Jump to content

Ce Qui Fait Grimper Le F Haine (Aux Murs)


paulau

Recommended Posts

Oui mais si c'est pour traiter les multiples pseudo-crimes créés par la législation française, je ne vois pas en quoi ce serait un bien de leur donner plus de moyens. Le problème ce n'est pas le manque de moyens mais l'abus de lois.

 

Tu as raison, il faudrait aussi faire le ménage dans tout ça. L'article en parle d'ailleurs, ou bien peut-être ai-je lu ça dans les commentaires.

Link to comment

L'insécurité issu de la criminalisation des drogues est un des terreaux du FN. C'est largement récupéré par Marine Le Pen qui voulait guillotiner les dealers.

Link to comment

 

Mais puisque Chitah parlait de paranoïa et de complotisme, je trouve que le ton général s'en rapproche : «justice de merde», «la faute aux corporatismes», «les juges sont tous des cocos», «dogmatisme pénal», «victimes réelles», « pédophiles», «délinquants polymorphes», «la France a peur», «vengeance», etc...

L'affaire du Syndicat de la Magistrature a pourtant effectivement montré qu'une partie de la Justice se faisait de manière politicienne, avec notamment ce fameux biais pour les désignées victimes de la société au détriment des victimes réelles.

 

Le FN ou l'ED en général ont tendance à proposer des solutions néfastes habituelles aux étatistes, ce n'est pas pour autant que les problèmes qu'ils pointent du doigt ne sont pas réels.

 

Sinon, le budget de la Justice française c'est 0.19% du PIB, au 37e rang européen. Pour le service régalien le plus indispensable, c'est plus que faible. Personnellement, c'est bien le seul budget que je voudrais voir monter, et massivement encore.

Link to comment

L'insécurité issu de la criminalisation des drogues est un des terreaux du FN. C'est largement récupéré par Marine Le Pen qui voulait guillotiner les dealers.

 

En ce qui me concerne, lorsque je parle de la légalisation des drogues, j'ai l'impression de trouver une oreille plus attentive chez mes interlocuteurs de droite que chez ceux de gauche.

 

De prime abord, la plupart des gens renâcle, mais ceux de droite sont sensibles au discours : « ça va faire baisser l'insécurité, plus de dealers, ça coutera moins cher au contribuable, etc... »

 

En revanche, j'ai des copains d'extrême-gauche, fumeurs de joints, qui campent sur leurs positions : « t'es fou, si tu fais ça tout le monde va se défoncer à tous les coins de rue ! »

Link to comment

L'affaire du Syndicat de la Magistrature a pourtant effectivement montré qu'une partie de la Justice se faisait de manière politicienne, avec notamment ce fameux biais pour les désignées victimes de la société au détriment des victimes réelles.

 

Hmm... je ne suis pas juriste, mais dans les affaires auxquelles tu fais allusion (« victimes de la société », donc au pénal je présume), je ne suis pas sûr que les juges aient la possibilité d'interpréter la loi et de l'ajuster à leur guise.

 

Le FN ou l'ED en général ont tendance à proposer des solutions néfastes habituelles aux étatistes, ce n'est pas pour autant que les problèmes qu'ils pointent du doigt ne sont pas réels.

 

Oui sur le problème, je pense que tout le monde ici admettra que la justice française est... perfectible. Je condamne la plupart des solutions proposées, cela va de soi.

Link to comment

Le budget de la justice m'étonne : c'est excessivement bas.

Mais je ne veux pas le voir monter dans les circonstances actuelles : donner plus de sous à des gens aussi contre-productifs, non merci. Ils en feront quoi? Plus de programmes de réinsertion? Des formations en psychologie pour les magistrats (pour remplacer l'autorité qui fait défaut aux petites jeunes femmes de gauche qui en représentent 90%) ?

Link to comment

Le mythe de l'immigré qui débarque au port de Marseille pour aller directement chercher son RSA a la vie dure quand même.

Sans doute. En outre, je ne prétends pas être un spécialiste du droit. Mais à fortiori, s'il s'agit d'un préjugé, la suppression de l'Etat-providence constituerait le meilleur moyen de le faire disparaitre :icon_wink:

Link to comment

Entre temps dans quelques lieux sur la Terre:

  

Crime The curious case of the fall in crime Crime is plunging in the rich world. To keep it down, governments should focus on prevention, not punishment

 

Jul 20th 2013 |From the print edition The Economist
  •  
20130720_LDP001_0.jpg

 

IN THE 1990s John DiIulio, a conservative American academic, argued that a new breed of “superpredators”, “kids that have absolutely no respect for human life and no sense of the future”, would terrorise Americans almost indefinitely. He was not alone. Experts were convinced that crime would keep rising. Law-abiding citizens would retreat to gated communities, patrolled by security guards. Politicians and police chiefs could do little except bluster and try to fiddle the statistics.

