Jump to content

Pourquoi les gens n'aiment pas les marchés ?


pankkake

Recommended Posts

Bah j'ai pas envie d'etre mechant non plus, mais meme au-dela des fautes, c'est juste inbitable tout ce que tu racontes. Ca n'a ni queue ni tete. Tu melanges tes experiences perso avec LTCM, les prix Nobel, les années 30, la SEC, GS… Non et puis, c'est bourré de fautes, c'est illisible.

Ou est-ce que tu veux en venir, au juste?

Link to comment

mes excuses mon francais est mauvais (je ne pratique plus) et je devais garder un oeil ailleur…

j ai involontairement prouve ce qu est le trading quand on le pratique

la destruction sociale ,la solitude la plus dure et l incapacitee a exprimer des iddee correctement la plupart du temps

j ai eu un bon p&l et j ai fini la journee , il est 1h du mat je vois flou et ma main gauche tremble un peu.

mes excuses , mon post partais d'une bonne intention

Link to comment

Dire que le trading systematic n'a pas d'avenir parce que LTCM, Knight Capital ou d'autres se sont vautrés, c'est comme dire "les avions c'est de la merde parce qu'il y en a qui s'écrasent".

Le probleme n'est pas le modele, le probleme c'est la prise de risque. Soros s'est bien mangé en 87, et il faisait pas dans le systematic. Et a contrario, un mec comme Jim Simmons et le Medallion Fund, des gens tueraient pour y mettre de l'argent.

C'est a toi de renouveler tes signaux regulierement pour garder que ceux qui marchent et rajouter de nouveaux signaux.

Mais pour etre trader et avoir un salaire "mediocre a honnete", je me demande ou et pour qui tu trades…

Link to comment

Dire que le trading systematic n'a pas d'avenir parce que LTCM, Knight Capital ou d'autres se sont vautrés, c'est comme dire "les avions c'est de la merde parce qu'il y en a qui s'écrasent".

Le probleme n'est pas le modele, le probleme c'est la prise de risque. Soros s'est bien mangé en 87, et il faisait pas dans le systematic. Et a contrario, un mec comme Jim Simmons et le Medallion Fund, des gens tueraient pour y mettre de l'argent.

C'est a toi de renouveler tes signaux regulierement pour garder que ceux qui marchent et rajouter de nouveaux signaux.

Mais pour etre trader et avoir un salaire "mediocre a honnete", je me demande ou et pour qui tu trades…

Je suis bien d'accord (enfin a moitiee) sur ce point..

Le systematic n'est pas a jeter.

je travaille par gray box , en trading systematic mais dont la prise de decision finale me reviens , et dont le model est revise tout les mois,, (code en java , et adapte a une interface la plus simple possible) Pour le reste , j'utilise en bonne partie mon instinct

(beaucoup de facteurs et de correlations valident ma decision..*VOLUME* tres important , aussi des etf's de tbonds , vix , gold oil sp500 ES etc, )et le reste est essentiellement un coup de bol . Parfois ca marche (a l'occasion glorieusement , particulierement quand la fed annonce un QE),

Parfois ca ne marche pas et je tappe le bid rapidement. Je ne crois pas vraiment aux models entierement systematic..J'aimerais bien , mais en tant que retail je pense n'avoir aucune chance face aux TBTF.

—Mais pour etre trader et avoir un salaire "mediocre a honnete", je me demande ou et pour qui tu trades…

Je ne suis pas institutionel , je bosse chez moi avec mon capital depuis 8 ans. j'ai commence forex , tout perdu en 6 mois , (y compris ma copine , mon premier appart a londres , et une partie de ma confiance en moi.) J'ai repris avec des gold futures , fait beaucoup mieux , et garde encore mon epargne en physique.

Maintenant , je trade le marche us qui est liquide et tres vaste , mon drawdown est sous control , et je m'y sent bien.

Tout le monde peux le faire , y'a des brokers competitifs partout.

