Jump to content
Lancelot

Où Sont Les Belles Reliures Françaises ?

Recommended Posts

En bon libéral consumériste, j'aime posséder.

Les livres sont mes objets préférés et j'apprécie particulièrement les belles éditions, ce qui m'a permis de constater une certaine disparité de l'offre dans ce domaine.

Prenons par exemple deux classiques en anglais :

Vous pourrez constater qu'il y a l'embarras du choix concernant la reliure.

Par contre si on prend des équivalents (dans la mesure du possible) français :

Le mieux qu'on puisse avoir est une édition brochée (c'est à dire plus grande qu'un livre de poche mais toujours à couverture souple).

Faites vos propres essais. Des misérables au fables de La Fontaine en passant par la bête humaine, il est quasiment impossible de trouver une édition reliée récente en français. L'exception est la Pléiade.

 

Est-ce que je me trompe parce que je ne cherche pas au bon endroit ? Je suis certain d'avoir vu des bouquins reliés dans des bilbliothèques...

Si non comment expliquer cette pénurie ? Le prix unique du livre fait certainement baisser la concurrence, y a-t-il autre chose qui ne tourne pas rond dans le monde de l'édition ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

 

Le prix unique du livre fait certainement baisser la concurrence

 

Je pense que c'est ça. Le prix unique a pas mal standardisé le format des bouquins. Une couverture rigide doit coûter plus chère à produire donc avec un prix unique, y a pas vraiment d'incitations à aller dessus.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça ne vaut pas le coup d'acheter un classique en beau livre neuf. Il y a des trouzaines de beaux livres anciens avec reliure en cuir feuille d'or et tralala pour pas beaucoup plus chers.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pense que c'est ça. Le prix unique a pas mal standardisé le format des bouquins. Une couverture rigide doit coûter plus chère à produire donc avec un prix unique, y a pas vraiment d'incitations à aller dessus.

Je vois pas le lien de cause à effet là.

 

Le prix unique du livre, c'est pas le prix unique de l'oeuvre.

 

Si je trouve le moyen de vendre moins cher en brochant autrement un livre de fables de la fontaine j'ai le droit.

 

J'ai juste pas le droit de vendre 5€ le même bouquin à Paris et 10 à Lille.

Mais j'ai le droit de vendre 5€ la version pauvre et 10€ la version luxe.

 

Un exemple classique c'est Librio qui vend 2€ les classiques.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça ne vaut pas le coup d'acheter un classique en beau livre neuf. Il y a des trouzaines de beaux livres anciens avec reliure en cuir feuille d'or et tralala pour pas beaucoup plus chers.

Ben oui mais j'aime bien les livres neufs, moi.

 

Si je trouve le moyen de vendre moins cher en brochant autrement un livre de fables de la fontaine j'ai le droit.

 

J'ai juste pas le droit de vendre 5€ le même bouquin à Paris et 10 à Lille.

Mais j'ai le droit de vendre 5€ la version pauvre et 10€ la version luxe.

Dans ce cas comment expliquer que ces versions reliées ne semblent pas exister ?

Il y a pourtant une offre pour l'anglais, mais également pour l'allemand (étonnamment bon marché, d'ailleurs) :

Et pour l'italien :

Pourquoi pas en français ? Là est la question.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ben quitte à être snob autant l'être vraiment je dirais plutôt au contraire.

Du beau neuf pour un classique c'est bizarre.

Comme je ne lis pas trop les auteurs vivants je ne me rends pas bien compte du problème. Du Pratchett par exemple le choix poche ou broché me semble suffisant.

Je dis "me semble" je n'ai pas fait d'étude de marché, il y a peut être une niche pour du haut de gamme.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mon snobisme particulier me pousse à rechercher l'exclusivité. Même si l'objet est très joli en soi, un bouquin d'occasion ça reste de la seconde main, autant dire les miettes de quelqu'un d'autre.

 

D'un point de vue plus général je trouve quand même ça étonnant et un peu inquiétant si plus personne ne prend la peine d'éditer des beaux livres. J'ai du mal à comprendre comment le marché peut en arriver là tout seul spécifiquement en France et pas chez nos voisins, alors même que notre tradition littéraire n'a rien à leur envier.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si tu trouve la raison fait un article.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Figure-toi, Lancelot, que je me faisais la même remarque il y a peu. Ca se voit surtout quand on compare avec des livres achetés à l'étranger (et pour le coup, c'est là un comportement d'achat rarissime en France). Ou dans une moindre mesure quand on compare avec des bibliothèques de maisons de campagne (avec des livres datant donc des années 70-80 au plus tard).

 

Comme je ne lis pas trop les auteurs vivants je ne me rends pas bien compte du problème. Du Pratchett par exemple le choix poche ou broché me semble suffisant.

D'ailleurs je tenais à me plaindre de la mauvaise qualité des livres des éditions L'Atalante, avec laquelle j'ai débuté Pratchett (entre autres). Plus d'une fois leurs dos se sont cassés en me laissant des feuilles dans les mains. Ils sont d'une fragilité invraisemblable.

 

Je dis "me semble" je n'ai pas fait d'étude de marché, il y a peut être une niche pour du haut de gamme.

Le haut de gamme, en France, c'est la Pléiade. C'est dire...

 

Si tu trouve la raison fait un article.

Je suis positivement convaincu que c'est une conséquence du prix unique du livre. Mais je ne connais pas d'assez près le secteur pour retracer le lien entre la cause et cette conséquence précise. Un rapport avec le manque de rentabilité des éditeurs peut-être.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Des beaux livres il y en a mais rarement des romans. Plutôt des encyclopédies, des dictionnaires ou des monographies. Il faut que ça se prête à de belles illustrations.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mathieu_D a fait une observation de bon sens : si l'on est véritablement bibliophile, alors on ne peut pas ne pas composer avec des livres d'occasion, n'en déplaise aux "hygiénistes".

