Jump to content

Homeschooling, éducation & liberté


Recommended Posts

Je développe un peu ce qui me dérange.

Il s'agit toujours au fond de la même fuite en avant dans l'irréalisme. Prenons pour exemple un "débat" sur la sécurité sociale (peu importe le fond c'est la forme de l'argumentation qui m'intéresse) :

On voit que la première personne va faire de plus en plus de postulats pour trouver au moins un cas hypothétique où la solution qui a sa faveur serait plus avantageuse, et une fois ce cas isolé il ignorera toute la fragilité de l'édifice qu'il a construit, tout les contre-arguments et concluera fièrement : "tu vois bien que j'ai raison, on a besoin de l'interventionnisme".

La discussion porte bien sur les principes, mais elle est pourrie par un présupposé en faveur d'une solution pratique bien précise. Dans mon exemple la SS, dans cette discussion la décroissance.

C'est vraiment un travers qu'on rencontre partout et tout le temps malheureusement : on ne pardonne aucune faille et aucun échec à toute proposition de nouvelle pratique. Plus encore, on peut inventer des failles dans de fausses relations causales pour défendre le statut quo qu'on prétend critiquer par ailleurs. Le 2p2m est vraiment partout, en particulier quand on est attaché (par rationalisation souvent, par confort intellectuel, par intérêt, par fidélité à soi même) à une situation ou à une position intellectuelle par rapport à une autre : quand on défend une alternative, on exige de nous la perfection. Le conformisme s'expose à bien plus de tolérance et de bienveillance.

Un exemple qui me frappe presque tous les jours : mon garçon de 22 mois ne va ni à la crèche, ni en nourrisse, et nous n'avons aucune intention de l'envoyer non plus à la maternelle, et probablement pas non plus en primaire. C'est un petit bonhomme adorable, poli, posé, tout en étant joyeux, souriant, câlin, joueur. Bref, honnêtement, pour l'instant - et ce n'est pas que l'avis d'un papa gâteau ! - il est vraiment agréable et paraît très équilibré, très serein socialement, avenant, curieux des autres enfants et des adultes.

Pourtant, dès que l'on évoque le fait que nous n'avons pas du tout l'intention de scolariser nos enfants, immédiatement, même des gens qui connaissent notre petit et reconnaissent ses qualités, se branchent en mode automatique et adoptent une attitude ultra-critique, lourde de prédictions terribles pour l'avenir.

Avec la passion que les gens y mettent alors que notre enfant ne laisse vraiment paraître à ce jour aucun signe d'asociabilité, je me dis que si nos enfants ont un jour le moindre soucis, on va violemment nous le mettre sur le dos. De l'autre côté, tous les parents qui par conviction, par contrainte ou par conformisme n'ont pas fait le même choix que nous, là, on tolère un taux de "problèmes" élevé sans vraiment de remise en cause (et pour cause, en l'espèce, les gens ne voyant souvent pas d'alternative en raison de leur situation professionnelle).

Link to comment

Je développe un peu ce qui me dérange.

Il s'agit toujours au fond de la même fuite en avant dans l'irréalisme. Prenons pour exemple un "débat" sur la sécurité sociale (peu importe le fond c'est la forme de l'argumentation qui m'intéresse) :

On voit que la première personne va faire de plus en plus de postulats pour trouver au moins un cas hypothétique où la solution qui a sa faveur serait plus avantageuse, et une fois ce cas isolé il ignorera toute la fragilité de l'édifice qu'il a construit, tout les contre-arguments et concluera fièrement : "tu vois bien que j'ai raison, on a besoin de l'interventionnisme".

La discussion porte bien sur les principes, mais elle est pourrie par un présupposé en faveur d'une solution pratique bien précise. Dans mon exemple la SS, dans cette discussion la décroissance.

 

Ce qui est amusant aussi, c'est de voir qu'un plaidoyer en faveur de l'étatisme sera facilement mis à mal par un raisonnement libéral et le militant étatiste cherchera alors à dériver le débat sur une attaque en règle d'une politique non étatiste en suivant la forme que tu présentes. Celui-ci cherchant à aller sur un terrain plus aisé, il ne peut gagner, alors il fait en sorte que tu ne puisses gagner le débat en le sabordant, puis se retranchera derrière les slogans.

Link to comment

Pourtant, dès que l'on évoque le fait que nous n'avons pas du tout l'intention de scolariser nos enfants, immédiatement, même des gens qui connaissent notre petit et reconnaissent ses qualités, se branchent en mode automatique et adoptent une attitude ultra-critique, lourde de prédiction terrible pour l'avenir.

