Aller au contenu
zyggy

Et La Poésie?

Messages recommandés

De la musique avant tout chose et pour cela préfère l'impair 

plus vague et plus soluble dans l'air sans rien en lui qui pèse ou qui pose

Il faut aussi que tu n'ailles point choisir tes mots sans quelque méprise

Rien de plus cher que la chanson grise où l'indécis au précis se joint

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'Art Poétique de Verlaine en effet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un autre à ne pas mettre au frigo

 

Si tous avec le pain et le vin

avaient la liberté

Pas de femmes gangrénées de travaux

mais clair de lune à volonté

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La traduction en anglais d'une vieille chanson auvergnate.


 

They Told Me, Martin

They told me, Martin, that you liked the girls.
They told me, Martin, that you liked wine. [x2]
 
I like it all, the wine as well as the girls.
I like it all, the girls as well as the wine. [x2]
 
But to choose, I’d like the girls more.
But to choose, I’d like the wine more. [x2]
 
I’m telling you, Martin, don’t worry.
Take both of them1, no need to choose. [x2]
 
They told me, Martin, that you liked the girls.
They told me, Martin, that you liked wine. [x2]
 
I like it all, the wine as well as the girls.
I like it all, the girls as well as the wine. [x2]
 
But to choose, I’d like the girls more.
But to choose, I’d like the wine more. [x2]
 
I’m telling you, Martin, don’t worry.
Take both of them, no need to choose. [x
 
L'originale en occitan.
 

M'an dit Martin

M'an dit Martin qu'aimavas los dròlles.
M'an dit Martin qu'aimavas lo vin. [x2]
 
Ieu aimi tot, lo vin amai los dròlles.
Ieu aimi tot, los dròlles amai lo vin. [x2]
 
Mes per causir, aimariái mai los dròlles.
Mes per causir, aimariái mai lo vin. [x2]
 
Ieu te disi, Martin te'n fagues.
Pren-te los dos, pas besonh de causir. [x2]
 
M'an dit Martin qu'aimavas los dròlles.
M'an dit Martin qu'aimavas lo vin. [x2]
 
Ieu aimi tot, lo vin amai los dròlles.
Ieu aimi tot, los dròlles amai lo vin. [x2]
 
Mes per causir, aimariái mai los dròlles.
Mes per causir, aimariái mai lo vin. [x2]
 
Ieu te disi, Martin te'n fagues.
Pren-te los dos, pas besonh de causir. [x2]
 
 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L’école

Gaston Couté

Les p’tiots matineux sont ‘jà par les ch’mins
Et, dans leu’ malett’ de grousse touél’ blue
Qui danse et berlance en leu’ tapant l’cul,
I’s portent des liv’s à coûté d’leu pain.

L’matin est joli coumm’ trent’-six sourires,
Le souleil est doux coumm’ les yeux des bêtes…
La vie ouvre aux p’tiots son grand liv’ sans lett’es
Oùsqu’on peut apprend’ sans la pein’ de lire :
Ah ! les pauv’s ch’tiots liv’s que ceuss’ des malettes !

La mouésson est mûre et les blés sont blonds ;
I’ s’ pench’nt vars la terr’ coumm’ les tâcherons .
Qui les ont fait v’ni’ et les abattront :
Ça sent la galette au fournil des riches
Et, su’la rout’, pass’nt des tireux d’pieds d’biche.
Les chiens d’ deux troupets qui vont aux pâtis,
Les moutons itou et les mé’s barbis
Fray’nt et s’ent’erlich’nt au long des brémailles
Malgré qu’les bargers se soyin bouquis
Un souér d’assemblé’, pour eune garçaille.
Dans les ha’s d’aubier qu’en sont ros’s et blanches,
Les moignieaux s’accoupl’nt, à tout bout de branches,
Sans s’douter qu’les houmm’s se mari’nt d’vant l’maire,
Et i’s s’égosill’nt à quérrier aux drôles
L’Amour que l’on r’jitt’ des liv’s’de l’école
Quasi coumme eun’ chous’ qui s’rait pas à faire.
A l’oré’ du boués, i’ s’trouve eun’ grand crouéx,
Mais les peupéiers sont pus grands dans l’boués.
L’fosséyeux encave un mort sous eun’ pierre,
On baptise au bourg : les cloches sont claires
Et les vign’s pouss’ vart’s, sur l’ancien cim’tiére !

