…Cette monnaie étais porteuse d’inconvénients et on est passé aux métaux précieux…puis (je la fait courte) les lettres de créances, les billets, l'argent virtuel…Ca c'est la suite…

Chacun des systèmes émergeant ne faisant pas disparaitre complétement le précédent (on se paie encore en coquillage…qqpart sur le globe…Mais ca touche quoi…1000 personnes?)

Ah là là, Hamtaro… La différence, c'est qu'il n'y a jamais eu de barrière, disons technique, à la création de leur système. Tandis que pour utiliser de l'argent virtuel, par exemple, encore fallait-il inventer l'informatique !

Link to comment
Ah là là, Hamtaro… La différence, c'est qu'il n'y a jamais eu de barrière, disons technique, à la création de leur système. Tandis que pour utiliser de l'argent virtuel, par exemple, encore fallait-il inventer l'informatique !

Et? Je veut dire…Chaque cas particulier, chaque exemple est de facto différent des autres…Je te propose d’expliciter ton sous entendu…

Si j'essaie de deviner ce que tu veut dire et de répondre à ce que j’infère, le progrès technique n'est pas le seul paramètre pouvant freiner l'apparition de nouvelles stratégies…So what? Je peine à comprendre ce que tu veut dire en fait.

Si l'on regarde en terme de groupes humains (et mit à part quelques mystiques et individus d’exceptions ici ou la),le développement d'une réelle empathie et de la capacité à considérer autrui en tant qu’être humain pour ce qu'il est et non pour ce qu'il fait/croit arrive dans l'évolution humaine après la démocratisation du progrès technique.

Nos sociétés "occidentales" sont péniblement en train de le découvrir…Certaines "poches" se développent ici ou la et cette vidéo semble en être un bon exemple :)

Cela va de pair avec des notions telles que le "revenu universel de vie" et la décentralisation progressive ainsi qu'avec une certaine forme d'horizontalisation des différences entre les savoirs.

Cela créeras ensuite d'autres problèmes puisque, comme l'a dit Lancelot, tout ne se vaut pas…

Mais il faudra passer par une étape de "tout se vaut" un peu naïve pour permettre aux gens de penser le monde simultanément en terme de "tout se vaut" et "tout ne se vaut pas"…Chose que la plupart est incapable de faire aujourd'hui ( du "ou" au "et"…histoire d'utiliser toutes les ressources de notre caboche et pas simplement la moitié…)

Link to comment

Pour la monnaie, un choix raisonnable de référentiel est tout simplement : est-ce que ça marche ? Le fonctionnement est-il harmonieux ? Dans le cadre de ce référentiel, après quelques calculs scientifiquement prouvés, voici la position X de leur monnaie :

Pourri——X——————————--Bien

Link to comment
Pour la monnaie, un choix raisonnable de référentiel est tout simplement : est-ce que ça marche ?
Oui…reste à voir ensuite sur quels criteres on établit que "ca marche"…Mais oui.
Dans le cadre de ce référentiel, après quelques calculs scientifiquement prouvés, voici la position X de leur monnaie :

Pourri——X——————————--Bien

Tu serait gentil de donner tes calculs…Parce que la il y a comme un léger…que dis je…un infime…un soupçon…de fucking argument d'autorité :dents:
Link to comment

Oui…reste à voir ensuite sur quels criteres on établit que "ca marche"…Mais oui.

Ben en gros : est-ce pratique, et est-ce harmonieux ? (ici, les gens à haute compétence risquent de rouspéter, et c'est une incitation à se spécialiser dans les domaines les plus faciles. Par exemple)

Tu serait gentil de donner tes calculs…Parce que la il y a comme un léger…que dis je…un infime…un soupçon…de fucking argument d'autorité :dents:

Oh ! Décidément, j'aurai tout vu sur ce forum !

Link to comment
Chacun des systèmes émergents ne faisant pas disparaitre complètement le précédent (on se paie encore en coquillage… quelque part sur le globe… Mais ca touche quoi… 1000 personnes ?)

Il arrive aussi (la plupart du temps) qu'un nouveau système se fasse bouffer par l'ancien parce qu'il ne tient pas ses promesses ou entraîne trop de nouveaux inconvénients.

L'étude du domaine concerné permet de prévoir dans une certaine mesure ces points négatifs pour ne pas (re)proposer (sans cesse) naïvement des systèmes non viables. En politique on appellerait ça du conservatisme.

Pas de cahier des charges du tout ?

Ben pas vraiment non.

C'est comme si je disais "la différence entre le français et l'espéranto c'est qu'en français il n'y a pas de cahiers des charges" et qu'on me répondait "il y a des tas de règles de grammaire, d'orthographe etc. en français".

Peut-être, mais ce sont des règles émergentes, elles ne découlent pas de contraintes établies a priori dans un cahier des charges. Ce n'est rien d'autre que la distinction de Hayek entre ordre spontané et constructivisme.

Après il y a effectivement des régulations qui font que la monnaie est actuellement au service d'objectifs politiques, c'est pour ça que j'ai parlé de vision classique de la monnaie.

En effet, tous les paradigmes ne se valent clairement pas. Mais il y a une différence entre hiérarchiser sur une échelle en une dimension (pourrie => bien) et reconnaitre que tous les paradigmes ne sont pas équivalents.

En employant le terme pourrie sans préciser le référentiel, tu perd de l'information et transforme un discours réfléchi en propagande idéologique.

Tu pourra me dire que tes trois exemples peuvent etre des référentiels… Certes.

Mais en en mettant 3 en exergue au détriments de tous les autres, tu biaises là encore ton analyse en orientant le choix des outils de mesures…

Effectivement, je ne fais que souligner des éléments à charge que je trouve marrants et conclure sans pousser plus loin le raisonnement, mais puisqu'on parle de référentiel : je ne suis pas en train d'écrire une thèse d'économie, je suis dans la taverne de liborg en train de commenter sur le fil "vidéo comique". Donc bon :mrgreen:

Bref : Oui, tu as raison, tout ne se vaut pas… Une fraise ne vaut pas une cerise ou un melon…

En l'occurrence, l'image qui convient ce n'est pas une fraise et une cerise mais une fraise et un fruit transgénique au goût bizarre conçu pour combler des carences alimentaires dont la majeure partie de la population ne semble pas souffrir.

