Jump to content

École & éducation


Recommended Posts

Il faut a- déterminer le but de la scolarité, et b - isoler différents groupes d'enfant soumis à des systèmes scolaires différents, mais à toute autre variable identique, et comparer leur capacité à atteindre le but de la scolarité quel qu'il(s) soi(ent).

Link to comment

Nous sommes d'accord à ceci près que les pays sont bien trop différents pour pouvoir procéder de la sorte. De plus, le temps que tu vas passer à faire des expériences sera du temps perdu.

La seul solution qui reste possible se limite à l'adaptation progressive de ce qui existe.

En revanche, cela n'interdit pas d'estimer l'efficacité de toutes les décisions prises depuis le début de l'instruction obligatoire.

Link to comment

La capacité, toutes choses égales par ailleurs, à permettre à un individu de rentrer sur le marché du travail et assurer la puissance d'un pays sur le long terme.

En tant que parent c'est pas ces deux critères la qui m’intéressent le plus.

Pour répondre a Snow, je dirais plutôt: le critère c'est la satisfaction des parents, vu que c'est eux les clients.

Et celle des élèves a partir du moment ou c'est eux qui sont demandeurs.

Link to comment

le critère c'est la satisfaction des parents, vu que c'est eux les clients.

Et celle des élèves a partir du moment ou c'est eux qui sont demandeurs.

Et pour répondre de manière optimale à une demande multiple ce qui marche le mieux c'est le marché libre. CQFD.
Link to comment

je suis d'accord avec vous, Lancelot. J'ai l'impression que les lycées et l'école publique arrivent un peu à s'adapter, se réformer, mais que c'est très lent. Et puis ça fait beaucoup de mécontent, par définition on ne peut pas contenter tout le monde et chacun en même temps. De toute façon les écoles privées se développent, ce n'est pas pour rien. Si on segmente bien le marché, tout le monde va trouver son compte.

 

Link to comment

L'argument de puissance publique est celui du gouvernant. Même si c'est théorique (son but étant la réélection), il lui importe que l'instruction assure au pays la maîtrise du plan grand nombre de domaines académiques.

Pour les parents, il leur importe que leur enfant trouve sa voie donc son autonomie professionnelle.

Il faut pour cela qu'il découvre un premier projet professionnel qui lui convienne et qu'il atteigne le meilleur niveau pour s'y lancer.

Link to comment

Et pour répondre de manière optimale à une demande multiple ce qui marche le mieux c'est le marché libre. CQFD.

Oui, et mon expérience du marche libre c'est:

1) avoir le choix de l’école, de sa vision et de sa philosophie c'est vachement bien

2) quand le chef d’établissement recrute les profs il n'y a quasi aucun mauvais profs, et beaucoup de très bons

3) la relation parent-prof est bien meilleurs quand le parent est client, plutôt qu'un usager face a un fonctionnaire.

(et oui j'ai choisi une école ou il n'y a pas de note :) )

Link to comment

Je dirai que c'est l'audidaxie qui est la méthode pédagogique ( si l'on peut dire) la plus libérale.

C'est une méthode vraiment individualiste, tous les programmes scolaires sont holistes.

A poursuivre avec " le maitre ignorant" .

Il n'y a pas de méthode pédagogique libérale. Il y a des méthodes, certaines sont bonnes et d'autres moins.

Link to comment

+1, le seul rôle du libéralisme dans l'éducation c'est de permettre le  succès des meilleures méthodes sur les autres.

Et ça commence par empêcher qu'un mouvement idéologique s'empare du ministère et impose ses méthodes d'enseignement à tous le monde.

C'est aussi valable si ce mouvement est composé de libéraux auto-proclamé qui viseraient un changement radical des programmes scolaires dans des buts bizarres tels que :

"Réhabiliter l'entreprise", "montrer le véritable rôle de l'entrepreneur", ou je ne sais encore quelle marotte aux objectifs flous.

Link to comment

 

Ce qui est intéressant c'est qu'apparemment l'étude est sérieuse, et que le niveau socio-économique entre autre est pris en compte.

(J'avais peur que ce soit trivialement les pauvres mangeurs de junk food qui ressortent, mais non.)

 

 Fast food consumption during fifth grade predicted lower levels of academic achievement in all 3 subjects in eighth grade, even when fifth grade academic scores and numerous potential confounding variables, including socioeconomic indicators, physical activity, and TV watching, were controlled for in the models.

 

(Bon après faudrait lire plus que l'abstract pour dire si c'est bien fait ou non.)

 

Ça va faire plaisir à Jesrad cette publi !

Link to comment
Guest
This topic is now closed to further replies.
×
×
  • Create New...