Jump to content
Chitah

[modéré]Hollande, le départ du comique français

Recommended Posts

La mesure qui recueille le plus d'assentiment est "la réduction du nombre des fonctionnaires (sauf dans l'éducation nationale, la sécurité et la justice)" : 73% des sondés approuvent, contre 24% (3% ne se prononcent pas).

Trois autres mesures recueillent un appui plus modeste: ainsi, 59% des sondés sont favorables à "la baisse des dépenses de l'assurance maladie" contre 38% opposés ; 57% des sondés sont partisans du "gel du salaire des fonctionnaires" contre 41% opposés ; 51% des sondés appuient un "gel des prestations sociales : allocation familiales, allocations logement..." contre 47% qui le rejettent.

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il voulut être Pompée, il ne fut que pompes.

 

 

En 2010, Morelle publiait dans Libération une tribune qu'il faudrait reprendre mot pour mot aujourd'hui. Il y fustigeait «le rapport incestueux entre le pouvoir et l'argent», dont il accusait la droite, tombée selon lui dans «le déni - d'un tel cynisme qu'il tourne à la naïveté - de ce qu'est un conflit d'intérêt.» Avec le recul, ces propos prennent une singulière tournure…
Ils révèlent surtout l'incroyable hypocrisie de leur auteur. Celui qui reprochait à la mondialisation «l'explosion indécente des rémunérations» se faisait alors payer 12 500 euros hors taxe pour un déjeuner d'influence. Et s'offrait ensuite le luxe de dénoncer la «perversion» de ces dirigeants «qui accumulent en quelques années une fortune en monnayant leur carnet d'adresses». On croit rêver. Que M. Morelle ait choisi de servir les intérêts privés de multinationales du médicament pour en tirer des bénéfices personnels, ce n'était peut-être ni très légal, ni très moral, mais cela ne regarde que les juges - et sa conscience. En revanche, qu'il ait, comme responsable politique, à quelques mois d'une campagne présidentielle, dénoncé publiquement ce qu'il pratiquait en privé, cela regarde le citoyen...dans la République irréprochable de François Hollande, le chef du parti majoritaire est nommé par l'Élysée, les procureurs sont révoqués pour non-conformité politique, la figure principale de l'opposition est sur écoutes depuis des mois, des centaines d'opposants pacifiques sont jetés en garde à vue sans motif, et une jeune immigrée doit dénoncer ses amis parce qu'ils ont manifesté contre un projet de loi… Où sont passées les indignations d'hier?

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/04/18/31001-20140418ARTFIG00162-aquilino-morelle-le-double-discours-permanent-de-la-gauche-morale.php

 

 

10155574_642050872533189_172381949611098

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

"la figure principale de l'opposition est sur écoutes depuis des mois"

 

Quelle bande de bouffeurs de merde chez le Figaro. Il faut vraiment être un bel enculé pour mentir comme ça. La vérité : le Nabot est sur écoute largement pour des affaires qui ont commencé sous son propre quinquennat.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu peux attendre de socialistes qu'ils transforment la France en paradis libéral, moi de mon côté je n'y ai même pas pensé ne serait-ce qu'un millième de seconde depuis le 6 mai dernier.

 

Ce qu'ils font, c'est déjà totalement inattendu.

 

Renzi, social-démocrate italien, a mis un mois pour mettre en place les réformes territoriales (suppression des régions), baisses d'impôts et réforme drastique de l'Etat.

Un mois, dans un régime parlementaire où l'assemblée peut le renverser n'importe quand. 

Valls, le Sarkoko socialiste, promet des réformes pour les calendes grecques (dans les années 2020) et en attendant il râcle les fonds de tiroir.

Pourtant il y a énormément de gras dans le mille-feuille administratif.

L'Italie n'est pas un pays plus facilement gouvernable que la France, donc ton argument des petits pas est inopérant. 

 

Je ne comprends pas comment tu peux t'illusionner à ce point.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne comprends pas comment tu peux t'illusionner à ce point.