Par facteur humain j'entendais voir l'autre tel qu'il est, indépendamment de ses apports…Chose inexistante dans le système monétaire actuel (et dans les paradigmes qui l'ont précédés) : raison "pour" (si j'ose dire) laquelle ces systèmes émergent, ils répondent à un besoin grandissant de sens via la rencontre humaine (ce qui est différent d'un besoin de sens via une idéologie promettant je ne sais quoi plus tard si on est un bon soldat décérébré… Là, la rencontre se fait au présent,dans la vraie vie…).

Je ne suis pas certain de suivre, mais "voir l'autre tel qu'il est indépendamment de ses apports", n'est-ce pas précisément la raison qui fait qu'on préfère aller dans telle boutique plutôt que telle autre qui propose des services équivalents ?

Dans le cadre de ce référentiel, après quelques calculs scientifiquement prouvés, voici la position X de leur monnaie :

Pourri——X——————————--Bien

:lol:

Link to comment

Voilà. L'idée n'est pas mauvaise, c'est juste qu'ils croient réinventer la roue quoi. Amusant.

Sinon, la black de la première vidéo, multiples fessepalms.

Carrément, de loin la plus nunuche.

Et pas n'importe quelle monnaie. Une monnaie pourie :

C'est pas tellement leur monnaie qui est pourrie, c'est plus la parité qu'ils imposent, ce qui revient à contrôler les prix. Vu la politique qu'ils ont adopté, il y aura sur-offre des services dont tout le monde se fout, et pénurie chronique de services intéressants, aggravée par l'impossibilité d'accumuler les unités. Comme les gens offrent leurs service dans l'espoir d'obtenir un service qui les intéresse, à partir du moment où ils découvriront l'existence de la pénurie, ils cesseront de proposer leurs services, ce qui en retour aggravera la pénurie, etc. et le système s'effondrera.

Bref c'est un excellent exemple de l'inanité du contrôle des prix, plus que d'une monnaie pourrie.

Link to comment

(ici, les gens à haute compétence risquent de rouspéter, et c'est une incitation à se spécialiser dans les domaines les plus faciles. Par exemple)

Si leur seule motivation pour se spécialiser dans des domaines ardus est l'épaisseur de leur compte en banque je plaint sincèrement leur pauvreté intérieure…

Tous les grands experts que je connait quelque soit les branches le sont avant tout par passion…Et nombre d’entre eux ont même choisit des postes moyennement prestigieux et moyennement bien payés mais qui leur laisse du champ libre pour leurs recherches…

On arrive pas à un haut niveau sans passion…Ne serait ce que parce que pour exceller dans un domaine il faut un minimum d'unification intérieure…Et que si l'une partie de nous rêve à autre chose pendant que nous travaillons, l'on ne fourniras que rarement du très bon travail.

Il arrive aussi (la plupart du temps) qu'un nouveau système se fasse bouffer par l'ancien parce qu'il ne tient pas ses promesses ou entraîne trop de nouveaux inconvénients.

Cela peut arriver oui.

L'étude du domaine concerné permet de prévoir dans une certaine mesure ces points négatifs pour ne pas (re)proposer (sans cesse) naïvement des systèmes non viables. En politique on appellerait ça du conservatisme.
Oui…et la nous avons semble t'il à faire à un systeme d'un niveau plus complexe que ce qui a déjà échoué auparavant.

A noter que si un système échoue cela peut être parce qu'il est intrinsèquement dysfonctionnel…Mais cela peut être aussi parce qu'il n'est pas en accord avec le rythme d'évolution des gens (boucle de rétroaction gens=> systèmes systèmes=> gens).

Bref…La encore tu semble induire ce que tu souhaites démontrer…A savoir que ce système ci va se casser la gueule ( et ce critère est t'il pertinent d'ailleurs? je ne le crois pas…)

Citation

Pas de cahier des charges du tout ?

Ben pas vraiment non.

C'est comme si je disais "la différence entre le français et l'espéranto c'est qu'en français il n'y a pas de cahiers des charges" et qu'on me répondait "il y a des tas de règles de grammaire, d'orthographe etc. en français".

Peut-être, mais ce sont des règles émergentes, elles ne découlent pas de contraintes établies a priori dans un cahier des charges. Ce n'est rien d'autre que la distinction de Hayek entre ordre spontané et constructivisme.

Après il y a effectivement des régulations qui font que la monnaie est actuellement au service d'objectifs politiques, c'est pour ça que j'ai parlé de vision classique de la monnaie.

Bon…Je te dirait bien que tu pinailles…En tous cas tu semble comprendre ce que je voulais dire :)

Citation

En effet, tous les paradigmes ne se valent clairement pas. Mais il y a une différence entre hiérarchiser sur une échelle en une dimension (pourrie => bien) et reconnaitre que tous les paradigmes ne sont pas équivalents.

En employant le terme pourrie sans préciser le référentiel, tu perd de l'information et transforme un discours réfléchi en propagande idéologique.

Tu pourra me dire que tes trois exemples peuvent etre des référentiels… Certes.

Mais en en mettant 3 en exergue au détriments de tous les autres, tu biaises là encore ton analyse en orientant le choix des outils de mesures…

Effectivement, je ne fais que souligner des éléments à charge que je trouve marrants et conclure sans pousser plus loin le raisonnement,mais puisqu'on parle de référentiel : je ne suis pas en train d'écrire une thèse d'économie, je suis dans la taverne de liborg en train de commenter sur le fil "vidéo comique". Donc bon :mrgreen:

Je me disait aussi :dents:

Citation

Bref : Oui, tu as raison, tout ne se vaut pas… Une fraise ne vaut pas une cerise ou un melon…

En l'occurrence, l'image qui convient ce n'est pas une fraise et une cerise mais une fraise et un fruit transgénique au goût bizarre conçu pour combler des carences alimentaires dont la majeure partie de la population ne semble pas souffrir.

