Aller au contenu
Blueglasnost

Comment kitter la Sécurité sociale ?

Messages recommandés

C'est pas très compliqué à faire si tu admets que les individus dans tes classes de tarifs vieillissent à peu près pareil.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

La citation est d'Anne Bourdu, première vice présidente du PLD. Les réactions sur /r/France sont ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 3 minutes, Adrian a dit :

 

La citation est d'Anne Bourdu, première vice présidente du PLD. Les réactions sur /r/France sont ...

 

Bah non, c'est faux ce qu'elle dit.
La sécurité sociale, c'est-à-dire les assurances sociales obligatoires, ça vient de Vichy, pas des communistes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le 8/2/2017 à 03:21, ttoinou a dit :

Qui ici s'est affranchi de la SS FR pour prendre une assurance privée chez des voisins européens ?

Combien ça coûte et qu'est ce qui se passe pour des maladies graves ? (l'assurance peut annuler le contrat si qqun coûte trop cher ?)

 

Le 8/2/2017 à 11:49, Rocou a dit :

 

Chez Amariz, le plus connu des assureur maladie Européen, il est hors de question d'annuler un contrat quelqu'en soit la raison. Il n'y a que le client qui peut annuler.

Chose sympathique mais qui me semble anti-économique, les cotisations n'augmentent pas avec l'âge ! (Mais peut-être sont elles sont calculées au moment de l'adhésion en tenant compte de l'âge? Pas vu dans la FAQ)

Cela dit, comme il faut indiquer ses antécédents médicaux à l'adhésion, peut-être que celle-ci peut être refusée? Pas indiqué dans la FAQ.

 

 

 

Petit follow up, j'ai souscrit à AXA International PPP pour quelque chose de l'ordre de 3800 euros pour une année.

( Il me fallait une assurance mondiale j'avais pas l'impression que Amariz faisait ça. )

 

Gros bémol c'est juste pour un an : après il faut re conclure un contrat. Du coup si il m'arrive quelque chose de grave d'ici là je pense qu'ils pourront me dire d'aller me faire foutre pour renouveler le contrat :( 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

argh puta*n tu m'as fait cliquer sur TV Libertés, ça leur fait un clic à ces chi*ns 

 

Je n'ai pas attendu que le lien finisse de charger, bien sûr 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 19 minutes, Nick de Cusa a dit :

argh puta*n tu m'as fait cliquer sur TV Libertés, ça leur fait un clic à ces chi*ns 

 

Je n'ai pas attendu que le lien finisse de charger, bien sûr 

En fait on peut faire sans TV Libertés. Et tes scrupules sont tout à ton honneur. :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 4 heures, Nick de Cusa a dit :

argh puta*n tu m'as fait cliquer sur TV Libertés, ça leur fait un clic à ces chi*ns 

 

C'est quoi le soucis avec TV libertés ? Sont pas gentils ?
Et on censure au fait sur liborg ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

TV libertés ce sont des "libéraux" qui aiment pas trop les basanés

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'article fait habilement l'impasse sur les annees Vichy :

 

Le Monde - La Sécurité sociale, un « vestige communiste de 1945 » ?

Le système de protection sociale français est plutôt le fruit d’un consensus partagé par tous les partis politiques et l’opinion publique à la Libération, selon les historiens Bruno Valat et Fabrice Grenard.

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/10/26/la-securite-sociale-un-vestige-communiste-de-1945_5206101_4355770.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 2 minutes, Tramp a dit :

L'article fait habilement l'impasse sur les annees Vichy :

 

Le Monde - La Sécurité sociale, un « vestige communiste de 1945 » ?

Le système de protection sociale français est plutôt le fruit d’un consensus partagé par tous les partis politiques et l’opinion publique à la Libération, selon les historiens Bruno Valat et Fabrice Grenard.

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/10/26/la-securite-sociale-un-vestige-communiste-de-1945_5206101_4355770.html

 

Oui, c'est rigolo cette amnésie sur l'origine des assurances sociales obligatoires (ou sur l'origine du comité d'entreprise).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 9 heures, NoName a dit :

TV libertés ce sont des "libéraux" qui aiment pas trop les basanés

D'accord... Merci pour l'info, j'éviterai ces c*nn*rds du coup :D 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, Tramp a dit :

L'article fait habilement l'impasse sur les annees Vichy :

 

Le Monde - La Sécurité sociale, un « vestige communiste de 1945 » ?

