Jump to content

Je raconte my life 6 - Lamentations & fleurs de lol


FabriceM

Recommended Posts

pas un imbecile, un autiste.

Quand on demande a quelqu'un de normal d'ou il vient, s'il vient de partout, il sait qu'une reponse de deux kilometres comprenant la liste de tous les endroits va tuer la conversation, donc il fait une reponse rapide et facile: on a beaucoup bouge mais mes parents etaient de telle region, j'ai prefere telle periode.Question close.

L'autiste repond en demandant ce que ca veut dire pour donner la reponse la plus precise possible, au mepris total du fait que tout le monde s'en bat les couilles au fond, vu que l'idee de base c'etait d'avoir un avis RAPIDE sur la region d'orgine de l'interlocuteur.

Quand je demande a mon beaup ce qu'il a fait aujourd'hui j'ai la liste complete incluant les pauses pipi et ca dure environ dix minutes. A aucun moment il ne capte que c'est  horriblement chiant et absurde.

 

Personnellement, je n'aurais pas trop envie de parler de ça à quelqu'un qui s'en bat les couilles. La région d'ou tu viens, ça peut être affectif, j'ai pas envie de partager ça avec n'importe qui, et surtout pas avec quelqu'un qui considère la question de la manière dont tu viens de le faire.

Link to comment

webdeveloper

Ben c'est pas dur de trouver un job. Positionne-toi dans la galaxie JavaScript : apprend ES6, Webpack, Node.js et TypeScript. C'est super fun et ça paiera vite. En France comme ailleurs.

Un conseil en passant : quand c'est la loose le meilleur choix est un choix facile. Tu parles bien l'anglais alors la Hollande ou l'Angleterre, ou bien l'Australie si tu as encore l'âge d'un visa vacances-travail. Les deux premiers, même avec 2000 euros ça peut se tenter. En mode léger : auberge de jeunesse ou hébergement chez un ami + petite valise cabine + un ordi portable + des CV : avec un peu de chance en un mois tu es au travail. Par contre j'ignore en quoi tu es bon mais ça peut facilement prendre deux mois de monter en compétences sur JS.

Link to comment

bieres et whisky au bar hier soir avec un francais tout fraichement debarque.C'est un ami d'un ami d'enfance alors j'ai dis 'ok' pour le faire entrer dans mon cercle extremement etroit d'ex-mannequins et de ministres africains en exil.

Les raisons de son depart sont la grisaille de la vie en banlieue, l'envie d'aller voir ailleurs etc.

On a parle politique un peu, c'etait rigolo il etait tout perdu, mais il a une bonne base liberalisable.Il a remarque que tous les partis francais sont socialistes.On a remis les choses a plat en comparant avec la politique Canadienne.

Il a hallucine sur la paperasse, finie en deux semaines sans probleme.

On a parle port d'armes aussi, le plus rigolo concretement c'etait son hallucination totale de rencontrer un francais pro-armes, pro-port et libertarien.

Le probleme pour lui c'est surtout l'adaptation de safille de neuf ans a l'ecole, et c'est la que c'est interessant, la culture francaise clashe deja : pas le meme accent, pas le meme humour, la petite a bien du mal a s'y faire et reclame de rentrer.Je vais lui trouver des copines de son age, on verra si ca va mieux.

 

J'ai appris avec beaucoup de rigolure que la france laisse partir les gens du pays sans leur pomper l'integralite de leurs impots, qu'ils doivent ensuite envoyer par la poste ahahah

.Rappelez vous que le droit international vous permet de n'en rien faire sans poursuites et qu'apres 5 ans il y a prescription.My two cents.

 

 

 

 

 

Link to comment

J'étais à une soirée hier. Il y avait une bonne dizaine de nationalités différentes. Qui s'est mis proche de l'ordinateur pour contrôler la musique et passer sa musique nationale toute pourrie des 80s, à votre avis ? :D

Putain, même lors d'une soirée au Caire, ils se sentent obligés d'écouter la même chanson d'Indochine en boucle.

Link to comment
J'ai appris avec beaucoup de rigolure que la france laisse partir les gens du pays sans leur pomper l'integralite de leurs impots, qu'ils doivent ensuite envoyer par la poste ahahah

.Rappelez vous que le droit international vous permet de n'en rien faire sans poursuites et qu'apres 5 ans il y a prescription.My two cents.

 

Faudrait confirmer mais si c'est effectivement le cas je note ça dans un coin.

Link to comment

J'étais à une soirée hier. Il y avait une bonne dizaine de nationalités différentes. Qui s'est mis proche de l'ordinateur pour contrôler la musique et passer sa musique nationale toute pourrie des 80s, à votre avis ? :D

Putain, même lors d'une soirée au Caire, ils se sentent obligés d'écouter la même chanson d'Indochine en boucle.

