Jump to content

Rôle de l'Etat dans la conquète spatiale  

113 members have voted

  1. 1. Selon vous, quelle place doit prendre l'Etat dans la conquète de l'espace ?

    • La conquète de l'espace est l'un des rares domaines dans lequel l'intervention de l'Etat prend tout son sens.
      2
    • L'Etat peut intervenir mais il ne doit pas empêcher les initiatives privées
      29
    • L'Etat peut intervenir mais il doit cesser d'envoyer des hommes. Leur utilité est négligeable par rapport au coùt exorbitant des missions habitées. Les sondes d'exploration et grands observatoires doivent être privilégiés.
      3
    • L'Etat ne doit pas intervenir opérationnellement mais peut apporter une aide scientifique à travers les universités
      13
    • L'Etat ne doit pas intervenir du tout. Ceux qui veulent explorer l'espace doivent le faire par leurs propres moyens. Et tant pis si les résultats obtenus seront inférieurs à ceux obtenus jusqu'ici grâce à l'intervention de l'Etat.
      66


Recommended Posts

Hm, c'est pas faux ça.

C'est vrai que j'étais peut-être pessimiste, car je viens de me rappeler l'équivalent financement de l'ESA: comme ils disent, un ticket de cinoche par citoyen européen par an. 7,4€, précisément, leur budget est ridicule face à la NASA, donc ils font plus dans l'économique. Limite, y'aurait même moyen d'augmenter leur budget… :o

Share this post


Link to post
Share on other sites
si on avait des impôts libres, je serais ravi de payer

Tu veux dire de l'argent qu'on est forcé de perdre alors autant en faire quelque chose de fun ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
La survie de "l'Homo politicus" ?

Toute recherche spatiale n'est pas forcément étatique. Le fait que la politique se mêle de quelque chose n'implique pas que cette chose n'a pas de valeur en soi. À long terme, la possibilité de coloniser l'espace sera déterminante pour la survie de l'espèce.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu veux dire de l'argent qu'on est forcé de perdre alors autant en faire quelque chose de fun ?

Dans l'idée d'une société plus libérale que celle qu'on a actuellement, où à défaut de ne plus avoir d'Etat on a déjà un meilleur contrôle sur celui-ci ?

Mais ce n'était pas vraiment une hypothèse de société en soi, plutôt une expression, visant à dire que quitte à filer du fric à l'Etat, je préférerais au moins le voir utilisé pour quelque chose d'intéressant plutôt que pour les habituelles gabegies politiciennes.

Parce que bon, imaginant mal Hollande virer libertarien au lendemain de son élection, j'imagine que je vais continuer à payer mes impôts pour un moment…

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

Le problème c'est qu'on parle là de recherches fondamentales qui n'ont pas de rentabilité autre que philosophique, donc une importance très subjective.

les projets de recherche du CERN on donné naissance a de nombreuses application quotidienne, euh le smtp, le html et plus recement le grid computing…

enfin bref, envoyer un bidule dans l'espace n'est certes pas funky pour un economiste. En revanche, tout ce qui est autour et qui n'est pas visible directement l'est bcp plus.

En somme on a tout a gagner a investir, de manière privée ou etatique, dans la conquete spatiale. Que le but visé soit atteint ou pas, que cela soit rentable ou pas, n'est pas primordial, les chemins utilisé pour y parvenir sont plus "rentable" tant sur le point R&D, théorie pure qu'economique….

et pour revenir sur un point discuté plus haut. Etat ou privé, n'est ce pas finalement l'individu qui fait la difference? a partir du moment ou il a les moyens de concretiser son projet de recherche….Je reconnais en revanche que la plupart des "découvertes" sont issues du privé. N'est ce pas simplement parceque l'etat n'arrive pas a suivre?

le militaire qui lui se donne les moyens, concretise ses projets avec pas mal du succés (pour n'en citer qu'un, les bombardier furtifs)…

Share this post


Link to post
Share on other sites

le militaire qui lui se donne les moyens, concretise ses projets avec pas mal du succés (pour n'en citer qu'un, les bombardier furtifs)…

C'est ce genre de "succès" qui ont ruiné les états-Unis.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

C'est ce genre de "succès" qui ont ruiné les états-Unis.

ah bon? je croyais que c'etait la production massive et l'utilisation de ces joujous plutot que leur conception….non?

Share this post


Link to post
Share on other sites

ah bon? je croyais que c'etait la production massive et l'utilisation de ces joujous plutot que leur conception….non?

