Jump to content
Hayek's plosive

TIL - today I learnt...

Recommended Posts

13 hours ago, Bisounours said:

Tu sous-entends que ces données sont fausses ?

maxresdefault.jpg

  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est quoi cette photo débile ?

J'ai trouvé ce diagramme intéressant car il montre les enchevêtrements existants entre tous ces medias et leurs propriétaires, et certains liens sont assez surprenants. Bien évidemment, j'ai vu l'origine de ce travail. Mais j'en ai rien à foutre.

Et je n'ai pas compris ta réflexion, ni celle de Poney.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, c'est pas faux

Share this post


Link to post
Share on other sites

TIL qu'une méduse était immortelle:

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Turritopsis_nutricula

 

 

Turritopsis nutricula est une espèce de méduses de la classe des hydrozoaires. Elle mesure 4 à 5 mm et est originaire de la mer des Caraïbes. Elle a la particularité de pouvoir revenir du stade de méduse au stade de polype, ce qui la rend théoriquement immortelle. Elle inverse en fait le processus de vieillissement2.

  • Yea 4

Share this post


Link to post
Share on other sites

sur Paul Bismuth AKA Nicolas Sarkozy.

 

🤔

Share this post


Link to post
Share on other sites
4 hours ago, Hugh said:

sur Paul Bismuth AKA Nicolas Sarkozy.

 

🤔

J'attends avec impatience ce procés, ainsi que celui de Bygmalion..

J'aimerais méme a la suite un procés internationnal pour la déstasbilisation de la libye

 

Les 3 s'enchaineraient harmonieusement..

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

 

  • Yea 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

Hmm...

 

Créé en janvier 1978, avec Aron comme figure de proue, le CIEL obtient pour faire-part de naissance des pages entières de publicité dans les quotidiens nationaux. Les propriétaires de journaux se montrent-ils généreux envers cette officine anticommuniste, ou la promotion est-elle payée par des « fonds secrets gouvernementaux » dont l’attribution dépend alors du premier ministre Raymond Barre ? Sans s’étendre sur le sujet, l’auteur du livre, Alain Laurent, membre fondateur et secrétaire général adjoint de l’organisation, révèle que le CIEL reçut en sous-main de l’argent public jusqu’en 1981. Des intellectuels au service du pouvoir, des libéraux subventionnés par l’État, voilà un excellent départ."

-Serge Halimi, « Avoir tort avec Raymond Aron », mars 2019 : https://www.monde-diplomatique.fr/2019/03/HALIMI/59617 

  • Confused 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

TIL que la collection Découvertes Gallimard de mon enfance a eu un succès mondial.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le courant institutionnaliste.

 

Citation

Une définition «historique» du terme a été donnée par Willard Earl Atkins (1889-1971), en 1932. Pour Atkins, on peut résumer en cinq points les postulats des économistes institutionnalistes :

  1. Ce sont les comportements de groupe et non les prix qui doivent être au centre de l'analyse économique ;
  2. On doit accorder plus d'attention aux régularités des coutumes, des habitudes, des lois en tant qu'elles organisent la vie économique ;
  3. Les individus sont influencés par des motivations qui ne peuvent être mesurées quantitativement ;
  4. Le comportement économique évolue constamment et, par conséquent, les généralisations économiques doivent continuer de spécifier le repère du temps et du lieu d'application ;
  5. C'est la tâche de l'économiste d'étudier les sources ou raisons des conflits d'intérêts dans la structure sociale existante; cette étude fait partie du sujet, le conflit n'est pas seulement une divergence par rapport à une norme hypothétique1,2.

 

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

TIL que Gomez Addams (1964-John Astin) est le père de Samwise Gamgee (Sean Astin)

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 23 heures, Hayek's plosive a dit :

Le courant institutionnaliste.

