Jump to content

L'URSS et les socialistes


Recommended Posts

Petite question d'Histoire :

Quelle était la position des socialistes (je parle des socialistes à la différence des communistes) vis à vis de l'URSS durant le XXe siècle, en particulier juste après la guerre, à la fin des années 40 ou durant les années 50 ? (On peut parler par exemple des socialistes français.)

Link to post
Share on other sites

Cette affiche est tout à l'honneur des socialistes de l'époque. Mais en effet est-ce représentatif ? Est-ce que les socialistes de l'époque étaient tous aussi anti-staliniens ou anti-URSS ?

Link to post
Share on other sites

Cela ne concerne pas tout à fait la période d'après-guerre qui t'intéresse, mais dans l'Entre Deux-Guerres, l'aile gauche de la SFIO avait une revue d'inspiration marxiste, Le Combat Marxiste (cf: http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Combat_marxiste). Politiquement, elle trouvait certains aspects positifs à l'action de Lénine, mais dénonçait l'URSS comme une dictature et rejetait, au moins jusqu'en 1935, une alliance de la SFIO avec les communistes français. Elle publiait également des témoignages d'exilés russes ou ukrainiens critiquant la situation politique en Union Soviétique.

Link to post
Share on other sites

La période antérieure à celle que j'ai mentionné peut aussi m'intéresser... en somme les socialistes ont toujours été critiques de l'URSS ?

Link to post
Share on other sites

Je crois qu'il peut être intéressant de regarder les débats du congrès de Tours de 1920 qui est à l'origine de la scission SFIO/SFIC futurs PS et PCF, qui est une des instances du débat qui existe depuis le début du socialisme entre les socialistes progressistes 'liberaux' et les socialistes communistes les plus décomplexés et critiques des valeurs des révolutions 'bourgeoises'.

Link to post
Share on other sites

Globalement les partis socialistes européens sont très critiques vis à vis de l'URSS, l'internationnale ouvrière socialiste(héritière de la IIeme internationale) est très critique vis à vis de l'URSS dès sa création en 1923 (sous l'influence du Labour et des SD autrichiens). Au cours des années 30 certains partis socialistes dont la SFIO française et le PSOE deviendront moins critique vis à vis de l'URSS surtout pour des raisons intérieures, c'est à dire la recherche d'une unité avec les partis communistes locaux.

Dans l'immédiat après guerre, les socialistes européens vont être très critique de l'URSS mais rechercheront une unité d'action avec les communistes jusqu'en février 1948 (le coup de Prague) qui marque la rupture définitive avec l'URSS des socialistes européens à l'exception des italiens.   

 

Link to post
Share on other sites

Si je comprend bien donc, dans l'ensemble les socialistes européens ont toujours été critiques vis à vis de l'URSS. Au XXe siècle il y a donc bien une différence nettement marquée entre les socialistes et les communistes.

Link to post
Share on other sites

"La révolution de 1917, première des grands victoires prolétariennes, les bolchéviks l'ont souillée d'une tache de sang et d'horreur, aussi indélébile que celle de Lady Macbeth"

Blum 1927.

Link to post
Share on other sites

Même chez les communistes le soutien n'était pas unanime 

C'est même la base.

Tous les communistes d'obédience trotskyste, par exemple, n'ont jamais pardonné à Staline ce qui explique, en partie, qu'il y ait eu pas mal de parti d'extrème gauche..

 

Chez les membre du PC par contre, cela signifiait l'exclusion.

Cela commence dès 1922 avec Henri Fabre.

Link to post
Share on other sites

Cette affiche est tout à l'honneur des socialistes de l'époque. Mais en effet est-ce représentatif ? Est-ce que les socialistes de l'époque étaient tous aussi anti-staliniens ou anti-URSS ?

Tous sans doute pas. Tous les partis politiques sont tiraillé par des tendances.

Un peu comme si tu nous demandais la position de l'UMP vis à vis du FN.

 

Mais pour qu'une affiche sort floquée du nom du parti, c'est que cela représente la ligne officielle.

Et elle n'est pas très diplomatique envers le PC et staline.

Link to post
Share on other sites

'suffit de demander à un spécialiste

 

http://www.filoche.net/2014/02/07/intermede-pour-repondre-a-des-questions-sur-le-stalinisme/

 

Le péhesse c'est un repaire de trotskistes, pas étonnant qu'ils cassent du sucre sur le dos de tonton Stal'. Ils oublient juste au passage quelques petits trucs embêtants sur papa Léon (ordre n° 1824 au hasard ? le nombre en lui même est une preuve que Trotski a bien fait partie de la bureaucratie qu'il a tant critiqué une fois que tonton Stal' lui a retiré son joujou - la mauvaise foi chez les gaucheux c'est une seconde nature).