L'un entraine l'autre.

Je copie colle ce que j'avais posté sur un autre forum :

Pour compléter ce que tu dis, voila un petit résumé de la destiné d'un projet lambda d'armement américain.

Il était une fois, des lobbyistes présentent un projet d'une nouvelle arme. Sans même parler de l'aspect morale de la chose (on parle quand même de tuer des gens), les performances sont toujours surestimées et les couts systématiquement sous estimés.

Quand on se rend compte qu'on s'est fait avoir, il est trop tard ! La deuxième arnaque à déjà eu lieu, elle s'appelle "political engineering". En gros, les lobbyistes ont fait en sorte que les boulots des mecs associés au programme sont réparties dans tellement de circonscriptions de députés qu'une fois les dépenses faites il devient politiquement impossible de revenir en arrière, peu importe l'absurdité du programme, peu importe son inefficacité, peu importe même de savoir si l'ennemi auquel est supposé être combattu par la nouvelle arme existe encore ou non !

Autre effet kiss cool : les entreprises ayant le Pentagone comme client ont tellement été perverties par ce système qu'elles ont perdus toutes capacités à pouvoir un jour êtres compétitives, d'où leur empressement de maintenir ce système => le cercle vicieux continue.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

L'un entraine l'autre.

Je copie colle ce que j'avais posté sur un autre forum :

mouais… on est a deux enjambés du complot, mais peu importe; pour revenir au débat initial, ton point de vue reviendrait a dire qu'il ne faut pas developper la conquete spatiale du fait des possibles conséquences de tel programmes (par ex, projet star wars, espionage satelittes, etc..).

aussi on en revient a se demander le but de la conquete spaitale, etatique, militaire ou privée…

Share this post


Link to post
Share on other sites

Toute recherche spatiale n'est pas forcément étatique. Le fait que la politique se mêle de quelque chose n'implique pas que cette chose n'a pas de valeur en soi. À long terme, la possibilité de coloniser l'espace sera déterminante pour la survie de l'espèce.

On est d'accord, mais je n'ai pas l'impression que c'est ce qui se fait actuellement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest

On est d'accord, mais je n'ai pas l'impression que c'est ce qui se fait actuellement.

toutafé, ce n'est pas à l'ordre du jour, puisque l'on doit d'abord determiner la valeur de l'humain en tant qu'espece "spation pelerine"… et oui survivre dans le grand vide, sous l'assaut de rayons cosmiques n'est pas une mince affaire….

on en reparlera le jour ou l'on ira sur la lune comme on va voir les glaces du Spitzberg…

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans l'idée d'une société plus libérale que celle qu'on a actuellement, où à défaut de ne plus avoir d'Etat on a déjà un meilleur contrôle sur celui-ci ?

Mais ce n'était pas vraiment une hypothèse de société en soi, plutôt une expression, visant à dire que quitte à filer du fric à l'Etat, je préférerais au moins le voir utilisé pour quelque chose d'intéressant plutôt que pour les habituelles gabegies politiciennes.

Parce que bon, imaginant mal Hollande virer libertarien au lendemain de son élection, j'imagine que je vais continuer à payer mes impôts pour un moment…

[polémique]On sait où ça mène les compromis, on commence comme ça et on finit par s'allier avec Bayrou[/polémique]

mais un pour médicament dont le calcul de rentabilité est mauvais mais qui peut quand même améliorer la santé ou le traitement de patients, du coup on laisse tomber ?

Si ça peut sauver la vie de beaucoup de monde alors c'est rentable. Sinon, ça ne l'est pas et ça signifie effectivement qu'aucun laboratoire ne se lancera là dedans. Mais l'argent économisé sera investi ailleurs, pour soigner des maladies plus rentables (et touchant donc plus de monde). Au final, l'humanité est gagnante. Alors certes ça crée des maladies orphelines auxquelles personne (ou presque) ne veut s'attaquer, mais on peut se consoler en constatant que le choix n'est pas entre soigner 100 personnes dans le monde ou ne pas les soigner, mais entre soigner ces 100 personnes ou en soigner 1 million d'autres. C'est comme ça, c'est la dure loi de la vie dans cette réalité si pénible et avare de bisous.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un projet hallucinant qui m'a bien fait marrer quand j'en ai entendu parler ce matin à la radio: Mars One:

« Un reality show qui, en 2023, installerait quatre personnes sur Mars sans espoir de retour : c’est le projet baroque d’une équipe hollandaise dans laquelle on trouve entre autres un producteur de télévision (Paul Römer) et un prix Nobel de physique (Gerard 't Hooft). Les candidatures seront ouvertes l'an prochain. »

Depuis quelques années je pense qu'envoyer des hommes dans l'espace, c'est débile et ça sert pas à grand chose. Par contre je n'avais jamais pensé à l'idée de faire de certains corps célestes des studios pour de la télé-réalité!!