C'est parce que je suis un gros con, pas du tout au courant de la politique intérieure française, et qu'en plus étant complètement barge j'ai une vision de la réalité farfelue.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est parce que je suis un gros con, pas du tout au courant de la politique intérieure française, et qu'en plus étant complètement barge j'ai une vision de la réalité farfelue.

 

Je ne doute pas un instant de ta connaissance de la politique intérieure française, mais au point où on est, il faut faire des comparaisons européennes, et l'Italie est un bon benchmark, car ils ont un système encore plus merdique et clientéliste (pas de passage en force possible). Même en Espagne et en Grèce ils ont fait les réformes. Force est de constater que sous la présidence Hollande, la France est devenue le cancre de la classe européenne, prolongeant en cela la tendance de la majorité précédente j'en conviens. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

La Grèce n'est pas vraiment aller vers plus de libéralisme, ni même vers la social démocratie tiède...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bah ils sont de retour sur les marchés obligataires et ont pu vendre du papier, c'est donc que leur crédibilité s'est améliorée. 

 

Pour la France, le mieux que les socialistes français puissent faire c'est la fermer et obéir aux injonctions de Berlin. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis d'accord avec cela, mais les réformes grecques avait seulement pour but de maintenir la bête en vie, qui est encore plus répressive que la française. Le programme de Renzi me semble totalement différent de ce qui a été fait la bas.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne doute pas un instant de ta connaissance de la politique intérieure française, mais au point où on est, il faut faire des comparaisons européennes, et l'Italie est un bon benchmark, car ils ont un système encore plus merdique et clientéliste (pas de passage en force possible). Même en Espagne et en Grèce ils ont fait les réformes. Force est de constater que sous la présidence Hollande, la France est devenue le cancre de la classe européenne, prolongeant en cela la tendance de la majorité précédente j'en conviens. 

L'Italie est un bon benchmark, auquel la France aurait ressemblé en 2020 si on avait continué sans réformes du tout. 120% de dette publique, etc.

 

Je dis que Valls et Hollande n'ont pas le choix. Matteo Renzi a encore largement moins le choix : c'est simple, d'ici quelques mois, l'Etat italien sera devant le dilemme suivant : payer le RMI ou payer les flics.

 

En plus, comme tu l'as très bien dit, Renzi est un social démocrate, pas un socialiste. La gauche culturelle n'a certainement pas (je crois) autant pollué les esprits en Italie qu'en France.

 

Un rappel : la technostructure française, c'est probablement ce qui se fait de pire au monde. Rappelons ses états de service pendant la seconde guerre mondiale : pas un instant, pas une micro-seconde elle n'a hésité à collaborer. Elle n'en n'a rien à branler du peuple français. Elle est capable d'envoyer des enfants dans des chambres à gaz alors que les allemands n'ont rien demandé. Et quand les Alliés sont arrivés, les dossiers étaient prêts : coucou, on est des gentils en fait, on va reconstruire le pays, allez hop merci pour le plan Marshall et en avant pour la IVème République, youpi!

 

Donc espérer d'elle qu'elle se réveille un matin en proposant le Grand Soir Libéral, c'est se foutre le doigt dans l'oeil jusqu'au coude. Elle ne fera que ce qui est dans son intérêt, elle ne libéralisera que si cela va dans son intérêt (comme je le dis, sauver la Bête pour continuer à vivre dessus), elle ne bougera que lorsqu'elle sentira que son existence même est menacée.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne doute pas un instant de ta connaissance de la politique intérieure française, mais au point où on est, il faut faire des comparaisons européennes, et l'Italie est un bon benchmark, car ils ont un système encore plus merdique et clientéliste (pas de passage en force possible). Même en Espagne et en Grèce ils ont fait les réformes. Force est de constater que sous la présidence Hollande, la France est devenue le cancre de la classe européenne, prolongeant en cela la tendance de la majorité précédente j'en conviens. 

A comparer aussi au Labour (Angleterre) et au Labor (Australie et NZ) pour ce qui est des socialistes capables de mettre en oeuvre des mesures totalement impopulaires et allant a l'encontre de leurs convictions.

