Jump to content
Neuron

Retraites : Organiser Le Passage De La Répartition À La Capitalisation

Recommended Posts

J'ai lu ce matin l'article sur les retraites dans ContrePoints.

https://www.contrepoints.org/2014/07/18/173635-comment-sauver-nos-retraites

Comme toujours, je n'y trouve rien de concret pour proposer une méthodologie de bascule du système de répartition à un système par capitalisation complète. Défendre la capitalisation, c'est bien. Expliquer comment faire m'intéresse beaucoup plus. Ce dernier point étant le vrai point dure du problème, il me semble.

L'exemple chilien est toujours mis en avant. Sauf que le Chili n'avait pas grand chose en pension en 1980. C'était la misère. Partir de 0, c'est simple. Mais partir du cas français est une autre affaire car il y a un système qui tourne et un besoin de financement élevé pour les pensionnés.

Il y a quelque temps, j'avais demandé à Acrithene s'il existait une façon de passer de l'un à l'autre de façon souple, c'est à dire sans l'effondrement inéluctable de la répartition. La réponse fut que "mathématiquement, c'est impossible".

Donc conscient que de toute façon ça va exploser en vol, voici ma proposition concrète si j'étais à la tête du pays :

Afin d'assurer à mes concitoyens la constitution d'une retraite la plus économiquement viable sur le long terme, je veux :

- Organiser une bascule du système obligatoire de retraite par répartition vers un système de retraite par capitalisation librement consenti.

À cette fin, je dois :

1- Retarder et réduire les effets de l'effondrement inéluctable de la répartition pour les retraités et les travailleurs âgés qui seront concernés ;

2- Assurer une lisibilité des effets de la réforme pour que les individus ne soient pas trompés dans leurs arbitrages de choix de vie ;

3- M'assurer le caractère presque irréversible de la réforme en cas de changement de majorité politique sur ce point.

Dans ce cadre, mes décisions à compter du 1er janvier 2015 sont :

A- Retraite complète à jouissance immédiate à 62 ans pour le versement de la part répartition des pensions mais pas d'âge de départ obligatoire. Ainsi, on pourrait travailler jusqu'à 70ans ou partir à 55 avec décote sur la partie répartition. Ce serait libre.

B- Mise en place d'une convergence progressif des régimes spéciaux vers le général (taux et durée de cotisation, taux de versement). Peut-être sur 15 ans ou moins. Une fois en retraite, la pension serait figée à la baisse.

C- Mise en place d'une baisse lente des versements de la part répartition des pensions pour les individus nés après 1972 (62 ans dans 20ans). En effet, le rendement d'une capitalisation est bien superieur à celui d'une répartition. Plus la partie répartition des cotisations diminue, plus la retraite futur est élevée. Donc, on peut diminuer progressivement le versement de la part répartition pour diminuer l'effort sur les actifs.

D- Mise en place immédiate d'un système à points pour que chaque actif sache tous les ans ce qu'ils toucherait s'il partait en retraite dans les 24h.

E- Revalorisation de la part répartition des pensions sur la stricte inflation. Interdiction au-delà.

F- Découpage de la population par tranches de 5 ans depuis ceux nées avant 1962 (62 ans dans 10 ans) jusqu'à ceux d'après 1997. A chaque tranche, la part de cotisation obligatoire finançant la répartition restante diminuerait. L'argent laissé allant à une capitalisation libre.

Ainsi, ceux nés après 1997 seraient à 100% en capitalisation. Ceux de 62 à 67, seraient à 3% de capitalisation (Ordre d'idée. Ce pourrait être plus ou moins). Ceux avant 62 n'auraient aucun changement sinon la mesure B (Est-il possible en moins de 10 ans de créer une complémentaire retraite signifiante ? Je ne le crois pas. Je peux me tromper.).

G- Création d'un fond de pension public destiné à alimenter la part de répartition restant. Il serait constitué des actions actuelles de la CDC, la PBI. Il commencerait les premiers versements dans 10 ans.

H- Création d'une taxe très faible pour ceux nés après 19xx (à déterminer) pour alimenter la part des retraités ayant une grande part de leur pension par répartition. La taxe diminuera et disparaîtra avec la population des retraités concernés. L'action de H complète G.