La encore l'image est biaisé par la connotation émotionnelle négative que tu y met. Ce faisant tu induit toi même ce que tu souhaites démontré.

Que tout ne se vaut pas,ok…Âpres comme nul n'a accès (à ma connaissance) à L'échelle de valeur (avec une majuscule),nous devons bien nous rendre à l'évidence que, si l'idée d'une hiérarchie n'est certainement pas à jeter à la poubelle, l'operationnaliser risque d’être très très ardu.

Un peu comme le concept d’intérêt général…Il fait sens, il est joli sur le papier mais à utiliser on fait vite n'importe quoi…

Citation

Par facteur humain j'entendais voir l'autre tel qu'il est, indépendamment de ses apports…Chose inexistante dans le système monétaire actuel (et dans les paradigmes qui l'ont précédés) : raison "pour" (si j'ose dire) laquelle ces systèmes émergent, ils répondent à un besoin grandissant de sens via la rencontre humaine (ce qui est différent d'un besoin de sens via une idéologie promettant je ne sais quoi plus tard si on est un bon soldat décérébré… Là, la rencontre se fait au présent,dans la vraie vie…).

Je ne suis pas certain de suivre, mais "voir l'autre tel qu'il est indépendamment de ses apports", n'est-ce pas précisément la raison qui fait qu'on préfère aller dans telle boutique plutôt que telle autre qui propose des services équivalents ?

Peut être…Mais peut être pas.

En l’occurrence j'en doute fort.

Deux services n'étant quasiment JAMAIS parfaitement équivalents on retombe dans le "toutes choses égales par ailleurs" qui ne marche que dans la théorie et qui pose tant de problèmes dans le domaines des sciences humaines.

C'est pas tellement leur monnaie qui est pourrie, c'est plus la parité qu'ils imposent, ce qui revient à contrôler les prix. Vu la politique qu'ils ont adopté, il y aura sur-offre des services dont tout le monde se fout, et pénurie chronique de services intéressants

Ha enfin une critique intéressante :icon_aime2:

Comme les gens offrent leurs service dans l'espoir d'obtenir un service qui les intéresse,
Justement pas…C'est ça qu'il faut comprendre…Enfin si…mais pas sous cet angle…

Ton raisonnement serait juste si la motivation exclusive des gens étais d'obtenir, après qu'ils aient payé leur "droit d'entrée" au système en donnant une heure de leur temps, un service qui leur apporte qqchose d'un point de vue technique ( cours de chant, réparation de pc…)

En effet, avec ce postulat ça partirais en jus de chaussette rapidement et le bon vieux système monétaire reprendrais rapidement le dessus puisque mieux capable de gérer la complexité (on voit dans ton exemple que les naïfs qui y adhéreraient n'envisagent pas la notion d'offre et de demande des services bercés dans un égalitarisme béat et un peu déconnecté).

Sauf que la, comme le disent certaines personnes de la vidéo, il s'agit autant d'échanger des services (partie objectivable des choses…je te répare ton jean, tu m'enseigne le piano) que de rencontrer l'autre d'un point de vue humain, de resserrer un tissu social global via l'entraide et la rencontre (partie subjectivable).

Alors je sait bien que cette partie du process est plus compliquée à évaluer à coup de statistique mais je pense que chacun s'accorderas à reconnaitre que cela n'est pas parce qu'elle ne s'évalue pas froidement qu'elle n’existe pas.

Je dit cela mais les psychologues qui travaillent la dessus ont fait d'énormes progrès depuis les 10 dernières années, notamment tout ce qui est psychologie du bonheur et cie…

Bref, tout comme le modèle dont tu parlait est à la traine par rapport au système monétariste actuel car il est infoutu d’intégrer le déséquilibre offre/demande et le chaos qui découle de sa non prise en compte,

Le système monétariste actuel est infoutu d’intégrer le facteur humain dans ses choix et ne réalise pas que c'est ce qui est en train de courir à sa perte.

Et cela n'est absolument pas incompatible avec le libéralisme…Au passage ;)

Simplement la pensée trop répandue consistant à séparer les éléments pour mieux les analyser n'est qu'une étape…

Elle permet de trier le gloubiboulga pré rationnel des approches un peu sérieuses, de séparer le pré-rationnel du rationnel.

C'est bien…

Mais ensuite il est temps de resynthétiser ce qui a été artificiellement segmenté.

Et cela donne, entre autres, cette étape…Qui, je l'ai sous entendu plus haut ne dureras pas(d’où mes réserves sur le critère de redondance dans le temps comme indice de valeur)mais permet ensuite des approches intégrées et intégrales de la notion de monnaie qui dans lesquels les notions de rareté de l'offre par rapport à la demande sont considérés SIMULTANéMENT au facteur humain et ou aucun des deux ne prime sur l'autre…

Chose que moins de 5% de la planète est actuellement réellement capable d'envisager (question de cÂblage neuronal, rien à voir avec l'intelligence, les diplômes ou la culture…et bien sur encore moins avec la valeur d'un individu)

Link to comment
Oui… et là nous avons semble-t-il affaire à un systeme d'un niveau plus complexe que ce qui a déjà échoué auparavant.

"Là" en général dans cette situation ou "là" avec la monnaie réinventée par universel (je ne sais plus trop comment ils l'écrivent) ?

A noter que si un système échoue cela peut être parce qu'il est intrinsèquement dysfonctionnel…Mais cela peut être aussi parce qu'il n'est pas en accord avec le rythme d'évolution des gens (boucle de rétroaction gens=> systèmes systèmes=> gens).