Mr DiIulio later recanted and it is clear that the pessimists were wrong. Even as he wrote, America’s crime wave was breaking. Its cities have become vastly safer, and the rest of the developed world has followed. From Japan to Estonia, property and people are now safer than at almost any time since the 1970s (see article). Confounding expectations, the recession has not interrupted the downward trend. Even as America furiously debates the shooting of Trayvon Martin (see article), new data show that the homicide rate for young Americans is at a 30-year low.

 

Some crimes have all but died out. Last year there were just 69 armed robberies of banks, building societies and post offices in England and Wales, compared with 500 a year in the 1990s. In 1990 some 147,000 cars were stolen in New York. Last year fewer than 10,000 were. In the Netherlands and Switzerland street dealers and hustlers have been driven out of city centres; addicts there are now elderly men, often alcoholics, living in state hostels. In countries such as Lithuania and Poland the gangsters who trafficked people and drugs in the 1990s have moved into less violent activities such as fraud.

The receding tide

Cherished social theories have been discarded. Conservatives who insisted that the decline of the traditional nuclear family and growing ethnic diversity would unleash an unstoppable crime wave have been proved wrong. Young people are increasingly likely to have been brought up by one parent and to have played a lot of computer games. Yet they are far better behaved than previous generations. Left-wingers who argued that crime could never be curbed unless inequality was reduced look just as silly.

There is no single cause of the decline; rather, several have coincided. Western societies are growing older, and most crimes are committed by young men. Policing has improved greatly in recent decades, especially in big cities such as New York and London, with forces using computers to analyse the incidence of crime; in some parts of Manhattan this helped to reduce the robbery rate by over 95%. The epidemics of crack cocaine and heroin appear to have burnt out.

The biggest factor may be simply that security measures have improved. Car immobilisers have killed joyriding; bulletproof screens, security guards and marked money have all but done for bank robbery. Alarms and DNA databases have increased the chance a burglar will be caught. At the same time, the rewards for burglary have fallen because electronic gizmos are so cheap. Even small shops now invest in CCTV cameras and security tags. Some crimes now look very risky—and that matters because, as every survey of criminals shows, the main deterrent to crime is the fear of being caught.

Loosen the cuffs

Many conservatives will think this list omits the main reason crime has declined: the far harsher prison sentences introduced on both sides of the Atlantic over the past two decades. One in every hundred American adults is now in prison. This has obviously had some effect—a young man in prison cannot steal your car—but if tough prison sentences were the cause, crime would not be falling in the Netherlands and Germany, which have reduced their prison populations. New York’s prison population has fallen by a quarter since 1999, yet its crime rate has dropped faster than that of many other cities.

Harsh punishments, and in particular long mandatory sentences for certain crimes, increasingly look counterproductive. American prisons are full of old men, many of whom are well past their criminal years, and non-violent drug users, who would be better off in treatment. In California, the pioneer of mandatory sentencing, more than a fifth of prisoners are over 50. To keep each one inside costs taxpayers $47,000 a year (about the same as a place at Stanford University). And because prison stresses punishment rather than rehabilitation, most of what remains of the crime problem is really a recidivism issue. In England and Wales, for example, the number of first-time offenders has fallen by 44% since 2007. The number with more than 15 convictions has risen.

Politicians seem to have grasped this. In America the number of new mandatory sentences enacted by Congress has fallen. Even in the Republican South, governors such as Rick Perry and Bobby Jindal have adopted policies favouring treatment over imprisonment for drug users. Britain has stopped adding to its prison population. But more could be done to support people when they come out of prison (at the moment, in Britain, they get £46) and to help addicts. In the Netherlands and Switzerland hard-drug addiction is being reduced by treatment rather than by punishment. American addicts, by contrast, often get little more than counselling.

Policing can be sharpened, too—and, in an era of austerity, will have to be. Now that officers are not rushed off their feet responding to car thefts and burglaries, they can focus on prevention. Predictive policing, which employs data to try to anticipate crime, is particularly promising. More countries could use civilian “community support officers” of the sort employed in Britain and the Netherlands, who patrol the streets, freeing up better-paid police officers to solve crimes.

Better-trained police officers could focus on new crimes. Traditional measures tend not to include financial crimes such as credit-card fraud or tax evasion. Since these are seldom properly recorded, they have not contributed to the great fall in crime. Unlike rapes and murders, they do not excite public fear. But as policing adapts to the technological age, it is as well to remember that criminals are doing so, too.

