Jump to content

Hollande plus socialiste encore que Sarkozy


Recommended Posts

A ce stade, on laisse tomber les hypotheses et les previsions. On regarde simplement les evenements se derouler. Ca depasse l'imaginaire et meme le reel ce genre de truc.

 

Hollande n'est plus un phenomene desormais, c'est une noumene.

Link to comment

Je n'ai pas de mot pour décrire la sensation de n'importe quoi intégral qui me saisit lorsque je suis les escapades grotesques de ce gastéropode fromager et de son gouvernement d'attardés mentaux.

Depuis le début de ce mandat, je répète à mes proches "un jour, une connerie". Je crois qu'on tient une bonne moyenne.
Link to comment

A ce stade, on laisse tomber les hypotheses et les previsions. On regarde simplement les evenements se derouler. Ca depasse l'imaginaire et meme le reel ce genre de truc.

 

Hollande n'est plus un phenomene desormais, c'est une noumene.

Oui, voilà.

Link to comment

A ce stade, on laisse tomber les hypotheses et les previsions. On regarde simplement les evenements se derouler. Ca depasse l'imaginaire et meme le reel ce genre de truc.

 

Hollande n'est plus un phenomene desormais, c'est une noumene.

 

+1

 

Franchement j'avais toujours pensé qu'un type arrivé aux commandes d'un pays ne pouvait qu'être intelligent, même si inculte, mais là je suis forcé de me raviser: ce type est stupide, il fait boulettes sur boulettes, il est dans l'erreur stratégique en permanence, il ne contrôle rien, ça dépasse l'entendement

 

le-vieux-bonus-cine-le-diner-de-cons.jpg

 

NY Post :

 

Bd-KDydCEAA5j5t.png

 

Il paraît qu'un bon rire c'est 5 min de vie en plus, ben on va pouvoir lui donner un prix Nobel de médecine là.

 

C'est parfaitement résumé. Ca fait penser au Bachelor, c'est devenu de la télé-réalité.

Link to comment

Au milieu de cette pantalonnade y a-t-il vraiment une inflexion vers le liberalisme, ce qu'on avait jamais vu en 15 ans de presidence de 'droite', tel qu'on le lit partout?

 

 

Il y a des paroles, pour le moment. Trois comités Théodules de plus, et des "contreparties" floues et qui fleurent bon la niche fiscale version "contrôle administratif des entreprises qui pourront en bénéficier" – ça ne me paraît que très moyennement liberhalal.

 

Surtout son conseil de surveillance de la dépense publique... la cour des comptes, elle sert à quoi déjà ?

Link to comment

Affaire Gayet : la presse anglo-saxonne s'étonne de la prudence des journalistes français

 

Les journaux britanniques critiquent la « déférence » de la presse française, tandis que les Américains sont déconcertés par le respect de la vie privée accordé aux leaders politiques.

 

 

«Si François Hollande traite ses femmes comme ses conférences de presse, j'ai pitié pour elles»

 

:lol:

Link to comment

L'anesthésiste Hollande annonce un virage social-démocrate, donc profondément archaïque. Traduction de la presse française : le tournant de l'hyper libéralisme présidentiel sous la houlette du patronat. En attendant c'est encore un fameux lapin qu'il nous sort de son chapeau : voilà les libéraux, dont l'influence est tellement omnipotente et les troupes nombreuses, qu'ils se retrouvent au pouvoir sans même avoir un seul représentant au gouvernement, et sans le savoir. Les journalistes courtisans, qui rivalisent de courbettes et vont user le parquet de l'Elysée à force de ramper, nous disent que la parole publique est discréditée, l'image des politiques calamiteuse. Je trouve au contraire qu'elle a encore beaucoup trop de crédit, alors que le pouvoir socialiste n'a cessé d'enfumer l'opinion par ses diversions, d'accumuler les pantalonnades intérieures et extérieures, de mentir, par exemple sur la réduction des dépenses, le "faire payer les riches", la baisse du chômage à coups d'emplois bidons, le retour de la croissance, etc. Je veux dire que la dimension cérémonielle fait encore son office : il suffit que le président parle, fasse quelques incantations et pirouettes sémantiques pour que tous les média reprennent la formule magique du changement, comme si l'oracle de Delphes avait lu les augures. On nage en pleine idolâtrie. Hollande a quand même dit que jamais en France il n’y eut autant de réformes structurelles que depuis le début de son mandat. Et pas un journaliste dans ce cénacle pour poser une question précise sur le catalogues de mesures floues annoncé - quand, combien d'économies, de réduction du nombre de fonctionnaires, etc.  