On a eut aussi notre part de prédictions terribles pour notre premier petit, pas sur la scolarisation (on l'a mis a la maternelle) mais sur un autre point ou les certitudes sont au moins aussi ancrées en occident.

Finalement des années après les prédictions se sont avérées fausses, et on nous a pas embêté avec les 2 petits suivants.

Sur l’école primaire je connais des gens qui ont fait du home schooling si c'est ce que vous voulez faire, c'est chouette mais c'est pas mal de boulot.

Link to comment

On a eut aussi notre part de prédictions terribles pour notre premier petit, pas sur la scolarisation (on l'a mis a la maternelle) mais sur un autre point ou les certitudes sont au moins aussi ancrées en occident.Finalement des années après les prédictions se sont avérées fausses, et on nous a pas embêté avec les 2 petits suivants.

Je suis curieux et joueur. Le fait que tu parles de l'Occident, ça m'évoque le co-dodo...

 

Sur l’école primaire je connais des gens qui ont fait du home schooling si c'est ce que vous voulez faire, c'est chouette mais c'est pas mal de boulot.

Je remarque qu'on n'a pas encore fait de topic sur les formes d'instruction et d'éducation ne passant pas par l'école traditionnelle... On anticipe effectivement que ça nous prendra plus de temps qu'en confiant ces tâches aux écoles mais probablement moins que le temps de boulot et de trajets de la plupart des gens. On a la chance d'avoir des facilités financières et d'emploi du temps (même moi, et ma femme n'a pas besoin de travailler) et je crois vraiment que ça sera intéressant pour tout le monde cette histoire.

Mon impression est que l'homeschooling est difficile surtout si on essaie de suivre le schéma de l'école avec sa dichotomie apprentissage/loisir que je trouve néfaste. Mon but, c'est d'inciter mes enfants à être curieux et avides de connaissances pour qu'ils apprennent et qu'ils se cultivent de manière moins artificielle. Ça ne veut pas dire qu'on ne sera pas actif dans l'éducation, mais je tends un peu à une forme de noschooling formel. C'est comme ça que je fonctionnais personnellement. L'école a été une énorme perte de temps pour moi, et c'est une fois à la maison que j'ai appris ce qui est aujourd'hui le fond de ma culture et même aujourd'hui mes compétences pro. On verra selon le caractère de nos enfants aussi.

Link to comment

Franchement reserve sur le homeschooling quand il est fait par les parents et individualise (avec ses propres enfants)

Ne pas oublier que l'ecole c'est aussi un apprentissage, bon ou mauvais, de la vie en societe et un bon exercice de separation du cocon famillial. Bref, ca aide a construire une personnalite par rapport a autre chose que l'autorite parentale, c'est central dans l'education. Alors sans doute, ca peut etre compense par d'autres activites mais j'ai un exemple dans ma famille ou ca a foire comme on peut difficiellement imaginer...

Si en plus ca se double d'une crise d'adolescence un peu musclee, ca peut aller jusqu'au clash violent et casser les relations parents/enfants ou au moins salement les endommager.

 

Bon c'est certain qu'en France, c'est a balancer avec la nullite du systeme EN...

Link to comment

C'est un peu ce que je disais tout à l'heure : on ne peut pas non plus ignorer que des milliers, des millions de gosses foirent leur scolarité dans le monde, même dans des systèmes qui marchent mieux que l'EN. Le homeschooling, peut bien sûr s'avérer négatif pour plein d'enfants, la perfection n'est pas de ce monde, pas de miracle, mais ça ne prouve pas non plus que ces gosses étaient nécessairement destinés à briller dans une école classique...

Pour ce qui est du cocon familial, tu le notes toi même il y a pléthore de solutions pour sortir de sa maison, elle n'est pas une prison (musique, sport, scoutisme, voyages...) et personnellement je trouve que l'école est d'une certaine façon elle-même une forme de cocon, quelque chose à l'écart de la société normale, du monde des adultes en particulier... Mais j'admets bien volontiers qu'il est très probable que l'école a des effets bénéfiques qu'on ne retrouvera pas dans d'autres arrangements.