Mais en France, on croit toujours que c'est trop complique, que ca ne passera pas. Surtout le baissage de culotte quasi-permanent des politiques face a ces parasites de syndicats francais.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Donc espérer d'elle qu'elle se réveille un matin en proposant le Grand Soir Libéral, c'est se foutre le doigt dans l'oeil jusqu'au coude. Elle ne fera que ce qui est dans son intérêt, elle ne libéralisera que si cela va dans son intérêt (comme je le dis, sauver la Bête pour continuer à vivre dessus), elle ne bougera que lorsqu'elle sentira que son existence même est menacée.

 

Pourquoi ne pas privatiser EDF et la SNCF en premier ? Cela n'irait t'il pas dans l’intérêt des politiciens ? Je te demande ton avis.

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'Italie est un bon benchmark, auquel la France aurait ressemblé en 2020 si on avait continué sans réformes du tout. 120% de dette publique, etc.

 

ça c'est totalement faux. Le seul problème de l'Italie, c'est sa dette. Son déficit est moins élevé et son déficit structurel est quasi-nul, et surtout elle garde une industrie en bon état. Le problème de la France, c'est pas la dette, c'est la structure du pays qui est pourrie, c'est l'industrie qui périclite depuis 20 ans. La dette n'est qu'une conséquence. C'est incomparable.

 

Sinon c'est vrai que tes retournements de veste sont marrants. :modo: Faudrait savoir ce que tu veux, un peu.

Share this post


Link to post
Share on other sites

ça c'est totalement faux. Le seul problème de l'Italie, c'est sa dette. Son déficit est moins élevé et son déficit structurel est quasi-nul, et surtout elle garde une industrie en bon état. Le problème de la France, c'est pas la dette, c'est la structure du pays qui est pourrie, c'est l'industrie qui périclite depuis 20 ans. La dette n'est qu'une conséquence. C'est incomparable.

 

Sinon c'est vrai que tes retournements de veste sont marrants. Un moment tu agresses ceux qui osent dire que Valls ne fait pas de réforme structurelle, tu trolles dessus, ensuite tu reviens pour dire la même chose, puis tu retrolles, le tout sur quelques pages à peine... Faudrait savoir ce que tu veux, un peu.

:lol::icon_ptdr:

:modo: . :icon_ptdr:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pourquoi ne pas privatiser EDF et la SNCF en premier ? Cela n'irait t'il pas dans l’intérêt des politiciens ? Je te demande ton avis.

Alors là je n'en sais absolument rien.

 

Privatiser EDF veut dire vendre une grande partie des 80% du capital encore détenu par l'Etat. Faut déjà trouver un acheteur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Petit rappel pour les insulteurs professionnels :

Cf. mon post ci-dessus.
 
Si tu n'es pas over-enthousiaste, c'est parce que tu ne regardes pas la réalité objectivement, que ton esprit est pollué par les préjugés, et que au fond tu ne souhaites qu'une chose, c'est que ce gouvernement se foire. Tu souhaites cela car Valls n'est pas libéral, et que donc tu ne le respectes pas car tu as une mentalité sectaire : selon toi seul un libéral peut sauver la France. Selon toi seul le libéralisme a droit de cité, le libéralisme est un Veau d'Or devant lequel tu te prosternes.
 
Tu n'as absolument aucune connaissance réelle de la politique française, aucune analyse sérieuse mis à part "bouhou caca boudin", aucun diagnostic réel des forces en présence.
 
Exemple : tu ne sais même pas que ce que va faire Cambadélis prochainement est absolument capital (des Assises de la gauche), qu'il a déjà essayé de le faire en 1993 sous la houlette de Jospin (contre Emmanueli alors secrétaire du PS), sachant que Jospin et Camba sont des anciens de l'OCI (ce qui a son importance). Ce que je viens d'écrire, je te l'ai appris à l'instant. Tu ne sais pas non plus que le PS est déjà mort et entérré depuis longtemps, que tous les socialistes qui sont des chefs à plume le savent déjà et préparent l'après-PS.
 
Tout ça tu ne le sais pas (entre autres choses en nombre important), tu ne peux donc pas avoir d'analyse sérieuse du Parti Socialiste, ni de la majorité à l'Assemblée, et donc ni du gouvernement.
 
