Jump to content

Recommended Posts

il y a 2 minutes, Lancelot a dit :

Je suis d'accord, et de manière plus importante les médecins généralistes avec qui je discute aussi. Ce que je retire de ces discussions (en épluchant quelques couches de corporatisme) c'est qu'à peu près tous les problèmes de la profession pourraient être réglés par plus de libéralisme (en particulier concernant la formation mais aussi le salaire, l'amas de régulations à la con quand tu veux t'installer et la responsabilisation du patient).

Je ne suis pas d'accord. Les problèmes de la professions ne peuvent pas être réglés par qq réformes. Le marché de la santé est totalement vicié par le socialisme qui dirige le marché depuis 1945. C'est la fiction de la gratuité qui vice tout. 

  • Yea 1
Link to comment
  • 2 weeks later...
  • 2 weeks later...

J'en remets une couche :

 

La stupeur de Louis, recalé en médecine malgré 15 de moyenne

 

Citation

En 2021, Louis avait 19 ans, plus de 15 de moyenne et faisait partie de la deuxième catégorie d’étudiants. Celle qui était à quelques centièmes de la «grande admission» et qui voit son avenir professionnel reposer sur des épreuves aux allures inédites.

 

[...]

Louis y consacre un mois entier. La charge est lourde: il sait que les notes obtenues représenteront la moitié de la note finale. Plus important encore, la note qui lui sera attribuée à l’issue de son oral en sciences humaines comptera pour 25% de sa note globale, soit plus que toutes les matières scientifiques d’un semestre. «Nous avons été préparés à cette épreuve lors de plusieurs TD, durant lesquels nous avions abordé des sujets comme l’épidémie de Choléra, les préventions des IST (infections sexuellement transmissibles)... Je savais qu’il fallait analyser une image et que c’est mon empathie et mes réflexes de futurs médecins qui seraient testés. Je pensais savoir à quoi m’attendre».

 

[...]

Pourtant, le jour de l’oral, rien ne se passe comme prévu. Louis est interrogé sur «Death’s Dispensary», une gravure réalisée par George Pinweel en 1866 où l’on devine un squelette et des Londoniens autour d’une pompe à eau. Les questions qui suivent le surprenne: «On m’a demandé ce que représentait la chaînette qui lie la coupelle à la pompe, s’il manquait selon moi des membres de la famille ou ce que signifiait la prédominance du bras du squelette dans l’œuvre», raconte Louis, qui s’est rapidement senti «démuni». «J’ai tenté d’orienter la discussion sur le contexte historique, sur Pasteur et la bactériologie mais le jury n’était pas très intéressé et voulait vraiment que j’interprète l’image».

 

Arrive le mois de juillet et l’annonce des résultats: Louis a obtenu la note de 6 à cet oral tandis qu’il décroche un 15 pour son oral sur son projet personnalisé. Malgré cette note, l’étudiant n’obtient aucune affectation.

 

[...]

Car c’est surtout cet aspect qui empêche Louis de tirer définitivement un trait sur cette épreuve: l’opacité. «Contrairement aux épreuves scientifiques où nous sommes notés selon un vrai barème, la note de l’oral sort comme ça, sans explication ni grille de correction, parce que ‘le jury est souverain’».

 

[...]

Aujourd’hui, Louis a su rebondir. Il a d’abord accepté d’intégrer Pharmacie en France avant de tenter les concours de médecine en Belgique. Concours qu’il a obtenu haut la main, malgré la rude sélection à l’entrée pour les candidats étrangers. «La moitié des épreuves était composée d’épreuves scientifiques, l’autre d’épreuves évaluant l’empathie, le raisonnement, la communication avec beaucoup de mises en situation. J’ai trouvé ça cohérent, comparé à notre concours»

 

Link to comment
On 9/10/2022 at 6:51 PM, Bisounours said:

Disons qu'idéalement, qu'ils soient un peu à l'écoute ne nuit pas à leur fonction de base. Ne serait-ce que pour pouvoir orienter éventuellement au lieu de filer des cachets.

De là à leur demander d'être armé en sociologie...

On 9/10/2022 at 7:29 PM, Lancelot said:

Je veux bien mais à un moment un médecin doit avant tout être compétent en médecine. En particulier un médecin généraliste qui en pratique peut se retrouver devant tout et n'importe quoi, 99% du temps ça peut être de la bobologie mais si tu loupes le 1% qui reste, qui peut être à première vue se présenter de manière extrêmement similaire, ben tu peux avoir un mort sur la conscience.