Plus précisément sur la mésaventure qui est arrivée dans ta famille, je comprends que ça t'échaude. Je crois quand même que ça n'est pas fatal du tout. Ça ne concerne probablement pas ta famille, mais je crois que ça dépend des conditions dans lesquelles on est, des ressources que l'on a, des caractères des parents et des enfants, du nombre des enfants, etc. Si par exemple, je n'ai qu'un seul enfant, que je vis en appartement à Tralalou-sur-Seine, que je n'ai pas de moyens financiers pour offrir des conditions très confortables de vie à la maison (genre une petite chambre pour l'enfant et un petit salon), que j'ai un caractère étouffant, porté sur le contrôle, que mon enfant à un caractère oppositionnel, beh... j'y réfléchirais effectivement à deux fois !

Enfin bref, c'est une discussion qu'on devrait avoir dans un topic dédié :)

Link to comment

Je suis curieux et joueur. Le fait que tu parles de l'Occident, ça m'évoque le co-dodo...

Bien vu :lol:

J’étais très hostile a l’idée au départ, je me suis battu contre pendant plus d'un an. J'ai perdu, et des années après je ne regrette pas d'avoir perdu.

 

Mon impression est que l'homeschooling est difficile surtout si on essaie de suivre le schéma de l'école avec sa dichotomie apprentissage/loisir que je trouve néfaste.

La famille que je connaissais suivait une méthode proche de montessori, quand leur enfant a rejoint l’école traditionnelle ensuite il était très en avance sur les autres.

Mais je me demande si on est pas complètement hors sujet par rapport au fil :)

Link to comment

Pour ce qui est du cocon familial, tu le notes toi même il y a pléthore de solutions pour sortir de sa maison, elle n'est pas une prison (musique, sport, scoutisme, voyages...) et personnellement je trouve que l'école est d'une certaine façon elle-même une forme de cocon, quelque chose à l'écart de la société normale, du monde des adultes en particulier... Mais j'admets bien volontiers qu'il est très probable que l'école a des effets bénéfiques qu'on ne retrouvera pas dans d'autres arrangements.

 

 

Oui, l'école c'est cet endroit bizarre où on passe toute sa vie avec les mêmes gens du même âge à faire la même chose.

Link to comment

La famille que je connaissais suivait une méthode proche de montessori, quand leur enfant a rejoint l’école traditionnelle ensuite il était très en avance sur les autres.

Je ne suis pas branché Montessori ou Freinet même si j'y pioche des idées pour ma pédagogie perso, et Steiner, je trouve ça vraiment délirant ce qu'il y a derrière... Montessori, cette obsession du tri, l'importance donnée au matériel labellisé Montessori, je décroche franchement, et j'ai l'impression que ça concerne en fait plus des enfants baignant dans un milieu social défavorisé (même si c'est paradoxal par rapport au fait que la plupart de ces écoles aujourd'hui ont des élèves de milieu plutôt favorisé), mais je suis toujours ouvert ! Je n'ai pas l'impression qu'il y ait encore eu une vrai grande pédagogie pensée spécifiquement pour le homeschooling...

 

Mais je me demande si on est pas complètement hors sujet par rapport au fil :)

Si peu :mrgreen:

Link to comment

Oui, l'école c'est cet endroit bizarre où on passe toute sa vie avec les mêmes gens du même âge à faire la même chose.

 

Avec pour seul modele adulte un type qui est de fait dans une situation professionnelle très particuliere ou les interactions sociales nécéssaires avec des pairs sont minimales, je dis ça, je dis rien.

 

Je n'ai rien contre les profs en tant q'enseignants, mais en tant que modele d'un adulte integré dans la societé, c'est franchement pas top.

Link to comment

C'est vraiment un travers qu'on rencontre partout et tout le temps malheureusement : on ne pardonne aucune faille et aucun échec à toute proposition de nouvelle pratique. Plus encore, on peut inventer des failles dans de fausses relations causales pour défendre le status quo qu'on prétend critiquer par ailleurs.

À la limite c'est plutôt normal que le status quo ait l'avantage a priori. Ce qui me dérange profondément c'est que, comme par hasard, on le bouscule beaucoup plus facilement quand le changement va en direction de plus d'état.

Il y a plein d'exemples de ce processus de renversement rapide de l'opinion dominante sur la base de théories pour le moins bancales : réchauffement climatique, tabagisme...

 

Ce qui est amusant aussi, c'est de voir qu'un plaidoyer en faveur de l'étatisme sera facilement mis à mal par un raisonnement libéral et le militant étatiste cherchera alors à dériver le débat sur une attaque en règle d'une politique non étatiste en suivant la forme que tu présentes. Celui-ci cherchant à aller sur un terrain plus aisé, il ne peut gagner, alors il fait en sorte que tu ne puisses gagner le débat en le sabordant, puis se retranchera derrière les slogans.