 

 

 

Link to comment

Sans doute. En outre, je ne prétends pas être un spécialiste du droit. Mais à fortiori, s'il s'agit d'un préjugé, la suppression de l'Etat-providence constituerait le meilleur moyen de le faire disparaitre :icon_wink:

Donc retirer les allocs aux français ET aux étrangers n'est-ce pas?

Link to comment

On peut aussi s'adonner à une expérience de pensée. Admettons que le FN devienne un parti compatible avec le libéralisme (un "libéralisme populaire") aussi bien par les actes (par la réduction d'impôts, etc) que par les paroles (les députés FN n'auraient que Bastiat, Von Mises, HHH à la bouche). Dans le même temps, la base du parti resterait strictement la même (c'est-à-dire des racistes, des xénophobes, etc). Question : y trouveriez-vous quelque chose à redire ? Rougiriez-vous, à la limite de l'indignation, face à quelqu'un qui aurait le culot de vous amalgamer avec ce parti ou bien estimeriez-vous que ce parti souffre de son impureté libérale et qu'il vaut mieux attendre son salut de CP et de l'UDI PLB ?

Link to comment

Donc retirer les allocs aux français ET aux étrangers n'est-ce pas?

Oui, bien sûr. Je suis peut-être un fieffé réactionnaire, mais je suis avant tout attaché aux idées libérales. Donc je suis favorable à la suppression des allocs pour TOUT LE MONDE. Suis-je clair :icon_wink:  ?

Link to comment

Je ne voterais jamais pour un parti qui ne respecte pas la propriété d'autrui (ici car ils sont étrangers).

Sans parler des autres libertés non respectées et lois racistes qui seraient appliquées.

La dénonciation du racisme, je comprend mais en quoi remettent-ils en cause la propriété privée des étrangers en France?
Link to comment

On peut aussi s'adonner à une expérience de pensée. Admettons que le FN devienne un parti compatible avec le libéralisme (un "libéralisme populaire") aussi bien par les actes (par la réduction d'impôts, etc) que par les paroles (les députés FN n'auraient que Bastiat, Von Mises, HHH à la bouche). Dans le même temps, la base du parti resterait strictement la même (c'est-à-dire des racistes, des xénophobes, etc).

 

C'est impossible. C'est comme d'imaginer que l'eau pourrait-être sèche un jour.

Link to comment

On peut aussi s'adonner à une expérience de pensée. Admettons que le FN devienne un parti compatible avec le libéralisme (un "libéralisme populaire") aussi bien par les actes (par la réduction d'impôts, etc) que par les paroles (les députés FN n'auraient que Bastiat, Von Mises, HHH à la bouche). Dans le même temps, la base du parti resterait strictement la même (c'est-à-dire des racistes, des xénophobes, etc). Question : y trouveriez-vous quelque chose à redire ? Rougiriez-vous, à la limite de l'indignation, face à quelqu'un qui aurait le culot de vous amalgamer avec ce parti ou bien estimeriez-vous que ce parti souffre de son impureté libérale et qu'il vaut mieux attendre son salut de CP et de l'UDI PLB ?

 

Un parti politique, c'est une "entreprise" qui cherche à satisfaire ses clients, autant ses clients électeurs que ses clients candidats.

C'est donc une expérience de pensée sans avenir...

Link to comment

Le fait de mettre le feu a la façade d'un batiment, donc aux voisins et compatriotes, témoigne d'une volonté de les terroriser et les couper ainsi de toute velléité de contact avec l'extérieur; sinon comment expliquer ce "cannibalisme" de cité?

Link to comment

Il me semble que l'electorat du FN est assez flexible sur la partie strictement économique. Il pourrait adhérer assez facilement à un programme libéral.

En revanche, il est plus rigide sur la partie societale même si il y a des partisans au mariage des homos dans ses rangs. Ceux-ci sont très hétérogènes sur ce créneau.

Après ce qui compte pour eux c'est la protection qu'offre le Nation aux citoyens. Ce point n'est pas négociable. Si un programme libéral se place ici, alors il sera pris en compte par l'électorat et défendu comme la meilleur chose. Ils peuvent même admettre la fin des allocations, des aides si on leur démontre que autant qu'eux comme individu que la Nation en sort renforcés

Link to comment

C'est impossible. C'est comme d'imaginer que l'eau pourrait-être sèche un jour.

 

Voilà, c'est exactement ça.