Quelque part je trouve ça tordant: les malheureux naïfs qui accepteront seront amenés sur un endroit plus inhospitalier que les pires déserts terrestres, presque sans espoir de retour. Tout ça pour quoi ? Pour amuser la gallerie sur Terre.

Exploiter aussi cyniquement l'illusion actuelle sur la conquète spatiale, ça relève du génie selon moi.

Aussi longtemps qu'on n'aura pas trouvé d'endroit à peu près habitable, il est complètement déraisonnable de faire autre chose que de se contenter d'envoyer des machines (qui de toute façon font très bien le boulot: Mars désormais est tout de même assez bien connue, par exemple).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Eyh, c'est pas si con que ça, on dirait qu'ils ont un business plan, quand même. C'est pas des fonds publics, c'est du partenariat avec les entreprises spatiales privées, et le reality show susciterait assez d'attention pour financer pas mal via les sponsors. Dans un sens, c'est une manière de faire de l'exploration humaine sans fond public, ce qui serait bien une première.

Aussi longtemps qu'on n'aura pas trouvé d'endroit à peu près habitable, il est complètement déraisonnable de faire autre chose que de se contenter d'envoyer des machines (qui de toute façon font très bien le boulot: Mars désormais est tout de même assez bien connue, par exemple).

Oh pas tant que ça. Les ingés en charge des robots d'exploration se creusent pas mal la tête pour essayer d'aller plus loin. Le truc c'est que pour connaître la planète réellement (et savoir s'il y a eu de la vie dessus, voire s'il y en a encore), il faut creuser, et avoir un labo chimique sur place. Les derniers robots en date incorporent effectivement des foreuses et de minis labos automatisés, mais c'est un peu galère. Un seul homme avec son équipement réaliserait tout ça en quelques minutes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Aussi c'est actuellement très compliqué pour une machine de reconnaître une potentielle vie extraterrestre.

(en gros si ce n'est pas pareil que sur terre ça passera pour un truc bizarre au mieux)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Aussi c'est actuellement très compliqué pour une machine de reconnaître une potentielle vie extraterrestre.

(en gros si ce n'est pas pareil que sur terre ça passera pour un truc bizarre au mieux)

De toutes façons, ils ne respecteront pas le régime paléo, par définition. Je propose donc de les vitrifier :dents: .

Share this post


Link to post
Share on other sites

De toutes façons, ils ne respecteront pas le régime paléo, par définition. Je propose donc de les vitrifier :dents: .

Je suis sûr qu'en plus ils sont de mèche avec Sadam et construisent des armes de destruction massive !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vous écrivez tous comme si l'aérospatiale est quelque chose condamné a être déficitaire.

Or ce n'est pas du tout le cas, ces secteurs peuvent très bien assurer leur existence par leurs lien avec l'aéronautique, avec le militaire, le commerce de technologies, et dans pas si longtemps le tourisme spatial.

Ce qui bloque la recherche spatiale, c'est entre autres la décision de l'ONU de traiter l’espace comme un territoire neutre, c'est a dire qui ne peut appartenir ni au privé, ni a l'Etat. (principe de non appropriation)

Je me demande combien d'Etats et des sociétés privées auraient investies sur les expéditions des conquistadores si on avait décrété la même chose sur les Amériques en 1492.

Cependant je reste convaincu que ce principe volera en éclats dés qu'on se rendra compte qu'il faut aller chercher certaines ressources dans l’espace (ou plus simplement si on découvre des fillons rentables a exploiter.) A ce moment il vaudra mieux avoir un programme spatial déja prêt, donc autant considérer que c'est aussi un investissement a long terme.

(C'est déja ce qui passe un peu pour les térritoires neutres sur Terre, surtout l’arctique, riche en ressources)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vous écrivez tous comme si l'aérospatiale est quelque chose condamné a être déficitaire.

A mon avis, c'est effectivement le cas à court terme. Le spatial dépend encore complètement des fonds publics.