Réessayons d'introduire le communisme, ça se trouve jusqu'à maintenant ça n'a échoué que parce que les gens n'étaient pas prêts /troll :dentier:

Plus sérieusement, ils peuvent bien faire ce qu'ils veulent, tant qu'ils ne me forcent pas à utiliser leur sytème. Le peu de culture économique que j'ai m'indique que ça ne sera jamais aussi efficace que le marché classique (la monnaie comme le reste) pour gérer la rareté, que les problèmes qu'ils prétendent résoudre sont bien moins importants qu'ils le pensent (si même ils existent), que leurs solutions ne sont de toute manière pas de nature à fonctionner comme ils le prévoient et qu'elles s'accompagneront de tout un tas d'effets pervers que seuls des utilisateurs très idéologisés pourront surmonter.

En d'autres termes, c'est pourri.

Bon…Je te dirais bien que tu pinailles…En tous cas tu sembles comprendre ce que je voulais dire :)

Je pinaille avec Hayek, alors. On pourrait imaginer pire compagnie. Quoi qu'il en soit, il me semble essentiel de prendre en compte la différence entre constructivisme et ordre spontané, surtout quand on est dans des domaines comme l'économie et la politique où le constructivise a nettement tendance à foirer.

Là encore l'image est biaisée par la connotation émotionnelle négative que tu y mets. Ce faisant tu induis toi-même ce que tu souhaites démontrer.

Je pense m'être appuyé sur des faits précis pour chaque modification que j'ai apporté : "transgénique" traduit la création volontaire et composite, "au goût bizarre" que la pratique de ce système sera étrange pour toute personne habituée à l'économie normale, "conçu pour combler des carences alimentaires" parce que, les créateurs le disent eux-mêmes, le but est de corriger des carences du marché, "dont la majeure partie de la population ne semble pas souffrir" c'est ce que je constate.

Apres comme nul n'a accès (à ma connaissance) à L'échelle de valeur (avec une majuscule), nous devons bien nous rendre à l'évidence que, si l'idée d'une hiérarchie n'est certainement pas à jeter à la poubelle, l'opérationnaliser risque d’être très très ardu.

De manière amusante (je trouve), c'est exactement ce genre de questionnement qui fait aboutir dans le domaine juridique à la notion de Droit naturel.

Deux services n'étant quasiment JAMAIS parfaitement équivalents on retombe dans le "toutes choses égales par ailleurs" qui ne marche que dans la théorie et qui pose tant de problèmes dans le domaines des sciences humaines.

Si la dimension humaine était absente, la publicité par exemple n'aurait aucun objet. Alors effectivement ça n'apparaît que d'une manière un peu biaisée, mais de toute façon pourquoi faire une telle fixation sur le fait que toute relation économique permette ou non de rencontrer des gens ? Il y a des marchés spécialisés pour ça, et mieux encore, on peut aussi rencontrer des gens "à l'ancienne" sans l'avoir prévu par contrat…

Link to comment

snapback.pnghamtaro, le 27 mars 2012 - 06:06, dit :

Oui… et là nous avons semble-t-il affaire à un systeme d'un niveau plus complexe que ce qui a déjà échoué auparavant.

"Là" en général dans cette situation ou "là" avec la monnaie réinventée par universel (je ne sais plus trop comment ils l'écrivent) ?

Pas compris

Citation

A noter que si un système échoue cela peut être parce qu'il est intrinsèquement dysfonctionnel…Mais cela peut être aussi parce qu'il n'est pas en accord avec le rythme d'évolution des gens (boucle de rétroaction gens=> systèmes systèmes=> gens).

Réessayons d'introduire le communisme, ça se trouve jusqu'à maintenant ça n'a échoué que parce que les gens n'étaient pas prêts /troll :dentier:

Selon de quel communisme tu parles cela n'est pas forcement idiot.

Ce qui n'est pas rigoureux c'est de penser que le fait qu'une chose n'ai pas marché dans le passé nous donne des informations quand à savoir si elles fonctionneras dans le futur. Non que passé/futur soient des notions capitales mais que, ce faisant, d'autres choses changent que tout est rarement "égal par ailleurs", surtout en sciences humaines et assimilés.

Âpres je ne dit pas que tout se vaut : le communisme est porteur d'énormes tares intrinsèques qu'il convient de régler avant de souhaiter raisonnablement le reproposer…Une fois celles ci réglées, l’hypothèse ne me semble pas absurde…

En tous cas pas plus absurde que l'anarcho-capitalisme auquel j’adhère.

La différence c'est que toi et moi "croyons" en l'un et pas en l'autre…Ce qui nous fait voir les choses différemment.

Mais tant que nous n'avons pas expérimentés par nous mêmes nous ne savons pas.

Nous formulons des hypothèses,des modélisations…Mais nous sommes ignorants et essayons de prévoir le futur.

Et des fois, toi comme moi nous trompons…Ce qui ne veut pas dire que tout se vaut puisque le communisme a déja foiré un paquet de fois et que nous en connaissons nombre de dysfonctions…Nous savons donc, pour cette hypothèse, ou porter notre attention.

Chose que l'on sait moins,par exemple, à propos du timurisme puisqu'il n'a pas encore été testé.

Le peu de culture économique que j'ai m'indique que ça ne sera jamais aussi efficace que le marché classique (la monnaie comme le reste) pour gérer la rareté, que les problèmes qu'ils prétendent résoudre sont bien moins importants qu'ils le pensent (si même ils existent), que leurs solutions ne sont de toute manière pas de nature à fonctionner comme ils le prévoient et qu'elles s'accompagneront de tout un tas d'effets pervers que seuls des utilisateurs très idéologisés pourront surmonter.

Plus sérieusement, ils peuvent bien faire ce qu'ils veulent, tant qu'ils ne me forcent pas à utiliser leur sytème.

Je crois que c'est l'important oui.

Le peu de culture économique que j'ai m'indique que ça ne sera jamais aussi efficace que le marché classique (la monnaie comme le reste) pour gérer la rareté,

Tu as raison…Mais ca n'est pas leur but…C'est pour cela qu'ils ne militent pas pour l'abolition du marché classique mais pour l'ajout d'un "patch"…Si tu juge ce qu'ils font avec une échelle de valeur qui n'est pas la leur,tu m'étonnes que tu trouve cela "pourri"…Ca marche avec tout d'ailleurs…

Les montres cartiers c'est nul, ca n'est pas nourrissant.