 

 

Courant très intéressant, d'ailleurs, qui après avoir commencé avec de bêtes communistes comme Veblen, a produit de très beaux libéraux comme Coase, avant de produire des théoriciens originaux et atypiques comme Ostrom.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Mégille a dit :

Courant très intéressant, d'ailleurs, qui après avoir commencé avec de bêtes communistes comme Veblen, a produit de très beaux libéraux comme Coase, avant de produire des théoriciens originaux et atypiques comme Ostrom.

Petites pages pour les Ostrom sur WB.

https://www.wikiberal.org/wiki/Elinor_Ostrom

... ne pas hésiter à compléter.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En 2006, l'UNESCO a organisé un colloque intitulé "L'espèce humaine peut-elle se domestiquer elle-même ?". Ça a le mérite de la franchise. :online2long: 

Share this post


Link to post
Share on other sites

TIL que c'étaient les jésuites qui avaient importé le modèle techno/méritocratique depuis la Chine impériale et que la France ne l'avait absolument pas sorti de nulle part quand elle a eu besoin de nouvelles élites après la Révolution. Du coup je dois en savoir plus. Il me faudrait un ou deux bouquins pour :

1) avoir une connaissance basique mais correcte de l'Histoire Chinoise.

2) creuser un peu plus cet aspect là en particuler (concours de recrutement pour les fonctionnaires).

 

Je trouve le parallèle fascinant du coup (besoin d'unifier en rabaissant/court-circuitant les pouvoirs intermédiaires/traditionnels grâce à un recrutement large, prétention d'objectivité/mérite qui transcenderait le jeu politique, développement d'une morale plus ou moins sans religion etc)

Allez sivouplé ! @Mégille @Vilfredo Pareto @Dardanus @Rincevent @NoName @Wayto ?

Juste un livre ou deux, c'est pour faire manger mon cerveau ! Sivouplé !

  • Yea 1
  • Haha 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 31 minutes, Boz a dit :

TIL que c'étaient les jésuites qui avaient importé le modèle techno/méritocratique depuis la Chine impériale et que la France ne l'avait absolument pas sorti de nulle part quand elle a eu besoin de nouvelles élites après la Révolution. Du coup je dois en savoir plus. Il me faudrait un ou deux bouquins pour :

1) avoir une connaissance basique mais correcte de l'Histoire Chinoise.

2) creuser un peu plus cet aspect là en particuler (concours de recrutement pour les fonctionnaires).

 

Je trouve le parallèle fascinant du coup (besoin d'unifier en rabaissant/court-circuitant les pouvoirs intermédiaires/traditionnels grâce à un recrutement large, prétention d'objectivité/mérite qui transcenderait le jeu politique, développement d'une morale plus ou moins sans religion etc)

Allez sivouplé ! @Mégille @Vilfredo Pareto @Dardanus @Rincevent @NoName @Wayto ?

Juste un livre ou deux, c'est pour faire manger mon cerveau ! Sivouplé !

On m'a dit du bien de "Le Monde chinois", de Jacques Gernet. Chez Pocket, en trois volumes. Ça va au delà de la connaissance basique, tu t'en doutes, mais ça devrait répondre à tes questions. 

 

Il y a peut-être aussi des billes chez Fukuyama dans "The Origins of Political Order" (si je me souviens bien de ce qu'en disait @F. mas), concernant l'écrasement des structures sociales intermédiaires. Pour être précis, son analyse est très bien vue, mais son jugement est à l'opposé des libertariens (à ses yeux, le pouvoir politique c'est le bien, et ce qui y résiste mérite de disparaître).

  • Love 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oulala la quatrième de couv du Fukuyama me fait saliver !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, le Fukuyama est intéressant sur le sujet (même les deux volumes d'ailleurs) :)  Je lis bcp de choses sur la Chine ces derniers temps, mais plus sur son modèle économique que sur son histoire. 

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, Boz a dit :

TIL que c'étaient les jésuites qui avaient importé le modèle techno/méritocratique depuis la Chine impériale et que la France ne l'avait absolument pas sorti de nulle part quand elle a eu besoin de nouvelles élites après la Révolution. Du coup je dois en savoir plus. Il me faudrait un ou deux bouquins pour :

1) avoir une connaissance basique mais correcte de l'Histoire Chinoise.