C'est  pour ça que je considère que les dés sont truqués. Si on refuse la malhonnêteté intellectuelle, on sera toujours forcé à un moment donné de dire "oui effectivement dans ce cas précis on ne peut pas savoir". Et là à tous les coups c'est perdu.

On peut remarquer aussi que dans mon semblant de débat tous les éléments concrets étaient amenés par le libéral. L'autre avait beau jeu de simplement s'engouffrer dans les failles des précautions oratoires. Pourtant de loin on aurait dit un échange égal.

Link to comment

À la limite c'est plutôt normal que le status quo ait l'avantage a priori.

La différence avec un conservatisme intelligent, c'est que ce dernier est une circonspection basée sur une prudence face à ce qui est présenté comme un progrès, c'est une attitude d'humilité où l'on sait que l'on ne sait pas. Le travers que j'évoque c'est celui des personnes ne savent pas qu'elles ne savent pas, qui ont en fait une opinion sans lucidité sur ses déterminants réels.

 

Ce qui me dérange profondément c'est que, comme par hasard, on le bouscule beaucoup plus facilement quand le changement va en direction de plus d'état.

Il y a plein d'exemples de ce processus de renversement rapide de l'opinion dominante sur la base de théories pour le moins bancales : réchauffement climatique, tabagisme...

C'est tout à fait une des grandes raisons pour lesquelles l'étatisme triomphe partout : seuls les changements bénéficiant d'un encadrement fait de lois et règlements divers rencontrent le degrés de certitude que les gens attendent avant d'accepter un changement. Sur un temps long, on se retrouve dans notre situation...

Link to comment

[débat sur l'éducation, le homeschooling et tout ça]

Enfin bref, c'est une discussion qu'on devrait avoir dans un topic dédié :)

 

:fleur: Oui !!! :fleur:

 

On peut déplacer le débat sur un topic dédié messieurs les gentils modérateurs ?

Link to comment

la moindre difference etant lobjet de plein plein de blablas en france, le homeschooling c'est la garantie d'avoir des enfants traites comme des extraterrestres si jamais ils retournent dans le systeme  a un moment :(

Link to comment

la moindre difference etant lobjet de plein plein de blablas en france, le homeschooling c'est la garantie d'avoir des enfants traites comme des extraterrestres si jamais ils retournent dans le systeme  a un moment :(

Des enfants en homeschooling n'ont pas la culture que les autres ont (règles des jeux de récré, nom des billes etc.), mais j'ai l'impression qu'avec internet ils auraient quand même un socle commun (chanson sur youtube, clash of clans, etc.).

Je ne pense pas qu'ils seraient autant des extra terrestres que ceux de mon époque dont les parents leur interdisait la télé et qui ne savait pas qui était Goldorak.

Link to comment

J'ai jamais compris le trip d'interdire la télé, les consoles ou l'accès à la culture ambiante en général.

Moi non plus, mais je connais quelqu'un qui est passe par la et le résultat est intéressant: Il lui manque un pan complet de la culture de môme c'est très étrange a voir, par contre il a beaucoup de culture générale, une grande curiosité intellectuelle, et il a appris a faire plein de choses (musique, sport).

Impossible de dire ce qui est du a sa privation de télé ou pas, mais en tout cas il est la preuve qu'on peut être un adulte intéressant, heureux et équilibré en ayant été un marginal étant petit.

Link to comment

Je ne crois pas que l'on en ai parle mais ce qui me gene le plus dans le homeschooling, c'est qu'en tant que gamin tu te tapes encore et encore ta mere ou ton pere, meme a l'"ecole".

C'est quand meme une rupture super sympa que de ne pas avoir ses parents sur le dos en classe.

 

Je ne suis pas certain non plus que ca aide a la construction de relations sympas et detendues entre les parents et les enfants. Je vois plutot mon role de parent comme "aidant" mes gamins, pas comme "enseignant". Quelque part, je ne le sens pas cette relation quasi-24h/24h parents/enfants.

Link to comment

Disons que le soucis c'est la revolte contre l'autorite.

Ca arrive bien sur necessairement entre parent et enfant mais au moins les gamins peuvent se defouler sur d'autres personnes, les profs, que leurs parents pour une partie.

Link to comment

moi dans cette optique la, je suis serais plus favorable a un prescripteur, mais tout de suite, ce n'est plus le meme budget.

Un précepteur, sans doute. Quel artiste tu fais ! ;)
Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...