 

Ahem... euh, les gars :icon_non:

 

 

La recette de l’eau en poudre

 

eau_en_poudre.jpg

 

Pour fabriquer de l’eau en poudre, c’est très simple : il vous faut de l’eau…et de la poudre ! Mais attention, pas n’importe quelle poudre : choisissez une poudre hydrophobe, c’est-à-dire faite d’une substance qui n’aime pas l’eau.

 

Déposez une goutte dans la poudre et faites la rouler doucement : sa surface extérieure se recouvre de poudre, et vous obtenez ce qu’on appelle une goutte enrobée. Vous en avez une illustration ci-dessous, tirée de l’article fondateur [1] publié en 2001 par David Quéré et Pascale Aussilous de l’EPSCI. La goutte enrobée est l’élément de base de l’eau en poudre.

 

goutte-enrobecc81e.png

 

En effet si maintenant vous utilisez beaucoup d’eau et beaucoup de poudre, et que vous touillez le mélange bien fort, vous pouvez obtenir un tas de gouttes enrobées. C’est ce qu’ont réalisé les physiciens B. Binks et R. Murakami en 2006. L’image d’en-tête de ce billet est tirée de leur article [2] : il s’agit d’eau en poudre, composée à 95% d’eau et à 5% de poudre hydrophobe. Malgré cela, le tas obtenu se comporte comme une poudre, et il est sec au toucher.

 

eau-en-poudre-binks-murakami-microscope1

 

L’image ci-dessus [2] montre une photo de l’eau en poudre prise au microscope électronique : on y distingue la coque de particules qui enrobe chaque goutte d’eau et l’empêche de fusionner avec ses voisines, comme cela serait le cas avec des gouttes d’eau normales.

 

Si vous voulez faire vous-même l’expérience de la goutte enrobée, tout est dans le choix adéquat de la poudre ! Le papier d’origine utilisait notamment des spores de lycopodes, une poudre naturelle issue d’une plante vivace, et connue des illusionnistes pour ses utilisations pyrotechniques (et donc disponible dans toute bonne boutique de magie).

 

Si vous disposez d’un labo bien fourni, vous pouvez aussi essayer la poudre de PTFE (ce polymère appelé aussi « Téflon », et connu pour ses propriétés hydrophobes), ou encore de la silice hydrophobée, qui est assez analogue au célèbre « sable magique » qui ne se mouille jamais.

 

 

lire la suite...

Link to comment

C'est impossible. C'est comme d'imaginer que l'eau pourrait-être sèche un jour.

 

+100

 

Non mais autant parier sur l'UMP ou un nouveau revirement idéologique du PCF.

Link to comment

Merci à Kosher - courageux d'avoir joué le jeu - de m'avoir répondu (ainsi que les autres, dans la mesure où ils révèlent quelque chose, c'est-à-dire avant tout le rapport entre ma question et vos sentiments).

En d'autres termes, je croyais encore récemment naïvement (peut-être est-ce davantage de l'auto-illusion) à la formule "le libéralisme ? Ni de droite, ni de gauche." Dans le sens : "je mange à tous les râteliers, NPA, FN, UMP, PS, "je me salis les mains" etc ; à la seule condition qu'ils appliquent des mesures libérales, même minimes, dans la réalité ; dans l'optique du moindre mal". Finalement, faut-il comprendre cette expression dans le sens "je suis au-dessus de ces considérations politiciennes, socialisme de droite, socialisme de gauche c'est la même chose tout ça mais... La gauche est meilleure que la droite, son seule problème est de ne pas être la vraie gauche, c'est-à-dire la gauche libérale, ce qui devrait être un pléonasme".

 

De même, on découvre, phénomène fort mystérieux, que des figures de proue du libéralisme ne le sont plus une fois qu'elles passent les frontières de la France. Autrement dit, l'équivalent français de Ron Paul se rangerait, dans le contexte actuel, à l'extrême-droite de l'échiquier politique (de même que Thatcher). Donc on préfère admirer ces spécimens dans leur pays d'origine.

Link to comment

 

De même, on découvre, phénomène fort mystérieux, que des figures de proue du libéralisme ne le sont plus une fois qu'elles passent les frontières de la France. Autrement dit, l'équivalent français de Ron Paul se rangerait, dans le contexte actuel, à l'extrême-droite de l'échiquier politique (de même que Thatcher).

 

C'est normal, le PS est régulièrement considéré de droite. L'extrême gauche est l'étalon dans ce pays et tout ce qui n'y est pas est de droite. Remarquez comme les journaleux et autre politologues préfèrent parler de gauche de la gauche plutôt que d'extrême.