Le système de protection sociale français est plutôt le fruit d’un consensus partagé par tous les partis politiques et l’opinion publique à la Libération, selon les historiens Bruno Valat et Fabrice Grenard.

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/10/26/la-securite-sociale-un-vestige-communiste-de-1945_5206101_4355770.html

 

Il y a 1 heure, Flashy a dit :

 

Oui, c'est rigolo cette amnésie sur l'origine des assurances sociales obligatoires (ou sur l'origine du comité d'entreprise).

 

Je me disais justement que ça vaudrait le coup d'essayer de lancer un club pour l'écriture rapide d'articles à plusieurs mains :

 Une réponse aux Décodeurs me semble toute trouvée. J'ai créé une discussion sur leur article dans le club.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 29 minutes, Wayto a dit :

D'accord... Merci pour l'info, j'éviterai ces c*nn*rds du coup :D 

Tout n'est pas à jeter, mais leur émissions sont jamais très fouillées

 

Il y a 1 heure, Tramp a dit :

Le système de protection sociale français est plutôt le fruit d’un consensus partagé par tous les partis politiques et l’opinion publique à la Libération, selon les historiens Bruno Valat et Fabrice Grenard.

Pour nous "communiste" fait référence aux idées derrière la loi et ses conséquences (on dirait ici facilement que la plupart des français sont coco ou socialistes par exemple), c'est peut être dans ce sens la que la femme du PLD a employé ce terme. Alors que dans l'article communiste est pris comme adjectif de parti politique

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
14 hours ago, Wayto said:

 

C'est quoi le soucis avec TV libertés ? Sont pas gentils ?
Et on censure au fait sur liborg ?

 

12 hours ago, NoName said:

TV libertés ce sont des "libéraux" qui aiment pas trop les basanés

 


Je ne suis même pas sûr que l'on puisse les appeler libéraux.

 

Disons qu'ils aiment donner la parole à tous les spectres de l'ED.

Ils ont par exemple interviewé les Brigandes.


Mais ils aiment aussi tous les complotistes en tout genre.

Roch Sauquere (un grand complotiste avec par exemple la terre plate, les sauriens à la tête des gouvernements, etc.)  a fait plusieurs émissions.

  • Yea 1
  • Haha 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est un genre de TV Courtoisie ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour le coup Radio Courtoisie donne des créneaux d'émission à des libéraux ; @Marlenus a bien résumé

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 13 heures, Neomatix a dit :

C'est un genre de TV Courtoisie ?

C'est comme Radio Courtoisie, plus l'image, et plus à droite (mettons, plus identitaires païens que traditionnalistes maurrassiens).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
On 10/26/2017 at 3:37 PM, Marlenus said:

...

Je ne suis même pas sûr que l'on puisse les appeler libéraux.

...

:lol:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

9% de plus que la moyenne européenne en frais de fonctionnement

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je cherche un texte qui explique bien les origines de la sécu et qui ne puisse pas être remis en cause par le gauchiste de base.

quelqu'un a ça en magasin, plize ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans contrepoints, il y a eu ça avec Verhaeghe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a une heure, Neuron a dit :

Dans contrepoints, il y a eu ça avec Verhaeghe.

Je sais bien, mais justement je voudrais éviter ce type de sources plutôt classées à droite voire même dans la fachosphère pour le gauchiste lambda.

Mon hamoniste  va pas rater l'occase pour disqualifier l'histoire. 

J'aurais besoin d'un texte plus officiel, manière de lui claquer le museau la prochaine fois qu'il me déroule son préchi prêcha.

Je vais peut être trouver ça sur le site de la sécu 

 

 

Nan je déconne   :dents:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Waouuuuh, il est carrément passé du coté obscur mon hamoniste, il relaye des articles d'un communiste, Michel Etiévent,  qui commet des articles dans L'Huma.