I- Principe de réversibilité du départ à la retraite. Celui qui part à 58 ans et veux reprendre à 61 ans le peut. On fait ici ce que l'on veut.

PS : les chiffres, âges et années sont arbitraires. Ils ne font qu'illustrer une idée. Ils ne viennent pas de calculs particuliers.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il y a quelque temps, j'avais demandé à Acrithene s'il existait une façon de passer de l'un à l'autre de façon souple, c'est à dire sans l'effondrement inéluctable de la répartition. La réponse fut que "mathématiquement, c'est impossible".

 

C'est possible, mais très malaisé. Il aurait fallu le faire dans les trente glorieuses en gros, à cette époque le taux de croissance aurait permis ce genre de bascule sans faire trop mal. Maintenant... ça serait douloureux, d'une manière ou d'une autre.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui mais ce qui m'intéresse, c'est aujourd'hui.

Il est évident qu'avec une croissance supérieur, un départ à 65 et une espérance de vie moindre, c'est plus facile.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans un système de Ponzi, il y a toujours des pigeons donc il y aura forcément de la casse.

 

Je sens arrivé un système où tu gèles les pensions sur une longue période et tu laisses les retraités se faire bouffer par l'inflation.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je sens arrivé un système où tu gèles les pensions sur une longue période et tu laisses les retraités se faire bouffer par l'inflation.

 

Oui c'est une des manières les moins douloureuses de se sortir de là, c'est dire à quel point les autres manières le sont (douloureuses). Au point où on en est, ça fera mal de toute façon.

 

Enfin sauf si la France envahit la Russie et paye les pensions avec la rente gazière. C'est juste moyennement crédible :mrgreen:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui c'est une des manières les moins douloureuses de se sortir de là, c'est dire à quel point les autres manières le sont (douloureuses). Au point où on en est, ça fera mal de toute façon.

 

Enfin sauf si la France envahit la Russie et paye les pensions avec la rente gazière. C'est juste moyennement crédible :mrgreen:

 

En France le traquenard se met en gentiment en place. :)

 

Ce mercredi, les députés ont voté le gel pour un an des pensions de retraite supérieures à 1 200 euros par mois qui auraient dû être revalorisées au 1er octobre. Dans les faits, cela revient à un gel de 18 mois puisque la date de revalorisation annuelle des retraites avait déjà été décalée cette année d'avril à octobre à l'occasion de la réforme des retraites.

http://www.leparisien.fr/economie/retraites/les-deputes-votent-le-gel-des-retraites-au-dela-de-1-200-euros-02-07-2014-3971785.php

 

Pas besoin d'aller en Russie, il faut juste explorer notre sous-sol.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

La retraite par répartition, ça sert essentiellement à assurer aux vieux que leurs enfants s'occuperont d'eux.

L'esprit du système est conservé si tu obliges chaque enfant de X à partager de manière équitable entre ses tuteurs légaux une portion Y de son salaire S.

Après, il faut des dispositifs pour gérer les effets de bord. Si S*(1-y)  est inférieur à un salaire minimal So, le prélèvement est limité à S-So, et nul si S<So.

Si les vieux ne s'en sortent pas avec ce qu'ils touchent un juge peut soit les mettre sous tutelle, soit forcer les gamins à raquer plus, soit refiler le bébé à l'Etat si la solution 2 n'est pas possible.

Pour eux, comme avec les handicapés, les juifs, les tziganes, les homos, l'Etat à une mission d'assistance publique, sous traitée à l'entreprise "Soylent Green".

Ceux là, reçoivent l'assistance "gens dans la grosse merde", quelle qu'elle soit. A ce niveau, ce n'est plus un problème spécifique aux retraites.

 

Je ne vois pas de moyen de verser à chacun en proportion de ses cotisations passées sans conserver le coeur du système en même temps.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans un système de Ponzi, il y a toujours des pigeons donc il y aura forcément de la casse.

Je sens arrivé un système où tu gèles les pensions sur une longue période et tu laisses les retraités se faire bouffer par l'inflation.

Pour partie seulement. Et je voudrais des taux et des durées qui limitent le plus possible cette érosion.