 

C'est d'autant plus stupide qu'ils auraient pu passer Daft Punk (sauf Get Lucky), Phoenix ou Air (enfin, tout Versailles quoi, merci Maggie), selon l'ambiance de la soirée.

Link to comment

C'est d'autant plus stupide qu'ils auraient pu passer Daft Punk (sauf Get Lucky), Phoenix ou Air (enfin, tout Versailles quoi, merci Maggie), selon l'ambiance de la soirée.

 

lol attends est-ce que tu n'es pas tout simplement en train de te mettre a leur place et de faire ta selection ?  :icon_ptdr:

Link to comment

lol attends est-ce que tu n'es pas tout simplement en train de te mettre a leur place et de faire ta selection ?  :icon_ptdr:

 

Non mais quitte à changer, autant changer pour de la bonne musique.

Ça dépend de ce qu'il y avait avant. Ils auraient aussi pu mettre Dalida :mrgreen:

Link to comment

J'étais à une soirée hier. Il y avait une bonne dizaine de nationalités différentes. Qui s'est mis proche de l'ordinateur pour contrôler la musique et passer sa musique nationale toute pourrie des 80s, à votre avis ? :D

Putain, même lors d'une soirée au Caire, ils se sentent obligés d'écouter la même chanson d'Indochine en boucle.

 

T'as eu droit à la marseillaise aussi ?

Link to comment

Holy cow, encore un pavé. Après celui-là, j'arrête d'essayer de répondre à tout le monde parce que j'ai déjà du passer 5 heures sur le "Je raconte my life" cette semaine.


 

j'hallllllllllucine que vous preniez plaisir a pellachiotiser les remarques de Gio apres le splendide post de Filthy.

Arrête, c'est super-important de connaître avec précision le coin d'où tu viens vraiment dans le fond de petit cœur ainsi que la manière la plus simple et sympathique de transmettre cette information de la plus haute importance à toute personne s'interrogeant sur tes origines.

Non, je déconne, on s'en fout. Le seul truc important là-dedans, c'est de savoir s'en servir pour faire voyager toute pépé qui viendrait te balancer un "Where are you from ?" les yeux plein d'étoiles et lui faire passer l'envie de manger local pour la soirée.

 

Ah pardon je recommencerai pas, promis

Non, mais t'inquiètes, Jim. Ca me fait super plaisir que tu me proposes de te servir de wingman pour aller mâter des culs dans les bars montréalais. Je finirais forcément par y passer un jour, et je te promet de prévenir à ce moment-là.

 

Le ticket d'entree je dirais ca depend qui t'embauche, ca peut aller juste qu'a te payer ton emigration integralement comme ce fut le cas pour moi.

En parlant de "ticket d'entrée", je pensais plutôt à la somme à prévoir pour faire la jonction entre le moment où je sors de l'avion et celui où je perçois mon premier salaire. Du genre la somme à avoir en poche, le temps dont je dispose et/ou tout autre renseignement sur la faisabilité d'un projet d'immigration qui n'implique pas de se faire embaucher depuis la France mais de venir directement sur place pour pousser des portes et dégoter un job.

 

Si, sur un coup de tête, tu passes par la Belgique, fais le savoir. Même si c'est une escale entre deux ports.

C'est tout de suite moins sexy que Montréal. Et du coup, j'ai beaucoup moins de chances de venir y faire un tour. Mais cas échéant, tu seras prévenu.

Tu veux aller mâter des culs dans les bars, toi aussi ?


 

Pondre un blog qui fait quelques milliers de visites/jour quand on a une certaine facilité d'écriture, c'est pas trop difficile.

Le blogging, c'est tout de même un investissement en temps très conséquent pour des retours très incertains et à long-terme. Passer deux heures par jour à pondre des billets dans l'espoir de pouvoir hypothétiquement gagner $30 par mois l'année suivante, ça demande une sacrée abnégation. Je vois plutôt ça comme un hobby qui pourrait éventuellement ramener trois sous que comme un véritable plan de carrière, personnellement.

Mais ça se tente. Surtout en tant que "Filthy John" : c'est un personnage dont les aventures peuvent attirer un assez large lectorat. Il faudrait juste que je trouve une thématique : mes récits de voyage sont certes intéressants, mais je ne pense pas pouvoir fournir un volume d'article assez conséquent pour pouvoir animer un blog sur cette unique base. De quoi faire une paire d'articles par mois, pas une paire d'articles hebdomadaires.

 

Ben c'est pas dur de trouver un job. Positionne-toi dans la galaxie JavaScript : apprend ES6, Webpack, Node.js et TypeScript. C'est super fun et ça paiera vite. En France comme ailleurs.