2) creuser un peu plus cet aspect là en particuler (concours de recrutement pour les fonctionnaires).

 

Je trouve le parallèle fascinant du coup (besoin d'unifier en rabaissant/court-circuitant les pouvoirs intermédiaires/traditionnels grâce à un recrutement large, prétention d'objectivité/mérite qui transcenderait le jeu politique, développement d'une morale plus ou moins sans religion etc)

Allez sivouplé ! @Mégille @Vilfredo Pareto @Dardanus @Rincevent @NoName @Wayto ?

Juste un livre ou deux, c'est pour faire manger mon cerveau ! Sivouplé !

Il y a une suite de 5 (ou plus ?) MOOC sur l'Histoire chinoise sur edX, donné par Harvard. Ils sont vachement bons, je les recommande (si c'est pour se familiariser au sujet, et pas forcément faire de la recherche dessus, quoi). Le seul hic c'est qu'ils avaient prévu de finir par un éloge de Taïwan, et pour finir, quelque chose ou quelqu'un les a fait changer d'avis, visiblement.

Le lien du premier cours :

https://courses.edx.org/courses/HarvardX/SW12x/2013_SOND/course/

Je les ai suivit il y a longtemps (à leur sorti) ils en ont peut-être fait d'autres maintenant.

 

La Chine a effectivement un modèle étatique centralisé et bureaucratique de longue date, et ça a été découvert en Europe au début de l'époque moderne. Mais je ne suis pas sûr que ce soit véritablement une influence, il me semble que la bureaucratie apparaît assez spontanément dès que l'on une organisation hiérarchique. En France, en toute rigueur, ça a commencé dès Philippe Auguste avec les baillis et les prévôts.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Boz a dit :

1) avoir une connaissance basique mais correcte de l'Histoire Chinoise.

Sur toute l'histoire chinoise tu as le China: A New History traduit chez Tallandier Histoire de la Chine. Des origines à nos jours de Fairbank et Goldman qui est bien. C'est le dernier livre de Fairbank qui est le grand spécialiste américain de la Chine. C'est un bouquin que j'aime bien même s'il est plutôt rapide et qu'il répète beaucoup ses autres livres parce qu'il prend un peu de temps pour polémiquer avec les autres historiens de la Chine ou les autres grandes thèses sur l'histoire chinoise. Il règle son compte à Wittfogel à un moment c'est sympa. Il a fait un crash course à Kissinger avant son voyage pour voir Mao. Tu trouveras plus d'éléments sur la formation des élites au début de sa Grande révolution chinoise ceci dit.

Il y a 1 heure, Boz a dit :

2) creuser un peu plus cet aspect là en particuler (concours de recrutement pour les fonctionnaires).

Oui c'est passionnant à étudier.

On commence à se préparer aux examens de la FP à 6 ans et pendant 7 ans : il s’agit d’apprendre par cœur les Quatre livres et les Cinq classiques (431k caractères). Maîtrise de la calligraphie requise pour passer l’examen du comté qui se déroule 2 ans sur 3 -> examen préfectoral -> examen de qualification (qu’1M de privilégiés possédaient dans les années 1830, dont 1/3 l’avaient acheté). Tao-kuang ou Daoguang, un gros con (qui règne jusqu’en 1850), vendit ces diplômes pour se faire de l’argent. Les examens pour devenir finalement fonctionnaire de l’empire (l’examen de qualification étant l’équivalent du bac mais à la mode des années où c'était un diplôme) se déroulaient dans des cellules séparées meublées de trois planches (étagère, bureau, chaise) et les 10k candidats apportaient leur nourriture, sac de couchage, pinceaux, encrier et papier vierge pour 3 jours et 2 nuits (sachant qu’on passait une journée à fouiller les candidats et à leur attribuer leur place). Taux de réussite : 1%. La composition en huit parties était leur dissertation. Il avait été adopté par les organisateurs des Ming en 1487 et se composait de 8 x 700 caractères portant sur des points délicats d’interprétation des classiques, des formes de colonies militaires, les méthodes de sélection des fonctionnaires et de la géographie ou encore la structure des 24 histoires (série d'annales dynastiques qui couvrent l'histoire de la Chine de 3000 av. J.-C. à la dynastie des Ming au XVIIe siècle, constituée de 3213 volumes et d'environ 40 millions de caractères). Tout ceci ne servait rigoureusement à rien, faut-il seulement le préciser ? Un des gros axes des révolutionnaires est de foutre tout ça en l'air, de lire Darwin, d'enseigner la science dans des unis privées et d'aller faire un tour à l'étranger (surtout au Japon mais pas que).