Mon système cherche à conserver les retraités dans les conditions où ils sont aujourd'hui. Ce sont les nouveaux retraités qui progressivement vont voir leur condition d'execution de leur retraite changer.

Si je lance la machine en 2015, alors j'ai en 2025 le début de retraite des premiers à avoir une pension pour partie payée par la répartition et pour partie par leur capitalisation.

De plus, pour limiter la tendance à la baisse des pensions par répartition j'ai en complément les versements de mon fond de pension public dédié et une taxe légère sur les jeunes générations.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il faut plafonner les retraites aujourd'hui et faire casquer les vieux pour permettre aux actifs de cotiser et passer tranquillement de la répartition vers une allocation unique universelle pour les plus de 67 ans.

Il faut faire payer quelqu'un pour la dette, autant que ce soit les boomers. Au pire - et au mieux donc - ca leur fera vendre leur immobilier.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce serait quoi cette allocation unique.

Pourquoi à plus de 67 ans ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour partie seulement. Et je voudrais des taux et des durées qui limitent le plus possible cette érosion.

Mon système cherche à conserver les retraités dans les conditions où ils sont aujourd'hui. Ce sont les nouveaux retraités qui progressivement vont voir leur condition d'execution de leur retraite changer.

Si je lance la machine en 2015, alors j'ai en 2025 le début de retraite des premiers à avoir une pension pour partie payée par la répartition et pour partie par leur capitalisation.

De plus, pour limiter la tendance à la baisse des pensions par répartition j'ai en complément les versements de mon fond de pension public dédié et une taxe légère sur les jeunes générations.

 

On va raisonner en terme de bilan.

 

A l'actif, j'ai pas grand chose.

 

 

Selon une source syndicale, si aucune mesure n’est prise le scénario médian présenté aux partenaires sociaux prévoit que les déficits successifs de l’Agirc auront épuisé ses réserves – 9 milliards d’euros à fin 2013 – en 2018. Quant à l’Arrco, ses 55,4 milliards de réserve auront fondu en 2027. C’est ce scénario que les partenaires sociaux ont décidé de prendre en référence pour leurs discussions à venir. Il se fonde sur un taux de chômage revenu à 7 % en 2030, et non en 2035 comme le scénario le plus noir alors que le scénario « rose », présenté aussi vendredi, supposerait un taux de chômage ramené à 4 % en 2035.

http://www.lesechos.fr/economie-france/social/0203603792000-menaces-sur-les-retraites-des-cadres-1019371.php

 

Au passif, j'ai des engagements conséquents pour les années à venir.

 

Dans mon compte de résultat :

 

A l'instant T, mes produits sont inférieurs à mes charges.

 

 

Les régimes de retraite complémentaire des cadres Agirc et des salariés Arrco devraient de nouveau se trouver en déficit en 2014, d'après les prévisions qui sont présentées aux conseils d'administration des deux régimes cette semaine dont Le Figaro a eu connaissance. L'Arrco devrait essuyer un déficit technique de 2,7 milliards d'euros, et l'Agirc de 2,6 milliards. Ces prévisions sont du même ordre de grandeur, mais l'Agirc distribue trois fois moins de prestations que l'Arrco. Son déficit est donc proportionnellement beaucoup plus élevé.

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/06/24/97002-20140624FILWWW00410-retraites-complementaires-deficit-en-2014.php

 

Conclusion je dois restructurer mon hors-bilan, c'est à dire mes engagements à terme. C'est une restructuration de dette en version masquée. Je dois donc modifier mes paramètres globaux (âge de départ, condition d'obtention, nombre d'années de cotisation) pour ne pas faire faillite. Bismarck qui fut l'un des premiers à mettre une retraite par répartition en place avait compris l'arnaque.

 

 

En 1889, au moment où il mettait en place en Allemagne le premier système de retraites au monde, le chancelier Bismarck aurait demandé à son conseiller : « A quel âge faut-il fixer l’âge de la retraite pour qu’on n’ait jamais à la verser ? »


 « A 65 ans », lui aurait-il répondu…, ce qui avait fait rire Bismarck puisque lui-même en avait alors 74.