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ça fait rêver aussi un livre qui a plus de 100 ans. Par quelles mains est-il passé, quelle est son histoire ?

 

J'aime beaucoup les esthétiques 2ème Empire et 3ème République de plus.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai des bouquins reliés du 19ème, ils tombent en ruine. Si il faut mettre de l'argent j'aime autant le mettre dans un livre fabriqué avec des matériaux modernes, qui résistent mieux au passage du temps.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ha bah ils n'ont pas tous survécu, hein.

Mais j'en ai des très bien.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si il faut mettre de l'argent j'aime autant le mettre dans un livre fabriqué avec des matériaux modernes, qui résistent mieux au passage du temps.

En fait, c'est plutôt l'inverse.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Figure-toi, Lancelot, que je me faisais la même remarque il y a peu. Ca se voit surtout quand on compare avec des livres achetés à l'étranger (et pour le coup, c'est là un comportement d'achat rarissime en France). Ou dans une moindre mesure quand on compare avec des bibliothèques de maisons de campagne (avec des livres datant donc des années 70-80 au plus tard).

Tout à fait, j'ai commencé à le remarquer quand je me suis mis à acheter des livres anglais.

 

D'ailleurs je tenais à me plaindre de la mauvaise qualité des livres des éditions L'Atalante, avec laquelle j'ai débuté Pratchett (entre autres). Plus d'une fois leurs dos se sont cassés en me laissant des feuilles dans les mains. Ils sont d'une fragilité invraisemblable.

Mais ils sont tellement beaux...

 

Je suis positivement convaincu que c'est une conséquence du prix unique du livre. Mais je ne connais pas d'assez près le secteur pour retracer le lien entre la cause et cette conséquence précise. Un rapport avec le manque de rentabilité des éditeurs peut-être.

Moi aussi, et je soupçonne également que le milieu est cartellisé à mort. Mais il faudrait que je me renseigne auprès d'un pro.

 

Des beaux livres il y en a mais rarement des romans. Plutôt des encyclopédies, des dictionnaires ou des monographies. Il faut que ça se prête à de belles illustrations.

Il y a les bouquins de Tolkien qui font exception aussi maintenant que j'y pense.

 

Mathieu_D a fait une observation de bon sens : si l'on est véritablement bibliophile, alors on ne peut pas ne pas composer avec des livres d'occasion, n'en déplaise aux "hygiénistes".

Sans doute mais à vrai dire je m'en fous d'être un bibliophile.

Share this post


Link to post
Share on other sites

A mon goût, le format des livres actuels en France a le cul entre deux chaises. Soit on veut un livre qu'on voit dans une bibliothèque, auquel cas on prend un relié, un "hardcover" (même si les deux mots n'ont pas exactement la même signifocation). Soit on veut juste le contenu du livre, auquel cas un Poche suffit. On retrouve la même opposition entre les Pléiade et les "omnibus" (type "Bouquins" de Robert Laffont).

Le pire étant peut-être la collection "Bibliothèque Classique de la Liberté" éditée par Alain Laurent aux Belles Lettres : le format est à peine supérieur au poche (et si le papier est plus épais, la composition ne saute pas aux yeux comme nettement tellement meilleure, ni l'assemblage d'ailleurs), et le prix est lui presque au niveau d'un relié souple. Et pourtant j'aime bien Alain Laurent et j'en ai acheté, des bouquins de cette collection.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah oui, j'ai trouvé Cyrano :

http://www.jeandebonnot.fr/Rostand-Edmond/Livres-Litterature/735-Rostand-Edmond-Theatre-tome-1-Cyrano-de-Bergerac.html

J'observe quand même que ces livres coûtent un bras par rapport à la concurrence, et qu'ils sont courts : là le Comte de Monte Cristo est en 4 tomes de 40 euros alors que je peux trouver l'intégrale de Sherlock Holmes en 1 tome pour 30 dollars...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quand on veut avoir une bibliothèque de snob on y met le prix.

À ce niveau là ce n'est même plus snob, c'est nouveau riche. Le mec qui décide un beau jour d'avoir une bibliothèque qui en impose et cherche à n'importe quel prix (c'est le cas de le dire) à la remplir avec des machins d'aspect culturé et coûteux, quitte à ne jamais les lire. Là je comprends le besoin d'avoir 4 tomes à 40 euros pour Monte Cristo. Moi j'ai des étagères et un porte-monnaie limités.

 

Personellement j'ai celui-ci :

Plus de 1000 pages, un seul livre relié compact.

inconceivable.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

À ce niveau là ce n'est même plus snob, c'est nouveau riche. 

 

Oh tu sais... http://www.amazon.fr/Chemical-Shifts-Coupling-Constants-Silicon-29/dp/B00EZ1MZXU/ref=sr_1_2?ie=UTF8&qid=1408638038&sr=8-2&keywords=silicon-29

 

C'est pire mais ça n'a rien de snob en fait.

 

 

edit: Pour préciser, ce n'est pas une blague. Ce bouquin se vend réellement à plusieurs milliers d'euros.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est quoi comme bouquin :S ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est quoi comme bouquin :S ?

 

Vu que quelqu'un a déjà répondu à cette question : 

 

 

J'espère que tu comprends l'anglais :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Du coup je vais essayer d'avoir des infos de mon côté, mais on n'a personne ici qui travaille dans l'édition pour nous raconter un peu comment ça se passe ? Dénoncez-vous.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

×
×
  • Create New...