Par contre, on vient justement d'atteindre le point où le secteur public a rendu ces technologies rentables: du coup, le secteur privé vient de s'y immiscer, avec succès. Et ça, amha, ça veut dire qu'à moyen terme on a une chance de voir émerger un secteur spatial rentable et performant. Un secteur privé, bien sûr. On vient déjà de voir SpaceX lancer une capsule vers ISS avec succès. Comparez au secteur public: les USA sont hors course depuis l'arrêt des navettes l'Europe a développé l'ATV à grands frais, les Russes restent encore au vieux Soyouz/Progress.

Il suffit de cumuler ça à l'apparition de visionnaires comme ceux de Planetary Resources ou encore le premier spaceport mondial de Virgin Galactic, et on peut avoir pas mal d'espoir pour ce secteur. Malheureusement, je crains que ces espoirs ne soient surtout américains. L'Europe, qui écrase complètement l'innovation privée et donc le secteur public phagocyte tout, n'a pas d'innovateur pour reprendre le flambeau. Les deux grosses entreprises spatiales que sont Thales Alenia Space et Astrium ont des capacités très importantes, et s'intéressent à la problématique (Astrium étudie aussi le tourisme spatial et le vol sub-orbital pour le transport de passager), mais je crains que leur importante dépendance au secteur public ne freine leur envol… Elles suivront, mais justement, je crains qu'elles ne fassent que suivre.

Après, c'est mon analyse de la chose pour ce qu'on en voit actuellement, j'espère que l'avenir me donnera au moins un peu tord sur les problèmes européens.

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'autre explication c'est que c'était du militaire à la base. Ce qui rend la chose légitimement étatique - au départ, dans ce cadre- si on n'est pas anarcap'.

Les investissements militaires font partie des dépenses avec l'argent des autres, mais faites dans l'intérêt du dépenseur, là où la recherche publique dépense l'argent des autres, mais dans l'intérêt des autres.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me demande combien d'Etats et des sociétés privées auraient investies sur les expéditions des conquistadores si on avait décrété la même chose sur les Amériques en 1492.

Hum hum …

Sans verser dans la repentance, l'Amérique n'était pas un territoire 'neutre'.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vous écrivez tous comme si l'aérospatiale est quelque chose condamné a être déficitaire.

Or ce n'est pas du tout le cas, ces secteurs peuvent très bien assurer leur existence par leurs lien avec l'aéronautique, avec le militaire, le commerce de technologies, et dans pas si longtemps le tourisme spatial.

Ce qui bloque la recherche spatiale, c'est entre autres la décision de l'ONU de traiter l’espace comme un territoire neutre, c'est a dire qui ne peut appartenir ni au privé, ni a l'Etat. (principe de non appropriation)

Je me demande combien d'Etats et des sociétés privées auraient investies sur les expéditions des conquistadores si on avait décrété la même chose sur les Amériques en 1492.

L'espace ne peut pas être approprié effectivement, étant infini ça n'a pas de sens de déclarer arbitrairement que tel bout d'espace t'appartient si tu ne le travailles pas (et c'est quand même assez compliqué de travailler du vide). Tout juste tu peux déclarer que ta navette t'appartient et 100 mètres aux alentours.

En ce qui concerne la Lune ou toute autre planète, comme sur Terre, on ne peut s'approprier que ce que l'on travaille, pas déclarer arbitrairement que la planète t'appartient.

Mais il est vrai que déclarer l'espace non appropriable a priori comme le fait l'ONU est une connerie.

Share this post


Link to post
Share on other sites

(C'est déja ce qui passe un peu pour les térritoires neutres sur Terre, surtout l’arctique, riche en ressources)

C'est très vrai ça. J'ai entendu un reportage à la radio sur le sujet. C'est assez passionnant et très illustratif des problèmes liés au concept de propriété.

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'espace ne peut pas être approprié effectivement, étant infini ça n'a pas de sens de déclarer arbitrairement que tel bout d'espace t'appartient si tu ne le travailles pas (et c'est quand même assez compliqué de travailler du vide). Tout juste tu peux déclarer que ta navette t'appartient et 100 mètres aux alentours.

En ce qui concerne la Lune ou toute autre planète, comme sur Terre, on ne peut s'approprier que ce que l'on travaille, pas déclarer arbitrairement que la planète t'appartient.

Mais il est vrai que déclarer l'espace non appropriable a priori comme le fait l'ONU est une connerie.

Pour l'anecdote il y a quand même des sociétés qui vendent des bouts de Lune ou même des étoiles. Chose tout à fait possible via la loi américaine ("premier arrivé, premier servi"), mais sans préciser qu'au bout de X années d'inactivité le territoire redevient automatiquement neutre puisque comme tu l'as dit, non exploité.