 

C'est très cynique comme raisonnement mais je ne pense pouvoir atteindre tes objectifs donc il faut que je fasse payer l'addition à quelqu'un.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un genre d'alloc universelle pour tout les vieux qui ont résidé X années et plus de 67 ans (pour des raisons economiques/esperance de vie, je suis pas dogmatique dessus) et financé par la CSG. Je verrais ca autour de 600 par mois et ca aurait vocation à diminuer. Je vois ca comme un moyen de dire on laisse pas les pauvres de coté. Mais d'abord on plafonne les retraites actuelles et on fait tendre lentement vers cette allocation universelle.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme dit, c'est une fin de Ponzi, sur un truc de très grande ampleur.

ça ouvrira peut-être les yeux à pas mal de monde.

Et on apprendra sûrement encore qqs informations.

 

La répartition n'est pas la solution ... et la capitalisation pas plus.

C'est l'idée même d'un retour en enfance pendant 20 ans, payé par la collectivité, qui est tout simplement à la fois délirante et absolument pas soutenable par les actifs.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sauf que le Chili n'avait pas grand chose en pension en 1980. C'était la misère. 

 

Nimportenawak. Il y a bien eu un système complet de retraite public, un basculement et une transition pour ceux qui avait essentiellement cotisé sous l'ancien régime.

 

Lis Piñera.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Et pourquoi pas la capitalisation :online2long: ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

La retraite naturelle c'est d'une part le capital accumulé au cours d'une vie, d'autre part les enfants et la solidarité familiale.

La capitalisation et la répartition ne sont que deux manières de formaliser ces relations en faisant intervenir des intermédiaires pas forcément compétents et donc en augmentant le coût normal.

S'il faut vraiment faire qq. chose, j'approuve l'alloc universelle qui permet d'assurer le minimum vital tout en réduisant les coûts. Pour le reste que chacun fasse selon sa liberté.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Comme dit, c'est une fin de Ponzi, sur un truc de très grande ampleur.

ça ouvrira peut-être les yeux à pas mal de monde.

Et on apprendra sûrement encore qqs informations.

 

La répartition n'est pas la solution ... et la capitalisation pas plus.

C'est l'idée même d'un retour en enfance pendant 20 ans, payé par la collectivité, qui est tout simplement à la fois délirante et absolument pas soutenable par les actifs.

 

+1

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'avantage de la capitalisation c'est que ça aide à faire monter le niveau de vie général quand la répartition n'est qu'un transfert. Comme souvent sur le marché il y a des externalités positives et les pauvres profitent de la capitalisation des riches.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On se donne 10 ans pour que tous les actifs actuels puissent passer au système par capitalisation. Selon la durée et le montant des cotisations de chaque travailleur on leur donne une somme qu'ils doivent placer automatiquement dans des fonds de pension ou de mutualisation.

Tous les nouveaux entrants sont obligés d'entrer dans le système par capitalisation.

Quant aux personnes déjà retraitées, on lève un impôt pour financer les engagements.

Share this post


Link to post
Share on other sites

 on leur donne une somme qu'ils doivent placer automatiquement dans des fonds de pension ou de mutualisation.

 

Pourquoi cette obligation?

 

Si j'ai envie d'acheter des apparts à louer par exemple (ou n'importe quel autre moyen de me faire une retraite), pourquoi remplacer un racket d'état par un racket privé?

 

Perso, j'ai aucune confiance dans les fonds de pension ou de mutualisation, surtout si ils doivent être agréé par l'état.

Ma retraite, j'aimerais pouvoir la préparer sans les contraintes à la gomme.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pourquoi cette obligation?

 

Si j'ai envie d'acheter des apparts à louer par exemple (ou n'importe quel autre moyen de me faire une retraite), pourquoi remplacer un racket d'état par un racket privé?

 

Perso, j'ai aucune confiance dans les fonds de pension ou de mutualisation, surtout si ils doivent être agréé par l'état.

Ma retraite, j'aimerais pouvoir la préparer sans les contraintes à la gomme.

 

Tu peux très bien ouvrir ton propre plan d'épargne retraite en allant voir ta banque, c'est ton problème.

Ou alors ranger des valises d'argent en cash dans tes armoires.

