Jump to content

École & éducation


Recommended Posts

On dirait la même nana.

Genre celle que je connais a fini 2eme de l'agrégation aussi.

 

Deuxième de l'agrég, c'est pas deuxième du CAPES :mrgreen:. Ca me fait penser à une histoire où un mec qui était au top du CAPES se fait affecter dans un bon lycée parisien. Malheur ! L'académie se rend compte le 1er Septembre qu'un agrégé n'a pas été affecté. Ni une, ni deux, on lui donne la place du capétien qui récolte un poste pourri sans collège fixe :D.

 

La France et ses castes, tu peux pas test.

Link to comment

Mais quelle bande de noeuds qui mettent des jeunes inexpérimentés dans ces bordels envahis de jeunes énervés des cités...

Le système de l'ÉdNat est le suivant :

En gros, plus tu as d'ancienneté ou une situation familiale installée (marié, enfants...), plus tu peux choisir où tu veux être.

Donc un jeune qui débarque est envoyé là où personne ne veut aller.

(Normalement on protège quand même un peu les stagiaires, ça concerne surtout les néo-titulaires...)

Link to comment

Deuxième de l'agrég, c'est pas deuxième du CAPES :mrgreen:. Ca me fait penser à une histoire où un mec qui était au top du CAPES se fait affecter dans un bon lycée parisien. Malheur ! L'académie se rend compte le 1er Septembre qu'un agrégé n'a pas été affecté. Ni une, ni deux, on lui donne la place du capétien qui récolte un poste pourri sans collège fixe :D.

 

La France et ses castes, tu peux pas test.

 

Le concours CAPES est d'un niveau ridicule comparé à l'agrégation.

 

J'ai vu les sujets en Maths, c'est assez facile, à peine niveau CCP.

 

Alors que les sujets d'agrégation, c'est d'un niveau nettement plus élevé.

Link to comment

Le concours CAPES est d'un niveau ridicule comparé à l'agrégation.

J'ai vu les sujets en Maths, c'est assez facile, à peine niveau CCP.

Alors que les sujets d'agrégation, c'est d'un niveau nettement plus élevé.

Comme c'est un concours il y a régulièrement des gens qui ont l'aggreg' mais pas le capes.

Link to comment

Le système de l'ÉdNat est le suivant :

En gros, plus tu as d'ancienneté ou une situation familiale installée (marié, enfants...), plus tu peux choisir où tu veux être.

Donc un jeune qui débarque est envoyé là où personne ne veut aller.

(Normalement on protège quand même un peu les stagiaires, ça concerne surtout les néo-titulaires...)

 

Oui, je sais, et c'est bien ce que je déplore. Les bahuts chauds devraient être proposés à des volontaires bien rodés au dressage des bêtes fauves, et avec une meilleure rémunération.

Parce que le résultat, c'est que des profs anciens se retrouvant à pantoufler dans des classes ou des départements sur un mode de pré retraite, avec un salaire de fin de carrière, c'est pas très logique ; même si je les comprend puisqu'ils sont passé aussi par le collège pourri à peine sortis de la fac.

Et je vois pas trop la différence entre un stagiaire et un titulaire tout frais, le stage ne dure pas plus d'une année, non ?

Link to comment

Les profs des bahuts chauds seraient mieux payés avec quel argent ?

On retrouve les meilleurs profs à Harvard plutôt que dans les universités de Detroit.

Je parle par rapport à d'autres profs de collèges et lycées de niveau comparable. 

Link to comment

Les profs des bahuts chauds seraient mieux payés avec quel argent ?

On retrouve les meilleurs profs à Harvard plutôt que dans les universités de Detroit.

 

Je m'occupe pas de trouver le pognon, moi, j'imagine un système plus favorable. Mais si tu veux, par exemple, je diminue le personnel administratif :)

Link to comment

Les bons collèges peuvent réduire aussi leur personnel administratif pour payer mieux leurs profs. À salaire égal, entre un bon collège et un où c'est le bordel, le choix va sûrement être vite fait.