Mais un bon trader ne regarde jamais son p&l pendant la session. (En d'autre terme ,il est sage/indispensable d'avoir d'autres motivations que faire un maximum d'argent)

Link to comment
  • 1 year later...

Le baromètre 2013 des personnalités économiques les plus appréciées des Français (hors chefs d'entreprises) livre une liste de gens assez mal vus sur liberaux.org

 

 

Du côté des personnalités économiques -hors chefs d'entreprise- c'est de loin l'animateur télé François Lenglet qui est le plus plébiscité. Sur la 2e marche du podium, figure Christine Lagarde, directrice du FMI et ancienne ministre de l'Économie sous la présidence Sarkozy. Suivie de Jacques Attali, conseiller d'État, professeur d'économie, écrivain, éditorialiste à l'Express, et actuellement à la tête de PlaNet Finance.
 

 

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/02/01/97002-20140201FILWWW00104-xavier-niel-free-patron-prefere-des-francais.php

Link to comment
les plus appréciées des Français (hors chefs d'entreprises)

 

c'est de loin l'animateur télé François Lenglet qui est le plus plébiscité. Sur la 2e marche du podium, figure Christine Lagarde, directrice du FMI et ancienne ministre de l'Économie sous la présidence Sarkozy. Suivie de Jacques Attali, conseiller d'État, professeur d'économie, écrivain

 

 

photocopie de leur exposition mediatique.Aucun interet.

d'une maniere generale il faut avoir plus de 60 ans et aimer lire Paris-Match pour s'attarder plus de 4 secondes sur un 'Barometre 2013".

 

 

 

 

Link to comment

C'est surtout que les francais n'en ont rien a battre. Le lien en question sur le touffington post:

 

original.jpg

 

Le seul a donner un avis tranché a plus de la moitié de la population c'est Niel. Et derriere dans la "sphere economique" on a Gattaz dans le top 5, qui est parfaitement inconnu.

 

Article inutile, ininteressant, typiquement glandonesque.

 

Edit - ah, ya aussi Lagarde qui fait - de 50% dans les indifférents.

Link to comment
  • 3 years later...
Il y a 4 heures, coup_du_sombrero a dit :

Pour réconcilier le Français avec les marchés financiers.

 

Comment ?

 

Si on parle des livrets règlementés, oui. Si on parle de l'AV, non.

Link to comment
  • 2 months later...

Des manifs auraient lieu actuellement dans plusieurs pays européens, pour protester contre les afflux massifs de touristes qui "niqueraient" le pouvoir d'achat des populations locales.
Ces manifs sont-elles initiées par des mouvements gauchistes et altermondialistes ?

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/08/17/20002-20170817ARTFIG00002-espagne-italie-la-fronde-des-habitants-face-a-l-afflux-de-touristes.php

Link to comment
  • 2 weeks later...
  • 2 months later...
Il y a 2 heures, Nick de Cusa a dit :

Le point de vue d'Eric Le Boucher

 

Je regrette mais c'est plus de l'enfilage de poncifs qu'autre chose. Entre l'éloge obligatoire de l'Allemagne, le mythe d'une domination des économistes pro-marché avant 2008 et le passage incompréhensible sur la préférence des politiques pour la politique (? comme si la politique ne s'intéressait pas et n’influençait pas l'économie ?!), il dit beaucoup de bêtises et de demi-vérités (et half the truth is often a whole lie comme disent les anglo-saxons):

 

"S'il était en Allemagne, le président français devrait affronter des arguments de fond et de valeur, et il aurait, sinon plus de peine, du moins des explications autrement plus lourdes à livrer sur ses plans.

Nous sommes en France, pays où l'économie a toujours joué un rôle secondaire [?]. On en connaît l'origine, l'Etat royal absolutiste puis la Révolution ont mis devant la politique
."

