Jump to content
Hayek's plosive

Chili piquant - Histoire & actualité

Recommended Posts

J'ouvre un fil sur le Chili pour plusieurs raisons:

- j'ai pas trouvé de fil dédié au pays (qui ne soit pas fermé, ils étaient restreints a certains sujets, juste l'économique recent ou la santé, par exemple) et en regroupant toutes les thematiques entourant le pays ca peut en faire un fil tres utile quand on tombe sur un socialo qui s'attaque a la periode de la dictature (non pas pour la défendre mais pour remettre dans le contexte et trier le vrai du faux).

 

D'un point de vue histoire:

- l'époque de Pinochet sert régulièrement d'angle d'attaque des anti-libéraux

- l'époque d'Allende est une période sur laquelle j'aimerais davantage me documenter (grand merci a Lucilio pour ses articles)

 

Pour ses articles, ceux que j'ai trouvés ci-dessous:

Le retour de la droite au Chili

La voie chilienne vers le socialisme

Il y a 40 ans, Salvador Allende et l’Unité Populaire

 

D'un point de vue actualité:

- le systeme éducatif est tres critiqué en ce moment pour son prix exhorbitant et sa qualité baissante (un article que j'ai un peu lu en diagonale il y a quelques semaines) mais j'ignore tout du marché et je me demande par exemple pourquoi il n'y a pas plus d'universités qui se créent pour faire concurrence aux existantes ou si il y a pas une sorte de numerus clausus qui en empecherait l'apparition

- quels sont les bilans de Michelle Bachelet et de Sebastian Pinera?

 

Mais aussi:

- est-ce bien raisonnable de mettre des glacons dans son Pisco Sour?

 

pisco-sour-peruvian-drink-pariwana-hoste

 

Les universités sont en faillite, alors que les étudiants en réclament la gratuité, finissant en affrontements avec la police. Evidemment le Chili est tres pratique pour les gauchistes qui veulent attaquer le modele liberal, quitte a dire des grosses betises. Plus difficile de trouver des infos pertinentes et non biaisées en revanche.

Share this post


Link to post
Share on other sites

- le systeme éducatif est tres critiqué en ce moment pour son prix exhorbitant et sa qualité baissante...

 

Bullshit de compétition. Le système éducatif chilien a les meilleures notes PISA d'Amérique latine et il n'y a jamais eu autant de Chiliens diplômés ou faisant des études supérieure que maintenant : "L'enseignement au Chili".

Share this post


Link to post
Share on other sites

il n'y a jamais eu autant de Chiliens diplômés ou faisant des études supérieure que maintenant.

 

On peut dire la même chose de la France ; ça n'est pas un gage de qualité.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On peut dire la même chose de la France ; ça n'est pas un gage de qualité.

 

Les résultats PISA de la France sont mauvais au niveau européen, le Chili a le meilleur score d'AMérique latine. OK, c'est pas la mêm compétition, mais cela nullifie la critique sur la qualité de l'enseignement au Chili. Mais surtout le fait qu'il n'y ait jamais eu autant d'étudiants et de diplômes rend ridicule l'argumentation des coûts qui empêcherait soi-disant l'accès aux études au Chili.

Share this post


Link to post
Share on other sites

- est-ce bien raisonnable de mettre des glacons dans son Pisco Sour?

 

pisco-sour-peruvian-drink-pariwana-hoste

 

 

 

c'est de loin la question la plus importante de ton poste. Et j'attend la réponse. Certain recette l'ajoute dans la liste des ingrédients, d'autre mentionne clairement "servir sans galçon".

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bullshit de compétition. Le système éducatif chilien a les meilleures notes PISA d'Amérique latine et il n'y a jamais eu autant de Chiliens diplômés ou faisant des études supérieure que maintenant : "L'enseignement au Chili".

 

http://www.oecd.org/pisa/46643496.pdf

 

En effet, premier pays d'Amerique Latine, surclassant tous les autres pays dans tous les criteres sauf un seul pays, l'Uruguay qui fait un tout petit peu mieux en mathématiques.