Link to comment

La baisse des cotisations familiales se fera jusqu'à 2017, on a donc le temps avant de voir venir. Mais étant donné qu'aucune coupe claire dans les dépenses sociales par ailleurs n'est avancée, il faudra bien les récupérer, par les impôts par exemple.

 

Link to comment

Finalement, ça devient presque une règle ces histoires "amoureuses" au sommet de l'Etat. La seule différence c'est la manière, et la discrétion qui ont changé depuis Sarkozy. De ce côté là rien de nouveau.

La palme de la réflexion économique à Marine Le Pen qui parle d'ultralibéralisme à propos de Hollande.

 

Link to comment

Bon il faut avouer qu'au moins il a osé dire qu'il allait baisser les charges sur les entreprises mais bon je pense qu'il faut rester sceptique vu sa capacité à ne pas tenir ses promesses sans compter les nouvelles administrations chargées de surveiller les entreprises. On est hélas encore loin du libéralisme même du social-libéralisme. Mais si au moins ça pouvait nous amener vers le libéralisme ça sera au moins ça.

Link to comment

Atantico c'est vraiment un journal pour gogols de droite

 


 

Pourquoi François Hollande ne peut-il pas assumer une position plus libérale au sein du socialisme français ? Ne peut-on pas, en France, être de gauche et libéral ?

Il faut se rappeler qu’à l’époque où la gauche était au gouvernement, le socialisme faisait du libéralisme sans le dire. C’était notamment le cas sous Lionel Jospin. Tout cela a fait beaucoup de tort à l’idéal social-libéral. Tout simplement parce que le social-libéralisme assume ses positions sociales et ses positions libérales. En ne l’assumant pas, la gauche française a en réalité fait du libéralisme débridé pour compenser les dérives de lois comme celle des 35 heures qui n’ont fait que causer des dégâts.

Tout cela relève d’une politique à l’ancienne dans laquelle on ne dit pas ce que l’on fait. Ces méthodes ne fonctionnent plus aujourd’hui. Les électeurs attendent de leurs politiques d’agir avec transparence. Les dirigeants, socialistes y compris, ont multiplié les dérives et les Français ne l’acceptent plus.

En faisant référence à cette période libérale, François Hollande fait preuve d’un certain renoncement. Il abandonne une véritable politique industrielle, comme l’a fait Michel Jospin avec son fatalisme face aux fermetures d’entreprises.


 

 

 

 http://www.atlantico.fr/decryptage/francois-hollande-social-liberal-guardian-gauche-depassee-jean-marie-bockel-290383.html#0pysRaXClRgj3g0J.99

 

facepalm.

 

 

 

Link to comment

Comme les fausses?

Dans tous les cas F. Hollande est souvent peu crédible que ça soit les fausses promesses ou non.

Par contre il y a un autre qui m'a bien fait rire c'est la réaction du FN disant que  Hollande est devenu un ultralibéral, ça m'a doucement fait rigoler.

Peut être que je me trompe mais j'ai l'impression que l'axe gauche - droite est en train de disparaître, à la place on commence à avoir auprès des français (pas trop encore chez les hommes politiques) un clivage étatiste autoritaire vs libéral.

Du côté des étatistes on retrouve le FN avec le front de gauche, je dirais même qu'on pourrait appeler ça un mouvement rouge-brun.

Et de l'autre côté on a des Français qui pensent que l'économie de marché et la mondialisation sont une opportunité qu'on devrait saisir, même s'il ne sont pas tout à fait libéraux ça va dans ce sens. Il faudrait qu'on ait un parti libéral présent sur la scène politique afin de capter ces voix.

Link to comment
Guest
This topic is now closed to further replies.
×
×
  • Create New...