Jump to content

Y a-t-il des injustices dans les échanges ?


Recommended Posts

Pour le 3) j'ai un avis très différent de ceux exposés ici. Le mourant accepte le deal en sachant très bien qu'il ne le respectera pas. Libre au marchand et lui de s'arranger ou de clasher en justice ensuite, après la rupture de contrat, mais je doute qu'un juge, même s'il s'appelle Timur ou Jabial :D, lui accorderait des dommages à la hauteur démesurée de ce qui a été demandé au départ.

Un contrat ne vaut, dans la durée, que s'il est mutuellement consenti, et pas juste au moment de sa signature. Un contrat qui n'est plus consenti au point d'être unilatéralement rompu doit être liquidé.

Cette technique avait déjà été exposée par pankkake. Ceci dit, à la réflexion, est ce que les dommages à payer suite à un non-respect du contrat annulent le contrat ?

Link to comment

L'histoire entière: Le marchand dans le désert est un bédoin extrêmement pauvre avec 8 enfants qui se tue plusieurs heures par jour depuis 40 ans au travail pour une misère qui lui permet à peine de survivre. Il transporte avec lui la ration d'eau pour la journée pour lui et sa famille, et chaque gorgée compte. En en donnant à cette homme dans le désert, il est quasiment sûr de sacrifier un de ses enfants car celui-ci est malade, et une tempête dans le désert approche donc il ne pourra pas aller en chercher avant 2 jours. Est-ce que ça vaut les 10 millions qu'il demande a cet aventurier n'ayant pas assez pris de précautions, pour se sortir de la pauvreté? ( qui d'ailleurs est aliénante, comme démontrée dans ce fil, donc il n'est pas totalement libre…) :o :o :o

Nan mais on en viens à faire des histoires super alambiquées pour des trucs simples en espérant prouver son point de vue… Le retour du canapé tueur.

Link to comment

Selon vous :

1°) Un marchand me propose un tapis très joli, me dit qu'il vient d'Inde et m'en offre 2000€. Il ne me dit rien de faux sur ce tapis. Je l'achète. Je découvre quelques jours plus tard que ce tapis est vendu dans une grande enseigne du coin pour 50€. Est-ce une injustice ?

Non, t'avais qu'à pas te précipiter pour acheter et t'avais qu'à prendre le temps de vérifier. Certes, le vendeur n'a sans doute pas été très moral, mais il n'a commis aucune injustice.

2°) Un marchand de rue me propose ce même tapis pour le même prix. Cette fois-ci, il me raconte des mensonges : il me dit que ce tapis est très ancien, que Bouddha a marché dessus, etc. Je l'achète et je découvre qu'il valait 50€ dans une grande enseigne. Est-ce une injustice ?

Oui, car il t'a trompé. Il y a mensonge sur la marchandise vendue.

3°) Je suis seul dans le désert, sans eau ni nourriture. Vient le moment où, déshydraté, je m'écroule sur le sable. Un marchand passe par là, avec une grande cuve d'eau potable bien fraîche. Il me dit : "Je te vend 5 litres d'eau et 1kg de pain pour 10.000.000€. Je te fais crédit si tu ne les a pas sur toi, avec un intérêt à 5%." Mourant, j'accepte. Ai-je subi une injustice en me rendant l'esclave économique (car il s'agit bien de ça ici) de ce marchand ?

Oui, car il a manifestement abusé de ton état (étant quasi-mourant de soif, ta liberté était manifestement altérée). Je pense qu'un tribunal équitable te donnerait raison si tu refuses de payer.

Link to comment

Le juge jabial dirait : le contrat a été signé sans tromperie, menace ni fraude ; il est valide. La propriété a été transférée. Le vendeur en dispose donc. Dossier suivant.

Bizarre justice.

Si le mourant vole la nourriture et l'eau au marchand, il sera certes condamné à une peine; Mais sans commune mesure à ce que lui demande le marchand par contrat. Et donc une justice qui accepterai ce type de contrat inciterai en fait au vol.

C'est pour cela que tu ne sera jamais juge :)

Je pense que d'ailleurs c'est un bon critère pour la validité d'un contrat : la peine en cas de rupture est-elle inférieure ou supérieure au coût à assumer pour le respecter. Et cette peine est définie par la société via le juge.

Et en pratique, un contrat qui n'est pas dans ce cas (peine supérieure en cas de rupture unilatérale) n'est que rarement respecté.

Link to comment

Bizarre justice.

