Jump to content

Le droit de propriété à la francaise


Recommended Posts

Un peu de follow-up sur la nationalisation de la Dune du Pilat (cf. 1er message du topic) : manifestement, ça sent pas bon.

 

 

http://www.lesechos.fr/politique-societe/regions/021246339317-dune-du-pilat-un-rachat-laborieux-par-letat-1143668.php

 

Quand on voit ce qu'ils ont fait du Mont Saint-Michel, cette dune va devenir une usine à touristes beaufs et barbe à papa.

 

J'ai été effrayé par le Mont Saint-Michel cet été, c'est du grand n'importe quoi, c'est blindé de monde, les musées sont absolument nuls et l'accueil dans la restauration est catastrophique, sans oublier les prix foutage de gueule.

Tout ceci est devenu une pompe à frics, un nid de conflits d'intérêt, mais ce n'est pas étonnant car la gestion est confiée à un paquet d'administrations publiques qui se chevauchent:

 

http://www.interieur.gouv.fr/content/download/75761/556458/file/13046-13025-02-mont-saint-michel-tome-2-internet.pdf

 

Le Mont SaintMichel est « un labyrinthe d’organisations responsables », tant sont nombreux les acteurs qui interviennent sur le site. On peut citer notamment :

1- le syndicat mixte de la baie du Mont-Saint Michel, responsable des travaux au titre du RCM, de leur gestion et de leur entretien ; 

2 - les collectivités locales qui interviennent chacune dans le cadre de leurs compétences de droit commun, certaines d’entre elles venant à se chevaucher : ainsi, en matière de tourisme, interviennent les régions de Basse-Normandie et de Bretagne, les départements de la Manche et de l’Ille-et-Vilaine et de nombreuses communes ou regroupement de communes comme la nouvelle communauté de communes d’Avranches-Mont Saint-Michel ; 

3- les services de l’État, au niveau national (quatre ministères sont principalement concernés : le ministère de la culture et de la communication (MCC), le ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie (MEDDE), le ministère de l’intérieur, celui chargé du tourisme) et au niveau déconcentré ; 

4- les deux opérateurs que sont le centre des monuments nationaux (CMN) et le conservatoire du littoral

On rappellera que le maire de la commune touristique du Mont Saint-Michel possède lui-même la plupart des restaurants du Mont.

 

Beaucoup de la pourriture existante sur le littoral français a pour origine l'Etat et des collectivités locales. Les grandes expropriations en Languedoc pour créer de grandes stations balnéaires dans de superbes lieux naturels, ce sont aussi les politiques les responsables.

Link to comment

 

J'ai été effrayé par le Mont Saint-Michel cet été, c'est du grand n'importe quoi, c'est blindé de monde, les musées sont absolument nuls et l'accueil dans la restauration est catastrophique, sans oublier les prix foutage de gueule.

Tout ceci est devenu une pompe à frics, un nid de conflits d'intérêt, mais ce n'est pas étonnant car la gestion est confiée à un paquet d'administrations publiques qui se chevauchent:

 

 

Je ne vois pas le rapport avec le Mont Saint Michel per se. Ce qui vaut le détour c'est l'architecture et le lieu, tu as eu la très mauvaise idée de le visiter en été.

Tu peux faire exactement la même critique de tous les sites touristiques qui allient architecture et nature, le tourisme de masse est destructeur, je ne pense pas que les administrations publiques puissent faire quelque chose contre ce qui apparait une fatalité : plus un site est beau et sauvage, plus il va attirer du monde, et ce monde va le dénaturer.

Link to comment

Art. 17. La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n'est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l'exige évidemment, et sous la condition d'une juste et préalable indemnité.

 

Et tout le monde peut observer que la nécessité publique l'exige évidemment. Et qu'elle a été constatée légalement.

Je ne comprends même pas comment ça peut passer au conseil constitutionnel. C'est juste évidemment anticonstitutionnel.

Tout ça pour un tas de sable à la con qui a 200 ans et qui aura disparu d'ici un siècle ou deux.

Link to comment

Je ne vois pas le rapport avec le Mont Saint Michel per se. Ce qui vaut le détour c'est l'architecture et le lieu, tu as eu la très mauvaise idée de le visiter en été.

