Jump to content

Charlie Hebdo : journal, massacre de Janvier 2015 et conséquences politiques


Recommended Posts

Küng spécule, d'une façon convaincante, sur le rôle spécifique des j chrétiens de la péninsule arabique. Rappelons que, pendant des siècles, bien des chrétiens n'ont pas pour autant cessé d'être j.

 

http://www.amazon.fr/LIslam-Hans-Küng/dp/2204087599/ref=sr_1_5?ie=UTF8&qid=1421039000&sr=8-5&keywords=hans+kung

Remarque annexe. Tu sais que l'auteur, prof de théologie catholique, est un des principaux inspirateurs de la théologie de la libération ? J'ignore ce que vaut son livre, et il est peut-être très bien si ça se trouve, mais je préfèrerais des sources plus, hmmm, consensuelles, disons.
Link to comment

La question de l'enterrement de Wolinski ne se pose en revanche pas puisqu'il déclaré :

« Quand je mourrai, je veux être incinéré et que mes cendres soient dispersées dans les toilettes de notre appartement. Comme ça je pourrai voir le cul de ma femme tous les jours ! »

:icon_ptdr:

 

 

 

« Eric Zemmour fait l’objet depuis quelques jours de graves menaces de mort. Il vient d’être mis sous haute protection par le Ministère de l’Intérieur français. Ce dernier ne souhaite faire courir aucun risque tant à Eric Zemmour qu’à ses audiences. Toutes conférences ou manifestations publiques lui sont interdites. » 

En gros, il est prison, quoi...

Link to comment

C'est vrai ce qu'il dit à partir de 20:00, quoique les journalistes disent, maintenant tout le monde va avoir peur de critiquer publiquement l'islam. Les terroristes ont probablement atteint cet objectif. Déjà on peut constater que Houellebecq a arrêté sa promo et que Zemmour annule ses conférences.

Dans le cas de Zemmour, j'ai cru comprendre que ce n'était pas de sa volonté (?)

Et en 2015, ce n'est pas parce que certains moyens de diffusion coincent (eg conférences) qu'il ne s'en ouvrirait pas d'autres.

Link to comment

Le monde à changé, et en mal, dans le bon vieux temps, en france, quand on faisait l'objet de menaces serieuses, on demandait un permis de port d'arme (c'est un peu la seule situation ou un non fonctionnaire peut en obtenir un...), on se faisait pas imposer des guardiens...

D'ailleurs JMLP à ma connaissance à toujours, et c'est parfaitement justifié, le sien, Balkany aussi, mais lui c'est parce que c'est le criminel de droit commun le plus protegé du monde (notez que je ne sais pas si il à reçu des menaces, mais vu son inpunité, et le fait que ses crimes ne se limitent pas à de la corruption normale mais touchent à des personnes, ça ne me choquerai pas que quelqu'un se le fasse dans une ruelle).

:fleur:Bien entendu, je désapprouve formellement le meurtre parce que violer la loi, c'est mal. :fleur:

Link to comment

 

Merci, je vais le lire avec attention à la maison. Je me ferai ainsi ma propre opinion.

tres certainement illegal en fRance...  *facepalm*

 

Oui c'est interdit en France... Nous sommes en France voyons.

 

http://www.slate.fr/story/25719/cendres-incinere-cadavres-sepulture-loi

 

Impossible de rester chez soi une fois incinéré

Il est exclu en revanche, depuis 2008, de conserver les cendres dans une propriété privée. Cette décision se comprend une nouvelle fois par la volonté de donner un statut équivalent aux cendres et au cadavre: la législation n’autorisant pas de conserver un cercueil à domicile, il en est désormais de même pour une urne. Si un de vos parents garde encore précieusement un souvenir de grand-papa dans le salon, pas de panique: la loi n’est pas rétroactive.

 

 

 

La vie du rail??? Sans déconner. Qu'est ce qu'ils ont écrit qui dérangeait? L'apologie de la CGT???? :)

Link to comment

De toute façon l'attitude du gouvernement contre Dieudonné est contre-productive depuis le début. Dans ce cas précis si Dieudonné le fait exprès c'est malin parce qu'étant donné le caractère aveugle et systématique de la réponse à ses provocations, il suffit de choisir le moment où ça maximise la contradiction dans l'action gouvernementale.