Voici son dernier, une perle :blink:

 

Révélation

Si le mouvement ouvrier et le peuple ne se bouge pas plus que ça, la SECU C'EST FINI...et reviendra alors ce que Croizat appelait "la terrible angoisse du lendemain et la vieille obsession de la misère"...Michel Michel Etievent

Fin de la cotisation sociale, mort de la sécurité sociale…

Il est à craindre que les français ne soient pas conscients de ce qu'ils sont en train de perdre avec les attaques violentes contre la sécurité sociale. Ce formidable projet de société, imposé par le peuple français à la libération et qui, selon Ambroise Croizat, le bâtisseur, devait « mettre fin à l'obsession de la misère et aux incertitudes du lendemain" est aujourd’hui en passe de s’effondrer sous les coups de boutoir du gouvernement contre ce qui fait son fondement solidaire : la cotisation sociale. Au fil des 70 ans qui nous séparent de sa création, un continuum acharné de mesures de dégradation et de plans de casse successifs n’a cessé de mettre à mal une institution devenue pierre angulaire de notre identité sociale. Dès sa conception en effet, droite, patrons, médecins libéraux, lobbyings privés de tous ordres, ont peu à peu sapé les principes fondateurs de l’institution. A ces oppositions, un moment tues par le rapport de force de l’époque, s’est ajoutée une avalanche de réformes passant par les ordonnances gaulliennes de 1967 qui ont fait basculer sa gestion dans les mains du patronat, les plans Barre de 1980 libérant les honoraires, les mesures Fabius ouvrant aux complémentaires santé la gestion de la protection sociale, l’impôt CSG de Rocard l’étatisant progressivement. Viendront ensuite les mesures Georgina Dufoix imposant forfait hospitalier et déremboursements successifs, les lois Veil Balladur de1993 à 1995 allongeant la durée de cotisation à 40 ans et accélérant la fermeture des hôpitaux de proximité, les plans Chirac Raffarin attentant aux retraites, les lois Jospin de 2001 imposant les règles assurantielles et les normes européennes aux mutuelles. Sans oublier les lois Douste Blazy de 2004 qui videront les conseils d’administration de leurs pouvoirs en chapeautant la sécurité sociale par la création de l’Uncam directement nommée par l’état. N’oublions pas enfin l’instauration de la T2A en 2005, les lois Bachelot de 2009 confiant la gestion de la protection sociale aux « préfets sanitaires » des agences régionales de santé. En imposant l’obligation de mutualité d’entreprise, l’ANI 2013 accélérera un peu plus la voie de la privatisation, 
Si la destruction affichée de la cotisation sociale par le gouvernement Macron, n’est pas récente, elle est aujourd’hui ouvertement frontale et délibérée. Le rêve du patronat devenu une arme de gouvernement néo libéral. Il importe de rappeler la quadruple peine qu’elle impose aux bénéficiaires. Elle est tout d’abord une amputation directe du salaire dont la cotisation est partie intégrante. C’est un « salaire socialisé » fondé sur les richesses créées dans l’entreprise. La seule création de richesse qui va directement du cotisant vers le bien être des gens afin de faire face aux aléas de la vie sans passer par la poche des actionnaires. Si le salaire net c’est pour le quotidien du mois, le salaire brut c’est pour la vie. La seconde peine réside dans la destination même de cette « économie » patronale. Elle n’ira ni vers l’emploi, ni l’investissement mais servira comme le gouvernement l’annonce à « restaurer » ou à augmenter les marges patronales et à gonfler les poches des actionnaires. (80% des profits patronaux terminent leur course dans la poche des actionnaires). A cette atteinte aux salaires, s’ajoute la troisième peine : la hausse de la CSG qui alourdit la feuille d‘impôt et plus gravement encore fiscalise et étatise un peu plus encore la sécurité sociale. ( Depuis 1995 la part de la fiscalisation dans le financement de la sécu est passé de 4, 9 à 28 % tandis que la part de la cotisation sociale tombe de 86,8 à 67,3 %) Imagine-t-on ce que pourrait devenir une sécurité sociale entièrement abandonnée aux mains de l’état ? Une seule loi ou ordonnance à l’image de ce qu’a vécu l’Espagne pourrait engendrer coupes sombres ou pire privatisation immédiate. La quatrième peine est encore plus lourde. Par la fin du grand principe de solidarité, la mort de la cotisation sociale n’est rien d‘autre que la mort de la sécu. Une coquille vide prête à être livrée au privé, aux assurances santé inégalitaires et coûteuses. La fin du droit de vivre dignement…