Je suis désolé de te le dire comme ça, ça tombe sur toi, mais ce que j'écris est valable pour l'ensemble des gens qui me prennent pour un gogol béat d'admiration devant Valls.
 
Ce que j'écris, je le justifie. Et pour le moment, tout se passe très exactement comme je l'écris depuis des mois. Très exactement.
 
Donc SVP : si ça vous plait pas ce que j'écris, plonkez-moi, j'en ai marre qu'on me fasse passer pour un gogol rêveur qui raconte nimp.
 
Merci :) Et prenez tout cela gentiment hein, ça parait vigoureux comme ça mais en fait c'est un gentil conseil. Bisous! :)

 
:modo:  Il n'y a nulle contradiction dans ce que j'écris, ce que j'écris est mille fois plus documenté que ce que je lis ici (je parle des critiques génériques d'anarcap sans connaissance réelle de la France), et de toute façon tout ce qui se passe je l'avais déjà décrit il y a quelques semaines ou quelques mois.
 
Voilà. Bisous bisous.
 
Et je le répète : :modo:

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'Opinion est un journal ultra-sarkozyste et d'une mauvaise foi crasse concernant Hollande (mais c'est peut-être le meilleur quotidien actuel avec Les Echos).

 

Jeudi dernier sous le titre "Austérité : 1; Réformes : 0", le journaliste Stéphane Grand écrit : "Une cure sans précédent". Nicolas Beytout "l'erreur n'est pas d'avoir choisi cette issue mais de l'avoir dissimulée" (c'est ce que je dis depuis le début, Hollande savait très bien que son coup de 2 ans de réforme, 3 ans de redistribution était du pipeau, ce serait 5 ans de réformes point final). Cyrille Lachèvre, écrit "Un gel historique des pensions de retraite".

 

Etc.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un rappel : vous n'imaginez pas à quel point je m'en branle de l'avis des gens.

:modo: 

 

Surtout vu la cohérence du truc:

 

Si tu n'es pas over-enthousiaste, c'est parce que tu ne regardes pas la réalité objectivement,

 

Je ne me fais aucune illusion

 

:D

Share this post


Link to post
Share on other sites

François Fillon, visiblment opéré de la honte. Discours devant Croissance Plus : il propose une méthde d'exécution de réforme sans précédent depuis 1958 (fin de 35h, etc.).

 

Si seulement il avait été un jour premier ministre.... :facepalm:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le journaliste Cyrille Lachèvre, L'Opinion du jour "Un deficit de 3% en 2015? Pas hors de portée selon les économistes".

 

Le détail : trois mesures non encore financées (pacte de responsabilité et de solidarité, et réduction de la C3S) soit 9 milliards non financés.

 

Si l'Etat les finance : 1,5% de croissance en 2015, chomage qui stagne à 10%, deficit à 3,1%.

Si l'Etat ne les finance pas : 2% de croissance, 9,8% de chomage, deficit à 3,2%.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne vois pas pourquoi on s'obstine à parler de l'avenir d'Hollande alors que pour lui c'est "mort" * ; de nouveaux sondages montrent que l'UMP va carrément "écraser" la prochaine présidentielle et pas seulement avec l'hypothèse Sarko mais avec d'autres hypothéses comme Juppé.

Les chiffres ont toujours raison.

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/04/18/97001-20140418FILWWW00350-sondage-2nd-tour-juppesarkozy-mle-pen.php

 

* bien sûr les fans du PS pourront toujours rétorquer que Valls n'a pas été pris en compte  :icon_ptdr:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Alors là je n'en sais absolument rien.

 

Privatiser EDF veut dire vendre une grande partie des 80% du capital encore détenu par l'Etat. Faut déjà trouver un acheteur

 

En desserrant sur l'écologie et en remettant en place les syndicats (comme tu le disait il faut restructurer avant de privatiser) EDF prendrait beaucoup de valeur.

Share this post


Link to post
Share on other sites

François Fillon, visiblment opéré de la honte. Discours devant Croissance Plus : il propose une méthde d'exécution de réforme sans précédent depuis 1958 (fin de 35h, etc.).