Mozart ca n'absorbe pas bien les odeurs et Liberaux.org n'a pas agrandit mon pénis…

Ok…Mais est ce que c'etais le but?

Non.

Apres je ne peut pas, effectivement, t’empêcher de te servir de cette vidéo pour te conforter dans un sentiment de pseudo supériorité que tu aura toi même crée pour te faire du bien (quite à passer à coté du monde…)…

C'est vrai.

que les problèmes qu'ils prétendent résoudre sont bien moins importants qu'ils le pensent (si même ils existent),

Question d'échelle de valeur je suppose…Il y a des gens vendent un rein pour i phone…D'autres qui vendent leurs enfants…La multiplicité des echelles de valeurs fait la richesse de l’espèce humaine…Tu semble te poser en juge absolu de ce qui est important et de ce qui ne l'est pas…Comme si ton échelle de valeur étais l’échelle de valeur.

Te comprend-je?

leurs solutions ne sont de toute manière pas de nature à fonctionner comme ils le prévoient

oui

et qu'elles s'accompagneront de tout un tas d'effets pervers que seuls des utilisateurs très idéologisés pourront surmonter.

Oui…Mais comme ce que la plupart prônent ici également me semble t'il…
En d'autres termes, c'est pourri.

En d'autres termes cela ne fait pas sens pour toi et tu l’assènes comme vérité ultime avec une conviction qui ferait passer Jean Luc Mélenchon pour un centriste moderé :)

Citation

Bon…Je te dirais bien que tu pinailles…En tous cas tu sembles comprendre ce que je voulais dire :)

Je pinaille avec Hayek, alors. On pourrait imaginer pire compagnie. Quoi qu'il en soit, il me semble essentiel de prendre en compte la différence entre constructivisme et ordre spontané, surtout quand on est dans des domaines comme l'économie et la politique où le constructivise a nettement tendance à foirer.

Mais on est d'accord que le constructivisme a tendance à foirer parce qu'il méconnait la notion même de systémique…Je ne dit pas le contraire.

On étais partit sur une histoire de cahier des charges ou tu as sauté sur une appellation sans chercher à piger ce que je voulais dire et en me reprenant sur le mot alors que l'important dans un message c'est le sens. (mot qui,du reste,n'étais en plus pas mal utilisé).

La lune,le sage,tout ca…

Quand je dit que tu pinailles c'est que tu amènes la des notions hors propos par rapport au déroulement de la discussion à savoir Hayek, avec lequel je suis d'accord,alors que j'essayais de te dire qqchose (mais bon, au pire tu n'entend pas l'info que je voulais te filer…)

Je pense m'être appuyé sur des faits précis pour chaque modification que j'ai apporté : "transgénique" traduit la création volontaire et composite, "au goût bizarre" que la pratique de ce système sera étrange pour toute personne habituée à l'économie normale, "conçu pour combler des carences alimentaires" parce que, les créateurs le disent eux-mêmes, le but est de corriger des carences du marché, "dont la majeure partie de la population ne semble pas souffrir" c'est ce que je constate.

La encore tu as corrigé une métaphore que j'ai utilisé dans le but qu'elle colle à un hypothétique "réel"…Ce faisant tu es passé à coté du message.

L'avantage c'est que tu n'entend ainsi pas ce que j'ai à te dire.

Tant pis.

Citation

Apres comme nul n'a accès (à ma connaissance) à L'échelle de valeur (avec une majuscule), nous devons bien nous rendre à l'évidence que, si l'idée d'une hiérarchie n'est certainement pas à jeter à la poubelle, l'opérationnaliser risque d’être très très ardu.

De manière amusante (je trouve), c'est exactement ce genre de questionnement qui fait aboutir dans le domaine juridique à la notion de Droit naturel.

Tout à fait…Je te rappelles d'ailleurs que je suis plutôt de tendance anarcap justnaturaliste des fois que tu verrai chez moi qqn à convertir…Nous sommes d'accord sur l'essentiel et je m'étonnes que le superflu ai autant de mal à passer…

Si la dimension humaine était absente, la publicité par exemple n'aurait aucun objet.
Ca n'est pas ce que j'entendais par dimension humaine.le neuro marketing et cie justement instrumentalise l'autre…Il se sert de lui mais ne le reconnait pas dans toute son humanité, précisément.

Alors effectivement ça n'apparaît que d'une manière un peu biaisée, mais de toute façon pourquoi faire une telle fixation sur le fait que toute relation économique permette ou non de rencontrer des gens ?

Le problème n'est pas tant cela que le fait que la plupart des transactions économiques actuelles se font sur un modèle ou les gens ne se voient pas…Ils se considèrent comme des acteurs économiques avant de se voir (quand ils se voient) autrement.

A trop segmenter l'économie du reste de la vie, on finit par croire réellement que celle ci n'en fait pas tout à fait partie.

C'est une faute de raisonnement et le tout est plus que la somme des parties, précisément.

L’économie ne me semble avoir d’intérêt qu'en temps que sous ensemble de la vie…

Certains semblent oublier la finalité et prendre le moyen pour but…

La logique voudrait que l'on regarde la situation globalement…Puis que l'on décortique et utilise la discipline "économie" avant de revenir au général…Certains semblent coincé en mode analytique en ayant perdu la vue d'ensemble de l'activité humaine…

Il y a des marchés spécialisés pour ça, et mieux encore, on peut aussi rencontrer des gens "à l'ancienne" sans l'avoir prévu par contrat…

heureusement oui…Je crois que ces gens veulent mêler la transaction/l'échange de service ET la rencontre…ne serait ce que parce que tous,en nous,avons une humanité ET des choses à échanger et que ce ET est plus riche qu'un OU.

C'est le sens de leur démarche que j'essaie de t'expliquer.

Link to comment

Avant tout, petit point sur les citations.

Pour citer un message, on commence par la balise [*quote] (sans étoile) et on termine par la balise [*/quote]. Tout ce qui est entre ces deux balises, et rien que ça, apparaîtra dans une fenêtre de citation.