On 9/11/2022 at 6:49 PM, Jean_Karim said:

Tu peux aussi louper un cas grave si tu ne sais pas lire entre les lignes. Beaucoup de gens mentent a leur médecin par exemple. Où n'y vont pas parce qu'ils ne se sentent pas écoutés.

 

La surmedicalisation aussi fait des morts, et avoir toute ton expérience et ta formation en hôpital ou tu vois que les cas les plus graves peut influencer ça aussi.

 

On 9/11/2022 at 7:42 PM, Jensen said:

Moi je dis que savoir communiquer avec son patient, ça fait parti de la médecine, surtout de la médecine généraliste.

 

Après on pourrait imaginer une autre fonction médicale pour servir de point d'entrée et faire le suivi de traitement, qui serait spécialisée dans la partie psy et sociale, et ça serait sûrement un progrès, puisque de fait les médecins ne peuvent pas tout. Mais pour ça il faudrait d'abord convaincre les médecins eux-mêmes qu'ils ont leurs limites.

 

A ce sujet, l'excellent Compassionomics est très intéressant à lire.

Link to comment
Le 29/09/2022 à 13:03, Adrian a dit :

Pas étonnant qu'il termine en Belgique. Mon année d'étude là bas m'as démontré le pourcentage incroyable d'étudiants français dans le pays. Ça faisait râler certains belges d'ailleurs.

Link to comment
10 hours ago, Loi said:

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/erreur-medicale-la-mort-du-pr-frebourg-victime-de-fautes-graves-dans-son-propre-hopital-20221007

 

Je n'ai malheureusement pas accès à l'article complet mais il traite d'un professeur ayant essuyé les frais du meilleur système de santé au monde.

Si j'en crois cet article:

 

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/mort-du-pr-frebourg-du-chu-de-rouen-sa-famille-en-lutte-pour-faire-reconnaitre-une-faute-medicale_51737365.html

 

Une infirmière fait le job à la place d'un médecin absent et visiblement ne connaissait pas le job.

Link to comment
10 hours ago, Loi said:

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/erreur-medicale-la-mort-du-pr-frebourg-victime-de-fautes-graves-dans-son-propre-hopital-20221007

 

Je n'ai malheureusement pas accès à l'article complet mais il traite d'un professeur ayant essuyé les frais du meilleur système de santé au monde.

 

Et quand c'est un professeur on en fait un article

  • Yea 1
Link to comment
il y a une heure, Calembredaine a dit :

La NUPES s'en réjouit mais à l'origine c'est un amendement LR 🤣

Ah je me disais aussi ; les enrayeurs professionnels n'auraient jamais eu l'idée d'une mesure qui puisse avantager les médecins, ces ennemis de classe.

Link to comment

Ce n'est pas le premier service hospitalier touché par ce type d'attaques, mais pourtant ceux-ci (largement publics) ne semblent pas pressé de s'y préparer et préfèrent prier en espérant ne pas être le prochain sur la liste.

https://www.lemonde.fr/pixels/article/2022/10/19/a-paris-la-maternite-des-bluets-frappee-par-une-attaque-informatique_6146539_4408996.html

Citation

Dans le 12e arrondissement de Paris, la maternité des Bluets tourne au ralenti : dans un communiqué, l’hôpital Pierre-Rouquès-Les Bluets explique que son système informatique a été touché par une cyberattaque ayant eu lieu le dimanche 9 octobre. Cette clinique privée assure que son activité se poursuit mais annonce que les outils et services habituellement utilisés par ses employés sont ralentis par les conséquences de la cyberattaque : le communiqué précise, par exemple, que les adresses e-mail utilisées habituellement par les équipes de la maternité ne sont pas fonctionnelles et invite les patientes à se tourner vers d’autres adresses mises en place par la maternité.

 

Link to comment

Gros problème à l'hôpital de Vannes

Citation

UNE PANNE ELECTRIQUE AU CH de VANNES AFFECTE LE FONCTIONNEMENT DE L'HOPITAL ET DU SAMU

 

N'APPELER PAS LE 15 MAIS LE 18 QUI PREND LE RELAI DE LA REGULATION DES APPELS

 

N'ADRESSEZ PAS VOS PATIENTS A L'HOPITAL DE VANNES

Panne qui date d'hier, le 15 remarche et il persiste des dysfonctionnement aux urgences.