 

c'est de loin la question la plus importante de ton poste. Et j'attend la réponse. Certain recette l'ajoute dans la liste des ingrédients, d'autre mentionne clairement "servir sans galçon".

 

 

C'te lapsus. Il y avait vraiment que toi pour le faire, hein? :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

...est-ce bien raisonnable de mettre des glacons dans son Pisco Sour?

 

Dans le shaker, bien entendu. Le tout est qu'il faut bien secouer énergiquement pour bien faire mousser.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les résultats PISA de la France sont mauvais au niveau européen, le Chili a le meilleur score d'AMérique latine. OK, c'est pas la mêm compétition, mais cela nullifie la critique sur la qualité de l'enseignement au Chili. Mais surtout le fait qu'il n'y ait jamais eu autant d'étudiants et de diplômes rend ridicule l'argumentation des coûts qui empêcherait soi-disant l'accès aux études au Chili.

 

Oui d'accord, tu faisais référence aux coûts.

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

 

C'te lapsus. Il y avait vraiment que toi pour le faire, hein? :)

 

:lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Journée de manifestations au Chili

 

Des barricades incendiées et des blocages de site miniers ont marqué, jeudi 11 juillet, le début d'une journée de nouvelle mobilisation sociale au Chili. Les manifestants se sont retrouvés à l'appel du principal syndicat du pays, la Centrale syndicale unitaire des travailleurs (CUT) soutenue notamment par les étudiants.

L'appel à la grève nationale a été relayé également par les employés du fisc, de l'état civil, des crèches, des douanes ou encore de l'aviation civile. L'aéroport de Santiago fonctionnait normalement jeudi matin, et la majorité des commerces de la capitale étaient ouverts.

Les revendications des grévistes portent notamment sur une réforme du code du travail, une amélioration du salaire minimum (à 490 dollars par mois, contre 380 actuellement) et un remplacement du système des retraites privé par un système public cofinancé par les salariés et les employeurs.

 

...

 

 

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/07/11/journee-de-manifestations-au-chili_3446627_3222.html

 

pffff....

Share this post


Link to post
Share on other sites

Excellente émission sur le Chili avec Philippe Chesnay, où j'ai appris plein de faits éclairants, notamment sur la dégradation des relations avec les Etats-Unis :

Libre Journal des idées politiques du 12 juillet 2013 : “Historiquement correct : les années Pinochet"

http://www.radiocourtoisie.fr/13019/libre-journal-des-idees-politiques-du-12-juillet-2013-historiquement-correct-les-annees-pinochet-foi-catholique-et-action-publique-emigration-francaise/

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour info : il y a cette nuit à 1h25 sur Arte un docu sur la libéralisation du Chili.

http://arte-magazine.arte.tv/program/40523_cf/Le_Chili_ou_la_dictature_de_la_privatisation

 

Le Chili ou la dictature de la privatisation

 

Suite au coup d’État de Pinochet en 1973, le Chili est devenu un véritable laboratoire du libéralisme. Les "Chicago boys" formés par Milton Friedman ont bouleversé l’économie du pays, bradant tous ses biens et services selon les préceptes néolibéraux : tout au marché, rien à l’État. Quarante ans après, le pays n’est plus une dictature. Mais l’eau, les mines, l’énergie, la santé et l’éducation sont toujours aux mains de quelques riches familles. Celles-ci  imposent une autre forme de dictature en pillant les ressources au mépris de la population, de l’environnement et de toute morale. Cette enquête à charge et sans concession retrace l’histoire de la mainmise du secteur privé sur le Chili, à travers d’innombrables exemples de situations aberrantes contre lesquelles la population semble n’avoir aucun recours : étudiants ruinés par une université crapuleuse, paysans contraints de céder leurs droits sur l’eau, terres rendues stériles par la pollution au plomb… Malgré tout, les manifestants de plus en plus nombreux n’entendent pas baisser les bras.

 

J'ai bien peur que ce soit pleins de raccourcis comme dans La Stratégie du choc de Naomi Klein mais ça vaut toujours le coup de regarder.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour info : il y a cette nuit à 1h25 sur Arte un docu sur la libéralisation du Chili.

http://arte-magazine.arte.tv/program/40523_cf/Le_Chili_ou_la_dictature_de_la_privatisation

 

 

J'ai bien peur que ce soit pleins de raccourcis comme dans La Stratégie du choc de Naomi Klein mais ça vaut toujours le coup de regarder.