[*quote]exemple[*/quote] devient sans étoiles

exemple

Pour faire une citation dans une citation (par exemple, pour citer un message et le message auquel il répondait, on peut utiliser ceci :

[*quote]

début de la citation

[*QUOTE]citation dans la citation 1[*/QUOTE]

milieu de la citation

[*QUOTE]citation dans la citation 2[*/QUOTE]

fin de la citation

[*/quote] (les retours à la ligne ne sont pas nécessaires mais ils peuvent aider à ne pas s'y perdre quand on écrit) qui devient

début de la citation
citation dans la citation 1
milieu de la citation
citation dans la citation 2
fin de la citation

D'autre part, le bouton "plus d'options de réponse" à côté du bouton "ajouter" permet de prévisualiser le message pour éventuellement corriger les fautes ou les fausses manipulations.

Selon de quel communisme tu parles cela n'est pas forcément idiot.

Comme le dit la signature de Marlenus : "moi, chuis communiste, dans le sens que je donne à communiste" Lucilio

Ce qui n'est pas rigoureux c'est de penser que le fait qu'une chose n'ai pas marché dans le passé nous donne des informations quand à savoir si elles fonctionneras dans le futur. Non que passé/futur soient des notions capitales mais que, ce faisant, d'autres choses changent que tout est rarement "égal par ailleurs", surtout en sciences humaines et assimilés.

C'est malin, la science est toute cassée maintenant :(, et pas uniquement les sciences humaines parce que jamais rien n'est totalement égal par ailleurs.

Alors forcément, en partant du principe que les interactions sociales en particulier ne sont en aucun aspect assez régulières pour permettre de prévoir quoi que ce soit, on en arrive à la conclusion que les sciences humaines ne servent à rien, et du coup qu'on peut bien essayer autant de fois qu'on veut d'abolir la propriété privée puisque le futur est imprévisible et on ne sait jamais, peut-être qu'un jour ça ne finira pas en catastrophe.

Mais c'est mal d'introduire la conclusion voulue dans les prémisses, non ? :hypocrite:

Ce qui ne veut pas dire que tout se vaut puisque le communisme a déja foiré un paquet de fois et que nous en connaissons nombre de dysfonctions… Nous savons donc, pour cette hypothèse, ou porter notre attention.

Chose que l'on sait moins,par exemple, à propos du timurisme puisqu'il n'a pas encore été testé.

Et les penseurs qui s'opposaient au communisme avant son application parce qu'ils avaient théorisé son aspect foireux et auxquels le réel a donné raison, c'était un coup de bol ?

Je crois que c'est l'important oui.

C'est aussi parfaitement trivial.

Liberaux.org n'a pas agrandit mon pénis…

Je connais cette théorie.

Après je ne peux pas, effectivement, t’empêcher de te servir de cette vidéo pour te conforter dans un sentiment de pseudo supériorité que tu auras toi même créé pour te faire du bien (quite à passer à coté du monde…)…

Le fait de me dire ça avec tant de condescendance ne témoigne-t-il pas d'une tendance à se conforter dans un sentiment de pseudo-supériorité devant mon esprit si peu ouvert ?

Voilà un débat… assez peu passionnant.

Comme si ton échelle de valeur était l’échelle de valeur. Te comprend-je ?

Non. Je dis que les défauts que leur système prétend corriger n'en sont pas pour la plupart des gens, y compris dans leur clientèle-cible.

En d'autres termes cela ne fait pas sens pour toi et tu l’assènes comme vérité ultime avec une conviction qui ferait passer Jean Luc Mélenchon pour un centriste moderé :)

C'est très bien de relativiser, de chercher à prendre de la hauteur, tout ça. Voici une information sur la nature humaine qui risque de s'avérer capitale dans cette optique : parfois les gens ne sont pas sérieux. On appelle ça de l'humour. En général ça aide à détendre l'atmosphère et à fluidifier les relations sociales, mais c'est tout de suite moins efficace quand quelqu'un prend la plaisanterie au sérieux et traite son interlocuteur de communiste.

La lune, le sage, tout ça…

Quand je dis que tu pinailles c'est que tu amènes là des notions hors propos par rapport au déroulement de la discussion

La paille, la poutre, tout ça… ;)

Là encore tu as corrigé une métaphore que j'ai utilisé dans le but qu'elle colle à un hypothétique "réel"… Ce faisant tu es passé à coté du message.

L'avantage c'est que tu n'entends ainsi pas ce que j'ai à te dire.

Autre hypothèse : je ne suis pas passé à côté du message mais, tout en le comprenant, je ne suis pas d'accord ( :icon_surpris:), ce pourquoi je l'ai modifié afin, à mon tour, de faire passer un message.

L'avantage de ne pas considérer cette hypothèse, c'est que ça évite d'entendre ledit message.

Je te rappelles d'ailleurs que je suis plutôt de tendance anarcap justnaturaliste des fois que tu verrais chez moi qqn à convertir…

Loin de moi cette idée, j'ai passé le stade "jeune prosélyte". Quand je fais une assiciation d'idées qui me paraît intéressante je la partage, c'est tout.

Le problème n'est pas tant cela que le fait que la plupart des transactions économiques actuelles se font sur un modèle ou les gens ne se voient pas…Ils se considèrent comme des acteurs économiques avant de se voir (quand ils se voient) autrement.

A trop segmenter l'économie du reste de la vie, on finit par croire réellement que celle ci n'en fait pas tout à fait partie.

Je comprends bien ces critiques faites à l'économie et dont découle le système "universel". Comme je le dis plus haut, je les trouve en fait beaucoup plus superficielles qu'elles en ont l'air, et les solutions proposées ne sont pas vraiment de nature à les résoudre.

Link to comment

Citation

Là encore tu as corrigé une métaphore que j'ai utilisé dans le but qu'elle colle à un hypothétique "réel"… Ce faisant tu es passé à coté du message.

L'avantage c'est que tu n'entends ainsi pas ce que j'ai à te dire.