Link to comment

Bref, la première des choses à faire, on la connait ici, n'est ce pas ? Mais en attendant le grand soir où l'ednat redeviendrait ce qu'elle devrait, c'est à dire l'instruction nationale, ou encore mieux, rien du tout ou presque de national, et pas de carte scolaire et tout le tremblement, se pencher sur le recrutement pour les établissements trop chauds et risqués pour des jeunes profs fragiles, ce serait déjà bien

Link to comment

Ce ne sont pas les collèges qui décident de la rémunération de leurs profs et personnels administratifs.

 

Et puis le personnel administratif proprement dit ce n'est pas grand-chose comparé à la masse des professeurs. Dans pas mal de collèges c'est une personne qui fait l'intendance. Je suis passé par une cité scolaire (+2000 collégiens et lycéens) où l'intendance et l'agence comptable faisaient 4 personnes.

Link to comment

De toute façon plus besoin de Capes pour enseigne maintenant, par exemple les maths dans un collège-lycée pourri.

Pourquoi "plus" et "maintenant" ? Pas. Autrefois non plus. Encore moins même.

Et je vois pas trop la différence entre un stagiaire et un titulaire tout frais, le stage ne dure pas plus d'une année, non ?

Oui mais je comprend pas ta question. Un stagiaire n'est pas encore titularisé, il l'est (normalement) à l'issue de son année de stage. Après quoi il devient néo-titulaire.
Link to comment

Pas de question, je dis simplement que je vois pas en quoi un néo titulaire est davantage armé qu'un stagiaire pour faire face à trente gamins hyper hormonés

Bah vu que le stagiaire découvre tout et arrive avec zéro expérience, il est nécessairement moins armé quand il débarque qu'à la fin de l'année.

Mais en gros le principe c'est que pour le stage en général (enfin ça dépend des académies) on met les stagiaires dans des établissements pas trop hardcores pour qu'ils se barrent pas direct et qu'ils n'aient pas directement une mauvaise image du métier. Après quand t'es titulaire, tu es envoyé là où personne veut aller.

Link to comment

hahahaha, donc le stagiaire est défloré dans un bahut cool et après, zou, on l'envoie dans la jungle ; c'est vraiment des enfoirés à l'ednat

Voilà. C'est aussi pour que le jeune prof puisse se dire : "Je vais rester dans l'ÉdNat dans l'espoir de retrouver un jour un bahut cool comme celui où j'étais en stage."

Après faut voir aussi que la décision du lieu de stage c'est au niveau du rectorat académique que ça se décide, avec l'IPR, les formateurs, etc. Donc aussi selon leur stratégie à eux. Pour la suite, le ministère choisit dans quel académie tu vas être, puis, à l'intérieur de cette académie, c'est le rectorat de l'académie où tu as été envoyé qui décide. Mais là c'est moins une question de stratégie que de place en fonction du nombre de points, donc là tu te retrouves où personne veut être, il n'y a plus de stratégie particulière.

Bref, c'est pas forcément les mêmes gens qui décident de là où tu vas être en stage et là où tu vas être par la suite.

Link to comment

Les zones à problèmes ne le sont pas par manque de bons profs, ni par manque de bons postiers, ni par manque de bons boulangers. On peut racketter encore un peu plus le contribuable pour offrir tout ce qu'il y a de meilleur aux banlieusards, tant qu'on interdira à leur parents de travailler et qu'on punira la réussite pour récompenser l'échec, rien ne changera.

Link to comment

Dans un marché de l'éducation libéralisé, les profs de bahuts chauds seraient mieux payés que les autres, sinon aucun ne viendrait. Bref, l'ednat fait tout à l'envers.

Ils s'organiseront surtout comme ils le voudront et n'auront plus de règles venant du cabinet du ministre.

Link to comment

C'est pour ça que je suis en faveur du chèque scolaire, parce que sinon, on cours droit vers une société avec des cassos encore plus cassos, ce qui n'inaugure rien de bon, et deux pauv' associations pour s'occuper de ca.

Link to comment

M'étonnerait qu'les profs à cassos' soient mieux payés qu'les profs à fils de riche en anarcapie.

 

De mémoire il y a une prime pour les profs dans les ZEP.ZUS.etc.

 

Mais elle est faible, comme de l'ordre d'une dizaine d'euros par mois...

Link to comment
Guest
This topic is now closed to further replies.
×
×
  • Create New...