 

Pour le poster dans les vidéos comiques et faire un article sur contrepoints pour le débunker.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense que ceux qui regarderont Arte vont finir de très mauvaise humeur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quel recours judiciaire les libéraux ont-ils face à une télévision d'État(s) qui les assimile directement à une dictature ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quel recours judiciaire les libéraux ont-ils face à une télévision d'État(s) qui les assimile directement à une dictature ?

Je pense aucun recours judiciaire, par contre sortir un texte inflammatoire :

- assimilant cette télévision d'Etat avec la Pravda (preuves à l'appui bien sûr)

- détaillant le système de kleptocratie de cette même chaine, permettant à des animateurs-producteurs de devenir millionnaires avec l'argent du contribuable

- expliquant que quand les libéraux seront au pouvoir, elle sera fermée ou vendue à un milliardaire texan.

- etc.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je l'ai vu. Ayant peu de connaissances sur la situation du Chili, je ne peux pas faire une réelle analyse mais voilà ce qui m'a marqué en voyant ce machin :

- Sont mit dans le même sac le libéralisme (tel qu'il était pensé par Friedman) et le capitalisme de connivence qu'y se pratique là-bas (conflits d’intérêts, violations de la propriété, etc.).

- Si la gestion de l'eau est réellement comme celle décrite dans le docu, la situation est assez grave. La privatisation totale de l'eau a entraîné une mauvaise gestion des ressources avec des coupures d'eau chez les habitants des régions minières.

- Les compagnies minières semblent faire un peu ce qu'elles veulent, comme polluer les terrains sans être inquiétées. Cependant le seul cas de pollution d'un terrain présenté dans le reportage est dû à l'entreprise publique Coldelco (Si! Si!). Ces compagnies s'arrangent pour payer un minimum d'impôts (voir aucun) grâce à des filiales à l'étranger. La journaliste en parle comme si cela ne se pratiquait qu'au Chili.

- Les coûts de l'énergie sont présentés comme étant très élevés. D'après le docu, c'est à cause des fournisseurs qui maintiennent ces prix élevés de manière abusive en jouant avec la réglementation. L'énergie hydraulique est bon marché. Mais tout en pestant contre les prix abusif, la journaliste dénonce également le grand projet de barrage en Patagonie (wtf!). Il est vrai que ce projet va entraîner des expropriations.

- Les universités sont présentées comme étant d'ignobles entreprises capitalistes assoiffées de profit et passant tout dans le budget marketing. De plus, elle seraient un moyen pour leurs proprios (dont des politiques) de bourrer le crane des étudiants à coup de doctrines libérales.
Il est rappelé que 70% des étudiants chiliens souscrivent à un emprunt pour financer leurs études.

- L'école est à mon avis le sujet le plus baclé. Le fait que la moitié des jeunes chiliens aillent dans une école privée (subventionnée par l'Etat) semble être un problème pour la journaleuse. Elle rappelle que l'école est une dépense importante dans les foyers chiliens. Mais d'après le test PISA et ce qui est décrit dans le docu, l’enseignement semble être de qualité.


Voilà ce que je pouvais dire plus ou moins de mémoire là-dessus.
Pour ce qui souhaitent le voir, le docu est dispo sur le site de Arte http://www.arte.tv/guide/fr/047514-000/le-chili-ou-la-dictature-de-la-privatisation

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je l'ai vu. Ayant peu de connaissances sur la situation du Chili, je ne peux pas faire une réelle analyse mais voilà ce qui m'a marqué en voyant ce machin :

- Sont mit dans le même sac le libéralisme (tel qu'il était pensé par Friedman) et le capitalisme de connivence qu'y se pratique là-bas (conflits d’intérêts, violations de la propriété, etc.).

- Si la gestion de l'eau est réellement comme celle décrite dans le docu, la situation est assez grave. La privatisation totale de l'eau a entraîné une mauvaise gestion des ressources avec des coupures d'eau chez les habitants des régions minières.