Tout va bien.

Link to comment
  • 3 weeks later...

Au-delà de l'incompétence et l'inorganisation de ce service hospitalier, je suis impressionnée par le manque de réactivité de la famille, voire de la patiente elle-même sur une durée de huit jours. Huit horribles longues journées; Faut-il être en état de faiblesse et tellement confiant dans le système hospitalier pour se plier à des consignes aussi dangereuses.

Link to comment
il y a 45 minutes, Bisounours a dit :

Au-delà de l'incompétence et l'inorganisation de ce service hospitalier, je suis impressionnée par le manque de réactivité de la famille, voire de la patiente elle-même sur une durée de huit jours. Huit horribles longues journées; Faut-il être en état de faiblesse et tellement confiant dans le système hospitalier pour se plier à des consignes aussi dangereuses.

Suffit que personne ne soit responsable individuellement pour un patient. Chacun se refilera la patate chaude. Après je ne sais pas comment fonctionne le système hospitalier, mais sur beaucoup de sujets je me demande plus souvent "comment il se fait que ca ne pète pas plus souvent ?" que "pourquoi ca a pété sur ce cas précis ?"

  • Yea 2
Link to comment
Il y a 9 heures, Loi a dit :

Hallucinant.

 

Il arriverait ceci à ma mère que je pense que j'aurais des envies d'homicide.

  • Yea 3
Link to comment
Quote

Selon le fils, la patiente aurait réclamé à manger plusieurs fois. « Ils lui ont dit Non, vous devez être à jeun, vous allez être opérée demain.’ Et ça pendant plusieurs jours », témoigne-t-il. Une pancarte « à jeun » avait été accrochée à la porte de sa chambre. Quelques jours plus tard, sa mère est « descendue en réanimation pour déshydratation complète ».

On dirait bien qu'elle est morte de soif, pas de faim. C'est encore pire. À quel niveau d'incompétence faut-il arriver pour laisser un patient se déshydrater?

 

Quote

S’agissant par ailleurs d’un patient pris en charge par le CHU, ces informations sont protégées par le secret médical et ne peuvent être partagées publiquement. Le CHU Dijon Bourgogne ne s’exprimera donc pas sur ce sujet », indique l’établissement.

Il a bon dos le secret médical

Et elle était à l'hosto pour une jambe cassée. Les hôpitaux sont vraiment des endroits dangereux.

Link to comment

C'est un peu incompréhensible car il faut être à jeun 8h avant une opération pour les solides, donc le soir elle pouvait boire, manger même si une opération est prévu le lendemain. On peut ne pas manger pendant plusieurs jours mais pas de boire.

C'est un CHU en plus, mais le 23 aout avec des effectifs en vacances, que ce soit les chirurgiens ou les IDE, les hôpitaux sont en pleine déliquescence (comme la médecine libérale d'ailleurs).

 

Link to comment
Le 10/10/2022 à 08:20, Lameador a dit :

 

Et quand c'est un professeur on en fait un article

 

C'est surtout que vu que c'est un professeur dans cet hôpital, sa famille a pu connaitre des gens qui ont fait émergé la vérité.

 

Si c'était un lambda, il aurait aucune information, pas facile de porter plainte dans ces conditions.

Link to comment

Alors quand ça merde, l'hôpital s'abrite toujours derrière le secret médical pour refuser de commenter et de diffuser des infos, c'est la base. Il faut que la famille fasse des pieds et des mains pour obtenir le dossier. Sans un peu de connaissance des rouages administratifs ou l'assistance d'un avocat, il y en a déjà qui vont se décourager. Il ne faut pas oublier que pour beaucoup de gens, faire un courrier un peu formel pour réclamer le respect de ses droits, c'est un problème. L'hôpital le sait.

 

Même si la demande d'accès au dossier a été faite correctement et enregistrée, cela prend du temps parce qu'en pratique le service des archives médicales est constitué de Sylvaine, 59 ans, militante CGT (50 % de son temps de travail est en représentation syndicale), et Maurice, 57 ans, tous deux reclassés sur des postes administratifs suite à une décision de la médecine de travail de les déclarer inaptes à leurs postes d'aide-soignante et d'ouvrier polyvalent.

 

Si par contre on est sur un cas chaud, le problème n'est pas trop de récupérer les archives, mais que tous les responsables vont aller foutre leur nez dans le dossier pour le toiletter avant diffusion. Donc il faut différer, essayer de gagner du temps pour compléter ce qui manque et "mettre à jour". 