Link to comment

J'ai oublié d'ajouter à mon propos : bien sûr, on reconnaît volontiers (pour épater le bourgeois bien-pensant) que le FN était certes compatible, de par son programme, avec le libéralisme dans les années 80, avant de conclure immédiatement avant que l'on nous soupçonne de complaisance "maintenant il s'agit d'un parti d'extrême-gauche". Autrement dit, on situe l'âge d'or soit dans le passé ("la société était davantage libérale hier") soit dans le futur - après notre mort de préférence - ("place à la société anarcho-capitaliste : les seastanding"). Pour ce qui est du présent, je l'ignore.

 

 

C'est normal, le PS est régulièrement considéré de droite. L'extrême gauche est l'étalon dans ce pays et tout ce qui n'y est pas est de droite. Remarquez comme les journaleux et autre politologues préfèrent parler de gauche de la gauche plutôt que d'extrême.

 

Je parle du point de vue de certains libéraux.

Link to comment

De même, on découvre, phénomène fort mystérieux, que des figures de proue du libéralisme ne le sont plus une fois qu'elles passent les frontières de la France. Autrement dit, l'équivalent français de Ron Paul se rangerait, dans le contexte actuel, à l'extrême-droite de l'échiquier politique (de même que Thatcher).

 

Donc on préfère admirer ces spécimens dans leur pays d'origine.

Je n'ai jamais entendu de libéraux exprimer ce genre d'opinion, ces figures me semblent au contraire enviées. C'est juste que rien de disponible ne s'en rapproche vraiment (surtout pas de la pureté idéologique des Paul, les politiciens français sont prêts à tous les compromis).

En tout cas si qui que ce soit se réclamant de Ron Paul apparaissait en France et était taxé d'extrême droite je serai ravi d'en être! Même un Rand Paul, légèrement plus droitier m'enchanterait. En plus, devoir assumer ce genre d'étiquette est un bon filtre.

Link to comment

 

il s’agit d’eau en poudre, composée à 95% d’eau et à 5% de poudre hydrophobe

 

Voilà. Pour que le FN puisse être considéré libéral, il faudrait le mélanger avec 95% de libéralisme. Les 5% restant, on y peut rien, il y a toujours des brebis galeuses dans tous les partis.

Link to comment

Autrement dit, l'équivalent français de Ron Paul se rangerait, dans le contexte actuel, à l'extrême-droite de l'échiquier politique (de même que Thatcher). Donc on préfère admirer ces spécimens dans leur pays d'origine.

 

Il est vraisemblable que Ron Paul soit classé à l'extrême droite par les merdia français. Cependant, même si sa position sur l'immigration est incohérente, elle ne véhicule pas de haine et de xénophobie comme le fait chaque discours de MLP ou de son père.

Link to comment

J'ai oublié d'ajouter à mon propos : bien sûr, on reconnaît volontiers (pour épater le bourgeois bien-pensant) que le FN était certes compatible, de par son programme, avec le libéralisme dans les années 80

 

Non. Certains trolls le prétendent. Vouloir supprimer l'IR, c'est sympa en soit mais ça ne suffit pas à faire de JMLP un libéral. Une montre en panne indique l'heure exacte deux fois par jour.

Link to comment

Il me semble que l'electorat du FN est assez flexible sur la partie strictement économique. Il pourrait adhérer assez facilement à un programme libéral.

En revanche, il est plus rigide sur la partie societale même si il y a des partisans au mariage des homos dans ses rangs. Ceux-ci sont très hétérogènes sur ce créneau.

Après ce qui compte pour eux c'est la protection qu'offre le Nation aux citoyens. Ce point n'est pas négociable. Si un programme libéral se place ici, alors il sera pris en compte par l'électorat et défendu comme la meilleur chose. Ils peuvent même admettre la fin des allocations, des aides si on leur démontre que autant qu'eux comme individu que la Nation en sort renforcés

Si tu trouve un FN open sur le libre echange tu me le dit... 

 

C'est normal, le PS est régulièrement considéré de droite. L'extrême gauche est l'étalon dans ce pays et tout ce qui n'y est pas est de droite. Remarquez comme les journaleux et autre politologues préfèrent parler de gauche de la gauche plutôt que d'extrême.

 

+1000

 

Il est vraisemblable que Ron Paul soit classé à l'extrême droite par les merdia français. Cependant, même si sa position sur l'immigration est incohérente, elle ne véhicule pas de haine et de xénophobie comme le fait chaque discours de MLP ou de son père.

 

+1

Link to comment
Guest
This topic is now closed to further replies.
×
×
  • Create New...