Il n'empêche, après avoir cotisé chaque mois aux caisses de retraite, si l'on passe à un système libre il serait normal que l'Etat nous redonne notre pognon pour en faire ce que l'on veut.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu peux très bien ouvrir ton propre plan d'épargne retraite en allant voir ta banque, c'est ton problème.

Ou alors ranger des valises d'argent en cash dans tes armoires.

Il n'empêche, après avoir cotisé chaque mois aux caisses de retraite, si l'on passe à un système libre il serait normal que l'Etat nous redonne notre pognon pour en faire ce que l'on veut.

Suis d'accord.

mais dans les divers système que je vois, justement nos cotisations retraites on en fait pas ce que l'on veut.

On a l'obligation de cotiser dans des organismes agréés.

Et c'est ce que j'ai compris que tu préconisais.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Suis d'accord.

mais dans les divers système que je vois, justement nos cotisations retraites on en fait pas ce que l'on veut.

On a l'obligation de cotiser dans des organismes agréés.

Et c'est ce que j'ai compris que tu préconisais.

 

Non ce n'est pas cela que je voulais dire, bien entendu je n'en veux pas, mais mon petit doigt me dit que c'est ce qui se passera le jour où on "libéralisera" le bouzin, malheureusement.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On se donne 10 ans pour que tous les actifs actuels puissent passer au système par capitalisation. Selon la durée et le montant des cotisations de chaque travailleur on leur donne une somme qu'ils doivent placer automatiquement dans des fonds de pension ou de mutualisation.

Tous les nouveaux entrants sont obligés d'entrer dans le système par capitalisation.

Quant aux personnes déjà retraitées, on lève un impôt pour financer les engagements.

 

lors d'un crack, ils font quoi les retraités par capitalisation en fonds de pension ?

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

lors d'un crack, ils font quoi les retraités par capitalisation en fonds de pension ?

 

Ils pleurent d'avoir été bêtes pour ne pas avoir diversifié leur épargne.

Nous aussi on pleurera quand on devra toucher une misère à notre retraite si on continue avec le même système.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un Krach boursier ça n'arrive pas tous les 4 matins.

 

Sur une durée de cotisation de 40 ans, tu peux largement espérer une rentabilité située entre 4 et 7% annuelle donc tu as largement les moyens de voir venir tandis que si le système de répartition fait faillite tu n'as que tes yeux pour pleurer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un Krach boursier ça n'arrive pas tous les 4 matins.

 

Sur une durée de cotisation de 40 ans, tu peux largement espérer une rentabilité située entre 4 et 7% annuelle donc tu as largement les moyens de voir venir tandis que si le système de répartition fait faillite tu n'as que tes yeux pour pleurer.

 

Oui enfin du 7% par an sur 40ans sans avoir le risque de te retrouver avec tes yeux pour pleurer, j'aimerais bien que tu me montres comment tu fais.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ils pleurent d'avoir été bêtes pour ne pas avoir diversifié leur épargne.

Nous aussi on pleurera quand on devra toucher une misère à notre retraite si on continue avec le même système.

Perso je ne compte pas sur le système actuel pour ma retraite.

La retraite que l'on me versera sera un plus.

 

Mais par contre cela me fait ch... de payer des impôts en cotisations retraites pour ça. Mais pour moi, mes cotisations retraites, je les prends comme un impôts sur le revenu en plus.

Pas du tout comme de l'argent que je place pour ma retraite.

 

 

 

Le jour où on diminue mes impôts, j'augmenterais mes placements pour la retraite, c'est tout.

 

 

Si tu comptes sur ta retraite officielle pour vivre, tu seras dans la merde, c'est sûr.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui enfin du 7% par an sur 40ans sans avoir le risque de te retrouver avec tes yeux pour pleurer, j'aimerais bien que tu me montres comment tu fais.

 

Quand je parle de 4 à 7 % par an c'est tout compris à savoir plus-value financière + dividendes ou intérêts (selon tes placements actions ou obligations). Comme tout investissement tout dépend de ton timing d'investissement. Si tu as investi au sommet de la bulle en 2000 ça risque d'être chaud pour toi. Si tu as investi au lancement du CAC 40 en 1987 tu es refait.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...