 

C'est un a priori totalement personnel, mais je n'aurais pas la moindre confiance dans ce que raconte l'hôpital sur les commandes et le service des repas. C'est pas le plus compliqué à trafiquer a posteriori.

 

Dans ce cas, partant de l'hypothèse que la famille ne se trompe pas, on peut se demander pourquoi elle n'a pas réagi plus tôt. Déjà, tous les proches ne se pressent pas au chevet des vieux à l'hosto tous les jours. Mais je leur donne le bénéfice du doute. Par contre, il y a toujours beaucoup de gens qui sont facilement intimidés par le personnel médical et para-médical. Je peux très bien imaginer qu'ils ont pu être rembarrés en mode "laisser faire les pros" et qu'ils se sont écrasés. Il n'existe guère de situation où on est plus vulnérable qu'à l'hôpital. Cela crée une relation potentiellement très malsaine avec les soignants, qui peuvent abuser de leur position. Et cela peut s'étendre à la famille. Les chartes des droits des patients sont censées être une réponse à cette dynamique relationnelle profondément déséquilibrée, mais soyons sérieux deux secondes, c'est juste du papier.

 

En cas d'erreur médicale, je pense que la tentation est très forte de surjouer cette partition de l'autorité du sachant, dans l'espoir d'échapper aux questions gênantes.

  • Yea 6
  • Post de référence 1
Link to comment
il y a 17 minutes, Cortalus a dit :

partant de l'hypothèse que la famille ne se trompe pas, on peut se demander pourquoi elle n'a pas réagi plus tôt. Déjà, tous les proches ne se pressent pas au chevet des vieux à l'hosto tous les jours. Mais je leur donne le bénéfice du doute.

C'est ce que j'ai posté plus haut, effectivement.

 

il y a 17 minutes, Cortalus a dit :

Je peux très bien imaginer qu'ils ont pu être rembarrés en mode "laisser faire les pros" et qu'ils se sont écrasés. Il n'existe guère de situation où on est plus vulnérable qu'à l'hôpital

Je l'ai vécu à titre personnel, et c'est assez désagréable. On est en position horizontale face à des blouses blanches verticales, et certaines n'hésitent pas à vous le faire sentir.

Link to comment
16 hours ago, Cortalus said:

Dans ce cas, partant de l'hypothèse que la famille ne se trompe pas, on peut se demander pourquoi elle n'a pas réagi plus tôt. Déjà, tous les proches ne se pressent pas au chevet des vieux à l'hosto tous les jours. Mais je leur donne le bénéfice du doute. Par contre, il y a toujours beaucoup de gens qui sont facilement intimidés par le personnel médical et para-médical. Je peux très bien imaginer qu'ils ont pu être rembarrés en mode "laisser faire les pros" et qu'ils se sont écrasés. Il n'existe guère de situation où on est plus vulnérable qu'à l'hôpital. Cela crée une relation potentiellement très malsaine avec les soignants, qui peuvent abuser de leur position. Et cela peut s'étendre à la famille. Les chartes des droits des patients sont censées être une réponse à cette dynamique relationnelle profondément déséquilibrée, mais soyons sérieux deux secondes, c'est juste du papier.

 

En cas d'erreur médicale, je pense que la tentation est très forte de surjouer cette partition de l'autorité du sachant, dans l'espoir d'échapper aux questions gênantes.

 

15 hours ago, Bisounours said:

C'est ce que j'ai posté plus haut, effectivement.

 

Je l'ai vécu à titre personnel, et c'est assez désagréable. On est en position horizontale face à des blouses blanches verticales, et certaines n'hésitent pas à vous le faire sentir.

 

 

Une petite tactique dans ce genre de situation, de conversation orale, est de prendre des notes devant le médecin/toute personne usant de son autorité. Enregistrer l'audio est plus délicat, provoque des réactions plus fortes et peut couper court à la conversation. Sortir un petit calepin et noter ce que dit la personne, avec le nom, la date et l'heure "Ah un instant, donc vous dites que vous vous assurerez qu'elle recevra xxx dans les prochains jours? ok je note...". En général, cela incite la personne a être plus sérieuse, plus prudente et a faire le suivi... (sans les cris d'orfraie, légitimes, liés à un enregistrement audio)

  • Yea 2
Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...