Autre hypothèse : je ne suis pas passé à côté du message mais, tout en le comprenant, je ne suis pas d'accord ( :icon_surpris:), ce pourquoi je l'ai modifié afin, à mon tour, de faire passer un message.

L'avantage de ne pas considérer cette hypothèse, c'est que ça évite d'entendre ledit message.

Bon…je crois qu'on arriveras pas à nous comprendre cette fois ci.

Je me suis demandé si tu avais entendu ce que je disait et que tu n'étais juste pas d'accord…Mais je doute que tu parviennes à reformuler mon propos à dire vrai.Si c'est le cas cela signifieras qu'en effet tu n'est juste pas d'accord.

Si tu veut essayer afin de voir si c'est effectivement le cas nous pouvons faire la tentative.

Sinon je pense que tu vivras très bien sans entendre ce que je souhaitais partager avec toi.

C'est juste dommage d'un certain point de vue.

Mais pas grave.

Comme tu veut, donc. :icon_coucou:

Link to comment

J'ai rarement lu des conneries aussi lourdes.

Franchement, amis psycho-sociologues, sans vouloir vous vexer, avant d'essayer de réinventer l'économie, apprendez comment elle marche.

Bonne chance pour trouver des couillons pour accepter d'utiliser cette monnaie tout en bossant plus dur que la moyenne, sauf à construire de gros murs avec des miradors et des nids de mitrailleuses.

Link to comment

Oh, je pensais que tout ça avait été supprimé :lol:

Mais je doute que tu parviennes à reformuler mon propos à dire vrai.

Il est incorrect de juger ce projet uniquement en terme d'efficacité économique par rapport au marché classique parce que son objectif est précisément d'intégrer une autre dimension (la prise en compte de la rencontre humaine, pourrait-on dire) à l'économie.

Cette fusion de plusieurs aspects des relations sociales en fait un objet inédit dont on ne peut guère préjuger de l'intérêt a priori. Le fait qu'il survive ou pas est largement dépendant des contingences et en tant que tel ne peut pas non plus constituer une base de jugement.

Quoi qu'il en soit c'est une tentative qui va dans le bon sens (celui de la prise en compte de l'humain dans sa totalité) et qui, bien que pour l'instant imparfaite, sera sans doute répétée et perfectionnée car elle répond à un profond besoin.

:lecon:

Link to comment
  • 3 weeks later...

Dans la catégorie, même sur Forbes, des nigauds produisent des articles où ils mélangent tout en économie :

http://www.forbes.com/sites/timothylee/2012/04/14/why-inflation-isnt-a-moral-issue/

Why inflation isn't a moral issue

One of the recurring themes you see in debates over monetary policy is the idea that inflation is a moral issue. People will often point out indignantly that today’s dollar is worth only five percent of what dollars were worth a century ago. Inflation hawks sometimes describe inflation as a kind of theft.

Clearly, really high levels of inflation have devastating economic consequences, as Weimar Germany and modern-day Zimbabwe have discovered. But so long as inflation is kept at the moderate, largely single-digit levels Western democracies have seen in recent decades, moralizing about inflation simply doesn’t make sense. There’s no particular reason to prefer an inflation rate of 0 to a 2 percent or 4 percent inflation rate, and indeed, the latter may have important advantages.

Economists like to say that money serves two primary purposes: it serves as a medium of exchange and a store of value (many also describe it as a unit of account, but this is largely a consequence of the other two functions). Inflation—even in the single digits—prevents money from working effectively as a long-term store of value. If you were born in 1920 and your retirement plan was to put $100 bills under your mattress, the inflation of the 1970s would have destroyed the majority of the value of your savings.

The problem with this line of argument is that even stable money is a bad long-term store of value. That’s because modern capital markets offer you the opportunity to not just preserve the value of your money but dramatically increase it by investing in productive assets. You can buy stocks, bonds, or real estate, all of which generate a stream of income that increases the value of your investment.

Stocks and real estate are inherently inflation-protected; if the price level doubles, the value of your house and your shares of Microsoft stock will double with it. And bonds typically pay an interest rate that “prices in” the expected rate of inflation over the course of the bond’s life. So an economy with a consistent inflation rate of 5 percent isn’t particularly better or worse for savers than an economy with a stable price level.

Of course, unexpected changes in the price level can cause losses (or gains) for savers. But given how easy it is to invest in inflation-protected assets, it’s hard to see why this should be regarded as an injustice perpetrated against people who hold dollars. If I invest my life savings in oil, and then Saudi Arabia discovers a massive new oil well that causes the price of oil to drop by 10 percent, it would be silly to say that Saudi Arabia has stolen 10 percent of my life savings. I just made a bad bet. Exactly the same point applies to money.

So there’s an important assymetry between the “medium of exchange” function of money and its “store of value” function. There are many alternative assets that can perform money’s “store of value” function;some of them perform the role even better than dollars do. But only dollars play the “medium of exchange” role in the United States. That’s why if there aren’t enough dollars to go around, people start cutting back on their spending and the economy goes into recession. So it’s foolish for a central bank to become so concerned with preserving the long-term value of the dollar that it fails to provide enough liquidity, thereby tipping the economy into a recession. Ensuring that money performs its “medium of exchange” function well should be a central banker’s top priority, even if that means allowing the currency to lose value over time.

Il y a des claques qui se perdent.

Link to comment

Je ne comprend pas le concept de monnaie étalonnée sur le temps. Quoi qu'on fasse, notre ressource en temps (la période entre notre naissance et notre date d'expiration) ne sera jamais réapprovisionnée. Jamais. Alors comment pourrait on échanger des excès de temps ? On ne peut pas. Il n'y a pas d'excès à échanger… J'ai 10 ans de trop à vivre, je te les échange contre X produits. J'ai du mal à saisir. Je n'investirai pas un brouzoufle dans une monnaie pareille, autant acheter le papier Q officiel de la BCE.

Quand je ne comprends pas une évaluation et ce qu'on échange réellement, je n'achète pas.