Figure-toi que c'est exactement ce que je suis en train de faire en ce moment. Je me remet à jour niveau webdev et JavaScript semblait être la meilleure porte d'entrée pour y revenir. Néanmoins, c'est tout de même un sacré foutoir que la galaxie JavaScript. Des milliers d'outils, frameworks, libraries et des standards qui semblent vouloir changer tous les trois matins... Difficile de savoir qu'est-ce quoi sert à quoi et quel toolset utiliser par défaut sans perdre un temps fou à tout essayer.

A un moment, j'avais d'ailleurs pété les plombs et totalement abandonné le web à cause du bordel que c'est devenu. Tu te lèves un matin, tu apprends qu'il va te falloir songer à inclure Yeoman dans ton workflow et comprends qu'un de ces jours, tu vas finir comme tous ces hipsters qui vomissent du Ruby.

Alors tu jettes ton MacBook par la fenêtre en hurlant "Fuck that, I'm going C++. JOHN CARMACK LEND ME YOUR STRENGHT!1!!1!!" et tu te jures que le web, c'est fini, plus jamais. Que ça doit être rangé dans un coin de ta tête avec les barbes molles, les latte de chez Starbucks et les articles de Kotaku.

Mais bon, au final, t'y reviens quand même. C'est la honte mais il faut bien gagner sa vie. Du coup, merci pour les pointeurs.

 

Un conseil en passant : quand c'est la loose le meilleur choix est un choix facile. Tu parles bien l'anglais alors la Hollande ou l'Angleterre, ou bien l'Australie si tu as encore l'âge d'un visa vacances-travail. Les deux premiers, même avec 2000 euros ça peut se tenter. En mode léger : auberge de jeunesse ou hébergement chez un ami + petite valise cabine + un ordi portable + des CV : avec un peu de chance en un mois tu es au travail. Par contre j'ignore en quoi tu es bon mais ça peut facilement prendre deux mois de monter en compétences sur JS.

Malheureusement, j'ai passé l'âge pour la plupart des WHV juste après avoir réussi à en décrocher pour le Japon. Sinon, j'aurai effectivement enchaîné avec la Corée ou HK, l'Océanie me tentant beaucoup moins que l'Asie.

Sauf pour ce qui concerne le Canada : c'est le seul pays pour lequel je peux encore profiter de ce type de visa. Et c'est dans les tuyaux, cela va sans dire. C'est la raison pour laquelle je questionnais Jim sur le coût du ticket d'entrée à Montréal, vu que c'est par là que je risque de passer. Si j'arrive à obtenir le sésame : il y a une demande phénoménale par rapport au nombre de places disponibles.

Sinon, oui, l'Angleterre est aussi sur ma liste. Si tu as bien suivi, je devrai en fait déjà y être. J'aurai néanmoins aimé partir avec des moyens un peu plus conséquents que le strict nécessaire pour se payer un dortoir en guesthouse : j'ai beau être un cowboy, j'ai des standards, et passé 30 ans, ne pas avoir sa propre chambre ni sa propre salle-de-bain, ça ne devrait être autorisé que dans une situation de vie ou de mort. En plus de préférer avoir toujours une réserve pour les imprévus (qui surviennent tellement régulièrement qu'ils n'ont en général d'imprévu que le nom).


 

@FilthyJohn : un non sentimental qui a eu une pulsion de mariage, je comprends pas. C'était un mariage de raison ?

Comme l'a souligné Marlenus, ça avait effectivement un certain côté "mariage de raison". La fille était mignonne, éduquée et de bonne famille, stable financièrement même si elle vivait toujours chez ses parents, et l'épouser m'aurait permis d'acquérir un visa pour un pays dans lequel je me serai facilement vu vieillir. Et je l'aimais. Pas amoureux fou à se jeter dans les flammes de l'Enfer pour ses beaux yeux, mais largement de quoi accuser le coup pendant une paire de semaines lorsqu'il aura fallu se séparer.

Donc, j'ai tenté ma chance. C'était un pari un peu fou, mais malheureusement la seule opportunité que l'on puisse avoir de voir notre relation continuer sur le long-terme. Ce n'était pas garanti que cela marche entre nous deux, mais au moins ça aurait permis de voir la relation perdurer, au lieu de devoir se quitter et de ne jamais vraiment savoir où cela aurait pu nous mener.

 

Ceci étant, si le Japon est ton pays de prédilection, eh bien donne toi les moyens d'aller y vivre et d'y bosser (ce qui est valable pour n'importe quel pays).

Autrement, tu vas t'étioler ici, et finir aigri.

Tenter une VAE, ce serait peut-être jouable ? Parmi tous les métiers que tu as exercé, il y en a sans doute un qui te permettrait plus facilement de te vendre. La cuisine française, ça s'exporte bien au Japon ?