Ceci dit, je doute que le pompeux "patrimoine de l'Humanité" onusien bloque quoique ce soit en recherche spatiale. La preuve avec Planetary Resources.

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'espace ne peut pas être approprié effectivement, étant infini ça n'a pas de sens de déclarer arbitrairement que tel bout d'espace t'appartient si tu ne le travailles pas (et c'est quand même assez compliqué de travailler du vide).

Je ne suis pas du tout d'accord avec cette conception de la propriété basée sur le travail (et là je sens que je vais me faire conspuer puisque c'est la conception standard chez les libéraux (théorisée par exemple par Rothbard je crois?)).

Tout d'abord, tu peux souhaiter posséder quelque chose pour l'utiliser (je préfère ce terme plutôt que "travailler") plus tard. Par exemple on peut très bien acheter un terrain et ne pas y toucher pendant des années, tout simplement parce qu'on attend de disposer des ressources nécessaires pour "s'y mettre". On peut aussi souhaiter acheter un terrain parce qu'on pense qu'il est sous-valorisé et qu'on pourra faire une plus value. D'un point de vue libéral il n'y a rien de honteux à cela mais selon votre conception de la propriété on ne pourrait être propriétaire d'un terrain que si on y passe tout de suite toutes ses journées et qu'on travaille dessus tout le temps. Un juge pourrait même vous exproprier s'il estime que vous ne vous en occupez pas assez.

Comme je l'ai déjà expliqué sur ce forum, pour moi la propriété c'est la possession revendiquée. Par revendiqué j'entends qu'elle est proclamée, et éventuellement formalisée et transcrite sur papier par les forces publiques qui lui donne en caractère "officiel".

Sans la possession, c'est à dire la capacité à controler concrêtement l'accès à la chose possédée, la propriété n'est qu'une coquille juridique vide qui perd l'essentiel de son sens.

L'espace est difficulement contrôlable parce qu'il est difficile d'y mettre des clotures. Un espace maritime est difficilement contrôlable aussi mais ça reste faisable en utilisant une flotte lourdement armée pour surveiller les alentours. Vous verrez qu'on y viendra autour de l'Arctique.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais il est vrai que déclarer l'espace non appropriable a priori comme le fait l'ONU est une connerie.

Je te suis sur ce point bien entendu, mais tu te doutes que cette mesure vise plus les Etats eux-mêmes que les personnes privées. Vu le trolling concernant les territoires terriens, on risque d'avoir la même chose pour l'espace mais puissance un milliard). Voir la liste ahurissante des territoires encore disputés entre Etats : http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_territorial_disputes

Je ne suis pas du tout d'accord avec cette conception de la propriété basée sur le travail (et là je sens que je vais me faire conspuer puisque c'est la conception standard chez les libéraux (théorisée par exemple par Rothbard je crois?)).

Tout d'abord, tu peux souhaiter posséder quelque chose pour l'utiliser (je préfère ce terme plutôt que "travailler") plus tard. Par exemple on peut très bien acheter un terrain et ne pas y toucher pendant des années, tout simplement parce qu'on attend de disposer des ressources nécessaires pour "s'y mettre". On peut aussi souhaiter acheter un terrain parce qu'on pense qu'il est sous-valorisé et qu'on pourra faire une plus value.

Quand tu dis "j'achète un terrain" et lorsque Tremendo te dit "ça n'a pas de sens de déclarer arbitrairement que tel bout d'espace t'appartient si tu ne le travailles pas" vous dites exactement la même chose.

En effet, l'argent que tu as utilisé est du travail incorporé, tu l'as obtenu (dans le cas général) en bossant.

D'un point de vue libéral il n'y a rien de honteux à cela mais selon votre conception de la propriété on ne pourrait être propriétaire d'un terrain que si on y passe tout de suite toutes ses journées et qu'on travaille dessus tout le temps. Un juge pourrait même vous exproprier s'il estime que vous ne vous en occupez pas assez.

A priori ce que tu dis n'arrivera jamais, on fait ce qu'on veut de sa propriété. En revanche, on peut estimer qu'au bout de 50 ans, quand quelqu'un n'a rien fait d'un terrain, qu'on n'a pas de nouvelles, etc. celui-ci redevient appropriable.