 

 

Link to comment

De toute façon l'attitude du gouvernement contre Dieudonné est contre-productive depuis le début. Dans ce cas précis si Dieudonné le fait exprès c'est malin parce qu'étant donné le caractère aveugle et systématique de la réponse à ses provocations, il suffit de choisir le moment où ça maximise la contradiction dans l'action gouvernementale.

 

Je sais pas, quand on veut faire taire quelqu'un le matraquer à chaque fois qu'il ouvre la bouche c'est une bonne stratégie. La violence c'est efficace contre la liberté d'expression.

Link to comment

J'ai plus envie de twitter #JeSuisDieudonné que #JeSuisCharlie et ce n'est certainement pas parce que ma pensée est plus proche de celle du plus grand propagandiste antisémite de notre siecle.

Link to comment

Il est en colère ton pépère Giusseppe... Mais sur le fond, il a raison sur la liberté d'expression... Mais bon, ici nous avions aucune illusion sur le respect de la liberté d'expression en France.

Link to comment

Je sais pas, quand on veut faire taire quelqu'un le matraquer à chaque fois qu'il ouvre la bouche c'est une bonne stratégie. La violence c'est efficace contre la liberté d'expression.

ama non.

Le clapet de Dieudonné va être ostentatoirement et fièrement fermé. "Vous voyez que ça marche".

 

Et pendant ce temps, en sous-jacent, les plus énervés par la censure vont s'y mettre à leur tour (sur le vilain ninternet par exemple). Et la clientèle intéressée sait déjà comment continuer à écouter leurs propos.

On peut zigouiller un bouffon, c'est absolument pas ça qui va tuer le fonds de commerce. Il va juste se poursuivre plus discrètement, plus sournoisement. Au lieu d'être public, et donc de pouvoir être publiquement combattu, il ne sera pas combattu. Et va donc grossir.

Link to comment

ama non.

Le clapet de Dieudonné va être ostentatoirement et fièrement fermé. "Vous voyez que ça marche".

 

Et pendant ce temps, en sous-jacent, les plus énervés par la censure vont s'y mettre à leur tour (sur le vilain ninternet par exemple). Et la clientèle intéressée sait déjà comment continuer à écouter leurs propos.

On peut zigouiller un bouffon, c'est absolument pas ça qui va tuer le fonds de commerce. Il va juste se poursuivre plus discrètement, plus sournoisement. Au lieu d'être public, et donc de pouvoir être publiquement combattu, il ne sera pas combattu. Et va donc grossir.

+1

Link to comment

Pour Dieudonné c'est stupide sur le fond et sur la forme aussi pourquoi le mettre en garde à vue ? Si ce n'est pas de l'intimidation d'état je ne comprend pas. Quelle est la justification de la garde à vue ? Il y avait menace évidente ? Il risquait de s'enfuir ou de masquer les preuves (qui se résument à un tweet) ? 

 

Un bon tiers du Mali doit s'appeler Coulibali... ça va faire du monde en garde à vue (à moins qu'ils ne doivent changer de patronyme ?). 

Link to comment

Les résolutions du gouvernement pour le nouvel an sur la liberté d'expression auront vécus moins de 48 heures, comme chacun s'y attendait.

 

Ce n'est pas tant le gouvernement que l'arsenal législatif prééxistant qui est à blamer ici (avec un accent circonflexe sur le a mais je me souviens plus du code ascii // fin de la note pour Malky).

Link to comment
Naser Khader affirme qu'Obama et Hollande«n'aident pas» en répétant sans cesse que les terroristes n'ont rien à voir avec l'islam. «Je ne suis pas d'accord. C'est l'islam aussi. En refusant de le reconnaître, les Occidentaux ne nous rendent pas service, à nous les musulmans démocrates. Car comment se battre si on n'identifie pas clairement l'ennemi?» Naser Khader se dit en revanche favorablement impressionné par les récentes déclarations du président égyptien al-Sissi qui a appelé à une révolution dans l'islam. «Il faut qu'il aille plus loin, dit-il. Qu'il explique qu'on ne peut continuer de tolérer que les juifs soient traités de singes et les chrétiens de cochons dans les mosquées égyptiennes.»