- Les compagnies minières semblent faire un peu ce qu'elles veulent, comme polluer les terrains sans être inquiétées. Cependant le seul cas de pollution d'un terrain présenté dans le reportage est dû à l'entreprise publique Coldelco (Si! Si!). Ces compagnies s'arrangent pour payer un minimum d'impôts (voir aucun) grâce à des filiales à l'étranger. La journaliste en parle comme si cela ne se pratiquait qu'au Chili.

- Les coûts de l'énergie sont présentés comme étant très élevés. D'après le docu, c'est à cause des fournisseurs qui maintiennent ces prix élevés de manière abusive en jouant avec la réglementation. L'énergie hydraulique est bon marché. Mais tout en pestant contre les prix abusif, la journaliste dénonce également le grand projet de barrage en Patagonie (wtf!). Il est vrai que ce projet va entraîner des expropriations.

- Les universités sont présentées comme étant d'ignobles entreprises capitalistes assoiffées de profit et passant tout dans le budget marketing. De plus, elle seraient un moyen pour leurs proprios (dont des politiques) de bourrer le crane des étudiants à coup de doctrines libérales.

Il est rappelé que 70% des étudiants chiliens souscrivent à un emprunt pour financer leurs études.

- L'école est à mon avis le sujet le plus baclé. Le fait que la moitié des jeunes chiliens aillent dans une école privée (subventionnée par l'Etat) semble être un problème pour la journaleuse. Elle rappelle que l'école est une dépense importante dans les foyers chiliens. Mais d'après le test PISA et ce qui est décrit dans le docu, l’enseignement semble être de qualité.

Voilà ce que je pouvais dire plus ou moins de mémoire là-dessus.

Pour ce qui souhaitent le voir, le docu est dispo sur le site de Arte http://www.arte.tv/guide/fr/047514-000/le-chili-ou-la-dictature-de-la-privatisation

 

Ce serait bien un élément de réponse à tous les points que tu mentionnes de la part de Contrepoints d'ailleurs, de la part de quelqu'un qui s'y connait.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Point Pinochet dès le début. :)

 

 

SANTIAGO - Des dizaines de milliers d'étudiants chiliens ont manifesté jeudi dans le centre de Santiago pour demander une réforme du système éducatif mis en place par la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990).

 

http://www.20minutes.fr/monde/1219161-20130906-chili-manifestation-etudiante-reformer-systeme-educatif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour Lucilio

 

Le modèle Allende et l’Amérique latine. 40 ans après, le sens d’une expérience
Colloque | 20 septembre 2013 Bruxelles

Présentation de la thématique

Quand Salvador Allende assume la présidence du Chili en novembre 1970, il trouve un pays profondément soumis aux alignements de la Guerre froide, où le soutien aux positions de Washington est la règle et où le Pentagone est le principal fournisseur d’armes. C’est celui-ci qui instruit et endoctrine les forces armées tandis que les échanges avec les pays socialistes sont quasiment nuls.

Son gouvernement annonce une nouvelle politique étrangère de pluralisme idéologique. Celle-ci défend le principe d’autodétermination des peuples, la non-ingérence dans les affaires intérieures des États, la non-prolifération des armes nucléaires et la détente est/ouest. Sans rompre avec un seul pays, le gouvernement chilien établit des relations diplomatiques avec 20 nouveaux pays, dont Cuba, la Chine, le Nigeria, la Tanzanie, le Zaïre, la République Démocratique Allemande et la Hongrie. En même temps, il soutient les peuples qui luttent contre le colonialisme et cherche activement l’intégration latino-américaine.

Le gouvernement entame des contacts avec la Bolivie, pour rétablir avec elle ses relations diplomatiques, et examine favorablement la demande d’accès à la mer de ce pays.

Il propose la création d’un « système latino-américain », sans les États-Unis. Doté d’une banque où les pays placeraient l’essentiel de leurs réserves en devises, il rechercherait des systèmes d’échange qui évitent de commercer en dollars, et examinerait la légitimité de la dette externe.

Ces idées sont sans doute avancées pour l’époque mais d’une impressionnante actualité.