  • Yea 1
Link to comment
  • 3 months later...
Le 3-11-2017 à 13:37, Johnathan R. Razorback a dit :

le mythe d'une domination des économistes pro-marché avant 2008

Je ne suis pas sûr, que les gens n'aiment pas les marchés. En Allemagne la télévision émet le programme "Bares für Rares", où un téléspectateur essaie de vendre des antiquités à un groupe de marchands. Le BBC se spécialise dans de tels programmes. Il y a "Bargain hunt", "The antiques roadshow" et "Flog it!". Pendant le weekend, Berlin a des marchés aux puces en abondance.

 

D'autre part, c'est vrai, que l'homme n'est pas un homo oeconomicus au sens classique. En général, il poursuit des rélations de longue durée, dans lesquelles il aime établir de la confiance dans ses correspondants.

 

De plus, je pense, que l'économie institutionnelle tient décidemment compte des effets psychologiques. Les rôles de l'information asymmétrique, de la réputation, des espérances, et de l'opportunisme sont bien connus.

 

Et finalement, les citoyens comprennent, que le marché est une construction sociale. Il dépend des institutions formelles et informelles. Par conséquent, c'est évident que les citoyens demandent à l'État d'intervenir en cas d'un échouement du marché. 

 

J'admets, que l'article au début du fil me semble être décevant.

Link to comment

J'ai l'impression que pour bcp de monde c'est synonyme de 'forces mystérieuses sur lesquelles nouzotres n'avons aucune prise'. Sous-entendu qu'avec le levier politique, au moins étatique, on a une prise sur notre propre destin beaucoup plus réelle.

  • Yea 4
Link to comment
Il y a 3 heures, F. mas a dit :

J'ai l'impression que pour bcp de monde c'est synonyme de 'forces mystérieuses sur lesquelles nouzotres n'avons aucune prise'.

 

Oui. Le marxisme est la forme raffinée de ce discours: "Plus qu'à l'époque de Marx ou de Weber, nous sommes soumis au pouvoir total de forces impersonnelles -le marché, la finance, la dette, la crise, le chômage- qui s'imposent aux individus comme un destin implacable."

-Michael Löwy, La cage d'acier: Max Weber et le marxisme wébérien, Paris, Éditions Stock, coll. « Un ordre d'idées », 2013.

 

Ce discours marche bien parce qu'il s'appuie sur deux tendances modernes, la tendance "cartésienne" à la maîtrise rationnelle du monde et la tendance démocratique (qui peut facilement, de glissement en glissement, se dire que seul ce qui est soumis à l'intervention politique est démocratique).

 

Ce que ne comprennent pas les dénonciateurs des "forces impersonnelles du marché", c'est que l'impersonnalité à l’œuvre n'est qu'une manifestation du pouvoir de la société sur l'individu. Cette influence n'est pas supprimable (ce que devrait pourtant savoir ceux qui calcinent trois fois par jour l'individualisme et l'homme de paille corollaire de l'individu "isolé", "déraciné", "abstrait",  "bourgeois", etc.). Le choix est donc uniquement de savoir si elle s'exprime de manière liberticide (c.a.d contraire au DN) ou non.

Link to comment
Le 07/02/2018 à 15:06, F. mas a dit :

J'ai l'impression que pour bcp de monde c'est synonyme de 'forces mystérieuses sur lesquelles nouzotres n'avons aucune prise'. Sous-entendu qu'avec le levier politique, au moins étatique, on a une prise sur notre propre destin beaucoup plus réelle.

en fait, pour beaucoup de monde c'est :

si via le marché je suis (ou crois être) gagnant, alors ça me va, je ne dis rien,

si via le marché je suis (ou crois être) perdant, alors ça ne me va pas, et j'appelle au secours.

Pile je gagne, face tu perds.

Link to comment
Le 7-2-2018 à 18:53, Johnathan R. Razorback a dit :

Le marxisme est la forme raffinée de ce discours ...  Ce discours marche bien parce qu'il s'appuie sur deux tendances modernes, la tendance "cartésienne" à la maîtrise rationnelle du monde et la tendance démocratique (qui peut facilement, de glissement en glissement, se dire que seul ce qui est soumis à l'intervention politique est démocratique).