Les Chinois ont tout simplement inventé le principe de recrutement sur examens. Notons au passage qu'on n'a pas attendu la révolution pour critiquer ; l'un des cinq classiques du roman chinois, la Chronique indiscrète des mandarins de Wu Jingzi (1770) le fait déjà très bien. Mais le but des examens est plutôt une unification idéologique autours des principes confucéens (une "morale plus ou moins sans religion" en effet. Le chapitre à ce sujet de Fairbank dans le Fairbank et Goldman est bien).

Le fameux Hong Xiuqan, chef des Taiping, était un recalé des examens mandarinaux, il l'avait carrément mauvaise.

Il y a 1 heure, Boz a dit :

besoin d'unifier en rabaissant/court-circuitant les pouvoirs intermédiaires/traditionnels grâce à un recrutement large

Oui mais la Chine a une tradition de pouvoir bien décentralisé, avec peu d'impôts à partir du XVIIIe, beaucoup de pouvoir dévolu aux vice-rois qui dominent certaines provinces, différents des gouverneurs provinciaux et tout ça ne se mélange pas. Pour donner un seul exemple, l'Etat n'a même pas le privilège de battre monnaie ;) Pour les jésuites il s'agit dans le mandarinat de trouver le modèle d'un gouvernement de philosophes, le respect des lois, le despotisme éclairé. Au passage parce que j'y pense, les normes des examens sont fixées par l'Etat all right mais ce sont des académies privées qui les font préparer, les shuyuan. Dans un ouvrage de synthèse collectif très digne d'intérêt (La Chine au XXe siècle. D'une révolution à l'autre, Fayard, dirigé par MC Bergère, L Bianco et un inconnu du nom de Domes), l'article de PE Will sur le système de gouvernement impérial, la bureaucratie, la géographie, la démographie et cie fait une distinction helpful entre un système despotique (ce que la Chine n'est pas) et autocratique (là oui par contre) + il ne faut pas oublier que beaucoup de la centralisation qu'on observe dans l'histoire chinoise à partir de l'époque moderne est due aux Mandchous. Mais grosso modo ça reste impossible d'unifier ou de court-circuiter les circuits intermédiaires comme en France avec un Etat-nation ou je ne sais quoi parce que t'as 500Mhab dès la moitié du XIXe donc imagine un peu le nb de fonks qu'il faut pour fliquer tout ce petit monde, c'est totalement impossible à l'époque. Moyennant quoi y a pas beaucoup d'impôts, pas tellement de fonks (relativement à la population) et beaucoup de trucs qui sont pris en charge par les pékins locaux (npi).

  • Yea 1
  • Love 3

Share this post


Link to post
Share on other sites
30 minutes ago, Mégille said:

En France, en toute rigueur, ça a commencé dès Philippe Auguste avec les baillis et les prévôts

Oui mais je pensais plus à l'aspect recrutement de fonctionnaires par concours + élaboration/récupération d'une morale qui va bien avec (confucianisme pour les Chinois, républicanisme pour les Français).