J'ai quelque temps bossé en cuisine au Japon. Et c'était l'enfer. Pire encore qu'une saison touristique sur la Côte d'Azur. Semaines de 66 heures pour un salaire inférieur à $2000 par mois. Je me faisais clairement exploiter, mais cela semblait être la norme dans la restauration japonaise. La concurrence féroce (160,000 restaurants sur Tokyo) tire les prix vers le bas. Et les salaires aussi, surtout qu'à peu près n'importe qui d'un peu débrouillard peut bosser comme cuistot. Donc exit la cuisine, même si cela s'exporte effectivement très bien au Japon, sauf à lancer son propre business (et encore).

Je me renseignerai tout de même sur les VAE. Si je peux devenir "diplômé" via ce système, ce serait toujours ça de pris. Mais rien que de voir que le bousin est géré par le ministère du travail me file déjà des démangeaisons. J'imagine déjà les remplissages de CERFA et le cassage de couille que va être la préparation du dossier : "Non, non, Mr le fonctionnaire, je n'ai pas de fiches de salaire, juste des contrats rédigés en anglais pour les missions que j'ai prises en charge par le passé."

 

T'as pensé aux faux diplômes ?

Aussi. Mais j'ai peur que l'immigration tente de recouper les informations et se rende compte de la supercherie. Ce qui serait un peu dramatique : ils sont du genre à t'interdire l'accès au territoire pendant 10 ans pour un faux document.

En plus, cela impliquerait que je gruge mes employeurs potentiels en m'attribuant des diplômes que je ne possède pas. Et si je n'ai pas vraiment de scrupule à tromper l'immigration, j'en aurai beaucoup plus à pipoter mon futur patron.

 

FYI, le Japon c'est très facile d'y avoir un visa d'étudiant en ayant des baito à côté. Tous mes amis ayant souhaité aller et vivre au Japon ont pris ce visa et y vivent désormais en faisant des baitos ou en ayant trouvé des jobs derrière qui les ont sponsorisé.

Ca pourrait être une solution : prendre un visa d'étudiant pour apprendre le japonais là-bas, tu travailles dans ton domaine (ou pas) sur le côté pour avoir de quoi vivre le temps que tu aies eu un visa d'étudiant assez long, développer des contacts, etc. Puis tu te fais sponsoriser une fois passé ton JLPT 1.

J'ai aussi pas mal d'amis qui sont au Japon sur un visa étudiant. Avec une constante, néanmoins : ils ont leurs parents derrière pour prendre en charge une partie de leurs dépenses. Alors que de mon côté, c'est tout le contraire : j'envoie de l'argent chaque mois à mes parents car leur pension retraite est trop ridicule pour qu'ils puissent vivre décemment.

Et les études au Japon, même si tu choisis une école de langue à pas cher, limite les sorties et te prends un appartement qui pue au fin fond de Nerima-ku, c'est tout de même un budget mensuel d'environ $1500. Avec un baito, tu les fais pas. Surtout que t'es juridiquement limité à 20h / semaine et que tu ne peux donc avoir qu'un seul job "officiel" à peu près bien payé, pendant que tout le reste se fera au black pour trois francs six sous.

Pour essayer de faire baisser le coût, je peux toujours préférer aller à Osaka qu'à Tokyo. Sauf que trouver un job pour financer mes études et trouver des débouchés en fin de parcours sera 10 fois plus difficile, ce qui diminue pas mal la rentabilité de l'opération. Mais quoi qu'il arrive, le ticket d'entrée sera bien plus important que vers le Canada ou le UK, et par conséquent hors de ma portée pour le moment : ce n'est pas le genre d'expérience que je tenterai sans un solde à 5 chiffres sur mon compte en banque.

En plus, il faut prendre en compte qu'une école de langue, ça ne va pas faire de moi un graduate. Au mieux, je récupère un JLPT et/ou passe l'EJU pour pouvoir m'ouvrir les portes d'une université japonaise, et il faudra encore que je passe quelques années sur les bancs de la fac avant de pouvoir prétendre à un visa de travail. Ce qui fait que lorsque je sortirai de là, j'aurai presque 40 ans. Inutile de te dire que pour se faire recruter à cet âge-là dans un pays comme le Japon, ça va être extrêmement hardcore.

Donc, le visa étudiant, c'est vraiment un des derniers auquel je pensais. Le truc par lequel je passerai si tout le reste foire. Et avec comme objectif de rencontrer assez de filles pour me trouver une épouse dans les plus brefs délais plutôt que de devoir me farcir plusieurs années d'études.

Link to comment
Guest
This topic is now closed to further replies.
×
×
  • Create New...