Je pense que le marxisme n'est pas vraiment raffiné. Il suppose que la société est dominée par la lutte des classes. C'est une théorie des conflits. Elle n'augmente pas notre compréhension de la situation.

 

Je préfère la théorie d'Olson. Selon Olson il y a une lutte eternelle entre les groupes de pression, qui essaient d'extraire du rente de l'État. Il prédit, que les groupes de pression détruiront la société. Néanmoins, je pense qu'Olson est trop pessimiste. Chaque pouvoir crée son contre-pouvoir, et les groupes effectueront un équilibre social. Ici l'information impartiale des journeaux et de la télévision est naturellement indispensable.
 

Citation

Ce que ne comprennent pas les dénonciateurs des "forces impersonnelles du marché", c'est que l'impersonnalité à l’œuvre n'est qu'une manifestation du pouvoir de la société sur l'individu.

Encore une fois, je nie que les gens détestent les marchés. Mais le marché est surtout un réseau, tandis que les gens vivent par groupes. On est à même de s'identifier avec un groupe, même avec une organisation ou un métier (rôle), mais pas avec un marché.

Link to comment
il y a 10 minutes, TheRedBaron a dit :

1): Je pense que le marxisme n'est pas vraiment raffiné. Il suppose que la société est dominée par la lutte des classes. C'est une théorie des conflits. Elle n'augmente pas notre compréhension de la situation.

 

2): Je préfère la théorie d'Olson. Selon Olson il y a une lutte eternelle entre les groupes de pression, qui essaient d'extraire du rente de l'État.

 

1): Ce n'est pas ce que j'ai écris. Mais on peut par ailleurs remarquer que les théories de Marx sont passablement plus complexes que celles d'autres auteurs. Ce qui ne dit rien de leur valeur de vérité.

S'agissant de cette dernière, qu'il y ait des classes (et des classes au sens de Marx, c.a.d selon les rapports de production) est un fait. Ensuite, s'agissant de leurs rapports respectifs, de leur antagonisme (essentiel ? conjoncturel ?), de leur devenir, le marxisme n'améliore effectivement pas beaucoup notre compréhension de la situation. Mais c'est déjà une approche de l'histoire plus rationnelle que l'approche idéaliste.

 

2): Certaines analyses de Marx, notamment sur les rapports bourgeoisie/Etat dans Le 18 brumaire de Louis-Bonaparte, ne sont pas incompatibles avec la théorie libérale de la lutte de classes.

Link to comment
Le 10-2-2018 à 13:08, Johnathan R. Razorback a dit :

le marxisme n'améliore effectivement pas beaucoup notre compréhension de la situation.

Est-ce que Marx aime les marchés? Il soutient que dans le capitalisme, le travail devient une marchandise. C'est pourquoi le travailleur s'aliène dans le travail salarié. A-t-il raison? La division du travail requiert certainement une discipline, qui n'est pas innée. Par exemple, le travail à la chaîne de montage est peu humain. D'autre part, je pense, que l'homme est à même de maintenir sa discipline de travail, si il comprend qu'il y trouve avantage. Il peut s'adapter aux circonstances.

 

Tandis que Marx soutient que l'homme est exploité sur le marché de travail, Durkheim prétend que l'homme perd sa morale dans le marché. Il éprouve une liberté sans limitations, qui est vide de sens. Durkheim désigne cette situation par l'anomie. Bien que j'admette que l'homme a besoin des valeurs, je mets en doute que le marché déracine les gens.

 

Citation

Certaines analyses de Marx, notamment sur les rapports bourgeoisie/Etat dans Le 18 brumaire de Louis-Bonaparte, ne sont pas incompatibles avec la théorie libérale de la lutte de classes.

La théorie de Marx est en fait surtout une narration. Marx ne présente pas une analyse des statistiques, qui prouve sa théorie. Le marxisme est tellement vague, que sa justesse n'est pas vérifiable.

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...