Ce colloque cherche à rappeler certains éléments essentiels figurant dans les propositions du gouvernement de l’Unité Populaire, particulièrement dans le domaine des relations internationales, leur projection et leur pertinence, 40 ans plus tard.

Organisateurs

Centre d’histoire et de sociologie des gauches (ulb), Maison de l’Amérique latine, Comité contre l’impunité et pour la démocratie en Amérique-latine (cidal), Institut des Hautes Études des Communications Sociales (ihecs),

Avec le soutien du Centre Tricontinental, cetri.

Lieux et horaire

Le colloque aura lieu le vendredi 20 septembre 2013,

puce.gif à l’ulb (Salle Baugniet- 44 avenue Jeanne- 1050) de 9h à 16h

puce.gif à l’ihecs (Auditoire BV1, rue du Poinçon 15 - 1000) de 19h30 à 21h30.

Les séances se tiendront en français.

Programme

I. Institut de Sociologie de l’ulb, salle Baugniet (rez-de-chaussée), avenue Jeanne 44, 1050 Bruxelles, de 9 à 16 heures.

9h : Accueil des participants

9h 15 : Introduction par Anne Morelli (Directrice du chsg)

9h30 à 11h : La révolution politique d’Allende :

Présidence : Jean-Michel De Waele, Doyen de la Faculté de Sopo (ulb)

-Sergio Grez, (Universidad de Chile- historien), La gauche chilienne et les élections

-Jorge Magasich (ihecs- historien), La politique étrangère du gouvernement de l’up ; l’état de la question

-Joan Garcés (juriste et conseiller de Salvador Allende) Les risques d’une politique indépendante 11 heures : Pause

11 heures 15 à 12h30 : L’exil et les solidarités envers les chiliens exilés :

Présidence : Cécile Rolin, coordinatrice pour le Chili à Amnesty International Belgique-

Bérengère Marques-Pereira (politologue ulb), L’expérience de l’exil pour les femmes et féministes chiliennes

-Kim Christiaens (historien- kul), Les dynamiques internes et les dimensions transnationales dans la mobilisation belge pour le Chili pendant les années 1970 et 1980

12h30 à 14 heures : Pause

14 heures à 15H30 : L’expérience Allende, 40 ans après

Présidence : José Gotovitch (chsg-ulb)

-Frédéric De Buyst (sociologue - ucl), Démocratie et transition : vers quel socialisme ?

-Guy Bajoit (sociologue- ucl, président du CETRI), De l’actualité du projet de Salvador Allende pour la gauche d’aujourd’hui

-David Mendez Yepez, (président 2011-2012 de la Fédération des Etudiants Francophones - fef), S’approprier l’héritage d’Allende ?

15H30 : Discussion générale

II. IHECS, auditoire BV1, rue du Poinçon, 15, 1000 Bruxelles de 19h30 à 21h30

-oan Garcés (juriste et conseiller de Salvador Allende), Le sacrifice des principes démocratiques et sociaux : le Chili hier, l’Europe aujourd’hui ?

-Sergio Grez, Historien, Universidad de Chile) Les grandes avenues s’ouvrent : le mouvement étudiant, 40 ans après le coup d’Etat 

-David Mendez Yepez, étudiant (ucl), président 2011-2012 de la fef

Entrée gratuite.

Informations : 02/535.93.80 ; amorelli@ulb.ac.be ; info@america-latina.be

http://www.cetri.be/spip.php?article3168

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a des potentialités de trollage monstrueuses.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très bon dossier sur Contrepoints, sinon !

Oui, en effet. C'est juste dommage que le tag ait été "40 ans de bonheur sans Allende". Pinochet, c'était pas super quand même, donc ça ne fait pas vraiment 40 ans que c'est le bonheur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Faut oser, pourrir de commentaires et diffuser l'article de ContrePoints. En faisant le tour des articles traitant du sujet dans la presse francophone, je n'ai vu que Chitah le faire. J'aurais aimé contribuer, mais je ne supporte pas de devoir m'inscrire (surtout sur des sites comme Ragemag) pour poster un commentaire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...