 

Link to post
Share on other sites

De Gaulle traitait avec l'URSS sur certains points stratégiques et pour bien montrer l'indépendance de la France. Mais en cas de conflit il savait très bien de quel côté se ranger, et les américains le savaient bien, ce qui lui a valu d'être laissé tranquille.

Link to post
Share on other sites

De Gaulle traitait avec l'URSS sur certains points stratégiques et pour bien montrer l'indépendance de la France. Mais en cas de conflit il savait très bien de quel côté se ranger, et les américains le savaient bien, ce qui lui a valu d'être laissé tranquille.

Exact, d'ailleurs lors de la crise des Missiles de Cuba, De Gaulle à été le premier à appeler le président US pour lui affirmer le soutien de la France

 

Link to post
Share on other sites

De Gaulle a surtout collaboré avec les communistes à la maison.

Oui, une grosse tâche dans son CV. Beaucoup estiment que c'était une manière d'acheter la paix civile au PCF très puissant à l'époque. Si cela est vrai alors De Gaulle a vu ses grosses couilles s'atrophier momentanément, car avec l'aide des américains les cocos français étaient morts. Si cela est faux on peut dire qu'il fut partisan de certaines solutions communistes.
Link to post
Share on other sites

Oui, une grosse tâche dans son CV. Beaucoup estiment que c'était une manière d'acheter la paix civile au PCF très puissant à l'époque. Si cela est vrai alors De Gaulle a vu ses grosses couilles s'atrophier momentanément, car avec l'aide des américains les cocos français étaient morts. Si cela est faux on peut dire qu'il fut partisan de certaines solutions communistes.

Il y a aussi que si le général n'était pas communiste, il n'était pas non plus libéral ou même capitaliste.

Plutôt paternaliste (je ne trouve pas mieux pour ce que l'on appelle le gaullisme social).

Link to post
Share on other sites

Oui, une grosse tâche dans son CV. Beaucoup estiment que c'était une manière d'acheter la paix civile au PCF très puissant à l'époque. Si cela est vrai alors De Gaulle a vu ses grosses couilles s'atrophier momentanément.

À ceci près que ceux qui ont directement attenté à sa vie (Petit-Clamard style) n'étaient pas vraiment des gauchistes patentés. La plaidoirie du sieur Tixier-Vignancour lors du procès Salan explique assez bien ce point (au point d’être enregistré sur vinyle, chose assez rare pour un plaidoyer).

Link to post
Share on other sites

 A ne pas oublier que la merveilleuse, l'unique, l'extraordinaire Sécurité Sociale est le fruit d'un Gaullisme -ou d'un étatisme- issu du CNR.. 

#Justecommeça

Link to post
Share on other sites

Le conseil national de la résistance il me semble que c'était essentiellement des socialistes ou des communistes et de Gaulle Est parti à cause de ça

Pour le coup je trouve que ça serait un peu gonflé de le lui reprocher

Link to post
Share on other sites

 Le CNR était composé de gaullistes et de communistes, De Gaulle à sa part de responsabilité dans la Sécurité Sociale comme dans les quelques nationalisations qui ont suivi 1945 

Link to post
Share on other sites

A ne pas oublier que la merveilleuse, l'unique, l'extraordinaire Sécurité Sociale est le fruit d'un Gaullisme -ou d'un étatisme- issu du CNR..

#Justecommeça

Le CNR c’est surtout une histoire de petits chefs qui profitent du bordel ambiant pour graver dans le marbre des lois directement issues de l’administration de Vichy. Voir Paxton et Baruch à ce sujet.
Link to post
Share on other sites

 Le CNR était composé de gaullistes et de communistes, De Gaulle à sa part de responsabilité dans la Sécurité Sociale comme dans les quelques nationalisations qui ont suivi 1945 

Pour les nationalisations il en était même un grand défenseur.

 

 

" "instauration d’une véritable démocratie économique et sociale impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie"

"retour à la Nation des grands moyens de production monopolistes, fuite du travail commun, des sources d’énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d’assurances et des grandes banques"

 

"la nationalisation du système bancaire est nécessaire contre l’influence néfaste des banques « assez puissantes pour faire échec à l’intérêt général »."

 

 

 

De Gaulle n'était pas libéral et il ne s'en revendiquait pas bien au contraire.

Link to post
Share on other sites

De Gaulle est un héros de la guerre que j'admire pour ça mais c'était un politicien français "de droite" plus ou moins classique : économie plus ou moins dirigée pour la grandeur de la FraOnce, fermeture des frontières pour l'anti-France, ...

End of ze débat.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...