 

 

Des intellectuels de confession musulmane appellent à une révolution en islam

Le grand malaise des musulmans

 

Au risque d'en froisser certains ici, le problème de l'islam ne sera résolu qu'à partir du moment ou les musulmans oseront remettre en cause publiquement leur religion pour la faire évoluer et lorsque les tabous à son encontre auront été levés chez les non croyants. Pour le moment, à part prétendre que c'est une religion de paix et affirmer que les islamistes n'ont rien à voir avec l'islam (sic), tout laisse à penser qu'elle est insoluble avec le libéralisme et avec toute forme de démocratie. Difficile à imaginer de quoi sera fait demain au regard du feux qui couve dans notre société...

Link to comment

Le Canard enchaîné fait état, dans son édition à paraître mercredi, de menaces reçues au lendemain de la tuerie à Charlie Hebdo. "C'est votre tour", prévient ce message, qui dit que les journalistes vont être découpés "à la hache", affirme l'hebdomadaire.

"Vu le contexte", écrit Le Canard, "la surveillance a été renforcée et le procureur de la République a ouvert une enquête".

 

'Je suis un canard', ça la foutrait mal.

Link to comment

Un article sur ce sujet:

 

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/72faf40e-9b5e-11e4-aa73-0eb920ec942b/Libert%C3%A9_dexpression_le_grand_malaise_n%C3%A9_de_la_tuerie_de_Charlie_Hebdo

 

Assez d'accord sur le cas Chalgoumi d'ailleurs, pourquoi toujours inviter ce mec qui parle a peine français... 

 

T'as moyen de copier/coller l'article?

Link to comment
"Ils sont de plus en plus nombreux à dénoncer une liberté d’expression à deux vitesses. Célébrer «Charlie Hebdo» et interdire Dieudonné fait débat. Les musulmans de France peinent à se faire entendre

 

Il y a eu l’horreur, l’indignation. Puis, rapidement, les voix discordantes. Qui se sont indignées que l’on célèbre Charlie Hebdo et la liberté d’expression, alors que, par exemple, le spectacle de Dieudonné avait été interdit il y a un an. Il est tentant d’évacuer ce malaise au profit des rassemblements solidaires qui ont ému la France, mais les voix qui dénoncent une liberté d’expression à deux vitesses ne se cantonnent pas à quelques cités françaises désargentées.

 

«Je suis intimement convaincu que la liberté d’expression ne peut pas être à géométrie variable», dit François Burgat, directeur de recherche à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman à Aix-en-Provence. «En France, nous insistons énormément sur l’universalité de nos valeurs, mais nous avons une récurrente difficulté à les appliquer en tant que telles. On le voit avec la dichotomie entre Dieudonné (avant qu’il n’entre dans sa dérive de radicalisation) et Eric Zemmour. Le premier a été interdit pour un jeu de mots et le deuxième est encensé par tous les médias français. Le problème de notre liberté d’expression est qu’elle est sélective, ce qui lui enlève tout son sens.»

 

Dieudonné s’invite dans 

le débat

 

Dieudonné et l’interdiction de son spectacle pour «risque de trouble à l’ordre public» sont évidemment au cœur des débats. Le provocateur a d’ailleurs récidivé en écrivant sur son mur Facebook «Je me sens Charlie Coulibaly». Le provoquant message accompagnait une lettre ouverte à Bernard Cazeneuve: «[…] Mais dès que je m’exprime, on ne cherche pas à me comprendre, on ne veut pas m’écouter. On cherche un prétexte pour m’interdire. On me considère comme Amedy Coulibaly alors que je ne suis pas si différent de Charlie.» Une enquête a été ouverte à l’encontre de Dieudonné pour apologie du terrorisme, mais la polémique ne désenfle pas.