 

Si seulement il avait été un jour premier ministre.... :facepalm:

 

Tu es dur avec Fillon il est le seul à avoir admit que la France était en faillite. Ensuite on peut regretter qu'il n'ait pas démissionner. 

 

Je vais faire mon optimiste: 

 

- au moins il va dans le bon sens

 

- il est un des rares à avoir eu le courage d'être lucide

 

- il a certainement été un contrepoids relativement efficace à Sarko (mais il aurait du démissionner)

 

- s'il arrive aux manettes j'ai plus confiance en lui pour faire les réformes qu'en les autres.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne vois pas pourquoi on s'obstine à parler de l'avenir d'Hollande alors que pour lui c'est "mort" * ; de nouveaux sondages montrent que l'UMP va carrément "écraser" la prochaine présidentielle et pas seulement avec l'hypothèse Sarko mais avec d'autres hypothéses comme Juppé.

Les chiffres ont toujours raison.

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/04/18/97001-20140418FILWWW00350-sondage-2nd-tour-juppesarkozy-mle-pen.php

 

* bien sûr les fans du PS pourrons toujours rétorquer que Valls n'a pas été pris en compte  :icon_ptdr:

 

Précisons a toutes fins utiles que dans cette phrase, le sujet "les fans du PS" ne désigne pas Chitah.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Moi je vote Fillon sans hésiter : avec lui on pourra construire l'axe Paris-Berlin-Moscou, étendre la coopération dans un grand marché eurasiatique. 

 

Fillon_Poutine.jpg

 

2010-03-10-merkel-empfaengt-franzoesisch

 

1397900881-merkel.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu es dur avec Fillon il est le seul à avoir admit que la France était en faillite. Ensuite on peut regretter qu'il n'ait pas démissionner. 

 

Je vais faire mon optimiste: 

 

- au moins il va dans le bon sens

 

- il est un des rares à avoir eu le courage d'être lucide

 

- il a certainement été un contrepoids relativement efficace à Sarko (mais il aurait du démissionner)

 

- s'il arrive aux manettes j'ai plus confiance en lui pour faire les réformes qu'en les autres.

Il a admis que la France était un pays en faillite parce qu'il avait bu trop de rosé, je le tiens de source très très très sûre crois-moi. Je m'en souviens très bien, c'était en Corse. Et c'est un membre de son équipe de l'époque qui me l'a dit, je te dirai de qui il s'agit IRL, pas sur le forum. :)

 

Sur le reste : je ne comprends pas tellement comment tu peux faire confiance a un mec qui a fait moins de réduction de dépense publique en 250 semaines à Matignon que Valls qui n'est là que depuis trois semaines. La seule raison que je vois, c'est que d'une façon très générale, indépendamment de la personnalité dont on parle, tu n'aimes pas les gens de gauche.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il a admis que la France était un pays en faillite parce qu'il avait bu trop de rosé, je le tiens de source très très très sûre crois-moi. Je m'en souviens très bien, c'était en Corse. Et c'est un membre de son équipe de l'époque qui me l'a dit, je te dirai de qui il s'agit IRL, pas sur le forum. :)

 

Sur le reste : je ne comprends pas tellement comment tu peux faire confiance a un mec qui a fait moins de réduction de dépense publique en 250 semaines à Matignon que Valls qui n'est là que depuis trois semaines. La seule raison que je vois, c'est que d'une façon très générale, indépendamment de la personnalité dont on parle, tu n'aimes pas les gens de gauche.

 

J'ai fais la connerie de voter Valls aux primaires socialistes car il me semblait aller dans le bon sens. Sa pratique du pouvoir m'a laissé dubitatif.

 

Le soucis que j'ai avec Fillon c'est de savoir dans quelle mesure il a été d'accord avec la politique de Sarkozy:

 

- soit il y a vraiment cru mais alors pourquoi avoir d'abord admis que le pays était en faillite (le fait d'avoir bu a baissé ses défenses)

 

- soit il n'y croyait pas et alors soit c'est un politicard comme un autre qui n'aime que le pouvoir soit il est resté pour limiter les débats. 

 

Je ne sais pas qu'elle est la bonne hypothèse mais il reste, qu'à droite, il me parait le moins pire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...