Tu peux faire exactement la même critique de tous les sites touristiques qui allient architecture et nature, le tourisme de masse est destructeur, je ne pense pas que les administrations publiques puissent faire quelque chose contre ce qui apparait une fatalité : plus un site est beau et sauvage, plus il va attirer du monde, et ce monde va le dénaturer.

 

Le fait qu'il y ait énormément de restaurants et d'hôtels incitent les touristes à venir davantage, or ces restaurants appartiennent au maire, pas à la mairie...au maire d'une commune"touristique" de 40 habitants créée pour la circonstance. Un maire qui a profité de ses contacts pour racheter la moitié du site.

Le fait que l'Etat et les collectivités locales aient investi lourdement pour faire des parkings, des navettes gratuites et une route facilite l'accès de millions de touristes au site. Autrefois le site était coupé du continent, pas de beaufs pour emmerder les villageois ou en tout cas des touristes d'un certain standing.

D'autre part, si on faisait payer l'entrée, cela régulerait un peu le passage. Mise à part le parking, l'accès est gratuit car le Mont est considéré comme une commune libre d'accès, or il ne serait franchement pas scandaleux de faire payer l'entrée étant donné l'espace restreint.

Si vous allez sur le site n'allez pas dans le Mont, promenez-vous autour.

 

Par ailleurs, mais ça c'est autre chose, les attraits culturels du site sont très peu mis en valeur. La visite de l'abbaye -gérée par le Centre des monuments nationaux- n'est pas rendue attrayante et les musées publics qui expliquent le lieu sont une rigolade complète.

Link to comment

C'est pas les restaurants et les hôtels qui rendent le site touristique. N'importe quoi.

Non, ils permettent aux gens de rester sur place plus facilement pour la journée et donc de s'entasser.

Tu ne voyages pas beaucoup visiblement, mais quand tu vas à une centaine de kilomètres de là sur les plages du débarquement qui ont pourtant une très grande réputation, les structures hôtelières et la restauration sont bien plus limitées, par conséquent les gens viennent, regardent et s'en vont. Par exemple à Omaha beach, tu as deux monuments, un mémorial et basta. Autour on trouve des baraques, des propriétés privées et deux restaurants! On est donc très loin de cet effet de masse.

Idem au Québec pour aller voir les baleines sur le Saint-Laurent, le site est mondialement connu mais tu as deux hôtels et deux restos qui se battent en duel dans la ville de Tadoussac d'où partent les visites. Le reste sont des propriétaires privés qui ne veulent pas se faire emmerder.

Et ainsi de suite...

Link to comment

Un endroit est attrayant en soi, mais ce sont bien les pouvoirs publics qui ont fomenté le tourisme de masse en général.

D'abord en facilitant l'accès aux sites en question en construisant des routes impossibles, des autouroutes, des chemins de fer subventionnés quand le tourisme commença au début du 20eme siècle, ou en aménageant des ponts, en construisant des aéroports au milieu de rien etc...

Puis, par l'intermédiaire des collectivités locales, faire rester les touristes. En modifiant le zonage et le code d'urbanisme, faire exproprier les propriétaires de terrains, y faire construire des parkings, faciliter la construction d'hôtels, de résidences secondaires, de bâtiments pouvant accueillir de la restauration. Ou, le cas échéant, racheter directement les bâtiments dans les centres villes pour ensuite louer à de la restauration un peu bas de gamme pour des prix très élevés, ou alors revendre le local avec une belle plus-value pour la municipalité.

Le tout dans un méli-mélo de conflits d'intérêt et de corruption urbanistique.

L'avantage est évident, l'argent entre dans les caisses des collectivités locales et on montre que l'on crée des emplois.

Et puis, avec une législation sur le travail qui donne autant de jours de vacances, ça facilite les loisirs, dont le tourisme.

  • Yea 1
Link to comment

Oui je sais c'était affreux, j'ai visité deux fois, en 1990 et en 2010. Novembre et mai même combat. J'ai donc participé à cette horreur du touriste pris dans la marée humaine. Et c'est vrai que de la baie, il est magnifique. Il y a des lieux qui devraient garder leur mystère, l'humain les pollue souvent.