Share this post


Link to post
Share on other sites

En tous cas merci les gars, je note tout ça dans un coin là je démarre Fukuyama (qui balance des les premières pages que 2008 c'est à cause d'un manque de régulation du marché et que le problème du capitalisme c'est qu'on a pas encore trouvé comment dompter sa terrible volatilité... Je vais pas m'attarder sur cette partie là je sens).

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 15 minutes, Vilfredo Pareto a dit :

Notons au passage qu'on n'a pas attendu la révolution pour critiquer ; l'un des cinq classiques du roman chinois, la Chronique indiscrète des mandarins de Wu Jingzi (1770) le fait déjà très bien.

C'est même contesté bien plus tôt. Il me semble que le principe du recrutement par concours apparaît au cours du moyen-âge chinois, et se systématise dès l'empire Tang (~ pendant nos carolingiens). Auparavant, dans l'antiquité, le recrutement se faisait par recommandation, suggérer de nouvelles recrues à son supérieur était considéré comme un devoir du bon fonctionnaire, et une compétence qui allait de pair avec son excellence morale. J'imagine que les concours servait à briser les dynamiques dynastiques qui s’installaient à cause de ça dans l'administration au dépend des dynasties régnantes.

Et lorsque les conditions d'examen deviennent plus rigoureuse au XIème sous les Song du nord, avec les réformes de Wang Anshi notamment (qui est lui-même un manant qui s'est élevé jusqu'à premier ministre-like par le biais des concours méritocratiques), on voit déjà une opposition conservatrice, mené par Sima Guang, reprochant au nouveau système d'être trop impersonnel et de ne pas pouvoir saisir la véritable valeur morale des candidats (contrairement à un système népotique, reposant sur la relation personnelle maître-disciple).

 

il y a 24 minutes, Vilfredo Pareto a dit :

Pour donner un seul exemple, l'Etat n'a même pas le privilège de battre monnaie ;)

Il me semble que ça a fréquemment changé, ça. Je crois bien que Han Wudi avait pris ce privilège, et que plus tard, on a même souvent vu des empires instaurer des monnaies-papiers avec cours légaux (mais ils ont toujours finit par abandonner l'idée à cause de l'inflation qui s'en suivait immanquablement).

 

il y a 15 minutes, Boz a dit :

confucianisme pour les Chinois

Contrairement à une opinion communément répandue, l'empire chinois n'est pas dans son principe intrinsèquement confucianiste. Le confucianisme est issu de l'époque pré-impériale et était plus adapté à un royaume traditionnel aux lois coutumières qu'à un empire organisé rationnellement (Confucius s'opposait même à l'existence de code de lois écrites, tout particulièrement des codes pénaux). La première dynastie, les Qin, était proto-taoïste ("huanlao") et légiste (~ machiavélique + légaliste). Sous la période des trois royaumes, les Wei (qui, concrètement, contrôlaient l'essentiel de l'ancien empire Han) cherchaient à réhabiliter le légisme et "l'école des noms" (école logique plutôt utilitariste). La brève dynastie Sui qui a réunifié l'empire après la période de division entre le nord et le sud était bouddhiste, de même que l'empire sous l'usurpation de Wu Zetian plus tard. La dynastie Tang était taoïste, afin de préserver l'équilibre entre le clergé bouddhiste et l'administration confucianiste, tous les deux également puissant à l'époque. C'est sous là, les Tang, que les examens impériaux sont apparus. Les Song étaient souvent accusé d'être confucianistes en apparence, et légistes en réalité (les réformes de Wang Anshi, et notamment l'idée de critères objectifs et impersonnels de sélection du personnel n'ont rien de confucianistes). Les Yuan (mongol) étaient bouddhistes tibétains. Et les Qin (mandchou) se montraient tantôt comme des sages confucianistes pour rassurer les fonctionnaires chinois, tantôt comme des guerriers mandchous traditionnels pour s'assurer du soutient des huit bannières (les armées mandchous), et tantôt comme des saints bouddhistes tibétains pour plaire au clergé.

Donc aussi bien l'empire que les examens impériaux étaient initialement anti-confucianistes.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...