Ah ! Les pauv’s ch’tiots liv’s que ceuss’ des malettes !
Sont s’ment pas foutus d’vous entrer en tète
Et, dans c’ti qu’est là, y a d’quoué s’empli l’coeur !
A s’en empli l’coeur, on d’vienrait des hoummes,
Ou méchants ou bons – n’importe ben coumme! –
Mais, vrais coumm’ la terre en friche ou en fleurs,
L’souleil qui fait viv’e ou la foud’ qui tue.
Et francs, aussi francs que la franch’ Nature,
Les p’tiots ont marché d’leu’s p’tit’s patt’s, si ben
Qu’au-d’ssus des lopins de seigle et d’luzarne,
Gris’ coumme eun’ prison, haut’ coumme eun’ casarne
L’Ecole est d’vant eux qui leu’ bouch’ le ch’min.

L’mét’ d’école les fait mett’e en rangs d’ougnons
Et vire à leu’têt’ coumme un général :
 » En r’tenu’, là-bas !… c’ti qui pivott’ mal !… »
Ça c’est pou’ l’cougner au méquier d’troufion.

On rent’ dans la classe oùsqu’y a pus bon d’Guieu :
On l’a remplacé par la République !
De d’ssus soun estrad’ le met’ leu-z-explique
C’qu’on y a expliqué quand il ‘tait coumme eux.
I’leu’ conte en bieau les tu’ri’s d’ l’Histouére,
Et les p’tiots n’entend’nt que glouère et victouére :
I’ dit que l’travail c’est la libarté,
Que l’Peuple est souv’rain pisqu’i’ peut voter,
Qu’les loués qu’instrument’nt nous bons députés
Sont respectab’s et doiv’nt êt respectées,
Qu’faut payer l’impôt…  » Môssieu, j’ai envie ! …
– Non ! .., pasque ça vous arriv’ trop souvent ! »
I veut démontrer par là aux enfants
Qu’y a des régu’s pour tout, mêm’ pou’la vessie
Et qu’i’ faut les suiv’déjà, dret l’école.

I’pétrit à mêm’ les p’tits çarvell’s molles,
I’rabat les fronts têtus d’eun’ calotte,
I’ varse soun’ encr’ su’ les fraîch’s menottes
Et, menteux, fouéreux, au sortu’ d’ses bancs
Les p’tiots sont pus bons qu’â c’qu’i’ les attend:

Ça f’ra des conscrits des jours de r’vision
Traînant leu’ drapieau par tous les bordels,
Des soldats à fout’e aux goul’s des canons
Pour si peu qu’les grous ayin d’la querelle,
Des bûcheux en grippe aux dents des machines,
Des bons citoyens à jugeotte d’ouée :
Pousseux d’bull’tins d’vote et cracheux d’impôts,
Des cocus devant l’Eglise et la Loué
Qui bav’ront aux lév’s des pauv’s gourgandines,
Des hounnètes gens, des gens coumme i’faut
Qui querv’ront, sarrant l’magot d’un bas d’laine,
Sans vouer les étouel’s qui fleuriss’nt au ciel
Et l’Avri’ en fleurs aux quat’ coins d’la plaine !…

Li ! l’vieux met’ d’école, au fin bout d’ses jours
Aura les ch’veux blancs d’un déclin d’âg’ pur ;
I’ s’ra ensarré d’l’estime d’tout l’bourg
Et touch’ra les rent’s du gouvernement…
Le vieux maît’ d’écol’ ne sera pourtant
Qu’un grand malfaiseux devant la Nature !..

Gaston Couté

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×