Désolée de tenir ce discours mais la foule, beuh, ça gâche souvent le paysage, hélas. D'où ma nostalgie furtive de l'existence d'une élite éclairée. Dont je m'exclus bien volontiers :)

  • Yea 1
Link to comment

Un endroit est attrayant en soi, mais ce sont bien les pouvoirs publics qui ont fomenté le tourisme de masse en général.

D'abord en facilitant l'accès aux sites en question en construisant des routes impossibles, des autouroutes, des chemins de fer subventionnés quand le tourisme commença au début du 20eme siècle, ou en aménageant des ponts, en construisant des aéroports au milieu de rien etc...

Puis, par l'intermédiaire des collectivités locales, faire rester les touristes. En modifiant le zonage et le code d'urbanisme, faire exproprier les propriétaires de terrains, y faire construire des parkings, faciliter la construction d'hôtels, de résidences secondaires, de bâtiments pouvant accueillir de la restauration. Ou, le cas échéant, racheter directement les bâtiments dans les centres villes pour ensuite louer à de la restauration un peu bas de gamme pour des prix très élevés, ou alors revendre le local avec une belle plus-value pour la municipalité.

Le tout dans un méli-mélo de conflits d'intérêt et de corruption urbanistique.

L'avantage est évident, l'argent entre dans les caisses des collectivités locales et on montre que l'on crée des emplois.

Et puis, avec une législation sur le travail qui donne autant de jours de vacances, ça facilite les loisirs, dont le tourisme.

+1

Il y a une semaine ou deux on a eu le droit au bilan touristique, comme quoi c'était la meilleurs année, mais qu'il fallait viser plus haut, qu'atteindre les 100 millions de touriste ce serait super ....

J'avais l'impression d'être le seul que ça emmerde, le tourisme bousille les paysages, dénature tous, ça entraine en général du bétonnage partout où ça peut passer.

 

Moins il y a de touriste, mieux je me porte.

 

  • Yea 1
Link to comment

Non, ils permettent aux gens de rester sur place plus facilement pour la journée et donc de s'entasser.

Tu ne voyages pas beaucoup visiblement, mais quand tu vas à une centaine de kilomètres de là sur les plages du débarquement qui ont pourtant une très grande réputation, les structures hôtelières et la restauration sont bien plus limitées, par conséquent les gens viennent, regardent et s'en vont. Par exemple à Omaha beach, tu as deux monuments, un mémorial et basta. Autour on trouve des baraques, des propriétés privées et deux restaurants! On est donc très loin de cet effet de masse.

Idem au Québec pour aller voir les baleines sur le Saint-Laurent, le site est mondialement connu mais tu as deux hôtels et deux restos qui se battent en duel dans la ville de Tadoussac d'où partent les visites. Le reste sont des propriétaires privés qui ne veulent pas se faire emmerder.

Et ainsi de suite...

Allons, tu t'es pris les pieds dans le tapis en disant maladroitement que l'offre peut créer la demande puis tu te reprends en disant que la demande ne crée pas forcément l'offre, ce qui est davantage juste. A -> B ne veut pas dire B -> A. C'est gentil de te soucier de mes expériences touristiques, rassure toi elles sont excessivement riches.

Link to comment

Allons, tu t'es pris les pieds dans le tapis en disant maladroitement que l'offre peut créer la demande puis tu te reprends en disant que la demande ne crée pas forcément l'offre, ce qui est davantage juste. A -> B ne veut pas dire B -> A. C'est gentil de te soucier de mes expériences touristiques, rassure toi elles sont excessivement riches.

 

giphy.gif

Link to comment

C'est très franchouille cet échange :

- j'aime pas les touristes

- moi je fais du vrai tourisme monsieur.

Non, je dirais que c'est propre aux régions qui subissent le tourisme de masse, et pas seulement en France loin de là. C'est un fait que de plus en plus d'habitants dans les localités concernées se plaignent, parfois à tort et de manière exagérée, parfois à raison. Quand on le voit de plus près ça change un peu les choses. C'est un fait aussi que de plus en plus de gens se tournent vers un tourisme différent.