 

Le traitement des provocations des anti-Allah ou des pourfendeurs de Yahvé par les élites ou les médias est aussi remis en cause. En 2007, par exemple, un montage a été mis en ligne sur YouTube avec deux émissions de Thierry Ardisson. Dans la première, il défend bec et ongles la liberté d’expression dans l’affaire de la publication des caricatures de Mahomet. Dans la deuxième, il reproche à Dieudonné d’offenser des Français.

 

 

 

L’affaire Siné resurgit

 

L’hebdomadaire avait lui-même alimenté la controverse en licenciant le caricaturiste Siné en 2008 pour avoir tenu des propos antisémites, alors que deux ans plus tôt, il avait vendu à plus de 400 000 exemplaires son célèbre numéro spécial comprenant les caricatures de Mahomet. L’ancien directeur de l’hebdomadaire Philippe Val a été plusieurs fois ­accusé de s’autocensurer, notamment sur l’affaire Clearstream. La société financière mise en cause employait le même avocat que le journal. Et depuis le 11-Septembre, la publication avait réservé une bonne partie de ses sarcasmes à l’intégrisme musulman.

 

«Le pouvoir socialiste tient un discours de morale et de censure vis-à-vis de Dieudonné, dit Patrick Chappatte, dessinateur au Temps. Val était dans cet esprit, mais en même temps il a viré Siné pour soupçon d’antisémitisme; cela ressemblait à un discours à deux vitesses sur la liberté d’expression. Il faut être cohérent. Nous avons beaucoup débattu de la publication des caricatures de Mahomet avec mes confrères; certains avaient l’impression que Charlie Hebdo était obsédé par les «J’emmerde Allah». C’est un type de provocation qui a fait débat. Beaucoup ont pensé qu’ils étaient tombés dans le panneau et que c’était contre-productif. Cela ne justifie rien. Mais il existe un malaise qui va au-delà des minorités musulmanes.»

 

La gauche antiraciste divisée

 

L’attitude à adopter face à l’islam divise la gauche antiraciste française depuis la première affaire du foulard en 1989, comme le rappelle le responsable du Monde des livres, Jean Birnbaum, dans une tribune. Les controverses ont pris de l’ampleur après le 11-Septembre: «Les associations traditionnelles de la gauche antiraciste, à commencer par la Ligue des droits de l’homme, la Licra, le MRAP ou encore SOS Racisme, sont alors en proie à de violents débats autour de l’islam, d’autant plus douloureux qu’ils mettent en lumière des points aveugles au cœur de la tradition antiraciste, mais aussi féministe, de la gauche française. «Universalistes» contre «Indigènes», partisans du «droit à l’indifférence» contre militants du «droit à la différence», tout le monde se déchire, les uns accusant les autres de relativisme et de complaisance à l’égard de l’islamisme, les autres rétorquant que leurs adversaires instrumentalisent la défense des femmes pour instiller l’islamophobie.»

 

Le malaise des musulmans est aussi alimenté par les interventions choisies par la France dans les conflits internationaux. Nombre de musulmans dénoncent l’inaction de l’Occident face à l’intervention guerrière d’Israël dans la bande de Gaza. Ils accusent aussi la France d’avoir laissé pourrir la crise syrienne, avec son lot d’atrocités. Et de ne s’être réveillée que lors de l’établissement de l’Etat islamique et de la mise à mort de journalistes occidentaux.

 

Une parole confisquée

 

Sur les conflits, comme sur la politique intérieure, la parole des musulmans peine à se faire entendre dans la sphère publique. «Nous n’avons pas encore fait la lumière sur la manière dont la France a exercé son pouvoir sur les colonies et nous continuons donc à employer les mêmes méthodes, poursuit François Burgat. Les Français manipulaient les urnes pour contrôler le processus de fabrication des élites, nous continuons cette terrible tradition. L’un des exemples les plus parlants en est sans doute ce fameux imam Hassen Chalghoumi, dans lequel seule une infime fraction des musulmans de France se reconnaissent alors qu’il est régulièrement autorisé à parler en leur nom, d’une part, et à les ridiculiser le plus souvent. La lutte contre le terrorisme passe par une meilleure distribution du pouvoir sous toutes ses formes, comme le temps de parole aux heures de grande écoute, à toutes les composantes de la nation.»