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Prison avec sursis pour avoir incité à se passer de la Sécu

 

Citation

Quatre hommes et deux associations ont été condamnés jeudi par le tribunal correctionnel de Paris à des peines de prison avec sursis et des amendes pour avoir incité à se soustraire à l’obligation légale de s’affilier à la Sécurité sociale.

 

Parmi les prévenus condamnés figure l’ancien chirurgien-dentiste Claude Reichman, dont le Mouvement pour la liberté de la protection sociale milite depuis plus de 25 ans en ce sens.

 

Considéré par le tribunal comme le «fer de lance du mouvement» anti-Sécu, il a été condamné à 10 mois de prison avec sursis, et son association à 60 000 euros d’amende pour moitié avec sursis, pour avoir notamment aidé à la désaffiliation des particuliers.

 

Il avait tenu au cours de conférences publiques des propos jugés «fallacieux» par les magistrats «par les gains financiers qu’ils font miroiter, par l’assurance d’une prétendue impunité», selon une copie du jugement consultée par l’AFP. Les juges ont étrillé son «sentiment de toute puissance» et «sa volonté affirmée de poursuivre ces incitations à la désaffiliation».

 

Un quinquagénaire a été condamné à cinq mois avec sursis pour avoir «fourni tous les moyens» de se désaffilier sur son blog, «Je quitte la Sécu», et dans un livre.

 

Une autre association, Liberté sociale, a été condamnée à 10 000 euros d’amende dont 8 000 avec sursis, et deux de ses dirigeants à quatre et un mois d’emprisonnement avec sursis.

 

Tous ont été condamnés pour «incitation au refus des assujettis de se conformer aux prescriptions de la législation de sécurité sociale», un délit prévu par le code de la sécurité sociale.

 

Alors que les prévenus soutenaient que des directives européennes ont supprimé le monopole de la Sécurité sociale, les magistrats ont rappelé que «contrairement aux interprétations et convictions des prévenus», ce monopole «demeure en France».

Le tribunal a précisé qu’ils n’étaient pas poursuivis pour «une opinion» mais pour «des actes positifs tendant à persuader le plus grand nombre» d'«enfreindre» la législation en vigueur.

 

L’incitation à quitter la Sécurité sociale constitue «une atteinte majeure au socle de la solidarité», et a «entraîné des demandes de désaffiliation», a ajouté le tribunal, «1.822 au 6 octobre 2015 selon les informations fournies par les caisses régionales du RSI, et corrélativement un engorgement des tribunaux des Affaires sanitaires et sociales».

 

«La désinformation délibérément portée par les prévenus a conduit un grand nombre de cotisants à entamer des démarches dangereuses» pour eux-mêmes comme pour les finances des organismes de recouvrement, notent encore les juges.

 

Les prévenus devront verser plusieurs milliers d’euros de dommages et intérêts à la Caisse nationale déléguée pour la sécurité sociale des travailleurs indépendants et à l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale, parties civiles, en réparation de leur «préjudice économique».

Dans un communiqué diffusé en janvier, M. Reichman estimait pour sa part avoir été «torturé au tribunal de Paris dans un procès truqué».

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'aime bien le courage variable de Libé à prendre position là dedans

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Toutes ces paires de bottes en béton perdues pour les juges qui ont donné le verdict... 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah la Sécurité Sociale, cette institution sacrée qui veut tellement notre bien qu'elle nous poignardera dans le dos si l'on veut la quitter... Ben oui: pas de Sécu, pas de salut.

 

Plus sérieusement, mes contacts "de gauche" sont étrangement silencieux devant cette annonce que j'ai pris soin de leur passer. Ils viennent de découvrir que l'Idole pouvait aussi être vengeresse...

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×