L'espace est difficulement contrôlable parce qu'il est difficile d'y mettre des clotures. Un espace maritime est difficilement contrôlable aussi mais ça reste faisable en utilisant une flotte lourdement armée pour surveiller les alentours. Vous verrez qu'on y viendra autour de l'Arctique.

"Microsoft", "Apple" sont des marques reconnues, dont la valeur est immense. Ces marques, se sont des actifs, dont la propriété est identifiée, elles appartiennent à quelqu'un.

Quelles sont les clôtures que ces compagnies mettent autour de leurs marques pour les défendre contre une appropriation indue?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne suis pas du tout d'accord avec cette conception de la propriété basée sur le travail (et là je sens que je vais me faire conspuer puisque c'est la conception standard chez les libéraux (théorisée par exemple par Rothbard je crois?)).

Communiste! :P

Tout d'abord, tu peux souhaiter posséder quelque chose pour l'utiliser (je préfère ce terme plutôt que "travailler") plus tard. Par exemple on peut très bien acheter un terrain et ne pas y toucher pendant des années, tout simplement parce qu'on attend de disposer des ressources nécessaires pour "s'y mettre".

Moi je ne parle que de terrains qui n'ont jamais été appropriés, des terrains vierges, ce qui n'est pas le cas dans ton exemple puisque si je l'ai acheté c'est que le terrain avait été exploité et approprié déjà auparavant.

On peut aussi souhaiter acheter un terrain parce qu'on pense qu'il est sous-valorisé et qu'on pourra faire une plus value. D'un point de vue libéral il n'y a rien de honteux à cela mais selon votre conception de la propriété on ne pourrait être propriétaire d'un terrain que si on y passe tout de suite toutes ses journées et qu'on travaille dessus tout le temps. Un juge pourrait même vous exproprier s'il estime que vous ne vous en occupez pas assez.

Ca n'a rien de honteux d'acheter un terrain (qui a donc déjà été exploité par d'anciens propriétaires) pour le laisser en état effectivement, mais sache que le Droit prévoit de remettre en vente un terrain non-utilisé ni occupé depuis quelques décennies.

En revanche ce qui est honteux c'est de déclarer que t'appartient un terrain grand comme la France qui n'a jamais été un titre de propriété ni n'a été exploité par personne.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi je ne parle que de terrains qui n'ont jamais été appropriés, des terrains vierges, ce qui n'est pas le cas dans ton exemple puisque si je l'ai acheté c'est que le terrain avait été exploité et approprié déjà auparavant.

J'ai donné deux exemples. Le premier peut très bien s'appliquer à un terrain vierge. On peut décider de mettre des clotures autour et donc de s'approprier la chose alors qu'on a pas l'intention d'en faire quoi que ce soit à court terme. De toute façon on n'a pas à juger les intentions des gens quand ils acquièrent quelque chose. Si le gars investit de l'argent et de l'énergie pour cloturer et défendre ce terrain, il doit avoir ses raisons.

Et puis cette idée de propriété basée sur le travail est très limitée. Tout comme on peut posséder des biens mobiliers qui n'ont aucune utilité concrète, on peut très bien posséder du foncier sans y travailler la terre ou en miner le sol (on peut aimer y faire des ballades à cheval, on souhaite en faire une réserve naturelle,… rien de tout cela ne correspond à la notion de "travail mêlé à la terre"). De tout façon encore une fois les raisons pour lesquelles quelqu'un acquiert quelque chose ne nous regardent pas.

En revanche ce qui est honteux c'est de déclarer que t'appartient un terrain grand comme la France qui n'a jamais été un titre de propriété ni n'a été exploité par personne.

Ce n'est pas honteux. C'est ce qu'ont fait des tas de peuples à des tas d'époques. Si quelque chose n'a jamais appartenu à personne, ça ne veut pas dire qu'il ne peut appartenir à personne. Si quelqu'un a des prétentions sur une chose et qu'il est capable de la posséder, alors c'est dans son intérêt de le faire et il le fait.

Si par contre tu n'as aucun moyen concrêt de posséder la chose dont tu revendiques la propriété, ce n'est pas honteux, c'est plutôt ridicule.

Share this post


Link to post
Share on other sites
"Microsoft", "Apple" sont des marques reconnues, dont la valeur est immense. Ces marques, se sont des actifs, dont la propriété est identifiée, elles appartiennent à quelqu'un.

Quelles sont les clôtures que ces compagnies mettent autour de leurs marques pour les défendre contre une appropriation indue ?

La propriété intellectuelle ? :dentier:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...