Vous avez l'air de faire passer le tourisme de masse comme une simple réponse d'une offre par rapport à une demande sur un marché, or comme je l'ai décrit, vous ignorez totalement que c'est un marché (le tourisme) qui a subi énormément de distorsions de la part des pouvoirs publics. Depuis quelques décennies des régions entières ont tout investi dans le tourisme essentiellement, ponctionnant les foyers et les entreprises du coin pour en arriver à ce résultat. Moyennant quoi des régions ne dépendent plus que de cela, et le reste des industries locales ont pratiquement disparu. La France est devenu un musée géant.

Aujourd'hui les écolos accusent la cupidité et le capitalisme d'être responsables de certaines dérives, ce qui est faux totalement, c'est une conséquence de la planification. On aurait tort de leur céder le terrain et défendre ce genre de tourisme juste par esprit de contradiction ou en disant "c'est le marché ". Non, c'est une conséquence logique sur le marché suite à de larges interventions de l'Etat et des collectivités locales.

L'exemple le plus parlant à cet égard est celui du Languedoc où des stations balnéaires entières ont poussé comme des champignons grace à (ou à cause de) l'investissement massif de l'Etat

http://www.osddt.eu/es/download/docp/38/racineEBNB.pdf

En Espagne, on apprend tous les jours des cas de corruptions urbanistiques dans les stations balnéaires de la côte méditerranéenne,

Pas certain que tout ça ce soit "le marché ".

Link to comment

Non, je dirais que c'est propre aux régions qui subissent le tourisme de masse, et pas seulement en France loin de là. C'est un fait que de plus en plus d'habitants dans les localités concernées se plaignent, parfois à tort et de manière exagérée, parfois à raison. Quand on le voit de plus près ça change un peu les choses. C'est un fait aussi que de plus en plus de gens se tournent vers un tourisme différent.

Vous avez l'air de faire passer le tourisme de masse comme une simple réponse d'une demande à de l'offre sur un marché, or comme je l'ai décrit, vous ignorez totalement que c'est un marché (le tourisme) qui a subi énormément de distorsions de la part des pouvoirs publics. Depuis quelques décennies des régions entières ont tout investi dans le tourisme essentiellement, ponctionnant les foyers et les entreprises du coin pour en arriver à ce résultat. Moyennant quoi des régions ne dépendent plus que de cela, et le reste des industries locales ont pratiquement disparu. La France est devenu un musée géant.

Aujourd'hui les écolos accusent la cupidité et le capitalisme d'être responsables de certaines dérives, ce qui est faux totalement, c'est une conséquence de la planification. On aurait tort de leur céder le terrain et défendre ce genre de tourisme juste par esprit de contradiction ou en disant "c'est le marché ". Non, c'est une conséquence logique sur le marché suite à de larges interventions de l'Etat et des collectivités locales.

L'exemple le plus parlant à cet égard est celui du Languedoc où des stations balnéaires entières ont poussé comme des champignons grace à (ou à cause de) l'investissement massif de l'Etat

http://www.osddt.eu/es/download/docp/38/racineEBNB.pdf

En Espagne, on apprend tous les jours des cas de corruptions urbanistiques dans les stations balnéaires de la côte méditerranéenne,

Pas certain que tout ça ce soit "le marché ".

 

wut.

 

Bon sinon gros +1. Tiens d'ailleurs en parlant du Languedoc, sur Cavendish Square l'autre jour je suis passé devant la boutique de la région (WTF) avec des brochures a la con pour inciter a visiter, et... un mur entier de bouteilles de pinard. Déjà que le loyer de la boutique doit douiller a mort (meme si au final pas trop sur un lieu de passage des chalands) mais en plus la moitié de la boutique est clairement orienté. De la a s'imaginer que l'association des viticulteurs a lobbyé/s'est faite plumer pour la boutique...

Link to comment

C'est peut être vrai pour le cas du Mont St Michel, mais comme y a eu de la production de masse de tout, il pourrait très bien y avoir aussi du tourisme de masse.

J'ai jamais eu cette impression les fois où je suis allé au Mont. Mais peut être que j'y allais hors saison vu que j'habitais en Normandie (et que le Mont est normand).

Link to comment

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...