PS : Jerry de l'autre pauvre qui nous vante encore les dépenses pour devenir riche. Si les gens arrêtent de dépenser comme de grands malades, ils deviendront riches. Que des indicateurs en bois comme le PIB disent le contraire ne m'importe pas.

Link to comment

Je ne comprend pas le concept de monnaie étalonnée sur le temps. Quoi qu'on fasse, notre ressource en temps (la période entre notre naissance et notre date d'expiration) ne sera jamais réapprovisionnée. Jamais. Alors comment pourrait on échanger des excès de temps ? On ne peut pas. Il n'y a pas d'excès à échanger… J'ai 10 ans de trop à vivre, je te les échange contre X produits. J'ai du mal à saisir. Je n'investirai pas un brouzoufle dans une monnaie pareille, autant acheter le papier Q officiel de la BCE.

Ne cherche pas à comprendre. C'est juste une application un peu trop littérale de l'expression "le temps, c'est de l'argent".

Il y a peut-être plusieurs façons d'expliquer pourquoi cette idée est saugrenue, mais selon moi c'est tout simplement parce que la valeur d'un service ou d'un bien n'a pas grand chose à voir avec la durée nécessaire pour le fournir ou le fabriquer.

Une heure du travail de Picasso n'aura jamais la même valeur qu'une heure de travail d'un balayeur.

Link to comment

C'est une bien mauvaise méthode de valuation cette monnaie. Evidemment, je peux passer des heures à produire le même plat qu'un cuisinier pro fera en une heure. Néanmoins, mon plat ne vaudra pas plus que le plat du pro parce que j'aurais galérer plus longtemps à le produire.

Le monde est plein de fous.

Link to comment
  • 1 year later...

http://www.lemonde.fr/argent/article/2013/11/14/face-a-la-crise-les-monnaies-locales-se-developpent_3513406_1657007.html
 
 
 


Face à la crise, les monnaies locales se développent

3513858_3_f643_la-monnaie-locale-eusko-e

Eusko au Pays basque, Sol Violette à Toulouse, Abeille à Villeneuve-sur-Lot, Galléco en Ille-et-Vilaine… depuis quelques années, de nouvelles monnaies se développent en France. Créées par des associations citoyennes et soutenues par les collectivités locales, ces nouvelles monnaies, diffusées sous la forme de billets, sont convertibles en euros et permettent aux citoyens d'une région de faire leurs achats ou leurs ventes dans une autre monnaie que l'euro.
Acceptées uniquement par des acteurs économiques engagés, elles permettent de redynamiser l'activité des centres-villes et de favoriser le développement de circuits économiques courts entre producteurs d'une région et consommateurs locaux.
Elles peuvent aussi circuler uniquement entre acteurs soucieux de promouvoir un développement durable. Dans ce cas, les acteurs non respectueux des critères environnementaux et sociétaux ne peuvent adhérer à l'association qui porte la monnaie.
MONNAIES ÉPHÉMÈRES
Autre caractéristique de ces nouvelles monnaies, leur aspect éphémère. Certaines d'entre elles sont dites "fondantes" : leur durée de vie est limitée afin d'inciter les utilisateurs à la faire circuler et non à la thésauriser ! Car l'enjeu est bien là : redonner à l'argent son rôle d'outil permettant de recréer du lien entre les individus sur un territoire donné.
"Le but n'est pas seulement de soutenir les petits commerces ou producteurs locaux, il s'agit aussi de récréer une vie de quartier", souligne Anne-Cécile Ragot, directrice associée d'Alternatives et Alliances, une agence conseil en innovation sociétale, qui travaille actuellement à la mise en place d'une monnaie locale pour revitaliser les villes de Grigny et de Vitry-Châtillon.
"L'enjeu est aussi social, poursuit-elle. Nous envisageons que les aides apportées aux personnes en difficulté sociale puissent se faire en monnaie locale afin qu'elles puissent faire leurs courses avec de vrais billets et non plus avec des tickets ou coupons alimentaires stigmatisants."
CONCURRENCE AVEC L'EURO
Ces monnaies sont-elles en concurrence avec l'euro ? "Pas du tout", répondent les initiateurs de la monnaie basque baptisée Eusko. "Il s'agit d'offrir un outil monétaire, qui permet au final de créer des emplois locaux. Nous nous efforçons d'enlever de la tête des gens l'idée selon laquelle c'est une monnaie de substitution. Elle est complémentaire", précise un responsable de l'association de bénévoles qui porte cette nouvelle monnaie.
Lancée en janvier 2013, l'Eusko a déjà séduit près de 500 entreprises, commerces et associations, qui ont décidé de convertir quelques milliers d'euros en Eusko. Neuf mois après son lancement, les transactions réalisées en Euskos représentent l'équivalent de 180 000 euros, essentiellement sur Bayonne. Un succès qui en dit long sur le potentiel de ces monnaies alternatives.
En Grèce, dans certains quartiers d'Athènes, les habitants démunis sont allés encore plus loin. Ils ont redonné de la valeur à leurs savoir-faire en créant leur propre monnaie (le TEM) pour pouvoir continuer à se nourrir, à réparer leur voiture… et ce, sans avoir un euro en poche !

Link to comment

 

P-tain mais c'est QUOI une association pas citoyenne ? Un groupement de schtroumpfs ? Une phallange de lolcats ?

 

Et puis pardon, mais le but de la monnaie n'a jamais été de "créer du lien social" ... Ces niaiseries dégoulinantes sont pénibles à la longue.

Link to comment

J'aime bien tous les poncifs de l'article, c'est fantastique. Ce qui m'a le plus fait rire c'est :

- "leur durée de vie est limitée afin d'inciter les utilisateurs à la faire circuler et non à la thésauriser !"

- "Il s'agit d'offrir un outil monétaire, qui permet au final de créer des emplois locaux. Nous nous efforçons d'enlever de la tête des gens l'idée selon laquelle c'est une monnaie de substitution. Elle est complémentaire".

 

Et le meilleur pour la fin : "Dans ce cas, les acteurs non respectueux des critères environnementaux et sociétaux ne peuvent adhérer à l'association qui porte la monnaie."

:lol:

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...