Si le mourant vole la nourriture et l'eau au marchand, il sera certes condamné à une peine; Mais sans commune mesure à ce que lui demande le marchand par contrat. Et donc une justice qui accepterai ce type de contrat inciterai en fait au vol.

C'est pour cela que tu ne sera jamais juge :)

Je pense que d'ailleurs c'est un bon critère pour la validité d'un contrat : la peine en cas de rupture est-elle inférieure ou supérieure au coût à assumer pour le respecter. Et cette peine est définie par la société via le juge.

Et en pratique, un contrat qui n'est pas dans ce cas (peine supérieure en cas de rupture unilatérale) n'est que rarement respecté.

Bien vu. Ou alors, on rétablit la peine de mort pour vol de pain façon ère victorienne.

Link to comment

Bizarre justice.

Si le mourant vole la nourriture et l'eau au marchand, il sera certes condamné à une peine; Mais sans commune mesure à ce que lui demande le marchand par contrat. Et donc une justice qui accepterai ce type de contrat inciterai en fait au vol.

+1

Link to comment

C'est particulier. L'aide à la Grèce est la vaste fumisterie où la BCE arrose les banques insolvables européennes à travers un véhicule nommé Grèce.

Link to comment

Je ne suis pas libertarien et pourtant je défends cette thèse. La nier c'est nier l'individualisme. Quand on s'associe pour la justice, ce qu'on veut avant tout, c'est être libre c'est-à-dire que personne ne nous impose rien d'autre que de ne pas nuire positivement à autrui. On veut pouvoir faire ce qu'on veut, s'adonner aux plaisirs que l'on veut, tant que cela ne fait pas de mal réel et positif à autrui. (Par mal positif j'entends un mal qui découle de notre action.) Vouloir imposer une chose qui ne relève pas de la justice (ce que Jabial appelle socialisme), c'est une injustice : si l'on commence à admettre que, par son inaction formelle dans ce qui cause le mal, on puisse commettre une injustice, on ouvre la porte à l'Etat porteur de bien-être, l'Etat oppresseur parmi les oppresseurs.

On ouvre la porte à la pression sociale. L'état est un autre sujet. La pression sociale (et non pas l'état) va effectivement contre l'individualisme.

Nous ne sommes pas des machines et le droit n'est donc pas absolument mécanique. Jesrad a raison : "Un contrat ne vaut, dans la durée, que s'il est mutuellement consenti, et pas juste au moment de sa signature. Un contrat qui n'est plus consenti au point d'être unilatéralement rompu doit être liquidé." La conséquence de la liquidation fera que si la même situation se répète, l'assoiffé se verra refuser l'aide et mourra. Ensuite l'entourage de ce dernier prévenu par webcam pourra se retourner contre le marchand pour non-assistance à personne en danger puisque là encore nous ne sommes pas des machines et le droit n'est pas absolument mécanique. De plus il sera de notoriété publique que ce marchand est un c… et tout le monde le détestera.

Link to comment

Le juge jabial dirait : le contrat a été signé sans tromperie, menace ni fraude ; il est valide. La propriété a été transférée. Le vendeur en dispose donc. Dossier suivant.

Suite à quoi, vu le montant, l'histoire ferait la une des journaux du monde entier. Le juge jabial perdrait son job puisque plus personne ne voudrait demander à un juge aussi dangereux de trancher ses litiges. Le commerçant inspirerait le dégout, ne trouverait plus de contractant et ferait faillite. Et la décision du juge jabial ne serait pas appliquée faute de policier jabial. Donc à la fin les humains gagnent contre la mécanique. Malgré tout, des âmes charitables aideraient le juge et le commerçant à survivre dans la misère et l'exclusion : la mécanique s'est définitivement faite exploser par les humains.

Link to comment

Suite à quoi, vu le montant, l'histoire ferait la une des journaux du monde entier. Le juge jabial perdrait son job puisque plus personne ne voudrait demander à un juge aussi dangereux de trancher ses litiges. Le commerçant inspirerait le dégout, ne trouverait plus de contractant et ferait faillite. Et la décision du juge jabial ne serait pas appliquée faute de policier jabial. Donc à la fin les humains gagnent contre la mécanique. Malgré tout, des âmes charitables aideraient le juge et le commerçant à survivre dans la misère et l'exclusion : la mécanique s'est définitivement faite exploser par les humains.

post-21-0-98064000-1336584420_thumb.jpg

:)

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...