 

Le rôle de la justice

 

Les ressources ou l’organisation des communautés les rendent plus ou moins capables de maîtriser le discours sur la sphère publique. Dans la loi, le racisme ou l’incitation à la haine est traité de la même manière pour toutes les communautés, que ce soit en France ou en Suisse. Mais pour obtenir justice, il faut déposer plainte. «Ce sont surtout les associations telles que la Licra ou le MRAP qui engagent des poursuites, dit Me Nathalie Roze, avocate au Barreau de Paris spécialisée dans le droit de la presse. Or toutes les associations ne sont pas aussi actives ou n’agissent pas de la même façon pour toutes les communautés.»

 

En Suisse non plus, toutes les communautés ne se défendent pas avec la même vigueur. Un tableau établi par le Département fédéral de l’intérieur montre qu’entre 1995 et 2013, 210 plaintes pour racisme ont été déposées par des juifs, contre 126 par des personnes de couleur, 27 par des musulmans et 8 par des gens du voyage.

 

De nombreux procès venant de divers plaignants ont émaillé l’histoire des hebdomadaires satiriques comme Charlie Hebdo. Même quand ils gagnent, ces procédures leur coûtent très cher en frais d’avocats.

 

Des tabous historiques

 

Le dernier filtre de la liberté d’expression est l’autocensure des titres, des journalistes et des dessinateurs de presse. Il est mouvant dans le temps – un Desproges ne commencerait sans doute plus aujourd’hui un spectacle par: «J’ai entendu dire que deux ou trois juifs s’étaient glissés dans la salle» – et dans l’espace. L’humour gras franchouillard s’exporte mal aux Etats-Unis. Nombre de titres anglo-saxons ont d’ailleurs choisi de ne pas publier les caricatures de Charlie Hebdo après la tuerie. Dans le Guardian , le bédéiste et journaliste Joe Sacco a condamné dans une planche les caricatures de Charlie Hebdo.

 

«On a assimilé des lignes de bon goût par notre histoire et notre mauvaise conscience, qu’elle soit post-coloniale ou post-Holocauste, dit Patrick Chappatte. On ne dessine plus des Noirs avec des énormes lèvres, façon Hergé. Et quand on s’en prend à la politique d’Israël, on reçoit des messages nous taxant d’antisémites. Au­jour­d’hui une pression par le sang s’exerce pour faire reconnaître ou partager un autre tabou, celui des musulmans. Le plus grand défi de notre société est que nous avons affaire à un monde de plus en plus ouvert et à des communautés de plus en plus fermées. C’est aussi dû à l’évolution d’Internet où les gens ne suivent que l’actualité qui leur ressemble.» Avec ces ingrédients, conclut le caricaturiste, les malentendus sont plus que programmés."

Link to comment

Assez d'accord sur le cas Chalgoumi d'ailleurs, pourquoi toujours inviter ce mec qui parle a peine français...

Par méchanceté je ne vois que ça, ce n'est pas comme si il n'y avais pas d'imams des bisous lettrés.

J'ai envie de dire parce qu'il ressemble plus à une bonne partie des maghrébins des banlieues y compris dans son expression que des mecs comme Tariq Ramadan ou même Dalil Boubakeur. En disant ça, je veux pas faire la polémique, mais je pense surtout à la réflexion venant de ces banlieusards qui disent eux-même aux gens trop intégrés qu'ils ne sont pas arabes ou pas maghrébins (cf ce qui avait été reproché à Johnieboy). Bref, ils leurs reprochent d'être français.

Dans l'idéal il faudrait un binôme, un mec comme Chalgoumi qui représente le nouvel arrivant et un autre qui représente le français musulman normal, lui et Dalil Boubakeur pourraient faire la paire. Faut pas oublier qu'on ne cherche pas à établir un pont avec les français ni avec les musulmans normaux, mais avec les quintaux de crétins qui se sont accumulés dans les banlieues françaises.

Link to comment
Guest
This topic is now closed to further replies.
×
×
  • Create New...